Google se conjugue au futur et Microsoft au passé ?

Classé dans : Dégooglisons Internet, G.A.F.A.M. | 31

Temps de lecture 7 min

image_pdfimage_print

Google sfida Microsoft con Chrome - Copyright Federico FieniOn le sait, Microsoft n’a pas vu venir le Web et ne porte pas le logiciel libre dans sa culture (c’est le moins que l’on puisse dire).

À partir de là comment s’étonner qu’un Google lui fasse aujourd’hui concurrence et menace demain d’attaquer frontalement ses deux plus beaux fleurons (et source colossale de revenus) que sont le système d’exploitation Windows et la suite bureautique MS Office.

Un Google qui a massivement investi dans le cloud computing, l’informatique dans les nuages, Un Google qui non seulement ne méprise pas le logiciel libre mais sait très bien l’utiliser quand ça l’arrange, par exemple pour faire s’y reposer son navigateur Chrome ou son prochain et très attendu Google OS (histore de boucler la boucle)[1].

À propos de Google OS, un petit coup de Wikipédia  : «  Google Chrome OS est un projet de système d’exploitation qui sera fondé sur son navigateur Web Chrome et un noyau Linux. À destination des netbooks dans un premier temps, il serait capable, à terme, de faire tourner des ordinateurs de bureau traditionnels. Google laisse à penser que son OS fonctionnerait en ligne sur tout ou partie, comme ses applications (Google Documents, Gmail, etc.). Après sa suite gratuite Google Documents concurrent de la suite payante Microsoft Office, puis Android face à Windows Mobile, ce nouveau système d’exploitation gratuit attaque le cœur du business Microsoft.  »

La fin d’un cycle, si ce n’est d’une époque  ?

Google est en compétition pour le futur ; Microsoft, pour le passé

Google competes for the future ; Microsoft, the past

Matt Asay – 23 octobre 2009 – CNET News
(Traduction Framalang  : Poupoul2 et Goofy)

Google est né sur le Web, et provoque de plus en plus de quintes de toux chez Microsoft en contraignant le géant séculaire du logiciel à se battre en utilisant les règles de Google. Comme avec l’open source. Comme avec l’informatique dans les nuages.

Microsoft pourrait se reposer sur ses lauriers dans l’immédiat grâce au lancement réussi de Windows 7. Mais à long terme son plus grand succès que représentent ses vieux logiciels de bureautique menace de céder le marché à Google.

Ce n’est pas très équitable pour Microsoft. Microsoft est victime de son propre succès, en ayant besoin de s’adresser à sa clientèle existante à chaque nouvelle version, coincé qu’il est par le «  dilemme de l’innovateur  ». Microsoft continue de remplir ses caisses, mais ses deux derniers trimestres ont vu ses forces traditionnelles telles que le système d’exploitation Windows devenir un frein pour ses revenus, tandis que les entreprises dépensent toujours plus d’argent auprès de Google, Red Hat et quelques autres.

L’absence d’héritage de Google lui permet d’innover rapidement à large échelle, comme le suggère Todd Pierce, directeur technique de Genentech et client de Google  :

Le rythme d’innovation de Google…, enfin bon, le cycle de production d’Oracle, SAP et Microsoft est de cinq ans, celui de Google est de cinq jours. C’est incrémental. En cinq jours, vous ne pouvez pas supprimer toutes vos licences de Microsoft Office, mais d’ici cinq ans, vous n’aurez plus de Microsoft Office.

Microsoft, de son côté, est tellement préoccupé par la compatibilité ascendante, «  Ce produit ou cette fonctionnalité sont-ils compatibles avec notre capacité à monétiser notre monopole sur la bureautique des années 80  ?  », qu’ils continuent à se battre pour comprendre le Web. Dave Rosenberg, blogueur sur CNET, note que Windows 7 aurait dû être la tête de pont de Microsoft sur l’informatique dans les nuages, mais qu’il n’en a rien été.

Il y a beaucoup de «  aurait dû être  » chez Microsoft, lorsqu’on parle du Web.

Dans l’intervalle, personne ne ralentit pour attendre Microsoft. Arrêtons-nous un instant sur l’informatique dans les nuages. VMware domine la virtualisation, et a de grandes ambitions dans l’informatique dans les nuages, alors que les rivaux open source Eucalyptus et VMops menacent de contester la suprématie de VMware et Microsoft, en cherchant à dominer l’informatique dans les nuages.

Et arrive alors Google, qui fournit une gamme de services d’informatique dans les nuages toujours plus large aux entreprises qui cherchent à se détacher de l’ordinateur de bureau. Dans une interview donnée à CNET News, Eric Schmidt, PDG de Google, soutient que le navigateur peut être à la fois orienté entreprise et consommateur. L’architecture est dirigée par le navigateur. C’est toute l’histoire de l’informatique d’entreprise actuelle.

En d’autres termes, le bureau est simplement un moyen pour l’utilisateur de lancer son navigateur. C’est une passerelle. Il n’y a plus de valeur dans le bureau. Elle se trouve dans le navigateur, qui devient le nouveau bureau, en termes de fonctionnalités réelles disponibles

La meilleure opportunité pour Microsoft de contrecarrer la menace de Google et des autres s’appelle SharePoint. Le PDG de Microsoft, Steve Ballmer, l’a décrit comme le nouveau système d’exploitation de Microsoft, mais ce n’est que dans un entretien récent avec Forrester qu’il lui a donné tout son sens  :

Dans mon esprit, je compare SharePoint au PC, le PC est venu à la vie comme machine à tableau, puis est devenu une machine à développer, une machine à traiter du texte, SharePoint est une infrastructure à objectif global qui connectera les gens aux gens, et les gens à l’information…

Je crois que SharePoint est considéré par les administrateurs informatiques et les développeurs comme une plateforme de développement très sérieuse pour les développement rapide d’application (NdT  : RAD, Rapid Application Development).

SharePoint est la meilleure tentative de Microsoft pour connecter les applications de bureau telles qu’Office, avec des outils collaboratifs et de stockage centralisé ou dans les nuages. Bien sûr, Microsoft a d’autres initiatives telles qu’Office en ligne, mais aucune ne marie aussi bien ses centres de profits historiques et l’innovation future.

SharePoint pourrait alors être le meilleur espoir de Microsoft pour marier son héritage à la future informatique en ligne.

Microsoft a besoin de cela. Ils perdent dans le marché des mobiles, et pas uniquement face à Apple. Android, le système dédié de Google, est déjà efficient et opérationnel, avec par exemple ses données AdMob qui situent aujourd’hui la pénétration des smartphones Android à 10  % au Royaume Uni.

Si nous prenons l’hypothèse que le mobile sera de plus en plus une plateforme de choix pour le client, alors nous voyons Google harceler Microsoft par le haut (les nuages de services) et par le bas (le client).

Dans les deux cas, l’open source est une arme de choix pour Google, et c’en est une que Microsoft va devoir comprendre rapidement s’ils veulent devenir un acteur de poids sur le Web. Le Web est trop grand pour que Microsoft le contrôle, et le Web est incroyablement open source, tel que le remarque Mitch Kapor, fondateur de Lotus  :

La victoire de l’open source est qu’il constitue le fondement du Web, la partie invisible, celle que vous ne voyez pas en tant qu’utilisateur.

Les majorité des serveurs utilisent Linux comme système d’exploitation avec Apache comme serveur Web sur lequel tout le reste est construit. Les principaux langages sur lesquels les applications Web sont construites, qu’il s’agisse de Perl, de Python, de PHP ou de n’importe quel autre langage, sont tous open source. Donc l’infrastructure du Web est open source. Le Web tel que nous le connaissons est totalement dépendant de l’open source.

Kapor suggère que la guerre que Microsoft livre à l’open source est terminée, ou devrait l’être  : l’open source a gagné. Il s’agit désormais d’une infrastructure essentielle, et quelque chose que Microsoft doit arriver à comprendre, plutôt que de le combattre. Il ne s’agit pas de «  religion open source  », il ne s’agit que de pragmatisme. Un pragmatisme que Microsoft peut s’approprier aussi bien que n’importe qui d’autre.

Google utilise le futur (l’open source, les nuages) pour se battre pour l’avenir, et ses tactiques menacent de frapper Microsoft au cœur de ses vaches à lait tels que Windows.

Microsoft, cependant, semble être embourbé dans son passé. Windows 7 a l’air d’une mise à jour sérieuse de son prédécesseur Vista, mais dans dix ans, cela aura-t-il une importance pour nous  ? Peut-être aurons-nous changé, oubliant ces jours pittoresques où nous nous soucions du système d’exploitation et des applications telles qu’Office  ?

Notes

[1] Crédit illustration  : Copyright Federico Fieni

31 Responses

  1. vd

    Open Source, Open Source, Open Source, Open Source

    Ca manque un peu de liberté tout ca 😉

  2. l'archiviste

    Cet article donne un peu espoir, même si le géant Google peut devenir aussi méchant que MS.

    J’ai juste un rapport d’erreur: dans "Red Hats", le s est de trop.

  3. VRP Google

    C’est juste mais on le savait déjà. Enfin moi je le savais, mais moi c’est souvent on, du moins quand ça m’arrange, un peu comme Google avec l’open source.

    Pour réveiller tout ça je propose un petit troll, mais qui n’en est pas un en fait, puisque c’est la vérité 😛

    Comment se fait-il que le communauté du libre soit si indulgente avec Firefox vis-à-vis de Chrome et son pendant libre Chromium ?

    Chrome sous Windows ou Chromium sous Gnu/Linux est bien plus rapide et agréable pour naviguer que Firefox. Vous le savez mais vous ne le dites pas, parce que cela fragiliserait Mozilla et son logiciel, toujours cité comme exemple de réussite dans le monde du libre.

    Notez que moi aussi ça me désole de le constater mais Chromium-le-chat ou Firefox-l’escargot sous Ubuntu, y’a pas l’ombre d’une photo ! Le jour où Google lui donne des extensions, le panda roux vacillera sur son socle open source.

    Si en plus Google OS + Chrome permet de booter en quelques secondes pour arriver de suite sur Internet (en optimisant en plus tous les services que vous utilisez au quotidien mais là encore sans forcément le crier sur tous les toits : Gmail, Reader, Docs…), ça fera non seulement mal à Microsoft mais également à toute la chaîne classique du choix d’une distributions Linux et des applications libres (OOo & co).

    Pour ceux qui connaissent Chromium, continuez à taire son existence, ça vaut effectivement mieux pour le libre. Quant aux autres ne l’essayez surtout pas, vous tremblerez sur vos fondamentaux !

  4. Eric Lafarge

    Pareil, pas trop original sauf pour le grand public qui ne passe pas forcément par ici. Par contre vraiment géniale l’illustration initiale !

    Sinon je suis assez d’accord pour Chromium malheureusement. Va falloir se méfier parce qu’un monde technologique fait de terminaux iPhone et Google OS, ça me branche pas plus que ça !

  5. Paul

    Hello !

    Nous sommes entrain -espérons- de migrer de vers une nouvelle façon de voir et de vivre le monde. Nous passons (pas tous encore 😉 d’un monde fermé (dominant/dominé) à un monde plus ouvert plus libre, j’oserais dire plus féminin ou plus précisément plus yin… L’informatique (science de l’information) permet cela plus aisément que le reste (énergie, alimentation, culture…) car pour partie elle est dématérialisée. Les mastodontes ancrés dans l’ère préhistorique ne sont adapté à ce nouveau monde, peu à peu ils vont perdre de leur superbe, d’autres ont compris que le monde avait changé et qu’il fallait suivre voire même incité le mouvement, leur façon de faire à changer, mais ont-ils conscience de faire avancer le monde dans ce sens, eux seul le savent !
    Toutefois quoi qu’il arrive le libre va continuer à se développer, Microsoft moins libre qu’Apple (noyau linux) se fait tailler des croupière par celui-ci et Google plus libre qu’Apple (financement de développement libre) est encore plus innovant.
    Les sociétés vont continuer à utiliser du logiciel libre dans leurs intérêts mais aussi dans l’intérêt de tous !
    Paul
    PS : En ce qui concerne Firefox je vous recommande la version 3.6b1 rapide et très fluide, il est vrai que la 3.5 se traine un peu…
    http://www.01net.com/editorial/5080

  6. Varin 67

    @VRP Google : Chut, tais-toi malheureux, tu va dévoiler l’un des secrets les mieux gardés de la communauté !

  7. mjoly

    @VP Google: je suis un "google user", quelque soit le système employé, et sous linux, j’utilise Firefox et aussi parfois chromium..
    J’attendrais que chromium soit autant chargé de plugins pour dire qu’il est effectivement plus rapide que Firefox..
    Si je constate qu’il est plus rapide.. c’est qu’il est aussi plus "basique" livré tel quel, sans plugins qui parfois alourdissent le navigateur mais que j’utilise malgré tout avec plaisir !

    voilà !

  8. Ariel (Paris)

    C’est pas tout à fait vrai qu’il n’y pas d’extensions, même si effectivement il va falloir attendre la version 4.0 pour qu’elles soient directement implémentées :
    http://www.chromeextensions.org/

    Sur un vieil ordi qui rame dès que vous ouvrez trois onglets Firefox avec deux vidéo YouTube, Chrome est tout de même bien meilleur faut bien se l’avouer.

    Sinon, Chrome est quand mêle un spyware déguisé non ?

  9. boubou

    L’illustration est effectivement très bien vue.

    Google est une énorme machine à innover et a très bien compris où le futur de l’informatique se passait : sur la toile. Un OS "on the Web". Peu importe l’endroit, le support (laptop, smartphone, PC, …), on retrouvera nos documents, nos codes sources, nos mails, notre environnement (partagé ou non) sur la toile. Je trouve ça d’autant plus intéressant que les outils mis à disposition sont open source. Comme le souligne l’auteur dans la remarque de Mitch Kapor: "Le Web tel que nous le connaissons est totalement dépendant de l’open source."

    Néanmoins, le commentaire de vd est court mais puissant de signification, "et la liberté dans tout ça". J’émets des doutes quand à la liberté de l’utilisateur dans un OS où il y aurait un condensé de Gmail, Google Documents, Reader et j’en passe. Google pourra se donner le droit d’utiliser les informations dont il dispose, pour le meilleur ou pour le pire. Via Gmail, y’a qu’à remarquer les pubs Google qui s’affichent quand vous recevez un email de votre grande-tante pour sa recette du Tiramisu et votre meilleur ami qui vous demande conseil sur l’achat d’un nouveau PC. Reste à voir comment la communauté web réagira devant ce mastodonte.

  10. aKa

    La tentative de troll (qui démarre plutôt bien) autour de Chrome m’a poussé à aller voir du côté des statistiques du Framablog pour ce qui concerne les navigateurs.

    Pour le dernier mois d’octobre, ça donne :
    – Firefox : 64%
    – Internet Explorer : 18%
    – Mozilla : 5%
    – Chrome : 5%
    – Safari 5%

    Et il y a un an, octobre 2008
    – Firefox : 62%
    – Internet Explorer : 29%
    – Mozilla : 3%
    – Safari : 2%
    – Opera : 1%

    Et il ya deux ans, octobre 2007
    – Firefox : 58%
    – Internet Explorer : 35%
    – Mozilla : 3%
    – Chrome : 2%
    – Safari : 2%

    Rapidement, je constate :
    – Firefox a continué (doucement) à progresser atteignant un niveau bien au dessus de la moyenne "nationale" mais ça on s’en doutait un peu vu le thème de ce blog
    – Internet Explorer a plongé, 18% aujourd’hui, c’était impensable il y a de cela 3 ans
    – Safari est bien là, parce que le Mac est bien là et a clairement bénéficié du "désastre" Vista (et de l’effet "ça brille" iPod/iPhone à mon avis)
    – Chrome est déjà à 5%, ce qui est impressionnant pour un logiciel arrivé sur un secteur a priori déjà bien saturé

    PS : Sinon l’outil d’analyse statistiques de ce blog est encore du Google, décidément on ne s’en sort pas ! (pas la peine de nous suggérer Piwik, on l’a déjà testé et malheureusement ça tient pas chez nous la charge du millions de visites par mois)

  11. Vulcain

    Génial, la photo.
    Je pense que MS et Google ont 2 philosophie. MS cherche à avoir la main mise sur ses utilisateurs, d’où les licences propriétaires. Google se dit que de ne pas contrôler 1-2% de ses utilisateurs, si cela peut en faire venir 30 % de PDM, c’est pas un souci. Je m’explique, comme tous le monde est au cloud computing, les clients de messagerie ont moins d’intérêt. Si on me demande un webmail, entre hotmail et gmail je conseillerais ce dernier car il supporte l’imap, le pop et xmpp. Hotmail a longtemps supporté que le pop et encore, et pas du tout le xmpp
    Bref, google se moque que certains utilisateurs n’utilisent pas son services comme ils l’entendent (dans mon exemple utilisent thunderbird pour accéder à gmail via imap) du moment que cela lui fait un effet réseau. D’où son intérêt pour les standards ouverts.

    Pour répondre au troll sur chromium/Firefox:
    La vitesse fait-elle tout? Firefox a une gestion avancé des cookies, des applications que l’on peut lancer depuis le navigateur… Chromium est encore pauvre dans le réglage avancé.
    Chromium n’est-il bling-bling? Il dit passer l’acid test 3 car c’est le truc branché du moment, la balise vidéo (mais pas quand elle contient du vorbis, regardez sur http://tinyvid.tv/). Alors que Firefox intègre "Font linking (@font-face)" il va jusqu’à intégrer un nouveau format de police prévu pour le web: the Web Open Font Format (http://hacks.mozilla.org/2009/10/wo…). Firefox intègre la balise audio, résultat: dailymotion l’expérimente, tinyvi.tv est créé… Alors qu’Apple le premier à l’avoir intégré ne fait que maintenant de timides essais sur son site(http://www.macgeneration.com/news/v…). Opéra lui ne l’a toujours pas intégré (alors qui semble qu’il sait lire le vorbis)

    Après il est vrai que Firefox met du temps intégré le SVG ce qui le bloque dans l’Acid test 3 (qui n’est qu’un test, es-ce que tous les navigateurs qui le passent ont intégré toutes les subtilités des technologies testées – qui ne sont d’ailleurs pas encore finalisé auprès du w3c)
    Il est vrai que Firefox ne serait pas ce qu’il est sans Google, qui a du bonifier dans sa recherche les sites respectant les standards du w3c et qui fournit de l’argent à Mozilla. Et quand Google va lâcher Mozilla, on va tous pleurer. C’est vrai.

    Dernier point et non des moindres, quelle la différence technique entre chromium et chrome?? Qu’es-ce google a rajouté à chromium?? Par un pur hasard, on ne trouve pas de version stable de chromium (un bon vieux exe pour les windowsiens par exemple), on nous explique que c’est une version de développement. Ok, mais quand le développement est fini, pourquoi on ne peut pas avoir de version stable?? Il faudra attendre un hypothétique fork.
    Bref, c’est comme pour le google updtae. Google n’a pas la logique du logiciel libre (intérêt de l’utilisateur final, protection de la vie privée, ..) mais celle de l’open source.

    La différence entre Open source/ Logiciel libre, Open source favorise l’éditeur, le logiciel libre favorise l’utilisateur. La viralité de la GPL empêche un retour en arrière vers du proprio, elle empêche un enfermement de l’utilisateur.
    Je pense que les géants du web font: "Chut, il ne faut surtout pas parler du logiciel libre, surtout de l’open source. Faisons-en un secret réservé aux initiés).

    Après l’empire MS, l’empire Google pas sûr que l’on gagne au change car il n’utilisera pas du logiciel libre. Non à chrome, non au cloud computing pour se faire enfermer.

  12. ziklib

    "Google est une énorme machine à innover et a très bien compris où le futur de l’informatique se passait : sur la toile. Un OS "on the Web"."

    Pas d’accord, je ne pense pas qu’un internaute soit prêt à placer l’ensemble de ses données sur la toile (problème de confidentialité), d’autre part on aura je pense toujours besoin d’une machine puissante pour le domaine des jeux vidéos, et ce même avec NativeClient.

  13. aKa

    @Vulcain qui dit "La différence entre Open source/ Logiciel libre, Open source favorise l’éditeur, le logiciel libre favorise l’utilisateur."

    Bien vu ça ! Je saurais m’en souvenr 😉

  14. untel

    Juste une petite question comme ça en passant…
    Le "Cloud computing" ( ou "informatique dans les nuages" si vous préférez ), c’est pas le nom commercial du Minitel 2.0?
    ben ouais…
    – des terminaux qui se connectent à un serveur == Minitel 1.0
    – des terminaux qui se connectent à un nuage de serveurs == Minitel 2.0

  15. idoric

    Pour répondre à ceux qui vantent Google Chrome :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Google

    Dans le même ordre d’idée, pour la synchronisation des marque-pages, il y a une différence majeure entre Chrome 4 et le plugin Weave pour Firefox (qui lui sera intégré à terme): pour le deuxième, avant d’être envoyées aux serveurs de mozilla, les données sont chiffrées avec une phrase de passe non communiquée à ces serveurs… et si ça ne suffit pas, on peut monter son propre serveur (le logiciel serveur est également libre).

  16. davandg

    @untel : Tout juste auguste !

    Au début je croyais que le cloud computing c’était un réseau P2P ! Quel erreur c’est tout l’inverse !
    Peut-être que lorsque les gens se rendront compte des faiblesses du cloud computing*, ils se mettront à des réseaux P2P améliorés (F2F !).

    * les faiblesses sont déjà montrées : problèmes des droits d’auteurs (hadopi), d’appartenance des données publiés (facebook), de contrôle des données (kindle), de pertes de données (microsoft).

  17. stef

    D’accord avec Untel. tout ça sonne très minitel 2.0
    surtout si c’est pour utiliser des applications web qui ne sont pas hébergés sur son propre serveur.
    J’utilise plusieurs services made in Google, donc Gmail et Google Reader, et je compte bien m’en débarrassé. La Google Addict que je suis compte bien entamé sa cure de désintoxication ! comme je n’ai pas la possibilité d’avoir un serveur perso chez moi (manque de place et surtout bande passante en upload trop limitée pour héberger un site web) j’ai loué un serveur dédié virtuel chez Gandi. Je compte mettre en place un serveur de mail pour définitivement me soustraire aux fournisseurs tiers.
    Pour les applications web (webmail, agrégateur de flux RSS, gestionnaire de bookmarks…) ce n’est pas ce qui manque dans le libre.
    Le soucis c’est que ça manque d’uniformisation.
    Je suis toujours à la recherche de l’application PHP ultime qui puisse définitivement remplacé les Google Apps. L’idéal c’est Google libère le code de ses applications web pour que l’on puisse les utiliser sur son propre serveur mais bon…faut pas rêver…

  18. Jorm

    @Vulcain et aka
    "La différence entre Open source/ Logiciel libre, Open source favorise l’éditeur, le logiciel libre favorise l’utilisateur."
    J’utilise en général une autre expression un peu plus trollogène et féroce : "L’open-source est au logiciel libre ce que le green-washing est à l’écologie." (green-washing = http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89…)

    @untel
    Purée c’est exactement ça ! Depuis le temps que j’essaie de définir l’un et l’autre de manière la plus synthétique possible, voila chose faite. Merci à toi 😉

  19. Il Palazzo-sama

    « […] Chromium sous Gnu/Linux est bien plus rapide et agréable pour naviguer que Firefox. Vous le savez mais vous ne le dites pas, parce que cela fragiliserait Mozilla et son logiciel, toujours cité comme exemple de réussite dans le monde du libre. »

    Personnellement, je reste sous Firefox. Et niveau alternatives WebKit, je préfère Midori à Chromium. Ce qui ne m’empêche pas de penser que Chromium est un bon logiciel libre. (licence BSD, je le rappelle)

    D’ailleurs, le benchmark qui a été cité au cours de ce fil, où on voit que Chrome est plus rapide que Firefox, montre aussi que Firefox est le moins lourd quand on a plusieurs onglets ouverts.
    Personnellement, j’en suis à 30~60 en utilisation courante. (je ne ferme pas les onglets sur lesquels j’ai encore quelque chose à faire) Par exemple, là, je suis à 62 onglets sur un Firefox qui a 30 extensions actives et la consommation de mémoire reste sous 300 Mio.

    « ça fera non seulement mal à Microsoft mais également à toute la chaîne classique du choix d’une distributions Linux et des applications libres »

    C’est pas forcément une mauvaise chose que le cocotier soit secoué chez nous aussi. Ce qui ne tue pas rend plus fort, comme on dit.
    Et je ne me fais pas trop de soucis, il restera des gens (comme rms ou, dans une moindre mesure moi) pour qui la liberté restera fondamentale. Et il en restera (je suis dedans aussi) à préférer un ordinateur fonctionnel à un ordinateur fonctionnel uniquement via internet, dit aussi terminal minitel 2.0.

  20. Elessar

    @ziklib, j’ai bien peur que si, l’internaute s’en moque, des problèmes de confidentialité posés par Google.

    Par exemple, quelle est la nature des données informatiques les plus personnelles que vous ayez ? Moi, c’est mon courrier. Et quelle est la première chose que les gens ont tendance à confier à Google comme données ?

  21. Elessar

    Ceci dit, Google sont aujourd’hui gentils, à utiliser des protocoles standard et à favoriser la concurrence. Ils sont encore dirigés par leurs fondateurs, qui sont à mon avis convaincus de l’intérêt d’un Internet libre. Le jour où ça changera, ça risque d’être amusant, en attendant, je crois qu’on peut faire provision de pop-corn.

  22. al.jes

    @Paul "Microsoft moins libre qu’Apple (noyau linux)" :
    Petite erreur… Le coeur de Mac OS X est Darwin, basé sur FreeBSD, alors que Linux est originellement basé sur Minix et n’est pas purement un UNIX mais un UNIX-like (et d’ailleurs, GNU signifie "GNU is Not UNIX"…).

    @aKa "parce que le Mac est bien là et a clairement bénéficié du "désastre" Vista (et de l’effet "ça brille" iPod/iPhone à mon avis)" :
    Ça doit être vrai pour certains, mais je peux tout de même te citer mon exemple.
    Alors que je pensais passer à Fedora après un usage sur l’ordinateur familial de ce bousin nommé windaube XP, j’ai découvert le Mac et ai décidé d’en acheter un plutôt que de m’acheter un PC… J’en suis toujours très content et ne regrette pas du tout.
    J’ai très rapidement choisis d’opter pour un iPhone ensuite, m’attendant à la même qualité. Et je fut ravis la première année… Mais entre-deux avait eu lieu l’annonce du Palm Pré (je n’avais que très peu fait attention à Android), et l’iPhone OS 3.0 me déçut donc considérablement… Maintenant, je lorgne du côté d’un HTC Hero et n’attends que l’arrivée de Free dans le marché de la téléphonie pour obtenir celui que j’ai dores et déjà baptisé Marvin (ben quoi ?)
    Tout ça pour dire que ce n’est pas systématique, et que oui, l’iPhone ne mérite pas son aura… ou en tout cas plus maintenant ;-), mais non, Mac OS X n’est pas là que pour le bling-bling.

    @untel :
    Pas faux… j’espère désespérément l’arrivée d’un OS "dans les nuages" qui place l’intelligence à la périphérie, comme notre défunt Internet qui n’aura pas survécut au web 2.0…

  23. idoric

    @al.jes
    > « Linux est originellement basé sur Minix »
    C’est incorrect, Linux a été démarré justement parce qu’Andrew Tanenbaum refusait les patchs extérieurs¹, il n’y a pas une ligne provenant de Minix dans le code source de Linux (qui a démarré comme un simple émulateur de terminal), et c’est pour cela que ce dernier a pu être mis sous licence libre. En résumé, j’ai envie de remercier Andrew Tanenbaum pour avoir été aussi obtus 😉

    Et pour les plus jeunes, je ne résiste pas à l’envie de leur faire découvrir ce moment d’anthologie : http://oreilly.com/catalog/opensour

    ¹ Pour une bonne raison : pour lui Minix existait pour enseigner l’architecture d’un OS, il devait donc rester simple, quitte à être moins efficace, pour garder le code source particulièrement lisible.

  24. spock

    @Vulcain :

    un "fork" de Chrome existe : SRWare Iron

    (plus d’info sur framasoft et wikipedia)

  25. Ginko

    @al.jes:

    Ton exemple illustre presque parfaitement les propos d’aKa!

    Tu as quitté Windows (bon, d’accord XP, pas Vista) pour un truc qui brille (un Mac). Bon certes les Macs sont pas aussi pourris à l’intérieur que les iPhone/Pod et ne brillent pas autant, mais ça reste du Apple, c’est-à-dire des bidules d’autant plus bien foutus extérieurement qu’ils vous enferment. C’est une prison dorée quoi ^^
    _________________

    Quand au cloud computing, je m’y mettrais lorsqu’on aura des serveurs (logiciels) libres que l’on pourra déployer sur son propre serveur (matériel). Par exemple du weave 😀
    Ça sera mon minitel 2.0 personnel avec mes données personnelles toujours sous ma propriété à moi 🙂

  26. Paul

    Hello !

    Juste une petite démonstration par l’exemple, hier j’étais dans une agence immobilière et la secrétaire était sous Firefox avec comme agenda Google Agenda. Certes son OS était Vista et son traitement de texte Word, mais on voit bien petit à petit le glissement vers des solutions réseaux et des solutions libres. Aujourd’hui l’OS pourrait être Linux et la suite bureautique OO voire une suite en ligne.
    Reste que l’agence immobilière a fait des choix pragmatiques vers le libre et si on pense à toutes les petites sociétés -qui son nettement moins riches que cette agence immobilière-
    elles ont tout à gagner à passer vers les logiciels libres, et là google est et sera toujours mieux placé que M$.
    A+

  27. JM

    Pour ma part je préfère dire que Microsoft c’est le passé, Apple le présent et Linux le futur. Par contre je ne parle pas de Google parce que pour moi, l’utilisateur, une fois mis au courant des licences des services web (cession d’un droit d’exploitation gratuit et éternel), n’a pas intérêt à offrir ses données à Google ou tout autre fournisseur de ce genre. En effet l’informatique dans les nuages, en proposant des logiciels gratuits accessibles sans installation et de (presque) n’importe où via Internet, répond pour moi à sa manière aux problèmes suivants :

    1. il n’y a presqu’aucune application dans l’OS ultra majoritaire sur le bureau, ie. Windows
    2. les applications les plus utilisées ne sont pas compatibles d’une version à l’autre
    3. les applications les plus utilisées sont aussi les plus chères
    4. les nouvelles versions de ces logiciels et OS nécessitent une nouvelle machine
    5. j’aimerais disposer de mes données ailleurs que chez moi
    6. je voudrais sauvegarder mes données dans un endroit sûr

    À mon avis on obtiendrait le même résultat en déployant massivement des Linux bien configurés avec des applications reposant sur des standards ouverts. L’utilisateur pourrait utiliser l’espace de stockage de son FAI pour y placer ses données préalablement chiffrées s’il ne souhaite pas se reposer sur des clefs USB pour transporter ses données. Bien sûr vous savez tous qu’il y a une énorme différence entre ces deux solutions : la liberté. C’est pourquoi je pense que c’est Linux l’avenir, Google c’est plutôt le présent comme Apple, ou le futur proche.

  28. plf

    @JM : « Ah ! qu’en termes galants, ces choses-là sont mises ! » 😉

    À cette heure tardive, la version brute de fonderie (i.e. sebsauvage) va bien aussi : http://sebsauvage.net/rhaa/index.ph

    Ceci dit, j’aimerais être sûr que Google Chrome OS (ou une autre saloperie du même genre) ne passera pas par ma petite tête blonde préférée…

    > (et de l’effet "ça brille" iPod/iPhone à mon avis)
    @aKa : C’est pas gentil, de dénigrer publiquement un cadeau d’élèves 😉

  29. alain

    Comment peut-on encore faire confiace a google?Rechercher une page,demander une adresse, vous avez 4 reponses qui cadrent bien, sur 20 pages a cote du sujet.Sans compter les sujets fermes depuis X temps.Je crois que les gens de chez google ont pris la grosse tete,et que maintenant il s’imagine pouvoir tout avaler!