Khrys’presso du lundi 17 janvier 2022

Temps de lecture 32 min

image_pdfimage_print

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Tous les liens listés ci-dessous sont a priori accessibles librement. Si ce n’est pas le cas, pensez à activer votre bloqueur de javascript favori ou à passer en “mode lecture” (Firefox) ;-)

Brave New World

Spécial France

Spécial nucléaire

  • Deux anciens chefs de la sûreté nucléaire contestent la pertinence de l’atome comme réponse au climat (actu-environnement.com)
  • Et un retard de plus pour l’EPR : pas de démarrage avant fin 2023 (liberation.fr)

    EDF a annoncé que le chargement du combustible était à nouveau repoussé et que la facture du réacteur de Flamanville allait grimper à 12,7 milliards d’euros. […] le premier béton de l’EPR de Flamanville a été coulé en décembre 2007 et sa construction devait s’achever en 2012, pour un budget de 3,4 milliards d’euros selon les plans initiaux d’EDF. […] découverte en 2011 de malfaçons sur le gros œuvre, puis en 2015 et 2016 dans les pièces de métallurgie forgée à l’usine Areva du Creusot (Saône-et-Loire), gros problème de plomberie identifié en 2018 avec des soudures mal faites sur le circuit de refroidissement du réacteur…

  • Nucléaire : EDF réduit son estimation de production pour 2022 à cause de la corrosion (20minutes.fr)
  • « Ils sont très angoissés » : EDF face aux pannes de réacteurs nucléaires (reporterre.net)

    Civaux 1 et 2, Chooz B2 et Penly 1 présentent tous un phénomène de corrosion et des microfissures à la jonction de leur circuit primaire et de leur système d’injection de sûreté. […] il s’agit d’une « corrosion sous contrainte » […] Soit « un phénomène de corrosion localisé qui se produit sous l’effet d’une contrainte mécanique et dans un milieu chimique agressif […] L’apparition de cette dégradation était improbable. « Dans l’industrie nucléaire, le choix se porte sur des matériaux pas ou peu sensibles à la corrosion sous contrainte […] La directrice générale adjointe de l’IRSN a aussi qualifié ce phénomène de « pernicieux » : « Vous pouvez ne rien voir pendant ce qu’on appelle la phase d’incubation, qui peut durer vingt, trente ou quarante ans.

Spécial emmerdeurs irresponsables gérant comme des pieds (et à la néolibérale)

  • L’État fait boire la tasse à EDF (humanite.fr)

    « D’un outil opérationnel public au service de l’intérêt général pour appliquer les politiques énergétiques et mener une politique industrielle, EDF est maintenant un outil financier pour corriger les effets néfastes du système capitaliste devenu fou et jouant avec ce bien de première nécessité contre les citoyens »

  • Emmanuel Macron veut remettre en cause la quasi-gratuité des études universitaires (liberation.fr)

    Devant les présidents d’universités, le Président a esquissé les grandes lignes de ce que serait un deuxième quinquennat pour l’enseignement supérieur et la recherche : l’émergence d’établissements à l’américaine, et donc payants. Voir aussi : Études payantes, sélection sociale et filières d’élite : Macron promet d’en finir avec la fac publique (revolutionpermanente.fr) et Macron accusé de vouloir rendre l’université payante avec sa réforme “systémique” (huffingtonpost.fr) Les gauches rejettent en bloc l’idée d’Emmanuel Macron selon laquelle l’université “sans aucun prix” n’est pas tenable.

  • Raphaël Pradeau, porte-parole d’Attac France : « Emmanuel Macron a amplifié et radicalisé les logiques libérales » (humanite.fr)
  • Protocole à l’école : la colère ne retombe pas après les annonces de Jean Castex (liberation.fr)

    Pour eux, ce n’est plus franchement une surprise mais quand même. Lundi soir, c’est une nouvelle fois par voie de presse et à la dernière minute que les personnels de l’Education nationale ont découvert les modifications du protocole sanitaire.

  • “Impréparation”, “honte”, “humiliation” … L’opposition étrille Jean-Michel Blanquer sur le protocole sanitaire à l’école (francetvinfo.fr)
  • Remplaçants à l’Education Nationale : le prix du mépris (blogs.mediapart.fr)

    enseignants cas-contact intra-familiaux sommés par leurs inspecteurs de venir enseigner, enseignants cas-Covid sommés de faire du distanciel alors que malades,… – tout cela qui s’ajoute aux masques-slip, au fait que la classe peut bien pulluler d’élèves malades tombant les uns après les autres, l’enseignant, lui, n’est jamais cas-contact (magie sans doute du masque-slip devenu cape d’invulnérabilité….). […] Et ne voilà-t-il pas que l’un des jeunes retraités de l’Education Nationale a partagé la lettre qu’il a reçue, avec la précision qui tue : « Je vous précise que l’heure d’enseignement sera rémunérée au taux horaire de 27,44 euros ». Bruts. L’heure d’enseignement ! Comme si une heure d’enseignement ne supposait pas préparation du cours ! […] Si on compte une heure de préparation, le tarif tombe à 13, 50 euros l’heure de cours en présence des élèves ! Bruts ! […] Mais l’académie de Paris n’est pas en reste, elle qui cherche sur Pôle Emploi n’importe qui qui serait détenteur d’un bac +2 quand les enseignants sont recrutés actuellement à Bac + 5 avec l’obtention d’un concours à la fin de ces 5 ans d’études.

  • « Quand est-ce qu’on fait notre vrai boulot ?  » (humanite.fr)

    Infirmière scolaire au collège de Gournay (Seine-Saint-Denis), Bénédicte Bocquet, 57 ans, a vu ses tâches se multiplier depuis le début de la pandémie […] En contact direct avec les élèves, Bénédicte Bocquet est potentiellement très exposée au virus. Pour la protéger, elle a reçu au total deux boîtes de cinq masques FFP2 depuis mars 2020…

  • Pourquoi le gouvernement ne prend-il pas soin de l’hôpital ? (humanite.fr)

    Pour limiter les hospitalisations, la vaccination joue un rôle primordial. Mais, au lieu de convaincre et non de contraindre, comme le demande l’Organisation mondiale de la santé, le gouvernement cristallise les tensions en imposant un passe sanitaire, puis un passe vaccinal. Il porte atteinte à l’État de droit, faisant entrer dans le droit commun des mesures liberticides. Il faut, au contraire, « aller vers » les personnes qui ne sont pas encore vaccinées ou qui n’ont pas fini leur parcours vaccinal. […] Parallèlement, il y a urgence à agir en faveur de la levée des brevets sur le Covid, car nous sommes face à une pandémie. L’enjeu est de permettre à la population mondiale d’avoir accès à ce vaccin, sous peine de voir le virus continuer à circuler et les variants se multiplier…

Spécial dérive totalitaire, violences policières, montée de l’extrême-droite…

Spécial résistances

  • Un appel à la création de « comités de défense ». Alerte, démocratie en danger ! (humanite.fr)

    Le Mrap réaffirme avec force que la solution face aux injustices et aux inégalités qui minent notre société ne réside pas dans de futurs matins bruns […] La solution est dans la mobilisation pour une réelle égalité des droits en déconstruisant les préjugés historiquement instillés pour justifier toutes les dominations.

  • Hôpital public : des milliers de soignants manifestent pour exiger “des moyens” (huffingtonpost.fr)
  • Grève du 13 janvier dans l’Éducation nationale : dans le cortège, le malaise est partout (politis.fr)

    Les personnels, nombreux à battre le pavé, estiment que la pandémie a servi de révélateur. Leur ras-le-bol est ancien et bien antérieur à la propagation du virus.

  • L’école veut se débarrasser du virus Blanquer (humanite.fr)

    Les suites, elles commençaient dès jeudi soir, Jean Castex s’étant décidé à recevoir les organisations syndicales qu’il n’avait pas daigné consulter avant d’annoncer la dernière mouture du protocole sanitaire. La force de la mobilisation, avec 75 % de grévistes dans le primaire et 62 % dans le secondaire, selon la FSU, a sans doute fini par le convaincre. […] Notons au passage que les chiffres du ministère de l’Éducation nationale (respectivement 36,5 % et 23,7 %) sont faux, puisque calculés sur une « photo » des grévistes à 8 heures, comptant ainsi les absents et ceux qui commencent leur service après 8 heures comme… non grévistes.

  • Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points (blogs.mediapart.fr – à lire absolument dans son intégralité !)

    Pour avoir créé cette folie de « Parcoursup », dont toutes celles et ceux qui l’ont pratiqué savent que c’est un outil de consolidation des injustices sociales et scolaires, je vous demande de vous excuser. […] Pour avoir soutenu une réforme des retraites qui réduisait nos pensions et envisageait de nous faire travailler au-delà de 65 ans, je vous demande de vous excuser. Pour avoir soutenu une politique de répression violente contre les lycéens qui défendaient leur bac, je vous demande de vous excuser. Pour vous être rangé du côté des policiers qui ont laissé des enfants de Mantes-la-Jolie à genoux et mains dans le dos quatre heures durant, je vous demande de vous excuser. […] Pour nous avoir fourni des masques dangereux d’abord, puis inefficaces ensuite, je vous demande de vous excuser. […] Pour avoir jeté l’opprobre sur les salles de profs « gangrénées par les islamo-gauchistes », alors que nous commémorions la mort de notre collègue Samuel PATY, je vous demande de vous excuser. […] Pour poursuivre imperturbablement votre entreprise de casse du service public de l’éducation, quand tout démontre qu’il faudrait au contraire le développer et le renforcer, je vous demande de vous excuser. […] la liste est trop longue des faits concrets que les personnels vous reprochent. […] je pense qu’il est temps « d’arrêter de nous emmerder ».

  • 14 syndicats et organisations s’opposent au projet de loi sur l’assurance-récolte (confederationpaysanne.fr)
  • “La France a mis de côté 99 % des études scientifiques” sur le glyphosate dénonce une responsable de Notre Affaire à tous, qui attaque l’Etat en justice (francetvinfo.fr)
  • Des associations attaquent l’État français en justice pour l’effondrement de la biodiversité (lareleveetlapeste.fr)

    C’est une première mondiale. […] les associations environnementales POLLINIS, Notre Affaire à Tous, ASPAS, Anper-Tos et Biodiversité sous nos pieds ont engagé une action en justice administrative contre l’État français pour « manquement à ses obligations de protection de la biodiversité » ce lundi 10 janvier au tribunal administratif de Paris.

  • Le projet de piscine radioactive à La Hague vivement contesté (reporterre.net)

    Des représentants d’EDF, de l’État, de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) y ont présenté le projet de piscine aux habitants en leur laissant l’impression que tout était acté, et que la concertation annoncée n’était qu’une façade à peine voilée. […] Derrière le mot « piscine » se cache en fait un chantier énorme d’un coût de 1,5 milliard d’euros pour EDF : dix ans de travaux minimum pour une mise en service prévue en 2034, 6 500 tonnes de combustibles usés à entreposer, un bloc-usine de 200 mètres de long pour 100 mètres de large et 25 mètres de haut, entre 300 et 500 ouvriers sur le site, un trafic routier qui explosera pour les riverains et une dangerosité de la zone encore accrue.

  • Hydrocarbures. La France interpellée sur le projet de Total en Ouganda (humanite.fr)

    La France, qui célébrait, ce samedi 15 janvier, l’accession de Grenoble au titre de Capitale verte de l’Europe, va-t-elle laisser l’un de ses fleurons industriels participer à un méga projet d’oléoduc de pétrole brut en Ouganda ? Ce week-end, plusieurs ONG européennes et africaines ont interpellé le gouvernement sur ce point, dénonçant l’implication de TotalEnergie dans le projet contesté d’EACOP (East Africa crude oil pipeline). Long de 1 445 kilomètres, l’infrastructure devrait s’étendre du lac Mwitanzige, en Ouganda, jusqu’au port de Tanga, en Tanzanie, côté océan Indien. Les militants dénoncent son impact sur l’environnement : non seulement l’infrastructure fossile avance à contre-courant des enjeux climatiques, mais elle devrait traverser 16 aires protégées, argumentent les militants. Ils dénoncent également les exactions commises à l’encontre des populations locales, mises sous pression depuis quatre ans que les perspectives sont sur la table.

Spécial GAFAM et cie

Le site de la semaine

Les autres lectures de la semaine

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Les autres trucs chouettes de la semaine


Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).

4 Responses

  1. Chris Frig

    >La BNF propose un accès à toute la presse en illimité…
    « De battre, mon coeur s’est arrêté »… oO’
    Le temps de cliquer sur le lien menant à cette page de la BNF et de me rendre compte qu’apparemment il ne s’agissait pas d’un ‘accès illimité à toute la presse’ (suite imaginée : en ligne, dont la lecture est désormais quasiment toute réservée aux abonnés ; laissant affamés d’information tous ceux qui n’ont pas les moyens de s’abonner à X médias).
    Sur cette page, donc, le Pass BNF propose un accès illimité aux salles de lecture, aux expositions, etc… à la BNF. C’est à dire à Paris.
    À moins que quelque chose m’ait échappé ?…
    Ou à moins que la BNF cache ailleurs que dans le lieu fourni ce magnifique accès à la presse en illimité.
    La seule possibilité ressemblant un peu à l’annonce alléchante du Khryspresso, ce serait ceci : https://www.bnf.fr/fr/ressources-electroniques-de-presse
    Je suis confuse… Comme un chat à qui on escamote la croquette qu’il s’apprêtait à déguster. ^^
    Bien cordialement, avec tous mes voeux pour cette année… 🙂
    Chris

      • Weg

        J’ai testé. Effectivement, il y a accès à pas mal de truc. L’étape de la création de compte sur pressreader semble être inutile. Le format de lecture de ce dernier site n’est d’ailleurs pas oufissime (un espèce de zoom sur une image de la version papier. On ne peut pas ouvrir chaque article dans un onglet et éventuellement mettre le mode lecture si besoin, pas de rss pour les nouveaux article. Le service n’aurait pas valut son abonnement à lui tout seul, à moins que j’ai loupé des trucs). Par contre pour médiapart, on a accès au site complet, comme sur n’importe quel site. Pas encore trop testé le reste. Reste plus qu’a voir si les articles payant valent mieux que les copier-coller des dépêches de l’afp.

  2. individu1671137

    >La BNF propose un accès à toute la presse en illimité…

    Non, pas toute la presse : seulement ce qui est au catalogue de PressReader
    https://www.pressreader.com/catalog

    Mais il y a en plus Mediapart et Arrêt Sur Image.

    Sinon, des médiathèques locales proposent aussi un accès à la presse. A chacune et chacun de se renseigner chez lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.