Mobilizon : on lève le voile sur la bêta

Classé dans : Carnets, Contributopia | 11

Temps de lecture 8 min

image_pdfimage_print

Mobilizon sera une alternative aux événements et groupes Facebook. Suite au succès de son financement participatif, il est temps de vous donner un avant-goût de ce logiciel et de faire le point sur l’avancement du projet.

Cet article fait partie des « Carnets de voyage de Contributopia ». D’octobre à décembre 2019, nous y ferons le bilan des nombreuses actions que nous menons, lesquelles sont financées par vos dons (qui peuvent donner lieu à une réduction d’impôts pour les contribuables français). Si vous le pouvez, pensez à nous soutenir.

An english version of this post is available here.

Une alternative très attendue aux événements Facebook

Au printemps 2019, nous avons lancé une collecte autour du projet Mobilizon, un logiciel libre qui permettra à des communautés de s’émanciper des événements, groupes et pages Facebook.

L’objectif de la collecte était de nous donner les moyens de produire Mobilizon et de savoir jusqu’où vous vouliez que nous nous engagions sur ce projet. Plus de mille personnes ont financé ce projet, avec un enthousiasme qui fait plaisir à voir : visiblement, nous sommes nombreuses et nombreux à en avoir marre que Facebook soit l’outil qui enferme les événements rythmant nos vies !

Merci d’avoir fait de cette collecte un si beau succès !

Aujourd’hui, nous tenons une promesse faite lors de la collecte : partager avec vous l’avancement de Mobilizon. Nous avons décidé de vous le montrer le plus tôt possible, même si toutes les fonctionnalités promises ne sont pas encore développées. C’est le principe d’une version bêta : c’est encore brut, la peinture est fraîche, tout n’est pas (encore) présent… mais cela permet d’avoir une bonne idée de ce qui est réalisé et du travail qu’il reste à faire.

Une première version bêta qui pose les fondations

Le projet derrière Mobilizon, c’est d’avoir un logiciel libre qui permettra à des communautés d’héberger des espaces de publication pour y annoncer des évènements.

Voici tout ce que vous pouvez d’ores et déjà faire avec Mobilizon :

  • Créer un compte, grâce à un email et un mot de passe, et vous y connecter ;
  • Recevoir des notifications par email ;
  • Créer et gérer plusieurs identités sur un même compte ;
    • pour cloisonner vos événements ;
    • Chaque identité comprend un identifiant, un nom à afficher (nom, surnom, pseudonyme, etc.), un avatar et une description ;
  • Créer, modifier ou supprimer des événements ;
    • À partir de l’identité qui vous a servi à créer l’événement ;
    • Avec la possibilité de créer, conserver, modifier (et supprimer) des événements en mode brouillon ;
    • Avec la possibilité de valider (ou refuser) manuellement les demandes de participation ;
    • Que vous pouvez partager facilement sur vos réseaux ou par email ;
    • Que vous pouvez ajouter à votre agenda.
  • S’inscrire à un événement en choisissant une de vos identités ;
  • Signaler des contenus problématiques à la modération de l’instance[2] ;
  • Gérer les signalements de contenus problématiques.
dessin de Mobilizon par David Revoy
Mobilizon, illustré par David Revoy – Licence : CC-By 4.0

Le principe d’avoir plusieurs identités est une idée qui nous enthousiasme beaucoup. Avec un seul et même compte, vous pouvez séparer divers aspects de votre vie sociale : utiliser une identité pour vos entraînements sportifs, une autre pour vos retrouvailles familiales, encore une autre pour vos actions militantes, etc.

C’est le genre d’outil que ne proposeront jamais des géants tels que Facebook, qui ont bien trop intérêt à ce que tous les aspects de votre vie sociale se fondent en un seul et unique profil publicitaire… Or, c’est toujours une joie de se rendre compte qu’en s’éloignant du modèle de ces plateformes, on arrive à imaginer des outils conviviaux et émancipateurs.

Mais le mieux, c’est encore que vous alliez voir par vous-même…

test.mobilizon.org, un site web pour découvrir le logiciel et ses fonctionnalités

Ne courez pas tout de suite y organiser la dernière fête avant la fin du monde, car test.mobilizon.org n’est qu’un site de démonstration ! Il vous permet d’y faire ce que vous voulez, de cliquer partout et n’importe où, en toute inconséquence vu que les comptes, événements, etc. y seront automatiquement effacés toutes les 48 heures.

Cliquez sur la capture d’écran pour aller sur le site de test de Mobilizon !

Mobilizon a été créé avec des designers pour concevoir l’expérience d’utilisation et l’interface graphique. C’est une des promesses que nous avions faite en dressant la feuille de route Contributopia : faire des outils pour et avec les gens, en incluant des professionel·les du design dans notre travail… Nous espérons que le résultat vous plaira !

Nous avons ouvert un espace de notre forum pour que vous puissiez exprimer vos retours sur le travail effectué. En revanche, nous ne pourrons probablement pas répondre aux demandes de fonctionnalités supplémentaires, car notre planning est déjà bien chargé !

Le chemin est tracé, et nous sommes Mobilizé·es !

Au cours des prochains mois, nous allons proposer des mises à jour régulières de cette version bêta et vous en présenter les avancées. Cela nous permettra d’avoir le temps d’observer et de recueillir vos réactions jusqu’à la première version pleinement fonctionnelle de Mobilizon, prévue pour le premier semestre 2020.

Les plus expert·es d’entre vous peuvent aller voir sous le capot et consulter ici le code source de Mobilizon. Cependant tant que nous n’avons pas finalisé l’aspect fédéré[1] de Mobilizon nous ne vous recommandons pas de l’installer sur votre serveur.

Parce que Mobilizon n’est pas (encore) fédéré[1], il n’est pas (encore) possible, par exemple, de s’inscrire à la Frama-fête publiée sur l’instance[2] Mobilizon de Framasoft, depuis un compte créé sur l’instance MobilizTaFac hébergée par votre université. La fédération, tout comme la possibilité de s’inscrire à un événement de manière anonyme, sont des fonctionnalités en cours de développement. Nous vous les présenterons lors d’un nouveau point sur le logiciel, courant décembre.

En décembre, avec la fédération, les roses des vents se multiplieront !
Illustration : David Revoy – Licence : CC-By 4.0

C’est au cours du 1er semestre 2020 que nous publierons la première version stable de Mobilizon. Nous y implémenterons des outils collaboratifs (les groupes, leur espace d’organisation, la messagerie) et des outils de modération. Nous échangerons alors avec les pionnier·es qui l’auront installée sur leurs serveurs (ou utilisée sur les serveurs des copains et copines), et nous travaillerons sur la documentation technique.

Le début d’une promesse tenue

Au sein de Framasoft, nous brûlons d’impatience, car nous avons envie de voir un maximum de monde s’émanciper des événements Facebook pour créer, grâce à Mobilizon, un groupe de plaidoyer citoyen ou une marche pour le climat.

Et pourtant, il va falloir se retenir encore un peu de fermer les groupes Facebook où s’organise une part de nos vies. En attendant, nous espérons que cette démonstration vous montrera le potentiel d’un outil qui contribuera à rassembler, à organiser et à mobilizer… celles et ceux qui changent le monde.

Rendez-vous sur la page des Carnets de Contributopia pour y découvrir d’autres articles, d’autres actions que nous avons menées grâce à vos dons. Si ce que vous venez de lire vous plaît, pensez à soutenir notre association, qui ne vit que par vos dons. Framasoft étant reconnue d’intérêt général, un don de 100 € d’un contribuable français reviendra, après déduction, à 34 €.

Soutenir Framasoft

Illustration d’entête : CC-By David Revoy

 


Notes

[1] Fédération :Si mon email hébergé par mon université peut communiquer avec un gmail hébergé par Google, c’est qu’ils parlent le même langage, qu’ils sont fédérés. La fédération, ici, désigne le fait d’utiliser un langage commun (un « protocole ») afin de se mettre en réseau. L’intérêt est que les capacités ne dépendent plus d’un seul acteur (ex : Facebook pour WhatsApp ou Facebook, Google pour YouTube, etc.), mais bien d’une multitude d’entreprises, associations, collectifs, institutions ou même particuliers en ayant les compétences. Chacun héberge une partie des données du réseau (comptes, messages, images, vidéos, etc), mais peut donner accès à d’autres parties du réseau. Cela afin de rendre l’ensemble plus résilient, plus indépendant ou plus difficile à contrôler. Ainsi, dans le cas de Mobilizon, différentes instances[2] du logiciel (sur les serveurs d’une faculté, d’un collectif ou d’une association comme Framasoft, par exemple) pourront synchroniser entre elles les données rendues publiques (événements, messages, groupes, etc). Lire cet article pour plus d’informations .

 

[2] Instance : une instance est un hébergement d’un logiciel fédéré. Ce logiciel se trouve donc sur un serveur, sous la responsabilité des personnes qui administrent ce serveur (qui ont donc le rôle d’hébergeur). Chaque hébergeur peut choisir de connecter (ou non) son instance avec d’autres, et donc de donner (ou non) un accès à ses membres aux informations qui y sont diffusées. Par exemple, framapiaf.org, mamot.fr et miaou.drycat.fr sont trois instances du logiciel Mastodon (respectivement des hébergeurs Framasoft, La Quadrature du Net et Drycat). Ces 3 instances étant fédérées, leurs membres peuvent échanger entre eux. Dans le même ordre d’idée, deux – ou même deux cents – instances Mobilizon peuvent être connectées entre elles et partager des événements.

Suivre framasoft:

Réseau d'éducation populaire au Libre. Nous souhaitons faire le trait d'union entre le monde du Libre (logiciel, culturel, matériel, etc...) et le grand public par le biais d'une galaxie de projets à découvrir sur framasoft.org

11 Responses

  1. Artusamak

    Excellente nouvelle ! Félicitations, c’est prometteur ! L’idée d’avoir associé des compétences de design me semble essentiel pour l’adoption de ces outils. Bravo, continuez comme ça.
    Est ce qu’il est possible de vous aider ? Avez-vous des besoins ?

    Merci.

  2. Un passant

    Bonjour,

    Merci de votre dévouement 🙂

    Est ce que l’application proposée ne serait pas plus « une copie » de Meet-up qu’un remplacement de Fb

    L’avantage des évènements Facebook est de pouvoir directement inviter ces amis et voir ce que ceux-ci font.

    C’est l’aspect intégré qui fait la force de Facebook, tout est sur la même plateforme. En divisant chaque tache en une application spécifique on rebute les gens et donc une adoption de masse.

    Qu’en pensez vous ?

    Cordialement,

    • Pouhiou

      Bonjour,

      Alors vous avez raison dans le fond. Ce qui n’est pas (assez) abordé dans cet article, c’est justement la notion de fédération (via le protocole ActivityPub). C’est le même protocole qui fait que l’on peut commenter une vidéo hébergée sur une instance PeerTube (alternative libre et fédérée à YouTube), depuis une instance Mastodon (alternative libre et fédérée à Twitter).

      Pour grossir le trait, parce que ces logiciels parlent le même langage (ActivityPub), c’est comme si on pouvait utiliser Twitter pour commenter YouTube. Mobilizon sera un outil de plus dans cette grande fédération, et pourra communiquer avec ces outils qui existent déjà et gagnent en usages chaque jour. En gros, il n’y a plus besoin d’avoir la même plateforme, juste de parler le même langage, ce qui peut permettre de déclencher un effet de réseau (un adoption assez forte pour devenir intéressante).

      Bien entendu, parler ce même langage (le protocole ActivityPub) n’est pas une baguette magique : cela va demander beaucoup de travail, d’adaptation et de temps. Et comme on passe d’un modèle de plateforme-géante centralisée à un modèle de multitudes de mini-plateformes fédérées, cela pose de nouveaux problèmes tout neufs, qu’il va falloir identifier avant que d’y répondre.

      La question est donc : est-ce que ces efforts valent le coup, est-ce que le modèle des grosses plateformes centralisatrices pose suffisamment de problèmes pour qu’on essaie d’expérimenter un nouveau modèle ? Après plus de 5 ans à « dégoogliser internet » et donc à étudier l’internet des géants du web, nous avons l’intime conviction que oui.

      • Simon

        Ne serait-il pas suffisant de pouvoir suivre des comptes (relatifs à des individus ou des collectifs) dont les activités (participe à tel évènement, a publié tel évènement) s’afficherait dans un fil d’actualité? Merci pour cette initiative en tous cas! Bonne soirée.

  3. lareinedeselfes

    chouette chouette chouette ! En plus, on peut tester !
    j’aime bien pouvoir participer et voir grandir les projets !
    Et là c’est simple pour participer, c’est dans mes cordes ! 😉
    Merci de nous permettre de participer !
    Contributopia , tu es magnifique et je ne parle pas que des dessins et de la page des carnets de voyage 😍 Même si je m’en doutais, maintenant j’en suis certaine David est un magicien 🙂 et Contributopia une planète où je veux habiter
    💞

  4. Michel EDIGHOFFER

    Hey ! Et dire que j’ai participé à quelques débats et réflexions au tout début du projet !

    Je vais bientôt me rendre disponible pour vous aider ! Mais j’ai vu plus haut que c’est assez compliqué actuellement. N’hésitez pas à me contacter (https://gitlab.com/edimitchel).

    Sinon, est-ce que l’aspect communautaire sera développé sur Mobilizon ? Par exemple, sur meet-up, sa grande force est de réunir des personnes qui s’intéressent à un sujet et de pouvoir les inviter automatiquement pour les événements futurs..

    • Pouhiou

      Merci de la proposition !

      En ce qui concerne l’aspect communautaire, ça dépend vraiment de ce dont on parle. L’idée c’est que Mobilizon puisse servir d’outil aux groupes qui se forment et/ou qui veulent s’y organiser (outils de communication, de modération, de mise en commun de ressources externes, etc.) sans tomber dans l’aspect « média social » qu’on connaît d’un Facebook qui utilise les mécanisme de notre attention et de notre orgueil (faire grimper les like, les compteurs de ceci ou cela, etc.).

      Donc la réponse est oui, il va y avoir un aspect communautaire de développé, mais il risque de ne pas avoir une forme totalement habituelle, puisque le but est de sortir des habitudes que nous imposent les géants du web !

    • Pouhiou

      Bonjour,

      Nous n’avons rien à en penser : c’est un logiciel libre de plus (licence GNU v3 si je ne m’abuse), cela signifie d’autant plus de diversité et de choix ! Personnellement, j’ai une double méfiance dès que je vois le mot « blockchain », d’une part parce que c’est parfois utilisé comme une baguette magique (ou un buzzword), d’autre part parce que la blockchain induit qu’il est impossible d’effacer des écritures (on peut juste créer une 2e écriture qui « annule » la première), ce qui est très problématique pour un outil où l’on veut modérer (par exemple effacer une diffamation ou lorsqu’un personne malveillante publie des infos personnelles de sa victime).

      Ici, je lis que Gather est pensé avec « no sensitive information shared on-chain », donc il faudrait voir à l’usage, mais j’imagine que les personnes qui travaillent dessus se sont posé ces questions bien avant que je les énonce ici ;).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *