1

Framemo : un tableau pour vos tempêtes de cerveaux !

Lorsque l’on est en réunion, que l’on travaille en groupe, il faut prendre des notes. Pour cela, un Framapad, c’est plutôt pratique. Mais dès que vous voulez organiser ces notes, on en revient au tableau blanc avec les sempiternels papiers jaunes à bouts collants (dont on ne doit pas prononcer le nom)…

Du coup, nous on s’est dit « Ce serait-y pas formidable qu’un logiciel libre permette de simuler le tableau blanc et les papiers, de manière collaborative, comme les pads ? »

Et c’est là que nous avons découvert Scrumblr, de Ali Asaria ; qui a eu la belle idée de créer un logiciel compréhensible instinctivement, en deux clics. La suite, vous la devinez…

Framemo expliqué aux kanbanistes agiles

Oui, le tableau blanc, les colonnes et les papiers repositionnables, cela s’appelle du Kanban. Le passage qui suit est donc à réserver aux personnes qui connaissent déjà la méthode (ou veulent un bref aperçu de ce service). Si vous voulez une illustration explicative, pas de soucis, rendez-vous au titre suivant 😉 !

Framemo vous propose donc :

  • De créer des tableaux kanban en ligne (sans ouverture de compte) ;
  • De les partager via l’URL (adresse web) ;
  • De travailler collaborativement en temps réel ;
  • Le tout en mode cliquer-glisser-déposer ;
  • L’édition, l’ajout et la suppression de colonnes ;
  • L’édition, l’ajout et la suppression de notes (4 couleurs dispos) ;
  • L’ajout ou le retrait de gommettes sur les notes ;
  • L’ajout et l’édition du pseudonyme des participant-e-s ;

Ce service est basé sur le logiciel Scrumblr (participez-y ici), sous licence GNU GPL, et notre tuto pour l’installer sur vos serveurs est sur le Framacloud.

L’initiative Cot-Cot-Commons ouvre un Framemo

Prenons l’exemple (purement fictionnel) de Cot-Cot-Commons, une organisation qui voudrait créer un prototype de poulailler Libre (en plus d’être open source) et auto-géré, dans le jardin partagé de l’immeuble de Sandrine. Cette dernière s’y investit (elle aime réduire ses déchets végétaux) mais voit très vite que les idées fusent en réunion sans être forcément notées pour les personnes n’ayant pas pu venir. Qu’à cela ne tienne, lors de la réunion suivante, elle ouvre un Framemo !

Elle se rend donc sur Framemo.org et décide de créer un tableau sobrement intitulé « CotCotCommons« . Pas besoin de créer un compte, il suffit juste de taper le nom de son tableau et de cliquer sur « Allons-y » !

01-memo-creation

Bon, pour l’instant, il faut avouer que ce n’est pas super entraînant : un tableau tout vide, et quelques boutons « plus » et « moins » ici ou là, de petits points colorés…

02-memo-tableau-vide02

En passant sa souris sur la droite du tableau, Sandrine fait apparaître un petit « plus » qui lui permet d’ajouter des colonnes. Lorsqu’elle clique sur leur titres, elle s’aperçoit qu’elle peut en modifier le nom. Sandrine prépare un tableau kanban assez classique (de toutes façons elle voit bien qu’on peut toujours modifier les noms de colonnes par la suite).

03-memo-colonnes

Notons au passage que Sandrine a vu qu’il suffisait de cliquer sur « Anonyme (vous) » pour entrer son prénom (ou son pseudo). Étant une habituée des pads, elle sait combien c’est pratique et met vite le sien.

Puis elle commence à noter les idées du compte rendu de la séance précédente. Pour créer une note, elle clique sur le « plus » à gauche sous le tableau. Un petit papier apparaît qui ne demande qu’à être édité, puis déplacé d’un geste de la souris…

04-memo-1ere-note

Sandrine n’y tient plus, elle finit juste quelques notes avant que de partager l’adresse web du tableau avec le reste de Cot-Cot-Commons. Elle est facile à retenir c’est le nom du site puis le nom de son tableau : framemo.org/CotCotCommons

05-memo-debut

Très vite, Abdel, le secrétaire de séance, décide de projeter le tableau sur le mur de la salle de réunion. Dans le groupe, plusieurs s’emparent de leurs ordinateurs (dont Naya, restée chez elle à cause d’une jambe cassée, qui participe donc en visio conf) pour réorganiser les notes de Sandrine et y ajouter leurs idées !

C’est d’ailleurs Naya qui découvre qu’on peut glisser et déposer sur chacune des notes les gommettes qui se trouvent en bas à droite. Le groupe décide donc d’un code couleur pour attribuer les tâches à chacun-e. Bien vite, il y a tant de notes qu’il leur faut agrandir le tableau (en le tirant vers le bas d’un simple geste de la souris !)

06-memo-final

 

À vous de tester (et partager) Framemo !

Et voilà : Ali Asaria (et toute l’équipe de Scrumblr) nous propose là un petit service efficace, pratique, facile d’accès… L’idéal pour collaborer aisément sans avoir à apprendre et à s’habituer à un logiciel plus complexe !

Car si le collectif Cot-Cot-Commons est une pure invention, nous sommes certains que Framemo peut être utile à vos associations, syndicats, familles, entreprises, institutions : bref, dans tous les cercles où vous vous organisez en commun.

Et si vous trouvez Framemo trop léger pour vos besoins, nous vous rappelons qu’il existe un outil plus orienté gestion de projets – et donc plus complexe – nommé Framaboard.org utilisant lui aussi la méthode kanban.

Nous sommes ravis de pouvoir vous proposer ce nouveau service, et attendons de voir avec impatience si vous allez vous en emparer, l’utiliser, le partager… et surtout le quitter parce que vous l’aurez finalement adopté sur vos serveurs 😉 !

Pour aller plus loin :




Dégooglisons saison 2 : ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait !

Nous l’avions annoncé l’an passé : Dégooglisons Internet est un projet sur 3 ans. Après une première année qui a dépassé toutes nos espérances, nous avons décidé d’attaquer cet « an 2 de la dégooglisation » en fanfare, en vous proposant 5 nouveaux services (et mises à jour majeures) qui seront présentés sur le Framablog tout au long de la semaine.

Mais nous ne perdons pas de vue l’essentiel : le succès de la première saison et ce que nous allons en faire dans la deuxième, c’est à vous que nous le devons.

GAFAM ne l’avait pas vu venir…

… et nous non plus ! Cette première année de Dégooglisons Internet fut rocambolesque, mais auréolée de succès ! Nous nous sommes lancés avec beaucoup d’ambitions et la crainte de ne pas y arriver, de ne pas être à la hauteur. En prenant un peu de recul sur les douze derniers mois, on peut dire que votre soutien et l’attention portée à ces thématiques furent au rendez-vous.

stevusjobus

Dégooglisons Internet, c’est d’abord tenter de sensibiliser le grand public (nos fameux « Dupuis-Morizeau ») aux enjeux de la centralisation du Web vers des géants privatifs que sont Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft (GAFAM pour les intimes). Outre nos interventions dans la sphère libriste (RMLL, JDLL, Open World Forum, Capitole du Libre, etc.) nous avons pu rencontrer d’autres publics (Geekopolis, Fête de l’Huma, Geek Faeries, les Alternatiba, le festival Résistances, on ne vous met pas les liens, Tonton Roger est votre ami) toujours plus concernés et intéressés par les alternatives proposées.

De grands  médias ont aussi ouvert leur portes et leur antenne à ces thématiques (Canal +, L’Humanité, France Culture, Le Soir, TV5 Monde, France Inter, France 3 Rhône Alpes…)

Grâce à vos partages d’informations et à votre mobilisation, de plus en plus de monde prend conscience des dangers que représentent les GAFAM quand ils raflent nos données et nos vies numériques. Sensibiliser est une première étape, encore faut-il démontrer qu’on peut faire autrement, proposer une alternative respectueuse, simple et fiable.

Douze mois, quinze services

Sortir de la sphère libriste, aller à la rencontre des gens, leur parler et répondre à des attentes et des inquiétudes variées est un énorme travail. Grâce au soutien des bénévoles, nous avons pu le réaliser tout en proposant et modernisant des services Libres, Éthiques, Décentralisés et Solidaires.

Ces douze derniers mois, nous avons mis à jour :

  • Framindmap, pour créer des cartes heuristiques en ligne ;
  • Framapad, avec les pads temporaires et des serveurs plus rapides ;
  • Framadate, le Doodle du libre et notre service le plus utilisé ;
  • Framacalc, le tableur en ligne (et ce malgré moult péripéties sur nos serveurs) ;
  • Framapack, l’installateur de Logiciels Libres pour windows.

village

Et comme nous n’aimons pas nous reposer sur nos acquis, nous avons en plus sorti :

  • Framasphère, le réseau social (apportant ainsi 18 000 nouveaux inscrits sur le réseau mondial Diaspora*) ;
  • Framabin, pour partager des messages et du code de manière chiffrée ;
  • Framalink, un raccourcisseur d’URL qui vous respecte ;
  • Framapic, pour héberger vos images sans que l’on en connaisse la teneur (grâce au chiffrement !) ;
  • Framabee, le (méta-)moteur de recherche qui anonymise vos requêtes Google et autres ;
  • Le git de Framasoft, un espace libre pour collaborer sur du code ;
  • Framagames, parce qu’on aime bien se détendre et jouer de temps en temps ;
  • Framabookin, un moyen simple de proposer votre bibliothèque en ligne (et nous on l’a fait !).

Ce qui porte le nombre de services alternatifs proposés par Framasoft à… quinze, en comptant Framanews et Framabag… Oui, on est comme ça, nous : quinze à la douzaine !

Une semaine Dégooglisons (et encore plus à venir)

La route est longue, mais comme la voie est libre… ce n’est pas le moment de flancher ! Nous avons relevé nos manches pour vous montrer concrètement que nous continuons dans la direction que nous nous sommes fixée, en vous proposant dès aujourd’hui cinq nouveautés qui vont vous être détaillées sur le framablog tout au long de la semaine…

  • Lundi 5 octobre (aujourd’hui) sort Framadrive. Basé sur Owncloud, ce service montre qu’on peut se passer de Dropbox (et Google drive, One drive, etc.) en vous offrant 2 Go d’espace sur nos serveurs pour stocker, synchroniser et partager vos fichiers comme bon vous semble.
  • Mardi 6 octobre, Framapad accueillera la version finale du plug-in MyPads. Vous vouliez organiser vos documents collaboratifs ? Vous vouliez des groupes privés et des pads rien qu’à vous ? C’est possible, et ce grâce au financement participatif qui nous a permis de faire développer cette solution qui manquait cruellement aux utilisateurs.
  • Mercredi 7 octobre, nous vous présenterons Framaboard, l’outil idéal pour organiser vos projets. Imaginez un tableau blanc, avec des colonnes et des post-its. Imaginez maintenant qu’on y ajoute la puissance logicielle, celle de Kanboard, et vous comprendrez que cet outil ravira les associations, PME… et même les familles qui souhaitent organiser, par exemple, un mariage !
  • Jeudi 8 octobre, Framadate vous présente son nouveau lifting ! Avec un code entièrement réécrit (c’est peut-être un détail pour vous, mais pour nous… ) et de nouvelles fonctionnalités inspirées par vos nombreux retours sur le service le plus utilisé chez Framasoft ; le « Doodle » du libre revient plus fort que jamais.
  • Vendredi 9 octobre, nous lancerons Framadrop, un service d’hébergement temporaire de fichiers entièrement chiffré. Vos photos de vacances (ou la vidéo de l’échographie du petit dernier) ne passent pas dans l’email ? En utilisant Framadrop, vous avez l’assurance de pouvoir les faire passer par nos serveurs sans qu’on puisse savoir ni consulter quoi que ce soit.

Carte2015-animation

Et ce n’est pas tout. Tout au long de cette année scolaire, nous continuerons de sortir des services Libres, Éthiques, Décentralisés et Solidaires. Dans nos framacartons, nous avons un service de pétitions en ligne, un autre pour faire des formulaires, une grosse envie de nous attaquer à Skype et consorts, de vous proposer un éditeur de sites web, des moyens de prendre des décisions en ligne ou encore de partager et collaborer sur vos agendas…

L’important c’est d’essaimer

Le seule faiblesse de notre campagne, l’année dernière, c’est de ne pas avoir assez expliqué nos intentions (parce que, pour nous, elles sont évidentes 😉 ). Nous ne voulons pas remplacer Google, ni GAFAM, pour « Framasoftiser Internet ». Bien entendu, nous n’en avons pas les moyens… ni l’envie : devenir une asso avec plus d’employés que de bénévoles, très peu pour nous ! Notre but est simplement de sensibiliser les gens, de démontrer que le Libre offre des solutions et alternatives viables, et qu’un maximum de gens y goûtent.

stallmanoramix

Le troisième point essentiel de notre campagne, c’est d’essaimer. Bien entendu, nos tutoriels sont là pour vous aider et vous inciter à installer ces logiciels sur vos serveurs pour vous, votre famille, votre association, votre entreprise ou administration… Mais on peut aller au-delà.

Nous pensons donc initier dans quelques mois un nouveau projet pour soutenir cette envie d’essaimer, favorisant l’auto-hébergement et la visibilité de cette offre de services libres, en France comme à l’étranger. Bref, cette année encore, la route est longue… mais la voie est Libre !

Le succès de cette campagne est entre vos mains

Ce n’est pas de la démagogie, c’est notre quotidien. On propose des outils, et leur succès ne dépend que de vous. www.degooglisons-internet.org est un outil pour expliquer à votre entourage les dangers de la GAFAM-isation du web et de nos vies numériques. C’est vous qui, en le partageant, en faites un outil utile et utilisé. Les enjeux sont importants : plus il y aura de monde qui se libérera de ces services centralisateurs et privatifs, plus nos données à tou-te-s seront en sécurité.

bourrepifix

Ce travail effectué, nous n’aurions jamais pu le faire sans vous. Depuis début 2015, nous avons lancé un forum des bénévoles, les Framacolibris. Toutes les participations que vous apportez nous enlèvent une pierre du sac à dos pour l’ajouter à ce formidable édifice que nous construisons ensemble. Toute l’équipe de Framasoft tient à remercier, du fond de nos petits cœurs de libristes, ces personnes qui donnent de leur temps et de leur talent pour participer à ce projet qui, sans elles et eux, aurait été impossible.

Et puis n’oublions pas le nerf de la guerre : les sous ! Framasoft vit principalement grâce à vos dons, qui nous permettent de payer les salariés, les serveurs et les frais de déplacements afin que nous poursuivions cette incroyable aventure. Ce mode de financement nous donne aussi une indépendance totale et précieuse. Cette année encore, nous avons besoin de votre soutien, parce que sans lui tout le projet périclitera.

Nous n’y arriverons pas sans vous, mais nous avons le rêve fou d’y arriver ensemble… Vous nous suivez ?