Modifier aujourd’hui la structure d’Internet : une mauvaise idée ?

Classé dans : Désinformation, Internet et société | 4

Temps de lecture 5 min

image_pdfimage_print

La guerre en cours met le monde entier face à des décisions cruciales, et il est compréhensible que l’Ukraine appelle à utiliser tous les moyens pour lutter contre son agresseur russe. Cependant, dans cet article que Framalang a traduit pour vous, l’Electronic Frontier Foundation, ardent défenseur des libertés numériques, souligne qu’il y aurait beaucoup d’inconvénients à instrumentaliser Internet en modifiant ses règles de fonctionnement à des fins politico-militaires, comme le demande l’Ukraine.

Article original : Wartime Is a Bad Time To Mess With the Internet

Traduction Framalang : Fabrice, goofy, jums, Mannik, mo, tTh, retrodev,

C’est la guerre, pas le moment de toucher à Internet

par Corynne McSherry et Konstantinos Komaitis

À l’EFF, comme beaucoup, nous sommes horrifiés par l’invasion russe de l’Ukraine. Comme beaucoup aussi, nous ne sommes experts ni en stratégie militaire ni en diplomatie internationale. Nous avons cependant une certaine expertise en matière de libertés sur Internet, c’est pourquoi nous sommes extrêmement préoccupés de voir que des gouvernements, partout dans le monde, font pression sur des entreprises liées à Internet pour modifier sa structure fondamentale.
Manipuler Internet à des fins politiques ou militaires risque fort de se retourner contre nous de multiples façons.

Les plateformes de médias sociaux sont déjà sous forte pression. La Russie exige de plusieurs entreprises, comme Facebook, Google ou Netflix, qu’elles diffusent des contenus commandités par l’État. L’Union européenne, dans un geste sans précédent, a décidé d’interdire dans toute l’UE la diffusion de ces contenus par ces canaux sous contrôle étatique, et l’Ukraine demande à la Commission européenne de faire bien plus encore.

Le gouvernement ukrainien a en effet demandé à l’ICANN 1 de déconnecter la Russie d’Internet, en révoquant ses noms de domaine de premier niveau (Top Level Domains, ou TLD) « .ru », « .рф » et « .su », afin de compliquer l’accès aux sites web et aux e-mails russes partout dans le monde. L’Ukraine a aussi contacté le RIPE, l’un des cinq registres régionaux pour l’Europe, le Moyen-Orient et une partie de l’Asie centrale, pour lui demander de révoquer l’attribution d’adresses IP à la Russie.

Concrètement, certaines de ces demandes sont fondamentalement impossibles à satisfaire : l’ICANN n’a pas de bouton magique pour déconnecter un pays, le RIPE ne peut pas simplement révoquer des adresses IP. Mais ce n’est pas le seul problème : modifier les protocoles des structures fondamentales d’Internet pourrait avoir bon nombre de conséquences dangereuses et durables.

En voici quelques-unes :

Cela priverait les gens d’un très puissant moyen de partager les informations juste au moment où ils en ont le plus besoin

Si Internet peut être utilisé pour diffuser de fausses informations, il permet à chacun et chacune, activistes, militantes des droits humains, journalistes ou citoyens ordinaires, de documenter et de partager les faits en temps réel et, ainsi, de résister à la propagande. En effet, il semblerait que la Russie tente depuis des années de se « débrancher » d’Internet, afin de contrôler entièrement les communications du pays. Les fournisseurs d’accès à Internet ne devraient pas aider le gouvernement russe, ou n’importe quel autre gouvernement, à enfermer les gens dans une bulle informationnelle.

Cela créerait un dangereux précédent

De telles interventions, une fois admises, fourniraient aux États et aux acteurs qu’ils soutiennent de nouveaux outils pour contrôler le débat public. Dès que des processus ou des outils qui permettent de limiter l’expression sont développés ou améliorés, les entreprises peuvent s’attendre à un raz-de-marée de demandes pour les appliquer, ce qui finirait inévitablement par cibler des propos pour lesquels ces outils n’étaient pas initialement conçus et que ces entreprises n’avaient pas initialement l’intention de traiter. Au niveau des plateformes, les États et les acteurs qu’ils soutiennent ont depuis longtemps détourné les outils de signalement en véritables armes qui permettent de réduire les opposants au silence.

Cela pourrait compromettre la sécurité et la vie privée de tout le monde

Toute tentative pour altérer l’infrastructure aura un impact sur la sécurité d’Internet et de ses usagers. Par exemple, la révocation d’adresses IP signifie que des dispositifs tels que le Routing Policy Specification Language (RPSL), que les fournisseurs d’accès internet utilisent pour définir leurs politiques de routage, ou la Resource Public Key Infrastructure (RPKI), qui sert à améliorer la sécurité de l’infrastructure de routage BGP d’Internet, seraient sérieusement compromis. Cela exposerait les usagers à des «  attaques de l’homme du milieu  », compromettrait des activités ordinaires telles que les transactions bancaires, et limiterait la vie privée, car les usagers n’auraient plus d’endroit où se cacher.

Cela saperait la confiance dans le réseau ainsi que dans règles qui le structurent

La confiance est primordiale dans l’auto-organisation et l’interopérabilité des réseaux. C’est elle qui assure la résilience d’une infrastructure de communication globale capable de résister aux pandémies et aux guerres. Cette confiance dépend, à son tour, de processus imparfaits mais minutieux, par lesquels de multiples acteurs développent des politiques, des règles et des mécanismes institutionnels neutres. Court-circuiter ces mécanismes dégraderait irrémédiablement la confiance sur laquelle Internet est fondé.

Nous avons été soulagés de voir que l’ICANN a refusé, tout comme le RIPE, d’obtempérer aux requêtes du gouvernement ukrainien et nous espérons que les autres organisations chargées de l’infrastructure feront de même.
Lors de situations de crises, nous sommes souvent tentés de prendre des décisions auparavant inimaginables. C’est maintenant que nous devons résister à cette tentation et exclure de la négociation toutes ces propositions.

En des temps obscurs, les gens doivent pouvoir aller vers la lumière, rassurer leurs proches, s’informer eux-mêmes et informer les autres, regarder par-dessus les murs de la propagande et de la censure. Internet est un outil crucial pour tout cela : ne jouons pas avec lui.

  1. L’ICANN est une société sans but lucratif qui administre les ressources numériques d’Internet, telles que l’adressage IP et les noms de domaines de premier niveau
Suivre Framalang:

Framalang est le groupe de traduction bénévole et communautaire de Framasoft. Les membres traduisent des articles du monde du Libre à l'intention du public francophone. Pour participer à cette aventure, rejoignez notre liste de diffusion !

4 Responses

  1. Bengo

    Petite coquille ici « Si Internet peut être utilisé pour diffuser des de fausses informations ».
    Il s’agit de l’enchainement « …des de… »
    A corriger par « Si Internet peut être utilisé pour diffuser de fausses informations »

  2. Mathias

    Si la Russie se fait déconnecter, alors je ne peux plus continuer de supprimer en masse les données des FTP russes non-protégés.

    • Bob

      Et c’est quoi l’intérêt de « supprimer en masse les données des FTP russes » ? J’y vois essentiellement du vandalisme de bas étage, de la russophobie décomplexée. Ce n’est pas cela qui va faire fléchir ou tomber le pouvoir russe, ce n’est qu’une meutrissure de plus à un peuple qui lui aussi est victime de ses dirigeants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.