Aménager son igloo avec Sweet Home 3D

Classé dans : Libres Logiciels | 6
image_pdfimage_print

L’été c’est le moment des vacances, le farniente, les apéros, la plage… Mais c’est également la période où l’on profite des longues journées et du beau temps pour faire des travaux dans la maison.
Notre pinchot se sentant l’âme d’un bricoleur a choisi de réorganiser son igloo. Mais avant de tout casser, il aimerait bien voir ce que ces aménagements pourraient donner. C’est là qu’il tombe sur ce superbe logiciel Sweet Home 3D qui va lui permettre de visualiser les agencements prévus.

Rencontre avec Emmanuel Puybaret, son concepteur, et Véronique, sa community manager.

Bonjour, pouvez-vous nous présenter le logiciel Sweet Home 3D ?

Abri de jardin

Emmanuel : Sweet Home 3D est un logiciel libre d’aménagement intérieur qui permet de dessiner des plans de logements, d’y placer des meubles et de visiter le résultat en 3D. Il est très complet et facile d’utilisation. C’est un peu la 3D pour les nuls ! Sa première version date de 2006 et correspond à une étude de cas décrite dans Les cahiers du programmeur Swing que j’avais écrit pour les éditions Eyrolles. Cet ouvrage faisait lui-même suite à mon Cahier du programmeur Java dont la première édition date de 2003. Tout ça pour dire que Sweet Home 3D est développé en Java et que toute cette expérience acquise avec le temps m’a bien aidé pour obtenir un programme stable et performant.

 

La version 5 vient de sortir ce mois-ci, quelles sont les nouveautés les plus remarquables ?
Emmanuel : Depuis presque 10 ans – et notamment depuis votre dernier article qui regrettait l’absence de niveaux, ajoutés depuis ;-), le logiciel s’est vraiment beaucoup enrichi. La version 5 permet des rendus toujours plus réalistes (ajout de plinthes, intégration de portes arrondies ou de fenêtres triangulaires…) mais aussi la conception d’aménagements plus détaillés (dessin de flèches et de schémas de toutes sortes, ajout de textes libres en 3D…).
Véronique : Outre l’aménagement, on sent de plus en plus un besoin d’utilisation du logiciel dans des pré-projets de construction : avant de faire appel à un architecte, de nombreuses personnes, partout dans le monde, ont envie de « rêver » leur maison. C’est chouette.

 

J’ai envie d’aménager un igloo, c’est possible ?
Emmanuel : Zut, là, vous me posez une colle car, dans Sweet Home 3D, les murs ne peuvent être que verticaux ! On peut faire des murs arrondis, des murs en sous-pentes, mais, pour des igloos ou des coupoles, il faudra que vous passiez par une astuce… par exemple, en important un igloo de la bibliothèque 3D Warehouse au format KMZ / Collada. C’est étonnant d’ailleurs comment les utilisateurs de Sweet Home 3D arrivent à trouver des tas d’astuces pour arriver à leurs fins. Et puis, si vous voulez programmer des fonctionnalités plus complexes, vous pouvez essayer de développer un plug-in, tout est expliqué sur le site du logiciel.

 

Exemple de plan

Sweet Home 3D, cela a une consonance anglaise, mais ce ne serait pas un projet français ?
Emmanuel : 100 % français, oui, mais à visée 100 % mondiale.
Véronique : …et au-delà !
Emmanuel : Maintenant le logiciel est disponible dans 25 langues ! C’est un des trucs formidables du logiciel libre : nous avons régulièrement des propositions de traduction du logiciel et on trouve même des tas de tutoriels sur YouTube dans différentes langues. De même, le forum est très réactif, très sympathique. L’aménagement ou l’architecture semblent être des sujets sans fond et, si jamais je manquais d’idées pour améliorer ce logiciel, les propositions des utilisateurs fourmillent. Merci à eux !

 

Quel est le lien entre Sweet Home 3D et eTeks ?
Emmanuel : C’est le nom de ma boite, tout simplement. Comme Sweet Home 3D, ça sonne anglais, mais ce n’est pas non plus trop dépaysant pour un public français.

 

Vous pouvez nous présenter les différentes personnes qui interviennent autour de ce projet ?
Emmanuel : Euh… moi, essentiellement, pour le développement en tout cas. Mais il y a aussi les créateurs de meubles en 3D, les participants les plus actifs du forum, les traducteurs comme je l’ai dit… Et depuis 5 mois, il y a Véronique qui m’aide pour la communication. J’ai senti que c’était nécessaire pour mieux animer cette communauté que je ne prenais pas assez de temps de connaitre et de faire reconnaitre.
Véronique : J’ai mis notamment en place une série d’articles sur le blog sur les différentes utilisations du logiciel qui s’intitulent : « Et vous, vous faites quoi de votre Sweet Home 3D ? ». Je viens de commencer, mais il y a de quoi faire une véritable saga, vous verrez !

 

Dans les utilisations « détournées » de Sweet Home 3d, saviez-vous que notre ami Gee, utilise le logiciel comme support pour les décors dans sa BD « Superflu » ? Avez-vous eu d’autres retours atypiques d’utilisation ?

Emmanuel : Oui, on aime bien ce qu’il fait et Véronique projette de faire un entretien avec lui à la rentrée (s’il veut bien !). Dans le genre atypique, il faut aller voir aussi sur le blog de Sweet Home 3D ou sur notre page facebook la reconstitution du Château de Rochecorbon, le vaisseau spatial de Star Trek ou le projet de ferme écologique en Afrique. Ce sont des super projets !

 

Modélisation d’une chambre pour la BD Superflu de Gee.

Pourquoi le choix du libre ?
Emmanuel : C’était dans les gènes de Sweet Home3D. Il devait forcément être open source puisque publié dans un livre. Alors, quitte à ouvrir son code source, autant le faire sous une licence libre. Sans être super militant, j’avais bien perçu les avantages d’une licence comme la GNU GPL dans des projets précédents : le partage des connaissances, l’ouverture au monde, l’aide des contributeurs, l’accès à des référentiels comme SourceForge.net, mais aussi la possibilité, avec cette même licence, d’opter pour un modèle de licences multiples. C’est justement ce modèle qui nous permet de vivre de ce projet : ventes de licences propriétaires à des sociétés qui veulent étendre les fonctionnalités du logiciel sans publier le code source de leurs modifications, mais aussi ventes sur l’Amazon Store et le Mac App Store d’une version intégrant tous les meubles sous licence libre disponibles pour le logiciel.

 

Avez-vous besoin d’aide ? Si oui, comment peut-on faire ?
Véronique : Ce n’est pas toujours facile de savoir ce qui motive une communauté : sur Facebook, on avait fait un « jeu des 7 différences », mais personne n’a joué ! Plus sérieusement, toutes les contributions sont bienvenues : documentation, participation au forum, création de meubles en 3D libres avec Blender ou Art of Illusion, par exemple. Pour les designers 3D en quête de reconnaissance, sachez que les pages consacrées aux modèles 3D sont désormais très bien référencées dans Google.
Emmanuel : Quand on pense aux débuts de Sweet Home 3D où j’ai été obligé de concevoir les premiers meubles en 3D moi-même, je suis très content d’avoir contribué aussi à l’émergence de bibliothèques de modèles 3D libres, 10 ans après.

 

Envie de réagencer son salon ?

Un dernier mot pour conclure cet entretien ?
E & V : Merci beaucoup, Framasoft, de votre travail en général et, en ce qui nous concerne, de nous avoir référencés dès nos débuts et de continuer à nous donner la parole. À bientôt !

 

Membre de Framasoft et d'autres associations libres en lien avec l'éducation notamment Abuledu-fr. Co-webmestre de ecole.edulibre, site de partage de ressources pédagogiques libres. Réalise des cours numériques. Moine copiste : je numérise et remets en forme des albums de littérature de jeunesse du domaine public.

6 Réponses

  1. Merci pour ce super logiciel !

    J’aime bien entendre un de mes proches qui ne connaît rien au logiciel libre me dire qu’il utilise Sweet Home 3D pour faire ses plans de maisons/d’agrandissements. Ça permet de pouvoir lancer la présentation des logiciels libres en général.

  2. Ici, utilisé pas plus tard qu’hier pour le fiston (presque 10 ans) qui s’est mis dans la tête de réaménager sa chambre. Plutôt que de lui dire “non”, on est parti sur la prise de cotes pour chaque meuble, puis on a farfouillé dans la bibliothèque puis on a fait des simulations. Résultat des courses… on a gagné du temps sur le grand chamboulement, et j’espère, montré qu’on pouvait visualiser un espace (perso) en 2D/3D et montrer les contraintes de l’aménagement de l’espace (fenêtres, porte, radiateur, espace d’évolution.

  3. Salut, c’est plutôt sympa comme logiciel.
    Avec quoi vous avez fait le rendu de l’image finale de l’article ?

    • Le rendu en question est réalisé avec l’outil de création de photos inclus dans Sweet Home 3D, lui-même basé sur une version améliorée de la bibliothèque SunFlow.

  4. Déjà adepte ici aussi.

    Avant de déménager, je me suis débrouillé pour trouver le temps de tout préparer (côtes des pièces, mesurer les meubles). Sur certains points, j’étais au centimètre près.
    Après l’outil ne fait pas le tout… “oui monsieur votre machine tiens à l’emplacement. C’est le passage de la porte qui nous pose soucis”. Il me manquait 2mm de côté. Heureusement que le tour de porte était en bois. J’ai pu “ajuster” le coup.

    Pour l’import de meubles d’une marque suédoise en kit, j’ai pu trouver des trucs tout près sur la bibliothèque sketch up. Juste à passer par l’outil du même nom pour convertir et importer. Le réalisme n’en est qu’amélioré.

  5. Très bon logiciel.

    Est ce que je peux l’utiliser si je n’est pas des connaissances en architecture d’intérieur?

    Merci bien 🙂

Laissez un commentaire