1

Le monde opte massivement pour les plus restrictives des licences Creative Commons et c’est pire en France !

cc - Franz Patzig - CC BY

Ce titre un peu longuet c’est ce que je retiens péremptoirement d’une récente étude statistique sur les licences Creative Commons[1].

Ce n’est pas la première analyse sur le sujet mais la nombre croissant de ressources placées sous l’une des licences Creative Commons (dont le très impressionnant annuaire de photos Flickr[2]) ainsi que leur prise en compte dans les moteurs de Yahoo! et de Google permet désormais d’obtenir des résultats plus fins. C’est du reste à partir des données fournies par Yahoo!, Google et Flickr que se base cette étude.

Ce nombre croissant de ressources placées sous licence Creative Commons serait d’ailleurs la première des remarques. Entre le tous droits réservés du copyright par défaut et le plus aucun droit réservé du domaine public, il y avait en effet à l’ère du numérique un espace béant à combler. Et l’on ne peut que se réjouir d’avoir aujourd’hui tant de créations à dispositon, l’auteur évoque un total de 60 millions, que l’on peut utiliser certes sous certaines conditions mais sans être obligé d’aller demander à chaque fois l’autorisation à l’auteur (sauf à vouloir lever certaines de ces conditons). Ceci dit c’est toujours sympa de prévenir et de remercier l’auteur mais là ce n’est plus du droit c’est du savoir-vivre.

Voilà pour les réjouissances parce que pour le reste, comment dire, je fais un peu la moue[3].

On constate en effet que les auteurs sont à peine plus de 30% à adopter les seules licences Creative Commons qui soient compatibles avec celles des logiciels libres à savoir la Creative Commons BY et la Creative Commons BY-SA (on tombe même à moins de 20% sur Flickr). Environs 70% des ressources référencées possèdent la clause non commerciale NC (interdiction d’en faire profit sans l’aval de l’auteur) et 25% la clause non dérivative ND (interdiction de modifier sans l’aval de l’auteur).

Soit. Bornons-nous au constat parce que si je me mets à commenter la chose, je vais me faire taxer illico de libriste intégriste qui n’a pas compris la spécificité d’un logiciel par rapport aux autres créations. Et puis il est vrai que 30% de 60 millions, ça reste non négligeable ! Il n’empêche que dans la pratique la free culture de Lessig c’est beaucoup plus une free culture as in free beer qu’une free culture as in free speechCommonistes de tous les pays êtes-vous réellement unis en un seul et même mouvement ?

A propos de pays justement. L’étude a également cherché à les distinguer en analysant les ressources dont les auteurs ont fait un choix localisé (par exemple non pas la générique Creative Commons BY mais la nationale Creative Commons BY France). C’est plus sujet à caution et par la même moins significatif puisque seul 20% de l’ensemble des ressources sous Creative Commons ont une licence localisée. On dispose donc d’un panel plus restreint.

Toujours est-il que, cool, la France se classe en seconde position (derrière l’Espagne) pour le nombre de ressources sous Creative Commons locales. Sauf que, pas cool, elle est carrément en queue de peloton (aux alentours de la trentième place !) pour ce qui concerne le choix des licences Creative Commons BY et BY-SA. Avec, j’en blêmis lorsque je compare avec la moyenne des génériques, moins de 10% d’adoption !

Ce qui m’amène avec sagacité à émettre les conjectures suivantes :

  • Hypothèse 1 (politique) : La droite décomplexée a encore frappé !
  • Hypothèse 2 (sociologique) : Les français ont l’obsession de se faire spolier ou défigurer leurs biens
  • Hyothèse 3 (éducatique) : Ils cliquent au hasard sur le formulaire du choix de la licence[4]
  • Hypothèse 4 (artlibristique) : Ils préfèrent la licence Art Libre
  • Hypothèse 5 (pragmatique) : Il est par trop hâtif d’en tirer la moindre conclusion vu le faible échantillon analysé
  • Hypothèse 6 (nombrilistique) : Je pars en vrille

C’est malheureusement la dernière hypothèse la plus plausible puisque ma conclusion sera un vibrant : Commonistes BY et BY-SA de tous les pays unissons-nous pour réussir la librévolution !

Notes

[1] Creative Commons Statistics from the CC-Monitor Project par Giorgos Cheliotis, présenté lors du iCommons Summit de Dubrovnik (14-17 juin 2007). L’étude étant elle-même sous licence Creative Commons BY.

[2] L’illustration est une photographie de Franz Patzig intitulée cc issue justement de Flickr et sous licence Creative Commons BY

[3] Ma compagne, qui lit parfois dessus mon épaule, me souffle à l’oreille que c’est surtout la moule que je fais lorsque j’édite mon blog et une moule qui fait la moue n’est guère enclin(e) a susciter l’amour. Pff, elle est pénible avec ses bons mots… elle va finir par me déconcentrer !

[4] Sauf que cette hypothèse ne tient pas parce que par défaut le formulaire vous propose la Creative Commons BY, ce qui est une excellente initiative soit dit en passant.