Geektionnerd : Dépêches Melba XIII

Classé dans : Geektionnerd, Libres Cultures | 2
image_pdfimage_print

Geektionnerd - Simon Gee Giraudot - CC by-sa

Geektionnerd - Simon Gee Giraudot - CC by-sa

Geektionnerd - Simon Gee Giraudot - CC by-sa

Source  :

Crédit  : Simon Gee Giraudot (Creative Commons By-Sa)

Auteur/dessinateur de bandes dessinées (Grise Bouille, Le Geektionnerd, Superflu, Bastards Inc, etc.). Et docteur en informatique (généraliste conventionné secteur 42).

2 Responses

  1. L’avantage des voitures open-source que chacun assemble lui-même, c’est qu’il est possible de bénéficier de technologies plus avancées que les voitures commerciales. En effet, les ingénieurs ont encore dans leurs cartons quelques bonnes idées pour améliorer l’efficacité énergétique des moteurs, mais celles-ci ne peuvent être mises en place car elles augmenteraient les coûts de production (en rajoutant des opérations manuelles). Avec un particulier qui assemble son propre véhicule, le coût de production, on s’en moque.

    Par exemple, il suffirait de tordre le tube d’arrivée d’essence dans le cylindre de 90° pour envoyer un flux d’essence tourbillonnaire et ainsi réduire la quantité d’imbrûlés (donc plus d’énergie produite pour une même quantité d’essence, moins de gaz nocifs dûs à une combustion partielle, et moins d’encrassement des moteurs). Seul problème : c’est un casse tête à implémenter sur une chaîne de production…

  2. libre fan

    Ce qui serait bien, c’est une voiture «libre» mais du genre de celles de Nègre: air comprimé pour sortir de l’essence. Qu’importe si elle ne fait pas 130km/h.

    Nègre avance avec une lenteur d’escargot. Une voiture libre inspirée de ce qu’il fait serait un atout. Je ne pense pas qu’il puisse être convaincu de mettre ses plans sous licence libre car il à déjà vendu un brevet à Tata et je vois qu’il y a une usine à Toulouse qui est censée avoir déjà vendu des OneFlowAir (pas trouvé d’info à jour à ce sujet).