Écoquille et Grand Ménage : un peu d’écologie sous Creative Commons

Classé dans : Libres Cultures | 2

Temps de lecture 2 min

image_pdfimage_print

Seier - CC byAu hasard de mes fils RSS, je suis tombé sur les «  Écoquilles  », un concept original de maisons écologiques, dont je vous invite à parcourir le site du projet pour en savoir plus et éventuellement vous faire une idée de sa viabilité. En gros il s’agit d’une sorte de coquille de bateau en bois renversé (à comparer avec les containers étudiants par exemple). Parmi les problèmes rencontrés, il y a la législation qui n’aime pas trop les toits arrondis à ce que j’ai compris. Nous leur souhaitons bonne chance en tout cas[1].

On peut lire ici que le concept de l’Écoquille est mis à disposition de tous selon les termes de la licence Creative Commons By-Nc-Sa. Quand il y aura des plans plus détaillés sur leur site (j’imagine que cela ne saurait tarder) on pourra donc potentiellement construire sa propre Écoquille si cela nous chante (et si cela chante aussi aux pouvoirs publics  !).

J’ai également noté le guide Le Grand Ménage – Recettes écologiques et économiques pour l’entretien de la maison dont voici un extrait de la présentation.

Le but de ce livret est de nous faire partager une expérience. Partager. Voilà un bien joli mot.

Au mois de juin 2005, Raffa, écologiste convaincue, eut une merveilleuse idée  : créer son propre «  blog  », pour transmettre ce qu’elle avait appris et nous donner envie, à nous aussi, de nous occuper de notre planète au quotidien.

Nous nous sommes penchés sur l’état de nos placards encombrés de produits chimiques, pour la plupart dangereux  : un pour le lavage des sols, un pour le lavage des vitres, un pour les plaques de cuisson, un pour les WC, un pour la salle de bain, un pour… Ce douloureux inventaire à la Prévert sonnait comme un appel au secours, une urgence de premier plan. Il n’était plus possible de continuer ainsi.

Ce livret est disponible en téléchargement sur le site des auteurs mais également en livre. Il est placé sous licence Creative Commons By-Nc-Nd. Un peu dommage pour le coup cette clause de non modification qui interdit de s’emparer du guide pour le modifier, alors que c’est typiquement un sujet qui appelle amélioration au cours du temps. On notera également que seules les versions PDF sont disponibles et non les fichiers sources.

Il n’empêche que voilà deux exemples intéressants d’usage des Creative Commons dans le champ écologique. En connaissez-vous d’autres  ?

Notes

[1] Crédit photo  : Seier (Creative Commons By)

2 Responses

  1. François Laberie

    Très bobo mais pas moins intéressant que ce guide du Grand Ménage. Les alternatives aux achats de produits chimiques et toxiques existent mais sont difficiles à dénicher car ce n’est pas l’industrie de la grande distribution qui va nous en parler ! Et puis après il faut aussi avoir la volonté (et le temps) de préparer les ingrédients et les mixtures.

    Pour les coquilles, je suis plus perplexe (des coquilles à étages c’est possible ?) mais il faudra bien là aussi un jour en passer par d’autres solutions.

    De toutes les façons ça n’est guère étonnant de voir la culture libre et l’écologie s’associer pour nous proposer un monde nouveau dont nous avons ardemment besoin.

  2. Earered

    Si les plans sont en nc, ça ne va pas poser problèmes pour engager des artisans et construire à partir de ces plans? (ou comme beaucoup de projet d’architecture soit-disant "ouvert" ça permet de garder un monopole et d’avoir une image bobo?)

    Sinon ne pas oublier la mention du bouquin
    "Les techniques et recettes de ce livret résultent de la compilation d’informations en provenance de plusieurs sources et surtout d’expériences personnelles. Le contenu de ce livret est offert « tel quel » à des fins éducatives et informatives, sans promesses, garanties ou conditions, explicites ou implicites. Les huiles essentielles en particulier sont des produits actifs puissants et donc potentiellement dangereux.
    Raffa ::: Le Grand Ménage ::: n’assume aucune responsabilité, quelle qu’elle soit, quant aux dommages pouvant résulter de l’usage des informations contenues dans ce livret."

    Ce qui en dit long et me fait penser au bouquin de Rika Zaraï se soigner par les plantes…

    Ils sont quand même super léger sur les précautions (petit analogie, la cocaïne est un produit "naturel"), ça ne ferait pas de mal d’indiquer le degré de toxicité, façon d’agir en cas d’ingestion, etc..

    </grincheux>

    Pour répondre à la question :

    > Il n’empêche que voilà deux exemples intéressants d’usage des Creative Commons dans le champ écologique. En connaissez-vous d’autres ?

    http://www.openarchitecturenetwork….