Qui agit pour nos libertés numériques ?

On trouvera de la provocation, de l’ironie et du sarcasme, mais aussi de l’amertume et de la lassitude dans ce billet de Peter Sunde, le cofondateur de The Pirate Bay et, plus récemment, de Flattr. Il estime sans doute qu’il a conquis sa légitimité pour houspiller les manifestants virtuels, les commentateurs tellement malins et les militants par délégation, lui qui a donné de son énergie et mis en jeu sa propre liberté pour la cause qu’il défend : il sort de cinq mois de prison pour avoir facilité la violation de droit d’auteur…
Peu importe au fond s’il nous paraît prendre un peu trop la pose du martyr revenu de tout, il nous adresse ici de vraies questions sur la façon dont nous agissons ou non pour nos libertés numériques.
Certes tout le monde n’a pas le courage de Snowden ou Assange et chacun peut avoir à son modeste niveau son propre engagement. Mais notre soutien financier aux associations militantes actives (comme la Quadrature, l’April, Framasoft et bien d’autres qui sont sur le terrain…), s’il est nécessaire et vital pour mener des combats toujours à reprendre, est-il suffisant ? N’est-ce pas considérer à bon compte que d’autres agiront pour nous, à notre place ?
Voici peut-être ce que suggère ci-dessous Peter Sunde : ne perdons plus d’énergie à débattre avec des imprécateurs en carton-pâte, cessons de prendre des clics pour des actions et des retweets pour des opinions. Et si nous nous sortions plutôt les doigts du clavier ?

« Je suis allé en prison pour avoir défendu ma cause. Et vous, qu’avez-vous fait ? »

Article original publié dans le magazine Wired sous le titre Peter Sunde: I went to jail for my cause. What did you do?
Traduction Framalang : Narcisse, Sphinx, Bussy, goofy, Monsieur Tino, Sphinx, Penguin, smonff

Sunde.pngIl y a certains moments décisifs dans la vie qui vous touchent profondément. Recevoir son diplôme, échanger un premier baiser, écrire son premier livre, publier son premier article scientifique, vivre la mort d’un être cher, accueillir votre premier client dans votre café… Aux yeux des autres, ce ne sont que des petits épisodes sans importance mais pour vous ils ont une importance cruciale et sont comme un tournant dans votre vie.

Aujourd’hui j’ai eu une impression de ce genre, j’ai eu le sentiment que nous avions atteint une certaine masse critique. Une masse critique qui est furieuse contre l’état actuel de l’Internet ou plutôt contre l’état actuel de contrôle de l’Internet et ce que cela signifie pour le monde. Une masse critique qui comprend enfin que nous sommes sur la voie d’une démocratie « en pyramide », qui accorde bien peu de participation à sa base.

Le site « The Pirate Bay » a été fermé[1]. Dans la tête des gens, ça a fait tilt de savoir que demain, ils devraient télécharger leur émission de télévision favorite autre part. En y réfléchissant, ils ont décidé que c’était le début d’une pente glissante. Ils comprennent que ça veut peut-être dire que ce contenu alternatif sera probablement d’accès difficile voire impossible. Que les langoliers[2] nous rattrapent plus vite que nous ne l’imaginions. Que ce que nous faisons, c’est-à-dire centraliser Internet, n’avoir qu’une poignée de services centralisés, appartenant pour la plupart à des entreprises d’un seul et même pays, pays qui ne se soucie pas tellement des frontières lorsqu’il s’agit de ses propres intérêts, n’est pas la meilleure des idées.

Mais un mouvement prend forme, un mouvement en-dehors de tout ça. Et demain, quand vous vous réveillerez, il aura atteint une taille gigantesque, une masse de peut-être un million de personnes, qui verront le groupe « Arrêtez de détruire Internet » ou « Rendez-nous notre Pirate Bay » sur Facebook. Ils cliqueront sur « J’aime » et se sentiront fiers. Ils l’auront finalement fait. Ils auront stoppé la destruction de l’Internet.

Honnêtement, j’ai vraiment l’impression que nous avons atteint un point culminant. C’est l’impression que près de 100 % de la communauté internet pense « oh, ce n’est pas mon problème, quelqu’un d’autre s’en chargera ». Mais ce n’est pas seulement l’actualité autour de The Pirate Bay qui m’a conduit à cette idée. Ça a pris du temps à mûrir. En fait, il ne reste que quelques militants actifs qui font réellement quelque chose. Nos ressources financières sont plus qu’amenuisées, nous vieillissons et nous devenons paresseux. Nous essayons de travailler de façon intelligente tout en continuant à avoir une vie de famille, gérant nos vies avec nos compagnes ou compagnons, nous pensons à nos carrières. La plupart des militants les plus engagés finissent par travailler à plein temps sur les projets dans des organisations comme l’EFF, qui peuvent obtenir un certain financement. La communauté finance ces organisations et c’est ainsi que la communauté a l’impression que si elle le fait, ces chouettes personnes résoudront les problèmes à leur place.

Nous avons stoppé ACTA. Nous avons stoppé SOPA, PIPA. Nous travaillons à stopper le TTIP. Nous sommes présents dans certains parlements. Parce que c’est ainsi que nous travaillons désormais. Internet fait partie de la vie de tous les jours, nous ne pouvons plus jouer aux activistes sauvages et faire comme bon nous semble. Nous devons agir de façon organisée. Nous devons écouter les autres personnes. Il ne s’agit plus du Far West. Alors nous nous rangeons en ordre de bataille. Et nous discutons. En attendant, nos opposants deviennent de plus en plus forts. Ils ont déjà corrompu leurs amis politiciens pour nous rogner les ailes. Nous jouons sur leur propre terrain et nous voulons vraiment obtenir notre dû, nous en avons fait plus que n’importe qui. Dans le même temps, plusieurs accords du type de ACTA/SOPA/PIPA/TTIP sont passés sans que nous en sachions quoi que ce soit. Nous stoppons un accord et trois passent inaperçus. Malgré notre victoire à la Cour suprême européenne, nous devons toujours nous battre contre la rétention des informations. C’est un combat sans fin.

Nous avons nos propres célébrités. Nous avons eu Wikileaks. Nous avons eu Snowden. Nous avons eu Manning. Nous avons eu Aaron Swartz. Certains sont morts, d’autres sont en prison pour toujours. Certains se cachent, craignant pour leur vie. Les révélations de ces personnes, les combats de ces personnes sont des causes importantes. Liberté d’information. Liberté d’opinion. Démocratie. Transparence gouvernementale et droit à une procédure judiciaire régulière. Des éléments que nous prenons pour acquis, qui sont les bases de notre société moderne. Nous en parlons beaucoup. Nous sommes déçus. Nous pleurons, nous crions. Parfois, nous manifestons. Nous avons nos t-shirts. Nous avons nos symboles. Nous avons nos masques, nos conférences et nos débats. Nous attirons quelquefois l’attention. En général, les gens nous apprécient. Nos adversaires sont des bâtards, engraissés, vendus, prostitués. La plupart sont des hommes, riches, vivant aux États-Unis. Ils sont corrompus. Ils sont facilement haïssables. On dirait un vieux film hollywoodien. Le genre de film que ces hommes réalisent pour obtenir l’argent avec lequel ils nous combattent.

Mais même dans ces films, ce sont les gentils qui gagnent à la fin. Et nous savons qui sont les gentils. Nous savons que nous avons nos droits. Nous savons que nous sommes protégés par la loi. Nous comprenons aussi que la loi ne pourra pas grand-chose pour nous protéger si les méchants viennent nous chercher. Le truc, c’est que nous n’avons rien fait de mal donc ça ne nous inquiète pas.

Des journalistes me contactent quotidiennement. La plupart sont intelligents, bien formés et très compétents sur le plan professionnel. Travaillant dans la presse, ils sont protégés. Dans la plupart des pays, la loi leur permet de protéger leurs sources. Ils ont tous lu les documents de Manning. Ils ont lu ce que Snowden a fait fuiter. Ils sont au courant de la surveillance exercée par la NSA. Mais eux aussi, au fond, pensent qu’ils font partie des gentils. Après tout, ce truc là, le PGP, ça tient plus de la prise de tête qu’autre chose. Gmail est si simple à utiliser, ça fonctionne partout. Ils n’ont jamais aucun problème auparavant et ils ne veulent pas finir paranos comme Glenn Greenwald.

On ne m’invite plus à des soirées. Ce n’est pas que je sois ennuyeux — au contraire, je suis plutôt un invité divertissant, avec des histoires dingues à raconter, Je fais mon numéro de clown cintré qui raconte les histoires de fous par lesquelles il est passé. J’ai rencontré la présidente du Brésil, je suis allé en prison avec des tueurs et des trafiquants de drogue. Mais c’est tellement embêtant que je ne sois pas sur Facebook, alors, quand quelqu’un organise une fête, il suppose que quelqu’un d’autre va m’inviter, et tout le monde suppose que quelqu’un d’autre l’a fait. Ils pensent que je suis trop parano parce que je ne suis pas sur Facebook.

Je suis toujours fâché contre certains de mes collègues de travail. Ils sont trop difficile à joindre. La plupart d’entre eux n’ont pas de téléphone portable. Nous devons décider d’une heure et d’un lieu pour avoir une conversation sur un chat chiffré, parce qu’ils ne veulent pas être pistés. S’ils ont un imprévu je ne peux pas le savoir. Quelquefois, j’ai attendu 6 à 7 heures à cause de problèmes de trains/bateaux/voitures. Pour qui ils se prennent à vouloir être aussi anonymes ? Je n’ai pas envie de finir comme eux, ils sont si paranoïaques. Je présume que mon téléphone n’est pas sur écoute, je ne suis pas intéressant. Il ne suffit pas que je connaisse beaucoup de gens qui pourraient être intéressants aux yeux de certains gouvernements pour que ça signifie qu’ils ont un mandat pour m’espionner.

Hier, j’ai lu des tas de commentaires sur un nombre incalculable de fils de discussion portant sur une déclaration où je souhaitais que The Pirate Bay soit fermé pour de bon, pour que quelque chose de nouveau puisse apparaître. Quelque chose de nouveau et frais. C’est fou comme la plupart des commentaires sont incroyablement perspicaces. Ils expliquent à quel point je suis paresseux de ne rien faire au lieu de gueuler que TPB est devenu merdique. Que je devrais ouvrir un nouveau site au lieu d’accepter de laisser fermer TPB. Qu’ils veulent récupérer le colis qu’ils m’ont envoyés pendant que j’étais en prison pour avoir milité. Puisque je suis trop mauvais pour ne pas faire revenir TPB. Je présume que tous ces mecs et leur superbe ortographe[3] (oui, ce sont tous des mecs) sont eux aussi des activistes qui font leur part de boulot pour la communauté libre et open source. Si c’est le cas, alors je dois me tromper en pensant que nous ne sommes que quelques-uns — Il y a apparemment des dizaines de milliers de personnes qui font en réalité un travail important que je devrais apprécier.

Mon impression d’être à un moment crucial n’est peut être qu’un tas de ruminations sur la partie pourrie, naïve et paresseuse de notre chère communauté internet. Et peut-être que j’utilise ces termes uniquement pour faire un peu plus chier le monde. Mais bon. Je suis allé en prison pour avoir défendu ma cause et vos émissions télé. Et vous, qu’avez-vous fait ? Vous voulez qu’on vous renvoie un des 25 exemplaires de 1984 d’Orwell qui m’ont été envoyés quand j’étais en prison ? Je vais en prendre un et vous le ferai parvenir. Peut-être le lirez-vous plutôt que de l’envoyer à quelqu’un d’autre en espérant qu’on le lise à votre place.

fightGAFAM.png

Notes

[1] Bien sûr nous ne serons pas à court de sites miroirs (http://oldpiratebay.org/search.php?q=&=on par exemple) mais ce serait une erreur de se satisfaire d’astuces techniques alors que la question des droits d’auteur demande une action politique.

[2] Allusion à des monstres dans un roman de Stephen King : « des créatures rondes avec seulement une énorme bouche et des dents aiguisées », voyez la page Wikipédia du roman.

[3] La faute est intentionnelle, elle figure dans le texte original.

Crédits

  • photo Peter Sunde : Flickr.com/Share Conference/CC By SA 2.0
  • image : Gégé le Geektionnerd Generator – licence WTFPL-2.0



Framasoft fights everyday back

The Day We Fight Back

Avec La Quadrature, Mozilla et tant d’autres organisations, nous nous associons à l’opération de riposte The Day We Fight Back[1], journée de mobilisation contre la surveillance de masse, également journée hommage à Aaron Swartz[2] et date anniversaire du succès remporté contre SOPA.

Nous n’avons pas prévu d’actions d’éclat particulières aujourd’hui dans la mesure où nous estimons, comme l’April en campagne actuellement, que nous y participons au quotidien, par la défense et la promotion du Libre en général et du logiciel libre en particulier.

Nous agissons pour re-décentraliser le Web[3] en offrant nos libres services en ligne que chacun peut installer sur son propre serveur ou utiliser librement sur notre portail. Ils sont regroupées sous le projet global « Framacloud » : Framapad, Framadate, Framindmap, Framanews, le petit dernier Framabag, etc.
Comme annoncé, nous avons aussi récemment entrepris notre « libération de Google », en commençant par le mail.
Brique après brique, construisons des alternatives à GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon), ces géants du Net parfaitement transparents pour la NSA.

Tous ensemble, faisons en sorte que notre optimiste slogan se concrétise chaque jour davantage : La route est longue mais la voie est libre.

Le jour de la riposte - Simon Gee Giraudot - CC by-sa




Mobilisons-nous le 11 février : The Day We Fight Back, contre la surveillance de masse

Comme nous l’avions annoncé il y a un mois ici, demain c’est la journée d’action The Day We Fight Back.

On peut toujours gloser sur la réelle portée d’un tel événement, mais il a le mérite de mettre le focus sur un sujet fondamental, pas assez relayé par les médias et peu pris à bras le corps par nos politiques. L’occasion justement d’en parler autour de nous et de faire avancer la sensibilisation.

Greenoid - CC by-sa

Le jour de la contre-attaque : un appel à la communauté internationale pour lutter contre la surveillance de masse

The Day We Fight Back: A Call To the International Community to Fight Against Mass Surveillance

Katitza Rodriguez – 27 janvier 2014 – EFF.org
(Traduction : nitot, Asta, amha, piero, GregR, maxauvy)

Les révélations de Snowden ont confirmé nos pires craintes au sujet de l’espionnage en ligne. Elles montrent que la NSA et ses alliés ont construit une infrastructure de surveillance globale pour « contrôler Internet » et espionner les conversations mondiales. Ces groupes de l’ombre ont sapé les normes de chiffrement de base, et criblé la dorsale Internet avec des équipements de surveillance. Ils ont collecté des centaines de millions d’enregistrements téléphoniques de personnes qui n’étaient soupçonnées d’aucun crime. Ils ont écouté les communications électroniques de millions de personnes, chez elles et à l’extérieur, sans distinction aucune, en exploitant les technologies numériques que nous utilisons pour échanger et nous informer. Ils espionnent les populations alliées, et partagent ces informations avec d’autres organisations, au mépris le plus complet des lois.

Nous n’allons pas laisser la NSA et ses alliés détruire Internet. Inspirée par la mémoire d’Aaron Swartz, alimentée par la victoire contre SOPA et ACTA, la communauté numérique tout entière est unie pour retourner au combat.

Le 11 février, le jour de la contre-attaque (NdT : The Day We Fight Back), le monde va exiger la fin de la surveillance de masse dans tous les pays, tous les états, quels que soient les frontières et les régimes politiques. Les manifestations contre SOPA et ACTA ont été un succès car nous avons tous participé en tant que communauté. Comme le disait Aaron Swartz, tout le monde est devenu « le héros de sa propre histoire ». Nous pouvons choisir une date, mais nous avons besoin de tout le monde, de tous les utilisateurs de l’Internet, pour faire de ceci un mouvement.

Voici une partie de notre plan (mais ce n’est que le début). L’an dernier, avant qu’Ed Snowden ne fasse ses révélations au monde, les militants des droits numériques se sont entendus sur 13 Principes. Ces Principes expliquaient clairement en quoi la surveillance généralisée représente une violation des Droits de l’Homme, et donnaient aux législateurs et juges une liste de correctifs qu’ils pouvaient appliquer aux barbouzes de l’Internet. Ce jour de la contre-attaque, nous voulons que le monde adhère à ces principes. Nous voulons que les politiciens s’engagent à les respecter. Nous voulons que le monde voie que nous sommes concernés.

Voici comment vous pouvez rejoindre le mouvement :

1. Nous encourageons les sites web à faire un lien vers le site The Day We Fight Back. Cela permettra à des personnes du monde entier d’apposer leur signature sous nos 13 Principes, en riposte à la surveillance de masse de la NSA, du GCHQ et d’autres agences de renseignement. Si vous pouvez informer vos collègues sur cette campagne et le site avant la fin de la journée, nous pourrons envoyer de l’information à ce sujet dans chaque pays.

2. Dites à vos amis de signer les 13 Principes ! Nous (NdT : EFF) sommes en train de nous organiser pour nous associer à la journée d’action. Nous allons continuer à utiliser ces Principes pour montrer à ceux qui nous gouvernent que le respect de la vie privée est un droit pour chacun et doit être protégé sans tenir compte des frontières.

3. Courriels : Si vous avez besoin d’un prétexte pour en parler à vos collègues ou à vos proches à ce sujet, le 11 février est pile le bon moment pour leur dire de contacter les politiques locaux sur des sujets comme l’espionnage via Internet. Il faut les encourager à agir et à comprendre l’importance du combat contre la surveillance de masse.

4. Réseaux sociaux : touittez ! Postez sur Facebook et Google Plus ! Nous voulons faire autant de bruit que possible. Nous voulons vraiment une campagne à l’échelle du globe, où tous les pays sont impliqués. Plus nous serons nombreux à signer les Principes, plus ceux qui nous gouvernent entendront nos exigences visant à arrêter l’espionnage de masse chez nous et dans d’autres pays.

5. Outils : développez des mèmes, des outils, des sites web et tout ce que vous pouvez pour encourager d’autres personnes à participer.

6. Soyez créatifs (NdT : exemple) : préparez vos propres actions et vos propres engagements. Descendez dans la rue. Faites la promotion des Principes dans votre pays. Ensuite, dites-nous ce que vous comptez faire, de façon à ce qu’on fasse un lien vers vos efforts et qu’on leur donne de la visibilité.

Ce serait génial si vous participiez de ces six façons (ou plus encore !) mais franchement, tout ce que vous pourrez faire aidera le mouvement.

Les espions d’Internet ont passé trop de temps à écouter nos pensées et peurs les plus privées. Il est maintenant temps qu’ils nous entendent vraiment à leur tour. Si vous partagez notre colère, partagez aussi nos principes et contre-attaquez.

Crédit photo : Greenoid (Creative Commons By-SA)




La NSA vous souhaite une bonne année 2041

La référence au célèbre roman d’Orwell 1984 a déjà beaucoup servi, on a pu en abuser pour alarmer inutilement et inversement pour rassurer de façon un peu rapide[1], tout comme on a tendance à voir partout des situations kafkaïennes, surréalistes ou ubuesques.

Pourtant lorsque ce sont des lanceurs d’alerte qui aujourd’hui font clairement appel à la dystopie d’Orwell, on est contraint de se poser sérieusement la question de la dérive totalitaire d’une société de surveillance de masse dont semaine après semaine ils dévoilent l’impressionnante étendue.

Voici par exemple un extrait des vœux d’Edward Snowden (à voir sur dailymotion) :

L’écrivain britannique Georges Orwell nous a avertis des dangers de ce type de surveillance. Mais les moyens de surveillance décrits dans son livre : les micros, les caméras, la télé qui nous espionnent, ne sont rien à côté des moyens disponibles aujourd’hui.

Le journaliste Glenn Greenwald, intervenant récemment au 30e Chaos Communication Congress et qui a contribué activement à la diffusion des révélations d’Edward Snowden, nous livre ci-dessous une analyse assez alarmante et optimiste tout à la fois de ce qu’il appelle l’état de la surveillance, qui est aussi en l’occurrence la surveillance de l’état…

Pas de nouvelles révélations ici mais une réflexion sur la conscience de l’enjeu chez les lanceurs d’alerte devenus pour beaucoup des héros de la défense de nos libertés numériques, des considérations décapantes sur la servilité des médias à l’égard de la parole institutionnelle, la nécessité d’adopter un solide chiffrement, et l’urgence de l’action nécessaire également pour tous ceux qui sont en capacité de brider les appétits de nos surveillants.

La conclusion assez glaçante est selon lui que la compulsion à la surveillance qui anime la NSA et les autres services de renseignement vise en réalité la disparition totale de toute vie privée.

Est-ce une vision paranoïaque ? À vous d’en juger. Gardons en tête toutefois que ce sont les mêmes personnes qui nous traitaient de paranoïaques il y a dix ans qui nous disent aujourd’hui : « bah, tout le monde le savait que nous étions espionnés, je ne vois pas ce que ça change », « moi je n’ai rien à cacher, etc. »

Le courage de Snowden, de Poitras, de Greenwald, d’Assange et de quelques autres activistes déterminés, dont on veut croire qu’ils sont de plus en plus nombreux, nous donne l’exemple d’une lutte active pour nos libertés à laquelle chacun à sa manière peut et doit contribuer.

Traduction Framasoft des extraits essentiels de la conférence : sinma, goofy, Bruno, KoS, Asta, Pol, + anonymes

* * * * *

Présentateur : …ces applaudissements étaient pour vous, Glenn ! bienvenue au 30ème Chaos Communication Congress à Hambourg. À vous de jouer.

Glenn Greenwald : Merci, merci beaucoup.

Merci à tous pour cet accueil chaleureux, et merci également aux organisateurs de ce congrès pour m’avoir invité à prendre la parole. Ma réaction, quand j’ai appris qu’on me demandait de faire le discours inaugural de cette conférence, a été la même que celle que vous auriez peut-être eue à ma place, c’est-à-dire : « hein, quoi ? »

La raison en est que mes compétences cryptographiques et de hacker ne sont pas, c’est le moins que l’on puisse dire, reconnues mondialement. Vous le savez, on a déjà raconté plusieurs fois comment la couverture de la plus importante histoire de sécurité nationale de la dernière décennie a failli me filer entre les doigts, parce que je trouvais l’installation de PGP d’une difficulté et d’un ennui insurmontables.

Il existe une autre anecdote, très semblable, qui illustre le même problème, et qui je pense n’a pas encore été racontée, la voici : avant de me rendre à Hong Kong, j’ai passé de nombreuses heures avec Laura Poitras et Edward Snowden, à essayer de me mettre à niveau très vite sur les technologies basiques de sécurité qui m’étaient nécessaires pour rendre compte de cette histoire. Ils ont essayé de me guider dans l’usage de toutes sortes d’applications, pour finalement arriver à la conclusion que la seule que je pouvais maîtriser, du moins à l’époque et à ce moment-là, était TrueCrypt.

Ils m’ont appris les rudiments de TrueCrypt, et quand je suis arrivé à Hong Kong, avant d’aller dormir, j’ai voulu jouer un peu avec. J’ai appris par moi-même quelques fonctionnalités qu’ils ne m’avaient pas indiquées et j’ai vraiment gagné en confiance. Le troisième ou quatrième jour, je suis allé les rencontrer tous les deux, tout gonflé de fierté. Je leur ai montré toutes les choses nouvelles que j’avais appris à faire tout seul avec TrueCrypt et je me voyais déjà le Grand Gourou de la crypto. J’avais atteint un niveau vraiment avancé. Je les ai regardés tous les deux sans déceler la moindre admiration à mon égard. En fait, ce que j’ai vu, c’est qu’ils faisaient de gros efforts pour ne pas se regarder l’un l’autre avec les yeux qui leur sortaient de la tête.

Glenn Greenwald journaliste et activiste

Glenn Greenwald, photo par gage skidmore (CC BY-SA 2.0)


l’un des résultats les plus importants de ces six derniers mois… c’est le nombre croissant de personnes qui mesurent l’importance de la protection de la sécurité de leurs communications.

Je leur ai demandé : « Pourquoi réagissez-vous ainsi ? Ce n’était pas un exploit de réussir ça ? ». Il y a eu un grand blanc. Aucun ne voulait me répondre, puis finalement Snowden a rompu le silence : « TrueCrypt est un truc que peut maîtriser votre petit frère, rien de bien impressionnant. »

Je me souviens avoir été très déconfit, et me suis remis au travail. Bon, c’était il y a six mois. Entre-temps, les technologies de sécurité et de confidentialité sont devenues d’une importance primordiale dans tout ce que j’ai pu entreprendre. J’ai véritablement acquis des masses considérables de connaissances, à la fois sur leur importance et sur la façon dont elles fonctionnent. Je suis d’ailleurs loin d’être le seul. je pense que l’un des résultats les plus importants de ces six derniers mois, mais dont on a très peu débattu, c’est le nombre croissant de personnes qui mesurent l’importance de la protection de la sécurité de leurs communications.

Si vous regardez ma boîte mail depuis le mois de juillet, on y trouvait peut-être seulement 3 à 5 % des messages reçus chiffrés avec PGP. Ce pourcentage est passé à présent nettement au dessus des 50 %, voire plus. Quand nous avons débattu de la façon de monter notre nouvelle entreprise de presse, nous avons à peine passé quelques instants sur la question. Il était tout simplement implicite que nous allions tous faire usage des moyens de chiffrement les plus sophistiqués disponibles pour communiquer entre nous.

Et ce qui est à mon avis encore plus encourageant, c’est que toutes les fois où je suis contacté par des journalistes ou des activistes, ou quelqu’un qui travaille dans ce domaine, soit ils utilisent le chiffrement, soit ils sont gênés et honteux de ne pas savoir le faire, et dans ce cas s’excusent de leur méconnaissance et souhaitent apprendre à s’en servir bientôt.

C’est un changement radical vraiment remarquable, car même au cours de l’année dernière, toutes les fois où j’ai eu à discuter avec des journalistes spécialisés sur le sujet de la sécurité nationale dans le monde qui travaillaient sur quelques-unes des données les plus sensibles pratiquement aucun d’entre eux ne savait ce qu’était PGP ni OTR, ni n’avait connaissance des meilleures technologies qui permettent le renforcement de la confidentialité, et ne parlons même pas de savoir les utiliser. C’est vraiment encourageant de voir ces technologies se propager de façon généralisée.

Le gouvernement des États-Unis et ses alliés ne vont sûrement pas volontairement restreindre leur propre pouvoir de surveillance de manière significative.

Je pense que cela souligne un point extrêmement important, un de ceux qui me rend très optimiste. On me demande souvent si je pense que tout ce que nous avons appris au cours des six derniers mois, les déclarations et les débats qui ont été soulevés vont finalement changer quoi que ce soit et imposer une limite quelconque à l’état de la surveillance par les États-Unis.

Typiquement, quand les gens pensent que la réponse à cette question est oui, la chose qu’ils répètent le plus communément et qui est sans doute la moins significative, c’est qu’il se produira une sorte de débat, et que nos représentants, dans un régime démocratique, seront en mesure d’apporter des réponses à nos interrogations, et qu’ainsi ils vont imposer des limites en réformant la législation.

Rien de tout cela ne va probablement arriver. Le gouvernement des États-Unis et ses alliés ne vont sûrement pas volontairement restreindre leur propre pouvoir de surveillance de manière significative. En fait, la tactique du gouvernement états-unien que nous voyons sans cesse à l’œuvre, et que nous avons toujours constatée, consiste à faire exactement l’inverse : lorsque ces gens sont pris sur la main dans le sac et que cela jette le discrédit sur eux en provoquant scandales et polémiques, ils sont très habiles pour faire semblant de se réformer par eux-mêmes avec des gestes symboliques. Mais dans le même temps, ils ne font qu’apaiser la colère des citoyens et souvent augmenter leurs propre pouvoirs, qui pourtant sont à l’origine du scandale.

On l’a vu au milieu des années 70, quand on s’est sérieusement inquiété aux États-Unis, au moins autant qu’aujourd’hui, des capacités de surveillance et d’abus du gouvernement. La réaction du gouvernement a été de déclarer : « d’accord, nous allons nous engager dans toutes ces réformes, qui vont imposer des garde-fous à ces pouvoirs. Nous allons créer un tribunal spécial que le gouvernement devra saisir pour en avoir la permission avant de cibler les gens à surveiller. »

Cela sonnait bien, mais ils ont créé le tribunal de la façon la plus tordue possible. C’est un tribunal secret, devant lequel seul le gouvernement comparaît, où seuls les juges les plus pro-sécurité nationale sont nommés. Donc, ce tribunal donnait l’apparence d’une supervision quand, en réalité, c’était la chambre d’enregistrement la plus grotesque de tout le monde occidental. Il ne s’opposait quasiment jamais à quoi que ce soit. Ça créait simplement l’illusion qu’il existait un contrôle judiciaire.

Ils ont aussi prétendu qu’ils allaient créer des commissions au Congrès. Des commissions « de surveillance » qui auraient pour principal objectif de superviser les commissions sur le renseignement pour s’assurer qu’elles n’abusaient pas de leurs pouvoirs. Ce qu’ils ont fait en réalité c’est nommer immédiatement à la tête de ces commissions « de surveillance » les plus serviles des loyalistes.

Voilà des décennies que cela dure, et aujourd’hui nous avons deux membres les plus serviles et pro-NSA du Congrès à la tête de ces comités, qui sont là en réalité pour soutenir et justifier tout et n’importe quoi de la part de la NSA plutôt que de s’engager dans un véritable contrôle. Donc, encore une fois, tout est fait pour embellir le processus sans entamer de véritable réforme.

Ce processus est maintenant en train de se reproduire. Vous voyez le Président nommer une poignée de ses plus proches partisans dans ce « comité indépendant de la Maison Blanche » qui fait semblant de publier un rapport très équilibré et critique sur la surveillance étatique, mais en réalité, propose toute une gamme de mesures qui, au mieux, aboutiraient tout simplement à rendre ces programmes un peu plus acceptables aux yeux du public, et dans de nombreux cas, accroîtraient encore les capacités de la surveillance étatique, plutôt que de la brider de manière significative.

Alors pour savoir si nous aurons ou non des réformes significatives, il ne faut pas compter sur le processus classique de la responsabilité démocratique que nous avons tous appris à respecter. Il faut chercher ailleurs. Il est possible que des tribunaux imposeront des restrictions significatives en jugeant les programmes de surveillance contraires à la constitution.

Il est beaucoup plus probable que d’autres pays dans le monde qui sont vraiment indignés par les violations de la sécurité de leur vie privée sauront s’unir et créer des alternatives, soit en termes d’infrastructures, soit en termes juridiques pour empêcher les États-Unis d’exercer leur hégémonie sur Internet ou faire en sorte que le prix en soit beaucoup trop élevé. Je pense, c’est encore plus prometteur, que les grandes sociétés privées, les entreprises de l’Internet et bien d’autres commenceront enfin à payer le prix de leur collaboration avec ce régime d’espionnage.

…savoir si oui ou non Internet sera réellement cet outil de libération et de démocratisation ou s’il deviendra le pire outil de l’oppression humaine de toute l’histoire de l’humanité.

Nous avons déjà vu comment cela se passe quand leurs actions sont exposées au grand jour ; c’est alors qu’ils sont obligés de rendre des comptes pour tout ce qu’ils font, et ils prennent conscience que leurs intérêts économiques sont mis en péril par le système d’espionnage. Ils utilisent leur puissance inégalée pour exiger qu’il soit freiné. Je pense que tous ces éléments pourront vraisemblablement imposer de sérieuses limites à la surveillance d’état.

Mais en fin de compte je pense que les plus grands espoirs résident dans les personnes qui sont dans cette salle de conférence et dans les compétences que vous tous possédez. Les technologies de protection de la vie privée qui ont déjà été développées, telles que le navigateur Tor, PGP, OTR et toute une série d’autres applications, constituent autant de réels progrès pour empêcher le gouvernement des USA et ses alliés de faire intrusion dans le sanctuaire de nos communications privées.

Aucune de ces technologies n’est parfaite. Aucune n’est invulnérable, mais elles représentent toutes un sérieux obstacle aux capacités du gouvernement des États-Unis à s’attaquer toujours davantage à notre vie privée. Et en fin de compte, le combat pour la liberté d’Internet, la question qui va se jouer je pense, principalement, sur le terrain de guerre technologique, est de savoir si oui ou non Internet sera réellement cet outil de libération et de démocratisation ou s’il deviendra le pire outil de l’oppression humaine de toute l’histoire de l’humanité.

La NSA et le gouvernement américain le savent certainement. C’est pourquoi Keith Alexander enfile son petit déguisement, ses jeans de papa, son tee-shirt noir de rebelle et va aux conférences de hackers.

Et c’est pour cela que les entreprises de la Silicon Valley, comme Palantir Technologies, déploient tant d’efforts à se dépeindre comme des rebelles luttant pour les libertés civiles, alors qu’elles passent la plupart de leur temps à travailler main dans la main avec les agences de renseignement et la CIA pour accroître leurs capacités. Elles cherchent en effet à attirer les jeunes cerveaux de leur côté, du côté de la destruction de la vie privée et de la mise d’Internet au service des organisations les plus puissantes du monde.

Quelle sera l’issue de ce conflit, que deviendra Internet ? Nous ne pouvons pas encore répondre de façon définitive à ces questions. Cela dépend beaucoup de ce que nous, en tant qu’êtres humains, pourrons faire. L’une des questions les plus urgentes est de savoir si les personnes comme celles qui sont dans cette pièce — les personnes qui ont les pouvoirs que vous avez maintenant et aurez à l’avenir — succomberont à la tentation et travailleront pour les entités qui tentent de détruire la vie privée dans le monde, ou si vous mettrez vos talents, vos compétences et vos ressources au service de la défense du genre humain contre ces intrusions et continuerez à créer des technologies destinées à protéger notre vie privée. Je suis très optimiste car ce pouvoir est vraiment entre vos mains.

Je veux aborder une autre de mes raisons d’être optimiste : la coalition de ceux qui militent pour la défense de la vie privée est beaucoup plus solide et plus dynamique. Elle est à mon avis beaucoup plus grande et plus forte que beaucoup d’entre nous, même ceux qui en font partie, ne l’estiment ou n’en ont conscience. Plus encore, elle est en croissance rapide. Et je pense que cette croissance est inexorable.

Laura Poitras journaliste et activiste de la fondation pour la presse libre

Laura Poitras, image de Kris Krug via Wikimedia (CC-BY-SA)

Je suis conscient, en ce qui me concerne, que tout ce que j’ai pu faire sur tout ce dossier au cours des six derniers mois, toutes les tribunes qu’on m’a offertes, comme ce discours et les honneurs que j’ai reçus, et les éloges que j’ai reçus, je dois le partager entièrement avec deux personnes qui ont été d’une importance capitale pour tout ce que j’ai fait. L’une d’elles est ma collaboratrice incroyablement courageuse et extrêmement brillante, Laura Poitras.

Vous savez, Laura n’attire pas énormément l’attention, elle aime qu’il en soit ainsi, mais elle mérite vraiment la plus grande reconnaissance, les plus grands honneurs et les récompenses parce que même si ça sonne cliché, c’est vraiment l’occasion de le dire : sans elle, rien de tout cela n’aurait été possible.

Nous avons pris la parole pratiquement tous les jours, au cours des six derniers mois. Nous avons pris presque toutes les décisions, en tout cas toutes celles qui étaient les plus importantes, en partenariat complet et de façon collaborative. Être capable de travailler avec quelqu’un qui a ce niveau élevé de compréhension de la sécurité sur Internet, sur les stratégies de protection de la vie privée, a été complètement indispensable à la réussite de ce que nous avons pu réaliser.

Et puis, la deuxième personne qui a été tout à fait indispensable et mérite les plus grands éloges, et de partager les plus hautes récompenses, c’est mon héros toutes catégories, Edward Snowden.

Il est vraiment difficile de trouver des mots pour dire à quel point son choix a eu de l’impact sur moi, sur Laura, sur les personnes avec qui nous avons travaillé directement ou indirectement, et encore sur des millions et des millions de personnes à travers le monde. Le courage dont il a fait preuve et les actions qu’il a menées selon des principes dictés par sa conscience vont me façonner et m’inspirer pour le reste de ma vie, et vont inspirer et convaincre des millions et des millions de personnes de prendre toutes sortes d’initiatives qu’elles n’auraient pas prises si elles n’avaient pas vu quel bien un seul individu peut faire au monde entier.

Photo par PM Cheung (CC BY 2.0)

Mais je pense que le plus important est de comprendre, et pour moi, c’est le point décisif, qu’aucun d’entre nous, nous trois, n’a fait ce que nous avons fait à partir de rien. Nous avons tous été inspirés par des gens qui ont fait des choses semblables dans le passé. Je suis absolument certain que Edward Snowden a été inspiré de toutes sortes de façons par l’héroïsme et l’abnégation de Chelsea Manning.

Je suis persuadé que, d’une façon ou d’une autre, elle a été inspirée par toute la cohorte des lanceurs d’alertes et par qui possèdent cette même conscience et l’ont précédée, en dénonçant les niveaux extrêmes de corruption, les méfaits et les illégalités commises par les institutions les plus puissantes de ce monde. Ils ont été inspirés à leur tour, je suis sûr, par l’un de mes plus grands héros politiques, Daniel Ellsberg, qui a fait la même chose quarante ans plus tôt.

Mais au-delà de tout cela, je pense qu’il est réellement important de prendre conscience de ceci : tout ce qu’il nous a été permis de faire tout au long de ces six derniers mois, et je pense, tous ces types de fuites significatives et révélations de documents classés secret défense à l’ère du numérique, à la fois dans le passé et le futur, tout cela nous incite à la plus grande des reconnaissances pour l’organisation qui a donné la première l’exemple à suivre, il s’agit de WikiLeaks.

(…)

Edward Snowden a été sauvé, lorsqu’il était à Hong Kong, du risque d’arrestation et d’emprisonnement aux États-unis pour les trente prochaines années, non par le seul fait de WikiLeaks, mais aussi par une femme d’un courage et d’un héroïsme extraordinaires, Sarah Harrison.

Il existe un vaste réseau de personnes à travers le monde, qui croient en cette cause, et ne se contentent pas d’y croire, mais aussi sont de plus en plus nombreux à vouloir lui vouer leur énergie, leurs ressources, leur temps, et à se sacrifier pour elle. Il y a une raison décisive, et cela m’est apparu au cours d’une conversation téléphonique avec Laura, il y a probablement deux mois. (…) Elle a énuméré une liste de gens qui se sont dévoués personnellement à la transparence et au prix qu’ils ont eu à payer. Elle a dit qu’Edward Snowden était coincé en Russie, sinon il devrait faire face à 30 années de prison, Chelsea Manning est en prison, Aaron Swartz s’est suicidé. D’autres comme Jeremy Hammond et Barrett Brown font l’objet de poursuites judiciaires tellement excessives qu’elles en sont grotesques au nom d’actions de transparence pour lesquelles ils se sont engagés. Même des gens comme Jim Risen, qui appartient à une institution comme le New York Times, doivent affronter le risque d’un emprisonnement pour les informations qu’ils ont publiées.

D’innombrables juristes nous ont informés, Laura et moi, que nous ne serions pas en sécurité en voyageant, même pour retourner dans notre propre pays, et elle a dit : « voilà bien un symptôme de la maladie qui affecte notre avenir politique, quand on voit que pour avoir mis en lumière ce que fait le gouvernement et avoir fait le travail que ni les médias ni le Congrès ne font, le prix à payer est une forme extrême de punition. »

(…)

Les États-Unis savent que leur seul espoir pour continuer à maintenir le régime du secret, derrière lequel ils s’abritent pour mener des actions radicales et illégales, consiste à intimider, dissuader et menacer les lanceurs d’alerte potentiels et les militants pour la transparence. Il s’agit de les empêcher de se lever pour faire ce qu’ils font, en leur montrant qu’ils seraient soumis aux plus extrêmes châtiments et que personne ne peut rien y faire.

C’est une tactique efficace. Elle fonctionne pour certains, non pas parce qu’ils sont lâches mais parce qu’ils font un calcul rationnel. (…) Il y a donc des activistes qui en concluent rationnellement que le prix à payer pour leur engagement dans ce combat est pour eux trop élevé. Et c’est pourquoi les gouvernements peuvent continuer. Mais le paradoxe c’est qu’il existe un grand nombre de personnes, elle sont même je crois plus nombreuses, qui réagissent de façon totalement inverse.

les États-Unis et leurs plus proches alliés sèment malgré eux les germes de l’opposition, et nourrissent eux-mêmes la flamme de l’activisme à cause de leur propre comportement abusif.

Quand ils voient que les gouvernements britannique et états-unien révèlent leur véritable visage, en montrant à quel point ils sont déterminés à abuser de leurs pouvoirs, ils ne sont pas effrayés ni dissuadés, leur courage en est même au contraire renforcé. En voici la raison : quand vous voyez que ces gouvernements sont réellement capables d’un tel niveau d’abus de pouvoir, vous prenez conscience que vous ne pouvez plus en toute conscience rester là sans rien faire. Il devient pour vous encore plus impératif de mettre en pleine lumière ce que font les gouvernements, et si vous écoutez tous ces lanceurs d’alerte ou activistes, ils vous diront la même chose.

Il a fallu un long processus pour prendre conscience que les actions qu’ils entreprenaient étaient justifiées, mais en définitive ce sont les actions de ces gouvernements qui les ont convaincus. C’est d’une ironie savoureuse, et je pense que ça peut rendre vraiment optimiste, de savoir que les États-Unis et leurs plus proches alliés sèment malgré eux les germes de l’opposition, et nourrissent eux-mêmes la flamme de l’activisme à cause de leur propre comportement abusif.

Maintenant, à propos de tentatives d’intimidation et de dissuasion, et autres manœuvres, je voudrais simplement passer quelques minutes à parler de l’attitude actuelle du gouvernement des États-Unis envers Edward Snowden. Il est devenu très clair, à ce stade, que le gouvernement des États-Unis, du plus haut niveau jusqu’au plus bas, est totalement déterminé à poursuivre un seul résultat. Ce résultat est qu’Edward Snowden finisse par passer plusieurs décennies, sinon le reste de sa vie, dans une petite cage, probablement coupée, en termes de communication, du reste du monde.

Et la raison pour laquelle ils ont cette intention n’est pas difficile à comprendre. Ce n’est pas parce qu’ils sont furieux, ou parce que la société doit être protégée d’Edward Snowden, ou pour l’empêcher de recommencer. Je crois qu’on peut parier à coup sûr que le niveau de sécurité d’Edward Snowden est révoqué de façon plus ou moins permanente.

La raison pour laquelle ils sont tellement résolus c’est qu’ils ne peuvent pas laisser Edward Snowden mener la moindre vie décente et libre parce qu’ils sont tétanisés à l’idée que cela va inciter d’autres personnes à suivre son exemple, et à ne plus vouloir garder le secret qui les lie et qui ne sert à rien d’autre que dissimuler leur conduite illégale et dommageable à ceux qui en sont les plus victimes.

Et ce que je trouve le plus étonnant à ce sujet n’est pas que le gouvernement des États-Unis soit en train de faire ça, car ils le font. C’est ce qu’ils sont. Ce que je trouve étonnant, c’est qu’il y ait de si nombreux gouvernements à travers le monde, y compris ceux qui sont en mesure de protéger les droits de l’homme, et qui ont été les plus grands bénéficiaires des révélations héroïques de Snowden, qui sont pourtant prêts à rester là à regarder ses droits individuels être foulés aux pieds, à le laisser emprisonner pour avoir commis le crime de dévoiler aux gens du monde entier ce qu’on fait de leur vie privée.

C’était vraiment surprenant d’observer les gouvernements, y compris certains des plus grands en Europe, et leurs dirigeants, exprimer en public une intense indignation parce que la vie privée de leurs citoyens est systématiquement violée, et une véritable indignation quand ils apprennent que leur propre vie privée a également été pris pour cible[2].

Pourtant, dans le même temps, la personne qui s’est sacrifiée pour défendre leurs droits fondamentaux, leur droit à la vie privée, voit maintenant ses propres droits visés et menacés en rétorsion. Et je me rends compte que pour un pays comme l’Allemagne ou la France, ou le Brésil, ou tout autre pays dans le monde, défier les diktats des États-Unis, ça coûte relativement cher. Mais le prix à payer était bien plus élevé pour Edward Snowden quand il a choisi de se manifester et de faire ce qu’il a fait pour la défense de vos droits, et pourtant il l’a fait malgré tout.

Je pense qu’il est réellement important de prendre conscience que les pays ont les obligations légales et internationales, en vertu des traités qu’ils ont signés, qui leur rend difficile de défendre Edward Snowden des poursuites judiciaires, de l’empêcher d’être en cage pour le restant de ses jours, pour avoir fait la lumière sur les atteintes systématiques à la vie privée, et d’autres formes d’abus relatifs au secret. Mais ces pays ont également les obligations morales et éthiques en tant que bénéficiaires de ses actions, de ce qu’il a fait pour eux, et cela consiste à protéger ses droits en retour.

Je veux prendre une petite minute pour parler de l’un de mes thèmes favoris, le journalisme. Quand j’étais à Hong Kong, avec Laura et Edward Snowden, et que j’ai eu pas mal à réfléchir à ce sujet pour l’écriture d’un livre sur les évènements des derniers mois, une des choses dont j’ai pris conscience avec le recul et aussi en discutant avec Laura, était que nous avions passé au moins autant de temps à aborder des questions de journalisme et de presse libre que la question de la surveillance. Car nous savions que ce que nous étions en train de faire déclencherait autant de débats sur le rôle propre du journaliste vis-à-vis de l’état et d’autres puissantes institutions qu’il y en aurait sur l’importance de la liberté et de la vie privée sur Internet et les menaces de la surveillance d’état.

Nous savions, en particulier, que nos plus formidables adversaires n’allaient pas être seulement les agences de renseignements sur lesquelles nous enquêtions, et dont nous tentions de révéler les pratiques, mais aussi leurs plus loyaux et dévoués serviteurs, j’ai nommé : les médias américains et britanniques.

(…)

Une des choses les plus remarquables qui me soit arrivées est l’interview que j’ai livrée, il y a environ trois semaines sur la BBC, c’était pendant ce programme appelé Hard Talk, et personnellement, à un moment donné, j’ai pensé (…) que les officiels de la sécurité nationale mentaient de façon routinière à la population dans le but de protéger leur pouvoir et de faire avancer leur agenda, et que le but et devoir d’un journaliste est d’être le contradicteur de ces gens de pouvoir, que les déclarations que mon intervieweur énonçait — pour dire à quel point ces programmes gouvernementaux sont essentiels pour empêcher les terroristes de nuire — ne devraient pas être crues à moins qu’il ne produise une preuve tangible de leur véracité.

Lorsque j’ai dit ceal il m’a interrompu (désolé, j’imite mal l’accent britannique, alors vous allez devoir l’imaginer) et a dit : « Je dois vous interrompre, vous venez de dire quelque chose d’étonnant ! » Il était comme un prêtre victorien scandalisé en voyant une femme soulever sa jupe au dessus de ses chevilles.

Il a dit : « J’ai peine à croire que vous suggériez que des hauts fonctionnaires, des généraux des États-Unis et du gouvernement britannique, font en réalité de fausses déclarations au public ! Comment vous est-il possible de dire cela ? »

Et ceci n’est pas aberrant. C’est vraiment le point de vue des grands noms des médias états-uniens et britanniques, particulièrement lorsque des gens avec des tas de médailles épinglées sur la poitrine, qu’on appelle des généraux, mais aussi des officiels hauts placés du gouvernement, font des déclarations, et que leurs affirmations sont à priori traitées comme vraies sans la moindre preuve, et qu’il est presque indécent de les remettre en question, ou de s’interroger sur leur véracité.

Évidemment, nous avons connu la guerre en Irak, sur laquelle deux gouvernements très moraux ont particulièrement et délibérément menti à plusieurs reprises à leur peuple, pendant deux années entières, pour justifier une guerre d’agression qui a détruit un pays de 26 millions de personnes.

Mais nous l’avons vu aussi en permanence au cours des six derniers mois. Le tout premier document qu’Edward Snowden m’a montré contenait une information dont il m’a expliqué qu’elle révélerait le mensonge incontestable d’un responsable du renseignement national senior du président Obama, le directeur du renseignement national, James Clapper. C’est le document qui a révélé que l’administration Obama a réussi à convaincre un tribunal secret d’obliger les compagnies de téléphone à communiquer à la NSA chaque enregistrement de conversation téléphonique, de chaque appel téléphonique unique, local et international, de chaque Américain.

Et pourtant ce fonctionnaire de la sécurité nationale, James Clapper, devant le Sénat, quelques mois plus tôt, auquel on a demandé : « Est-ce que la NSA recueille des données complètes sur les communications des Américains ? » a répondu : «Non, monsieur » mais nous savons tous maintenant que c’était un parfait mensonge.

La NSA et les hauts responsables du gouvernement américain ont raconté bien d’autres mensonges. Et par « mensonge » je veux dire qu’ils ont menti sciemment, en racontant des choses qu’ils savaient pourtant être fausses pour convaincre les gens de ce qu’ils voulaient leur faire croire. Keith Alexander, le chef de la NSA, a déclaré à maintes reprises qu’ils étaient incapables de rendre compte du nombre exact d’appels et de courriels interceptés sur le système de télécommunications américain, alors même que le programme que nous avons fini par révéler, Boundless Informant, dénombre avec une précision mathématique exactement les données qu’il a dit être incapable de fournir.

Autre exemple, la NSA et le GCHQ ont déclaré à plusieurs reprises que le but de ces programmes est de protéger les gens contre le terrorisme, et de protéger la sécurité nationale, et qu’ils ne seraient jamais, contrairement à ce que font ces méchants Chinois, utilisés pour de l’espionnage à des fins économiques.

Et pourtant, au fil des rapports qui nous sont révélés, depuis l’espionnage du géant pétrolier brésilien Petrobas en passant par l’espionnage de l’organisation des états américains et des sommets économiques où des accords économiques d’envergure ont été négociés, par l’espionnage des sociétés d’énergie à travers le monde ou en Europe, en Asie et en Amérique latine, le gouvernement américain continue de nier toutes ces allégations et les considère comme des mensonges.

Et puis nous avons le président Obama qui a fait à plusieurs reprises des déclarations telles que « Nous ne pouvons pas et n’effectuons pas de surveillance ou d’espionnage sur les communications des Américains sans l’existence d’un mandat » et ceci alors même que la loi de 2008 adoptée par le Congrès dont il faisait partie permet au gouvernement des États-Unis d’intercepter les conversations et les communications des Américains sans mandat.

Et ce que vous voyez ici, c’est un mensonge complet. Pourtant, dans le même temps, les mêmes médias qui le constatent poussent les hauts cris si vous suggérez que leurs déclarations ne doivent pas être prises pour argent comptant, sans preuve, parce que leur rôle n’est pas d’être des contradicteurs. Leur rôle est d’être les porte-paroles fidèles de ces puissantes institutions qui prétendent exercer un contrôle.

Vous pouvez très bien allumer la télévision, à tout moment, ou visiter un site web, et voir de très courageux journalistes qualifier Edward Snowden de criminel et demander qu’il soit extradé aux États-Unis, poursuivi et emprisonné. Ils sont très très courageux quand il s’agit de s’attaquer à des personnes qui sont méprisées à Washington, qui n’ont aucun pouvoir et sont marginalisées. Ils font preuve de beaucoup de courage pour les condamner, se dresser contre eux et exiger que les lois s’appliquent à eux avec rigueur.« Il a transgressé les lois, il doit en payer les conséquences ».

Et pourtant, le responsable de la sécurité nationale au plus haut niveau du gouvernement états-unien est allé au Sénat et leur a menti les yeux dans les yeux, chacun le sait maintenant, ce qui constitue au moins un crime aussi grave que n’importe quel délit dont Edward Snowden est accusé.

Vous serez bien en peine de trouver ne serait-ce qu’un seul de ces intrépides et résolus journalistes, pour oser imaginer et encore moins exprimer l’idée que le directeur du renseignement national James Clapper devrait être soumis à la rigueur de la loi, poursuivi et emprisonné pour les crimes qu’il a commis, parce que le rôle des médias américains et de leurs homologues britanniques est d’être la voix de ceux qui ont le plus de pouvoir, de protéger leurs intérêts et de les servir.

Tout ce que nous avons fait au cours des six derniers mois, et tout ce que nous avons décidé le mois dernier pour fonder une nouvelle organisation médiatique, consiste à essayer de renverser ce processus et à ranimer la démarche journalistique pour ce qu’elle était censé être, c’est-à-dire une véritable force de contradiction, de contrôle de ceux qui ont le plus grand pouvoir.

le but de la NSA, et de ses complices anglo-saxons, le Canada, la Nouvelle Zélande, l’Australie et plus spécialement le Royaume-Uni, c’est d’éliminer la vie privée de la surface du globe.

Je veux simplement terminer par un dernier point, il s’agit de la nature de cet état de surveillance que nous avons dévoilé ces six derniers mois. Dès que je donne une interview, les gens me posent des questions comme : quelle est l’histoire la plus importante que j’ai eu à révéler, ou que nous apprend la dernière histoire que je viens de publier. Et ce que j’ai commencé à répondre pour de bon, c’est qu’il n’y a véritablement qu’un seul point primordial que toutes ces histoires ont révélé.

Et voici ce qu’il en est, je l’affirme sans la moindre hyperbole ni dramatiser, ce n’est ni métaphorique ni caricatural, c’est littéralement la vérité : le but de la NSA, et de ses complices anglo-saxons, le Canada, la Nouvelle Zélande, l’Australie et plus spécialement le Royaume-Uni, c’est d’éliminer la vie privée de la surface du globe. Pour s’assurer qu’il ne subsiste aucune communication numérique humaine qui échappe à leur réseau de surveillance.

Ils veulent s’assurer que toute forme humaine de communication, que cela soit par téléphone ou Internet ou toute activité en ligne, puisse être collectée, contrôlée, enregistrée, et analysée par cette agence, et par leurs alliés. Décrire cela revient à décrire une omniprésence de l’état de surveillance. Il n’est pas nécessaire d’user d’hyperboles pour évoquer ce point, et vous n’avez pas besoin de me croire quant je dis que c’est leur but. Document après document, les archives livrées par Edward Snowden affirment que tel est bien leur objectif. Ils sont obsédés par la recherche de la plus petite faille sur cette terre par laquelle pourrait passer une communication échappant à leur interception.

(…) la NSA et la GCHQ enragent à l’idée que vous pouvez monter dans un avion et faire l’usage de certains téléphones portables ou services internet tout en étant à l’abri de leur regards indiscrets pour quelques heures d’affilée. Ils s’obstinent à chercher des moyens de s’introduire dans les systèmes embarqués dédiés aux services mobiles et internet. La simple idée que les êtres humains puissent communiquer, même pour un court instant, sans qu’il puisse y avoir de collecte, de stockage, d’analyses et de surveillance sur ce que nous disons, leur est tout simplement intolérable. Les institutions les ont mandatés pour ça.

Quand vous réfléchissez sur le monde dans lequel on a le droit d’éliminer la vie privée, vous parlez en réalité d’éliminer tout ce qui donne sa valeur à la liberté individuelle.

Et quand on me pose des questions, quand je donne des interviews dans différents pays, eh bien c’est du genre : « Pourquoi voudraient-ils espionner cet officiel ? » ou « Pourquoi voudraient-ils espionner la Suède ? » ou « Pourquoi voudraient-ils cibler cette entreprise-là ? ». Le postulat de cette question est vraiment erroné. Le postulat de cette question est que la NSA et le GCHQ ont besoin d’une raison spécifique pour cibler quelqu’un pour le surveiller. Or ce n’est pas comme cela qu’ils pensent. Ils ciblent chaque forme de communication sur laquelle ils peuvent mettre la main. Et si vous pensez à l’utilité de la vie privée pour nous, en tant qu’êtres humains, sans même aborder son utilité au plan politique, c’est vraiment ce qui nous permet d’explorer les limites et de nous engager dans la créativité, et utiliser les mécanismes de dissidence sans crainte. Quand vous réfléchissez sur le monde dans lequel on a le droit d’éliminer la vie privée, vous parlez en réalité d’éliminer tout ce qui donne sa valeur à la liberté individuelle.

L’état de surveillance, est nécessairement, par son existence même, un générateur de conformisme, car lorsque des êtres humains savent qu’ils sont toujours susceptibles d’être observés, même s’ils ne sont pas systématiquement surveillés, les choix qu’ils font sont de loin beaucoup plus contraints, beaucoup plus limités, se coulent plus étroitement dans le moule de l’orthodoxie qu’ils ne le feraient dans leur véritable vie privée.

Voilà précisément pourquoi la NSA et la GCHQ , et les tyrannies les plus puissantes de ce monde, actuellement et tout au long de l’histoire, ont toujours eu comme premier objectif en haut de leur agenda, l’éradication de la vie privée : cela leur garantit que les individus ne pourront plus résister longtemps aux diktats qu’ils leur imposent.

Eh bien, encore une fois, merci beaucoup.

* * * * *

À voir aussi :

Notes

[1] Un moment de recyclage très troublant rétrospectivement est le clip promotionnel d’Apple en 1984 (une minute à regarder sur YouTube) qui s’achevait par « vous allez voir pourquoi 1984 ne ressemblera pas à “1984” »

[2] [Note de l’éditeur] On ne peut s’empêcher d’opérer un rapprochement avec un élément d’actualité récente : le président Hollande réclamant (à juste titre) le respect de sa vie privée, tandis qu’il y a quelques semaines à peine le parlement votait pour une loi de programmation militaire dont un des articles faisait bien peu de cas de la vie privée des citoyens ordinaires




11 février 2014 « The Day We Fight Back » #Mobilisation #AaronSwarz #SOPA #NSA

En l’honneur d’Aaron Swarz et de la disparition de SOPA, une grande journée d’action est prévue le 11 février prochain contre la surveillance généralisée. Y participent déjà des organisations comme Mozilla, l’EFF, Reddit ou BoingBoing.

The Day We Fight Back

The Day We Fight Back

The Day We Fight Back (press release)

The Day We Fight Back – Janvier 2014 – Communiqué
(Traduction : audionuma, baba, Asta, toufalk, KoS, Omegax)

À l’occasion de l’anniversaire de la disparition tragique d’Aaron Swartz, des grands groupes d’Internet et des plateformes en ligne annoncent le jour de l’activisme contre la surveillance de la NSA

Mobilisation nommée « The Day We Fight Back » en l’honneur de Swartz et pour célébrer l’anniversaire de la disparition de SOPA

Une large coalition de groupes activistes, entreprises, et plateformes en ligne tiendront une journée mondiale de l’activisme en opposition au régime d’espionnage de masse de la NSA, le 11 février. Nommée « Le Jour De La Contre-Attaque », la journée de l’activisme a été annoncée la veille de l’anniversaire de la disparition tragique de l’activiste Aaron Swartz. La manifestation est en son honneur et en célébration de la victoire contre SOPA deux ans plus tôt, qu’il a contribué à arrêter.

Parmi les participants, on compte Access, Demand Progress, l’Electronic Frontier Foundation, Fight for the Future, Free Press, BoingBoing, Reddit, Mozilla, ThoughtWorks, et plus encore à venir. Ils rejoindront potentiellement des millions d’internautes pour persuader les législateurs de mettre fin à la surveillance de masse, non seulement des Américains, mais aussi des citoyens du monde entier.

Le 11 janvier 2013, Aaron Swartz s’est suicidé. Aaron était doté d’un esprit brillant et intuitif, qu’il mettait au service de la technologie, de l’écriture, de la recherche, de l’art, et plus encore. Ses derniers jours furent consacrés à l’activisme politique, en soutien aux libertés civiles, à la démocratie et à la justice économique.

Aaron a déclenché, puis aidé à diriger le mouvement qui viendrait finalement à bout de SOPA en janvier 2012. Cette loi aurait détruit l’Internet tel que nous le connaissons, en bloquant l’accès aux sites qui proposent du contenu généré par les utilisateurs, ceux-là même qui rendent Internet si dynamique.

David Segal, directeur exécutif de Demand Progress, qu’il a co-fondé avec Swartz, a dit : « Aujourd’hui, la plus grande menace contre un Internet libre, et plus largement contre une société libre, est le système d’espionnage de masse de la NSA. Si Aaron était encore en vie, il serait sur le front, pour combattre des pratiques qui minent notre capacité à entreprendre tous ensemble, comme des êtres humains réellement libres. »

Selon Roy Singham, président de la compagnie de technologies globales ThoughtWorks, où Aaron a travaillé jusqu’à sa mort : « Aaron nous a montré qu’être technologue au 21e siècle signifiait prendre des mesures pour empêcher la technologie d’être retournée contre l’intérêt public. Le moment est venu pour la tribu mondiale des technologues de se lever d’un seul élan et de faire échouer la surveillance de masse. »

Selon Josh Levy, de Free Press : « Depuis les premières révélations l’été dernier, des centaines de milliers d’internautes se sont réunis en ligne et hors ligne pour protester contre le programme de surveillance de la NSA, contraire à la Constitution. Ces programmes attaquent notre droit fondamental à nous connecter et à communiquer de façon privée, et frappe au cœur des fondations de la démocratie elle-même. Seul un large mouvement d’activistes, d’organisations et d’entreprises, peut convaincre Washington de restaurer ces droits. »

Brett Solomon, directeur exécutif chez Access, ajoute : « Aaron pensait en termes de systèmes. Il savait qu’un Internet libre et ouvert est un prérequis vital pour préserver la liberté et l’ouverture des sociétés. Son esprit vit encore à travers notre conviction que là où des menaces pèsent sur cette liberté, nous nous lèverons pour les combattre. Le 11 février, nous nous battrons contre la surveillance de masse. »

Le jour J, le collectif et les activistes qu’ils représentent téléphoneront et enverront des mails aux députés. Les propriétaires de sites web mettront en place des bannières pour encourager leurs visiteurs à combattre la surveillance et les employés d’entreprises technologiques demanderont que leur organisation fasse de même. Il sera demandé aux usagers d’Internet de créer des ”mèmes’’ et de changer leurs avatars sur les médias sociaux pour refléter leur demande.

Les sites web et les usagers d’Internet qui veulent prendre part peuvent visiter TheDayWeFightBack.org pour s’inscrire et ainsi recevoir par mail les dernières nouvelles et indiquer que leur site participe à l’évènement. Des nouvelles seront régulièrement postées sur le site entre maintenant et le 11 février, date de la journée d’action.

QUI : Access, Demand Progress, Electronic Frontier Foundation, Fight for the Future, Free Press, The Other 98%, BoingBoing, Mozilla, Reddit, ThoughtWorks… et beaucoup d’autres à venir

QUOI : Journée d’action en opposition à la surveillance de masse, en l’honneur de Aaron Swartz et pour fêter l’anniversaire de l’abandon de SOPA

QUAND : 11 février 2014

CE QUE PEUVENT FAIRE LES UTILISATEURS D’INTERNET :

  • Visiter TheDayWeFightBack.org
  • S’inscrire pour indiquer à quoi l’on participera et recevoir les dernières nouvelles.
  • S’inscrire pour installer des widgets à mettre sur les sites web pour encourager les visiteurs à combattre la surveillance. (Ils seront finalisés dans les jours à venir.)
  • Utiliser les outils des médias sociaux disponibles sur le site pour annoncer votre participation.
  • Développer des mèmes, des outils, des sites web et faire tout ce qui est possible pour participer et encourager les autres à faire de même.



Geektionnerd : Aaron, 1 an déjà

geektionnerd_176-1_simon-gee-giraudot_cc-by-sa.jpg

geektionnerd_176-2_simon-gee-giraudot_cc-by-sa.jpg

Vous pouvez retrouver tous les articles publiés à l’époque sur ce sujet sur le Framablog.

Crédit : Simon Gee Giraudot (Creative Commons By-Sa)




Il y a du Aaron Swartz dans le projet Strongbox du New Yorker

« Le magazine américain New Yorker a annoncé la création d’une boîte informatique sécurisée nommée Strongbox, destinée à recevoir des informations en protégeant l’anonymat des sources » pouvait-on lire récemment sur le site des Écrans, qui ajoute : « La technologie utilisée a été développée par le jeune militant d’Internet et hacker Aaron Swartz, qui était poursuivi par la justice pour avoir pénétré une base de données universitaires et s’est suicidé en janvier ».

Nous avons voulu en savoir plus en traduisant l’article ci-dessous. Difficile de se départir d’une certaine émotion quand on sait ce qu’il lui est arrivé par la suite…

Strongbox - The New Yorker

Strongbox et Aaron Swartz

Strongbox and Aaron Swartz

Kevin Poulsen – 15 mai 2013 – The New Yorker
(Traduction : anneau2fer, Penguin, Sky, lgodard, Rudloff, Asta, Jere, KoS + anonymes)

Aaron Swartz n’était pas encore une légende lorsque, il y a presque deux ans, je lui ai demandé de développer une boîte aux lettres anonyme et open source. Ses réussites étaient réelles et variées, mais les événements qui allaient le faire connaître du grand public faisaient encore partie de son futur : sa mise en cause dans une affaire criminelle au niveau fédéral ; son essor en tant que leader du mouvement contre la liberticide Sopa ; son suicide dans un appartement de Brooklyn. Je le connaissais comme programmeur et comme activiste, un membre de la tribu relativement restreinte de gens qui savent transformer des idées en code — un autre mot pour « action » — et qui ont la sensibilité nécessaire pour comprendre instantanément ce que je cherchais : un moyen sûr pour les journalistes de communiquer avec leurs sources.

Il existe une fracture technologique grandissante : les écoutes de téléphones et d’emails, le piratage d’ordinateurs, sont des armes pour quiconque cherche à identifier les sources d’un journaliste. À quelques exceptions, la presse a peu fait pour se protéger : nos efforts en matière de sécurité de l’information tendent à se concentrer sur la partie des infrastructures qui accepte les cartes de crédit.

Aaron était au fait de ce genre de problème. Je l’avais d’abord rencontré en 2006, lorsqu’avec deux autres codeurs, il avait vendu le site d’info communautaire Reddit à Condé Nast, la maison mère de Wired, où je travaille, et du New Yorker. Tous trois se sont retrouvés dans une salle de conférence improvisée près du siège de Wired à San Francisco. Aaron se distinguait de ses collègues — il était angoissé, silencieux, et a expliqué dans un billet de blog à quel point il n’aimait pas travailler là.

Un lundi, il a quitté le bureau pour passer la journée au tribunal tout proche, où une audience avait lieu dans l’affaire Kahle contre Gonzales, une bataille constitutionnelle autour du copyright menée par le professeur de droit Lawrence Lessig. Lorsqu’il est revenu, il m’a demandé, un peu timidement, s’il pouvait écrire quelque chose sur le sujet dans Wired. Le billet de blog de 700 mots qui en résultât était bien écrit et énonçait clairement le sujet. Je me suis posé des questions sur ce jeune patron de start-up qui mettait son énergie dans le débat sur le copyright. Ça, et sa co-création d’un projet d’anonymisation appelé Tor2Web, était ce que j’avais en tête lorsque je l’ai approché pour mon projet de boîte aux lettres sécurisée. Il a accepté de le faire, tout en sachant que le code serait open source — la licence autorisant n’importe qui à l’utiliser librement — lorsque le système serait lancé.

Il se mit à coder immédiatement, pendant que je cherchais les serveurs et la bande passante nécessaires chez Condé Nast. Les normes de sécurité imposaient que le système soit sous le contrôle physique de la société, mais avec sa propre infrastructure isolée. Des autorisations ont du être demandées. Les cadres avaient des questions. Les juristes avaient encore plus de questions.

En octobre 2011, Aaron est venu dans les bureaux de Wired et nous avons travaillé sur quelques détails. Durant les années qui ont suivi, le mutisme tranquille d’Aaron s’est mué en confiance provisoire, sa morosité remplacée par un sourire désarmant et une douce générosité. Avant qu’il ne parte, je suis allé avec lui dans les nouveaux locaux, bien plus grands, de Reddit, qui se trouvaient à côté. Il entra, regarda autour de lui, et ressortit sans que personne ne l’ait reconnu.

Entre-temps, Aaron avait été inculpé pour le téléchargement de 4 millions d’articles de JSTOR, une base de données académique, depuis le réseau public du MIT. Cette affaire a dû lui peser. Mais il n’en parlait pas.

Il vivait a New York à cette époque, mes contacts avec lui étaient donc essentiellement électroniques. Le système, que nous appelions DeadDrop, était, pour nous deux, un projet secondaire, et Aaron en avait beaucoup de prioritaires. J’ai appris son protocole : quand il avait le temps de programmer, je pouvais le joindre par téléphone ou sur Skype. Nous avions de long échanges à propos de sécurité et de fonctionnalités ; Aaron rejetait ceux dont il pensait qu’ils compliqueraient trop le système — clés de chiffrement individuelles pour chaque reporter, par exemple.

À New York, un expert en sécurité informatique nommé James Dolan convainquit un trio de collègues de son industrie de rencontrer Aaron pour examiner l’architecture, et plus tard, le code. Nous voulions être raisonnablement assurés que le système ne serait pas compromis, et que les sources pourraient déposer des document de manière anonyme, afin que même l’organe de presse qui les recevrait ne serait pas capable de dire au gouvernement d’où ils venaient. James a écrit un guide de sécurité pas à pas très détaillé pour les organisations qui implémentent le code. « Il va un peu trop loin », disait Aaron dans un email, « mais ce n’est peut-être pas une mauvaise chose ».

En décembre 2012, le code d’Aaron était stable, et une date approximative de lancement avait été définie. Puis, le 11 janvier, il se suicida. Dans les jours qui suivirent, il était difficile de penser à autre chose que la perte et la douleur de sa mort. Un lancement, comme beaucoup d’autres choses, était secondaire. Son suicide a également fait apparaître de nouvelles questions : à qui appartient le code désormais ? (Réponse : ses dernières volontés indiquaient qu’il voulait que toutes ses propriétés intellectuelles reviennent à Sean Palmer, qui donna sa bénédiction au projet). Est-ce que ses amis proches et sa famille approuveraient de poursuivre le lancement ? (Son ami et exécuteur testamentaire, Alec Resnick, a signalé que c’était le cas). Le New Yorker, qui a un long passé de travail d’enquête sérieux, apparut comme le premier foyer pour le système. La version du New Yorker s’appelle Strongbox et a été mise en ligne ce matin.

Neuf jours après la mort d’Aaron, son avatar Skype si familier, est apparu sur mon écran. Quelqu’un, quelque part, probablement un membre de sa famille, avait démarré son ordinateur. J’ai dû combattre l’envie irrationnelle de cliquer sur l’icône et reprendre notre conversation. Puis il a disparu à nouveau de mon écran.




Aaron Swartz n’était pas un hacker solitaire mais le membre d’une armée

Nous ne sommes pas des criminels et nous sommes de plus en plus nombreux à rejoindre les rangs de l’armée d’Aaron Swartz.

Le 24 janvier dernier s’est déroulée une émouvante cérémonie à la mémoire d’Aaron Swartz, dans ce lieu hautement symbolique qu’est l’église de San Francisco qui abrite l’Internet Archive.

Parmi les personnalités qui se sont succédées, il y eut ainsi sa fiancée Taren Stinebrickner-Kauffman, le fondateur d’Internet Archive Brewster Kahle ( allocution remarquée par Calimaq qui en a fait un billet dédié) et son ami Carl_Malamud, fondateur de Public.Resource.org.

C’est cette dernière intervention que nous vous proposons traduite ci-dessous (disponible ici en vidéo).

« J’aimerais que nous puissions changer le passé, mais c’est impossible. Par contre, nous pouvons changer le futur, et nous le devons. »

Open Knowledge Foundation - CC by-sa

L’armée d’Aaron

Aaron’s Army

Carl Malamud – 24 janvier 2013 – PublicRessource.org
(Traduction : brandelune, aKa, Lamessen, KoS, Pouhiou, Garburst, Luc, Tr4sK, Astalaseven)

Ne croyez pas un instant que le travail d’Aaron sur JSTOR était l’acte incohérent d’un hacker solitaire, un peu fou, un téléchargement massif un peu dingue décidé sur un coup de tête.

Depuis longtemps, JSTOR a fait l’objet de critiques cinglantes de la part du net. Dans une conférence, Larry Lessig a qualifié JSTOR d’outrage à la morale et je dois vous avouer qu’il me citait. Nous n’étions pas les seuls à attiser ces flammes.

Emprisonner la connaissance derrière des péages, en rendant les journaux scientifiques accessibles uniquement à quelques gamins suffisamment fortunés pour aller dans des universités de luxe et en demandant vingt dollars par article pour le reste d’entre nous, était une plaie purulente qui choquait beaucoup de gens.

De nombreux auteurs de ces articles furent gênés que leur travail soit devenu la marge de profit de quelqu’un, un club privé du savoir réservé à ses adhérents.

Beaucoup d’entre nous ont aidé à attiser ce feu. Beaucoup d’entre nous s’en sentent coupables, aujourd’hui.

Mais JSTOR n’était qu’une des nombreuses batailles. On a essayé de dépeindre Aaron comme un hacker solitaire, un jeune terroriste à l’origine d’un carnage numérique qui fit 92 millions de dollars de dégâts.

Aaron n’était pas un loup solitaire, il faisait partie d’une armée, et j’ai eu l’honneur de m’engager à ses côtés pendant une décennie. De nombreuses choses ont été dites sur sa vie hors du commun, mais ce soir je ne parlerai que d’un aspect de celle-ci.

Aaron faisait partie d’une armée de citoyens qui pensent que la démocratie ne fonctionne que si les citoyens sont informés, s’ils connaissent leurs droits et leurs devoirs. Une armée qui estime que nous devons rendre la justice et le savoir accessibles à tous, et pas uniquement à ceux qui sont bien nés ou qui ont saisi les rênes du pouvoir, afin que nous puissions nous gouverner de manière plus éclairée.

Aaron faisait partie d’une armée de citoyens qui rejette les rois et les généraux et qui croit au consensus général et à son application pratique immédiate.

Nous avons travaillé ensemble sur une douzaine de bases de données gouvernementales. Lorsque nous travaillions sur quelque chose, les décisions n’étaient pas irréfléchies. Notre travail prenait souvent des mois, parfois des années, parfois même une décennie, mais Aaron Swartz n’a pas eu droit à sa part de décennies.

Longtemps, nous avons observé et bidouillé la base de donnée du droit d’auteur américain, un système si vieux qu’il utilisait encore WAIS. Le gouvernement , croyez-le ou non, avait revendiqué le droit d’auteur sur cette base de données du droit d’auteur. Il m’est impossible de concevoir qu’il puisse y avoir des droits d’auteur sur une base de données qui découle directement de la constitution des États-Unis, mais nous savions que nous jouions avec le feu en enfreignant les clauses d’utilisations. Nous étions donc très attentifs.

Nous avons récupéré ces données. Elles ont été utilisées pour alimenter l’Open Library d’Internet Archive ainsi que Google Books. Puis, nous avons reçu une lettre du Bureau du droit d’auteur indiquant qu’il abandonnait son droit d’auteur sur cette base de données. Mais avant cela, nous avons dû consulter de nombreux avocats par crainte que le gouvernement nous traîne devant les tribunaux pour téléchargement massif, malveillant et prémédité.

Ce n’était pas une agression irréfléchie. Nous travaillions sur les bases de données pour les améliorer, pour aider au fonctionnement de notre démocratie, pour aider notre gouvernement. Nous n’étions pas des criminels.

Lorsque nous avons libéré 20 millions de pages de documents de l’U.S District Court de leur péage à 8 cents par page, nous avons découvert que ces fichiers publics étaient infestés d’atteintes à la vie privée : noms de mineurs, noms d’informateurs, dossiers médicaux, dossiers psychiatriques, rapports financiers, des dizaines de milliers de numéros de sécurité sociale.

Nous étions des lanceurs d’alerte et nous avons transmis nos résultats aux juges en chef de 31 cours de justice de district et ces juges ont été choqués, consternés. Ils ont modifié ces documents puis ont incendié les avocats qui les avaient remplis. Finalement, la Conférence judiciaire a changé ses règles de respect de la vie privée.

Mais savez-vous ce qu’ont fait les bureaucrates qui dirigent le Bureau Administratif de la Cour des États-Unis ? Pour eux, nous n’étions pas des citoyens ayant amélioré les données publiques, nous étions des voleurs qui les privions d’1,6 millions de dollars.

Ils ont donc appelé le FBI et ont dit qu’ils avaient été hackés par des criminels, une bande organisée qui mettait en péril leur revenu de 120 millions de dollars provenant de la vente de documents publics du gouvernement.

Le FBI s’est installé devant la maison d’Aaron. Il l’ont appelé et ont essayé de le piéger pour qu’il les rencontre sans son avocat. Le FBI a installé deux agents armés dans une salle d’interrogatoire avec moi pour nous faire avouer les dessous de cette conspiration présumée.

Mais nous n’étions pas des criminels, nous étions seulement des citoyens.

Nous n’avons rien fait de mal. Ils n’ont rien trouvé. Nous avions fait notre devoir de citoyen et l’enquête du gouvernement n’a rien trouvé de répréhensible mais ce fut une perte de temps et d’argent.

Si vous voulez faire peur, faites asseoir quelqu’un avec deux agents fédéraux pendant un moment et vous verrez la vitesse à laquelle son sang se glace.

Il y a des gens qui affrontent le danger tous les jours pour nous protéger — les policiers, les pompiers et les services d’urgence — je leur en suis reconnaissant et je suis ébahi par ce qu’ils font. Mais le travail des gens comme Aaron et moi, faire des DVD et faire tourner des scripts shell sur des documents publics, ne devrait pas être une profession dangereuse.

Nous n’étions pas des criminels, mais des crimes furent commis, des crimes contre l’idée même de la justice.

Quand la procureure fédérale a dit à Aaron qu’il devrait plaider coupable de treize crimes pour avoir tenté de propager le savoir avant qu’elle ne puisse envisager de négocier sa peine, c’était un abus de pouvoir, une utilisation frauduleuse du système de justice criminelle, un crime contre la justice.

Et la procureure fédérale n’a pas agi seule. Elle fait partie d’un groupe dont l’intention est de protéger la propriété, pas les gens. Tous les jours, partout aux États-Unis, des démunis n’ont pas accès à la justice et sont confrontés à ces abus de pouvoir.

C’était un crime contre le savoir qu’une organisation à but non lucratif telle que JSTOR transforme un téléchargement qui n’a causé aucun préjudice ni dommage, en une procédure fédérale de 92 millions de dollars.

Et le monopole de JSTOR sur la connaissance n’est pas unique. Partout aux États-Unis, des sociétés ont planté leurs griffes sur les champs de l’éducation : universités privées qui volent nos vétérans, organismes de normalisation à but non lucratif qui rationnent les codes de sécurité publique alors qu’ils payent des salaires d’un million de dollars, et les conglomérats multinationaux qui évaluent la valeur des articles scientifiques et des documents juridiques à l’aune de leur marge brute.

Dans le procès JSTOR, la position plus qu’agressive des procureurs du Département de la Justice et des agents de la force publique était-elle une vengeance liée à l’embarras de nous avoir vu nous tirer à bon compte, en tout cas à leur yeux, de l’affaire du PACER ? Est-ce que la poursuite sans merci de JSTOR était la revanche de bureaucrates embarrassés d’avoir été ridiculisés dans le New York Times, d’avoir reçu un blâme du Sénat ?

Nous n’aurons probablement jamais la réponse à cette question, mais il semble certain qu’ils ont détruit la vie d’un jeune homme par simple abus de pouvoir. Ce n’était pas une question criminelle, Aaron n’était pas un criminel.

Si vous pensez posséder quelque chose et si je pense que ce bien est public, il me semble juste de vous voir au tribunal. Si vous avez raison et que je vous ai fait du tort, je prendrais mes responsabilités. Mais quand nous retournons le bras armé de la Loi contre les citoyens qui contribuent à accroître l’accès à la connaissance, nous brisons l’esprit de la loi, nous profanons le temple de la justice.

Aaron Swartz n’était pas un criminel. C’était un citoyen et un soldat courageux dans une guerre qui continue aujourd’hui, une guerre dans laquelle des profiteurs corrompus et vénaux essayent de voler, de profiter, d’assécher notre domaine public au profit de leurs gains privés.

Quand des gens essaient de restreindre l’accès à la loi, ou qu’ils essaient de collecter des droits de péage sur les routes du savoir, ou refusent l’éducation à ceux qui n’ont pas de moyens, c’est eux qui devraient subir le regard sévère d’un procureur outragé.

Ce que le Département de la justice a fait endurer à Aaron pour avoir essayé de rendre notre monde meilleur, ils peuvent vous l’infliger. Notre armée n’est pas réduite à un loup solitaire, elle est forte de milliers de citoyens, beaucoup d’entre vous dans cette pièce, qui se battent pour la justice et le savoir.

J’affirme que nous sommes une armée, et je mesure bien l’usage de ce mot car nous affrontons des personnes qui veulent nous emprisonner pour avoir téléchargé une base de données afin de l’examiner de plus près, nous affrontons des personnes qui croient qu’ils peuvent nous dire ce que nous pouvons lire et ce que nous pouvons dire.

Mais quand je vois notre armée, je vois une armée qui crée au lieu de détruire. Je vois l’armée du Mahatma Gandhi marchant pacifiquement vers la mer pour récolter du sel pour les gens. Je vois l’armée de Martin Luther King marchant pacifiquement mais avec détermination sur Washington pour réclamer ses droits, car le changement ne coule pas de source, il provient de luttes continues.

Quand je vois notre armée, je vois l’armée qui crée de nouvelles opportunités pour les pauvres, une armée qui rend notre société plus juste et plus égalitaire, une armée qui rend le savoir universel.

Quand je vois notre armée, je vois les gens qui ont créé Wikipédia et l’Internet Archive. Je vois ceux qui ont programmé GNU, Apache, BIND et Linux. Je vois ceux qui ont fait l’EFF et les Creative Commons. Je vois les gens qui ont créé notre internet en tant que cadeau au monde.

Quand je vois notre armée, je vois Aaron Swartz et j’ai le cœur brisé. Nous avons vraiment perdu l’un de nos anges gardiens.

J’aimerais que nous puissions changer le passé, mais c’est impossible. Par contre, nous pouvons changer le futur, et nous le devons.

Nous le devons à Aaron, nous nous le devons à nous-mêmes, nous le devons pour rendre notre monde meilleur, en faire un lieu plus humain, un endroit où la justice fonctionne et où l’accès à la connaissance est un droit de l’Homme.

Crédit photo : Open Knowledge Foundation (Creative Commons By)