Framatube : aidez-nous à briser l’hégémonie de YouTube

Temps de lecture 8 min

image_pdfimage_print

Ceci est une révolution. OK : l’expression nous a été confisquée par un célèbre vendeur de pommes, mais dans ce cas, elle est franchement juste. Et si, ensemble, nous pouvions nous libérer de l’hégémonie de YouTube en innovant dans la manière dont on visionne et diffuse des vidéos ? Chez Framasoft, nous croyons que c’est possible… mais ça ne se fera pas sans vous.

YouTube est un ogre qui coûte cher

YouTube est avant tout un symbole. Celui de ces plateformes (Dailymotion, Vimeo, Facebook vidéos…) qui centralisent nos créations vidéos pour offrir nos données et notre temps de cerveau disponible aux multinationales qui se sont payé ces sites d’hébergement.

Il faut dire que capter nos vidéos et nos attentions coûte affreusement cher à ces ogres du web. Les fichiers vidéo pèsent lourd, il leur faut donc constamment financer l’ajout de disques durs dans leurs fermes de serveurs. Sans compter que, lorsque toutes ces vidéos sont centralisées et donc envoyées depuis les mêmes machines, il leur faut agrandir la taille et le débit du tuyau qui transporte ces flux de données, ce qui, encore une fois, se traduit en terme de pépètes, ou plutôt de méga-thunes.

Techniquement et financièrement, centraliser de la vidéo est probablement la méthode la moins pertinente, digne de l’époque des Minitels. Si, en revanche, votre but est de devenir l’unique chaîne de télé du Minitel 2.0 (donc d’un Internet gouverné par les plateformes)… Si votre but est d’avoir le pouvoir d’influencer les contenus et les habitudes du monde entier… Et si votre but est de collecter de précieuses informations sur nos intérêts, nos créations et nos échanges… Alors là, cela devient carrément rentable !

Dans nos vies, YouTube s’est hissé au rang de Facebook : un mal nécessaire, un site que l’on adore détester, un service « dont j’aimerais bien me passer, mais… ». À tel point que, si seules des « Licornes » (des entreprises milliardaires) peuvent s’offrir le succès de telles plateformes, beaucoup d’autres tentent d’imiter leur fonctionnement, jusque dans le logiciel libre. Comme si nous ne ne pouvions même plus imaginer comment faire autrement…

Je ne veux pas que vous le poussiez ou l’ébranliez [le tyran], mais seulement ne le soutenez plus, et vous le verrez, comme un grand colosse à qui on a dérobé sa base, de son poids même fondre en bas et se rompre.
Étienne de LA BOÉTIE, Discours de la servitude volontaire, 1574

Réapproprions-nous les moyens de diffusion

Nous aurions pu proposer un Framatube centralisant des vidéos libres et libristes sur nos serveurs, basé sur les logiciels libres Mediadrop, Mediagoblin ou Mediaspip, qui sont très efficaces lorsqu’il s’agit d’héberger sa vidéothèque perso. Mais, en cas de succès et donc face à un très grand nombre de vidéos et de vues, nous aurions dû en payer le prix fort : or (on a fait les calculs) nous sommes 350 000 fois plus pauvres que Google-Alphabet, à qui appartient YouTube. Nous ne voulons pas utiliser leurs méthodes, et ça tombe bien : nous n’en avons pas les moyens.

Le logiciel libre a, en revanche, la capacité de penser hors de ce Google-way-of-life. L’intérêt principal de Google, son capital, ce sont nos données. C’est précisément ce qui l’empêche de mettre en place des solutions différentes, innovantes. Une vraie innovation serait d’utiliser, par exemple, des techniques de diffusion presque aussi vieilles qu’Internet et qui ont fait leurs preuves : la fédération d’hébergements et le pair-à-pair, par exemple.

Avec les fédérations, l’union fait la force, et la force est avec nous !
Dessins : CC-By-SA Emma Lidbury

La fédération, on connaît ça grâce aux emails (et nous en avons parlé en présentant l’alternative libre à Twitter qu’est Mastodon). Le fait que l’email de Camille soit hébergé par son entreprise et que la boite mail de Dominique lui soit fournie par son université ne les empêche pas de communiquer, bien au contraire !

Le visionnage en pair à pair, pour mieux répartir les flux dans le réseau
(promis : ce n’est pas sale.)
Dessins : Emma Lidbury

Le pair-à-pair, nous le connaissons avec eMule, les Torrents ou plus récemment Pop-corn Time : c’est quand l’ordinateur de chaque personne qui reçoit un fichier (par exemple la vidéo qui s’affiche dans un lecteur sur votre écran) l’envoie en même temps aux autres personnes. Cela permet, tout simplement, de répartir les flux d’information et de soulager le réseau.

Avec PeerTube, libérons-nous des chaînes de YouTube

PeerTube est un logiciel libre qui démocratise l’hébergement de vidéos en créant un réseau d’hébergeurs, dont les vidéos vues sont partagées en direct entre internautes, de pairs à pairs. Son développeur, Chocobozzz, y travaille bénévolement depuis deux ans, sur son temps libre.

Chez Framasoft, lors de la campagne Dégooglisons Internet, nous nous sommes souvent creusé la tête sur la meilleure façon de créer une alternative à YouTube qui libère à la fois les internautes, les vidéastes et les hébergeurs, sans pénaliser le confort de chacun. Lorsque nous avons eu vent de PeerTube, nous étions émerveillé·e·s : sa conception, bien qu’encore en cours de développement, laisse entrevoir un logiciel qui peut tout changer.

Nous aurons, à un moment donné, besoin de contributions sur le design de PeerTube.

Pour le spectateur, aller sur un des hébergements PeerTube lui permettra de voir et d’interagir avec les vidéos de cet hébergeur mais aussi de tous ses « hébergeurs amis » (principe de fédération). Un·e vidéaste aura la liberté de choisir entre plusieurs hébergements, chacun ayant ses centres d’intérêts, ses conditions générales, ses règles de modération voire de monétisation. Une hébergeuse (un jour prochain nous dirons peut-être une PeerTubeuse ?) quant à elle, n’aura pas besoin d’héberger les vidéos du monde entier afin d’attirer un large public, et ne craindra plus qu’une vidéo vue massivement ne fasse tomber son serveur.

Depuis octobre 2017, nous avons accueilli Chocobozzz au sein de notre équipe de salarié·e·s afin de financer son temps de travail sur le logiciel PeerTube, et donc d’accélérer son développement en l’accompagnant du mieux que nous pouvons. L’objectif ? Sortir une version bêta de PeerTube (utilisable publiquement) dès mars 2018, dans le cadre de notre campagne Contributopia.

Les premiers moyens de contribuer à PeerTube

Clairement, PeerTube ne sera pas (pas tout de suite) aussi beau, fonctionnel et fourni qu’un YouTube de 2017 (qui bénéficie depuis 10 ans des moyens de Google, une des entreprises les plus riches au monde). Mais les fonctionnalités, présentes ou prévues, mettent déjà l’eau à la bouche… et si vous voulez en savoir plus, vous pouvez déjà poser toutes vos questions sur PeerTube sur notre forum. Ces questions nous permettront de mieux cerner vos attentes sur un tel projet, et de publier prochainement une foire aux questions sur ce blog.

Une autre manière de contribuer dès maintenant sur ce projet, c’est avec votre argent, par un don à Framasoft, qui en plus est toujours défiscalisable à 66 % pour les contribuables français (ce qui fait qu’un don de 100 € revient, après impôts, à 34 €). Mine de rien, c’est un moyen pour vous de consacrer une petite partie de vos contributions publiques à ces biens communs que sont les logiciels libres, dont PeerTube est un exemple.

Ce n’est pas le logiciel qui est libre, c’est vous, c’est nous !
Dessins : CC-By-SA Emma Lidbury

Car si le logiciel libre est diffusé gratuitement, il n’est pas gratuit : il est, en général, financé à la source. Là, nous vous proposons une expérience de financement participatif assez intéressante. Il ne s’agit pas de faire un crowdfunding en mode « Si vous payez suffisamment, alors on le fait. » Nous avons d’ores et déjà embauché Chocobozzz, et nous mènerons PeerTube au moins jusqu’à sa version bêta.

Sachant cela, et si vous croyez en ce projet aussi fort que nous y croyons : est-ce que vous allez participer à cet effort, qui est aussi un effort financier ?

L’état des dons au moment où nous publions cet article.

Soyons transparents : Framasoft ne vit que par vos dons, et il nous manque actuellement 90 000 € pour boucler notre budget pour 2018. Nous l’affichons sur le site présentant le projet PeerTube : sur cette somme, environ 30 000 € vont servir à couvrir les frais liés à l’avancement de PeerTube, 30 000 € à maintenir et améliorer les 32 services de Dégooglisons Internet et 30 000 € à réaliser les engagements de la première année de Contributopia.

Bien entendu, cela n’est pas aussi tranché : si nous n’atteignons pas cet objectif-là, nous devrons simplement revoir l’ensemble de nos activités à la baisse (et nous inquiéter sérieusement en 2018). Néanmoins, nous n’avons aucune envie d’être alarmistes car nous vous faisons confiance. Nous savons qu’il est possible de contribuer, ensemble, à réaliser les mondes et les projets de Contributopia.

 

Pour aller plus loin :

Suivre framasoft:

Réseau d'éducation populaire au Libre. Nous souhaitons faire le trait d'union entre le monde du Libre (logiciel, culturel, matériel, etc...) et le grand public par le biais d'une galaxie de projets à découvrir sur framasoft.org

33 Responses

    • tuxayo

      Si c’est opt-in ça ne marchera pas car pas assez de gens vont penser à l’activer pour changer quelque chose niveau bande passante.

      Éventuellement si la hadopi surveille ça, on peut imaginer flagger des videos comme étant « risquées à seeder » et que là ça soit opt-in.

      Le jours ou on aura ce soucis, ça sera gagné 😀

      • Mouka

        Et que pensez vous de peertubateur? Perrtuber des vidéos?
        C est plus mnémotechnique et moins easy SMS , donc plus frenchie…

  1. Chris

    Bravo déjà a tout les contributeurs de framasoft c’est un boulot monstre qui est fait sur le site.

    Après je pense aussi que des fois les choses peuvent bouger par de « petites » modifications alors j’y vais de ma petite remarque (constructive 🙂 ) :
    Je viens souvent sur le site et je dois avouer que visuellement c’est difficile, je suis dyslexique et les titres et textes en gris c’est difficile et il n’y a pas de cohérence visuelle je trouve, c’est même un peu fatiguant du coup je reste jamais bien longtemps. C’est quelque chose qu’ont compris Yt et consort, harmoniser visuellement pour rendre la visite agréable. Voilà je sais que vous faites déjà un boulot dingue et j’espère que ça sera pas mal pris c’est plutôt dans une démarche constructive 😉

    • pyg

      @chris : désolé d’apprendre ces difficultés. Peux-tu être plus précis dans les problèmes que tu rencontre ? On fait au mieux pour éviter ce genre de souci et respecter les règles d’accessibilité, mais c’est un domaine vaste et complexe, et on peut parfois passer à côté de choses simples.
      Je ne te promet pas qu’on résoudra les problèmes, mais on peut au moins essayer 🙂

      • Chris

        Bonjour,
        Je crois que ça me fait ça surtout sur les sites ou il y a un manque de contraste – titre – texte – fond mais après voila comme tu le dis c’est un domaine vaste et complexe et je ne sais pas si mon cas reflète celui de tout les dyslexiques. Et comme le dit Meg il y a le mode lecture de Firefox aussi faut juste que j’aie un peu plus le reflex 😉

        Voilà mais comme vous m’avez pas tiré dessus a boulet rouge je me dis que je vais continuer avec mes remarques constructives et celle ci surtout qui mérite amha qu’on s’y attarde:

        Je suis un utilisateur lambda qui découvre le site et cherche un logiciel.

        -Je me dis que ça doit être dans « annuaire Framalibre » je click
        -J’arrive sur une page me présentant « les dernières notices » « nos références » qui présentent des logiciels mais pas ceux qui m’intéressent. Je cherche donc un lien « plus de logiciels » je me dis que ça doit être dans le lien « Logiciels alternatifs » je clique.
        -La j’arrive sur une page qui liste tout les logiciels par catégorie, seulement voila sur 30 pages et sans sélecteur aussi bien que pour trouver la catégorie Éducation il faut que j’aille jusque la page 10 😀
        -Là je me dis qu’il doit y’avoir une page avec des sous catégorie, je farfouille jusqu’à tomber sur « S’équiper » « Logiciel » (faut la trouver lol) et là BINGO ! Enfin la bonne page 😀 avec les sous catégorie par OS

        Ca peut paraître idiot comme çà mais ca met dans la peau d’un néophyte du libre plein de bonne volonté qui arrive sur le site et la difficulté qu’il va rencontrer pour trouver la bonne page, c’est presque impossible 😀
        Je pense qu’un seul lien vers une page simple à la gnome software center serait suffisant.
        Voilà mais encore une fois je sais que derrière c’est du boulot mais je me permet de relever ça parce que je sais aussi que dans les projets quand on à la tête dans le guidon on voit plus forcément ce genre de choses primordiales 😉

  2. Kao ..98

    Super initiative ! J’adhère complètement !

    Question « à-la-con » : vous communiquez à l’international ? Si non, vous prévoyez de le faire ? Ce genre de projet pourrait bénéficier de l’attrait actuel dont bénéficie Mastodon à l’international justement, non ?

  3. odin

    C’est très bien tout ça, mais vous pouvez arrêter avec ces bêtises de mots inclusives ?
    L’article en devient illisible, cela me choque autant qu’une grosse faute d’orthographe.

    Merci.

    • Frameur

      +1, je suis d’accord, c’est très gonflant et ça fait très « gauchiste » (dans tout ce que ça a de plus déprimant et de bien pensant). Désolé les gars… (et les nanas), vous devriez éviter de céder aux dernières modes pro-gouvernementales, ça ne vous va pas beaucoup… :/
      Ca m’étonne d’ailleurs, je sens un changement de ligne depuis 1 an et demi environ (approbation de la lutte contre les fake news dans l’un de vos articles alors que ça va contre la neutralité du net etc etc), ça devient gênant.
      Bonne journée!

      • pyg

        @Frameur : Framasoft est une asso apartisane et se fiche complètement de passer pour « gauchiste » (en plus je suis droitier 😛 )
        Et Framasoft est clairement et sans ambiguité POUR la neutralité du Net, mais nous admettons sans problème que si les fake news ne sont pas le problème le plus important de la planète, elles peuvent tout de même être un réel problème pour la démocratie, en orientant le choix des acteurs.

        • Dwitt

          Tout le problème est de savoir QUI décide lorsque la news en question est réelle ou « fake ».
          Et c’est là que vous vous écartez de la neutralité en prenant position contre les « fake news » car la définition est très variable selon les camps.

        • frameur

          Bonsoir,

          Je tiens d’entrée de jeu à préciser que cela n’était pas une critique véhémente.

          Je suis moi même de gauche mais ne suis pas très fan de tout ce qui est écriture inclusive.

          D’une part parce que ce n’est pas ça qui améliorera l’égalité hommes-femmes (tout comme ce n’est pas le fait d’avoir transformé les caissières en « hôtesses de caisse » ou les femmes de ménage en « techniciennes de surface » qui a fait évoluer le respect que l’on a pour ces métiers et pour les personnes qui l’exercent, le langage servant souvent de palliatif VIRTUEL au changements RÉELS).

          D’autre part parce qu’historiquement la langue française a été complexifiée volontairement dans sa grammaire et dans sa syntaxe par la bourgeoisie afin que le petit peuple ait encore plus de mal à se l’approprier.
          L’écriture inclusive, sous couverte d’égalitarisme, va donc complexifier l’accès à la langue pour tous ceux et toutes celles qui ont déjà du mal à l’utiliser, y compris… pour les femmes (en particulier celles des classes pauvres et/ou analphabètes).
          C’est l’ironie savoureuse et permanente de ce type de mesures sociétales:

          1) Elles servent à ne jamais s’occuper des problématiques sociales et économiques, car s’attaquer à de la sémantique cote toujours moins cher que de s’attaquer à la pauvreté ainsi que de s’attaquer au pouvoir économique dur (notamment les banques).

          2) Elles aggravent les inégalités en prétendant les résoudre…

          C’était le sens de ma critique, n’en déplaise au couillon (« lapin ») qui voit de l’extrême droite partout, ce qui l’empêche d’émettre un raisonnement structuré et intelligent.
          Il est en cela l’illustration parfaite de ce que j’appelle un « gauchiste » (dans son attitude, son mépris express, son début d’agressivité hystérique et sa grille de lecture qui donnerait des érections a Manuel Valls en personne), car pour moi le gauchisme n’est pas une extension de la gauche ou une façon de mépriser la gauche par ce terme.
          Non, le gauchisme est l’antithèse de la gauche, son ennemi bien plus grand encore que la droite dure. Une traitrise.
          Et il y a bien pire que d’avoir des ennemis: Avoir des traitres.

          Bon week-end à toute l’équipe de Framasoft!

      • Gee

        « vous devriez éviter de céder aux dernières modes pro-gouvernementales »

        Merci pour ce hurlement de rire au retour de vacances, ça m’a remonté le moral 😀

      • lapinmalin

        Très « Gauchiste », « Bien pensant », « dernières modes pro-gouvernementales ». Toi ton vocabulaire fait « très » penser à celui d’une Droite très à droite, Viriliste, conservatrice et qui pense que la discrimination fait partie de la liberté d’expression. Le genre d’individu qui a tellement peu confiance en lui que le moindre petit changement dans le rapport genré, il le prend direct comme une menace à son identité. Pauv’ petite chose…

        Je trouve intéressant que Framasoft prenne position et le revendique, ce qui démontre que ce n’est pas l’adhésion à une mode mais au contraire une libération. Quelque chose qui a toujours été là et qui a enfin trouvé un canal d’expression.

        Après les déclarations hystériques des vieux séniles de l’Académie, je considère pour ma part que désormais la langue française m’appartient et que son évolution ne dépendra plus d’un canon dicté depuis un club de réactionnaires entretenus à grand frais par les contribuables. La plupart des pays francophones dans le monde font évoluer la langue. En France…Rien.

        J’aime ce Framasoft devenu autonome, qui ne compte plus que sur lui et ses soutiens pour changer les choses et qui a enfin compris que les pouvoir publics sont surtout des intérêts privés.

        • Dwitt

          J’aime bien vos préjugés sur Frameur (« Viriliste, conservatrice et qui pense que la discrimination fait partie de la liberté d’expression. Le genre d’individu qui a tellement peu confiance en lui que le moindre petit changement dans le rapport genré, il le prend direct comme une menace à son identité. Pauv’ petite chose… »).
          On sent le pro-LGBT, pseudo-féministe, pro-migrants, sans aucun genre et qui n’a pas d’identité à protéger puisqu’il n’en n’a aucune. « Lapin » 😉
          Si vous aviez étudié la langue, la structure du langage, l’histoire des langues, vous sauriez que vous dites n’importe quoi, mais vous faites partie cette nouvelle gauche (qui est en fait une droite cachée car ultra intolérante à toute critique envers elle) qui veut simplement faire table rase, tout casser.
          En tout cas vous avez la tolérance et le mépris typiques de cette « gauche » là.
          Laissez moi un message quand vous ferez votre opération pour changer de genre et devenir un lapin, ça m’intéresse! ^^

    • Webspectateur

      @youpi : Peux-tu en dire un peu plus sur pourquoi tu mentionnes DTube, stp ?

      Ce que je lui trouve de moins bien que PeerTube :
      – apparemment pas dans ma langue (fr-FR)
      – fait appel à des sites tiers omniprésents (Cloudflare, Google APIS, Github, jquery, jsdelivr…)
      – la recherche ne semble pas fonctionner pour moi
      – le contenu vu ne m’intéresse pas
      – apparemment pas d’étiquette (notamment celle indiquant la licence de la vidéo)

  4. nilocram

    Après une petite contribution financière, une petite contribution linguistique, la traduction italienne est par ici: frama.link/framatube_ita

    Un grand merci

    Buon cammino 🙂

  5. gbn

    Bonjour,

    et bravo pour le projet!
    Comment les utilisateurs d’un hébergement mutualisé pourraient contribuer?
    Je pense qu’il y a pas mal de gens dans mon cas intéressés par la démarche qui se demandent comment participer concrètement.
    Perso je ne suis pas informaticien, je n’ai pas les compétences pour administrer un serveur mais je suis quand même capable de me débrouiller minimalement pour créer un site, le déposer sur un hébergement, ce genre de choses. Geek bas niveau si on veut… 😉

  6. djcaesar9114

    Bonjour,
    Vous n’auriez pas utilisé l’écriture inclusive je vous aurais envoyé un paquet de pépettes!
    Je trouve votre initiative initiale excellente mais je pense que vous vous faites polluer, la logique de l’écriture inclusive allant justement dans le sens d’une googlisation des esprits…
    Bonne continuation à vous,

Laissez un commentaire