9 prévisions open source pour l’année 2010

Classé dans : Logiciel Libre | 21

Sergis Blog - CC byQue va-t-il se passer en 2010 dans le monde de l’open source et du logiciel libre ?

Seul Nostradamux le sait.

Mais le journaliste Bruce Byfield s’est tout de même risqué au jeu des prédictions dans un article que nous avons traduit avec un petit mois de retard (ouf, il était temps !).

Tout comme nous, vous ne serez pas forcément d’accord sur tout. Il va alors sans dire que les commentaires sont là pour accueillir vos critiques et vos propres plans sur la comète[1].

L’open source en 2010 : Neuf prédictions

Open Source in 2010: Nine Predictions

Bruce Byfield – 30 décembre 2009 – Datamation
(Traduction Framalang : Cheval boiteux, Martin et Olivier)

Même si c’est la fin de la décennie seulement pour ceux qui ne savent pas compter, les rétrospectives semblent plus à la mode que les prédictions en ces derniers jours de 2009. Peut-être aussi qu’après une année de récession, les experts de l’avenir deviennent plus prudents.

Mais, n’étant pas de ceux qui suivent les tendances et n’étant pas du genre nostalgique, je préfère tourner mon regard vers le futur, pour envisager ce qu’il pourrait réserver aux logiciels open source. Tout bouge dix fois plus vite dans l’open source que dans l’informatique grand public, et 2010 risque bien de ne pas déroger à la règle.

Je pense que nous pouvons considérer comme acquis que l’open source va continuer à gagner en popularité. 2010 ne sera pas cette légendaire « Année où Linux se démocratise », mais nous devrions continuer à observer la même lente et constante progression de son adoption que dans la dernière décennie.

Mais quoi d’autre ? Permettez-moi de prouver ma témérité en faisant neuf prédictions sur ce que 2010 nous réserve sur le plan des communautés, de la technologie et de l’économie de l’open source.

1. L’arrivée des pilotes vidéos totalement libres

Les utilisateurs ont dû attendre longtemps pour avoir des pilotes vidéo open source aussi performant que leurs pendants propriétaires. Mais d’ici à la fin de l’année prochaine cela pourrait bien se concrétiser. Les pilotes Intel sont déjà stables, et utilisés sur plus de 25% des ordinateurs open source.

Quant aux autres cartes graphiques, le noyau 2.6.33 de Linux devrait apporter une meilleure gestion des cartes ATI et NVIDIA. Attendez-vous donc à de gros progrès d’ici à la fin de l’année. Et dans le pire des cas, si des fonctions manquent encore, elles devraient être au point pour la mi-2011[2].

2. La communauté crééra un fork de MySQL

Quand Oracle a racheté Sun Microsystems en avril 2009, ils ont également acquis MySQL, la base de données la plus populaire d’Internet. Huit mois plus tard, le sort réservé par Oracle à MySQL est toujours incertain et les gens s’inquiètent.

Richard Stallman a demandé publiquement à Oracle de rendre MySQL à la communauté, alors que Monty Widenius, le créateur de MySQL, a initié une campagne de rédaction de lettres à la Commission européenne pour éviter le démembrement de la base de données par Oracle.

Étant donné qu’il semble n’y avoir aucune logique juridique pour aider ces campagnes, je pense qu’ils vont échouer. S’ils y arrivent, la méfiance envers Oracle aura certainement raison de l’intégration de MySQL dans les distributions open source.

Il y a de grandes chances que la communauté privilégie des forks existants de MySQL, probablement MariaDB de Widenius, qui est déjà intégrée au Launchpad d’Ubuntu. PostgreSQL, l’autre grande base de données open source, ne devrait pas tant en profiter car elle semble moins adaptée aux besoins des sites Web.

3. La sortie de Gnome 3.0 risque de déclencher une révolte chez les utilisateurs

Il y a deux ans, un vent de révolte accompagna la sortie de KDE 4.0, car cette nouvelle version instaurait une rupture avec les précédentes (des fonctions clés n’y étaient pas encore intégrées). GNOME 3.0, provisoirement prévu pour septembre 2010, ne devrait pas souffrir du même manque de fonctionnalités, mais les premières versions suggèrent un style nouveau, comme KDE 4.0 (et les premières réactions montrent que les utilisateurs y seront aussi hostiles).

L’avantage de GNOME est que ses développeurs peuvent bénéficier de l’expérience de KDE. Aucune hostilité n’est permanente, surtout si la prochaine version a une feuille de route claire.

Tout de même, les plaintes peuvent être spécialement fortes ou longues, qui sait ? Peut-être que les critiques envers GNOME attireront plus d’utilisateurs vers KDE ou vers des environnements graphiques moins connus comme Xfce.

4. La différence entre Logiciel Libre et Open Source va se creuser davantage

De l’extérieur, open source et logiciel libre sont des noms différents désignant le même phénomène. Cependant pour beaucoup de membres de communautés c’est comme dire que le Protestantisme n’est pas différent du Catholisisme. Malgré bon nombre de similarités l’open source est un mouvement de développeurs qui vise à perfectionner la qualité du code source, alors que le mouvement du logiciel libre se concentre sur les libertés accordées à l’utilisateur[3].

Dans la pratique, les deux philosophies coexistent (souvent à l’intérieur d’un même projet). Cependant, de temps à autre, ces membres rentrent en conflit. Le dernier conflit majeur était il y a deux ou trois ans à propos de la version 3.0 de la licence GNU GPL (GNU General Public License), qui donnait plus d’importance au logiciel libre que la version 2.0.

Le problème suivant qui provoquera un conflit reste incertaine. Cependant, les personnes soutenant le logiciel libre n’ont jamais été timides sur le fait d’exprimer leurs opinions, et les adhérents de l’open source sont devenus de plus en plus méprisants envers le logiciel libre en général et leur fondateur Richard Stallman en particulier. Dans la même veine, la rhétorique est devenue si méprisante que le conflit semble n’être qu’une question de temps.

Il y a deux ou trois semaines, le problème le plus probable apparaissait être le possible retrait de GNOME du projet orienté logiciel libre GNU, un changement qui ne signifierait presque rien dans la pratique, mais qui serait probablement perçu comme une preuve que GNOME est désormais clairement dans le camp de l’open source. Le problème, cependant, est plus complexe que la contestation du conflit lui-même.

5. L’open source sera encore confronté au sexisme

2009 nous a montré une série d’évènement dans lesquels des gens comme Richard Stallman[4] et Mark Shuttleworth ont été accusés de sexisme à cause de remarques faites en public.

Et avec l’observation que les femmes sont sous-représentées dans l’open source, 2009 a été l’année où la communauté a semblé découvrir cette problématique[5].

6. Google Chrome OS inaugurera les OS dans les nuages

Chrome OS, le système d’exploitation dans les nuages de Google, devrait sortir dans la deuxième moitié de 2010. Étant donné ce que l’on dit toujours sur l’état des version bêta des produits de Google, personne ne sera surpris que version finale soit retardée. Mais 2010 montrera, au moins, une version bêta avancée ou une release candidate. Malgré l’existence de Jolicloud, la majorité des utilisateurs verra Chrome OS comme le premier système d’exploitation dans les nuages.

Chrome OS devrait être téléchargé des millions de fois dans le premier mois de sa sortie, du fait de sa nouveauté. De plus, Google est en train de travailler avec les fabricants de matériel pour être sûr que Chrome OS sera supporté. Malgré tout, une grande partie des utilisateurs resteront sceptiques à l’égard de Chrome OS. Beaucoup d’entre-eux ont déjà de sérieux doutes sur les systèmes d’exploitations dans les nuages, et jusqu’à présent ils y sont moins à l’aise que sur les systèmes d’exploitations traditionnels, desquels ils sont censés être ainsi délivrés.

Je pense et j’espère que Chrome OS ne sera rien de plus qu’un produit de niche. De toutes les façons, on aura quand même le verdict sur la validité du concept avant la fin de 2010.

7. Mozilla Firefox et Google Chrome se disputeront la première place

Même si je ne me trompe pas en affirmant que Chrome OS ne suscitera que peu d’engouement, ce qu’il restera après sa disparition c’est bien le navigateur Chrome. Sa vitesse et son aspect multitâches sont des défis que devra relever Mozilla Firefox avec habileté pour lui faire face, d’autant plus que Chrome pourrait signifier une interruption du soutien de Google dans le développement de Mozilla.

Pour le moment, le plus grand avantage de Firefox réside dans ses milliers d’extensions. Bien que les premières extensions pour Chrome soient d’ores et déjà disponibles, elles ne battront pas celles de Mozilla en nombre ou en polyvalence avant quelques années (et ceci seulement s’il se forme une large communauté).

Cette situation veut dire que Chrome n’est pas plus prêt à dépasser Mozilla que Mozilla est prêt à dépasser Internet Explorer dans les prévisions futures. Cependant, en 2010, Chrome peut ronger la base des utilisateurs de Firefox sur le même principe que Firefox le fait avec ceux d’Internet Explorer.

8. Raindrop et Wave ne vont pas réussir à trouver des utilisateurs

Par coïncidence, deux des nouvelles applications que nous trouvons prometteuses pour 2010 sont Mozilla Raindrop, un outil de réseau social et de messagerie électronique one-stop[6], et Google Wave, un outil collaboratif.

Les deux sont intéressants pour les développeurs et les ergonomes. Cependant, à l’heure où j’écris ces lignes, Raindrop n’est pas encore sorti, et Wave est seulement accessible sur invitations. Je serais surpris que l’un ou l’autre devienne un grand succès. Il s’agit en effet de résoudre des problèmes que les utilisateurs ne voient pas comme tels. Je n’ai simplement pas l’impression que les utilisateurs souhaitent centraliser leur messagerie, ou soient particulièrement intéresses par une collaboration en temps-réel.

Même si les utilisateurs se montrent motivés, Raindrop et Wave sont tous les deux en l’état trop compliqués et spécialisés en l’état pour qu’ils soient réellement adoptés. Un réajustement est nécessaire. Les critiques seront probablement enthousiastes, parce qu’ils font partie des utilisateurs expérimentés. Et les autres utilisateurs ? Pas tellement.

9. Le Nexus One ne sera qu’un jouet pour les geeks

Dans le courant du mois de janvier, le Nexus One de Google va être disponible[7]. Le Nexus One a fait un gros (bien que pas totalement favorable) buzz à l’intérieur de la communauté des techniciens, mais on peut se demander se faire une place.

D’après des rapports, le Nexus One n’inclura pas de fonctionnalités qui aurait pu lui attirer les faveurs du grand public. En plus, il va entrer sur le marché des téléphones mobiles déjà saturé, et Google ne possède pas la réputation d’Apple. Sans compter qu’il sera d’autant moins aidé que, au début, il ne sera pas vendu par les opérateurs de téléphonie mobile, et ne sera pas non plus dans les boutiques. En ces circonstances, je pense que il se vendra principalement aux développeurs, et qu’il peinera à élargir ce cercle[8].

Avec un peu de recul

Cette liste a été établie en toute indépendance. Pourtant, en la relisant, je réalise que quatre des neuf prédictions impliquent Google. Cette observation suggère une meta-prédiction : 2010 sera une année cruciale pour Google. Son évolution de développeur en acteur majeur aussi bien dans le logiciel que dans le matériel se joue cette année.

Connaissant l’histoire de Google, le succès de cette entreprise me laisse pessimiste. Et pourtant, Google lance tellement d’innovations que tôt ou tard, elle est susceptible de sortir quelque chose d’incroyable, la démonstration du paradoxe du singe savant peut-être tout simplement[9].

Pour ce qui est de mes autres prédictions, même si je m’attends à des changements dans la communauté open source, je ne me prépare pas à l’Apocalypse. La communauté est vaste, les changements sont inéluctables, mais en même temps, cela n’aura pas forcément beaucoup d’impact sur les milliers de personnes qui envoient des correctifs quotidiennement. Sur le coup, les sentiments sont exacerbés, mais en fin de compte, la communauté poursuivra tranquillement sa route, même si de temps en temps le cours des choses sera perturbé par un événement imprévisible.

Et si jamais je me trompe ? Alors j’en appelle aux privilèges des voyantes et demanderait qu’il ne me soit pas tenu rigueur de mon manque de précision ou de mon incapacité à prévoir le futur et je me réserve le droit de retenter ma chance l’an prochain, sans que personne ne me rappelle à mes erreurs passées.

Notes

[1] Crédit photo : Sergis Blog (Creative Commons By)

[2] NDLR : À propos de vidéo, Byfield a rédigé son article avant la nouvelle guerre des formats du Web.

[3] NDLR : Pour mieux comprendre la nuance, il y a un livre intéressant sur le sujet :-)

[4] NDLR : Byfield a consacré un article entier à ce sujet : Richard Stallman, Leadership, and Sexism.

[5] NDLR : Voir aussi ces deux articles du Framablog : Les femmes et le logiciel libre et Le code issu de Venus est-il meilleur que celui de Mars ?

[6] NDLR : Voir aussi l’article de Tristan Nitot : Thunderbird et Raindrop.

[7] Le Nexus One est déjà disponible, puisque nous publions cette traduction avec un mois de retard. On remarquera qu’il a les faveurs de Linus Torvalds

[8] NDLR : Le Nexus One ne sera peut-être pas un succès, mais il semblerait bien par contre qu’Android devienne lui un sérieux concurrent open source à Apple.

[9] NDLR : Le paradoxe du singe savant stipule qu’avec suffisamment de temps, un chimpanzé qui tape au hasard sur le clavier d’une machine à écrire pourra presque sûrement produire une copie intégrale d’une pièce de théâtre de Shakespeare.

21 Réponses

  1. C’est assez amusant, mais je pense que le point 2 est déja réalisé, c’est facile de prédire que mysql va être forké quand le fork existe déja. Le point 3 est aussi facile à prédire, vu que les fonctionnalité de gnome-shell sont le fruit de nombreuses discussions au sein du projet gnome. ( en fait, c’est déja réalisé ).

    Le point 1 ne se réalisera jamais à temps, vu que être aussi performant, ça implique de faire du décodage de video hardware, et je doute que ça arrive d’ici la fin de l’année.

    Le point 8 est aussi facile à prédire, les gens qui utilise Wave ont du mal maintenant, et je doute que ça change d’ici l’année prochaine.

    Je trouve le point 5 relativement hallucinant, c’est pas parce que 2 personnes font des commentaires qu’on estime sexiste que tout le mouvement lutte contre le féminisme.

    La prédiction sur le nexus est aussi facile à faire, android n’ayant pas réussi à séduire autant de monde que l’iphone ( pour un millier de raisons, entre des problémes de finition, de non séduction des developpeurs, de fragmentation des appareils et d’arriver plus tard ).

  2. plus de liberté , plus de créativité. bref de VRAI open source comme on l’aime

  3. Bien le bonjour,
    Voici un point qui me surprends, il concerne l’évolution possible de PostgreSQL.
    Il dit que cette bdd n’est pas adaptée à la création de site web, je dirais plus que les CMS ne sont pas tous compatibles et que peux d’hébergeur propose PostgreSQL comme possibilité de base de données, mais bon, c’est un détail ;)
    Personnellement, je n’ai vu que des critiques positives concernant Gnome 3, mais je n’ai pas testé, et je n’y ai pas regardé de prêt, je pense personnellement que ça sera un succès.
    Je mettrais une 10 ème prédiction, ou plutôt une question que je me pose…
    Comment va réagir la communauté avec les annonces successivent concernant l’allégement de la distribution Ubuntu, Gimp, puis OpenOffice pour les Netbooks…
    Je suis curieux de voir comment cela va se passer ;)
    Bonne journée à tous
    Et merci pour l’article ;)

  4. modagoose

    Article pas du tout intéressant, vous avez un quota de remplissage sur Frama ? ^^
    Des bruits de couloirs, des rumeurs, des ragots, aucun arguments. Bravo.

  5. "L’Open Source continuera de lutter contre le féminisme" …. Ah bon ? Je ne savais pas qu’il avait commencé !
    Qu’il y ait des machos, ça n’est pas bien étonnant vu la proportion de filles dans le monde de l’informatique. De là à dire que c’est une philosophie… Tout au plus une sale manie….

  6. On peut m’expliquer le rapport entre ChromeOS et le logiciel libre?

  7. Quelques coquilles :
    9. §1 : "On peut se demander se faire une place" ? Il manque sans doute un morceau de phrase.
    9. §2 : "Je pense que il se vendra" ? La tournure est maladroite, "qu’il se vendra"

    Sinon encore une traduction sympathique qui nous tiens un peu au jus de ce qui se trame !
    Merci à l’équipe de traduction.

  8. J’espère bien que le logiciel libre fera longtemps barrière au féminisme, si par féminisme on entend "défense des droits de la moitié de l’humanité dans les seuls cas où ces droits seraient moins satisfaisants que ceux de l’autre moitié de l’humanité".

    Le simple concept de "féminisme" est sexiste, car il sous-entend que l’inégalité homme/femme ne peut exister que dans un sens défavorable aux femmes.

    À bas le féminisme :)

    Maintenant, si on parle du sexisme dans le milieu du logiciel libre, il est évident que c’est un travers à combattre comme partout ailleurs, et qu’il est nécessaire de lutter contre les préjugés sexistes.
    Ce qui commence, d’ailleurs, par éviter de les relayer, comme on peut pourtant le lire sur le Framablog:
    http://www.framablog.org/index.php/

  9. > L’Open Source continuera de lutter contre le féminisme
    "Open Source Continues to Struggle with Feminism"

    "L’Open Source continuera de lutter avec le féminisme" ou "L’open source serra encore confronté au sexisme" plutôt, non ?

  10. WerePhilou

    Article que j’ai lu comme tous ses congénères (les "prédictionnistes") : avec demi sourire amusé (comprenez une crispation du coin de la bouche).
    La partie sur le féminisme m’a doucement fait rire… Je suis personnellement contre le féminisme qui n’est jamais que l’autre bout du machisme. Autant, je suis pour une équivalence complète homme-femme (équivalence hein ! l’égalité est totalement impossible par construction… la femme moyenne ne sera jamais aussi forte physiquement et l’homme moyen ne sera jamais "enceint"* – ou alors notre espèce est vouée à la disparition et ce sera un bien du point de vue de l’évolution) autant l’idée de dire l’un est meilleur (a plus de valeur que l’autre) que l’autre : ça me sort par les yeux.
    Je rejoins donc l’avis plus haut qui signale que le fait que deux personnes (certes tête de gondole ou figures de proue si vous préférez) se prêtent à des propos misogynes n’implique que chaque membre partage ce point de vue. Le barbu qui danse avec les gnous et le milliardaire d’Ubuntu ne sont pas connus en tant que philosophes sociaux mais pour pour leur action au sein du libre et de l’opensource. C’est comme si, au prétexte que Zidane fait un commentaire sur la société, on le considérait comme un analyste politique représentatif de l’ensemble de la pensée française et non comme un sportif…

    Pour le reste (plus de digression, c’est promis ^^), bah je préfère une fois encore un état de l’art ("Gnome 3 est prévu pour être comme ça, avec tel fonctionnalité, etc…) à un "regardez pourquoi les gens vont râler" qui n’est même plus de la prédiction puisqu’il suffit d’une version majeure ou d’un nouveau produit pour que les habitués râlent.

    Dans l’ensemble je ne dirais pas que l’article est inintéressant mais ce qui est intéressant est en creux. La forme, je le répète, me sort par les yeux et ressemble à de l’amateurisme journalistique : on dirait du TF1 ou les numéros de fin d’année des magazines (je parle pas de la trad hein ! merci aux traducteurs pour leur travail, juste de l’article lui-même).
    juste une opinion…

    * j’ai pris volontairement les contre arguments bidon mais habituellement avancés par l’une ou l’autre faction

  11. Hybrid Son Of Oxayotl

    La distinction entre «opensource» et «logiciel libre» est quand même assez bidon.
    Dans les divers façon d’appréhender la logiciel libre, il y a des milliers de nuances, et pas une palette monochromatique allant du tout blanc au tout noir !
    Il suffit de voir la tension entre De Raadt et Stallman ( http://www.openbsd.org/lyrics.html#… ) : lequel est censé être du côté de l’«open source» ?

  12. modagoose

    Marrant ça.
    Sur toutes les pseudos infos qui sont rapportées par cet article, le truc sur Stallman amène quelques uns à nous donner des détails de la façon dont ils considèrent l’homme et la femme.
    Qu’est-ce qu’on en a à secouer de ce que vous pensez du féminisme ?

    Ce n’est pas le sujet il me semble, alors c’est quoi ce développement foireux sur l’homme moyen et la femme moyenne ?

    C’est quoi un être humain moyen, vous l’avez déja rencontré ailleurs que dans des statistiques vous ?

    Pourquoi est-ce qu’il faut absolument que dés que le nom de Stallman est cité dans un article le troll pointe son nez ? C’est systématique.

    Sans Stallman, pas de logiciel libre, sans logiciel libre pas d’Open source. Les deux n’ont rien à voir. L’un est un concept social l’autre un moyen de développer des logiciels.

    Quant à savoir si Stallman est sexiste, je n’en sais rien.
    J’ai vu la plupart de ses conférences et je n’ai jamais entendu quoi que ce soit allant dans ce sens.

    Sinon, pour ce qui concerne ces 9 prédictions, pourquoi pas 10 ou 15 ?

    "Connaissant l’histoire de Google, le succès de cette entreprise me laisse pessimiste. Et pourtant, Google lance tellement d’innovations que tôt ou tard, elle est susceptible de sortir quelque chose d’incroyable, la démonstration du paradoxe du singe savant peut-être tout simplement"

    La démonstration du paradoxe du singe savant…
    C’est quoi ?
    Si quelqu’un comprends cette expression, je suis preneur de l’explication.

  13. @modagoose : jette un œil aux notes de bas de page ;)

  14. modagoose

    Merci Joseph, je ne lis jamais les notes en bas de page, ce n’est pas ergonomique, mais j’ai tort.

    Malgré tout, je ne comprends pas en quoi ça s’applique à Google dont le succés est déja avéré et dont les innovations n’accoucherons de rien d’incroyable. Ce qui est incroyable c’est tous ces gens qui voient de l’innovation là où il n’y a que gadgétisation. Le monde n’a pas besoin de Google, par contre l’inverse est vrai.

  15. Je constate ici que le féminisme subit les mêmes inconvénients que le "librisme".
    En effet, le grand public confond souvent le logiciel libre avec la définition faite par le Kévin moyen ("le libre, c’est génial parce que c’est gratuit, et ça marche mieux que Window$ parce que Window$ c’est de la merde et linux c’est pour les super-hackers, et si tu utilises Linux, ton zizi sera plus grand …")
    J’ai l’impression qu’ici, certains prennent pour argent comptant la définition du féminisme faite par l’ado gothique en pleine rébellion contre la société et ses parents qui sont rien que des bourgeois ("le féminisme, c’est génial parce que ça donne le pouvoir aux femmes et que les hommes, on les mettra dans des cages et on leur coupera les couilles, et t’façons, les hommes et les femmes, c’est rigoureusement identiques, …").

    Pendant ce temps-là, l’informatique subit tout les jours les désavantages de l’existence de logiciels proprios qui ne respectent pas leur utilisateur et une femme continue à gagner en moyenne 25% de moins qu’un homme engagé au même poste.

  16. @J-C:
    Ben le problème, avec le féminisme, c’est déjà le nom. Un nom sexiste. C’est un peu comme si, au lieu d’avoir des "anti-racistes" on avait des "groupes de défense des noirs".
    Ça donne l’impression d’avoir affaire à un mouvement qui ne combat pas les discriminations, mais défend les droits d’une partie de la population. Ce qui est parfaitement légitime, mais est déjà susceptible d’intéresser moitié moins de monde, et ressemble davantage à un esprit de groupe revanchard, qu’à la défense du droit fondamental à la non-discrimination.

    Pendant ce temps-là, les individus de sexe masculin continuent à payer jusqu’à deux fois plus cher leur police d’assurance automobile. Et le fait que les groupes "féministes" ne s’en émeuvent pas démontrent de façon évidente que le féminisme n’a rien à voir avec la lutte contre le sexisme.

  17. @ Grunt

    Je ne suis pas non plus un expert en féminisme, mais je pense effectivement qu’il s’agit plus d’un mouvement de défense des droits de la femme plutot qu’un mouvement pronant la non discrimination envers les sexes (et de même, les groupes de défense des droits des noirs ont rarement dénoncés les discriminations faites sur les blancs par les communautés noires, ce qui se comprend parfaitement et justifie que les féministes n’ont pas à dénoncer les discriminations faites sur les hommes). Mais je ne vois pas où cela créerait un problème.

    Je pense qu’un mouvement "non aux discriminations selon le sexe" asexué n’est pas judicieux car:
    1) cela gomme les différences entre les différents groupes. Pour reprendre l’exemple des mouvements de défenses des noirs, ceux-ci ont permis de réel progrès sur la reconnaissance de l’histoire et de la culture africaine (ou afro-américaine, …), et ont donc aidé les noirs à s’épanouir en tant qu’individu ayant des caractéristiques propres. Je ne pense pas que pour revendiquer des droits égaux, on doive abandonner sa reconnaissance à une identité collective.
    2) cela gommerait également le déséquilibre au niveau des différences de traitement entre homme et femme. Je ne trouve pas normal de sous-entendre que les deux groupes sont défavorisée de manière égale alors que ce n’est pas le cas, ni de risquer de tomber dans le "finalement, il y a des discriminations des 2 côtés, donc, ce n’est pas grave si un groupe ne bouge pas tant que l’autre ne bouge pas". C’est amha plus efficace d’instaurer une véritable justice grace à un système "pouvoir – contre-pouvoir" que de définir un consensus mou.

    (Un mouvement asexué a bien sur des avantages, mais je trouve que ce serait dommage qu’il n’existe _que_ ce type de mouvement.)

    Évidemment, ce n’est que mon avis, et on peux en discuter, mais je pense que le mouvement féministe a des arguments qui se tiennent pour justifier qu’il existe tel qu’il est actuellement, et que le condamner direct sans tenir compte de ces arguments est un peu rapide.

    Finalement, il y a une différence entre le sexisme et la reconnaissance d’une différence entre les sexes, tout comme il y en a une entre le racisme et la reconnaissance de l’existence d’une histoire et d’une culture d’un groupe ethnique particulier. Je preferre entendre "nous sommes des femmes et nous avons les mêmes droits que les hommes" (d’où le terme "féminisme", qui n’est pas sexiste, pas plus que le terme "juif" est en soi raciste (le racisme et le sexisme n’est pas le fait de reconnaitre qu’il y a des différences entre des groupes d’individus, mais qu’il y a une hiérarchie entre ces groupes)) plutot que "nous sommes tous égaux et nous avons les mêmes droits", ce qui reviendrait à effacer les différences réelles entre les hommes et les femmes.

    À part ça, je pense que je suis totalement hors-sujet :)

  18. modagoose

    Grunt, le mot féminisme n’est pas sexiste. Ce sont les femmes à l’origine de ce mouvement qui se sont dénommées ainsi.

    Je cite :
    "5. L’open source sera encore confronté au sexisme

    2009 nous a montré une série d’évènement dans lesquels des gens comme Richard Stallman[4] et Mark Shuttleworth ont été accusés de sexisme à cause de remarques faites en public.

    Et avec l’observation que les femmes sont sous-représentées dans l’open source, 2009 a été l’année où la communauté a semblé découvrir cette problématique."

    Déja le prédicateur de fête foraine part d’un postulat faux. Stallman n’a rien à voir avec l’Open source. Le Richard Branson sud-africain, un peu plus.
    L’open source serait confronté au sexisme parce que Stallman et Shuttleworth auraient tenu des propos sexistes ? Sans blague ? Le sexisme est défini par la loi et la loi concernant ce sujet aux States est beaucoup plus tendue qu’en France. Autrement dit, les risques d’être dans le dérapage sont plus grands.
    Bon, en même temps le gars qui prédit dans l’article, c’est un journaliste professionnel, donc quelqu’un qui a l’habitude de confondre prise de position et argumentation. Quelqu’un qui prend ses désirs pour des réalités quoi. Oui, je suis journalistophobe.

    Ensuite partir du principe que parce qu’il y a une faible proportion de femme chez les développeurs alors c’est qu’il y a du sexisme, je trouve ça pour le coup sexiste et stupide. Donc, si dans une activité, il n’y a pas la parité, c’est que c’est plein de machos ? De même le fait qu’il y aurait plus d’hommes que de femmes dans une profession serait le signe d’un problème ?

    C’est pas plutôt que l’on décourage les filles de poursuivre dans des filières scientifiques qui est un problème ? Non parce que là, par contre, il y a des statistiques qui le démontrent et ça c’est du sexisme, et ça se passe à l’école et ça n’a rien à voir avec l’open source.

    Je ne sais pas si il y a du sexisme dans l’open source, je crois bien que je m’en fous, mais probablement que la proportion d’abrutis est la même que dans le reste de la population.
    Commençons par encourager les filles à poursuivre leurs études là où elles en ont envie, puis par les rémunérer au même niveau que les garçons à compétences égales, après on se préocupera de savoir si c’est un problème de sexisme qu’il n’y ait pas la parité partout.

    Sinon, on peut toujours écrire n’importe quoi pour faire une pauvre neuvième prédiction après en avoir fait quatre bien moisies sur Google en revendiquant son indépendance éditoriale.

  19. @j-c:
    – Nous avons alors un point de désaccord. Pour ma part, je pense qu’il n’est pas une bonne idée de commencer par affirmer l’individu à travers le groupe, que ce groupe soit "l’ensemble des noirs" ou "l’ensemble des femmes". C’est assez communautariste comme idée, et ça sous-entendrait que l’individu, malgré lui, est determiné par le groupe dans lequel la société le classe.

    - Je n’ai jamais dit ni même soutenu la position "finalement, il y a des discriminations des 2 côtés, donc, ce n’est pas grave si un groupe ne bouge pas tant que l’autre ne bouge pas". Je constate qu’il y a des discriminations des deux côtés, que la plupart du temps les discriminations envers les femmes sont diffuses, très généralisées, rapidement punies par la loi dès qu’elles sont ‘officialisées’ par une prise de position publique, tandis que les discriminations envers les hommes sont plus localisées, totalement assumées par les individus ou les entités discriminants, et acceptées par la société à cause du préjugé ‘seules les femmes sont victimes du sexisme’. Mais à mes yeux il n’y a aucune différence entre un DRH qui sous-paye les femmes, une assurance qui applique des tarifs discriminants, un magasin qui propose des rayons de jouets ‘filles’ et ‘garçons’ au contenu différents, ou une boîte de nuit qui a un tarif différent selon le sexe des clients. Et je me désole de voir qu’actuellement, les seules tendances existantes sont, d’une part le féminisme qui ne s’attache qu’à lutter contre les inégalités discriminatoires envers les femmes, et le plus souvent en s’attaquant aux conséquences plutôt qu’aux causes (c’est tellement plus facile de mettre des quotas en politique que de faire un travail de fond pour lutter contre les causes sociales du désintérêt des femmes pour la politique, mais c’est tellement moins constructif), et d’autre part des mouvements ‘hoministes’, qui flirtent souvent avec une attitude réactionnaire vis-à-vis des mouvements d’émancipation des femmes, laissant très peu de place à la défense de l’égalité des sexes dans tous les cas et sur tous les plans.
    AMHA la différence sexuelle est une caractéristique strictement privée, c’est à dire génétique et anatomique, qui, même si elle constitue une partie essentielle de la personnalité de l’individu, ne concerne absolument pas la société. Pas plus que l’orientation sexuelle ou la couleur des yeux, le sexe ne devrait être mentionné sur un document d’identité, ou dans un échange de nature "publique" (commercial, administratif), sauf dans les cas où sa pertinence est évidente (maternité, soins médicaux). Mon sexe concerne mon médecin, mes partenaires sexuels, ma vie privée, point final.
    @modagoose:
    ‘Grunt, le mot féminisme n’est pas sexiste. Ce sont les femmes à l’origine de ce mouvement qui se sont dénommées ainsi.’
    Et alors? Au contraire, un mouvement qui n’est défini et nommé que par un groupe d’individu, groupe défini de façon sexiste (au sens qu’il s’agit du groupe des femmes uniquement, et non du groupe des "humains des deux sexes révoltés par les discriminations sexuelles") a, à priori, de grandes chances d’être sexiste.

  20. modagoose

    Grunt, tu m’as répondu :

    "Et alors? Au contraire, un mouvement qui n’est défini et nommé que par un groupe d’individu, groupe défini de façon sexiste (au sens qu’il s’agit du groupe des femmes uniquement, et non du groupe des "humains des deux sexes révoltés par les discriminations sexuelles") a, à priori, de grandes chances d’être sexiste."

    C’est comme si tu me disais qu’un mouvement antiracistes a de grandes chances d’être racistes parce qu’il est composé essentiellement par ceux qui subissent le racisme. Je sais bien que tout est possible mais est-ce que c’est la réalité pour autant ?

    Certe le mouvement féministe a été créé par des femmes; normal, elles ont créé ce mouvement non pas pour défendre des spécificités communautaires et demander des droits particuliers mais au contraire pour réclamer l’égalité avec leurs homologues masculins. La société qui a vu naître le féminisme était hautement patriarcale, faisant des femmes des mineures toutes leur vie, des êtres sous tutelle. C’est ça le contexte de départ. C’est de la résistance à un ordre établie par une minorité, c’est du syndicalisme, absolument pas un moyen de définir un individu au sein d’un groupe. De plus, aujourd’hui, on peut être un homme et être féministe. Et être féministe ne signifie pas être contre les hommes mais être contre l’injustice faîtes au femmes du fait qu’elles naissent femme.

    Y voir une dérive communautariste ou dire que le féminisme est sexiste c’est ne pas bien comprendre le sens des mots. Le mouvement féministe n’a pas été crée pour mettre les femmes à part mais pour au contraire les intégrer dans la société en réclamant l’égalité en droits, ceux qui sont inscrit dans la charte des droits de l’homme et de la femme depuis la Révolution française.

    Pour en revenir à l’article maintenant, il y aurait du sexisme au sein des équipes qui développent des logiciels open source. Mais pour ça il faudrait qu’il y ait de la discrimination sexuelle de la part de la majorité sexuelle qui compose ces équipes, soit lors de la postulation, soit au niveau des salaires, soit au niveau des comportements. Est-ce que c’est le cas ? On nous l’affirme sans en apporter la preuve. Le simple fait qu’il y ait moins de fille chez les développeurs ne veut pas dire qu’il y a du sexisme.

    Comme je l’ai dit, on décourage les filles à pousser leurs études dans les matières scientifiques. Ceci explique à mon avis cela.

  21. @ Grunt:

    - Pour le premier point:
    Je comprends parfaitement, et c’est une opinion qui se défend. C’était ce que j’avais en tête lorsque je disais: "Évidemment, ce n’est que mon avis, et on peux en discuter …". Au final, sur la question de savoir lequel est le mieux entre un groupe "de défense de la femme" ou un groupe "anti-discrimination basée sur le sexe", il y a des arguments des 2 côtés. J’étais juste intervenu pour relativiser les choses. J’avais l’impression que vos propos pouvaient être vu comme sous-entendant que le feminisme est objectivement injustifié (ce n’est p-e pas ce que vous aviez en tête, mais j’ai rajouté mon commentaire pour ceux qui l’auraient interprété ainsi), alors que ce n’est jamais qu’une opinion subjective.

    - Pour le deuxième point:
    Désolé si je n’ai pas été clair et que j’ai pu faire croire que je vous attribuais des propos qui n’étaient pas les votres. Je parlais de manière totalement générale, et la phrase que je citais n’était qu’un exemple d’une façon dont un mouvement plus consensuel peut empêcher les choses d’avancer. Je suis également d’accord sur le fait que les discriminations envers les hommes sont condamnables, mais l’existence d’un mouvement de défense des droits de la femme n’impliquent pas qu’il faut tollérer les abus lorsque les droits d’un autre groupe sont bafoués, de même que lorsque les cheminots font grêves, cela ne signifie en rien que les métalos n’ont rien à revendiquer.

    Je suis un peu étonné de voir "le plus souvent en s’attaquant aux conséquences plutôt qu’aux causes". Pour le peu de contact que j’ai avec des groupes féministes, j’ai toujours eu l’impression que c’était plutot l’inverse. C’est là l’origine de ma première réaction: attention de ne pas confondre les vraies actions féministes par rapport au "féminisme de kévins". Par exemple, cette histoire de quota en politique, c’est un peu comme l’existence de wine sous linux: très visible à l’extérieur, un kévin windowsien peut penser que cela implique qu’il n’existe pas de programmes sous Linux (c’est tellement plus facile de faire un logiciel d’émulation que de faire un travail de fond pour créer des logiciels natifs, mais c’est tellement moins constructif). De même, est-ce que les quotas en politiques ont été instauré pour résoudre le problème ou dans un but simplement pragmatique tandis que les groupes féministes dépensent 90% de leur énergie à des actions plus fondamentales ?

    Finalement, je suis également perplexe quant au repli communautaire.
    Si on transpose ceci dans le cadre du travail, cela met en lumière ce que je veux dire: les cheminots sont victimes de traitement qu’ils ne considèrent pas comme juste, ils font grève, est-ce que cela veut dire que les cheminots sont "communautaires", qu’ils se replient sur eux-même ou qu’il rejettent les métallos, les pompiers ou les cadres ?

    Au final, je n’aurais jamais réagit si on avait dit: "le feminisme c’est bien, mais il manque un mouvement plus généraliste, pour défendre aussi bien les discriminations envers les femmes qu’envers les hommes". Là, j’ai compris: "le feminisme, c’est nul parce que ce n’est pas un mouvement généraliste".
    Mais c’est normal que le feminisme ne soit pas généraliste, c’est le mouvement _féministe_. On peut difficillement être plus clair :)
    Reste les critiques qu’on peut faire sur un mouvement non généraliste (repli communautaire, affirmation des différences qu’il tend à combattre, …). J’y ai répondu plus tôt et elles sont à moins avis infondées.