Un guide pour les libérer tous

image_pdfimage_print

Sylvain Steer est chargé de mission du CECIL (Centre d’Étude sur la Citoyenneté, l’Informatisation et les Libertés) et principal contributeur du contenu du Guide de survie des aventuriers d’Internet (ou comment protéger ses libertés en milieu numérique hostile).

Ce livret de 68 pages A5 est la version papier de 12 fiches pratiques déjà disponibles sur leur site.
Comme il y parle beaucoup de nous, nous voulions savoir pourquoi il nous avait autant à la bonne.

Salut Sylvain, est-ce que tu peux nous en dire plus sur toi ?

En très bref, j’ai une double formation juridique en droit des techniques de l’information et de la communication et en droit des contrats que je transmets par l’enseignement universitaire, notamment auprès de public de non-juristes. Bidouilleur dès que j’en ai l’occasion, j’aime essayer de toujours mieux comprendre comment fonctionnent les choses et notamment les dynamiques de pouvoir. Depuis ma lecture de l’ouvrage de Lawrence Lessig, « Code and other laws of cyberspace », il y a une bonne dizaine d’années, je fais de la recherche sur les interactions entre les avancées des techniques, notamment informatiques, et les libertés fondamentales dans des approches de défense des libertés et des idéaux démocratiques.

Je me retrouve assez dans l’article 1 de la loi informatique et libertés « L’informatique doit être au service de chaque citoyen. Son développement doit s’opérer dans le cadre de la coopération internationale. Elle ne doit porter atteinte ni à l’identité humaine, ni aux droits de l’homme, ni à la vie privée, ni aux libertés individuelles ou publiques » en me désolant de ses violations quotidiennes.

Et sur le CECIL ? La liste des parrainages est impressionnante !

Le CECIL s’est construit en versant public de deux autres associations de chercheurs travaillant sur les interactions entre TIC et société qui ont désormais fusionné dans l’association « Creis-Terminal ». La liste de parrainage du lancement de l’asso en provient pour partie, mais il s’agit plus largement de personnes qui au moment du lancement du CECIL avaient déjà saisi l’importance de la thématique « Informatique et Libertés » dans le débat public et l’importance de la compréhension publique de ces problématiques.

L’objectif principal du CECIL est de réintroduire le champ Informatique et Libertés dans le débat public, dans celui sur la démocratie et de fournir aux citoyenn·e·s et aux associations les moyens d’orienter les choix technologiques liés à l’informatisation, au fichage et au contrôle social.

En ce sens, en plus d’un regroupement de travaux importants sur la question, on réalise des actions de sensibilisation (ciné / café débat / interventions ponctuelles / tenue de stand), de formation (à tous les niveaux) et d’éducation populaire sur les questions de surveillance, d’usage raisonné des outils du numérique, etc.

L’association a également un versant « lobbying citoyen » dans le cadre de sa participation active au collectif de l’Observatoire des Libertés et du Numérique aux côtés de la Ligue des Droits de l’Homme (qui nous a bien aidé pour la mise en forme et la publication du guide), mais également du Syndicat de la Magistrature, de la Quadrature du Net, du Syndicat des Avocats de France, d’Amnesty International France et du Creis-Terminal.

Le petit Guide que l’on publie est issu d’un besoin interne de disposer d’un outil de formation pour des « ateliers d’autodéfense numérique ». Ces ateliers visent, dans la même optique que les Cafés Vie Privée, à sensibiliser les citoyen·ne·s aux dangers de la surveillance illégitime et les aider à faire les premiers pas pour commencer à reprendre en main leur vie privée dans leurs usages numériques. Notre souhait est aussi qu’il·le·s pèsent par ce biais sur les enjeux politiques connexes.

Le Guide est un bon panorama des apports du libre dans la lutte pour la défense des libertés, mais c’est un domaine où les lignes bougent vite. On imagine qu’il sera tenu à jour ? A quelle fréquence ?

guide de survie - la couverture par Péhä - licence CC-BY-SAOui sur tout ce qui touche à la surveillance et à la sécurité, il est autant important de garder ses logiciels que ses pratiques à jour. Les 6 premières fiches ont été publiées en mars 2015 sur le site. Depuis on a continué à les enrichir avec des nouvelles, mais aussi en faisant des mises à jour constantes, aussi bien côté outils et pratiques (uBlock Origin et Qwant par exemple) que pour les références. Cela au fur et à mesure de nos découvertes personnelles et collectives.

Le guide papier est forcément figé et vise surtout à être un support pédagogique, plus engageant qu’un site, pour faire adopter de premières bonnes mesures à qui le souhaite déjà un peu. Effectivement, la « v1 » n’aura probablement plus beaucoup de pertinence dans quelques années, mais espérons que d’ici là ce·lle·ux qui l’auront consulté seront devenus autonomes sur ces questions. Au-delà des outils proposés concrètement, on invite surtout le lecteur à se poser les bonnes questions et à aller plus loin aussi bien dans une approche individuelle que collective dans la défense des libertés sur Internet, et sur ça le guide restera longtemps d’actualité.

En attendant, les fiches présentes sur le site Internet continueront d’être mises à jour régulièrement avec aussi bien de nouvelles (deux fiches sont en préparation pour donner des pistes pour mieux protéger ses données sur ordiphones) que des évolutions des anciennes. On attend par exemple de l’avoir testé un peu plus et d’avoir également des retours plus poussés, mais le nouveau navigateur « Brave » pourrait sûrement trouver sa place dans la première fiche. Les nouveaux services stars de Framasoft, ou encore mieux, des CHATONS également !

À peine lancé, le guide semble trouver son public, donc il est probable (ou du moins je l’espère ! :-))) qu’on écoule l’intégralité du premier tirage dans les mois à venir. C’est une projection un peu optimiste, mais espérons qu’on arrive à faire la publication d’une version par an (avec qui sait des versions intermédiaires ?) pour garder cet outil à jour et continuer de sensibiliser sur les questions. En résumé, des petits tirages réguliers et mis à jour et surtout toujours plus de sensibilisation en formation directe sur les questions de surveillance publique et privée pour arriver à (attention gros mot) toujours plus d’autodétermination informationnelle de chacun·e !

D’ailleurs, instant promotionnel, la brochure est en vente sur stand au prix de 5 euros, mais si des structures (collèges, lycées, asso…) veulent en acquérir un grand nombre à un prix plus intéressant pour s’en servir comme support pédagogique, qu’elles n’hésitent surtout pas à nous contacter !

Est-ce que vous avez prévu de le mettre sur un Gitlab pour permettre aux internautes de contribuer ?

Est-ce que cette question vise à nous faire remarquer que l’on n’a pas inclus Framagit dans les outils Framasoft présentés ?  Plus sérieusement, non ce n’était pas prévu, on ne s’est pas vraiment posé la question jusque maintenant. On a déjà eu plusieurs retours de personnes qui nous ont fait des suggestions de modifications sur les fiches qui ont toujours été prises en compte et intégrées. Pour le moment, on n’a pas rencontré le besoin d’un outil plus contributif. Les fiches sont sous Licence Creative-Commons Attribution – Partage à l’identique, ainsi quiconque peut s’en servir et les adapter. Pour l’animation d’un Gitlab, si les contributions et demandes d’un tel outil se multiplient, c’est clairement dans nos cordes et on l’envisagera, mais d’ici là si quelqu’un souhaite s’en charger qu’il n’hésite pas à nous contacter.

As-tu le sentiment que ce guide peut toucher notre fameuse famille-type, les Dupuis-Morizeau ? Ou alors c’est encore un peu trop geek pour eux ?

À force d’utiliser les outils valorisés par Framasoft, les Dupuis-Morizeau sont à mon avis bien plus compétents que nécessaire pour adopter les mesures du guide ! Blague à part, on a vraiment essayé d’être aussi pédagogique que possible avec ce travail. En fait, j’ai écrit les premières fiches comme un juriste, mais heureusement les autres membres du CECIL m’ont bien aidé à rendre ça intelligible ! On a cherché le bon équilibre entre rester aussi simple et clair que possible sans tomber dans l’approximation abusive. On est sur des enjeux qui touchent aux libertés individuelles de tout un·e chacun·e, il est nécessaire que tout le monde puisse s’en saisir.

Il n’y a pas besoin d’être expert·e ni même praticien·ne chevronné·e pour améliorer ses pratiques. Il suffit d’une volonté et d’avancer étape par étape. Je pense que les libristes le savent bien, passer à une distribution Gnu-Linux reste un grand saut pour beaucoup d’utilisateurs, par contre adopter un navigateur libre et quelques modules anti-traçage, arrêter d’utiliser Google pour toutes ses recherches, tester le navigateur TOR, chiffrer ses données sensibles… restent des pratiques assez simples.

Malheureusement, certains des outils que l’on préconise demandent un peu plus d’engagement personnel, qu’il s’agisse de passer à une messagerie sécurisée, à utiliser le chiffrement pour ses courriels (qui implique surtout que son entourage le fasse également), etc.
On espère par contre que les personnes qui ne réaliseront pas directement ces étapes après avoir lu le guide, en comprendront au moins les enjeux et l’importance. Si ce n’est pas pour aujourd’hui, peut-être demain ! J’ai très récemment rencontré une ancienne militante de beaucoup de combats de 82 ans à qui j’ai offert le guide, elle m’a promis de me faire un retour. Je vous le transmettrai avec plaisir !

Comme nous, tu fais des interventions auprès du grand public. As-tu ressenti une évolution des mentalités ? En gros, est-ce que nous changeons le monde, d’après toi ?

Oui les mentalités évoluent, mais comment ? Dans mes interventions militantes, il est assez clair que j’ai de moins en moins souvent à expliquer ce qu’est le logiciel libre. Reste que tout n’est pas rose pour autant. Malgré un travail de fond et systématique contre l’idiotie du « rien à cacher », l’argument revient encore trop souvent au détour d’un discours. Si ce n’est pas lui, le prétexte de la lutte (légitime) contre le terrorisme pour justifier l’adoption de mesures toujours plus restrictives des libertés est assommant et dur à combattre face à des publics peu engagés.

J’estime personnellement qu’il ne faut ni être naïf, ni résigné. Oui, nous participons à essayer de changer le monde, j’espère, pour le meilleur, malheureusement nos adversaires ne chôment pas pour autant et ont des moyens d’actions qui nous dépassent souvent. Pourtant dans les interstices quelques coins entrent toujours qui avec le temps et de la persévérance finiront par payer. Il y a des combats où tout reste à jouer, le traçage publicitaire en ligne par exemple ou la défense du droit au chiffrement où on est loin d’être démunis. Si on veut continuer à faire évoluer les mentalités, il faut donner à tout le monde la possibilité de comprendre ces enjeux. Pas un petit travail, mais au moins quand on respecte nos principes, la route est longue, mais la voie est libre ! ;)

Le mot de la fin est pour toi !

Pour ne pas oublier : un grand merci à Péhä pour sa superbe illustration (elle aussi sous licence libre évidemment) qui reflète à merveille les dangers de la jungle des Internets !

Sinon, je n’aime pas trop les fins, alors je vais tricher un peu en faisant une ouverture vers un pad pour lancer une tempête de cerveaux pour recueillir des idées (ou des trolls d’ailleurs !) pour lutter contre la surveillance illégitime et abusive en ligne. Que pourrions nous faire à l’échelon individuel comme collectif ?

Et si quelqu’un·e a un excellent projet et cherche une structure pour le mettre en œuvre, [il ne faut pas hésiter à nous rejoindre !

Pour conclure, j’en profite, avec un peu de retard (mais j’avais une bonne excuse !), pour souhaiter un joyeux anniversaire au Framablog et son équipe dont je suis un fidèle lecteur et traducteur occasionnel !

Acheter le guide

Le CECIL a mis en place une plateforme de paiement via la billetterie d’Helloasso.

Choisissez le nombre de guides souhaités (1, 2, 5 ou 10) et indiquez « 1 » en fin de ligne, puis suivez les étapes. Le tarif postal est identique quel que soit le pays.

Réseau d'éducation populaire au Libre. Nous souhaitons faire le trait d'union entre le monde du Libre (logiciel, culturel, matériel, etc...) et le grand public par le biais d'une galaxie de projets à découvrir sur www.framasoft.org

Laissez un commentaire