Vous êtes libre ce soir pour un restaurant open source ?

Classé dans : Libres Cultures | 9

Temps de lecture 4 min

image_pdfimage_print

Instructables RestaurantPour faire comprendre ce qu’est un logiciel libre et son si précieux code source, on utilise souvent l’analogie de la recette de cuisine.

«  Imaginez que vous vous trouviez dans un restaurant et que vous mangiez un excellent repas. Peut-être aurez vous l’envie de le cuisiner le lendemain chez vous pour vos amis  ? C’est impossible, car vous n’avez pas la recette du plat (le code source). Vous pouvez toujours le manger dans le restaurant, mais même si vous connaissez le goût, vous ne savez pas comment le reproduire.

En informatique, c’est la même chose avec un logiciel. La plupart des logiciels sont distribués sans leur recette, et il est interdit d’essayer de comprendre leur fonctionnement (on parle dans ce cas d’un logiciel propriétaire). Il est interdit de les partager avec vos amis, et il est interdit d’essayer de les modifier pour les adapter à vos besoins. Avec un logiciel libre et ses 4 libertés, vous avez en revanche le plat, la recette, le droit de redistribuer (ou de vendre) le plat, la recette, et même de la modifier.  »

Chiche  ! Et si on pouvait aller dans des restaurants et repartir avec la recette des plats que l’on a dégustés  ? Et même les plans de tout le mobilier et du design  ![1]

C’est l’expérience proof of concept qui a été menée récemment à Amsterdam. Nouvelle fructueuse tentative de déclinaison du Libre en dehors des frontières du logiciel…

Un petit creux  ? Un restaurant open source, ça vous dit  ?

Hungry ? How About An Open Source Restaurant

Alan Shimel – 23 février 2010 – NetworkWorld.com
(Traduction Framalang  : Poupoul2, Goofy et Tinou)

Il ne vous est jamais arrivé de déguster un bon plat dans un restaurant, et d’imaginer le refaire une fois chez vous  ? Dans le premier restaurant open source du monde, c’est possible.

Imaginez vous en train de finir un plat épatant dans un restaurant, et de vous dire que vous feriez bien le même chez vous. À l’Instructables Restaurant (NdT  : Contraction d’instruction, signifiant aussi bien mode d’emploi qu’enseignement, et de tables), c’est justement de que vous pouvez faire. En fait, vous pouvez non seulement obtenir le «  code source  » du plat que vous avez dégusté, mais également télécharger les plans du mobilier et des équipements.

L’Instructables Restaurant est le prolongement du site Instructionables.com  :

Une plateforme de documentation en ligne sur laquelle des passionnés partagent ce qu’ils font et comment ils le font, apprennent des autres et collaborent les uns avec les autres. Les graines d’Instructables ont germé au Media Lab du MIT (NdT  : Massachusetts Institute of Technology), alors que les futurs fondateurs de Squid Labs concevaient des espaces de partage de leurs projets tout en s’entraidant.

En cohérence avec la philosophie des Instructables, tout ce qui se trouve dans le restaurant est soit basé sur des recettes postées sur Instructables, soit sur des conceptions et créations réalisées sur place. Si un besoin n’était pas déjà satisfait sur Instructables, les gérants du restaurant le prendraient en charge et le publieraient alors sur Instructables.com.

Tout est placé sous licence Creative Commons. Je trouve que cela place la créativité à un tout nouveau niveau.

Si vous vous apprêtez à courir vers l’Instructables Restaurant, vous pourriez être déçus. Après avoir annoncé leur intention d’ouvrir un restaurant basé sur ce concept en 2008, le restaurant a finalement ouvert ses portes le 16 décembre, au Theatrum Anatomicum du Waag d’Amsterdam. Ce restaurant n’a cependant été qu’un événement éphémère, et pour ce que j’ai pu en voir, il n’existe plus à cet endroit. C’est là toute l’histoire des événements éphémères qui vont et viennent à toute vitesse.

Mais maintenant que la glace est brisée, il n’y a aucune raison pour que d’autres restaurants reprenant le concept d’open source ne voient le jour un peu partout. Alors, la prochaine fois que vous aimez vraiment un plat lorsque vous sortez dîner, il se pourrait que vous puissiez repartir avec la recette (mais aussi tout ce qu’il faut pour reproduire l’assiette elle-même).

Notes

[1] Par contre, autant vous prévenir tout de suite, pour repartir avec la serveuse ou le serveur, c’est plus compliqué. Ça obéit à d’autres codes, bien moins compréhensibles que ceux d’un logiciel libre.

9 Responses

  1. deadalnix

    Ils sont bien placés. C’est dommage que j’ai quitté Amsterdam . . .

  2. fylefou

    sur marseille , le cablanca, fait des cour de cuisine et des recettes sur les plat que le cuisto a pu creer

  3. Nini

    La blague sexiste, elle était vraiment nécessaire ?
    Après on s’étonne du peu de femmes dans le LL ….
    c’est sûr que ça fait pas envie ;((

  4. aKa

    @Nini : Non, du tout (surtout un 8 mars !). J’ai ajouté "serveur" pour que les hommes puissent aussi s’offusquer.

  5. JosephK

    >À l’Instructables Restaurant, c’est justement *de* que vous pouvez faire

    Sexiste ? Faut pas pousser, l’auteur de l’intro est un homme donc la blague s’accorde en genre.
    Il aurait pu aussi dire "serveur" (on le supposerait homo) ou même serveur(se) si on suit la mode alter-mondialiste (personnellement, je trouve cette obsession orthographique un peu superficielle… un peu comme le GNU de GNU/Linux, j’adhère sur le principe mais en pratique c’est plus fatiguant qu’autre chose… tant que ça reste occasionnel c’est gérable) ça n’en changerait pas le sens.
    Bref, blague sexuée oui, sexiste non.

    C’est comme les polémiques sur Stallman et la vierge d’Emacs… finalement, ce qu’on lui reproche c’est le fait de parodier un christianisme qui est de toute évidence sexiste.

  6. Winael

    Au moins avec un resto open source on règle le problème de la question qui tue : Où qu’on fait la prochaine bouffe de la LUG :p ?
    Allez, comme je suis généreux je propose un nom pour le futur resto/bar libre : l’Open Bar.
    Il faut même élargir le concept avec une communauté derrière qui propose des recettes/ les améliore, soupoudrer le tout d’un peu de bio, un peu de musique de fond lounge, en Creative Commons et c’est gagné.
    Qui s’y colle ^^ ?
    Et pour draguer la serveuse/le serveur (selon le goût de chacun), il suffira s’utiliser la phrase : "Vous êtes Libre ce soir ?"

  7. Lolo le 13

    Pour l’open Bar, il y a les recettes GNU de chez 1001 cocktails ( http://www.1001cocktails.com/recett… )
    Et pour la cuisine du resto, il faudra voir pour s’associer avec Cuisine libre ( http://www.cuisine-libre.fr/ ) .
    Mais ce ne sont peut-être pas les seuls projets "open bouffe". :-d

    Par contre, pour toutes les libertés, il ne faudrait pas permettre l’accès aux cuisines aux clients plutôt ? La recette doit être libre d’exécution et demander à un cuistot de changer de recette à chaque assiette, c’est pas loin du harcèlement moral.
    Un teppanyaki avec un client à la place du cuisto, ça se rapprocherait plus d’un resto GNU, non ?