Khrys’presso du lundi 5 septembre 2022

Temps de lecture 20 min

image_pdfimage_print

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.


Tous les liens listés ci-dessous sont a priori accessibles librement. Si ce n’est pas le cas, pensez à activer votre bloqueur de javascript favori ou à passer en “mode lecture” (Firefox) ;-)

Brave New World

Spécial (droits des) femmes

Spécial France

Spécial médias et pouvoir

Spécial emmerdeurs irresponsables gérant comme des pieds (et à la néolibérale)

Spécial recul des droits et libertés, violences policières, montée de l’extrême-droite…

Spécial résistances

Spécial “mets ta cagoule”

Il paraît que cet hiver, la cagoule sera à la mode (liberation.fr). L’occasion de revisiter cet accessoire en musique (mini playlist établie par les camarades sur Mastodon, merci à elleux !), en attendant de l’utiliser à fond dès cette rentrée ;-)

Spécial GAFAM et cie

Les autres lectures de la semaine

  • Bifurquer avant l’impact : l’impasse du capitalisme de surveillance (framablog.org)
  • La police peut-elle encore accéder aux données de connexion ? (nextinpact.com)
  • The PC & Internet Revolution in Rural America (changelog.complete.org)
  • How to nationalize the internet in Canada (anarc.at)
  • The Carrier Bag Theory of Fiction (theanarchistlibrary.org)

    When she was planning the book that ended up as Three Guineas, Virginia Woolf wrote a heading in her notebook, “Glossary” ; she had thought of reinventing English according to her new plan, in order to tell a different story. One of the entries in this glossary is heroism, defined as “botulism.” And hero, in Woolf’s dictionary, is “bottle.” The hero as bottle, a stringent reevaluation. I now propose the bottle as hero. […] Where is that wonderful, big, long, hard thing, a bone, I believe, that the Ape Man first bashed somebody in the movie and then, grunting with ecstasy at having achieved the first proper murder, flung up into the sky, and whirling there it became a space ship thrusting its way into the cosmos to fertilize it and produce at the end of the movie a lovely fetus, a boy of course, drifting around the Milky Way without (oddly enough) any womb, any matrix at all ? I don’t know. I don’t even care. I’m not telling that story. We’ve heard it, we’ve all heard about all the sticks and spears and swords, the things to bash and poke and hit with, the long, hard things, but we have not heard about the thing to put things in, the container for the thing contained. That is a new story. That is news. […] It is the story that makes the difference. It is the story that hid my humanity from me, the story the mammoth hunters told about bashing, thrusting, raping, killing, about the Hero. The wonderful, poisonous story of Botulism. The killer story.

  • L’humour est une chose trop sérieuse… …pour être laissée à des rigolos (uneheuredepeine.blogspot.com)
  • “Cher connard” : nos retrouvailles avec Virginie Despentes (axellemag.be)

    je me dis qu’il y a une utopie possible, des garçons qui n’ont plus envie des mêmes conneries […] Les mecs ne peuvent pas être de bons féministes, on ne leur en demande pas tant ; mais ils peuvent être de vrais partenaires de lutte dans la dépatriarcalisation, ils y ont aussi un intérêt. Et un désir, peut-être, d’en sortir. Je crois que c’est un horizon possible. On peut, à un moment donné, avoir un objectif commun.

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Les trucs chouettes de la semaine


Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).