De l’évidence du choix Microsoft à l’Éducation Nationale

Classé dans : Éducation, Libr'en Vrac | 31

Temps de lecture 3 min

image_pdfimage_print

Outre la question des formats, le problème avec les sites de vidéos en ligne c’est qu’on ne sait jamais trop bien d’où provient la ressource et sous quelle licence est autorisée la diffusion (quand elle est autorisée  !). Toujours est-il que je suis tombé sur une vidéo qui s’apparente fort à un reportage de promotion interne de Microsoft dans le secteur éducatif.

La société nous présente là en effet sa solution ENT-E dans le cadre des Espaces numériques de travail (ENT) qui commencent à se déployer un peu partout dans les académies.

Il y a aurait beaucoup à dire sur ces ENT, à commencer par rappeler qu’on en parle depuis plus de cinq ans, mais ce sera l’objet d’un futur billet. En attendait je vous laisse juge de la manière dont Sylvain Geron, Manager Éducation et Recherche chez Microsoft France, nous vend le sien  :

Concrètement l’ENT-E c’est un portail web qui permet au chef d’établissement, à l’élève, à ses parents d’échanger entre eux des contenus. Par exemple le professeur peut mettre des contenus relatifs à un TP sur internet, l’élève peut les préparer depuis chez lui, peut poser des questions, le parent peut suivre le travail de l’élève, regarder ses notes… Le chef d’établissement peut faire des statistiques sur les notes ou vérifier les taux de présence des différents élèves dans l’établissement. Finalement l’ENT-E permet à toutes ses catégories de personnes de se retrouver ensemble autour de l’élève sur internet.

Puis une voix off qui tourne brillamment autour du pot du logiciel libre  :

Microsoft propose aux collectivités territoriales une solution adaptée à leurs besoins grâce à un code spécifiquement développé pour créer un ENT. La preuve en est la mise à disposition gratuite de ce code spécifique, la possibilité de modification et de distribution dans les académies.

Et Sylvain Geron d’ajouter  :

L’ENT-E s’appuie sous le code qui a été développé sur des briques de bases des produits Microsoft, et bien évidemment plus de gens utiliseront l’ENT-E plus les produits Microsoft sous-jacents seront utilisés.

Cela va sans dire mais cette franchise vous honore…

Mais ce qui a provoqué la rédaction de ce billet c’est l’ultime intervention que nous devons à Claudine Colomina, conseillère pour les TIC à l’académie de Montpellier, qui répondait visiblement à la question du choix Microsoft  :

Pourquoi Microsoft  ? Heu… Le problème ne s’est… on en a souvent discuté… le problème ne s’est absolument pas posé dans l’Académie. Il était évident que l’on voulait travailler sur des outils pérennes, sur du solide, que nous n’avions pas d’équipes de développement qui nous permettaient de travailler sur du libre par exemple, qu’il fallait un suivi dans toutes les activités, dans tout ce que l’on allait construire. Et il n’a jamais été question d’envisager un autre partenariat qu’avec Microsoft pour ce faire.

Et voici enfin la vidéo dont il est question dans tout ce billet  :

Si un enseignant initié de Montpellier (ou d’ailleurs) passe par là, nous le remercions par avance des précisions qu’il pourrait apporter, parce que cette histoire «  d’équipes de développement permettant ou non de travailler sur du libre  » ne me semble pas très claire…

Edit du lundi 12 janvier  : «  L’initié  » est bien intervenu en la personne de Benjamin Clerc qui précise dans les commentaires  : «  Je suis dans l’académie de Montpellier, chargé de mission à la Matice. Cette vidéo date … Mme Colomina est à la retraite depuis plus d’un an et c’est bien une solution libre qui a été retenue dans l’académie de Montpellier (en relation avec les académies de Bordeaux, Orléans et Lille), basée sur e-sup portal.  »

31 Responses

  1. VV666

    La question est : Est-ce que madame Claudine Colomina sait qu’il existe autre chose que MS ? Parce que si elle est même pas au courant, elle peut difficilement ce poser la question….

    Anecdote : j’ai rencontré un haut fonctionnaire d’une des académie. Il était charger de la gestion des ressources informatique dans celle ci. En discutant avec lui, j’ai été d’abord très surpris qu’il n’est que très peu de connaissances en informatique matériel (la différence entre les différentes parties d’un ordi était flou), puis j’ai découvert que le concept d’OS n’existait pas (Windows ÉTAIT l’ordinateur). Alors, vous imaginé ça tête lorsqu’on a parlé d’alternative à MS !!! QUOI, IL EXISTE AUTRE CHOSE ????????????
    C’était juste un gestionnaire qui était là, pas un professionnel de l’informatique. Le gars était là pour gérer un budget et rien d’autre (je ne parle pas d’une gestion intelligente…)
    Si c’est le cas pour cette madame, c’est – triste – mais normal que la question ne se pose pas.

  2. Luke SKy

    "nous n’avions pas d’équipes de développement qui nous permettaient de travailler sur du libre"
    Mais par contre, c’est nous avons une équipe de développement qui va développer les modules emplois du temps de l’élève, son "cahier de bord" (si quelque peu me dire ce que c’est?), etc.
    Foutage de gueule ? Non, tout le monde sait que les vidéos de microsoft sont d’un franchise et d’une honnêteté absolue (et que nous sommes de vilains communistes).

    "Si c’est le cas pour cette madame, c’est – triste – mais normal que la question ne se pose pas."
    Ben justement, c’est pas le cas pour la dame puisqu’elle parle du libre et qu’elle n’en veut pas.

    C’est bien triste tout ça…
    Juste une question au passage : existe-t-il une carte des établissements scolaires "libres", je veux dire où le rouleau compresseur de microsoft a été refoulé par d’irréductibles profs libristes ?

  3. Wetneb

    Ah, elle est très mignone cette vidéo. Elle m’a fait bien rire.

    Effectivement, le fait qu’il faille avoir des "équipes de développement" pour se servir d’un logiciel libre est "surprenant". En plus, il me semble que les enseignants en question souhaitent ajouter des "briques" au dessus du logiciel… Donc c’est qu’il n’ont pas encore accès à un produit totalement fonctionnel, et qu’ils vont "dialoguer" avec les concepteurs de la plate-forme en question. Je ne pense pas que dialoguer avec un communauté de développeurs de logiciels libres soit plus difficile qu’avec une société comme Microsoft…

  4. isaz

    Quoi il existe autre chose que Windows dans l’EN ? :p
    C’est vrai comme le dit VV666 que beaucoup (pas tous ouf !) même parmi la hiérarchie assimile ordinateur et Windows 😮

    Ca me fait penser à une idée similaire :
    Je cherchais des infos pour faire un TNWii avec Ubuntu et je suis tombée sur un courrier de mise en garde de l’académie de Créteil qui (au début de l’expérimention TNWii 2007 ou 2008 ?) se montrait très prudent voire réticent vis-à-vis de l’utilisation de la télécommande Wii dans un autre cadre que celui du jeu initial et de l’utilisation de certains logiciels pour TBI…
    Bref c’est peut-être très bien mais faites autrement pour nous éviter d’éventuels procès (ça se comprend dans un sens).

    A noter qu’à ce jour Nintendo n’a pas donné sa position sur cette utilisation et que certains éditeurs de logiciels pour TBI ont proposé des versions gratuites (pour Windows uniquement grrr) comme Interactive WorkBoard je crois (convention signée avec l’Education Nationale)

  5. jevaismemettreauthé

    1:20 Le nom de l’élève donné pour l’exemple est Cathala.
    Il me semble connaître un Mr Cathala, qui est enseignant dans l’académie de Montpellier et qui représentait projetice au dernier salon Educatice. Vous savez ce stand où il y avait un pôle logiciel libre complètement vide, un pôle handicap complètement vide et un pôle Microsoft très fourni.
    Je me demande bien ce qui motive ce monsieur et les autres enseignants qui font autant de zèle pour promouvoir les outils Microsoft. J’ai bien quelques idées, remarquez…

  6. Poupoul2

    La non-volonté "d’y aller" dans l’académie de Montpellier est d’autant plus évidente qu’une simple recherche nous emmène sur le projet Education OpenOffice (http://wiki.services.openoffice.org…) sur lequel on constate qu’un correspondant OOo existe pour cette académie. S’il y avait eu une réelle volonté d’étudier les 2 alternatives, des contacts auraient été pris.

  7. dural

    Il me semble y avoir là un problème de confusion entre libre et gratuit. Mme Colonna ne semble pas faire la différence entre le prix accordé pa MS à l’éducation nationale et le prix public, encourageant de ce fait le piratage logiciel imposé à des utilisateurs mal formés (intentionnellement ?) pour comprendre l’utilisation des logiciels en plus (? à la place ?) des connaissances traditionnelles

  8. Hector Valenza

    Merci à nos agents de la fonction publique d’être si clairvoyants dans leurs choix !

    Quant à la description de l’ENT par le gars de Microsoft, personnellement cela ne m’a pas vraiment enthousiasmé, loin de là. Les proviseurs et les parents seront contents, les uns y trouvant un moyen de mieux contrôler leurs profs et leurs élèves et les autres leurs enfants (la France de Sarkozy en somme), mais je ne suis pas sûr que les enseignants voient le progrès surtout si la centaine d’élèves qu’ils ont à charge chaque année se mettent de concert à leur écrire des mails tous les soirs (sans parler du phénomène qui déshumanise l’élève en le faisant rentrer dans des cases : présent / absent, bonne note / mauvaise note, etc.)

    Et pour les équipes de développement du libre, on a l’impression qu’on leur demande de créer de A à Z un ENT et que, sachant que c’est impossible, on se tourne alors tout naturellement vers Microsoft. Et puis je croyais que ces ENT faisaient l’objet d’appels d’offre. Effectivement faudrait quelques précisions.

  9. Michel 65

    En 2009, lire à l’Education Nationale qu’il n’a jamais été question de faire un autre choix que Microsoft parce qu’avec eux on travaille sur des outils pérennes, sur du solide, cela me troue le cul (désolé, je n’ai pas d’expression mieux appropriée à disposition).

    D’autant plus irresponsable (et coupable) que la Dame connait l’existence des logiciels libres.

    Vivement dimanche prochain !

  10. Benjamin Clerc

    Je suis dans l’académie de Montpellier, chargé de mission à la Matice. Cette vidéo date … Mme Colomina est à la retraite depuis plus d’un an et c’est bien une solution libre qui a été retenue dans l’académie de Montpellier (en relation avec les académies de Bordeaux, Orléans et Lille), basée sur e-sup portal.
    http://pedagogie.ac-montpellier.fr/

  11. tuxmouraile

    L’université Bordeaux 1 développe son propre ENT depuis 1999, et celle de Rennes en a aussi un, et probablement beaucoup d’autre.
    Alors pourquoi faire appel aux technologies Microsoft maintenant.

  12. tuxmouraille

    Mon commentaire est un peu en retard.
    Pour répondre à Hector Valenza, de mon point de vue l’ENT de Bordeaux 1 n’a jamais entousiasmé les étudiants et les profs.

  13. cemoi

    Bonjour,
    la maquette de l’ent académique se trouve ici:

    http://ent-maquette.ac-montpellier….

    Je ne sais plus combien ça a couté mais … je vous laisse chercher un peu vu que normalement ces informations là sont public.

    Pour ce qui est du corespondant educooo ( http://www.educoo.org/ ) je peux vous garantir que personne ne l’a contacter 😉 mais je vous en parlerai un peu plus ce soir…

  14. Hybrid Son Of Oxayotl

    Merci bien, Benjamin Clerc, pour l’information :·D.

  15. Damien

    Merci à Benjamin Clerc pour la mise à jour de la news (c’est aKa qui doit être embêté !).

    C’est anecdotique mais je remarque cependant que le lien donné ouvre directement sur "La liste des correspondants ENT (fichier Excel)" ce qui n’est pas forcément génial pour un ENT libre non ?

    Donc si je comprends bien "il n’a jamais été question d’envisager un autre partenariat qu’avec Microsoft" pour l’ENT de Montpellier, sauf que c’est finalement une solution libre qui a été retenue 😛

  16. cemoi

    Pour info il faudrai penser à mettre des lignes sdsl au établissements car pour le moment ce n’est pas avec les connexions de misére que l’on a que l’ent pourra être exploiter…

  17. Steed

    Je suis écoeuré de voir ces manoeuvres et cet argent publique dilapidé.
    Combien de millions dépensés pour rendre un peu plus gras certains et en arroser d’autres.
    Un moment il va falloir se poser la question: les choix ne sont pas logiques ni judicieux dans la plupart des cas; Alors, soit ceux qui prennent les décisions ne sont pas compétents (et ils n’ont pas leur place), soit, heuuu …………..
    [note: la France pays des Lumières, de l’Egalité , de la Justice ne se trouve qu’au 23 rang des pays les moins corrompus, pas 4eme ou 5eme !! (source IPC 2008)]
    A méditer…….

  18. Gilles

    Mon Fils est à l’Université de Cergy Pontoise !
    Tous les étudiants sont obligés de fournir leur travail pour Microsoft Word et Powerpoint :
    Openoffice n’est pas interdit par les autres profs sauf par le professeur d’informatique qui veut exclusivement du Microsoft en Bureautique car il ne sait pas corriger des documents réalisés avec Openoffice ! Les machines à disposition sont équipées de logiciels Microsoft alors les présentations doivent se faire sur ces machines !
    "Si les étudiants n’ont pas les moyens de travailler chez eux, ils n’ont qu’à utiliser les machines de l’université qui propose les logiciels nécessaires "
    Vous vous doutez quelles sont les conséquences de ce type de politique …L’ April devrait avoir un entretien avec les responsables informatiques et directeurs de ces grosses universités qui formatent les cadres et employés de demain !

  19. jpe

    Suite au commentaire de Gilles, mon fils en double licence à Tolbiac (Paris-Sorbonne) : même constat ! Hors de Microsoft, point de salut !
    Je connais aussi certaines administrations, pourtant bien équipées avec Ubuntu, qui continuent de fonctionner sous Windows.
    Il y a beaucoup de conservatisme chez les enseignants. Ce qui peut nous sauver, c’est quand même le porte-monnaie :
    Je suis dans une commune sous tutelle préfectorale suite à une mauvaise gestion, du coup Ubuntu a été choisi pour son moindre coût ! C’est un début. Pour autant les directeurs d’école, paniqués par avance de devoir transmettre en temps et en heure des résultats à des tests nationaux (cm2), ont tout fait pour faire reporter l’échéance du passage à Edubuntu ! Con-servatisme, quand tu nous tiens !
    Mais patience, en cette période de crise le porte-monnaie viendra à bout de bien des objections.

  20. Gilles

    @jpe
    L’April Pourrait mettre un wiki "non nominatif" mais centré sur les grosses facultés avec le taux d’obligation de logiciels Microsoft, si le ou les profs d’infos on été sensibilisés sur le sujet ou si il existe des excès ! Je ne suis pas d’accord pour payer 79 Euros pour un office 2007 quand Openoffice peut et doit suffire même pour les études de mon fils !
    Il est délicat de contacter personnellement et directement une Fac sur son programme pédagogique et je ne pense pas que mon fils apprécierai … Je pense être suffisamment actif personnellement, politiquement et financièrement dans ma famille, chez les distributeurs, à mon boulot, dans quelques associations et sur le net pour compenser cette difficulté à intervenir sur un terrain délicat avec des risques de "représailles" sur mon fils !
    J’attends beaucoup des associations qui n’auront pas de risques à contacter et dénoncer plus directement ces bastions !

  21. Remaille

    @Gilles
    Je ne suis pas sûr que l’argument de la gratuité soit le bon cheval pour favoriser le libre. Ce qui compte avant tout dans un logiciel libre, c’est la liberté, la sécurité, le respect des standards, l’utilisation de formats ouverts, la non dépendance envers un éditeur… Je pense qu’une Académie ou un établissement scolaire utilisateur de logiciels libres (par exemple OOo) devait (doit !) verser une contribution au projet. Un établissement peut tout à fait acheter du matériel (Livres, CD, T-shirts…) ou plus simplement adhérer à des associations en rapport avec le libre.

    Aux enseignants aussi d’utiliser leurs crédits pédagogiques (faibles je sais) ou une partie pour ça… Pourquoi pas ? Achetez des Framabooks ! Achetez des T-shirts, des mugs, adhérez… 😉

    Amicalement et librement.

    Pour ce qui est de l’APRIL. C’est une association. Elle est ce que ses membres en font. Je veux dire par là que ton idée de wiki est très bonne mais ils ont déjà beaucoup d’autres dossiers à gérer. Tu pourrais peut-être rejoindre le groupe de travail educ et, pourquoi pas, initier ce wiki ?.

    Personnellement, je suis d’accord pour payer l’utilisation d’OOo par exemple. Comment je fais ? Je suis adhérent à diverses associations en rapport avec le libre (APRIL, mon LUG, educOOo (www.educooo.org…))

  22. Amaury

    Je commente l’info et je complète un peu ce qui a été dit par Benjamin Clerc.
    JE suis enseignant dans j’académie de Montpellier. Je suis aussi correspondant ENT dans mon établissement.

    L’académie a un projet d’ENT nommé ENT 456 (4 ans pour les lycées, 5 ans pour les collège et 6 ans pour le primaire) qui est ambitieux puisqu’à terme tous les élèves de l’académie pourront y avoir accès. Ce projet est financé par les collectivités territoriales et vient de faire l’objet d’un appel d’offres dont je ne connais pas les résultats.

    Les travaux ont commencé depuis déjà longtemps donc l’échéance se rapproche.

    A l’heure actuelle, les briques qui composent cet ENT sont TOUTES libres. On a le cahier de textes de Pierre Lemaître de l’académie de Caen (une fiche existe sur Framasoft), Dokeos ou Moodle sur lesquels beaucoup d’enseignants sont, ont été ou vont être formés, un outil de partage de fichier en Webdav et quelques autres joyeusetés. Le tout basé sur du ESUP portail déjà utilisé par un grand nombre d’universités et d’IUFM en France.

    Je ne suis pas décideur de ce projet (donc mes propos valent ce qu’ils valent et n’engagent que moi) mais, à priori, les choix faits vont vers du logiciel libre. Ce n’est donc pas à mon avis de l’argent public dépensé pour rien. En revanche, pour un projet de cette ampleur, qu’il y ait eu réflexion pour savoir ce qui serait le plus efficace et le plus pérenne me semble bon. Que la solution soit commerciale ou non.

    Il est vrai que j’ai la chance d’être dans un établissement où MSOffice n’est pas présent puisque le choix a été fait de tout baser sur OOo. Donc l’argent public n’est pas forcément toujours dépensé en pure perte dans l’EN. Il faut juste quelquefois être patient.

  23. cemoi

    Encore une fois les lignes adsl des établissements sont lamentable… moins de 1mo en up pour faire du webdav sur des fichiers de 1 à 2 mo… et je suis jentil. Nous avons fait une demande de pasage en sdsl dans mon établisement et rien en vue… Nous sommes pourtant un établissement pilote pour l’ENT…

    Je trouve quand même dommage que tout ce beau monde ne se rapproche pas plus des acteurs du libre… c’est curieux ça ne géne personne de déployer openoffice.org sur 500 pc sans participer ni verser aucun euro (même un euro symbolique aurait un sens…) ni aucune communication autour du libre pourtant utilisé.

    La seconde remarque comme on parle de ENT il faudrai parlé de serveur et pour allé au bout de formation. Sur l’académie de montpellier aucune formation pour monter et administrer des serveurs unix et/ou linux n’est au paf. Aprés avoir fait des demandes cela semble imposible… et je n’en connais pas la raison…

    Je trouve quand même que les enseigants actif dans le libre ne sont pas soutenus… ce n’est que mon avis et mon retour d’expérience sur l’académie mais je n’ai peut etre pas rencontrer les bons interlocuteurs?

    Pour le moment tous les enseignants sont former pour des serveurs windows sans avoir d’autres choix malgré des demandes….. Aucun rapprochement n’a été fait auprés du corespondant académique Educooo non plus.

    Bien cordialement 🙂

  24. Papoune

    Je suis à la retraite…
    Ce qui me choque dans les propos tenus, c’est l’EVIDENCE Microsoft.
    J’ai longtemps utilisé access pour gérer des notes en IUT, mais devant la lourdeur des mises à jour et du déploiement -si l’on peut appeler cela ainsi- nécessaires aux changements de versionS d’office ou de Windows, sans parler de la lenteur, je me suis tourné vers une solution PHP MYSQL plus adaptée à la sécurité du produit et au confort de son évolution future .
    Cela n’est pas allé sans mal… "pourtant Microsoft, c’est bien…" oui quand on vous tient la main !
    On nous propose, à grands renforts de réductions ou de gratuité (est-ce légal ?) d’engager nos élèves vers des solutions professionnelles "toutes faites", mais sont elles seulement adaptées aux entreprises, petites ou grandes ?
    Pour moi, Word n’a jamais été confortable : je n’ai jamais pu positionner une figure mathématique au millimètre dans la feuille sans attraper une crise souricide.
    Quant à ceux qui ont écrit ou pompé une petite macro, inutile d’espérer les voir franchir rapidement le Rubicon : surbookés sur d’autres sujets, alors, pour eux, la réflexion sur l’OS et les autres outils passe au second plan, et la brèche commerciale passe par là.
    Avec ces "projets tout cuits ou précuits ou même prédigérés", on finit par oublier que c’est l’homme qui doit rester maître de sa machine , et pas Microsoft qui doit être le maître du maître de la machine.
    Cliquez, nous faisons le reste… et si la solution ne convient pas ?

  25. Grunt

    L’EN ne peut pas se passer de Microsoft. Bon.

    Framablog ne peut pas se passer de Dailymotion, donc de Adobe Flash, pour diffuser une vidéo.
    Avant de regarder chez les autres, on fait le ménage chez soi, non?

  26. JosephK

    Manque de bol, le ménage il est sur le point d’être fini… on y travaille 😉 (cf Framatube)

    Par contre, concernant cette vidéo précisément ce n’est pas le Framablog qui l’héberge chez Dailymotion. Il ne s’agit finalement que d’un simple "lien" un peu avancé vers Dailymotion. Par analogie il faudrait aussi reprocher à aka le premier lien du billet qui pointe vers microsoft.com
    Donc, bon, si on fait trop de ménage on n’a plus les sources, c’est quand même dommage 🙂

  27. Pinpinosaure

    Je suis une fidèle utilisatrice du libre dans mon lycée. Nous avons construit un site d’exercices interactifs sur une plate – forme ganesha et …. nous manquons cruellement d’aide de notre institution pour développer notre projet qui fonctionne à partir de bricolages peu professionnels! Des gens sont prêts à nous aider mais sont tous débordés! Le principal problème avec le développement des Ent dans l’E.N. c’est qu’il faut un minimum d’investissement pour former les gens et maintenir les solutions qu’elles soient libres ou Ms d’ailleurs! Ce qui est décevant c’est l’incapacité de l’institution à penser le numérique comme banal et faisant partie du travail quotidien. Cela ne pose pas de problème d’avoir un contrat de maintenance pour la photocopieuse mais c’est impossible d’avoir des équipes pérennes, disponibles et accessibles pour soutenir les projets pédagogiques numériques des enseignants. Alors pour moi le problème c’est pas les logiciels c’est les professionnels de l’informatique qu’il faudrait bien se décider à embaucher! Même si une fois qu’on a goûté au libre on n’a plus du tout envie de s’enfermer dans le propriétaire, le libre tout seul ne peut pas sauver le monde de l’éducation d’une errance pseudo-numérique.

  28. olivier

    Le choix d’un éditeur dans le déployement d’une solution unifiée d’ENT a certainement été légalement retenu suite à une procédure de Marché Public qui permet au vu d’un cahier des charges de retenir la solution la mieux adaptée au vu des besoins établis. Si Microsoft a remporté le marché c’est qu’il été certainement le mieux positionné au vu du cahier des charges. Il faudrait peut être se demander si les solutions libres proposées répondaient à toutes ses attentes. De même les dévellopeurs utilisant des solutions libres ont-ils seulement consulté le cahier des charges, étaient-ils à même d’y répondre correctement, l’analyse des besoins a t’elle été bien menée? Les institutions ont des modes de controle et de régulation des procédures de passation et d’achat des solutions informatiques, il peut sembler légitime que Microsoft ai correctement répondu au attentes demandées. Il faudrait des fois un peu s’affranchir du perpétuel débat libre/propriétaire pour s’adapter et proposer des solutions viables et globales qui puissent satisfaire les besoin d’institutions comme l’éducation nationale.

  29. felix

    Franchement, j’hésite entre colère et dépit.
    Colère parce que l’on met nommément en cause des personnes sans même prendre le soin élémentaire de les prévenir (ce qui est pourtant monnaie courante dans la vraie presse)
    Colère parce que l’on met en avant une partie des propos et que l’on passe par pertes et profits le reste des propos qui évoque le développement d’autres briques, pédagogiques, les plus importantes
    Colère parce que, sans enquête, on passe sous silence les éléments qui, à l’époque ont motivé ce choix, préférant se rabattre sur les phrases qui servent la thèse… Soyons sérieux, au moment où il fallait prendre des décisions dans ce projet novateur, soit à la fin des années 90, qui misait sur le libre ? D’autres partenaires avaient été contactés. Je le sais, j’ai intégré l’équipe en 2001 et, malgré ma préférence pour un autre système d’exploitation, il fallait regarder la réalité en face. C’est facile de juger près de dix ans après.
    Dépit parce que, la personne mise en cause est quelqu’un qui avait conscience des enjeux de ce qu’on allait nommer un ENT bien avant que ce concept ne soit popularisé.
    Son CD-ROM concept fête ses 10 ans !!! (Rappelez-vous, nous étions quelques dizaines de milliers à avoir Internet en 97, date du début de la conceptualisation)
    Dépit parce que ce concept n’est toujours par compris par bien des personnes hormis dans ses aspects techniques. Alors je me pose juste une question (et je m’inclus dans le lot): Qui d’entre-nous est capable de conceptualiser ce que sera l’informatique dans 15 ans ?
    La pierre est si vite jetée…

  30. Jtom29

    Moi j’apprécie beaucoup la façon dont celui qui joue le rôle de l’enseignant utilise la souris.
    On dirait mon arrière grand père 😉
    Il est scandaleux que les administrations continuent à dépenser de l’argent pour des logiciels alors que le Ministère des Finances est lui passé au libre !!!