1

Khrys’presso du lundi 11 avril 2022

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.


Tous les liens listés ci-dessous sont a priori accessibles librement. Si ce n’est pas le cas, pensez à activer votre bloqueur de javascript favori ou à passer en “mode lecture” (Firefox) 😉

Brave New World

Spécial rapport du GIEC

Spécial France

Spécial vote de la dernière chance

Spécial médias et pouvoir

Spécial emmerdeurs irresponsables gérant comme des pieds (et à la néolibérale)

  • Deux milliards d’euros en quatre ans : la très chère influence des cabinets de conseil sur la République (basta.media)

    « Depuis plusieurs années, on a recours à des cabinets de conseil qui créent des trous dans les services publics pour “maîtriser” les dépenses publiques […] Et aujourd’hui on nous explique qu’on fait appel à ces mêmes cabinets pour combler ces mêmes trous… Le problème est circulaire. »

  • Propagande électorale : le gouvernement a recours à un cabinet de conseil (publicsenat.fr)

    En juin dernier, à l’issue de leur mission d’enquête sur les dysfonctionnements survenus aux élections départementales et régionales, les sénateurs avaient constaté que la mise sous pli des documents de propagande électorale était de moins en moins effectuée par les agents des préfectures. Confronté à une baisse d’effectifs, l’Etat déconcentré avait recours « fréquemment » à des prestataires privés.

  • 3600 emplois : Monsieur Macron, allez-vous tuer Scopelec ? (blogs.mediapart.fr)

    Scopelec, c’est en jeu 3600 emplois. C’est comme responsable l’Etat. Et depuis quatre mois, que faites-vous, président Macron ? Que font vos ministres Bruno Le Maire et Agnès Pannier-Ruhnacher ? Vous ne bougez pas le petit doigt. […] Il faut saisir la logique : Orange a, on le sait, durant des années, pressé ses salariés, les a poussés au burn-out et à des suicides en série, jusqu’à un PDG condamné à un an de prison. En interne, on a donc « réduit les coûts ». C’est sur l’externe, sur les sous-traitants, qu’on peut donc se rattraper maintenant. Et d’un claquement de contrat, Orange se débarrasse de son partenaire historique

  • Le gouvernement achève les contrats aidés (humanite.fr)

    Cinq ans après avoir supprimé 250 000 emplois aidés réservés aux personnes éloignées de l’emploi, le ministère du travail finit la besogne. Une circulaire prise en catimini en février et appliquée avec zèle par certains préfets vide de sa substance leurs successeurs lointains et minimalistes : les Parcours emploi compétences (PEC).

  • Vers un effondrement de l’hôpital public (humanite.fr)

    Ce qui est particulièrement révoltant sont les mensonges proférés par les différents ministres et présidents de la République depuis maintenant plusieurs décennies.

  • « On est en train de détruire l’accès au soin pour tous » (humanite.fr)
  • Le gouvernement promeut des soins mentaux au rabais (humanite.fr)

    Le dispositif Mon psy, avec un accès très restrictif, entre en vigueur ce mardi. Attendu, il se révèle une fausse réponse aux besoins en matière de santé mentale et risque d’offrir un suivi très insuffisant tout en précarisant la profession.

  • Plus de sélection, moins d’argent : cinq ans de perdus pour l’égalité d’accès aux études supérieures (basta.media)

    La réforme du baccalauréat – et la disparition des filières S, ES et L au profit d’options individuelles – a renforcé ces inégalités d’accès. […] Et aux inégalités sociales viennent s’ajouter les inégalités de genre. Depuis la réforme du bac, le nombre de filles qui font des maths en classe de terminale a chuté de presque 10 points. Ce qui va se répercuter sur les études supérieures. Et moins de femmes accéderont ensuite aux carrières scientifiques.

Spécial recul des droits et libertés, violences policières, montée de l’extrême-droite…

  • Bilan du quinquennat Macron : surveillance de masse et atteinte aux libertés (lareleveetlapeste.fr)
  • Depuis 20 ans, la population française perd de plus en plus de libertés et s’y habitue dangereusement (lareleveetlapeste.fr)

    Et sur la question de l’acceptabilité des citoyens, il y a un effet d’accoutumance très fort. Sur la question des fouilles, on l’a tous accepté après le choc des attentats puis finalement c’est quelque chose qui est rentré dans nos vies quotidiennes et vont assez loin puisque maintenant on se fait fouiller pour aller en manifestation, avec des personnes qui se font arrêtées simplement pour ce qu’elles ont dans le sac en allant manifester, quand bien même elles allaient être pacifiques. C’est une privation de liberté très forte qui est à l’œuvre car elle peut dissuader les gens d’utiliser leur droit à manifester.

  • Le gouvernement se sert de la loi séparatisme pour dissoudre un groupe antifasciste (basta.media)
  • Épidémie de dissolutions administratives – La liberté d’association en PLS (cqfd-journal.org)

    Après la menace de dissolution planant sur le média militant Nantes révoltée et celle, effective, de deux collectifs de soutien à la Palestine, c’est au tour d’un groupe antifasciste lyonnais de se retrouver dans le viseur du gouvernement. Qui sera le prochain ennemi politique de la Macronie à être fermé arbitrairement ? […] Quand elle a été votée en 1936, la loi sur les dissolutions administratives visait à mettre hors d’état de nuire les ligues fascistes. Parmi ses premières cibles : les Croix-de-Feu, les Camelots du roi et la Ligue d’Action française. En 2022, par un violent retournement de l’histoire, le gouvernement d’Emmanuel Macron entend utiliser ce texte pour dissoudre un groupe… antifasciste.

  • Après 37 jours de grève de la faim, le militant détenu en isolement Libre Flot a été libéré (basta.media)

    Libre Flot avait décidé de poursuivre sa grève de la faim. Dans un message vocal envoyé à ses soutiens en mars, il justifiait sa décision : « Dégradation pour dégradation, séquelles pour séquelles, autant que ce soit mon choix, autant que ce soit pour lancer cet appel à l’aide. » Avant de conclure, dans un cri du cœur, « sortez-moi de ce trou ».

  • 28 000 manifestant·es blessé·es ? L’autre bilan du quinquennat Macron. (lamule.media)

    L’Observatoire national des street-medics et secouristes volontaires a fait paraître ce jour un rapport d’enquête sur les victimes de violences prises en charge par les secours « inofficiels » durant les manifestations Gilets jaunes et Retraites, entre fin 2018 et début 2020.

  • La compagnie aérienne Twin-jet et l’état français expulsent chaque vendredi vers la Tunisie (mars-infos.org)

    « Des hommes cagoulés débarquent à sept ou huit dans la chambre, ils ont des gants et des tonfas ». Lorsqu’ils veulent éviter que la personne expulsée se débatte, ils la baillonnent, lui scotchent les mains, les pieds, l’accrochent assise sur un fauteuil roulant, et lui mettent un casque sur la tête. C’est à ce moment là que commence l’expulsion Twin-jet.

Spécial résistances

Spécial GAFAM et cie

Les autres lectures de la semaine

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Les autres trucs chouettes de la semaine


Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).