L’ADULLACT, l’AFUL et Framasoft soutiennent l’amendement limitant les racketiciels du groupe GDR défendu par Mme Fraysse

21/06/2013 18:20 (Dernière modification : 21/06/2013 19:51)

Dans le cadre du projet de loi relatif à la consommation, L’ADULLACT, l’AFUL et Framasoft apportent leur soutien, sans réserve, à l’amendement 711 déposé par le groupe GDR et défendu par Jacqueline Fraysse. Cet amendement va dans la bonne voie pour mettre un terme au scandale des racketiciels, c’est-à-dire à la vente forcée de logiciels non demandés lors de l’achat de matériel informatique.

Les associations du logiciel libre appellent donc tous les députés, de toute tendance politique, à soutenir vivement cet amendement !

Au dernier épisode…

À l’automne 2011, le gouvernement de François Fillon avait proposé un projet de loi de protection du consommateur. Plusieurs députés avaient proposé des amendements censés apporter une meilleure protection du consommateur face aux pratiques commerciales déloyales de vente forcée des logiciels inclus dans le matériel informatique. Comme l’AFUL l’avait souligné à l’époque, le remède était pire que le mal puisque après une lecture juridique attentive, ces textes aboutissaient à un résultat totalement opposé au but recherché.

Lors des débats, les députés avaient bien identifié les faiblesses juridiques des uns et la dangerosité des autres et avaient finalement laissé la législation en l’état afin de réfléchir à de meilleures rédactions pour la seconde lecture. Seconde lecture qui n’a jamais eu lieu suite au retrait du texte par le gouvernement.

Aujourd’hui, un nouveau projet de loi de consommation est présenté à la nouvelle législature. Forts de l’enseignement tiré des débats de 2011 et des arguments issus des divers bancs, le groupe Gauche démocrate et républicaine sous l’impulsion de Jacqueline Fraysse, députée de la 4e circonscription des Hauts-de-Seine, propose un amendement ayant pour objectif de mettre fin aux pratiques commerciales déloyales de l’informatique grand public, dans le respect de la législation européenne.

Analyse de l’amendement proposé

L’amendement propose d’ajouter des obligations d’informations à la charge des professionnels dans un nouvel article L. 113-7 (l’article L. 113-6 étant créé dans l’article 54 du projet de loi) du Code de la consommation.

Après l’article L. 113-6 du code de la consommation, est inséré un article L. 113-7 ainsi rédigé :

« Art. L. 113-7. – Le matériel informatique proposé à la vente avec des logiciels intégrés constitue une vente par lots. »

« Tout professionnel vendeur de matériel informatique fournissant des logiciels intégrés doit, avant tout paiement du prix par le consommateur, l’informer par voie d’affichage des caractéristiques essentielles et du prix public toutes taxes comprises du lot ainsi que du prix de chacun des logiciels composant individuellement le lot. L’indication de ces prix doit figurer sur la facture remise au consommateur. »

« La violation de ces dispositions entre dans le champ d’application de l’article L. 122-3. ».

Vente par lots

Tout d’abord, l’alinéa 1 aborde la question de la vente par lots en précisant désormais expressément que le matériel informatique vendu avec des logiciels préchargés constitue une vente par lots.

En effet, si la jurisprudence applique depuis longtemps ce principe (notamment depuis un arrêt de 2005 de la Cour de cassation), il est régulièrement contesté devant les tribunaux, forçant les consommateurs qui estent en justice à expliquer encore et toujours pourquoi matériel et logiciels constituent deux produits parfaitement distincts (l’un est un bien meuble, l’autre une prestation de services). En précisant désormais clairement qu’il s’agit d’une vente par lots, la réglementation spécifique à l’information due par les professionnels sur les lots, issue de l’article 7 de l’arrêté du 3 décembre 1987, s’appliquera.

Obligations d’information

L’alinéa 2 détaille les obligations d’information nécessaires : informer le consommateur par voie d’affichage des caractéristiques essentielles des produits proposés dans le lot.

Les caractéristiques essentielles sont l’ensemble des éléments permettant au consommateur d’effectuer un choix éclairé : par exemple, préciser que le matériel et les logiciels peuvent être vendus séparément, que les logiciels ne sont que des options non obligatoires ou encore que les logiciels fournis sont payants. S’agissant du prix des produits, il devra fait l’objet d’une information précise, non seulement pour le prix des produits composant le lot, mais également le prix de chacun des éléments du lot. La facture qui sera remise au consommateur comprendra donc le prix détaillé de tous les produits. Les procès initiés par les consommateurs ont mis en évidence que le prix des logiciels fournis préchargés, jusque là vendu de force, pouvaient représenter plus de 30 % du prix de la machine seule.

Sanctions

Le 3e alinéa aborde la question des sanctions. La directive 2005/29/CE du 11 mai 2005 rappelle, au paragraphe 29 de son annexe 1, que la vente forcée est une pratique commerciale déloyale « en toutes circonstances » c’est-à-dire qu’il suffit théoriquement à un juge de constater que le professionnel a exigé un paiement sans commande expresse et préalable du consommateur pour que la pratique soit déclarée déloyale. Cette disposition a été intégrée dans le Code de la consommation par les lois des 3 janvier et 4 août 2008. Les textes ont d’ailleurs été remaniés avec la loi Warsman de 2011 qui a proposé une lecture plus claire de l’article L. 122-3 du Code de la consommation. Cet article prévoit des sanctions civiles de nullité du contrat avec une obligation de remboursement, ainsi que des sanctions pénales. Le texte est donc parfaitement adapté à la situation et permet aux consommateurs d’agir autant par la voie civile que par la voie pénale et d’espérer avoir ainsi du poids face aux entreprises concernées, le plus souvent multinationales.

Voter ce texte malgré les pressions

C’est ce texte qui doit être favorisé et que les députés sont encouragés à adopter massivement. Il faut tout de même rappeler qu’à l’occasion du précédent projet de loi consommation de 2011, des députés s’étaient plaints des pressions qu’ils subissaient pour ne pas voter ces textes favorables aux consommateurs et le député de la 5e circonscription d’Isère, François BROTTES, avait clairement dénoncé cette situation inadmissible. Sous la présente législature, c’est aujourd’hui que se mesurera le courage politique et l’engagement des députés pour l’intérêt général.

L’intérêt général d’abord !

L’intérêt du consommateur et l’ouverture du marché à tous les acteurs, notamment français, étant la priorité des élus de la nation, nous sommes confiants dans le fait que l’ensemble des députés verront le point d’équilibre atteint par cet amendement et qu’ils le soutiendront unanimement.

Cyprien Gay, membre du groupe de travail « non aux racketiciels » de l’AFUL indique « Voilà 15 ans que nous interpellons les politiques de toutes tendances sur cette question. Depuis le début des années 2000 ce sujet est évoqué à l’Assemblée. Cependant, la pression des éditeurs qui bénéficient de cette vente forcée a réussi jusqu’ici à conserver un statu quo qui leur est favorable, avec la complicité inexplicable des divers gouvernements. »

Christophe Masutti, président de Framasoft, déclare « Il est est plus que nécessaire de clarifier les pratiques de vente liée qui maintiennent une tension évidente entre d’un côté le droit du consommateur à l’information et de l’autre côté le recours providentiel aux directives européennes qui empêche les États membres d’interdire les “offres conjointes” assimilées à une pratique commerciale comme une autre, bien que la “vente forcée” soit, elle, condamnable. Ceci constitue un frein artificiellement entretenu au déploiement du formidable potentiel compétitif du logiciel libre. »

Dimitri Robert, administrateur de l’AFUL souligne « Les logiciels vendus de force avec les matériels informatiques sont édités hors d’Europe par des entreprises réputées pour leur évasion fiscale et l’évitement à l’impôt sur leurs activités en France. Il n’y a donc aucun intérêt pour la France ou pour l’Europe d’entretenir leur rente sur le dos du consommateur Français. »

Également interrogé, l’avocat de l’AFUL, Maître Frédéric CUIF, estime que « Il s’agit d’un texte de consensus qui devrait à la fois permettre une meilleure information des consommateurs mais aussi leur offrir la possibilité de dénoncer moins difficilement ces pratiques commerciales déloyales devant les tribunaux. Bien sûr, il faudra toujours passer par un juge pour faire cesser la pratique commerciale déloyale de vente forcée, mais c’est un premier pas évident en faveur des consommateurs en attendant une véritable prise de conscience nationale sur la question. »

Laurent Séguin, président de l’AFUL conclut : « Il est temps de faire cesser cette situation de concurrence faussée où l’on impose, depuis trop longtemps, un choix uniforme aux consommateurs. Des acteurs européens et français portent d’ores et déjà des solutions concurrentes crédibles et innovantes, notamment sous licence libre, aux logiciels vendus de force avec du matériel informatique. Malheureusement, ces racketiciels les empêchent d’accéder au marché sur un pied d’égalité. Aujourd’hui, avec ces textes justes et équilibrés, les parlementaires ont l’opportunité de faire triompher enfin l’intérêt général en faisant en sorte qu’en France, les effets de ce hold-up planétaire soient amoindris. »

À propos de l’Adullact (http://adullact.org/)

Née fin 2002, l’Association des Développeurs et Utilisateurs de Logiciels Libres pour les Administrations et les Collectivités Territoriales s’est donnée pour tâche de constituer, développer et promouvoir un patrimoine commun de logiciels libres métiers, afin que l’argent public ne paie qu’une fois. L’Adullact dispose d’une équipe permanente, pour encourager et aider les membres à mutualiser leurs développements sur la forge adullact.net, qui compte aussi les projets de la forge admisource. Structure unique en son genre, l’Adullact était accréditée pour le Sommet Mondial de Tunis.

À propos de l’AFUL (http://aful.org/)

Association Francophone des Utilisateurs de Logiciels Libres, l’AFUL a pour principal objectif de promouvoir les logiciels libres ainsi que l’utilisation des standards ouverts. Ses membres, utilisateurs, professionnels du logiciel libre, entreprises ainsi que d’autres associations, sont issus d’une dizaine de pays ou de régions francophones (France, Belgique, Suisse, Afrique francophone, Québec).

Interlocuteur de nombreux médias, l’AFUL est présente sur nombre de salons, conférences et rencontres. Elle agit notamment activement contre la vente liée (site Non aux Racketiciels, comparatif bons-vendeurs-ordinateurs.info et bons-constructeurs-ordinateurs.info), pour l’interopérabilité (membre de l’AFNOR, participation aux référentiels d’interopérabilité et d’accessibilité de la DGME, site formats-ouverts.org, etc.), intervient sur les problématiques du droit d’auteur ainsi que pour la promotion de l’utilisation de logiciels et ressources pédagogiques libres pour l’éducation entendue au sens large.

À propos de Framasoft (http://framasoft.org/)

Issu du monde éducatif, Framasoft est un réseau d’éducation populaire consacré principalement au logiciel libre et s’organise en trois axes sur un mode collaboratif : promotion, diffusion et développement de logiciels libres, enrichissement de la culture libre et offre de services libres en ligne.  Pour plus d’informations, vous pouvez vous rendre sur le site Web à l’adresse suivante : http://www.framasoft.org/ et nous contacter par notre formulaire de contact http://contact.framasoft.org/

 

Contacts presse :

  • Laurent Séguin, président de l’AFUL, laurent.seguin@aful.org +33 (0)6 63 94 87 16
  • Me Frédéric Cuif, avocat au barreau de Poitiers, +33 (0)5 49 88 70 61
  • Cyprien Gay, membre GdT Racketiciel, cyprien.gay@aful.org +33 (0)6 61 89 49 82
  • Alexis Kauffmann, fondateur et chargé de mission Framasoft, aka@framasoft.org +33 (0)6 95 01 04 55
  • Relations presse – AFUL : presse@aful.org



Un peu de libre dans la formation des professeurs des écoles

Ces derniers mois de nombreux signes ministériels encouragent l’utilisation et la réalisation de logiciels et de ressources éducatives libres.

La circulaire Ayrault a montré la voie en septembre 2012. Le 10 juin dernier , Vincent Peillon a notamment annoncé la réalisation de ressources vidéos disponibles en « OpenData » (Attendons de voir quelle sera exactement cette licence). On peut évidemment regretter que la priorité aux logiciels libres et aux formats ouverts ait été retoquée dans le projet de loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République. Le contexte reste toutefois globalement positif.

Des FramaDVD École

Décréter l’utilisation de ressources libres c’est bien, mais, une décision ministérielle ne s’applique pas comme cela, d’un claquement de doigts. Il faut l’accompagner par des actions de formation des enseignants. Des académies entières, comme celle de Versailles et certains formateurs TICE, n’ont d’ailleurs pas attendu les récentes décisions politiques pour faire la promotion du libre dans leurs formations.

Framasoft a choisi de participer modestement à cet élan.

Ce matin, en Seine et Marne, une formation autour de l’utilisation des TICE était proposée aux tous nouveaux professeurs des écoles stagiaires, ceux qui viennent juste d’avoir leur concours et qui auront la responsabilité d’une classe dès l’année prochaine. Nous leur avons rapidement expliqué l’intérêt de ressources libres et un FramaDVD École ainsi qu’une plaquette présentant les principaux acteurs du libre pour l’école primaire leur ont été offerts.

Plaquette de ressources éducatives libres pour l'école primaire

Merci à M. Josselyn Bellicaud, Conseiller pédagogique TICE auprès de l’IENA et M. Jean-Charles POCHET, Inspecteur de l’Éducation Nationale TICE qui nous ont permis de réaliser ce temps d’information.




Framapad en SVT : retour d’expérience

Il y a peu, nous publiions le billet Framapad de plus en plus utilisé dans l’éducation qui fut l’occasion d’entrer en contact avec un certain nombre d’enseignants utilisant notre libre service.

Un professeur de SVT (Sciences de la Vie et de la Terre) de l’académie de Créteil nous livre ici son témoignage.

Framapad éducation - Créteil SVT

SVT et Framapad : Retour d’expérience

Depuis la rentrée dernière (septembre 2012), j’utilise Framapad avec mes élèves de 6e au quotidien. Sans installation et facile à prendre en main, cet outil collaboratif est adapté aux jeunes collégiens et intéressant pour l’enseignant quelle que soit sa discipline.

En Sciences de la Vie et de la Terre, nous l’utilisons principalement pour construire la synthèse collaborative de nos activités scientifiques, avant, pendant et après la classe. Après 8 mois d’utilisation, plusieurs bénéfices se dégagent pour les élèves et l’enseignant.

Le premier est celui de la motivation. Mes élèves 6e sont unanimes : c’est un outil simple, agréable et motivant.

Framapad éducation - Créteil SVT

On remarque ensuite que le Framapad est un outil puissant pour les élèves en difficulté : les plus rapides peuvent communiquer et aider leurs camarades depuis leur poste de travail (via le « chat » intégré) tandis que plus l’utilisation simultanée du vidéoprojecteur interactif permet à l’enseignant de contrôler à distance le travail des élèves. Après la classe, le professeur peut contrôler, aider et corriger le travail réalisé. Chacun travaille donc à son rythme et progresse.

Enfin, en un clic, il est facile de créer un « pad ». Je recommande cependant de s’inscrire pour bénéficier d’une adresse web simplifiée plus pratique pour les 6e , de l’archivage du (ou des) document(s) et de la protection du travail par mot de passe.

Framapad éducation - Créteil SVT

Avec le développement du numérique à l’école et la réception en octobre 2012 d’ordinateurs portables[1] distribués à tous les élèves de 6 e de mon département, Framapad s’inscrit dans une démarche pédagogique innovante que je trouve bénéfique pour les élèves. »

Frédéric Véron
Professeur de SVT

Notes

[1] Ordinateurs portables distribués par le Conseil Général du Val de Marne aux élèves de 6e du département.




Framapad de plus en plus utilisé dans l’éducation

Framapad sur iPad

On ne nous prévient pas toujours loin de là mais nous constatons avec fierté et plaisir que notre service libre Framapad est de plus en plus souvent utilisé dans les établissements scolaires (par exemple ici, ici, ici ou encore ).

On y a apprécie son immédiateté, sa simplicité d’usage et surtout ses potentialités pédagogiques, notamment pour ce qui concerne le travail collaboratif (on y apprécie également le fait que ce soit libre et qu’on n’est pas obligé d’en passer par Google).

Nous avons voulu en savoir plus en interviewant ci-dessous deux enseignantes, l’une du primaire et l’autre du secondaire.

Merci de relayer l’info pour faire connaître et donner envie à plus de monde encore de se frotter à Framapad. Merci également d’apporter votre témoignage dans les commentaires si vous aussi vous l’utilisez dans vos classes, il est important pour nous de faire savoir que nous sommes utiles 😉

La photo ci-dessous est issue d’une séance pédagogique très détaillée réalisée en SVT dans l’Académie de Créteil (on y parle de Firefox et LibreOffice aussi). Nous vous invitons également à regarder cette vidéo[1] où des élèves de l’Académie de Bordeaux découvre l’écriture poétique avec Framapad sur leur… iPad !

Framapad éducation - Créteil SVT

Interview croisée de deux utilisatrices de Framapad, l’une au primaire et l’autre au secondaire

Bonjour, pouvez-vous vous présenter succinctement. Où enseignez-vous et à quel niveau ?

Laetitia : Bonjour, Laetitia, enseignante en CM1/CM2, dans les Deux-Sèvres

Hélène : Professeur documentaliste au Collège Saint Jean (215 élèves) dans le Tarn.

Comment avez-vous connu Framapad ?

Laetitia : Par l’animateur informatique de ma circonscription qui en a parlé en animation pédagogique (temps de formation).

Hélène : Je ne me souviens plus précisément mais sans aucun doute par le biais de mutualisation entre professeurs documentalistes

Qu’est-ce qui vous a motivé(e) à le proposer à vos élèves/étudiants ?

Laetitia : Un projet inter-degrés entre ma classe et une classe de 6e de mon collège de secteur.

Hélène : Plusieurs questions et interrogations m’ont amenée à utiliser un outil d’écriture collaborative. Comment dépasser le simple « copier-coller » des élèves ? Comment enseigner l’écriture numérique ? Comment faire pour que les élèves donnent du sens à leurs recherches documentaires ? Comment développer chez des élèves de collège le sens du travail collaboratif ?

Il fallait un outil simple, facilement accessible et bien sûr librement utilisable par les élèves. Framapad répondait à ces critères.

Quels dispositifs avez-vous mis en place pour l’utiliser ? Avec quels matériels ? Et surtout pour quelle démarche pédagogique ?

Laetitia : Production d’écrit par 4 (1 élève chacun), connectés en même temps.

Hélène : lors de la mise en activité de recherche par les élèves, je pratique avec mes collègues la méthode du document de collecte. Ce document de collecte est la première étape d’un brouillon, constituée d’extraits « copier-coller » correctement référencés (sources des informations relevés). Il permet à la fois de cerner un sujet, d’évaluer la pertinence d’une information et de prélever l’information à partir d’internet notamment.

Lors de travaux de groupes, il est apparu nécessaire de trouver un outil permettant aux élèves de travailler simultanément sur un même document pour mutualiser ce document de collecte et interagir sur celui-ci. Par exemple, pour un dossier santé et environnement en SVT en classe de 3e, les élèves ont en amont travaillé sur un article d’actualité qui a permis de dresser collectivement une cartographie des producteurs d’info, sur les sources (cartographie des sources) en réalisant un scoop.it comme traces de leur recherche.

L’outil Framapad a ensuite permis à chaque binôme de réaliser son travail de collecte, de synthèse et de réécriture des informations à partir du document de collecte réalisé. Au besoin, chacun a pu revenir sur les sites préalablement sélectionnés pour compléter, approfondir des points particuliers.

Dans la mesure où Framapad se trouve sur Internet, est-ce que la connexion parfois hésitante des établissements scolaires a été un frein à son usage ?

Laetitia : Parfois j’ai eu du mal à avoir un ordinateur connecté par élève (ligne Wi-Fi trop légère pour le nombre de PC).

Hélène : Personnellement, je n’ai pas eu de soucis particuliers. 5 ou 6 groupes ont pu travailler simultanément sur leur pad. Mais j’ai des retours de collègues pour qui le site a plusieurs fois « beugué » lorsqu’il y avait trop de connexions simultanées. Ce genre de séance nécessite d’avoir une solution de repli sous le coude.

Dans la mesure où Framapad se trouve sur Internet, avez-vous envisagé des scénarios pédagogiques hors temps de classe, où les élèves seraient invités à travailler dessus et ensemble depuis leur domicile ?

Hélène : Les binômes qui n’avaient pas terminé leur travail de réécriture ont été invités à le terminer. L’avantage avec ce dispositif c’est que chacun des élèves du groupe peut y accéder à son rythme, depuis chez lui ou depuis le CDI du collège. Même en cas d’absence d’un élève par exemple le travail reste accessible à l’autre élève.

Quels sont les points positifs et négatifs que vous avez rencontrés lors de son usage en classe ?

Laetitia : Lorsque les élèves se connectent à leur texte d’un ordinateur différent, ils n’ont plus la même couleur, celle-ci reste attribuée à l’ordinateur qui se connecte. Les prénoms ne restent pas enregistrés, c’est dommage pour le suivi par l’enseignant (hors temps scolaire sur un ordi perso, donc connexion différente).

Hélène : Je partage cette dernière remarque qui peut être résolu en demandant aux élèves de préciser en haut de page la couleur qu’ils ont choisi (ici même, pour cette interview c’est ce que vous nous demandez de faire d’ailleurs[2]).

Framapad permet un véritable travail collaboratif du binôme qui peut annoter, corriger, compléter le travail de l’autre. Je trouve important (et c’est d’ailleurs une compétence du B2i (2.4 – Participer à des travaux collaboratifs en connaissant les enjeux et en respectant les règles) de leur montrer ces possibilités de travail.

Plusieurs points positifs à l’usage du pad en classe :

  • Un suivi pour mon collègue de SVT et moi-même après chaque séance : annoter, corriger, questionner et même si besoin vérifier l’historique du pad—qui a écrit, quoi ?
  • Alternance de l’individualisation du travail et de travail de groupe : d’abord un travail individuel (chacun ayant en charge une partie du travail) puis un travail de relecture et d’annotation de la partie de l’autre. Les élèves ont vraiment eu le souci de reformulation, de conservation des informations pertinentes par rapport à leur plan même si sur certains pads le passage du copier-coller au copier-créer reste difficile soit parce qu’ils ne comprennent pas ce passage et ne font donc aucun effort de synthèse soit au contraire parce qu’ils estiment que la phrase est déjà suffisamment claire.
  • La possibilité de personnaliser les URL d’accès au pad pour être facilement mémorisable et transmise aux autres et aux enseignants.

Points d’amélioration : En collège, l’usage du tchat, qui offre pourtant des perspectives intéressantes d’échange et de partage, reste difficile, sans doute encore par manque de maturité ou d’expérience de l’exercice. J’ai donc pour ma part privilégié la concertation de vive voix et mettant les élèves côte à côte dans la salle informatique.

Quelles sont les fonctionnalités qui manquent selon vous à Framapad, notamment pour un usage éducatif ? Que pensez-vous de son ergonomie générale, est-ce adapté à la spécificité d’un jeune public ?

Laetitia : Pas d’idée particulière. Oui, ça convient pour des élèves du primaire de fin de cycle 3.

Hélène : Peut-être plus de possibilité de mise en page (taille de la police par exemple pour mettre en valeur des titres)

On dit souvent que les élèves ne sont pas assez habitués à travailler collaborativement, ensemble, en groupe, etc. Un tel outil vous semble-t-il intéressant pour développer de telles compétences ?

Laetitia : Oui, pour le développement de la maîtrise de la langue écrite, pour expliquer, argumenter, justifier…

Hélène : Un outil d’écriture collaborative permet de développer des compétences informationnelles et numériques.

  • LIRE : Savoir confronter les différents discours sur un sujet (information divergentes ou contradictoires sur des sujets de controverses par exemples), être capable de relever les manques ou les besoins ;
  • ECRIRE : Etre capable d’écrire à plusieurs sur un même document, Savoir prendre en compte l’écrit de l’autre afin de le compléter ou de modifier son propre écrit. Il s’agit d’un véritable travail de création ;
  • NAVIGUER : Maîtriser la navigation en ligne en utilisant les hypertexte, la navigation d’un onglet à l’autre ;
  • ORGANISER : S’appuyer sur le document de collecte pour construire une carte d’idées et un plan.

L’outil pad permet également de développer chez les élèves des aptitudes de concertation et de choix (ce qu’on garde, ce qu’on supprime et pourquoi). Il amène les élèves à développer un esprit critique et une réflexion sur leur propre écriture

Réitérerez-vous l’expérience ? Le conseilleriez-vous à des collègues ?

Laetitia : Oui, mais avec 3 élèves et l’enseignant sur le 4e poste pour réguler en direct, poser des questions, relancer, aider…

Hélène : Sans aucun doute, OUI et même pour les plus petites classes. je l’utilise d’ailleurs également avec des collègues professeurs documentalistes lorsque nous avons besoin de réfléchir à plusieurs sur une problématique, bâtir des ordres du jour ou des synthèses par exemple.

Saviez-vous que derrière Framapad se cache Framasoft et derrière Framasoft la promotion et la diffusion du logiciel libre ?

Laetitia : Je savais que Framapad faisait partie de Framasoft dont j’avais entendu parler par un autre animateur informatique de mon département.

Hélène : Oui pour utiliser plusieurs de ses services notamment Framamindmap ou Framadate. Nos établissements n’ont pas toujours les moyens d’avoir des logiciels payants. Et puis la philosophie du libre est en adéquation avec les valeurs que je souhaite véhiculer à travers mon enseignement du numérique.

Notre slogan est « La route est longue mais la voie est libre », cela vous inspire quelque chose ?

Laetitia : Oui, que c’est un dur labeur mais que la réussite est assurée !

Hélène : Je suis convaincue de l’intérêt collectif du partage et du libre : il contribue à l’intelligence et à la pensée collectives. Cette notion de libre rejoint de très près la notion de biens communs.

Les initiatives comme celles de Framasoft sont à encourager parce qu’elles participent au développent de l’enseignement du numérique… Même si la route est longue, nous y sommes bel et bien. Pour Bernard Steigler, le numérique entre aujourd’hui dans une troisième phase : celle des « technologies de l’annotation ».

Notes

[1] Vidéo d’où est extraite l’image d’introduction.

[2] L’interview croisée a été réalisée sur Framapad également 😉




Les statistiques du réseau Framasoft réactualisées au début 2013

En 2008, nous présentions ici-même quelques statistiques mensuelles des cinq premiers sites du réseau Framasoft en terme de trafic. Nous avons réitéré en 2010. Les voici réactualisées en janvier/février 2013 (la même période qu’en 2010).

On constate tout d’abord l’apparition dans le top five de deux de nos services libres : Framapad et Framadate (en lieu et place de Framabook et Framagora).

Si on compare à 2010, du côté des OS, Windows baisse un peu, GNU/Linux stagne et Mac progresse. Tandis que chez les navigateurs, Firefox baisse et Internet Explorer plonge (Safari lui passe même parfois devant) au détriment de Chrome qui gagne en moyenne près de 20%.

Pour ce qui concerne le trafic global, les sites historiques Framasoft et Framakey baissent (plusieurs hypothèses, une interne : la faible mise à jour, et une externe : changement d’usages et d’intérêt), le Framablog progresse et nos services libres font d’emblée une belle percée. N’oublions pas également que le réseau Framasoft compte aujourd’hui une vingtaine de projets, ce qui était loin d’être le cas en 2010.

Statistiques Framasoft entre le 11 janvier et le 10 février 2013

  • Framasoft
    • visiteurs/mois : 208 000
    • visites/mois : 256 000
    • pages vues/mois : 636 000
    • Les 3 premiers OS : Windows 77%, Linux 11%, Mac 10%
    • Les 3 premiers navigateurs : Firefox 48%, Chrome 26%, IE 16%
  • Framablog
    • visiteurs/mois : 63 000
    • visites/mois : 85 000
    • pages vues/mois : 120 000
    • Les 3 premiers OS : Windows 54%, Linux 23%, Mac 13%
    • Les 3 premiers navigateurs : Firefox 49%, Chrome 27%, Safari 9%
  • Framakey
    • visiteurs/mois : 33 000
    • visites/mois : 65 000
    • pages vues/mois : 210 000
    • Les 3 premiers OS : Windows 93%, Linux 4%, Mac 2%
    • Les 3 premiers navigateurs : Firefox 69%, Chrome 12%, IE 10%
  • Framadate
    • visiteurs/mois : 32 000
    • visites/mois : 66 000
    • pages vues/mois : 180 000
    • Les 3 premiers OS : Windows 64%, Mac 16%, Linux 13%
    • Les 3 premiers navigateurs : Firefox 48%, Chrome 18%, IE 17%
  • Framapad
    • visiteurs/mois : 28 000
    • visites/mois : 62 000
    • pages vues/mois : 159 000
    • Les 3 premiers OS : Windows 65%, Mac 16%, Linux 15%
    • Les 3 premiers navigateurs : Firefox 51%, Chrome 27%, Safari 11%



Nouveau framabook : Histoires et cultures du Libre !

Framasoft est fier de vous annoncer la sortie officielle de son nouveau framabook, assurément l’un des plus importantes et ambitieux de sa collection (et pas uniquement pour ses 580 pages !).

Nous laissons le soin à Christophe Masutti, président de l’association Framasoft, et co-directeur de l’ouvrage, le soin de vous le présenter. Nous invitons également les parisiens et parisiennes intéressé(e)s au lancement du livre vendredi 17 mai 2013 de 17h à 19h à l’Institut des sciences de la communication du CNRS.

Histoires et cultures du Libre - Couverture

  • Titre : Histoires et cultures du Libre. Des logiciels partagés aux licences échangées
  • Direction : Camille Paloque-Berges et Christophe Masutti
  • Licences : Creative Commons CC-By
  • Prix : 25 €
  • ISBN : 978-2-9539187-9-3
  • Première édition : Mai 2013, Framasoft
  • Format : broché, 14,5 x 21 cm
  • Poids : 830 gr.
  • Nombre de pages : 580 (dont xxiii)
  • Téléchargement et vente sur Framabook.org

Première sortie de l’année 2013, qui sera suivie de près par le tome II du Cycle des NoéNautes par Pouhiou et une réédition de C en 20 heures, Histoires et cultures du Libre est un ouvrage qui comptera sans doute parmi les références incontournables pour qui veut comprendre le mouvement du Libre et son histoire.

Sous un titre ambitieux, ce livre est néanmoins dans l’air du temps. Ces derniers mois, on n’a jamais autant parlé des acteurs qui ont créé l’Internet d’aujourd’hui. L’excellent site/portail/documentaire Une contre-histoire d’Internet par Arte.tv est une belle illustration de ce besoin de rétrospective, de s’arrêter un moment non seulement sur ce qu’est Internet (on parle tout de même d’un 8e continent) mais aussi sur les valeurs et les pratiques qui y circulent et se diffusent mondialement. Pourquoi ce besoin? Je crois, toujours pour coller à l’actualité, que l’arrivée du récent rapport Lescure est les désillusions qu’il porte sont un bel exemple du choc culturel que représentent les pratiques de partage et de coopération numériques et du manque d’intégration par les modèles économiques dominant les marchés, de manière volontaire ou non.

On a longtemps parlé d’une « culture underground » ou, pour reprendre l’expression de T. Roszak, d’une contre-culture plus ou moins aux « origines » d’Internet ou du logiciel libre en général. C’est en partie vrai. En partie seulement parce que les enjeux « contre-culturels » que l’on retrouve aujourd’hui autour de la neutralité du Net, de la lutte contre la cybersurveillance, du partage du savoir et des connaissances, de la liberté d’expression, du droit d’auteur, etc., font que justement les histoires d’Internet, du logiciel libre, de l’informatique et de la circulation de l’information numérique sont vues de manière rétrospective, un peu comme si toutes les étapes de leur construction, depuis la fin des années soixante, tendaient vers cette île d’Utopia de la résistance contre l’oppression ou de l’émergence de « nouveaux modèles » (économiques, politiques, sociaux, etc.). Tout cela est néanmoins juste et l’on ne peut nier que des valeurs communes sont partagées et se développent de manière positive dans la société.

Dans la mesure où il s’agit d’en fait une analyse historique, on ne peut pour autant nier qu’il y a dans tout ceci une certaine dose de folklore populaire. C’est tout à fait normal. Il y a toujours un besoin latent d’identification une fois que des acteurs sortent du lot. Qui a lu la biographie de Richard Stallman ne peut s’empêcher, en plus d’adhérer à son éthique du Libre, d’avoir envie de le rencontrer, d’échanger et surtout d’espérer et oeuvrer avec lui pour un monde (plus) libre. Et vous avez remarqué comment l’on passe facilement de l’histoire d’Internet à ces questions de liberté et de logiciel libre ?

Je pense qu’il faut préciser ce que nous entendons par Libre, avec un grand L. C’est, au delà de la divergence méthodique entre logiciel open source et logiciel libre (relativement secondaire par rapport à l’histoire générale que nous racontons ici), ce qui fait que l’ensemble des modèles et des conditions socio-techniques du logiciel libre deviennent justement culturels et ainsi s’appliquent à d’autres domaines, comme aujourd’hui le matériel informatique ou agricole, la musique ou les arts en général, les connaissances et les sciences en particulier, etc. L’un des vecteurs principaux est Internet, l’outil de partage par excellence, mais aussi l’ensemble des licences libres, et même l’économie qui peut nous montrer comment la culture Libre est porteuse de référents suffisament solides pour constituer une approche sociale différente. L’une des bases de ce développement, c’est l’abolition de la frontière entre l’ingénieur et l’utilisateur, entre le créateur et le spectateur, bref l’apparition de la possibilité de casser la division sociale des rôles (par exemple la division du travail) en permettant une approche coopérative de la société. Un autre pilier, c’est le fait que la création est elle-même le véhicule des valeurs qu’elle traduit : ces idées de partage se transcrivent dans l’invention de nouveaux langages informatiques (par exemple LISP), dans l’arrivée de systèmes d’exploitation « ouverts » pour travailler à plusieurs sur des grosses machines, par les protocoles de communication (Internet, en général), et par tout ce qui pouvait circuler, à la fois l’organisation et la création. En somme, ce sont toutes ces pratiques des hackers (ainsi qu’il se reconnaîtront plus tard, sans toutefois former une classe sociale à part, puisque nous sommes tous des hackers), en informatique et au delà de l’informatique, que le livre Histoires et cultures du Libre tente de raconter… sans toutefois être exhaustif.

Étant donné la pluralité des approches possibles, il fallait que cet ouvrage soit un collectif et il a toute sa place dans la collection Framabook, entre la biographie de Richard Stallman et Option Libre de Benjamin Jean. Avec Camille Paloque-Berges, nous avons donc lancé en mai 2012 un appel à publication en tâchant de résumer la problématique d’une approche historique du libre. Rien ne laissait présager que cet appel allait intéresser autant d’auteurs. 27 ont été selectionnés par Camille, Benjamin et moi sur la quarantaine de résumés reçus. Il s’agissait avant tout de donner de la cohérence entre les parties de l’ouvrage (en six parties). La très grande majorité présentaient des approches riches, variées et pertinentes. Nous avons tâché d’équilibrer nos choix et, finalement, avons laissé carte blanche aux auteurs quant au nombre de pages tout en essayant de les orienter au mieux par rapport à la problématique de départ. Beaucoup d’allers et retour avec les auteurs ont donc eu lieu. L’appui du comité éditorial du projet Framabook a été décisif : sans les relecteurs, la cohérence de l’ouvrage aurait été fortement compromise. Quant aux coquilles… sur 580 pages cela donne une idée de l’enfer.

Et ce n’est pas fini. Nous avons livré pour l’instant un Framabook disponible en PDF (gratuit) et à la vente en version papier (pour les vacances d’été, vous pourrez le lire sur la plage ou à la montagne si vous avez de la place dans votre sac à dos, le premier qui parvient à emmener ce pavé à plus de 2500 mètres d’altitude, à pied, pas en avion, photographie à l’appui, gagne un second Framabook !). Il faut maintenant en produire des versions HTML et e-pub rigoureuses. C’est là que ca se complique : le texte est en LaTeX, avec une gestion bibliographique par chapitre avec biblatex. Or, la transformation ne peut se faire en un clic. Avis, donc, aux amateurs : nous serons ravis de les accueillir dans le groupe Framabook qui a bien besoin de bras. Par ailleurs, l’objectif serait de pouvoir en faire une traduction au moins en anglais. Là encore, si des spécialistes (aguerris) sont partants…

En attendant bonne(s) lecture(s) et n’hésitez pas à faire passer l’info.

Histoires et cultures du Libre. Des logiciels partagés aux licences échangées

Sommaire

  • Hervé Le Crosnier , Préface
  • Camille Paloque-Berges et Christophe Masutti, Introduction générale

Partie 1 – (Pré-) histoire

  • Valérie Schafer, Des réseaux ouverts, pour quoi faire?
  • Christophe Masutti, Ingénieurs, hackers : naissance d’une culture
  • Pascal Robert, Esquisse d’une archéologie de l’informatique communicante
  • Christopher Kelty, Sharing source code

Partie 2 – Économie du Libre

  • Stéphane Ribas, Patrick Guillaud, Stéphane Ubéda, Les modèles économiques du logiciel libre et leur évolution
  • Nicolas Jullien et Jean-Benoît Zimmerman, Le logiciel libre : un renouveau du modèle industriel coopératif de l’informatique
  • Pierre-Amiel Giraud, Les RMLL, haut lieu mobile du libre francophone

Partie 3 – Trajectoires du Libre

  • Damien Djaouti, Influence du Libre dans l’histoire du jeu vidéo
  • Thibaud Hulin, Brève histoire de l’identité visuelle du Libre
  • Sébastien Broca, Free Software et open source: utopie et idéologie

Partie 4 – Licences libres

  • Benjamin Jean, L’évolution des licences libres et open source : critères, finalités et complétude?
  • Primavera de Filippi et Isabelle Ramade, Libre choix ou choix du libre?

Partie 5 – Études de cas

  • Robert Viseur, Mozilla : histoire d’une libération
  • Séverine Giordan, Pure Data, logiciel libre de productions créatives
  • Adrienne Alix, Wikipédia et le monde du Libre
  • Jonathan Chibois, Du logiciel libre pour l’Assemblée Nationale
  • Alexandre Hocquet, RTFM! La chimie computationelle: une communauté scientifique loin du libre

Partie 6 – Témoignages: Libre et institutions

  • Gérard Giraudon, Un point d’histoire de la stratégie d’INRIA sur l’open source
  • Jean-Luc Archimbaud, La place du logiciel libre au CNRS

Textes complémentaires

  • François Élie, Des trois communautés aux forges de demain
  • Jean-Pierre Archambault, Le libre dans l’Éducation Nationale



Disparition de notre ami Sobralnet

Sobralnet - Luis Andrade

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris la mort récente et soudaine de Luis Andrade, plus connu ici sous le pseudo « Sobralnet ».

Il avait été l’un des membres de la première heure de notre association en s’impliquant beaucoup dans l’annuaire, le forum (1200 messages) et notre canal IRC.

Outre son passage remarqué chez nous, il reste de signifiantes mais désormais nostalgiques traces de lui sur Internet : comptes Flickr, Wikipédia, OpenStreetMap…

Il reste surtout l’image de quelqu’un de très sympathique et chaleureux, avec un véritable cœur sur le main, aussi généreux avec les autres que pudique avec lui-même.

Nous laissons à son ami « Juraman » le soin de conclure ce triste billet :

Luis était une personne sur laquelle on pouvait toujours compter et qui a su prendre plusieurs chemins dans une vie bien trop courte. Après avoir travaillé plusieurs années durant comme chauffeur routier international, il a changé de voie pour embrasser une carrière de boulanger. Suite à des ennuis de santé, il fut obligé d’arrêter ce métier et commença à s’intéresser de plus en plus à l’informatique en général et, bien sûr, aux logiciels libres en particulier. Luis est parti bien trop vite, au moment même où il avait retrouvé un emploi qu’il effectuait avec envie, plaisir et aussi amour. Il avait une adaptation remarquable. Il a connu de nombreuses périodes difficiles dans sa vie, qu’il a su traverser sans jamais se plaindre. Il était d’une grande discrétion alors je ne sais pas s’il apprécierait que je parle de lui ainsi. Mais je lui dois bien ça.

Sobralnet - Luis Andrade

Photo prise aux Tanneries lors des RMLL de Dijon en 2005 (Luis est en veste bleu, moi en bob, et nous nous étions beaucoup amusés ce soir-là).




Tous ensemble vers l’annuaire Framalibre

Tout au long de cette semaine Framaccueil, nous vous avons présenté une partie des coulisses de notre nouvelle page d’accueil. Cette semaine a été l’occasion pour nous de mieux communiquer sur l’ensemble des services proposés, grâce à vos dons, à vos apports, à notre travail commun.

Tous ces projets sont bien jolis, mais le projet initial, c’est tout de même un annuaire… L’annuaire Framasoft, avec ses dix années au compteur, a mérité une belle retraite… En effet, il se prépare depuis quelque temps déjà un nouveau projet qui, espérons-le, rendra autant de services durant autant de temps… Nom de code : FramaLibre. C’est à Nicolas (aka lamessen) que l’on va essayer de tirer les vers du nez…

— Pouhiou

Framablog : Tu fais partie des plus récentes recrues de Framasoft… Alors, même pas peur d’être de ceux et celles qui s’attellent au projet-phare ?

Nicolas : Une fois surmonté l’horrible bizutage à l’arrivée chez Framasoft, plus rien ne peut faire peur ! Ceux qui ont déjà entendu les grognements traumatisants de Goofy le savent bien. Du coup, c’est un réel plaisir de pouvoir mettre les mains sous le capot, apporter un peu de sang frais et mettre son grain de sel dans un projet qui est véritablement prometteur. Pourvoir participer à ce projet à peine arrivé, c’est vraiment motivant.

Pourquoi passer de Frama « Soft » à Frama « Libre » ? Une lubie ou un changement fondamental ?

Il était nécessaire de donner à l’annuaire son propre nom, pour faciliter la lisibilité pour les visiteurs. Mais c’est plus qu’une simple question d’ergonomie. L’annuaire Frama « soft » était un annuaire regroupant des logiciels libre. FramaLibre a pour vocation d’offrir une expérience beaucoup plus riche. Il contiendra bien entendu toujours les logiciels libres, mais il ne se limitera plus à ça. Il proposera de nombreuses autres choses, toutes en rapport avec la culture libre au sens large, bien sûr ! Il n’y avait pas de meilleure façon de marquer cette ouverture au monde libre en général qu’en lui offrant un nouveau nom, symbole de cette renaissance.

L’oreillette me souffle qu’en ce moment, vous créez des catégories… Alors, c’est facile de classer ce qui est libre ?

Cette oreillette semble fichtrement bien renseignée ! Nous sommes effectivement en train de travailler sur les catégories qui seront proposées dans ce nouvel Annuaire. Et…ce n’est pas facile du tout (laissez moi sortir, au secours !). Sélectionner ce qui doit intégrer ce projet était assez facile. Mais le catégoriser pour rendre son utilisation la plus simple et agréable possible est beaucoup plus compliqué. D’ailleurs, ma poubelle est pleine d’essais qui n’ont pas été jugés suffisamment bon, et nous avons déjà consommé les aspirines de 3 pharmacies pour soulager les migraines provoquées par nos réflexions sur le sujet.

Dans la forme, quelle plateforme a été choisie pour travailler sur ce nouvel annuaire…? Pourquoi ?

Il sera propulsé par Drupal. C’est une plate-forme qui permet facilement l’ajout de contenu par les utilisateurs. C’est un point très important pour ce nouvel annuaire, qui doit être participatif , et facile à utiliser. Y contribuer doit être un plaisir et pas un parcours du combattant. De plus, cette plate-forme est déjà utilisée par Framasoft (notamment pour le site de Veni, Vidi, Libri.) Du coup, ça évite aussi de compliquer la tâche déjà ardue des administrateurs-systèmes et autres équipes qui doivent assurer le support technique et les maintenances. Et ce n’est pas rien, c’est quelque chose qu’il faut prendre en compte dès le lancement, pour assurer le meilleur service possible. Si on se débarrasse des difficultés techniques, autant pour la communauté que pour l’équipe technique, il ne reste plus que le contenu, et le plaisir de partager ensemble autour du libre.

Bon, et si on veut participer, on le peut à partir de quand ? Comment ?

Déjà dans les starting blocks ? C’est parfait, tous ceux qui voudront contribuer à cet annuaire 2.0 seront les bienvenus ! Nous devons d’abord finir de mettre en place la structure de FramaLibre, et faire une première série de tests. Ceux qui le voudront pourront alors participer à une phase bêta, de test de FramaLibre et surtout de remplissage du contenu. Plus ce projet sera participatif et complet plus il sera utile. Préparez-vous, révisez vos raccourcis clavier, on vous fera bientôt signe pour vous donner le top départ !