Framaclic, un nouveau service qui compte

Temps de lecture 4 min

image_pdfimage_print

Vous avez besoin de compter les visites sur vos sites sans fliquer vos visiteureuses ? On a un framachin pour vous !

Prenons un exemple rapide. Fred aime bien pondre des textes et il les sème un peu partout sur le vaste Ouèbe.

Cela lui pose deux problèmes.

Ses textes sont sur des sites différents avec parfois des adresses web (ou « URL ») longues comme un jour sans pain. Mais pour ça il a trouvé la parade, c’est frama.link, le raccourcisseur d’URL de Framasoft. Il a créé une adresse courte pour chacun de ses textes, et quand on lui demande où on peut lire sa prose, il donne cette URL plutôt qu’une adresse de 256 caractères biscornus. Pour avoir des adresses web encore plus courtes, il pourrait utiliser https://huit.re/.

L’autre souci de Fred, c’est qu’il est affreusement cabotin. Il écrit pour le plaisir, il publie sous licence libre, il a compris qu’il ne bouclerait pas ses fins de mois grâce à sa plume, mais il ne peut pas s’empêcher de se demander si quelqu’un⋅e lit réellement ce qu’il commet.

Fred est donc tout content quand Framasoft sort Framaclic (bon, il ne fait pas des triples saltos, mais il a un moment de jubilation).

C’est quoi ?

Zag, l’adorable mascotte de Dolomon

Framaclic est un raccourcisseur d’URL qui compte les clics. Voilà. Dit comme ça, on dirait que c’est drôlement simple, non ?

Eh bien, bonne nouvelle : c’est simple !

Bon, soyons justes, Frama.link avait déjà un compteur, rudimentaire. Il reconnaît l’auteur de l’URL courte via un petit cookie et est capable de lui fournir un comptage des clics. Seulement, ça ne marche que depuis l’ordinateur et le navigateur sur lesquels l’adresse courte a été créée (à cause du cookie).

« Framaclic est un frama.link dopé aux stéroïdes », nous dit Luc, l’auteur de l’application (qui développe aussi parfois des petites applis complètement inutiles donc parfaitement indispensables).

Comment ça marche ?

Framaclic est basé sur Dolomon, comme DOwnLOad MONitor. Pas besoin d’avoir fait anglais première langue pour piger ça.

Fred se rend sur framaclic.org. Il crée un compte avec un mot de passe, histoire d’être seul à pouvoir accéder à ses statistiques (des fois qu’elles soient mauvaises).

Il fait une liste des adresses de toutes les ressources vers lesquelles il veut créer un lien : ses textes, son blog, son CV, ses galeries de photos, une BD de Simon qu’il adore partager avec ses collègues… Si la liste n’est pas exhaustive, ce n’est pas grave, il pourra en ajouter par la suite.

Comme il aime bien que les choses soient correctement rangées (rappel : cet exemple est une fiction), il crée des catégories et des étiquettes pour s’y retrouver. Surtout qu’il se dit que ce truc-là va drôlement lui rendre service et qu’il va finir par y mettre beaucoup d’adresses.

Ensuite, pour chaque adresse longue il en génère une courte (un « dolo »). Pas besoin de la conserver, Framaclic s’en charge.

 


Les dolos sont créés au fur et à mesure.

Pour suivre les visites sur une page précise, Fred peut créer un dolo pointant sur une petite image transparente (Dolomon vous en propose une) et insérer l’URL générée, comme on insère une image, dans sa page.

Fred aime surtout créer des dolos qui pointent sur un document, au lieu de la page web. Par exemple, un dolo pour le pdf de son roman (http://framabook.org/docs/vieuxflic/FredUrbain_VFVV_cczero20151108.pdf au lieu de la page générique https://framabook.org/vieux-flic-et-vieux-voyou/), un autre pour la version e-pub, et encore un pour le code source en Latex. De cette façon, Fred saura quelle version est la plus téléchargée.

Mais il ne saura rien de plus : Framaclic n’enregistre que des statistiques anonymes, pas les adresses IP des visiteureuses.

Par contre, cela fait de beaux graphiques :

Et comme vos données vous appartiennent, vous pouvez les télécharger dans un fichier CSV, ce qui vous permettra de les manipuler à votre guise, de faire des camemberts colorés…

Ah, un dernier truc cool à savoir : Luc a fait un plugin Dolomon pour WordPress. Si vous avez un blog, vous pourrez créer vos dolos directement depuis votre article.

Contribuez

Comme tout logiciel qui n’a pas encore subi l’épreuve du feu (enfin, l’épreuve de l’utilisation massive), Dolomon comporte certainement quelques bugs ou nécessite un petit coup de polish pour en améliorer l’ergonomie : n’hésitez pas à contribuer en ouvrant des tickets !

Nous tenons au passage à lever notre chapeau à Luc, alias Framasky notre infatigable admin-sys, qui a codé Dolomon pour nos besoins internes, et l’a amélioré afin que l’on puisse l’ouvrir au public ;).

Pour aller plus loin

Suivre framasoft:

Réseau d'éducation populaire au Libre. Nous souhaitons faire le trait d'union entre le monde du Libre (logiciel, culturel, matériel, etc...) et le grand public par le biais d'une galaxie de projets à découvrir sur framasoft.org

9 Responses

    • Framasky

      Tout à fait, à quelques différences (parfois de taille) près :

      – aucun stockage de l’adresse IP contrairement à Yourls (c’est peut-être un détail pour vous, mais pour nous, ça veut dire beaucoup)
      – aucune dépendance à google (alors que Yourls l’utilise pour les cartes et d’autres trucs peut-être (j’ai pas fouillé en profondeur))
      – les compteurs sont incrémentés de façon asynchrone (on te renvoie sur la page demandée, un dæmon indépendant se chargera d’incrémenter les compteurs) => normalement plus rapide
      – un design quand même un poil plus actuel (oui, détail, mais quand même, ça fait moins mal aux yeux)
      – le but premier est de compter, pas de raccourcir les URL (ok, ça, c’est vraiment un tout petit détail de rien du tout)

      Je ne sais pas comment Yourls stockent les visites, si c’est ad vitam æternam ou pas, mais Framaclic perd en granularité au fil du temps pour ne pas surcharger la base de données (PostgreSQL, plus costaud que MySQL) : on peut voir chaque clic sur les 3 derniers jours, le nombre de clics par jour sur 90 jours, par semaine sur 12 semaines, par mois sur 36 mois et par année jusqu’à la fin des temps.

  1. Judas

    Vous me surprenez de jours en jours les gars/filles, vous êtes géniales / géniaux !

  2. François Couperin

    Est-ce considéré malgré tout comme un tracker, par exemple par ghostery ?

    • Framasky

      Vu que c’est extrêmement récent, non, car ces outils ne le connaissent pas. Après, il est possible qu’ils le blacklistent dans le futur, mais comme c’est une image, et que l’URL est aléatoire, il serait fort compliqué pour de tels outils de détecter que l’image d’un pixel provienne d’un serveur Dolomon avant d’avoir téléchargé cette image, et donc d’avoir déclenché le compteur.

  3. Fabrice

    Je découvre et donc je n’ai pas encore testé mais est-ce que ce sont bien les clics qui sont comptés ou bien les « cliqueurs » (ou plutôt clics uniques) ?

    Ce dernier chiffre est plus intéressant mais nécessite de pouvoir identifier le cliqueur (donc ip, cookie ou autre…).

  4. rjadot

    huit.re, lut.im, tontonroger.org … vous en avez encore combien comme ça? ^^

Laissez un commentaire