Khrys’coronalungo du lundi 6 avril 2020

Temps de lecture 41 min

image_pdfimage_print

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.


Brave New World

Spécial France

Spécial Coronavirus – données scientifiques

Spécial mauvaise gestion et casse du système de santé

Spécial inégalités face au coronavirus

Spécial travailleur·euses par temps de coronavirus

Spécial répression, violences et abus de pouvoir

  • La policière, l’attestation, et « les gens comme ça » (liberation.fr)

    Alors même que divers symptômes sont en recrudescence dans ce contexte anxiogène de pandémie et de confinement (les affects dépressifs s’accentuent et avec eux le risque suicidaire, les rituels de compulsion se renforcent, les troubles du sommeil sont en recrudescence, l’angoisse se durcit…), les patients s’en veulent de vouloir se soigner et la police punit pour une attestation mal remplie ! J’en ai le vertige. […] Je savais bien ce mépris de l’autre, autoritaire et jouissif, exercé par la police, mais son effet délétère est encore amplifié par le confinement, la façon dont il a été imposé, le langage employé pour le justifier, les moyens mis en œuvre pour le faire respecter.

  • Double peine pour la banlieue (bellaciao.org)
  • Témoignage hallucinant d’un employé de Santé Publique France victime de bavure policière (lien invidious)
  • Coronavirus : un homme condamné à 105 heures de travaux d’intérêt général pour non-respect du confinement à Paris (francetvinfo.fr)

    Le jeune homme avait été verbalisé à quatre reprises le 24 mars, dont trois fois en moins d’une heure alors qu’il se rendait de nuit dans une pharmacie de garde, muni d’une attestation non horodatée, selon sa défense. Verbalisé une cinquième fois le 26 mars avec une attestation datée du lendemain, il a ensuite été interpellé dimanche lors d’un sixième contrôle. Placé en garde à vue, il a été jugé en comparution immédiate mardi.[…] “J’ai la main et un doigt qui sont cassés, je dois être opéré le 5 avril et je suis sorti précipitamment” le 24 mars “juste pour trouver un antidouleur”, s’est justifié le prévenu.

  • Confinement et délire totalitaire (nantes-revoltee.com)

    L’hôpital est exsangue, mais tous les moyens sont bons pour la répression.La pandémie est décidément l’occasion pour les autorités de tester in vivo leurs innovations de contrôle. Quand tu entends les gendarmes te dire « oui c’est à cause de personnes comme vous que des gens meurent » alors que la plupart n’avaient aucun gant ni masque et qu’on se faisait crier dessus à 30 centimètres…

  • Covid-19 : l’attaque des drones (laquadrature.net)

    En France, la police déploie massivement ses drones pour imposer le confinement. Elle utilise la crise sanitaire pour banaliser un outil de surveillance pourtant extrêmement attentatoire à nos libertés, le tout dans un cadre légal flou, voire inexistant.

  • Le général Lizurey, qui a expulsé la Zad, assiste Édouard Philippe dans la lutte contre le Covid-19 (reporterre.net)

Spécial la démocratie et nos droits en prennent un coup

  • Nous vivons dans un état d’urgence permanent (liberation.fr)

    C’est précisément en temps de crise que l’on évalue […] la solidité des fondamentaux de l’Etat de droit. C’est une expérience universelle que celle de ces sociétés démocratiques qui, dos au mur, sont tentées par l’abîme.[…] L’état d’urgence contient en germe un poison. Venir à considérer que la réduction des libertés individuelles est un mal nécessaire serait une défaite de l’État de droit.

  • Surveillance numérique contre le coronavirus : Jacques Toubon s’inquiète de possibles dérives (lemonde.fr)
  • Face au Covid-19, le choix entre santé ou libertés est un faux dilemme (lemonde.fr)

    La liberté d’aller et venir, celle de se réunir ont été mises entre parenthèses, les prérogatives des Parlements rognées, les droits des salariés amputés. Des prévenus sont jugés et parfois privés de liberté sans avocat. L’exécutif s’est donné le droit de restreindre des libertés individuelles, prérogative réservée en temps normal aux juges en vertu du principe fondamental de la séparation des pouvoirs

  • Big Brother à l’ère du coronavirus – plus de 100 groupes alertent contre une extension de la surveillance (developpez.com)
  • État d’urgence sanitaire : l’autoritarisme comme remède à la destruction de l’État (bastienlachaud.fr)

    On ne joue pas avec les règles constitutionnelles et les principes fondant notre régime politique. Pourtant, c’est ce qu’a fait le gouvernement d’Édouard Philippe en adaptant le droit aux conséquences de politiques libérales. La création du régime d’état d’urgence sanitaire n’a eu pour seul objet que de légaliser des mesures restrictives des libertés individuelles […] Ce nouveau dispositif d’exception est une attaque massive contre les droits humains sur le fondement des circonstances exceptionnelles. Il fait peser de graves dangers sur notre régime démocratique. Les modalités de son adoption dévoilent l’inclination du gouvernement à l’autoritarisme épistémocratique. Cette dérive est en grande partie due au refus obstiné de respecter les recommandations de l’OMS qui évitent de recourir à l’enfermement massif de la population.

  • Surveillance : « L’espace public quasi militarisé devient un laboratoire sécuritaire » (liberation.fr)

    Depuis des années, on nous répète à droite comme à gauche que la sécurité est la première des libertés. Aujourd’hui, c’est la santé, et c’est un levier qui anesthésie encore un peu plus l’esprit critique. […] Nombreux sont ceux qui sont prêts à sacrifier, de bon cœur, un certain nombre de libertés au nom de l’impératif sanitaire. N’oublions pas que cette fuite en avant technologique pourrait être un moyen de dissimuler l’incurie des politiques publiques, comme si la criminalisation des passants ou la géolocalisation des malades allaient compenser la pénurie de masques ou l’absence de tests. […] À la faveur de la pandémie, l’espace public quasi militarisé […] devient un laboratoire sécuritaire.

  • COVID19 et procédures judiciaires : le Conseil d’État en marche arrière (vududroit.com)

    Le Conseil d’État a refusé d’organiser une audience et a rendu son ordonnance sans débat. Ce qui permettait d’éviter que les représentants du gouvernement soient tenus de répondre à un certain nombre de questions à l’occasion d’un débat contradictoire. Cette décision si elle n’est pas illégale, témoigne d’un refus du débat sur une question portant fondamentale pour la vie de la Nation…

  • Qui es-tu Nicole Belloubet, pour t’asseoir à ce point sur les libertés publiques ? (liberation.fr)

    Pour cause de Covid-19, une ordonnance du ministère de la Justice prolonge les délais maximums de détention provisoire de trois à six mois selon la gravité des infractions, au mépris des libertés fondamentales.n’oublions pas que nous sommes champions d’Europe avec la Roumanie du taux de détention provisoire ; un tiers des détenus de nos prisons quand même. […] Comprenons bien : d’un claquement de doigts, une circulaire vient de prolonger le titre de détention de 21 000 détenus. Exit les juges, exit les avocats, exit les audiences, exit tout ! La ministre sucre le droit acquis de tout détenu de voir sa situation réexaminée lors d’un débat permettant à son avocat de le sortir éventuellement au terme de son mandat de dépôt de l’enfer que seront dans quelques jours les prisons.

  • Didier Lallement et Sibeth N’diaye les duettistes de la peur et du mépris du peuple (vududroit.com)

    le fonctionnement du système Macron est lié à la façon dont celui-ci est arrivé au pouvoir par surprise en 2017. Les ambitieux et les médiocres qui n’avaient pu trouver auparavant leur place dans leurs familles respectives l’ont rejoint et ont constitué une sorte de clan dans la fidélité et la garantie de leur participation au banquet auquel sans lui ils n’auraient pu accéder. C’est la raison pour laquelle, que ce soit au gouvernement, dans les cabinets ou à l’Assemblée, nous avons un recrutement de « fonds de cuve » où les traîtres côtoient les incompétents quand ce ne sont pas parfois des imbéciles. […] Cela explique la répression policière et judiciaire d’une violence sans précédent du mouvement des gilets jaunes. Et comme Sibeth Ndiaye est l’expression Macronienne du mépris du peuple, Didier Lallement est celle de la peur et de la détestation de celui-ci. Pour le préfet de police, chaque Français n’est qu’un délinquant en puissance qu’il convient de brutaliser, de punir, de mater et de lui faire porter la responsabilité de ses propres malheurs. […] Ndiaye et Lallement ont également une fonction importante. Celle qui consiste à infantiliser l’opinion publique. La porte-parole du gouvernement dans le rôle de l’institutrice débile et le préfet police dans celui du surveillant général obtus en mode garde-chiourme. Pensant qu’ainsi le peuple sera plus facile à dompter.

Spécial résistance

  • Mesures de confinement : les contrôles de police ne doivent être ni abusifs ni violents ni discriminatoires (voxpublic.org)
  • Coronavirus : #IlsSavaient,#OnNoublieraPas… La grogne sociale monte sur les réseaux sociaux (20minutes.fr)

    Ces mots-clés rassemblent tout le mécontentement de ceux qui ont le sentiment d’avoir été trompés. […] Cela nourrit une colère qui pourrait préparer une terrible sortie de crise […] C’est tout le peuple français qui hurle. Même la couche moyenne supérieure qui défendait encore un peu Macron et sa politique est aujourd’hui en colère !

  • Le collectif Inter-Urgences porte plainte. “Nous n’oublierons pas les soignants épuisés, contaminés, décédés” (revolutionpermanente.fr)

    Il y a quelques jours, le collectif Inter-Urgence a décidé de porter plainte contre X pour plusieurs infractions dont homicide involontaire, estimant que les mesures adoptées par les autorités françaises n’avaient pas suivi les recommandations émises par l’OMS qui auraient pourtant pu prévenir le décès de nombreuses personnes.

  • Edouard, on n’est pas dans « 1984 » et tu n’es pas au Ministère de la Vérité (liberation.fr)

    On se démerde, on s’entraide, les patients, les citoyens, donnent ce qu’ils ont : masques, équipements. Je n’ai toujours rien reçu du gouvernement français à part une boîte de 50 masques chirurgicaux il y a trois semaines, une éternité. […] Et pendant ce temps, les conseillers de Macron essaient de le faire passer pour un roi thaumaturge, tandis qu’il fait son show sur la résilience en cosplay Clemenceau derrière son masque canard. On n’a pas le temps de compter les conneries tant elles s’accumulent. « Certains de ceux qui ont tenu les bureaux de vote au premier tour des municipales sont en train de mourir », m’écrit une consœur de la région parisienne.

  • Bonjour, je suis en colère. (herveferon.fr)

    Je suis en colère quand je vois des élus, barons locaux faire des opérations de communication dans les médias quand ils n’ont eu de cesse de participer eux-mêmes à cette casse du service public.Je suis en colère après ce gouvernement et ce Président qui ont su organiser, pendant des mois, la répression violente contre les infirmières manifestantes et contre les pompiers en grève, les frappant, les bousculant, les gazant et qui aujourd’hui viennent les encenser, les remercier et leur promettre de misérables aménagements de salaire […] Je suis en colère après ce Gouvernement engagé depuis des mois avec violence dans la casse de notre système de protection sociale et de retraites et après ce Président qui, à l’occasion de cette terrible crise, vient nous faire un numéro de communication à la télévision, pour louer ce même système de protection à la Française… […] Je ne suis pas de votre monde, nous ne sommes pas du même monde. Il est temps qu’on vous le fasse entendre. J’ai écrit ma colère, parce que j’émets le vœu qu’après tout cela, des milliers, des millions de français heureusement rescapés engorgeront vos putains de tribunaux pour porter plainte contre vous pour « abandon de la population et en particulier des plus vulnérables ». Et j’espère que vous serez condamnés, au moins aux yeux de l’histoire.

  • Opération Résiliation (blog.mondediplo.net)

    Le mot était faible. À l’évidence, « connards », ça n’était pas suffisant […] On lit de plus en plus : « criminel » […] le crime par impéritie politique manifeste conduisant à la mise en danger des populations ne devrait-il pas constituer une qualification extra-ordinaire accompagnant nécessairement les prérogatives extra-ordinaires qui sont celles mêmes des formes contemporaines du gouvernement ? S’arrogeant le pouvoir de régir unilatéralement la vie des autres, le « gouvernement » n’est-il pas symétriquement comptable de la vie qu’il fait aux autres — spécialement quand il leur fait la mort ? Summa potestas, summum officio : pouvoir suprême, responsabilité suprême. Convenablement élaborée et inscrite dans le droit, l’idée-couperet aurait au moins pour effet de tempérer les ruées vers les positions de pouvoir.

  • Nous ne voulons pas de héros ! (liberation.fr)

    même s’il s’agit de nous faire croire qu’il n’est question que d’émotions et de sentiments, on discerne en réalité un projet politique. Car le héros, c’est un demi-dieu, un personnage exceptionnel. Autrement dit, c’est promouvoir la puissance solitaire de l’individu plutôt que la réussite du collectif. Or l’hôpital n’a pas tant besoin de surhommes ou de surfemmes que d’avoir les moyens de fonctionner dignement.

  • « Personne n’est dupe de l’héroïsation de la profession » (cqfd-journal.org)

    Les discours vantant une unité de façade – tous unis contre la maladie – ne peuvent dissimuler qu’en première ligne on trouve les soignants tandis que les cadres gestionnaires continuent leur sale besogne en télétravail. Personne n’est dupe de l’héroïsation de la profession : ils peuvent se les garder leurs médailles ! Nous voulons des moyens pour travailler et des salaires décents pour tous et toutes ! […] Même sentiment mélangé par rapport aux applaudissements tous les soirs à 20 heures. C’est un soutien apprécié, mais on ne s’en contentera pas. On demandera des comptes au gouvernement, massivement, pas seulement les syndicats car pour beaucoup le temps de la résignation est révolu. […] Pire encore, le recours à la charité, cagnottes, Fondation de France, etc., est la preuve ultime de l’abandon de la santé publique en France. Qui peut croire que cela suffira à combler l’énorme manque de moyens ? C’est se donner bonne conscience à peu de frais.

  • Le Titanic français (lundi.am)

    Quelle joie ineffable ! Quel bonheur indicible ! D’observer depuis les confins de nos confinements le réjouissant spectacle du naufrage d’un gouvernementVous êtes trempés de honte et vous nous sortez vos dernières cartouches. Mais nous ne bougerons pas d’un pouce. Nous allons applaudir à votre défaite tous les soirs au coucher du soleil pour vous souhaiter bonne chance dans les tréfonds.

  • L’économie ou la vie (lundi.am)

    Rarement l’économie ne sera à ce point apparu pour ce qu’elle est : une religion, sinon une secte. […] Pourquoi faire si grotesquement obstacle à l’administration de tests massifs ou d’un médicament manifestement efficace et peu onéreux ? Pourquoi le choix du confinement général plutôt que de la détection des sujets malades ? La réponse est simple et uniforme : it’s the economy, stupid ! […] « Pas de care avec des dirigeants qui s’arment pour la guerre contre nous. Pas de « vivre ensemble » avec ceux qui nous laissent mourir. Nous n’aurons eu nulle protection pour prix de notre soumission ; le contrat social est mort ; à nous d’inventer autre chose. Nos dirigeants actuels savent très bien que, le jour du déconfinement, nous n’aurons d’autre désir que de voir leurs têtes tomber, et c’est pour cela qu’ils feront tout pour qu’un tel jour n’ait pas lieu…

  • Refusons que leurs vies soit sacrifiées au nom de l’économie (mediapart.fr)

    Aujourd’hui, une grande partie de la population a été forcée de reprendre le travail. Cela, personne n’en parle. Ni les médias, ni le gouvernement. Pourtant, cela fait des semaines que les hôpitaux réclament un confinement total.Faisons en sorte que tout le monde prenne conscience du choix insensé et immoral qu’a fait ce gouvernement en ordonnant le retour au travail : amenons-le sur l’espace public !

  • Coronavirus : le gouvernement désormais visé par 11 plaintes devant la Cour de justice de la République (francetvinfo.fr)
  • Après la mort de 15 personnes dans une maison de retraite à Mougins, le petit-fils d’une des victimes annonce son intention de porter plainte contre l’État et la direction du groupe Korian. (liberation.fr)
  • Transport routier : FO tire le signal d’alarme (force-ouvriere.fr)
  • Dans le BTP comme partout : pas question de risquer nos vies pour leurs profits ! (iaata.info)
  • Coronavirus : la CGT porte plainte contre Carrefour et Muriel Pénicaud. (latribune.fr)
  • Droits de retrait collectifs et perspectives de grève : la révolte des salariés de la grande distribution (revolutionpermanente.fr)
  • Fiches CNT : Chômage techniqueCongés payésDroit de retraitIndemnité chômageRésident-e- étrangère-eTélétravail (cnt-so.org)
  • Comment contester une amende pour non respect du confinement ? (iaata.info)
  • Contrôles : ce que les forces de l’ordre ont le droit (ou pas) de faire (franceinter.fr)
  • Alors que les prisonnier-ere-s se révoltent (paris-luttes.info)

    Alors que les prisonnier-ere-s se révoltent, nous sommes confiné.e.s, sommé.e.s de déclarer chaque déplacement. Écrire sur ce qu’il se passe à l’intérieur des taules et sortir pour tenter de l’afficher dans la rue, est une des possibiltés pour exprimer notre solidarité avec les révolté.e.s et essayer de rompre avec notre propre isolement !

  • Comment s’organiser en ligne ? Une brochure pour lutter ! (bourrasque-info.org)

Spécial GAFAM et cie

Les autres lectures de la semaine

  • Crise du Covid-19 : esquisse de scénarios à l’horizon 2021-2022 (futuribles.com)
  • Dès maintenant ! (monde-diplomatique.fr)

    déjà, il y a un peu plus de dix ans, pour sauver leur système en détresse, les libéraux avaient accepté une hausse spectaculaire de l’endettement, une relance budgétaire, la nationalisation des banques, le rétablissement partiel du contrôle des capitaux. Ensuite, l’austérité leur avait permis de reprendre ce qu’ils avaient lâché dans un sauve-qui-peut général. Et même de réaliser quelques « avancées » : les salariés travailleraient plus, plus longtemps, dans des conditions de précarité accrues ; les « investisseurs » et les rentiers paieraient moins d’impôts. De ce retournement, les Grecs ont payé le plus lourd tribut […] Ainsi, ce qui au départ laisse croire à un chemin de Damas pourrait déboucher sur une « stratégie du choc ».[…] En ce sens, la crise du coronavirus pourrait constituer une répétition générale qui préfigure la dissolution des derniers foyers de résistance au capitalisme numérique et à l’avènement d’une société sans contact. À moins que… À moins que des voix, des gestes, des partis, des peuples, des États ne perturbent ce scénario écrit d’avance. […] Le confinement, c’est aussi un moment où chacun s’arrête et réfléchit…Avec le souci d’agir. Dès maintenant.

  • Les conséquences psychologiques de l’héroïsation des soignantEs (npa2009.org)

    La figure du « héros » quant à elle, est fondamentalement masculine. Le héros est un peu le stéréotype de l’homme poussé à l’extrême, son archétype : il est viril, ne craint rien, est invincible et ne pleure jamais. […] Le manque de moyens matériels comme des lits et des respirateurs peut donc avoir des conséquences sévères sur la santé psychologique de nos soignant-e-s ; c’est pourquoi il est essentiel qu’ils gardent à l’esprit qu’aucun mort n’est de leur responsabilité, que le seul sang qu’iels ont sur les mains et celui des personnes qui on été sauvé grâce à leur action et en dépit de celle du gouvernement et du patronat qui exhorte à poursuivre le travail.

  • Contre la résilience (regards.fr)

    En baptisant son opération militaire « Résilience », le président signale qu’il ne s’attaquera surtout pas aux causes structurelles de l’épidémie […]. Il n’est pas question, donc, de changer de système pour empêcher de futures épidémies, mais de sauver le système actuel et de tenter de survivre à la prochaine épidémie.

  • « Covid-19, le solutionnisme n’est pas la solution » – Evgeny Morozov (mondediplo.net)
  • « Se soutenir tous ensemble ou couler tous ensemble » (liberation.fr)

    L’élément de langage le mieux partagé du moment, c’est « personne ne pouvait savoir. On ne pouvait pas prévoir ». Sur tout l’échiquier politique, ceux qui depuis trente ans ont contribué au désastre actuel le répètent en boucle, imaginant qu’une population cloîtrée chez elle va gober le morceau.

  • Alain Damasio : « La police n’a pas à être le bras armé d’une incompétence sanitaire massive » (liberation.fr)

    Réduire les sorties à un kilomètre de chez soi, interdire les espaces naturels (sans risque aucun de contamination), proscrire tout plaisir pourtant inoffensif et sanctionner les soi-disant incivilités virales est un indice ténu mais probant d’une volonté à peine déguisée de (for) mater les populations. La stupeur initie la peur – qui mute vite en torpeur. Or ces mesures doivent allumer une petite lampe rouge dans nos têtes.

  • État d’urgence ridicule (blog.ecologie-politique.eu)
  • Urgence partout, État nulle part (laquadrature.net)
  • Après cette histoire-là (liberation.fr)

    Il faudra tout réévaluer les salaires de ceux qui servent le plus afin qu’ils ne soient plus ceux qui gagnent le moins, revoir le rôle de l’Etat… et se rappeler que cette catastrophe épidémique est avant tout une catastrophe écologique.

  • Naviguer en eaux troubles (lundi.am)
  • Le virus de la peur (lundi.am)

    Ce qu’on sait aussi, c’est qu’après la grande peste, au cours de la deuxième moitié du XIVe siècle, il y eut une explosion de révoltes dans tous les Pays européens. […] Au sortir d’un cataclysme inimaginable, les survivants étaient non seulement immunisés contre la peste mais aussi contre la peur : le Seigneur, le Maître, le Patron n’étaient pas grand-chose après avoir affronté la mort !

  • Covid-19 : Quelles leçons peut-on tirer de la grippe espagnole de 1918 ? (usbeketrica.com)
  • Comment le téléphone a échoué à son grand test lors la pandémie de grippe espagnole de 1918. (fastcompany.com – en anglais)

    À Long Beach, en Californie, les enfants qui étaient mis en quarantaine à la maison étaient des cobayes pour une forme précoce d’enseignement à distance. « Les élèves du lycée de cette ville font des études à domicile et ont des conversations téléphoniques régulières avec leurs professeurs » […] Les opératrices téléphoniques étaient aussi vulnérables à la grippe espagnole que n’importe qui d’autre, peut-être même plus que certains, puisqu’elles étaient assises dans des espaces restreints, au coude à coude avec toute collègue infectée. Et leurs rangs s’appauvrissaient à cause de la maladie, alors même que la grippe augmentait le volume des appels.

  • Pour comprendre la psychologie d’une population travaillée par une épidémie (nouvelobs.com)
  • Chronique de con finé (aurelienpierre.com)

    C’est un problème d’actuariat où il faut mettre en balance le risque lié à la contagion, et le risque lié au confinement. Mais on a complètement laissé tomber les risques du confinement […] et personne ne s’est dit que le remède était potentiellement pire que le mal.

  • « Pourtant nous étions féministes » (ps.zoethical.org)
  • Quand le New Deal salariait les artistes (monde-diplomatique.fr – août – septembre 2016)
  • Allons-nous vers la Révolution Prolétarienne ? (abrupt.ch – texte de Simone Weil – 1933)

    Il n’y a aucune difficulté, une fois qu’on a décidé d’agir, à garder intacte, sur le plan de l’action, l’espérance même qu’un examen critique a montré être presque sans fondement ; c’est là l’essence même du courage. Or, étant donné qu’une défaite risquerait d’anéantir, pour une période indéfinie, tout ce qui fait à nos yeux la valeur de la vie humaine, il est clair que nous devons lutter par tous les](moyens qui nous semblent avoir une chance quelconque d’être efficaces.

  • Low tech : face au tout-numérique, se réapproprier les technologies (coredem.info)

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Les autres trucs chouettes de la semaine

Deux personnages prennent le café. Le personnage de gauche dit : Ouh là, corona-lungo cette semaine ! - la personne de droite répond : Ouais, je me sens un peu débordée, là... pas eu trop le temps de faire le tri
Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *