Khrys’presso du lundi 15 octobre

Temps de lecture 15 min

image_pdfimage_print

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Brave New World

Spécial France

  • Palantir, l’embarrassant poisson-pilote du big data (lemonde.fr)

    L’utilisation par les services français d’un logiciel conçu par une entreprise réputée proche des services de renseignement américains a suscité de nombreuses inquiétudes. Tout logiciel peut comporter une « porte dérobée », connue du seul constructeur, lui permettant de se connecter à distance ou d’aspirer des données.

  • Reconnaissance faciale couplée à l’IA : un député craint des dérives graves (numerama.com)
  • Surveillance de masse : comment la France a rejoint le club (liberation.fr)

    L’État secret ne documente pas seulement cette conversion technologique française, il interroge plus globalement l’affaiblissement de la démocratie « sur le terrain du droit et des libertés » : le boursouflement de l’exécutif (au détriment du judiciaire et du législatif), la normalisation de mesures d’exception (l’état d’urgence passé presque intégralement dans le droit commun), la militarisation des esprits (et des rues). Et les coopérations sans entrave entre services, que le lanceur d’alerte Edward Snowden, à l’origine des révélations sur la NSA, présente ainsi dans une interview en forme de postface : « Les services de renseignement […] se font bien plus confiance l’un l’autre qu’ils n’ont confiance dans leur propre gouvernement. […] Le problème […] c’est qu’une identité tribale est ainsi née qui […] relève d’un sentiment d’appartenance à une communauté multinationale ou post-nationale, seule garante de stabilité et de sécurité. »

Spécial GAFAM

Les lectures de la semaine

  • Régulation des contenus : quelles obligations pour les géants du Web ? (laquadrature.net)
  • Intermédiaires techniques (edgard.fdn.fr – par Benjamin Bayart)

    Je suis en désaccord avec les choix de la directive copyright. Mon approche est que la position particulière de ces grands acteurs devrait leur interdire toute censure en dehors d’un processus contradictoire, tranché par une autorité indépendante, susceptible d’appel, et passant au moment voulu par la Justice. Mais l’approche qui consiste à dire qu’ils sont des professionnels de la censure et qu’ils ont donc des obligations de résultat de ce fait est toute aussi logique. Malsaine pour la société, parce qu’on a privatisé la censure. Mais logique.

    Et le fait que cette directive fasse une différence entre ces grands acteurs dangereux et des acteurs plus souhaitables socialement, c’est également un point plutôt positif.

    C’est bien parce que l’éléphant n’est pas la souris qu’on a inventé des législations pour se protéger des géants économiques : de l’anti-trust, de l’anti-monopole, de la régulation sectorielle (l’industrie pharmaceutique ne répond pas aux mêmes normes que les marchands de souvenirs, par exemple).

    Ce dont je suis convaincu, c’est que l’irresponsabilité associée au statut d’hébergeur tel qu’il était défini historiquement doit être revisitée. Cette irresponsabilité était une conséquence logique du fait que cet intermédiaire technique n’avait pas d’action propre, autre que la réalisation du transport ou de l’hébergement des données. Et il est certain que les grandes plateformes ont une action propre.

    Je ne suis pas certain des conclusions, des critères exacts qu’il faut utiliser pour délimiter ce nouveau rôle. Ce que je propose ici c’est une piste de définition de ces critères.

  • Rebooter le web sans changer de logiciel économique ? (scinfolex.com)
  • Les attaques sur Internet sont sur le point de s’aggraver encore (nytimes.com – en anglais)
  • La sécurité informatique grand public est un échec (dascritch.net)
  • L’adblocker, votre capote numérique sur le web (carlchenet.com)

    Votre adblocker sur le web, c’est comme une capote pendant un rapport sexuel. Et mieux vaut se méfier quand un inconnu vous demande de l’enlever.

  • Hygiène et écologisme numérique (clochix.net)
  • Tribune pour un roman (maliki.com)

    Comment une œuvre pourrait-elle trouver son public si personne n’en entend jamais parler ? Malgré ma communauté et ma présence constante sur les réseaux, je sais que plus de la moitié des gens qui ATTENDENT ce roman et VEULENT le lire ne verront même pas l’info de sa sortie.
    Même les réseaux sociaux, qui nous ont permis un temps de contourner les autoroutes habituelles exigent désormais qu’on paie. J’ai 87 000 personnes qui me suivent sur ma page Facebook. 87 000 personnes qui ont cliqué en disant « oui, je veux voir les infos de cette page, ça m’intéresse ». Et bien si moi, je décide d’écrire « coucou » sur ma page Facebook et que je veux que ces 87 000 personnes le voient, je dois débourser au minimum 400€ par JOUR, pour espérer toucher entre 8 900 et 37 000 personnes maximum. Et pas des inconnus hein, juste mes abonnés !
    Si je ne paie pas ? Seule une poignée d’abonnés verra mon « coucou » s’afficher au milieu des publications filtrées et sponsorisées. Et c’est la même tisane sur Twitter ou Youtube. Les réseaux se sont rendus indispensables, et désormais nous rackettent paisiblement.

  • « Individu dangereux » : ce qu’un passage à l’aéroport apprend sur le fichage des militants (paris-luttes.info)
  • « En France, l’administration sert l’Etat, en Estonie elle sert le citoyen »
  • « Accorder des droits à une machine, c’est une pente dangereuse » (usbeketrica.com)
  • Un futur où tout devient un ordinateur est aussi effrayant que ce que vous craigniez (nytimes.com – en anglais)

    Il y a plus de 40 ans, Bill Gates et Paul Allen ont fondé Microsoft avec l’idée d’installer un ordinateur personnel sur chaque bureau. Personne ne les prenait vraiment au sérieux, donc peu ont essayé de les arrêter. Et avant même que quiconque le réalise, l’affaire était déjà dans le sac : quasi tout le monde avait une machine Windows, et les gouvernements se sont retrouvés à devoir se démener pour parvenir à remettre le monopole de Microsoft dans sa bouteille. Ce genre de chose se produit encore et encore dans l’industrie de la tech. Des fondateurs audacieux visent à quelque chose d’hilarant et hors de portée – Mark Zuckerberg veut connecter tout le monde – et l’improbabilité même de leurs plans les met à l’abri de notre vigilance. Le temps que nous nous rendions compte de leurs effets sur la société, il est souvent trop tard pour faire quoi que ce soit à leur encontre. Et c’est ce qui est en train de se produire, une fois de plus, aujourd’hui. Ces dernières années, les plus grandes puissances de l’industrie de la tech ont mis le cap sur une nouvelle cible pour leur conquête du numérique. Ils ont promis des facilités insensées et des bienfaits inimaginables pour notre santé et notre bonheur. Il n’y a qu’un petit piège, qui n’est souvent pas mentionné : si leurs innovations sont lancées sans aucune intervention ou supervision de la part du gouvernement, nous pourrions bien être en train d’inviter un cauchemar de vulnérabilités en matière de sécurité et de protection de la vie privée dans le monde. Et devinez quoi : personne ne fait grand-chose pour arrêter ça.

  • Gmail et l’assistant Google, ce futur asile de fous ? (champeau.info)
  • « Aujourd’hui, presque toutes les formes d’anticipation passent par l’effondrement » (usbeketrica.com)
  • Le revenu de base universel est la dernière arnaque de la Silicon Valley (medium.com – en anglais)

    Le projet ne consiste pas à faire un cadeau aux masses, mais à avoir un outil pour nous rendre encore plus esclaves.

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Les autres trucs chouettes de la semaine

Deux personnages prennent le café. Le personnage de gauche dit : Ok, 15mn de lecture pour le 15/10, dis-moi que ce ne sera pas 22mn la semaine prochaine ? - la personne de droite répond : T'inquiète, il faut savoir s'arrêter à temps ;-) mais pour ceux et celles qui en veulent plus, il suffit toujours de cliquer sur ma tasse !

Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).

 

Laissez un commentaire