Linux est-il menacé par les anciens de chez Windows ?

Classé dans : Migration | 58

Zach Klein - CC byC’est indéniable, le système d’exploitation GNU/Linux est en forte croissance et attire chaque jour de nouveaux utilisateurs. Parmi ces derniers, on compte une large part d’anciens utilisateurs Windows qui pour x raisons, à commencer par « la déception Vista », ne souhaitent plus continuer avec Microsoft.

Nous ne pouvons que nous en réjouir et vive la démocratisation Linux ! Sauf que cette nouvelle vague de migration n’est pas sans poser questions voire problèmes à la communauté Linux existante. En effet elle s’accompagne souvent d’un désir plus ou moins inavoué de voir Linux s’uniformiser et s’approcher le plus possible de Windows[1], quitte à le singer et prendre alors le risque de perdre sa propre identité.

Quand les utilisateurs de Windows veulent changer Linux… Comment réagir ?

How Windows Users are Changing Linux and What We Should Do About It

Linux Canuck’s Weblog – 3 décembre 2008
(Traduction Framalang : Goofy et Olivier)

Pas de doute, de nombreux utilisateurs ont décidé de quitter Windows pour s’en aller vers le Mac mais également vers Linux. Pour une part c’est parce qu’ils ne sont pas satisfaits de Vista. Mais ce n’est pas la raison qui importe ici, c’est ce qui en découle pour la communauté Linux.

Je suis actif sur plusieurs forums d’aide et je vois passer beaucoup de demandes. Un grand nombre d’entre elles viennent d’utilisateurs de Windows complètement perdus. Leur nombre et leur façon d’appréhender Linux ont une certaine influence. Personne n’a de statistiques précises, mais nous savons que la migration vers Linux va s’accroissant. Comme la plupart des nouveaux utilisateurs viennent de l’univers Windows, ils apportent avec eux leurs habitudes et leur expérience de Windows. Le passage n’est pas aussi aisé que la migration d’une version de Windows à l’autre, comme, disons, de passer de XP à Vista. Passer de XP à Linux est un choc pour beaucoup d’entre eux.

Heureusement, la communauté Linux est accueillante et a l’esprit large. Beaucoup d’entre nous étions dans la même situation qu’eux. Pas tous, cependant. Ce qui peut créer quelques problèmes : par exemple quand un gourou d’Unix demande à un débutant venu de Windows d’ouvrir un terminal et d’éditer GConf en ligne de commande avec Nano. Il est certain qu’un échange entre ces deux-là est fort intéressant. Mais pour une raison étrange c’est souvent la frustration qui prédomine pour chacun d’eux au final. Il faut s’attendre à de telles choses quand deux univers différents entrent en collision frontale…

Or nous découvrons que les utilisateurs de Windows ont sur la communauté Linux une influence que nous n’avions par prévue. Les utilisateurs de Windows n’ont pas l’habitude de choisir. À leurs yeux l’éventail des choix proposés sous Linux est déstabilisant.

Parlons d’abord du nombre de distributions. Par quel bout commencer pour faire son choix ? Chacun a son opinion, mais on ne sait pas qui croire. Si bien que les utilisateurs se fient à la réputation et à la popularité. Ils se peut qu’ils choisissent Fedora parce qu’ils savent que c’est un produit de Red Hat et qu’ils ont entendu dire que Red Hat est un poids lourd de Linux (pour les serveurs, mais ils ne font pas la différence). Ils n’ont pas conscience que Fedora n’est pas une distribution pour débutants et aucun argument ne les en fera démordre. Pire encore, ceux qui ont une ancienne version de Red Hat, qui veulent l’utiliser sur un vieil ordinateur de bureau et qui espèrent la voir fonctionner comme on leur a décrit Linux, de façon moderne et ergonomique. Et puis il y a Ubuntu. Ils l’utilisent parce que c’est la distribution que la plupart des gens utilisent. Il n’est donc pas surprenant que nos forums débordent de confusion et souvent même de frustration.

Voici donc où selon moi se trouve le problème. Cette frustration et cette confusion incitent les utilisateurs de Windows à déclarer que Linux devrait ressembler davantage à Windows. Ils veulent supprimer les choix et ils veulent que les choses soient standardisées. Pire encore, un petit nombre d’entre eux veulent changer Linux pour qu’il s’approche le plus possible de Windows. Nous devons donc être prêts à faire face à de telles déclarations et à préserver ce qui fait la spécificité de Linux.

Le problème survient souvent ingénument. Certains vont se trouver devant un problème d’installation de paquetage qui va leur faire dire quelque chose comme « c’est bien plus facile d’installer sous Windows ». Ce n’est pas le cas et nous devons leur expliquer pourquoi c’est faux et ce assez gentiment pour qu’ils ne soient pas rebutés. Ou encore ils peuvent demander quel est le meilleur programme antivirus à installer, ou bien comment défragmenter un disque, des choses classiques dans un environnement Windows mais qui n’ont pas d’équivalent sous Linux.

Vous pouvez entendre proclamer qu’il ne devrait pas y avoir autant de choix. Que ça submerge les débutants et que ce serait mieux s’il n’y avait qu’une seule distribution. J’ai lu hier encore un billet d’humeur à ce sujet. En fait, c’est assez fréquent. Ils disent quelque chose comme ça : « Linux a un problème et, s’il veut réussir, il faut qu’il concurrence Windows, par conséquent, Linux doit changer ». L’auteur de l’article poursuit en disant à quel point Linux ne peut se comparer favorablement avec Windows. La gestion des fichiers de configuration est « chaotique » et le besoin d’une base de registre centralisée se fait sentir. Il existe trop de gestionnaires de paquetages et donc les développeurs commerciaux ne peuvent pas tous les supporter, voilà ce qu’ils disent. Et puis le noyau change tout le temps à cause de sa gestion séparée…

Les critiques viennent de deux groupes, celui des débutants de base et celui des utilisateurs bien informés qui ont des besoins particuliers. Je suis certain que vous avez déjà entendu de telles récriminations, ainsi que l’idée que Linux est trop diversifié pour réussir un jour à s’imposer.

Le problème est que personne n’a jamais franchi le pas qu’ils voudraient voir franchir. Linux n’a nul besoin d’entrer en compétition avec quoi que ce soit. Il suit sa propre voie et se développe avec l’assentiment de tous. Par conséquent les seuls changements qui lui sont nécessaires relèvent de son évolution naturelle.

Linux est déjà un succès. Il n’a pas besoin de devenir ce qu’il n’est pas. Si, comme certains le souhaitent, Linux devait essayer de rivaliser avec Windows, il y perdrait son identité. Il deviendrait le modèle dominant et ne serait plus ce qu’il est, une alternative au modèle dominant.

Alors comment devons-nous répliquer face à de telles réclamations ? D’abord il nous faut être vigilants pour mieux les détecter. Ensuite, nous devons les identifier pour ce qu’elles sont, des tentatives de détournement de Linux. Nous devons tenir bon et être fiers de ce que nous avons, sans rêver à ce que cela pourrait devenir si par hasard nous leur emboitions le pas. Linux est ce qu’il est et Windows est ce qu’il est. Les utilisateurs ont le choix. Un point c’est tout.

D’un point de vue pratique, nous devons répondre de façon circonstanciée. Il faut éduquer les débutants, leur montrer comment se servir de Linux. Ils ont besoin de savoir pourquoi nous faisons les choses à notre manière et il faut leur rappeler que la force de Linux vient de sa diversité.

Ceux contre qui il est plus difficile de rétorquer, ce sont ceux qui publient des commentaires et qui bloguent, ceux qui connaissent Linux et ses particularités. Ils présentent ces dernières comme des erreurs et exposent leurs arguments. Dans ce cas de figure nous devons comprendre et nous former avant de leur répliquer. Nous devons leur exposer des arguments de poids pour expliquer que nous ne pouvons les suivre sur ce terrain. Pour cela nous devons savoir d’où ils viennent, vers quoi ils nous engagent et peut-être même quel est le motif secret qui les anime. Chacun a son petit secret.

Pour espérer défendre les couleurs de notre champion Linux, il nous faut être préparés à rester fermes sur nos positions. Nous devons tout d’abord accepter Linux tel qu’il est. Si nous-mêmes sommes d’accord avec ces détracteurs, nous devons apprendre pourquoi les choses sont ce qu’elles sont. Linux a une histoire. Il existe de bonnes raisons qui ont fait qu’il nous arrive ainsi aujourd’hui.

À chaque fois que les gens essaient de modifier radicalement le cours des choses, c’est un échec. Le changement révolutionnaire déclenche des forces incontrôlables. Au contraire, les évolutions construisent et améliorent les fondements. C’est plus lent mais c’est plus sûr. Linux change, mais change à sa manière. C’est sain et naturel.

Linux est Open Source, donc les gens sont libres d’en faire ce qu’ils veulent. Chacun, Microsoft compris, peut créer sa propre distribution qui fait précisément ce qu’on lui demande. Le problème c’est que cela ne produit pas le résultat escompté. Cela ne fait qu’accroître le nombre de distributions. En fait, c’est une révolution que certains veulent faire. Ils voudraient que Linux cesse d’être ce qu’il est pour que leur vision devienne une réalité. Ils ont besoin que les autres projets s’interrompent tout autant que de faire réussir les leurs. Voilà pourquoi de telles discussions sont intrinsèquement dangereuses, et pourquoi nous devons hausser le ton.

La plupart des utilisateurs de Linux sont bien informés et experts. Beaucoup sont également silencieux. Puisque Linux n’a pas de porte-parole, il ne peut compter que sur nous, ses utilisateurs et développeurs qui partageons la même idée. Nous devons proclamer ce que Linux représente et ne pas rester silencieux lorsqu’il est nécessaire de nous exprimer.

Parfois certains feraient mieux de s’abstenir de répondre. Les commentaires du genre « tu as tort », « tu es un crétin » ne sont pas constructifs. Ils montrent qu’on est passionné, mais pas grand-chose d’autre. Ceux qui émettent des critiques méritent qu’on leur explique pourquoi les choses sont telles qu’elles sont. Nous devons dire pourquoi nous ne partageons pas leur désir de changer ce qui est déjà bon.

Personnellement je me fiche de savoir où en est Microsoft. Je n’utilise pas Windows et ne l’utiliserai pas. Que Microsoft triomphe ou s’effondre n’est pas une question qui m’intéresse. Linux n’a nul besoin que Windows s’effondre pour réussir. Il n’y a pas de compétition dans mon esprit. Dès que les gens commencent à parler comme si elle existait, je me méfie de leurs motivations et de leurs intentions. Les gens qui écrivent que Windows 7 va tuer Linux ne comprennent manifestement ni Linux ni ses utilisateurs.

Nous n’allons pas partir à l’abordage dès que Microsoft lance quelque chose. Nous utilisons Linux parce qu’il correspond à nos besoins et traduit notre désir de liberté, de contrôle et de maitrise de notre ordinateur, ce que Microsoft ne poura jamais offrir. Chez Microsoft comme chez Apple, les objectifs sont diamétralement opposés. Ils conçoivent l’ordinateur comme quelque chose qu’ils devraient contrôler et par extension, ils aimeraient bien vous contrôler vous et vos habitudes. Les gens qui ont ça en tête ne choisissent pas Linux et ne le feront jamais. Voilà précisément le problème selon moi.

Microsoft déteste ce que représente Linux. Cela n’a rien à voir avec les problèmes pratiques tels que les expriment les gens qui veulent changer Linux pour qu’il ressemble à Windows. Cela a tout à voir avec la façon radicalement différente dont nous voyons les choses et le fait que pour la première fois ils entrent en compétition avec une idéologie qu’ils ne peuvent pas acheter comme une entreprise, si bien que leur solution est de changer l’idéologie, en lançant à ses trousses des gens qui soulèvent des problèmes pratiques. Tout cela fait partie d’une campagne d’intox à laquelle il se peut que certains s’activent délibérément, tandis que d’autres en sont les instruments inconscients, depuis longtemps avalés par la Machine.

Au bout du compte, il n’importe guère de savoir s’ils sont délibérément actifs ou passivement impliqués. Le fait est qu’ils sont en campagne. J’ai lu des rapports ces dernières semaines mentionnant que Microsoft offre des portables gratuits à des blogueurs et verse de l’argent à des entreprises pour que tous recommandent Windows. De là à envisager qu’ils paient des personnes et des entreprises de la même façon pour d’autres buts, il n’y a qu’un pas. Non seulement il est nécessaire pour Microsoft de s’attaquer à l’idéologie, mais la firme veut aussi réduire le fossé entre les deux systèmes d’exploitation de telle sorte que peu de choses les différencient. Ils veulent nous affadir pour nous détruire plus facilement.

Nous avons beaucoup à faire pour éviter ce résultat. Nous avons besoin de maintenir Linux sur sa lancée, pour que nous puissions être une alternative. Si nous ne sommes plus une alternative, nous n’avons plus rien à offrir, sinon un prix, et le prix à payer est une chose avec laquelle Microsoft sait très bien s’arranger.

Je conseille de parler haut et fort en faveur de Linux et de promouvoir l’unité de la communauté Linux. C’est normal d’avoir des rivalités amicales entre distributions, mais nous devons être sur nos gardes vis-à-vis d’attaques bien plus insidieuses venant de l’extérieur, et protéger ce que nous avons en commun. Si Linux doit changer, que cela demeure de l’intérieur.

Notes

[1] Crédit Photo : Zach Klein (Creative Commons By)

58 Réponses

  1. beaucoup de verbiage pour un article assez creux au final, visiblement écrit par un grand conservateur.

    en outre, je ne suis pas d’accord avec ce passage (qui comporte une contradiction en son sein) :
    "Si, comme certains le souhaitent, Linux devait essayer de rivaliser avec Windows, il y perdrait son identité. Il deviendrait le modèle dominant et ne serait plus ce qu’il est, une alternative au modèle dominant."
    Linux ne se définit pas comme alternative à MS Windows ; son identité propre ne tient pas à son caractère minoritaire ou marginal

  2. Bonjour

    Utilisateur de Linux depuis de longues années, je partage en partie vos conclusions. Je dis souvent que je préfere voir certains utilisateurs rester sous Windows…
    Néanmoins, certains aspects de Linux me posent problème. Quand en effet, vous devez, pour pouvoir bénéficier du suivi logiciel, migrer tous les 6 mois (ou tous les ans), cela pose un réel problème a un utilisateur de base. C’est a mon avis un point bloquant majeur et c’est une position indéfendable vis à vis d’un nouvel arrivant.
    Le jour ou une distribution proposera d’upgrader facilement en cliquant juste sur une fonction MAJ, on aura fait un pas de géant vis à vis des débutants. A ce moment, Linux sera, de mon point de vue, quasi parfait et pourra sans crainte aucune être proposé au novice.

    Amitiés de Corse

  3. Luke SKy

    "Quand en effet, vous devez, pour pouvoir bénéficier du suivi logiciel, migrer tous les 6 mois (ou tous les ans), cela pose un réel problème a un utilisateur de base."
    Sous windows, ce sont les logiciels qui demandent un upgrade tout seuls, à une fréquence hallucinante : le jre par exemple, itunes, etc. Je peux vous dire que ça me gonfle de faire un upgrade logiciel chaque fois que je passe sur l’ordi de mes parents. Sans compter les correctifs de sécurité, nombreux et quotidiens.
    Une bonne solution : Debian. La vitesse de passage d’une version à une autre étant de près de deux ans, je pense que les utilisateurs ne seront pas trop bousculés.

    "Le jour ou une distribution proposera d’upgrader facilement en cliquant juste sur une fonction MAJ"
    Bah je crois qu’update-manager, couplé avec update-notifier permet ce genre de chose sous Debian et Ubuntu. Les autres distribs, je sais pas mais celles-là au moins le font.

    Ceci dit, il est vrai qu’il est tellement plus simple de faire passer quelqu’un sous GNU/Linux si celui-ci n’est pas déjà formaté sous windows…

    Luke SKy
    Vivre libre ou mourir

  4. Il y aurait beaucoup de chose défendable dans cet article si…. le lobbying intense des teneurs des logiciels privateurs ne nous menaçait pas dans notre liberté : ventes liées, DRM, DMCA, Trusted Computing etc.
    Philosophiquement on peut aussi se demander s’il est possible à une partie de la population de vivre libre dans un univers qui ne le serait pas.
    Ceci, et sans doute bien d’autres raisons, amènent les logiciels libres à effectivement se développer en opposition avec les logiciels privateurs. Il est certain également que certains (beaucoup ?) voient dans ce mouvement une voie de transformation de la société vers un monde plus juste et plus humain.

    Par contre je partage absolument l’idée que le désir plus ou moins conscient de voir Linux ressembler à Windows constitue un danger contre lequel il nous faut lutter. Je pense toutefois que la GPL et l’ensemble des licences libres constituent un rempart terriblement efficace, préservant la diversité et donc l’innovation.

    Flanker

    PS Cher Corsica, vous n’êtes pas obligé de changer de version tous les 6 mois : la plupart des distributions proposent des solutions sur plusieurs années, même parmi celle réputée pour leur aspect "user friendly". Ubuntu, par exemple, propose une version LTS (long term support) qui ne change que tous les 2 ans (support 3 ans). Il est même possible, en utilisant des dépôts spéciaux (backports), de bénéficier malgré tout des dernières versions de logiciels pour utilisateurs finaux, tels que les logiciels bureautique, clients internet, multimédia, jeux etc.
    En même temps la migration d’une version à une autre se fait, pour bon nombre d’entre elles, d’un simple clic souris. Par contre, exceptionnellement, il vous sera demandé de redémarrer votre machine à l’issu de celle-ci. Une fois n’est pas de coutume :-)

  5. Merci pour cet article pas creux du tout, visiblement écrit par quelqu’un de profondément empreint de la philosophie du libre.
    Il n’est cependant pas inéluctable qu’en devenant le modèle dominant, Linux perde son identité; cela voudrait dire qu’un monde libre de droits de propriété intellectuelle n’aurait aucun avenir. C’est peut-être vrai dans le monde actuel, mais celui-ci est-il vraiment le seul possible?

    Si la volonté de ne pas se définir par rapport à Windows me semble juste, il faut cependant reconnaître que l’omniprésence de celui-ci pose des problèmes d’interactivité. De par leur nombre, les esclaves à Bill imposent leurs diktats (un linuxien peut toujours transmettre un document dans un format autre que .doc, mais allez donc faire comprendre que vous ne voulez pas recevoir de document dans ce format!). Personnellement, je suis obligé de faire cohabiter les deux systèmes afin de pouvoir me connecter au réseau de mon entreprise et effectuer certaines tâches professionnelles de chez moi. Le positif, c’est que c’est tout-à-fait possible; le négatif, c’est que je ne peux pas me passer de Windows, parce que Linux n’a pas (encore?) un poids suffisant par rapport à lui pour forcer tous les éditeurs de logiciels à sortir une version Linux de leurs produits.

    Quant aux installations et mises à jour, les récriminations envers Linux à ce sujet doivent à mon avis venir d’utilisateurs qui font appel à une personne ressource pour s’occuper de leur PC sous Windows, car celui qui a fait lui-même l’installation des deux systèmes ne peut qu’être épaté par la facilité et la rapidité d’installation de Linux (Ubuntu en tout cas) par rapport à Windows. Et ne parlons pas de la nécessité de réinstaller Windows qui au fil du temps, s’alourdit et ralentit de manière insupportable (du moins jusqu’à W2000, édition à laquelle je me suis arrêté), ni de la nécessité de redémarrer Windows après une mise à jour, ni de celle d’être connecté en tant qu’administrateur pour qu’une mise à jour puisse se faire – mais il est vrai que la plupart des utilisateurs de Windows utilisent leur compte administrateur par défaut, sans même se rendre compte qu’ils augmentent ainsi leur vulnérabilité aux attaques par internet.
    Le problème ici serait donc pour l’utilisateur lambda de trouver une personne ressource pour Linux aussi facilement qu’il peut en trouver une pour Windows (à noter que les utilisateurs de Mac rencontrent le même problème).

  6. En théorie, les maj fonctionnent. En pratique, la grande majorité des Linuxiens vous diront qu’il vaut mieux faire une ré-installation complète en gardant son home, c’est plus "propre", on a moins de soucis, etc…..
    En tant qu’utilisateur avancé de Linux, je n’ai aucun problème, je m’en arrange des ré-installation. Mais il suffit de parcourir la plupart des forum de la plupart des distributions généralistes (Ubuntu, Mandriva, Opensuse) pour réaliser que les maj sont loin d’être la panacée.

    Linux a beaucoup d’avantages, j’y suis depuis de longues années, d’ailleurs mon PC ne connait plus que cela. Il n’en demeure pas moins que si les upgrade étaient réellement efficace, ce serait mieux et plus sécurisant pour un utilisateur novice.

    Amitiés de Corse

  7. Ce qui me gène le plus avec les nouveaux-venus, c’est lorsqu’on sent qu’ils sont là uniquement pour la gratuité … En général, ils ne sont pas trés patients et veulent le beurre et l’argent du beurre (la gratuité sans effort, sans mérite). J’ai beaucoup de mal à me motiver pour aider les gens sur IRC qui demandent de l’aide pour utiliser des logiciels propriétaires sous Linux par exemple. Dernièrement j’ai eu une demande pour Skype. Je lui ai proposé mon aide mais je voulais comprendre son besoin (pourquoi IRC ne lui suffit pas, pourquoi OpenWengo ne ferai pas l’affaire). Je me suis pris dans la gueule un "C’est important pour moi d’utiliser Skype, c’est tout ! Je veux juste de l’aide pour l’installer, c’est tout". Vlan ! Du coup, j’avais un peu l’impression qu’on me prennait pour une "hotline" gratuite et qu’on m’engueulait comme lorsqu’on engueule quelqu’un d’un S.A.V lorsque son "produit" n’est pas conforme à l’achat. Bref, un choc culturel pas facile à digérer des deux côtés…. En général, çà se finit de ma part par un lien vers "Comment poser des questions intelligentes" (de Eric Raymond) : http://www.linux-france.org/article… (c’est le RTFM le plus poli que j’arrive à trouver dans ce genre de situation)… Dans le meme genre d’idée, connaissez vous la publicité d’une célèbre boisson gazeuse avec le patron des ordinateurs à la "fenètre" ? http://www.youtube.com/watch?v=v-v_… Au delà de l’humour, comment auriez vous réagit vous à cette publicité si vous l’aviez croisé dans le couloir ? Ne pensez-vous pas qu’il y a parfois une sorte de chantage des débutants du genre : "Ah ouais, …on m’avait dit que Linux c’était la solidarité, bein bof, bof !". Ne devrait-on pas changer l’expression "Logiciels libres" par "Logiciels libres et responsables "? Merci pour vos éventuelles suggestions :-)

  8. Il est terrible de constater que les hommes on plus le soucis d’adapter leur environnement quel qu’il soit plutôt que de s’y adapter. Question de facilité, de fainéantise, ne pas vouloir faire l’effort de comprendre….??
    En tous les cas, à chaque fois on a vu le résultat!!

  9. Témoignage d’un "débutant" ^^

    Par rapport aux distributions, le problème vient selon moi de l’emploi du mot "linux" dans tout ce qui fait la communication "militante" en sa faveur. Elle oublie souvent de dire qu’il y a une variété de systèmes "linux" aux objectifs et publics très différents. Le débutant doit savoir que linux n’est pas tout le temps cet eldorado et cet espace de liberté disneylandesque vanté parfois. Sorti d’une utilisation basique on en chie. Mais c’est vrai que le dire rendrait Ubuntu ou Mandriva moins attirant c’est sûr…

    Du côté des "expérimentés", certains ne savent ou n’acceptent pas qu’il y ait une place pour une utilisation de linux destinée aux gens qui n’ont ni le temps, ni les capacités, ni l’envie de comprendre vraiment leur système, et donc encore moins de le modifier.

    Or, si l’idée de maitriser son système est bien à la base du libre, ça n’en est aucunement une obligation ! De quel droit devrait-on imposer une façon d’utiliser linux ? Surtout dans la mesure où le public traditionnel ne diminuant pas, la diversité existera toujours.

  10. L’article conforte l’idée qu’il existe de "bons libristes" qui peuvent se permettrent de donner des leçons aux "mauvais libristes". Le fait est que les utilisateurs arrivent dans le Libre avec des demandes diverses qui vont du militantisme à la recherche de fiabilité. Aucun d’entre eux n’a de légitimité pour distribuer de bons points ou s’estimer moralement supérieur. Le Libre doit apprendre à vivre avec cette diversité et ne pas se laisser enfermer.
    Firefox et la Mozilla Foudation me semblent dignes d’être montrés en exemple en produisant un logiciel libre utilisables par tous et capable de s’adapter à tous les usages. Et je n’ai pas le souvenir d’avoir lu un article montrant que les anciens de Mozilla devaient resister aux ex-utilisateurs d’Internet Explorer…

  11. Bonjour,

    Je partage en grande partie les idées développées dans cet article, mais un certain point et quelques commentaires me poussent à réagir.

    Quand j’utilise un système informatique, je l’utilise en tant qu’outil pour faire quelque chose. Et j’attends de cet outil qu’il fonctionne correctement et qu’il m’offre les fonctionnalités que je souhaite. Je n’ai rien a faire de sa philosophie. Si pour une tâche précise un produit Microsoft est meilleur (dans le sens qui répond le mieux à mes attentes), je prendrais le produit Microsoft, si au contraire un produit libre est meilleur j’opterai pour le libre, etc.

    Quand je vois dans les commentaires "J’ai beaucoup de mal à me motiver pour aider les gens sur IRC qui demandent de l’aide pour utiliser des logiciels propriétaires sous Linux par exemple. Dernièrement j’ai eu une demande pour Skype. Je lui ai proposé mon aide mais je voulais comprendre son besoin (pourquoi IRC ne lui suffit pas, pourquoi OpenWengo ne ferai pas l’affaire)." j’ai les poils qui se hérissent. Un utilisateur qui a fait le choix de Skype (quelles que soient ses raisons, ‘bonnes’ ou ‘mauvaises’) à le droit de pouvoir utiliser Skype (ou tout autre logiciel propriétaire) sous linux, ne serait ce que pour avoir accès à ses contatct (qui, eux, ne peuvent ou veulent pas passer à autre chose). Le rôle du gourou est de lui parler de l’existence de solutions alternatives mais de lui laisser le choix final – le choix n’est il pas d’ailleurs une des grandes forces du libre ? – cela inclut le choix du propriétaire.

    Autant je suis près a passer tout le temps qu’il faut à apprendre l’utilisation et la configuration d’un programme que je veux car il répond à mes attentes, autant je ne veux pas perdre le même temps sur un logiciel inadapté à ce que je veux faire sous prétexte qu’il est libre alors qu’une solution propriétaire existe et me convient.

    Et c’est cela selon moi la grande faiblesse du libre. Ce sont tous ces libriste qui mettent en avant un idéologie (que je partage tout à fait, ne vous méprenez pas) au détriment des fonctionnalités, des performances, du confort d’utilisation, etc.

    Si comme plus de 20% des internautes aujourd’hui j’utilise Firefox, c’est parce qu’il correspond a mes attentes, pas parce qu’il est libre, et le jour où The Gimp (ou un autre) répondra à TOUS mes besoins en édition graphique, j’envisagerai de quitter Photoshop… et la liste d’exemples est longue, des deux côtés.

    Le libre en tant que moyen, oui à 200%, le libre en tant que fin, absolument pas !

  12. Je suis un utilisateur de Windows, mais j’attends avec impatience d’acheter un ordinateur et d’installer une distribution Linux. C’est en raison de la différence du système GNU-Linux que je veux "franchir le pas".
    Je crois être suffisamment expérimenté pour savoir qu’on ne change pas d’OS comme de chemise. On peut désinstaller facilement un logiciel parce que non convaincu, voire déçu. Mais s’attaquer à un OS c’est quand même s’attaquer au "Logiciel" qui permet de faire fonctionner les autres et de profiter des caractéristique de la machine hôte. Il est donc logique de penser que ce n’est pas rien. Je me suis renseigné, documenté. Et j’appréhende tout de même l’opération (en fait, c’est surtout de mes capacités dont je doute).
    Windows a toujours fait croire que tout est simple sur un ordinateur :
    * je branche un périphérique et hop, le pilote est installé ;
    * je double-clique sur une icône et hop, le logiciel est installé ;
    * enfin (et surtout) j’allume mon nouvel ordinateur et hop, je peux l’utiliser de suite.
    Les utilisateurs windowsiens lambda y croient dur comme fer. Ils se sont totalement habitués au ralentissement de leur machine avec le temps (à la grande joie des fabricants et des vendeurs d’ordinateurs), au "Blue Screen of Death", aux virus et autres sales bestioles, aux dénis de droits et licences kilométriques et absconses…
    Brefs, ils ne se rendent même pas compte que leur OS leur en met plein la vue tout en fonctionnant de façon erratique.
    Et puis est arrivé Vista ! sorti à la hâte, il n’a pas tenu toutes les promesses révolutionnaires et mirobolantes faites tout au long de sa conception. Les gens se sont alors mis à douter de Windows, aidés par la remise en cause de l’hégémonie douteuse de Microsoft, la montée en puissance de distribution Linux orientées grand public (Ubuntu, Mandriva…) et du logiciel libre en général (en premier Firefox).
    Cependant, ils ne veulent pas changer d’OS; ils en veulent un qui tiennent les promesses ratées de Vista ni plus ni moins ! Ils ne cherche pas à comprendre ce qu’est Linux et ce qui fait sa spécificité. Pour preuve : ils se méfie de Mac car ils savent qu’ils se retrouveront en terre semi-inconnue, avec de nouvelles habitudes et limitations à la clef.
    C’est le règne de la société de consommation rapide (à laquelle Microsoft n’est pas étranger). Ils se disent si GNU-Linux est autant orienté en faveur de l’utilisateur et adaptable à volonté, pourquoi ne serait-il pas "mieux que Windows". Leur désir inconscient est en fait que Microsoft s’empare d’une distribution (on connais bien la faculté de La Firme à phagocyter). et d’en faire un OS à l’image de Windows mais en mieux.
    Je ne cache pas que la multiplicité des distributions me perturbe un peu. Leurs reproches mutuels ont l’air parfois de tenir de la querelle de clocher. Et surtout, j’ai parfois l’impression que la (trop ?) grande diversité nuit à la progression de Linux en générale. Mais je comprend les points de vue de chacun des groupes de développement, l’effet d’émulation entre eux. Car c’est une part importante de ce qui fait l’originalité de GNU-Linux : la remise en question constante à tous les niveaux.
    Je suis convaincu que Linux ne doit donc pas fléchir et se plier aux desiderata des déçus-de-Windows-qui-ne-veulent-pas-réfléchir. S’ils veulent changer de système d’exploitation, ils devront donc au moins savoir ce que c’est. Là, ils comprendront peut être que ça peut être délicat et ce qu’ils y gagneront réellement.

  13. @gregseth : Tu dis "j’ai les poils qui se hérissent. Un utilisateur qui a fait le choix de Skype (quelles que soient ses raisons, ‘bonnes’ ou ‘mauvaises’) à le droit de pouvoir utiliser Skype (ou tout autre logiciel propriétaire) sous linux"

    Dans mon commentaire précédent, je n’interdisais personne d’utiliser du logiciel "propriétaire". Oui, l’utilisateur a le droit d’utiliser ce qu’il veut … tout comme j’ai moi-même le droit ne pas l’aider si je ne veux pas l’aider. Je ne parlais que de mon aide. J’expliquais mon choix de ne pas aider (ou plus exactement d’orienter mon aide vers le libre). J’aime aider le libre car je sais que c’est un système qui m’aide aussi indirectement, c’est un cercle vertueux. Alors qu’aider le propriétaire, c’est juste faire plaisir à quelqu’un ponctuellement (comme vider la mer avec un sceau)… mais çà n’alimente pas une dynamique d’aide péreine et vertueuse. Dans la meme logique, j’aide rarement les gens à cambrioler des banques par exemple (l’aide n’est pas une fin en soi). Quand on me demande de l’aide pour un logiciel propriétaire, çà me fait simplement penser à un cuisinier du "Fouquet’s" qui s’apercevrait soudain qu’il n’a plus de moutarde pour ses clients et qui déciderait d’aller en prendre au "Resto du coeur" juste en face… Si moi, j’étais bénévole au "resto du coeur", bein, tu comprendras que je laisse le cuisinier se servir tout seul et que je ne lui déroule pas le tapis rouge. Mais, oui, oui, oui … tout le monde a le DROIT d’utiliser des logiciels propriétaires ou de la moutarde … faut juste en assumer les inconvenients qui vont avec :-)

  14. @Bigpapa
    Pour faire le grand saut vers Linux, le plus rassurant est d’acheter un second disque dur pour faire tes essais d’installations sans stress … L’idéal serait meme d’avoir deux ordinateurs (un pour faire l’installation et l’autre pour se connecter au web pour avoir de l’aide en meme temps).

  15. @gregseth

    L’outil informatique est plus qu’un simple outil. On ne peux pas comparer un logiciel avec un micro-onde. Si tu n’aime pas ton micro-onde tu peux facilement en changer. Tu pourra toujours faire chauffer tes aliments.

    Mais avec le logiciels, c’est différents, en utilisant autre chose que des logiciels libres, tu te prive de certaines libertés. En utilisant Microsoft office, tu utilise du *.doc et donc tu ne peux pas récuperer tes fichiers si tu change de système. Tu n’as plus la liberté de changer de système d’exploitation car sous linux tu ne peux pas lire les *.doc ( certes il y a OOo mais la mise en page n’est jamais parfaitement sauvegardée ). Et le problème ne se pose pas seulement avec Microsoft office. Mais aussi avec un format Itunes/ipod mal supporté sous GNU/Linux. De plus même si tu payes ton Photoshop tu n’aura pas le droit de l’utiliser sur ta machine Linux, car tu n’as pas les sources pour le recompiler… Donc Photoshop te prive aussi de ta liberté de changer de système…

    Si tu acceptes de renoncer à certaines libertés pour des raisons de conforts c’est ton choix, mais c’est triste… J’imagine mal quelqu’un dire «J’accepte de gagner un plus grand salaire, même si je dois renoncer à mon droit de vote et ma liberté d’expression…».

    Bien évidemment, si ton logiciel n’a pas d’équivalent libre qui te corresponde, alors tu n’as pas le choix de le garder, mais il faut être conscient que tu es privé de certaines libertés et que tu n’a pas choisi de l’être. Donc pour conclure, même si l’utilisation du logiciel libre est légèrement moins ergonomique,ou moins puissante que celle d’un logiciel privateur, si il est possible d’utiliser le premier plutôt que le dernier, alors autant faire quelques efforts et garder ses libertés… En effets, on trouverai honteux que quelqu’un affirme qu’il ne désire pas voter parce que voter demande de la réflexion … Ce n’est pas parce que la liberté demande un effort qu’il faut y renoncer.

    Ce commentaire n’as pas pour but de dire «Bruler ce qui utilise du logiciel propriétaire», mais c’est parce que (entre autre) trop de personne dise,
    «Quand j’utilise un système informatique, je l’utilise en tant qu’outil pour faire quelque chose. Et j’attends de cet outil qu’il fonctionne correctement et qu’il m’offre les fonctionnalités que je souhaite. Je n’ai rien a faire de sa philosophie.»
    que trop de personnes utilisent du *.doc et des logiciels qui ne marche que sous Windows, et donc empêche le libre de se développer… En effet je ne peux pas utiliser Gnu/Linux si tous les fichiers que l’on m’envoie sont des *.doc ? Je ne peux pas utiliser Gnu/Linux si un site que je dois régulièrement utiliser n’est pas compatible avec firefox mais seulement avec IE.

  16. Au pied de la statue de la liberté est inscrite cette citation de Benjamin Franklin : "Those who would give up essential Liberty, to purchase a little temporary Safety, deserve neither Liberty nor Safety"
    Bien sûr je ne conteste pas le droit de tout un chacun d’utiliser le logiciel (ou l’OS) qui lui convient, mais pour ma part je suis venu à Linux par et pour la philosophie du libre. Et je ne suis pas prêt à échanger mon baril de liberté contre 2 barils de logiciel privateur.

    Par ailleurs, tout comme Samuel, j’aide volontiers dans les forums ou dans mon lug, ceux qui veulent se prendre en main et passer au libre, mais j’ai aussi un hoquet quand j’entends des gens venir chercher juste un service gratuit tout en affirmant, avec la plus désarmante bonne conscience, "moi je veux juste que ça marche sans chercher à comprendre pourquoi !". Tu veux pas 100 balles et un Mars, en plus ?

  17. Personnellement, je suis passé à Linux définitivement depuis 6 mois (avant je mettais, puis je désinstallait, parce que je trouve que le dual boot n’est pas une solution, mais une rustine, et que en plus, certaines personnes dans ma familles gueulaient dès que Linux était démarré et qu’il ne retrouvaient plus leurs repaires)

    J’utilisais aussi beaucoup Ubuntu (le système GNU/Linux que tout le monde installe "parce que c’est le système linux le plus simple" (je n’en dirait pas plus sinon je serait méchant ;D)) et je me suis rendu compte qu’en fait, il n’était pas adapté à mon utilisation, il ne correspondait pas entièrement à ce que j’attendais… j’ai essayé Debian… beaucoup plus stable à mon avis que Ubuntu, mais je fais partie de ces gens qui aiment avoir les derniers logiciels… or Debian a plutôt tendance à garder une version érpouvée d’un logiciel plutôt que d’y inclure la dernière version dès sa sortie (ce qui est un choix plus que respectable, et si je devais mettre en place un système sûr c’est peut être une distribution vers laquelle je me tournerais)

    Venons en au fait. Je tourne sous Fedora. Système stable, mises à jour régulières, simple à prendre en main pour moi, je peux y installer Emacs ;D (j’ai appris à développer dessus, j’ai pris l’habitude, en revanche nano ou vi, je ne les utilise jamais) bref, ce système me convient. Au boulot, tous nos PC sont sous XP. Et nous avons en plus 2 dedibox qui tournent sous Ubuntu 8.04. Je ne fais pas partie des gens qui sont censés travailler sur les dedibox, mais ma maîtrise du système fais que je me tape une partie des configs. Je me rends compte que les quelques personnes qui travaillent avec ces serveurs ne sont pas "aptes" à avoir un système Linux chez elles. Elles sont habituées à avoir une interface avec un programme. Donc quand elles installent MySQL, les voilà perdues parce qu’il faut choisir un frontal. Pire, j’ai essayé de leur expliquer que les connexions "root" en SSH, c’est à éviter comme la peste, et rien à faire, j’ai toujours la même réflexion "oui mais sous Windows, on est toujours connecté en administrateur, je voit pas pourquoi on ferait pas la même chose"

    Je leur ai epliqué qu’il fallait penser différement, que Linux n’est pas Windows, que ce n’est pas mieux ni moins bien, c’est avant tout différent, et c’est un choix à faire. Rien que l’idée de devoir choisir un shell leur parait étrange, et même si je m’accomode très bien de bash (j’avoue ne jamais avoir testé un autre shell), l’idée de devoir faire un choix me convient.

    Linux est un choix, mes collègues le respectent, je respecte leur choix d’utiliser Windows et je ne cherche pas plus loin. En revanche si l’un d’eux décide de passer le pas, je ne serait pas contre leur donner un coup de main.

    Et pour finir des commentaires sur les commentaires., a propos de ce qui a été dit sur Skype, je suis d’accord pour dire qu’on a le choix d’utiliser skype, et qu’on a aussi le choix de diriger quelqu’un sur des solutions alternatives. Si quelqu’un me demande de l’aide sur un logiciel propriétaire, je vais essayer de l’aider. Si il exige de l’aide, il ira se faire voir c’est tout.

    De plus, si les Windowsiens demandent à "normaliser" linux, il faudrait leur rapeller que la plupart des programmes de base du système essaient de suivre la norme POSIX, qu’en réflechissant bien, on se rends comtpe que les syntaxe des programmes sont similaires (–help, man, –option-longue, -oc (oc pour option courte ;D), – pour stdin et/ou stdout)… que certains programmes libres ont forcé le changement de certaines choses (merci OOo d’avoir poussé microsoft a avoir un format de document pour la suite office 2007 avec des specs détaillées permettant à d’autres logiciels de les lire tout de même, merci à Firefox d’avoir poussé microsoft à rendre IE8 plus proches de standards ouverts pour la gestion des pages web, et ainsi de moins galérer à avoir un rendu potable sur tous les navigateurs, merci à 7Zip de permettre d’avoir un format de compression efficace et libre, malheureusement le ZIP et le RAR sont encore tenaces. Merci à MySQL de pousser SQL Server à intégrer des fonctionnalités prévues depuis 1992 dans les normes SQL92 (ou 98 je sais plus (je pense à la gestion des données spaciales)).

    En gros, merci au libre de faire avancer les choses

  18. J’ai rarement lus des articles d’une telle démagogie sur framablog.

    "Il ne faut pas faire gaffe à windows, linux fait son propre chemin, mais soyons quand même une alternative." Voilà ce que nous dit l’article en tout et pour tout. Une posture contradictoire, en somme. Un "nous contre eux" qui se cache derrière une tonne de verbiage bien pensant.

    Deux lignes plus tard, on assiste a une vendetta anti-microsoft en règle pour enfin nous ré-asséner qu’il faut se prémunir des influences extérieures. Comme si cela était possible sur le web :-)) Ça me fait penser aux politiques ultra protectionniste qui préconisent la fermeture des frontières et la vie en autarcie. "Changeons linux de l’intérieur" Bref, la meilleure manière de tarir la source de l’innovation.

    Par essence, Linux est tout à fait différent de windows. Il ne ressemblera jamais à windows tout simplement parce que l’un est propriétaire et l’autre libre.

    Cet article est un bien triste hymne à l’isolement qui souhaite conserver l’utilisation de Linux a une petite élite. D’un radicalisme rare qui veut faire de la rebellitude le point de début et de fin de l’aventure Linux.

    Paradoxalement, je n’adhère absolument pas à l’idée qu’il faudrait un seul "Linux" ni que la concurrence entre les distributions porte atteinte à la qualité ou la renommée du système d’exploitation.

  19. La frustration viens surtout du fait d’avoir du apprendre tant de choses pour maitriser parfaitement son Windows et ses logiciels autours ! C’est tant de recherches sur Internet pour trouver le bon soft ! Et personne n’utilise le même. Le bouche à oreilles doit trouver de nouvelles bouches, libres.
    Quand on prends une personne qui a trouvé un exellent logiciel de convertion de MP3 sous Win et qu’on lui dit qu’il n’existe pas sous Linux, finalement, il a tendance à penser que c’est la faute à Linux. En réalité c’est la faute du logiciel en question qui ne peux pas ouvrir son code source, meme si son logiciel est gratuit, pour la simple raison qu’il y a du code espion dedans ou parce qu’il ne connait simplement pas Linux.
    Alors on lui dit : ce n’est pas grave ! Il y a des milliards de logiciels de conversion de MP3 sous Linux, et libres ! Bien entendu on peux aussi les faire tourner sous Windows car il y a plus de logiciels venant de Linux sous Windows que l’inverse.
    Mais là, la personne doit à nouveau faire une longue recherche pour trouver LE logiciel parfait qui correspond à peu près à ce qu’il avait avec quelques trucs en moins qui le frustreront un peu et quelques trucs en plus qu’il n’ira meme pas découvrir de peur de se simplifier la vie.

    Bref, ce n’est pas seulement apprendre quelque chose de nouveau, c’est aussi faire de longues recherches dans cette immense diversité. Finalement, seul le passionné ou l’utilisateur venu d’aucun autre systeme (si possible avec des relations Linuxiennes), pourront migrer sans complexes.

  20. jeremy 83

    Je suis tout nouveau dans le logiciel libre, venant de xp. Je pense faire parti des "silencieux", qui utilisent Linux en essayant de le comprendre, ou non, mais en tout cas le prennent comme il est. Et je trouve que c’est un travail formidable. Une chose me turlupine. Je suis complètement persuadé que Linux est bien plus facile à utiliser que windows. Mais ce n’est pas le cas de tous les nouveaux arrivant. Or, linux est un logiciel libre, modifiable à souhait (pour certaine personne suffisamment calées). Qu’est-ce qu’il y aurait de gênant à ce qu’une partie de la communauté décide d’orienter une distribution de linux vers une version ressemblant à windows ? Tant que la diversité des distributions existe, quel problème ? Et honnetement, en migrant de XP à Ubuntu 8.04, je n’ai pas souffert de ce changement. Je pense que certaine distributions ont déjà fait le choix de ressembler du moins en apparence à windows. Excusez-moi si j’en choque.
    L’intérêt de Linux,c’est qu’il est ouvert et libre. Il n’a pas besoin de windows, il n’a pas besoin de s’y comparer. Linux, je le prend, et s’il ne me plait pas, je le change. Quitte à ce que je le fasse ressembler à windows.
    En vous remerciantpour tout votre travail sur le logiciel libre …

  21. Il est certain qu’une Opel a un volant à droite (en France), 4 roues, un moteur, un réservoir que l’on peut remplir à la station service la plus proche.

    Pourquoi ne peut-on faire la même chose avec un ordinateur ?

    Soyez certains que les téléphones mobiles équipées de cates micro-SD implémentant différentes fonctions le feront

  22. Dell-Ubuntu

    J’ai quitté XP , j’ai du "apprendre" ubuntu. (son forum est très bien), J’en suis ravi, mais j’ai du fournir un petit effort de conversion, comme tout nouvel utilisateur venant de windows.

    Je me disais, en pensant à ma cousine à qui j’ai installé xp il y a 6 mois sur son premier ordinateur, que je ne pourrai pas faire pareil avec ubuntu, car ça lui demanderait une autonomie, une curiosité, qu’ XP n’exige pas.

    Mais j’ai confiance en l’avenir : un jour on installera une distribution Linuxienne sur l’ordi de sa cousine.

    Et pour ma part je pense rester sous ubuntu en OS unique sur mon PC.

    La bataille Linux <===> Windows est loin de mes préoccupations.

    Pour le reste je suis en accord avec gregseth : http://www.framablog.org/index.php/

  23. J’adhère complètement à l’idée du "libre" et je me réjouis de voir ce domaine grignoter sa place au soleil. Mais, quitte à en faire bondir quelques-uns que je viens de lire sur ce blog, lorsque je trouverai un logiciel de dessin vectoriel équivalent et aussi puissant qu’Illustrator (particulièrement pour les mesures), un logiciel de composition musicale semblable à NoteWorthy Composer, alors je me déciderai à installer une distribution Linux. Peut-être existent-ils déjà ? Auquel cas merci par avance de me les faire connaître.
    micare

  24. @samuel
    Je faisais cette réflexion simplement parce que je constate que dans les forums d’aide, quand une question porte sur un logiciel propriétaire la réponse est (trop) souvent quelque chose du genre "tu n’as qu’a utiliser patati qui lui est libre."
    Alors qu’il y a tant de logiciels libre qui tournent sur des systèmes propriétaires, je ne comprends pas la réticence des libristes à l’utilisation de logiciels propriétaires sur des systèmes libres… pour le coup ça en deviendrait presque élitiste : on s’installe chez vous, mais ne venez pas chez nous.

    @Cantor
    Pour prendre le contrepied de ce que tu dis, tu peux ne créer que des .doc out .ppt avec OOo, parce que même s’il ne lit pas tous les docs formé avec MS Office il lit ceux qu’il crée parfaitement. Ensuite j’utilise Photoshop sous Ubuntu avec wine sans aucun problème :D.

    D’autre part, il faut pas mélanger logiciel libre et format ouvert. L’important étant l’ouverture du format, la base commune avec laquelle n’importe quel logiciel peut travailler. Le meilleur exemple est celui du PDF, qui, bien qu’il soit ouvert reste la propriété d’Adobe (non, je n’ai pas d’actions ;) ) – et le pire étant celui d’OOXML, qui, bien qu’il soit ouvert n’est même pas utilisé correctement par Microsoft. (Au sujet des formats, un site qui en parle très bien : http://www.formats-ouverts.org).

    En tant qu’utilisateur (ce que sont 90% des gens qui ont un ordinateur) ce que je veux c’est pouvoir regarder une vidéo avec mon player préféré sans me demander s’il pourra la lire, visiter n’importe quel site internet sans avoir à utiliser un navigateur spécifique, etc. : en bref ne pas avoir à me poser de question (qui devraient être laissées aux développeurs et aux éditeurs). Pour cela il n’y a besoin que d’une chose : l’interopérabilité. Et cela ne passe que par une chose l’ouverture des formats, pas leur "libération".

    Si d’un autre côté la philosophie libriste me plaît et que je veux veux participer au mouvement c’est une autre histoire, mais l’adhésion à l’état d’esprit ne devrait pas être un pré requis à l’utilisation de logiciels libres. Se priver de fonctionnalités pour utiliser un logiciel libre au lieu d’un propriétaire, est-ce bien là la "liberté" ? Tout est question de compromis.

    @flanker
    Moi aussi j’aide dans les forums et même si je préfères que les personnes s’intéressent à ce qu’elles font, tout le monde ne peux pas être passionné comme "nous". Le problème vient du fait que jusqu’à présent il n’y avait que des utilisateurs avertis qui se servaient de systèmes GNU/Linux (soit qui s’y connaissent, soit qui ont envie d’apprendre), mais l’ouverture au grand public fait que de plus en plus de gens qui veulent juste "que ça marche" arrivent. Il faut savoir les accueillir. Combien de personne conduisent une voiture sans jamais avoir ouvert le capot, ou même s’intéresser au sujet ?

  25. @gregseth : tu dis :
    Quand j’utilise un système informatique, je l’utilise en tant qu’outil pour faire quelque chose. Et j’attends de cet outil qu’il fonctionne correctement et qu’il m’offre les fonctionnalités que je souhaite. Je n’ai rien a faire de sa philosophie. Si pour une tâche précise un produit Microsoft est meilleur (dans le sens qui répond le mieux à mes attentes), je prendrais le produit Microsoft, si au contraire un produit libre est meilleur j’opterai pour le libre, etc.

    Bien sur que l’on peut consommer un produit sans se préoccuper de ses conditions de fabrication, de son empreinte sur l’environnement, de sa licence pour un logiciel. C’est ce que fond la majorité des gens, mais est-ce une attitude éthique, responsable………………..
    Imaginons un produit X qui est très performant et qui me donne donc entièrement satisfaction. Tu l’utilises dons régulièrement. En cherchant un peu, pour savoir comment est fabriqué ce produit, tu apprends que ce produit est fabriqué par des enfants de 10 ans dans des conditions déplorables, dans une usine très polluante.
    Bien sur tu peux dire : je n’en ai rien à faire ce n’est pas à moi de faire appliquer de bonnes règles sociales et environnementale mais est ce en laissant toujours aux autres le soin de faire respecter les "bonnes" règles que le monde va progresser dans le bon sens.
    S’il existe un produit Y qui est un peu moins performant mais qui pour ma part est plus moral alors je me priverais du produit X.
    On devrait toujours essayer d’en savoir un peu plus sur le produit que l’on utilise. La société actuelle ne veut pas cela, elle essaye souvent de cacher les conditions d’utilisation (licence) , de fabrication. Elle préfère que l’on soit de simple consommateur sans cerveau. Consommez, consommez ne vous souciez de rien d’autre? on s’occupe du reste.. on voit très vite ou cela peut mener…..
    On peut , et c’est notre liberté, utiliser indifféremment un logiciel libre ou privateur mais il n’ont la même philosophie et c’est bon pour les hommes de s’occuper un peu de philosophie.
    Quand je parle aux autres de logiciel libres, je leur parle d’abord de la licence et ensuite de ses fonctions.

  26. Jeremy a raison, il peut très bien exister un clone de Windows mais libre. D’ailleurs n’en existe-t-il pas déjà un ? (ReactOS)
    Si c’est ce que recherchent 50% des informaticiens, alors, ca vaut le coup de Windowiser Linux puisque les autres distributions ne seront plus victimes d’une domination proprietaire mais dominés par une distribution semblable à Windows mais libre.
    Seulement je ne pense pas que c’est vraiment ce que recherche le migrant. Moi même j’ai migré il fut un temps et j’ai beaucoup critiqué Linux. Maintenant ses differences me plaisent. Je suis sur que si j’avais commencé sur un Windows-like libre, je serais quand meme allé voir ce qu’il se fait d’autre.

  27. jeremy83

    Je ne suis pas d’accord avec "Dell-Ubuntu". Bien sûr que lorsque qu’on vient de Windows, il faut un minimum de boulot pour apprivoiser la bête "Linux". Les gens qui ne donnent pas de leur temps pour lire les tutos, faire des essaies, comprendre tout simplement, font des déçus qui reviennent rapido vers XP ou Vista. Mais lorsqu’on est novice en informatique, Quoi de mieux que Linux. Mes parents ont plus de 50 ans, jamais touchés à l’outil informatique, Et je viens de leur installer Ubuntu sur leur premier PC. Pourquoi ? Beaucoup plus simple à comprendre, beaucoup moins fouillie, moins de questions à se poser (virus : kesako ?)
    Quant à Jérome, merci de rappeler l’éthique qui accompagne notre façon de consommer.

  28. @gregseth. Tu dis :
    "[…] Je ne comprends pas la réticence des libristes à l’utilisation de logiciels propriétaires sur des systèmes libres… pour le coup ça en deviendrait presque élitiste : on s’installe chez vous, mais ne venez pas chez nous […]"

    Je répète, il n’y a pas de réticence à l’UTILISATION de logiciels propriétaires sur une plateforme libre … Il y a des réticences à se voir obligé d’AIDER ceux qui exigent de pouvoir utiliser des logiciels propriétaire. Par définition, les sources des plateformes libres sont ouvertes donc chacun peut y poser ce qu’il veut ! Techniquement c’est possible. Chacun est responsable de ses choix individuels. Libre : çà veut aussi dire étre autonome et indépendant.

    Donc "oui, venez chez nous" mais ne nous demandez pas qu’on viennent vous chercher en taxi, qu’on vous brosse vos dents et qu’on vous fasse vos lacets.

    J’essaye juste d’avoir un comportement cohérent avec mes valeurs mais aussi d’étre efficace pour la péreinité de ma cause. Cette cohérence te parait-elle vraiment de l’élitisme ou du snobisme ???

  29. Je poste un commentaire aussi, en voyant certaines réactions : il est vrai que certains utilisateurs, principalement les nouveaux-venus sur Linux considèrent plus le logiciel libre comme un simple freeware qu’une philosophie. Et moi aussi ça me dérange de voir les réactions du genre "Linux est nul, y’a même pas MSN" alors qu’il y a des alternatives tout aussi sympa. Mais chacun est libre de faire son choix, sans pour autant critiquer tout. Je trouve que parfois, certains libristes veulent imposer leurs idées et ne supportent pas que certains n’en ont strictement rien à foutre.

    Samuel, cet utilisateur que tu as sans doute poliment envoyer balader, il voulait installer Skype tout simplement, il ne t’as pas posé la question "y’a-t-il d’autres alternatives". Tout le monde n’a pas forcément envie d’essayer autre chose, par manque de temps bien souvent, mais aussi parce que tout le monde n’est pas un informaticien ou utilisateur expérimenté. Laissons ces débutants évoluer à leur rythme, ne leur compliquons pas l’informatique plus qu’elle ne l’est. On apprend bien plus par essais-erreurs que par des gens qui prêchent à tout va!!! Et qui surtout prennent les utilisateurs pour des imbéciles car ils utilisent MSN au lieu d’IRC par exemple…

  30. "Il y a des réticences à se voir obligé d’AIDER"
    Ha tiens il y aurait une milice sanguinaire contraignant sous la force des linuxiens à venir répondre sur irc aux débutants exigeant leur msn-skype sous linux ^^

    Bref ne généralisons pas. Il y a des débutants sans gênes, mais aussi des gens expérimentés dédaigneux et ne cherchant qu’à se faire mousser ou faire passer leur idéologie.

    Il faudrait peut-être aussi tempérer certains point de vue sur windows, temple du plantage, des virus et de l’ignorance non ? Rappelons qu’on peut développer ou utiliser du libre sur windows qui peut être stable et sécurisé lorsqu’on l’entretien. L’OS n’est pas tout, le choix des applications est un grand facteur de liberté.

  31. @jerome
    Oui et puis dans un monde parfait, la faim dans le monde n’existe plus, il n’y a plus de guerres et tout le monde s’aime… Ne me dis pas que tu n’a jamais acheté un produit "made in China". Mais là n’est même pas la question, je ne vois pas le rapport avec les logiciels libres. Les ingénieurs Microsoft (ou autre) sont ils exploités ? L’impact environnemental de Microsoft (ou autre) est il réellement pire qu’un autre entreprise, ou que les développeurs libre ? Non franchement je ne vois pas le rapport. Il y a seulement deux modèles de développement l’un basé sur le profit financier, l’autre sur le profit intellectuel, chacun à ses avantages et inconvénients, mais il n’y a pas le bon et le mauvais, le gentil et le méchant. Après il y a les action plus ou moins (souvent plus) discutables de _certaines_ entreprises, ça ne remet pas en cause le modèle.

    @samuel
    C’est techniquement possible d’utiliser des logiciels propriétaires sur des systèmes libres et inversement (et heureusement !). Donc c’est techniquement faisable de
    Ta, notre, "cause", celle du libre, car je le répète je suis pour le développement du logiciel libre, n’a rien a voir avec l’utilisation de l’outil informatique. Le Libre est un modèle de développement, une idéologie qui, je le répète, n’est _pas_ un pré-requis à l’utilisation des ses produits.
    Tu as fait le choix de certains outils, ça te regarde, d’autres font d’autres choix, ça les regarde, mais ils ont tout autant le droit de recevoir de l’aide pour avoir un système fonctionnel.
    Après si tu parles de la forme des demandes c’est une autre histoire, t’as des cons et des malpolis partout, comme le dit bien Marc.

    Donc, tout ce que je veux dire c’est qu’il y a l’idéologie libre, à laquelle on adhère (ou pas), c’est un choix personnel. Et il y a les produits de cette idéologie, les logiciels libres. Le choix de l’utilisation de ces derniers peut avoir plusieurs causes : le partage de l’idéologie en est une, mais pas la seule, leurs performances, l’ergonomie, _l’absence de meilleure solution_, etc, sont tout autant de raisons qui peuvent pousser quelqu’un à _utiliser_ les outils libres. C’est tout cela qu’il faut prendre en compte quand quelqu’un demande de l’aide.

  32. N’est ce pas une évolution "obligatoire" ?

    Si les distrib Linux se mettent a faire des distrib user friendly, n’est ce pas justement pour permettre à plus de monde de passer à Linux ? N’est ce pas leur but ? Si "ils" voulaient rester entre eux, il suffirait de rester au tout en ligne de commande, avec interface graphique quasi inexistante. cela ne serait en rien un problème puisque les "pros" de Linux le font déjà ou encore. Mais, Le problème n’est il pas de trouver un compris niveau utilisation ? ceux qui veulent a tout prix rester en ligne de commande par idéologie, habitude ou peut être histoire de dire "moi, c’est tout en ligne de commande" parce que je sais faire et des utilisateurs lambda qui souhaitent passaient au libre par pures raisons pratiques (refus du piratage, recup vieux PC, curiosité etc).

    Je suis depuis plus de 20 ans sous Windows, la transition ne s’est pas faite facilement. Effectivement on a des habitudes qui sont dures a partir (et je tourne sans aucun complexe sous XP/Vista ou Debian/Ubuntu)
    Oui, le tout en ligne de commande me saoule car je n’ai pas les bases nécessaires (ça s’arrange rassurez vous ^^) mais les anciens sous Linux ou les informaticiens, les Geeks, les petits génies doivent bien comprendre que l’immense majorité des utilisateurs n’a pas envie de se prendre la tête et chercher pourquoi tel ou tel programme fonctionne comme ça. Quand on vient de windows, on clic on clic et hop ça marche (ou pas d’ailleurs mais bon). La liberté ne vient elle pas du fait que si on veut aller plus loin dans l’utilisation, dans la compréhension, ou le paramétrage, on peut et que si on veut juste utiliser un outils, on le puisse aussi ?

    J’ai 150 utilisateurs au taf, et pas mal galèrent déjà avec Windows, alors, les passer à Linux et tout répliquer prendrait un temps infini et nécessiterait un poste à temps plein rien que pour ça pendant pas mal de temps.

    J’ai monté un serveur Debian 4 Etch il y a peu pour faire tourner OCS et GLPI, ça m’a permis de me faire un peu la main sur le système, j’ai pas mal galéré mais j’y suis arrivé, mais bien que j’estime m’y connaitre un peu, j’ai faillit lâcher l’affaire bien des fois. Alors là, nous sommes d’accord, c’est un cas particulier, monter un serveur etc etc mais dans l’idée si les utilisateurs doivent galérer pour utiliser l’outil informatique, ça ne marche pas. Je test en ce moment la toute dernière version d’ubuntu qui me plait bien (justement le coté tres user friendly), je vais certainement la lancer au CDR pour commencer et voir les réactions

    L’idée du Libre me plait, et accessoirement le coût est un vrai argument en entreprise, ne pas avoir a acheter une licence fort cher pour tel ou tel service sous Win alors que sous Linux tout en full option est un argument que les directions entendent et écoutent. Le coté libre pour les puristes est bien pour toutes les raisons déjà évoquées mais pour moi qui suis un simple utilisateurs, c’est la liberté de pouvoir utiliser ce que je veux sans me dire est ce que j’ai une licence, est ce que j’ai le droit etc etc. Je rapproche, certainement à tord, la notion de libre et de "gratuité", pour moi qui ne suis pas développeur, c’est comme ça que je le vois.

    Ceci étant, je suis pragmatique, s’il existe un équivalent libre à une solution propriétaire, je prend mais il me faut les même fonctions et la même "facilité" d’utilisation.

    bref, c’est un débat sans fin mais pour moi le coté Linux se rapprochant de Windows pour le coté pratique et "facile" ne me choque pas. Plus, Linux au sens large sera simple et ergonomique plus il sera séduisant, d’un coté une utilisation basique et simple et de l’autre si on veut, une utilisation plus poussée et un paramétrage à la carte si on connait.

    /////mais il est vrai que la plupart des utilisateurs de Windows utilisent leur compte administrateur par défaut, sans même se rendre compte qu’ils augmentent ainsi leur vulnérabilité aux attaques par internet./////

    vrai parce que ça a toujours été comme ça sous Win. D’un autre coté, on arrête pas de dire que sous Linux, y a pas de virus et autre… alors, déjà qu’on a l’habitude d’être en admin sous Win, si on ne risque rien ou presque sous Linux… on se dit ben je ne risque rien ^^ Debian et Ubuntu pour ça sont pratique, pas de compte root utilisé par defaut, ça aide bien

    ///////Ce qui me gène le plus avec les nouveaux-venus, c’est lorsqu’on sent qu’ils sont là uniquement pour la gratuité … //////

    Où est le problème ? peu importe la manière ou le pourquoi ils arrivent au libre, tout s’apprend ; au départ on ne voit que ce coté et petit à petit, si l’on veut et que l’on se donne la peine de chercher, on voit le réel intérêt du libre.

    ///Du côté des "expérimentés", certains ne savent ou n’acceptent pas qu’il y ait une place pour une utilisation de linux destinée aux gens qui n’ont ni le temps, ni les capacités, ni l’envie de comprendre vraiment leur système, et donc encore moins de le modifier.////

    je suis totalement d’accord avec cette remarque. N’est ce pas aussi l’intérêt de Linux ? Qu’il y en ait pour tous les gouts et usages ?

    ////Or, si l’idée de maitriser son système est bien à la base du libre, ça n’en est aucunement une obligation ! ////

    pareil, complètement d’accord avec ça ; tout dépend de ce que l’on cherche et veut. Et puis, ça reste une base, rien n’est écrit dans le marbre, Plus on connait, plus on veut aller loin

    ///Quand j’utilise un système informatique, je l’utilise en tant qu’outil pour faire quelque chose. Et j’attends de cet outil qu’il fonctionne correctement et qu’il m’offre les fonctionnalités que je souhaite. Je n’ai rien a faire de sa philosophie. Si pour une tâche précise un produit Microsoft est meilleur (dans le sens qui répond le mieux à mes attentes), je prendrais le produit Microsoft, si au contraire un produit libre est meilleur j’opterai pour le libre, etc.////

    je suis dans cette optique !

    ///"moi je veux juste que ça marche sans chercher à comprendre pourquoi !". Tu veux pas 100 balles et un Mars, en plus ?////

    Et pourquoi devrais je absolument savoir comment fonctionne tel ou tel programme ? Pour l’utilisateur que je suis, le programme fonctionne, je dois apprendre à m’en servir mais pas forcement comprendre pourquoi ..?

    ///ire, j’ai essayé de leur expliquer que les connexions "root" en SSH, c’est à éviter comme la peste, et rien à faire, j’ai toujours la même réflexion "oui mais sous Windows, on est toujours connecté en administrateur, je voit pas pourquoi on ferait pas la même chose"////

    voir plus haut ;-), mais oui les habitudes sont dures a changer

    ////De plus, si les Windowsiens demandent à "normaliser" linux, il faudrait leur rapeller que la plupart des programmes de base du système essaient de suivre la norme POSIX, qu’en réflechissant bien, on se rends comtpe que les syntaxe des programmes sont similaires (–help, man, –option-longue, -oc (oc pour option courte ;D), – pour stdin et/ou stdout)… que certains programmes libres ont forcé le changement de certaines choses////

    L’utilisateur lambda non seulement s’en moque mais n’y comprend rien ; et en plus, ne veut pas comprendre ;-)

    ////Qu’est-ce qu’il y aurait de gênant à ce qu’une partie de la communauté décide d’orienter une distribution de linux vers une version ressemblant à windows ? Tant que la diversité des distributions existe, quel problème ? Et honnetement, en migrant de XP à Ubuntu 8.04, je n’ai pas souffert de ce changement. Je pense que certaine distributions ont déjà fait le choix de ressembler du moins en apparence à windows. Excusez-moi si j’en choque.////

    Pareil, si on veut amener plus de monde a utiliser les distrib linux, il faut qu’on se rapproche de windows pour le coté facile a prendre en main et surtout pour perturber le moins possible les habitudes ou du moins que cela se fasse en douceur. La dernière version d’Ubuntu pour ça est assez extra. Les "il suffit de monter le disque", "tu ouvres un shell" etc. super quand on ne connait pas l’informatique et qu’on a (toujours et encore) l’habitude de brancher et que ça marche (pas forcement vrai tout le temps mais tout de même souvent)

    ////Si d’un autre côté la philosophie libriste me plaît et que je veux veux participer au mouvement c’est une autre histoire, mais l’adhésion à l’état d’esprit ne devrait pas être un pré requis à l’utilisation de logiciels libres.////

    yep, tout pareil, je suis d’accord, et là encore, rien n’empêche une fois qu’on a passer le cap d’adhérer et surtout de comprendre l’importance de la chose.

    ////Le problème vient du fait que jusqu’à présent il n’y avait que des utilisateurs avertis qui se servaient de systèmes GNU/Linux (soit qui s’y connaissent, soit qui ont envie d’apprendre), mais l’ouverture au grand public fait que de plus en plus de gens qui veulent juste "que ça marche" arrivent. Il faut savoir les accueillir. Combien de personne conduisent une voiture sans jamais avoir ouvert le capot, ou même s’intéresser au sujet ?///

    je ne peux qu’adhérer a ça et n’est ce pas également une des vertus de tout ceci, la liberté de faire ce qu’on veut ? si je veux mettre les mains dans le code, je peux le faire si je ne veux pas, pas de problème, je me sers basiquement du système.

    ///Mes parents ont plus de 50 ans, jamais touchés à l’outil informatique, Et je viens de leur installer Ubuntu sur leur premier PC. Pourquoi ? Beaucoup plus simple à comprendre, beaucoup moins fouillie, moins de questions à se poser (virus : kesako ?)///

    Là, le "problème" est tout de même différent. Quelqu’un n’ayant jamais touché à un ordi n’a pas de base de comparaison, et Linux ou Win, l’apprentissage sera le même. "On" découvre l’informatique et on pars de zéro..;-)

  33. "Et pourquoi devrais je absolument savoir comment fonctionne tel ou tel programme ?"
    = Parce que c’est ça pour certains la liberté : pouvoir modifier (et donc comprendre) son système, et ne pas être tributaire de quelqu’un d’autre.

    Le problème c’est que cette démarche ne s’adresse qu’à ceux qui en ont la capacité, en particulier ceux capables de coder. Alors peut-être qu’à une époque 90% des linuxiens étaient des étudiants ou professionnels d’un domaine technique ou scientifique, très familier de ce domaine. Mais ça n’est plus le cas, beaucoup d’utilisateurs ne sont ni scientifiques, ni passionnés d’informatique depuis des années. Parfois ils demandent de l’aide, et on les renvoie sèchement au "man" en pensant qu’ils ont eu la flegme de le dire. Forcément pour ces habitués c’est la base. Or bien souvent le débutant ne comprend même pas le man, en particulier si il est en anglais.

    Finalement toutes ces discussions montrent bien l’intérêt d’un positionnement clair de chaque distribution. Et qu’il y en ait (Mandriva, Ubuntu ?) qui disent : "oui on a l’ambition de proposer un système prêt à l’emploi sans avoir à toucher une fois la ligne de commande ou apprendre de A à Z le fonctionnement de linux". En gros comme sur Windows ou Mac : je clique pour installer mon logiciel, il se retrouve dans ma liste des programmes, je le lance et je me concentre sur le programme, pas le système qui le fait tourner.

    Et c’est pas un appel à la paresse intellectuelle. Il y a déjà bien assez à apprendre dans chaque logiciel, l’OS doit être un facilitateur, pas une contrainte supplémentaire.

  34. Bonjour ;

    Je vient du monde Windows que j’ai partager pendant des années. Entre la version de Windows 95 et Xp puis Vista, que de galère. Système pas stable, problème de configuration, périphérie non reconnus, frustration des drivers non reconnus par windows Xp… etc.

    Il y a 6 mois j’ai jeter l’éponge avec windows. Marre de me faire c… avec un OS (windows Xp) qui ne tirait pas (plus) partie de la puissance de ma machine. Et un soir, j’ai me suis dit, tu en es à tas 7 éme réinstallation de Windows Xp Pro, entre la recherche des pilotes, la réinstallation des logiciels, je vais y passer des heures….

    J’avais un ubuntu 8.04 sur le bureau. Bilan, moins d’une demi heure d’installation. Quelques soucis pour comprendre comment ajouter quelques polices en plus (réponse donner par la communauté Ubuntu). Et depuis, je ne vois pas pourquoi je reviendrai sous Xp. Voire de part mon métier, je vente du matériel informatique, je ne comprend pas pourquoi mes clients au lieu de s’ennuyer avec Windows, ne passerait pas tous simplement sous ubuntu pour leur poste de travail. Pour les serveurs c’est un autre débat dans le quelle je ne rentrerai pas.

  35. Je suis déçu.
    J’ai commencé ma lecture en me disant que cela allait être un billet passionnant et surtout "Neutre". Tout le long il est répété qu’il n’y a pas de concurrence à faire entre MS et les distribs Linux, et à la fin du billet on se rend compte que vos phrases bien tournées rejettent les produits MS et remettent en cause les motivations des utilisateurs Windows.
    La neutralité n’est pas votre fort, et l’argumentation est creuse.

    Il y a des choses vrais dans ce que vous dites (le pourquoi de ne pas changer Linux), mais elles n’ont rien à faire dans le fait que Microsoft soit un géant cherchant à acheter tout le monde.

    Pour terminer, votre article commence plutôt bien mais fini en gros coup de gueule contre MS. On va mettre ça sur un coup de sang suite à un événement (contrariant ?)de cette journée.

  36. promeneur

    1. il manque une définition de ce qu’est Linux pour bien voir la différence avec Windows.

    Linux n’est pas un système d’exploitation mais une classe de systèmes d’exploitation
    +
    une fonction qui permet de créer un cas particulier de cette classe

    <=>

    des briques de base
    +
    des outils pour construire un système.

    tout un chacun peut ainsi construire le système qui réponds à son besoin.

    2. C’est ainsi qu’on retrouve Linux presque partout sur une quantité de matériels et dans une quantité de fonctions bien plus considérable que Windows car il faut le rappeller aujourd’hui l’informatique automatise tout un tas de fonctions dans de nombreux appareils autre que le PC de monsieur tout le monde, son téléphone ou son pda

    Linux est présent presque partout. Windows est présent de manière limité.
    Linux est majoritaire de manière écrasante en informatique mais ça ne se voit pas.

    Linux n’est en rien menacé par Windows. C’est plutôt le contraire.

    3. Confusion entre Linux et une distribution Linux sur les PC

    Linux est un système d’exploitation

    une distribution linux est un outil complet de travail (agenda,courrier,internet,bureautique, multimédia)

  37. Alors la j’ai juste lu l’intro et j’ai rit…

    "C’est indéniable, le système d’exploitation GNU/Linux est en forte croissance et attire chaque jour de nouveaux utilisateurs. Parmi ces derniers, on compte une large part d’anciens utilisateurs Windows qui pour x raisons, à commencer par « la déception Vista », ne souhaitent plus continuer avec Microsoft."

    Donc nous avons :

    "blablabla .. Forte croissance… blablabla"

    mais bien sur, on frole les 1% de parts de marché depuis 10 ans

    "blablabla … Deception Vista .. blablabla "

    Sauf que les decu de vista, soit 1- ils se forcent, parce que 500€ la licence, faut pas déconner, soit 2- ils retournent sur XP.

    Et dans la conclusion
    "Je conseille de parler haut et fort en faveur de Linux et de promouvoir l’unité de la communauté Linux."

    Ca fait 10 ans que la communauté linux sait deja qu’elle doit se promouvoir elle meme, et elle ne vous a pas attendu pour le savoir…

  38. VIVE ReactOS

  39. Pour éclaircir un peu la notion de distribution qui désoriente tant les potentiels migrants vers GNU/Linux.

    Si vous vous interressez un peu à l’automobile, nous pouvons faire quelques analogie.
    Renault ou Peugeot ou un autre (je n’ai pas d’actions (heureusement) ni chez l’un ni chez l’autre) utilisent ce qu’ils nomment des banques d’organes (moteurs, doites de vitesses, freins, …) qu’il mettent un peu à toutes les sauces. On retrouve des moteurs de Clio sur des Méganes, des poignées de porte de Clio (encore) sur des Logan. Plus encore, Une C1 Citroen est a quelque chose prêt une 107 Peugeot ou une Toyota Yago. Pour Linux, c’est la même chose pour les distributions. Il n’existe qu’un seul moteur (le noyau Linux) qui peut prendre diverses carrosseries (Debian, Red Hat, Ubuntu, Mandriva, Suse, …
    Vous souhaitez administrer un serveur ? C’est certainement vers Red Hat qu’il faut regarder, vous souhaitez ne pas être trop dépaysé en venant de Windows, choisissez Mandriva ou Ubuntu. (ce ne sont que des exemples). Il est vrai que le choix n’est pas une habitude chez Microsoft, on a windows, un point c’est tout. Une fois choisie votre distribution, vous aurez encore d’autres choix à faire, en particulier l’interface graphique. 2 chapelles (les plus importantes) s’offrent à vous, GNOME et KDE et ainsi de suite, vous aurez une multitude d’applications à votre disposition (Bureautique, Graphisme, Son, …) et toujours des choix à faire. Vous aurez mal choisi ? et bien, faites en d’autres. La majorité de ces logiciels libres sont gratuits alors, lancez-vous!

  40. Et bien perso je pense que trop de distrib tue Linux. J’aime quand il y a le choix, mais dans notre cas il y en a peut-être trop !
    Je suis moi même perdu quand une personne me demande « je veux linux, j’installe quoi ? »

    Rien qu’hier j’ai eu une discussion sur ce sujet, mais très rapide. Une personne de mon entourage souhaite tester Linux (comme elle dit). Ok cool une de plus, tant mieux, mais je lui propose quoi moi ? Surtout qu’elle n’a jamais vue ce genre de système et n’y connait absolument rien.

    Une Ubuntu (que de plus en plus de personnes pensent Linux = Ubuntu et vice-versa) ou une des nombreuse dérivée comme Linux Mint ? Fedora, Mandriva, Debian (!) ou une petite toutou linux ^^. Bref je parle des plus connues, mais le choix est si grand que moi, au final, qu’est-ce que je vais bien pouvoir lui proposer…?

    En passant, bonne année à tous ;-)

  41. Samuel

    @resux
    J’espère que ton ami n’aura jamais besoin d’acheter une voiture un jour … avec Allume-cigare ou pas ? Bleu ou rouge ? 3 portes ou 5 portes ? Quel cauchemard !!!

    Il lui reste l’armée pour fuire cette liberté de choix … et encore même à l’armée tout n’est pas *uniforme* : marine ou armée de terre ?

    Bon, je taquine, je taquine, désolé. Amuse toi à explorer avec des LiveCD : http://fr.wikipedia.org/wiki/LiveCD Et si vraiment, tu n’arrives pas à te décider, prend en une au hasard (rassure toi ce n’est pas un jeu aussi dangereux que la roulette russe)

  42. @promeneur
    En fait comme le rappelle sgz, linux est partout sauf sur l’ordinateur domestique, ce qui n’est pas rien quand même… Je ne sais pas si le "1%" est exact, mais ça doit pas être loin, et du coup ça permet de relativiser les discours parlant de "dominance" de telle ou telle distribution.

    @resux
    J’aime bien l’analogie du Mandrivien avec d’autres produits comme les voitures. Dit-on que le nombre de modèles différents de 4×4 tue le 4×4 ? ça n’est un problème que lorsqu’on n’a aucun outil pour choisir.

    Et en ce sens, promeneur a bien ciblé cette source de confusion et de frustration chez les débutants : la croyance que linux est un "OS" à la manière de Windows : complet et homogène quelque soit le type d’installation. Or, le débutant ne voit pas le moteur. Il n’expérimente que l’assistant à l’installation, le bureau, les menus, les outils spécifiques et le système d’ajout / suppression de programmes. Et d’une distribution sur l’autre on peut changer du tout au tout !

    Enfin, à conseiller une distribution, les points à prendre en compte selon moi :
    – la facilité d’installation sur le plus grand nombre de matériels différents et en dual boot avec Windows,
    – la présence de nombreux assistants logiciels et informatifs au sein de la distrib pour de nombreuses tâches (basiques, utilisation spécifique, configuration et maintenance)
    – l’importance et la qualité de la doc et de l’aide humaine en français (dans la distrib, le web, la communauté)
    – l’étendue et la variété de l’offre logicielle en français dans les dépôts par défaut

    Avec tous ces critères, comme beaucoup j’évoquerai Mandriva et Kubuntu. L’idée que KDE soit moins "dépaysant" que Gnome pour les Windowsiens ne m’a pas frappé au premier coup d’œil. Mais dans le doute, je suivrai l’avis général.

  43. Samuel ? merci pour le lien, mais des livecd j’en ai à la pelle. C’est par là que la concernée va commencée à tester. Je pense que je vais lui apporter la totale.
    Et t’inquiète pas mon amiE (très charmante au passage) à déjà une voiture ;-) Elle a réussie à faire son choix, occasion, grise…. ^^

    Marc ? merci pour les points à prendre en compte. On m’a aussi souvent dit que KDE est plus adapté. J’ai jamais bien compris pourquoi mais bon (je tourne sous Linux Mint KDE et ça ne me rappelle pas windows…).

    Aller une quinzaine de livecd puis elle se décidera.

  44. Arktor

    Une seule remarque :
    les gens qui ne veulent pas chercher à comprendre un MINIMUM n’apporteront jamais rien à quoi que ce soit. S’en passer ne privera donc pas linux (ou qui que ce ce soit, d’ailleurs) de quoi que ce soit.

    Pour les autres, ceux qui ont peur, ceux qui sont déroutés, tant qu’ils viennent demander de l’aide avec respect, il faut les aider, les rassurer, et ne jamais les prendre de haut.

    Je pense qu’il faut faire une différence certaine entre les parasites irrespectueux qui exigent que tout aille comme EUX l’ont décidé (on n’a pas besoin d’eux), et ceux qui cherchent à être rassurés : les premiers pas ne sont jamais faciles.

  45. Arktor, ta remarque est très vraie : je confirme que beaucoup de gens expérimentés prennent certains utilisateurs pour des imbéciles. On a tous été débutant un jour ou l’autre! C’est vrai que certains sont sans gêne et exigent une réponse comme une hotline gratuite. Par contre, gueuler sur quelqu’un parce qu’il veut utiliser Skype et tenter de lui imposer un autre logiciel, tout simplement car Skype n’adhère pas à la philosophie de quelqu’un, c’est pas très sympa.

    Il m’arrive de former des gens à l’informatique durant mon temps libre, j’ai déjà eu affaire à des ados comme à des séniors. Quelques conseils judicieux et pas mal de patience sont la clé pour apprendre aux utilisateurs. Je leur laisse un CD d’Ubuntu pour essayer, s’ils aiment bien, je l’installe. Et en plus, vu que l’option Wubi est au point maintenant, on peut même l’installer depuis Windows sans rien partitionner, et ça rassure les gens. La transition Windows -> Linux se fait ainsi avec douceur.

    Dernier point qui pourrait bien lancer un débat : c’est une idée ou certains Linuxiens ont peur que Mr Tout le Monde vienne essayer leur système fétiche? Et qu’en plus l’adoptent! Peur que Linux se banalise? Ne serait-ce pas un comportement élitiste, pour se sentir supérieur par exemple? C’est peut être un peu déplacé mais à mon avis, ça doit bien exister ce genre de comportement.

  46. fazulis

    Très bien cet article … mais le discours peut paraitre quelques peu élitiste ! désolé ! . Linux ne doit pas devenir Windows… ok. la philosophie du développement est différente … ok. J’ai lu attentivement l’article et … je me demande… l’auteur n’a t il pas peur de la "popularisation" du linux . OUFFFF quel mot ! je ne pense pas que cela soit un gros mot ;-) . Il est plus que nécessaire pour les puristes du développement de se réunir (quitte à y passer 1-2 années) à l’effet de définir des standards (ce nest pas un gros mots non plus ! exemple : se mettre d’accord sur un format de package unique pour toutes les distrib (rpm ou deb ou un autre totalement inédit pour qu’aucune distrib ne soit pénalisée … ). Je suis certain que cela n’affecterait pas la philosophie du développement de chaque distribution. Quand au succès de linux de plus en plus présent, c’est aussi dû au fait que … je vais dire encore un gros mot pour les puristes … il y a eu de gros effort pour une utilisation purement "graphique" du systeme : "de la fenetre, de la case à cocher et du clic souris" à gogo … plus que de la ligne de commande (qui subsistera toujours). Plus linux deviendra "populaire" plus on ira vers du graphique (que l’on pourrait aussi appeler une "utilisation windozienne" du systeme ;) ) pour le meilleur et pour le pire… j’ai bien dit "utilisation" hein ! … pas question de faire un clone du copain…

  47. j’ai parcouru plusieurs commentaires sur l’article "linux est-il menacé…" pas de doute. linux ne laisse pas indiférent!
    il est déplacé de dire que l’article est creux car il y sans doute une part de vérité dans ce que disait (Zach Klein); je dirai même beuacoup!

    étant un utlisateur de linux depuis plus de 4 ans il n’y a qu’un reproche que je ferai au système qui ne tiens d’ailleurs plus q’aux developpeurs qu’à l’OS:l’installation de logiciels!!!
    En effet il n’est pas normal qu’un "windowzien" puisse installer en deux clics un logiciel
    pendant qu’un linuxien s’arrache parfois les cheveux pour installer le même ; et que les quadors ne me disent pas que je m’y prend mal .

    sur ce point j’aimerai que Richard Stallman le père de gnu\linux, impose un charte qui obligerai tout éditeur ou programmeur à inclure tous ces fichues dépendance avec leurs logiciels qui font perdrent trop de temps pour quiconque se lance dans cette exercice.quand au différentes revues que j’achète assez souvent, qu’ils arrêtent de publier des articles qui expliquent que pour installer un programme qu’il faille passer par le fameux: make . Au mieux ils ne rendent pas service à linux et au pire cela rebute beaucoup d’utilisateurs nouveaux d’autant plus qu’il n’auront qu’une chance sur dix que cela fonctionne du premier coup.

    les fichiers binaires équivalent au fichier *.exe de MS tels *.deb ou *.rpm sont beaucoup plus simples et agrébles à utiliser; encore faut-il qu’ils y aient , j’en reviens , toutes leurs dépendances!!
    Comme l’expliquait une revue linux hors serie le partage de librairies était utile auparavent car cela évitait au système de prendre trop de place avec les doublons.
    Aujourd’hui la taille des disques devrait permettre de se débarasser de ce souci

    voila ce qui a mon avis bloque linux pour une utlisation plus répendue . je continue néanmoins à initier à linux tous ceux autour de moi qui ont l’esprit assez ouvert pour s’intéresser à d’autres systèmes que celui de big Bill Gate.

  48. kollum

    Malheureusement, cher nux93, je ne pense pas que le problème soit dans le format de fichier DEB ou RPM ou install.exe. Il n’est pas non plus dans les dépendances.
    Il est dans l’esprit même de la distribution du libre. J’y reviendrais après avoir expliqué pourquoi on ne peut inclure les lib dans les fichiers : La RAM. Il faudrait des giga et des giga de RAM pour faire tourner quelques logiciels ( imaginez, chaque petit utilitaire serait aussi lourd qu’OOo ).

    Le problème alors c’est qu’on ne peut pas se passer de ces dépendances. Alors, me demanderez vous, comment s’en sort-on chez microsoft ? Eh bien, on n’a qu’une seule version du système. Au moins pendant une bonne periode, avant de passer à la version suivante. Et on s’en occupe bien, pour que tout reste compatible à chaque mise à jour.

    Le libre permettant de faire ce que l’on veut, certains n’hésitent pas à rompre la compatibilité. Ce qui veut dire que chaque distribution d’un logiciel doit venir avec les bonnes versions des lib. Ce qui peut poser problème avec d’autres logiciels moins bien maintenus, qui seraient incompatibles avec la nouvelle lib. Bref, un casse tête pour nos distributions Linux, qui ne facilittent pas la tâche en proposant des options de compilations différentes dans leurs binnaires, rajoutant des incompatibilitées. Les dévellopeurs ne peuvent donc fournir que leur code source, et les utilisateurs ‘labmda’ devront attendre qu’un intermédiaire s’occupe de lui compiler le code, à moins qu’il apprenne à le faire lui même.

    Le problème de l’installation n’est pas, à mon avis, dans les formats de linux, mais dans la philosophie même du libre. Et si il y avait des centaies de versions de windows, toutes très peu utilisées, et incompatibles entre elles comme les différentes distribs linux sont incompatibles entre elles, on galèrerait autant à installer des logiciels pour windows, et on lirait dans les magazinnes ‘ouvrez cmd.exe puis tapez make…" pour windows aussi.

  49. @Arktor
    "les gens qui ne veulent pas chercher à comprendre un MINIMUM n’apporteront jamais rien à quoi que ce soit."
    ça dépend. Ils peuvent apporter une audience encourageant des développeurs à se tourner vers linux, des fabricants de matos à faire des drivers, ils peuvent signaler des bugs par un système automatique en cas de plantage, faire des donations, parler de leur système à leurs amis etc. Si il n’y avait que les programmeurs et membres actifs des forums d’utiles, nous serions un paquet d’inutiles…

    @nux93
    Le débutant doit faire un deuil : celui de ne pas pouvoir installer facilement tous les logiciels "étiquetés" linux. D’où l’intérêt là encore de mettre l’accent sur la notion de distribution plutôt que le seul terme "linux", et de conseiller Ubuntu ou Mandriva qui disposent des plus vastes dépôts.

  50. Stéphane

    Waw! Que de tartine! Ce n’est pas ce qui me donnera envie de persévérer dans l’utilisation de Linux! J’attends plutôt avec impatience qu’un auter "Linus" crée un nouvel OS, que ce soit de Google ou d’une île déserte qu’il émerge…. je m’en tape, mais un OS qui ne prend pas les UTILISATEURS (lambda comme certains les appellent) pour des cons. Hors ni Windows, ni même à ma connaissance une distribution Linux n’y arrive. Il faudra du temps, certainement.
    Juste une chose encore, par rapport au titre, je ne suis clairement pas "un ancien", ni même "chez windows", je suis sur cette planète. Je suis utilisateur de Symbian sur mon mobile, de Windows (après de longue année sur Mac, old version) surtout parce un logiciel professionnel ne se trouve que sous cet environnement par défaut… mais je trouve qu’on a passablement de choix sous ce soit disant Windows… et d’ailleurs je remercie grandement Framasoft qui me fait découvrir passablement de programme libre qui remplace petit à petit certains outils non libres. Bref.. j’arrête là ma tartine.

  51. Personnellement je suis bercé à coup de Windows depuis mon plus jeune âge. Je remarque qu’il y a énormément plus de personnes qui utilisent Linux depuis quelques temps, d’ailleurs mon père l’a installé sur son ordinateur. Moi ça fait plusieurs moi que j’envisage de passer sous linux et pour ça je lis des trucs un peu partout sur le net pour pas me retrouver pommer si jamais je franchi vraiment le cap un jour. Mais sous Windows, si je réfléchis bien, j’ai tout ce que je veux (j’ai même des virus alors que j’en demande pas, c’trop koule ça) c’est pour ça que j’hésite encore à passer…
    Bien le billet sinon =)

  52. Tu l’as dit toi même, de plus en plus d’utilisateurs de Linux viennent de Windows. Ils représenteront très bientôt une majorité. Si on leur explique qu’on s’en fout de leurs commentaires, que le système n’ira pas dans le sens qu’ils veulent, eh bien ils retourneront tous sur Windows, ou sur Mac.

    Les distributions Linux ont toujours été réservées à une catégorie d’élite de geeks. Certaines comme Ubuntu ou Mandriva travaillent à changer cela, et c’est ça qui fait peur à tous les conservateurs, je dirai même aux extrémistes du libre.

    Mais ne vous inquiétez pas, si vous aimez les trucs compliqués, il reste toujours FreeBSD et compagnie.

  53. fazulis

    citations :
    ///Quand j’utilise un système informatique, je l’utilise en tant qu’outil pour faire quelque chose. Et j’attends de cet outil qu’il fonctionne correctement et qu’il m’offre les fonctionnalités que je souhaite. Je n’ai rien a faire de sa philosophie. Si pour une tâche précise un produit Microsoft est meilleur (dans le sens qui répond le mieux à mes attentes), je prendrais le produit Microsoft, si au contraire un produit libre est meilleur j’opterai pour le libre, etc.//// ///"moi je veux juste que ça marche sans chercher à comprendre pourquoi ! ///

    commentaires :
    exactement !
    Métaphore : vous avez une voiture ? la mienne est très bien entretenu … et pourtant je n’y connais rien en mécanique… doit on pour cela m’empecher de rouler ?
    Métaphore 2 : je suis un fan de la voiture essence, je suis un as de la mécanique essence d’ailleurs de démonte et remonte mon moteur tous les WE … pour protéger l’environnement je decide de passer à une voiture électrique : doit on m’empecher d’en acheter une du seul fait que je suis mécanicien et pas électricien ?
    :-)

  54. voyons les differences windows – distrib gnu/linux :
    – windows se met a jour via microsoft update == depots
    – windows sait installer des programmes independants (les exe) == chaque distrib sait aussi installer des binaires (deb,rpm,tgz,tar.gz,bin,sh,…)
    – l’utilisateur windows peut compiler son programme == l’utilisateur linux peut compiler son programme
    – il y a des virus sous windows qui attaquent la couche systeme et applicative == il y a des virus sous linux qui ne reussisent pas a penetrer le noyau, et dont l’attaque applicative est efficace sur des failles connues d’anciennes versions.
    – windows est difficile a utiliser, mais une fois que vous avez cree vos automatismes (la plupart sans rien comprendre), c’est plus facile mais pas denue d’ecueils == linux est difficile a utiliser, et vous force a reflechir, la creation des automatismes est plus longue et contraignante.
    – windows survit parce que des gens achetent windows == gnu/linux survit parce que des gens s’y interessent.
    – si windows veut survivre, il doit s’adapter au besoin de ses clients == pour que gnu/linux survive, il suffit d’un seul manchot.
    – pour quelles raisons quitter windows ? pour quelles raisons aller sous gnu/linux ?
    – combien d’efforts etes-vous prets a fournir ? aucun ? alors restez sous windows ! ou alors laissez tomber l’ordinateur, c’est trop complique…
    – souvenez-vous, gnu/linux ne necessite qu’un seul manchot (ce qui a ete le cas au tout debut), il n’a pas besoin d’utilisateurs geignards qui sont meme pas foutus de RTFM : tous les chemins sont balises. Vous avez bien RTFM windows non ??

  55. Citation:
    …de plus en plus d’utilisateurs de Linux viennent de Windows. Ils représenteront très bientôt une majorité. Si on leur explique qu’on s’en fout de leurs commentaires, que le système n’ira pas dans le sens qu’ils veulent, eh bien ils retourneront tous sur Windows, ou sur Mac.

    Ah bon?…
    Se foutre des commentaires des utilisateurs et leur imposer la direction que prend l’OS… c’est pas ce que font déja Microsoft et Apple?
    Ca n’a pas l’air de les gêner tant que ça pourtant…

  56. L’os (GNU/Linux) n’ira dans le sens des utilisateurs que si ceux ci prennent le temps de le développer dans le sens qu’ils veulent. Mais exiger des autres une fonctionnalité et attendre les bras croisés, ben non, désolé, mais je ne pense pas qu’il faille que l’os prenne cette direction.

    Et quand j’entend dire : Je m’en fous, je veux seulement que ça marche … N’oubliez pas que ce GNU/Linux que vous consommez est le fruit que vous offrent des milliers de personnes ! C’est leur manquer de respect que de ne même pas vouloir s’intéresser un peu à leur travail.

    Si un vieux vous offre une pomme sur votre chemin .. Vous lui diriez : Ben, chez carrouf, elles sont rouges, alors j’EN VEUX une rouge. TU me l’ÉPLUCHES et me FAIS ma TARTE TATIN, je te regarderais faire, et enfin, TU TE CASSES que je la mange tranquille.

  57. le hollandais volant

    je suis d’accord que les ex-Windowsiens sont un danger en disant qu’il devrait n’y avoir qu’une distribution.

    Mais c’est quoi leurs problèmes? il cherchent un Linux ressemblant à windows : qu’ils restent sous windows!

    Je suis un ex-windowsien et un linux Ubuntu user depuis plusieurs mois : je ne regrète rien, au contraire : je me suis adapté! C’est tout.

    Mais c’est pas pour celà que je crache sur Windows : j’aime bien windows XP, c’est la politique de MS que je ne comprend pas, vista : je l’ai testé deux mois… j’aime pas pour diversses raison. Win7 : je l’ai testé depuis sa sortie en bêta : je trouve mieux que Vista, c’est clair, mais il n’a pas ce petit "truc" en plus qui me permettrais d’en faire quelque chose qui me soit vraiment utile et exploitable à mes besoin, comme Ubuntu.

    C’est bien qu’il y ait le chois des distribution : avant de faire mon choix pour ubuntu j’ai gravé et testé Fedora, Mandriva, Suse, Knoppix et Backtrack.
    Chacun avait sa philosophie, son désign, son histoire. J’ai hésité entre Ubuntu et Fedora, mon choix c’est porté sur Ubuntu.

    Je lisait un article l’autre jour : il disait que linux n’a pas de part de marché par ce que Linux se fiche qu’il soit utilisé par 1, 5 ou 80% des utilisateur : il n’y a aucun argent en jeu : si linux est utilisé par 80% des gens : c’est cool! Si linux retombe à 2%, c’est dommage, mais c’est tout. Microsoft gagne de l’argent (beaucoup) si son produit est utilisé. Il a donc intérêt à innover. Trop longtemps MS s’est reposé sur ses laurier avec 97% de part de marché, mais depuis un an, il décent en dessous de 89%! Il ne suffit plus à MS de sortir un truc pour faire de l’argent : on l’a vu avec Vista : il ont sorti une merde, les gens partent! C’est plus comme en 1995 : la marche forcé de MS est "finie". De nos jours, si on aime pas le nouveau Windows, on a plein d’alternatives crédibles, dont linux!

    Windows 7 est mieux que Vista, je ne dirait pas le contraire, et si windows remonte dans les statistiques, tant mieux pour eux! (dommage pour Apple). Linux n’en à rien à faire : peu ou beaucoup utilisé, les linuxiens seront heureux!

    de même pour IE/Firefox/Opéra et OOorg/MS-Office…

    je n’ai rien à ajouter. Je suis content avec Ubuntu, je suis ouvert à tout : y’a pas longtemps j’ai testé Linux Mint (basé sur Ubuntu) : céest pas mal, mais j’attends encore quelques amélioration avant qu’il soit une "alternative" à Ubuntu (de mon point de vu)

    merci Linux.

  58. mathieu

    Bonjour monsieur, je me permet juste de mettre ce lien:

    http://www.youtube.com/watch?v=-hz3

    votre article, plus d’autre m’a donné envie, d’en savoir plus sur linux, et son histoire.

    je trouve aussi que le fonctionnement actuel, de archlinux, est assez intéressant, pour ce faire une idée du monde linux, ou de ces origines.

    par contre, je trouve que gnome 3 avec cinnamon, est très bien ;)

    1) linux n’est fait que de fichiers

    2) chaque programme (qui est aussi un fichier (1)), le fait au mieux.

    « si vous voulez, améliorer linux, donnez moi, quelque chose de tangible, un bout de code… »