Scoop : Christine Albanel publie sous licence libre un livre sur le partage !

Classé dans : Libres Cultures | 11

Temps de lecture 1 min

image_pdfimage_print

Sebastian Bergmann - CC by-saSi seulement c’était vrai… Bien que le premier avril soit passé depuis longtemps, vous devez vous en doutez un peu  : mon titre n’est qu’un fake.

Je plaide coupable donc. Mais coupable par approximation parce qu’à quelques milliers de kilomètres au nord près, j’avais bon  !

En effet, je me suis juste trompé de ministère et de pays puisqu’aujourd’hui, en Norvège, Madame Heidi Grande Røys (sur la photo ci-contre[1]), ministre de l’Administration publique et de la réforme, publie un livre sous licence Creative Commons By-Sa.

Il s’intitule Delte meninger, est accompagné d’un site participatif autour du projet, et, à en croire le blog des Creative Commons, il porte sur le partage et l’aspect social des réseaux informatiques et d’Internet.

Merci à tout visiteur qui comprend un tant soit peu le norvégien de nous en dire plus dans les commentaires. Parce qu’avec l’outil de traduction Google appliquée à cette page du site, on se retrouve avec des morceaux intéressants (le procès du The Pirate Bay, évocation des logiciels et de la culture libre…) pour un titre aux accents étranges  : «  La paix, la liberté, et tout est gratuit  !  ».

En attendant, et quand bien même nous n’en connaissons pas encore le contenu dans le détail, on ne peut que saluer l’initiative. Nous y viendrons nous aussi en France, même si visiblement il faudra s’armer d’un peu de patience…

Notes

[1] Crédit photo  : Sebastian Bergmann (Creative Commons By-Sa)

11 Responses

  1. Pitrophe

    Il faudra s’armer de patience oui puisqu’il faudra attendre que Sarkozy s’en aille.

    Je ne comprends pas pourquoi les partisans de logiciel libre (April, etc.) ne politisent pas un minimum le problème en France. Comme si on était paralysé par le fait "qu’on ne fait pas de politique", que "le logiciel n’appartient à aucun parti, seulement aux hommes de bonne volonté" etc.

    Du point de vue des libertés et des biens communs, réels ou virtuels, physiques ou numériques, Sarkozy était le pire du pire de toutes les candidats possibles à la présidentielle et avec lui on est en train de reculer comme jamais. On peut le dire ça sans qu’on commence à nous flinguer parce qu’on "politise" le logiciel libre ?

    La ministre norvégienne, elle est de gauche, du parti socialiste local. C’est un pur hasard ?

    OK pour dire que le logiciel libre n’est ni de gauche, ni de droite, mais ne vous étonnez tout de même pas de voir arriver les progrès du côté de la gauche et la régression du côté des ultra-libéraux (à ne pas confondre avec les gaullistes d’ailleurs).

    Désolé pour l’emportement et bravo la Norvège :-)))

  2. Nico

    Pourquoi ne pas politiser un problème ? Parce que ça n’a aucune chance de faire avancer la cause du libre, parce que ce serait condamner cette cause à n’être soutenue, au mieux, que dans 3 ans, parce que les politiques s’emparent souvent de sujets par opportunisme et les laissent tomber dès que le vent tourne, parce que la gauche française n’a pas été foutue jusqu’ici d’avoir une position claire sur l’Hadopi alors que même la majorité se déchire sur ce sujet. Bref, parce qu’il faut convaincre tout le monde sans distinction politique ou autre et pas attendre que tel ou tel homme ou parti politique nous soutienne.
    D’autre part, la gauche n’a pas le monopole du soutien au libre (renseignez-vous, je ne veux pas faire de pub ici).

  3. Steph Anne Guillon

    J’ai pensé très fort faire une remarque sexiste en comparant le physique des deux ministres dont il est question dans l’article mais je me suis abstenu ! J’ai bien fait non ?

  4. deadalnix

    Pitrophe >

    Quelques confusions. Tout d’abords le libéralisme n’a rien a voir avec le clivage gauche droite. Et s’il y avait une tendance politique a laquelle rattacher le logiciel libre, c’est bien le libéralisme.

    Rajoutons a ça le concept de progrès, ici non défini, et on arrive a sacré gloubiboulga. Même si, on est d’accord, Sarkozy mène une politique dans biens des domaines qui va a l’encontre de tout bon sens, ou ayant des finalités toutes autres que celle pour lesquelles il a été élu (qui a dit aider les copains ?).

    Le FOSS est un aboutissement logique de l’évolution technologique. Les raisons qui feront qu’une personne de gauche ou de droit le choisissent seront probablement très différentes. Mais c’est en fait le seul choix qui a du sens à long terme. Notez le long terme, qui est très important dans cette phrase.

    Steph Anne Guillon > Bien que l’argument ne valle pas grand chose, je crois qu’on sera tous tenté d’y penser . . .

  5. Earered

    > Nous y viendrons nous aussi en France, même si visiblement il faudra s’armer d’un peu de patience…

    Tss.. D’un autre point de vue, on a de l’avance :
    http://admisource.gouv.fr/
    http://www.agora-collectivites-loca
    http://magasin.adullact.org/modules
    http://www.agora2spip.agora.gouv.fr
    MEEDDAT, MINEIE, MINBCPFP, MINDEF, etc..

    Au point, par exemple, qu’un échange de fichiers entre différents services fiscaux est plus simple avec des fichiers odf (les versions de MS office étant trop disparate pour assurer un rendu similaire, type la transparence sur les ppt d’office 2003 lu sous powerpoint 97).

    Il ne faut pas voir l’État par le seul miroir déformant de l’éducation nationale (et du ministère de la culture) 😉

    (et pour la sphère publique, il ne faut pas oublier les collectivités qui ont des bonnes (mais parfois aussi mauvaises) initiatives, exemple un contrat de maintenance informatique mentionnant les logiciels GNU GPL : http://e-marchespublics.com/annonce… )

  6. Winael

    En v’là un bouquin qu’il serait intéressant de trouver dans les traductions "framabook" :p.
    On en offre un a Albanel et Riester ?

  7. Grunt

    Le logiciel libre est déjà politisé, qu’on le veuille ou pas: sur le site Web de chaque parti politique, il faut installer un logiciel pas libre (Adobe Flash) pour accéder aux vidéos.

    Tous les partis, sauf.. le Front National, qui propose un lien direct vers la vidéo au format "WMV". Pas libre, mais accessible facilement avec un logiciel libre comme VLC.

    Non, je ne défends pas le FN, j’essaie juste d’expliquer que les partis politiques n’en ont strictement rien à f**** du libre.
    Leur expliquer que le FN fait mieux qu’eux en ce qui concerne l’intéropérabilité devrait peut-être les inciter à se bouger un peu plus le cul??

  8. aKa

    Les initiatives gouvernementales se suivent mais ne se ressemblent pas forcément.

    Lu sur RWW : Le gouvernement de l’Utah vient d’être le premier organisme public à proposer une Web App pour l’iPhone (téléchargeable gratuitement tout de même).
    http://www.readwriteweb.com/archive

    Un avis là-dessus ?

    (PS pour Pitrophe : il ne faudrait pas "librocentriser" la politique, même si chacun est évidemment libre de voir des différences notables entre les actions et prises de position des uns et des autres)

  9. FutileMan

    Je m’excuse vraiment vraiment mais je tenais vraiment vraiment à dire qu’elle est drôlement mignonne la Ministre !!!

  10. aveldro

    A propos de politisation :
    Il y a eu il y a quelques temps un billet sur le framablog intitulé : Le logiciel libre est-il communiste ? :
    http://www.framablog.org/index.php/
    Si en Europe, et en France en particulier, les promoteurs du logiciel libre sont plutôt marqué à gauche, ce n’est pas le cas partout, et on a raison de faire remarquer que dans "libéralisme", il y a "libre".
    Ainsi, une personnalité comme Jimmy Wales, fondateur de Wikipedia et membre de la direction de Creative Commons se déclare proche des libertarians, considérés en France comme ce qu’il ya a de plus radical dans l’ultra-libéralisme. On lit dans sa bio sur Wikipedia :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Jimmy_
    "À propos de l’économie, il appuie le capitalisme et attribue aux idées du penseur libéral Friedrich Hayek une influence importante dans la création de Wikipédia."
    De même, et même s’il a mit récemment un peu d’eau dans son vin, notre ami Mark Shuttleworth se sentirait certainement plus d’affinité avec un Alain Madelin qu’avec Besancenot ou José Bovet.
    http://www.markshuttleworth.com/arc
    "I used to be a fan of Adam Smith’s invisible hand, and great admirer of Ayn Rand’s vision. Now, I feel differently."
    J’ai aussi relevé cette petite phrase dans le récent billet de Christian Vanneste à propos de Hadopi :
    "Sans doute, est-ce en raison du contexte particulièrement libéral d’internet que les socialistes ont voté le texte Hadopi au Sénat et ont fait semblant de s’y opposer à l’Assemblée."
    http://www.christianvanneste.fr/?p=
    Alors, politiser le logiciel libre : pas forcément une bonne idée. On est ici dans une opposition libéraux vs conservateurs, et non droite vs gauche.

  11. tsakusa

    Je trouve tout ça une bonne initiative.

    Petite histoire:
    Quand j’ai proposé à l’admin de mon bahu d’installer firefox sur les postes élèves, il m’a répondu qu’il ne savait pas si ça risquait pas de vulnérabiliser le réseau. Son excuse: il peut pas vérifié!!!!
    Là, j’étais mort de rire et quand je lui ai demandé si dans son internet explorer il pouvait lire les sources, il m’a répondu "Dehors! Ou est-ce que vous voulez être collé jeune homme?"

    Vraiment, il faut réveiller nos admins parce que sinon…