1

La NSA vous souhaite une bonne année 2041

La référence au célèbre roman d’Orwell 1984 a déjà beaucoup servi, on a pu en abuser pour alarmer inutilement et inversement pour rassurer de façon un peu rapide[1], tout comme on a tendance à voir partout des situations kafkaïennes, surréalistes ou ubuesques.

Pourtant lorsque ce sont des lanceurs d’alerte qui aujourd’hui font clairement appel à la dystopie d’Orwell, on est contraint de se poser sérieusement la question de la dérive totalitaire d’une société de surveillance de masse dont semaine après semaine ils dévoilent l’impressionnante étendue.

Voici par exemple un extrait des vœux d’Edward Snowden (à voir sur dailymotion) :

L’écrivain britannique Georges Orwell nous a avertis des dangers de ce type de surveillance. Mais les moyens de surveillance décrits dans son livre : les micros, les caméras, la télé qui nous espionnent, ne sont rien à côté des moyens disponibles aujourd’hui.

Le journaliste Glenn Greenwald, intervenant récemment au 30e Chaos Communication Congress et qui a contribué activement à la diffusion des révélations d’Edward Snowden, nous livre ci-dessous une analyse assez alarmante et optimiste tout à la fois de ce qu’il appelle l’état de la surveillance, qui est aussi en l’occurrence la surveillance de l’état…

Pas de nouvelles révélations ici mais une réflexion sur la conscience de l’enjeu chez les lanceurs d’alerte devenus pour beaucoup des héros de la défense de nos libertés numériques, des considérations décapantes sur la servilité des médias à l’égard de la parole institutionnelle, la nécessité d’adopter un solide chiffrement, et l’urgence de l’action nécessaire également pour tous ceux qui sont en capacité de brider les appétits de nos surveillants.

La conclusion assez glaçante est selon lui que la compulsion à la surveillance qui anime la NSA et les autres services de renseignement vise en réalité la disparition totale de toute vie privée.

Est-ce une vision paranoïaque ? À vous d’en juger. Gardons en tête toutefois que ce sont les mêmes personnes qui nous traitaient de paranoïaques il y a dix ans qui nous disent aujourd’hui : « bah, tout le monde le savait que nous étions espionnés, je ne vois pas ce que ça change », « moi je n’ai rien à cacher, etc. »

Le courage de Snowden, de Poitras, de Greenwald, d’Assange et de quelques autres activistes déterminés, dont on veut croire qu’ils sont de plus en plus nombreux, nous donne l’exemple d’une lutte active pour nos libertés à laquelle chacun à sa manière peut et doit contribuer.

Traduction Framasoft des extraits essentiels de la conférence : sinma, goofy, Bruno, KoS, Asta, Pol, + anonymes

* * * * *

Présentateur : …ces applaudissements étaient pour vous, Glenn ! bienvenue au 30ème Chaos Communication Congress à Hambourg. À vous de jouer.

Glenn Greenwald : Merci, merci beaucoup.

Merci à tous pour cet accueil chaleureux, et merci également aux organisateurs de ce congrès pour m’avoir invité à prendre la parole. Ma réaction, quand j’ai appris qu’on me demandait de faire le discours inaugural de cette conférence, a été la même que celle que vous auriez peut-être eue à ma place, c’est-à-dire : « hein, quoi ? »

La raison en est que mes compétences cryptographiques et de hacker ne sont pas, c’est le moins que l’on puisse dire, reconnues mondialement. Vous le savez, on a déjà raconté plusieurs fois comment la couverture de la plus importante histoire de sécurité nationale de la dernière décennie a failli me filer entre les doigts, parce que je trouvais l’installation de PGP d’une difficulté et d’un ennui insurmontables.

Il existe une autre anecdote, très semblable, qui illustre le même problème, et qui je pense n’a pas encore été racontée, la voici : avant de me rendre à Hong Kong, j’ai passé de nombreuses heures avec Laura Poitras et Edward Snowden, à essayer de me mettre à niveau très vite sur les technologies basiques de sécurité qui m’étaient nécessaires pour rendre compte de cette histoire. Ils ont essayé de me guider dans l’usage de toutes sortes d’applications, pour finalement arriver à la conclusion que la seule que je pouvais maîtriser, du moins à l’époque et à ce moment-là, était TrueCrypt.

Ils m’ont appris les rudiments de TrueCrypt, et quand je suis arrivé à Hong Kong, avant d’aller dormir, j’ai voulu jouer un peu avec. J’ai appris par moi-même quelques fonctionnalités qu’ils ne m’avaient pas indiquées et j’ai vraiment gagné en confiance. Le troisième ou quatrième jour, je suis allé les rencontrer tous les deux, tout gonflé de fierté. Je leur ai montré toutes les choses nouvelles que j’avais appris à faire tout seul avec TrueCrypt et je me voyais déjà le Grand Gourou de la crypto. J’avais atteint un niveau vraiment avancé. Je les ai regardés tous les deux sans déceler la moindre admiration à mon égard. En fait, ce que j’ai vu, c’est qu’ils faisaient de gros efforts pour ne pas se regarder l’un l’autre avec les yeux qui leur sortaient de la tête.

Glenn Greenwald journaliste et activiste

Glenn Greenwald, photo par gage skidmore (CC BY-SA 2.0)


l’un des résultats les plus importants de ces six derniers mois… c’est le nombre croissant de personnes qui mesurent l’importance de la protection de la sécurité de leurs communications.

Je leur ai demandé : « Pourquoi réagissez-vous ainsi ? Ce n’était pas un exploit de réussir ça ? ». Il y a eu un grand blanc. Aucun ne voulait me répondre, puis finalement Snowden a rompu le silence : « TrueCrypt est un truc que peut maîtriser votre petit frère, rien de bien impressionnant. »

Je me souviens avoir été très déconfit, et me suis remis au travail. Bon, c’était il y a six mois. Entre-temps, les technologies de sécurité et de confidentialité sont devenues d’une importance primordiale dans tout ce que j’ai pu entreprendre. J’ai véritablement acquis des masses considérables de connaissances, à la fois sur leur importance et sur la façon dont elles fonctionnent. Je suis d’ailleurs loin d’être le seul. je pense que l’un des résultats les plus importants de ces six derniers mois, mais dont on a très peu débattu, c’est le nombre croissant de personnes qui mesurent l’importance de la protection de la sécurité de leurs communications.

Si vous regardez ma boîte mail depuis le mois de juillet, on y trouvait peut-être seulement 3 à 5 % des messages reçus chiffrés avec PGP. Ce pourcentage est passé à présent nettement au dessus des 50 %, voire plus. Quand nous avons débattu de la façon de monter notre nouvelle entreprise de presse, nous avons à peine passé quelques instants sur la question. Il était tout simplement implicite que nous allions tous faire usage des moyens de chiffrement les plus sophistiqués disponibles pour communiquer entre nous.

Et ce qui est à mon avis encore plus encourageant, c’est que toutes les fois où je suis contacté par des journalistes ou des activistes, ou quelqu’un qui travaille dans ce domaine, soit ils utilisent le chiffrement, soit ils sont gênés et honteux de ne pas savoir le faire, et dans ce cas s’excusent de leur méconnaissance et souhaitent apprendre à s’en servir bientôt.

C’est un changement radical vraiment remarquable, car même au cours de l’année dernière, toutes les fois où j’ai eu à discuter avec des journalistes spécialisés sur le sujet de la sécurité nationale dans le monde qui travaillaient sur quelques-unes des données les plus sensibles pratiquement aucun d’entre eux ne savait ce qu’était PGP ni OTR, ni n’avait connaissance des meilleures technologies qui permettent le renforcement de la confidentialité, et ne parlons même pas de savoir les utiliser. C’est vraiment encourageant de voir ces technologies se propager de façon généralisée.

Le gouvernement des États-Unis et ses alliés ne vont sûrement pas volontairement restreindre leur propre pouvoir de surveillance de manière significative.

Je pense que cela souligne un point extrêmement important, un de ceux qui me rend très optimiste. On me demande souvent si je pense que tout ce que nous avons appris au cours des six derniers mois, les déclarations et les débats qui ont été soulevés vont finalement changer quoi que ce soit et imposer une limite quelconque à l’état de la surveillance par les États-Unis.

Typiquement, quand les gens pensent que la réponse à cette question est oui, la chose qu’ils répètent le plus communément et qui est sans doute la moins significative, c’est qu’il se produira une sorte de débat, et que nos représentants, dans un régime démocratique, seront en mesure d’apporter des réponses à nos interrogations, et qu’ainsi ils vont imposer des limites en réformant la législation.

Rien de tout cela ne va probablement arriver. Le gouvernement des États-Unis et ses alliés ne vont sûrement pas volontairement restreindre leur propre pouvoir de surveillance de manière significative. En fait, la tactique du gouvernement états-unien que nous voyons sans cesse à l’œuvre, et que nous avons toujours constatée, consiste à faire exactement l’inverse : lorsque ces gens sont pris sur la main dans le sac et que cela jette le discrédit sur eux en provoquant scandales et polémiques, ils sont très habiles pour faire semblant de se réformer par eux-mêmes avec des gestes symboliques. Mais dans le même temps, ils ne font qu’apaiser la colère des citoyens et souvent augmenter leurs propre pouvoirs, qui pourtant sont à l’origine du scandale.

On l’a vu au milieu des années 70, quand on s’est sérieusement inquiété aux États-Unis, au moins autant qu’aujourd’hui, des capacités de surveillance et d’abus du gouvernement. La réaction du gouvernement a été de déclarer : « d’accord, nous allons nous engager dans toutes ces réformes, qui vont imposer des garde-fous à ces pouvoirs. Nous allons créer un tribunal spécial que le gouvernement devra saisir pour en avoir la permission avant de cibler les gens à surveiller. »

Cela sonnait bien, mais ils ont créé le tribunal de la façon la plus tordue possible. C’est un tribunal secret, devant lequel seul le gouvernement comparaît, où seuls les juges les plus pro-sécurité nationale sont nommés. Donc, ce tribunal donnait l’apparence d’une supervision quand, en réalité, c’était la chambre d’enregistrement la plus grotesque de tout le monde occidental. Il ne s’opposait quasiment jamais à quoi que ce soit. Ça créait simplement l’illusion qu’il existait un contrôle judiciaire.

Ils ont aussi prétendu qu’ils allaient créer des commissions au Congrès. Des commissions « de surveillance » qui auraient pour principal objectif de superviser les commissions sur le renseignement pour s’assurer qu’elles n’abusaient pas de leurs pouvoirs. Ce qu’ils ont fait en réalité c’est nommer immédiatement à la tête de ces commissions « de surveillance » les plus serviles des loyalistes.

Voilà des décennies que cela dure, et aujourd’hui nous avons deux membres les plus serviles et pro-NSA du Congrès à la tête de ces comités, qui sont là en réalité pour soutenir et justifier tout et n’importe quoi de la part de la NSA plutôt que de s’engager dans un véritable contrôle. Donc, encore une fois, tout est fait pour embellir le processus sans entamer de véritable réforme.

Ce processus est maintenant en train de se reproduire. Vous voyez le Président nommer une poignée de ses plus proches partisans dans ce « comité indépendant de la Maison Blanche » qui fait semblant de publier un rapport très équilibré et critique sur la surveillance étatique, mais en réalité, propose toute une gamme de mesures qui, au mieux, aboutiraient tout simplement à rendre ces programmes un peu plus acceptables aux yeux du public, et dans de nombreux cas, accroîtraient encore les capacités de la surveillance étatique, plutôt que de la brider de manière significative.

Alors pour savoir si nous aurons ou non des réformes significatives, il ne faut pas compter sur le processus classique de la responsabilité démocratique que nous avons tous appris à respecter. Il faut chercher ailleurs. Il est possible que des tribunaux imposeront des restrictions significatives en jugeant les programmes de surveillance contraires à la constitution.

Il est beaucoup plus probable que d’autres pays dans le monde qui sont vraiment indignés par les violations de la sécurité de leur vie privée sauront s’unir et créer des alternatives, soit en termes d’infrastructures, soit en termes juridiques pour empêcher les États-Unis d’exercer leur hégémonie sur Internet ou faire en sorte que le prix en soit beaucoup trop élevé. Je pense, c’est encore plus prometteur, que les grandes sociétés privées, les entreprises de l’Internet et bien d’autres commenceront enfin à payer le prix de leur collaboration avec ce régime d’espionnage.

…savoir si oui ou non Internet sera réellement cet outil de libération et de démocratisation ou s’il deviendra le pire outil de l’oppression humaine de toute l’histoire de l’humanité.

Nous avons déjà vu comment cela se passe quand leurs actions sont exposées au grand jour ; c’est alors qu’ils sont obligés de rendre des comptes pour tout ce qu’ils font, et ils prennent conscience que leurs intérêts économiques sont mis en péril par le système d’espionnage. Ils utilisent leur puissance inégalée pour exiger qu’il soit freiné. Je pense que tous ces éléments pourront vraisemblablement imposer de sérieuses limites à la surveillance d’état.

Mais en fin de compte je pense que les plus grands espoirs résident dans les personnes qui sont dans cette salle de conférence et dans les compétences que vous tous possédez. Les technologies de protection de la vie privée qui ont déjà été développées, telles que le navigateur Tor, PGP, OTR et toute une série d’autres applications, constituent autant de réels progrès pour empêcher le gouvernement des USA et ses alliés de faire intrusion dans le sanctuaire de nos communications privées.

Aucune de ces technologies n’est parfaite. Aucune n’est invulnérable, mais elles représentent toutes un sérieux obstacle aux capacités du gouvernement des États-Unis à s’attaquer toujours davantage à notre vie privée. Et en fin de compte, le combat pour la liberté d’Internet, la question qui va se jouer je pense, principalement, sur le terrain de guerre technologique, est de savoir si oui ou non Internet sera réellement cet outil de libération et de démocratisation ou s’il deviendra le pire outil de l’oppression humaine de toute l’histoire de l’humanité.

La NSA et le gouvernement américain le savent certainement. C’est pourquoi Keith Alexander enfile son petit déguisement, ses jeans de papa, son tee-shirt noir de rebelle et va aux conférences de hackers.

Et c’est pour cela que les entreprises de la Silicon Valley, comme Palantir Technologies, déploient tant d’efforts à se dépeindre comme des rebelles luttant pour les libertés civiles, alors qu’elles passent la plupart de leur temps à travailler main dans la main avec les agences de renseignement et la CIA pour accroître leurs capacités. Elles cherchent en effet à attirer les jeunes cerveaux de leur côté, du côté de la destruction de la vie privée et de la mise d’Internet au service des organisations les plus puissantes du monde.

Quelle sera l’issue de ce conflit, que deviendra Internet ? Nous ne pouvons pas encore répondre de façon définitive à ces questions. Cela dépend beaucoup de ce que nous, en tant qu’êtres humains, pourrons faire. L’une des questions les plus urgentes est de savoir si les personnes comme celles qui sont dans cette pièce — les personnes qui ont les pouvoirs que vous avez maintenant et aurez à l’avenir — succomberont à la tentation et travailleront pour les entités qui tentent de détruire la vie privée dans le monde, ou si vous mettrez vos talents, vos compétences et vos ressources au service de la défense du genre humain contre ces intrusions et continuerez à créer des technologies destinées à protéger notre vie privée. Je suis très optimiste car ce pouvoir est vraiment entre vos mains.

Je veux aborder une autre de mes raisons d’être optimiste : la coalition de ceux qui militent pour la défense de la vie privée est beaucoup plus solide et plus dynamique. Elle est à mon avis beaucoup plus grande et plus forte que beaucoup d’entre nous, même ceux qui en font partie, ne l’estiment ou n’en ont conscience. Plus encore, elle est en croissance rapide. Et je pense que cette croissance est inexorable.

Laura Poitras journaliste et activiste de la fondation pour la presse libre

Laura Poitras, image de Kris Krug via Wikimedia (CC-BY-SA)

Je suis conscient, en ce qui me concerne, que tout ce que j’ai pu faire sur tout ce dossier au cours des six derniers mois, toutes les tribunes qu’on m’a offertes, comme ce discours et les honneurs que j’ai reçus, et les éloges que j’ai reçus, je dois le partager entièrement avec deux personnes qui ont été d’une importance capitale pour tout ce que j’ai fait. L’une d’elles est ma collaboratrice incroyablement courageuse et extrêmement brillante, Laura Poitras.

Vous savez, Laura n’attire pas énormément l’attention, elle aime qu’il en soit ainsi, mais elle mérite vraiment la plus grande reconnaissance, les plus grands honneurs et les récompenses parce que même si ça sonne cliché, c’est vraiment l’occasion de le dire : sans elle, rien de tout cela n’aurait été possible.

Nous avons pris la parole pratiquement tous les jours, au cours des six derniers mois. Nous avons pris presque toutes les décisions, en tout cas toutes celles qui étaient les plus importantes, en partenariat complet et de façon collaborative. Être capable de travailler avec quelqu’un qui a ce niveau élevé de compréhension de la sécurité sur Internet, sur les stratégies de protection de la vie privée, a été complètement indispensable à la réussite de ce que nous avons pu réaliser.

Et puis, la deuxième personne qui a été tout à fait indispensable et mérite les plus grands éloges, et de partager les plus hautes récompenses, c’est mon héros toutes catégories, Edward Snowden.

Il est vraiment difficile de trouver des mots pour dire à quel point son choix a eu de l’impact sur moi, sur Laura, sur les personnes avec qui nous avons travaillé directement ou indirectement, et encore sur des millions et des millions de personnes à travers le monde. Le courage dont il a fait preuve et les actions qu’il a menées selon des principes dictés par sa conscience vont me façonner et m’inspirer pour le reste de ma vie, et vont inspirer et convaincre des millions et des millions de personnes de prendre toutes sortes d’initiatives qu’elles n’auraient pas prises si elles n’avaient pas vu quel bien un seul individu peut faire au monde entier.

Photo par PM Cheung (CC BY 2.0)

Mais je pense que le plus important est de comprendre, et pour moi, c’est le point décisif, qu’aucun d’entre nous, nous trois, n’a fait ce que nous avons fait à partir de rien. Nous avons tous été inspirés par des gens qui ont fait des choses semblables dans le passé. Je suis absolument certain que Edward Snowden a été inspiré de toutes sortes de façons par l’héroïsme et l’abnégation de Chelsea Manning.

Je suis persuadé que, d’une façon ou d’une autre, elle a été inspirée par toute la cohorte des lanceurs d’alertes et par qui possèdent cette même conscience et l’ont précédée, en dénonçant les niveaux extrêmes de corruption, les méfaits et les illégalités commises par les institutions les plus puissantes de ce monde. Ils ont été inspirés à leur tour, je suis sûr, par l’un de mes plus grands héros politiques, Daniel Ellsberg, qui a fait la même chose quarante ans plus tôt.

Mais au-delà de tout cela, je pense qu’il est réellement important de prendre conscience de ceci : tout ce qu’il nous a été permis de faire tout au long de ces six derniers mois, et je pense, tous ces types de fuites significatives et révélations de documents classés secret défense à l’ère du numérique, à la fois dans le passé et le futur, tout cela nous incite à la plus grande des reconnaissances pour l’organisation qui a donné la première l’exemple à suivre, il s’agit de WikiLeaks.

(…)

Edward Snowden a été sauvé, lorsqu’il était à Hong Kong, du risque d’arrestation et d’emprisonnement aux États-unis pour les trente prochaines années, non par le seul fait de WikiLeaks, mais aussi par une femme d’un courage et d’un héroïsme extraordinaires, Sarah Harrison.

Il existe un vaste réseau de personnes à travers le monde, qui croient en cette cause, et ne se contentent pas d’y croire, mais aussi sont de plus en plus nombreux à vouloir lui vouer leur énergie, leurs ressources, leur temps, et à se sacrifier pour elle. Il y a une raison décisive, et cela m’est apparu au cours d’une conversation téléphonique avec Laura, il y a probablement deux mois. (…) Elle a énuméré une liste de gens qui se sont dévoués personnellement à la transparence et au prix qu’ils ont eu à payer. Elle a dit qu’Edward Snowden était coincé en Russie, sinon il devrait faire face à 30 années de prison, Chelsea Manning est en prison, Aaron Swartz s’est suicidé. D’autres comme Jeremy Hammond et Barrett Brown font l’objet de poursuites judiciaires tellement excessives qu’elles en sont grotesques au nom d’actions de transparence pour lesquelles ils se sont engagés. Même des gens comme Jim Risen, qui appartient à une institution comme le New York Times, doivent affronter le risque d’un emprisonnement pour les informations qu’ils ont publiées.

D’innombrables juristes nous ont informés, Laura et moi, que nous ne serions pas en sécurité en voyageant, même pour retourner dans notre propre pays, et elle a dit : « voilà bien un symptôme de la maladie qui affecte notre avenir politique, quand on voit que pour avoir mis en lumière ce que fait le gouvernement et avoir fait le travail que ni les médias ni le Congrès ne font, le prix à payer est une forme extrême de punition. »

(…)

Les États-Unis savent que leur seul espoir pour continuer à maintenir le régime du secret, derrière lequel ils s’abritent pour mener des actions radicales et illégales, consiste à intimider, dissuader et menacer les lanceurs d’alerte potentiels et les militants pour la transparence. Il s’agit de les empêcher de se lever pour faire ce qu’ils font, en leur montrant qu’ils seraient soumis aux plus extrêmes châtiments et que personne ne peut rien y faire.

C’est une tactique efficace. Elle fonctionne pour certains, non pas parce qu’ils sont lâches mais parce qu’ils font un calcul rationnel. (…) Il y a donc des activistes qui en concluent rationnellement que le prix à payer pour leur engagement dans ce combat est pour eux trop élevé. Et c’est pourquoi les gouvernements peuvent continuer. Mais le paradoxe c’est qu’il existe un grand nombre de personnes, elle sont même je crois plus nombreuses, qui réagissent de façon totalement inverse.

les États-Unis et leurs plus proches alliés sèment malgré eux les germes de l’opposition, et nourrissent eux-mêmes la flamme de l’activisme à cause de leur propre comportement abusif.

Quand ils voient que les gouvernements britannique et états-unien révèlent leur véritable visage, en montrant à quel point ils sont déterminés à abuser de leurs pouvoirs, ils ne sont pas effrayés ni dissuadés, leur courage en est même au contraire renforcé. En voici la raison : quand vous voyez que ces gouvernements sont réellement capables d’un tel niveau d’abus de pouvoir, vous prenez conscience que vous ne pouvez plus en toute conscience rester là sans rien faire. Il devient pour vous encore plus impératif de mettre en pleine lumière ce que font les gouvernements, et si vous écoutez tous ces lanceurs d’alerte ou activistes, ils vous diront la même chose.

Il a fallu un long processus pour prendre conscience que les actions qu’ils entreprenaient étaient justifiées, mais en définitive ce sont les actions de ces gouvernements qui les ont convaincus. C’est d’une ironie savoureuse, et je pense que ça peut rendre vraiment optimiste, de savoir que les États-Unis et leurs plus proches alliés sèment malgré eux les germes de l’opposition, et nourrissent eux-mêmes la flamme de l’activisme à cause de leur propre comportement abusif.

Maintenant, à propos de tentatives d’intimidation et de dissuasion, et autres manœuvres, je voudrais simplement passer quelques minutes à parler de l’attitude actuelle du gouvernement des États-Unis envers Edward Snowden. Il est devenu très clair, à ce stade, que le gouvernement des États-Unis, du plus haut niveau jusqu’au plus bas, est totalement déterminé à poursuivre un seul résultat. Ce résultat est qu’Edward Snowden finisse par passer plusieurs décennies, sinon le reste de sa vie, dans une petite cage, probablement coupée, en termes de communication, du reste du monde.

Et la raison pour laquelle ils ont cette intention n’est pas difficile à comprendre. Ce n’est pas parce qu’ils sont furieux, ou parce que la société doit être protégée d’Edward Snowden, ou pour l’empêcher de recommencer. Je crois qu’on peut parier à coup sûr que le niveau de sécurité d’Edward Snowden est révoqué de façon plus ou moins permanente.

La raison pour laquelle ils sont tellement résolus c’est qu’ils ne peuvent pas laisser Edward Snowden mener la moindre vie décente et libre parce qu’ils sont tétanisés à l’idée que cela va inciter d’autres personnes à suivre son exemple, et à ne plus vouloir garder le secret qui les lie et qui ne sert à rien d’autre que dissimuler leur conduite illégale et dommageable à ceux qui en sont les plus victimes.

Et ce que je trouve le plus étonnant à ce sujet n’est pas que le gouvernement des États-Unis soit en train de faire ça, car ils le font. C’est ce qu’ils sont. Ce que je trouve étonnant, c’est qu’il y ait de si nombreux gouvernements à travers le monde, y compris ceux qui sont en mesure de protéger les droits de l’homme, et qui ont été les plus grands bénéficiaires des révélations héroïques de Snowden, qui sont pourtant prêts à rester là à regarder ses droits individuels être foulés aux pieds, à le laisser emprisonner pour avoir commis le crime de dévoiler aux gens du monde entier ce qu’on fait de leur vie privée.

C’était vraiment surprenant d’observer les gouvernements, y compris certains des plus grands en Europe, et leurs dirigeants, exprimer en public une intense indignation parce que la vie privée de leurs citoyens est systématiquement violée, et une véritable indignation quand ils apprennent que leur propre vie privée a également été pris pour cible[2].

Pourtant, dans le même temps, la personne qui s’est sacrifiée pour défendre leurs droits fondamentaux, leur droit à la vie privée, voit maintenant ses propres droits visés et menacés en rétorsion. Et je me rends compte que pour un pays comme l’Allemagne ou la France, ou le Brésil, ou tout autre pays dans le monde, défier les diktats des États-Unis, ça coûte relativement cher. Mais le prix à payer était bien plus élevé pour Edward Snowden quand il a choisi de se manifester et de faire ce qu’il a fait pour la défense de vos droits, et pourtant il l’a fait malgré tout.

Je pense qu’il est réellement important de prendre conscience que les pays ont les obligations légales et internationales, en vertu des traités qu’ils ont signés, qui leur rend difficile de défendre Edward Snowden des poursuites judiciaires, de l’empêcher d’être en cage pour le restant de ses jours, pour avoir fait la lumière sur les atteintes systématiques à la vie privée, et d’autres formes d’abus relatifs au secret. Mais ces pays ont également les obligations morales et éthiques en tant que bénéficiaires de ses actions, de ce qu’il a fait pour eux, et cela consiste à protéger ses droits en retour.

Je veux prendre une petite minute pour parler de l’un de mes thèmes favoris, le journalisme. Quand j’étais à Hong Kong, avec Laura et Edward Snowden, et que j’ai eu pas mal à réfléchir à ce sujet pour l’écriture d’un livre sur les évènements des derniers mois, une des choses dont j’ai pris conscience avec le recul et aussi en discutant avec Laura, était que nous avions passé au moins autant de temps à aborder des questions de journalisme et de presse libre que la question de la surveillance. Car nous savions que ce que nous étions en train de faire déclencherait autant de débats sur le rôle propre du journaliste vis-à-vis de l’état et d’autres puissantes institutions qu’il y en aurait sur l’importance de la liberté et de la vie privée sur Internet et les menaces de la surveillance d’état.

Nous savions, en particulier, que nos plus formidables adversaires n’allaient pas être seulement les agences de renseignements sur lesquelles nous enquêtions, et dont nous tentions de révéler les pratiques, mais aussi leurs plus loyaux et dévoués serviteurs, j’ai nommé : les médias américains et britanniques.

(…)

Une des choses les plus remarquables qui me soit arrivées est l’interview que j’ai livrée, il y a environ trois semaines sur la BBC, c’était pendant ce programme appelé Hard Talk, et personnellement, à un moment donné, j’ai pensé (…) que les officiels de la sécurité nationale mentaient de façon routinière à la population dans le but de protéger leur pouvoir et de faire avancer leur agenda, et que le but et devoir d’un journaliste est d’être le contradicteur de ces gens de pouvoir, que les déclarations que mon intervieweur énonçait — pour dire à quel point ces programmes gouvernementaux sont essentiels pour empêcher les terroristes de nuire — ne devraient pas être crues à moins qu’il ne produise une preuve tangible de leur véracité.

Lorsque j’ai dit ceal il m’a interrompu (désolé, j’imite mal l’accent britannique, alors vous allez devoir l’imaginer) et a dit : « Je dois vous interrompre, vous venez de dire quelque chose d’étonnant ! » Il était comme un prêtre victorien scandalisé en voyant une femme soulever sa jupe au dessus de ses chevilles.

Il a dit : « J’ai peine à croire que vous suggériez que des hauts fonctionnaires, des généraux des États-Unis et du gouvernement britannique, font en réalité de fausses déclarations au public ! Comment vous est-il possible de dire cela ? »

Et ceci n’est pas aberrant. C’est vraiment le point de vue des grands noms des médias états-uniens et britanniques, particulièrement lorsque des gens avec des tas de médailles épinglées sur la poitrine, qu’on appelle des généraux, mais aussi des officiels hauts placés du gouvernement, font des déclarations, et que leurs affirmations sont à priori traitées comme vraies sans la moindre preuve, et qu’il est presque indécent de les remettre en question, ou de s’interroger sur leur véracité.

Évidemment, nous avons connu la guerre en Irak, sur laquelle deux gouvernements très moraux ont particulièrement et délibérément menti à plusieurs reprises à leur peuple, pendant deux années entières, pour justifier une guerre d’agression qui a détruit un pays de 26 millions de personnes.

Mais nous l’avons vu aussi en permanence au cours des six derniers mois. Le tout premier document qu’Edward Snowden m’a montré contenait une information dont il m’a expliqué qu’elle révélerait le mensonge incontestable d’un responsable du renseignement national senior du président Obama, le directeur du renseignement national, James Clapper. C’est le document qui a révélé que l’administration Obama a réussi à convaincre un tribunal secret d’obliger les compagnies de téléphone à communiquer à la NSA chaque enregistrement de conversation téléphonique, de chaque appel téléphonique unique, local et international, de chaque Américain.

Et pourtant ce fonctionnaire de la sécurité nationale, James Clapper, devant le Sénat, quelques mois plus tôt, auquel on a demandé : « Est-ce que la NSA recueille des données complètes sur les communications des Américains ? » a répondu : «Non, monsieur » mais nous savons tous maintenant que c’était un parfait mensonge.

La NSA et les hauts responsables du gouvernement américain ont raconté bien d’autres mensonges. Et par « mensonge » je veux dire qu’ils ont menti sciemment, en racontant des choses qu’ils savaient pourtant être fausses pour convaincre les gens de ce qu’ils voulaient leur faire croire. Keith Alexander, le chef de la NSA, a déclaré à maintes reprises qu’ils étaient incapables de rendre compte du nombre exact d’appels et de courriels interceptés sur le système de télécommunications américain, alors même que le programme que nous avons fini par révéler, Boundless Informant, dénombre avec une précision mathématique exactement les données qu’il a dit être incapable de fournir.

Autre exemple, la NSA et le GCHQ ont déclaré à plusieurs reprises que le but de ces programmes est de protéger les gens contre le terrorisme, et de protéger la sécurité nationale, et qu’ils ne seraient jamais, contrairement à ce que font ces méchants Chinois, utilisés pour de l’espionnage à des fins économiques.

Et pourtant, au fil des rapports qui nous sont révélés, depuis l’espionnage du géant pétrolier brésilien Petrobas en passant par l’espionnage de l’organisation des états américains et des sommets économiques où des accords économiques d’envergure ont été négociés, par l’espionnage des sociétés d’énergie à travers le monde ou en Europe, en Asie et en Amérique latine, le gouvernement américain continue de nier toutes ces allégations et les considère comme des mensonges.

Et puis nous avons le président Obama qui a fait à plusieurs reprises des déclarations telles que « Nous ne pouvons pas et n’effectuons pas de surveillance ou d’espionnage sur les communications des Américains sans l’existence d’un mandat » et ceci alors même que la loi de 2008 adoptée par le Congrès dont il faisait partie permet au gouvernement des États-Unis d’intercepter les conversations et les communications des Américains sans mandat.

Et ce que vous voyez ici, c’est un mensonge complet. Pourtant, dans le même temps, les mêmes médias qui le constatent poussent les hauts cris si vous suggérez que leurs déclarations ne doivent pas être prises pour argent comptant, sans preuve, parce que leur rôle n’est pas d’être des contradicteurs. Leur rôle est d’être les porte-paroles fidèles de ces puissantes institutions qui prétendent exercer un contrôle.

Vous pouvez très bien allumer la télévision, à tout moment, ou visiter un site web, et voir de très courageux journalistes qualifier Edward Snowden de criminel et demander qu’il soit extradé aux États-Unis, poursuivi et emprisonné. Ils sont très très courageux quand il s’agit de s’attaquer à des personnes qui sont méprisées à Washington, qui n’ont aucun pouvoir et sont marginalisées. Ils font preuve de beaucoup de courage pour les condamner, se dresser contre eux et exiger que les lois s’appliquent à eux avec rigueur.« Il a transgressé les lois, il doit en payer les conséquences ».

Et pourtant, le responsable de la sécurité nationale au plus haut niveau du gouvernement états-unien est allé au Sénat et leur a menti les yeux dans les yeux, chacun le sait maintenant, ce qui constitue au moins un crime aussi grave que n’importe quel délit dont Edward Snowden est accusé.

Vous serez bien en peine de trouver ne serait-ce qu’un seul de ces intrépides et résolus journalistes, pour oser imaginer et encore moins exprimer l’idée que le directeur du renseignement national James Clapper devrait être soumis à la rigueur de la loi, poursuivi et emprisonné pour les crimes qu’il a commis, parce que le rôle des médias américains et de leurs homologues britanniques est d’être la voix de ceux qui ont le plus de pouvoir, de protéger leurs intérêts et de les servir.

Tout ce que nous avons fait au cours des six derniers mois, et tout ce que nous avons décidé le mois dernier pour fonder une nouvelle organisation médiatique, consiste à essayer de renverser ce processus et à ranimer la démarche journalistique pour ce qu’elle était censé être, c’est-à-dire une véritable force de contradiction, de contrôle de ceux qui ont le plus grand pouvoir.

le but de la NSA, et de ses complices anglo-saxons, le Canada, la Nouvelle Zélande, l’Australie et plus spécialement le Royaume-Uni, c’est d’éliminer la vie privée de la surface du globe.

Je veux simplement terminer par un dernier point, il s’agit de la nature de cet état de surveillance que nous avons dévoilé ces six derniers mois. Dès que je donne une interview, les gens me posent des questions comme : quelle est l’histoire la plus importante que j’ai eu à révéler, ou que nous apprend la dernière histoire que je viens de publier. Et ce que j’ai commencé à répondre pour de bon, c’est qu’il n’y a véritablement qu’un seul point primordial que toutes ces histoires ont révélé.

Et voici ce qu’il en est, je l’affirme sans la moindre hyperbole ni dramatiser, ce n’est ni métaphorique ni caricatural, c’est littéralement la vérité : le but de la NSA, et de ses complices anglo-saxons, le Canada, la Nouvelle Zélande, l’Australie et plus spécialement le Royaume-Uni, c’est d’éliminer la vie privée de la surface du globe. Pour s’assurer qu’il ne subsiste aucune communication numérique humaine qui échappe à leur réseau de surveillance.

Ils veulent s’assurer que toute forme humaine de communication, que cela soit par téléphone ou Internet ou toute activité en ligne, puisse être collectée, contrôlée, enregistrée, et analysée par cette agence, et par leurs alliés. Décrire cela revient à décrire une omniprésence de l’état de surveillance. Il n’est pas nécessaire d’user d’hyperboles pour évoquer ce point, et vous n’avez pas besoin de me croire quant je dis que c’est leur but. Document après document, les archives livrées par Edward Snowden affirment que tel est bien leur objectif. Ils sont obsédés par la recherche de la plus petite faille sur cette terre par laquelle pourrait passer une communication échappant à leur interception.

(…) la NSA et la GCHQ enragent à l’idée que vous pouvez monter dans un avion et faire l’usage de certains téléphones portables ou services internet tout en étant à l’abri de leur regards indiscrets pour quelques heures d’affilée. Ils s’obstinent à chercher des moyens de s’introduire dans les systèmes embarqués dédiés aux services mobiles et internet. La simple idée que les êtres humains puissent communiquer, même pour un court instant, sans qu’il puisse y avoir de collecte, de stockage, d’analyses et de surveillance sur ce que nous disons, leur est tout simplement intolérable. Les institutions les ont mandatés pour ça.

Quand vous réfléchissez sur le monde dans lequel on a le droit d’éliminer la vie privée, vous parlez en réalité d’éliminer tout ce qui donne sa valeur à la liberté individuelle.

Et quand on me pose des questions, quand je donne des interviews dans différents pays, eh bien c’est du genre : « Pourquoi voudraient-ils espionner cet officiel ? » ou « Pourquoi voudraient-ils espionner la Suède ? » ou « Pourquoi voudraient-ils cibler cette entreprise-là ? ». Le postulat de cette question est vraiment erroné. Le postulat de cette question est que la NSA et le GCHQ ont besoin d’une raison spécifique pour cibler quelqu’un pour le surveiller. Or ce n’est pas comme cela qu’ils pensent. Ils ciblent chaque forme de communication sur laquelle ils peuvent mettre la main. Et si vous pensez à l’utilité de la vie privée pour nous, en tant qu’êtres humains, sans même aborder son utilité au plan politique, c’est vraiment ce qui nous permet d’explorer les limites et de nous engager dans la créativité, et utiliser les mécanismes de dissidence sans crainte. Quand vous réfléchissez sur le monde dans lequel on a le droit d’éliminer la vie privée, vous parlez en réalité d’éliminer tout ce qui donne sa valeur à la liberté individuelle.

L’état de surveillance, est nécessairement, par son existence même, un générateur de conformisme, car lorsque des êtres humains savent qu’ils sont toujours susceptibles d’être observés, même s’ils ne sont pas systématiquement surveillés, les choix qu’ils font sont de loin beaucoup plus contraints, beaucoup plus limités, se coulent plus étroitement dans le moule de l’orthodoxie qu’ils ne le feraient dans leur véritable vie privée.

Voilà précisément pourquoi la NSA et la GCHQ , et les tyrannies les plus puissantes de ce monde, actuellement et tout au long de l’histoire, ont toujours eu comme premier objectif en haut de leur agenda, l’éradication de la vie privée : cela leur garantit que les individus ne pourront plus résister longtemps aux diktats qu’ils leur imposent.

Eh bien, encore une fois, merci beaucoup.

* * * * *

À voir aussi :

Notes

[1] Un moment de recyclage très troublant rétrospectivement est le clip promotionnel d’Apple en 1984 (une minute à regarder sur YouTube) qui s’achevait par « vous allez voir pourquoi 1984 ne ressemblera pas à “1984” »

[2] [Note de l’éditeur] On ne peut s’empêcher d’opérer un rapprochement avec un élément d’actualité récente : le président Hollande réclamant (à juste titre) le respect de sa vie privée, tandis qu’il y a quelques semaines à peine le parlement votait pour une loi de programmation militaire dont un des articles faisait bien peu de cas de la vie privée des citoyens ordinaires




Grâce à Wikileaks on a la confirmation que l’accord TPP est pire qu’ACTA

Merci à Wikileaks d’avoir révélé hier une version de travail tenue secrète de l’accord Trans-Pacific Strategic Economic Partnership, plus connu sous l’acronyme TPP.

La France ne faisant pas partie des pays directement concernés, on n’en parle pas beaucoup dans nos médias. Mais on sait depuis longtemps que ce sont les USA qui donnent le la dans tout ce qui touche au copyright international.

Plus que donner le la, ils dictent la loi. Et celle qui se prépare ici est tout simplement scélérate…

TPP

La fuite du chapitre sur la propriété intellectuelle du Partenariat Trans-Pacifique confirme que cet accord est pire qu’ACTA

TPP IP Chapter Leaked, Confirming It’s Worse Than ACTA

Glyn Moody – 13 novembre 2013 – TechDirt.com
(Traduction : Barbidule, Penguin, Genma, MFolschette, baba, mlah, aKa, Alexis Ids, Scailyna, @paul_playe, Mooshka, Omegax)

par le service du pas-étonnant-que-le-secret-soit-si-bien-gardé

Cela fait longtemps que nous attendions une fuite majeure du Partenariat Trans-Pacifique (TPP) rédigé en secret ; grâce à Wikileaks, nous en avons enfin une (voir aussi directement le pdf). Le texte est long et lourd à lire, en partie à cause de toutes les parties entre parenthèses sur les points où les négociateurs ne se sont pas encore mis d’accord. Même si le brouillon est assez récent — il est daté du 30 août 2013 — un grand nombre de ces points y restent ouverts. Heureusement, KEI a déjà rassemblé une analyse détaillée mais facilement compréhensible, que je vous encourage vivement à lire en entier. En voici un résumé :

Le document confirme les craintes sur le fait que les différentes parties sont prêtes à étendre les limites du droit de la propriété intellectuelle, et à restreindre les droits et libertés du consommateur.

En comparaison des accords multilatéraux existants, l’accord du TPP sur la propriété intellectuelle propose l’octroi de nouveaux brevets, la création d’une propriété intellectuelle sur les données, l’extension des termes de protection pour les brevets et copyrights, l’accroissement des privilèges des ayants droit, et l’augmentation des peines pour infraction à la propriété intellectuelle. Le texte du TPP réduit le champ des exceptions pour tous les types de propriété intellectuelle. Négocié dans le secret, le texte proposé est néfaste pour l’accès au savoir, néfaste pour l’accès aux soins, et profondément néfaste pour l’innovation.

Bien que de nombreux domaines soient concernés par les propositions de la copie de travail — l’accès aux soins vitaux seraient restreints, tandis que la portée des brevets serait étendue aux méthodes chirurgicales par exemple — les effets sur le copyright sont particulièrement significatifs et troublants :

Collectivement, les dispositions du droit d’auteur (dans le TPP) sont configurées de manière à étendre les termes du droit d’auteur de la convention de Berne au-delà de la vie plus 50 ans, créant de nouveaux droits exclusifs, et fournissant bon nombre de nouvelles directives spécifiques pour gérer le copyright dans l’environnement numérique.

Voici quelques-unes des extensions de durée proposées :

Concernant les durées de copyright, le TPP définit les bases comme suit. Les États-Unis, l’Australie, le Pérou, Singapour et le Chili proposent une durée de 70 ans après la mort de l’auteur pour les personnes physiques. Pour des œuvres appartenant à une entreprise, les États-Unis proposent 95 ans de droits exclusifs, alors que l’Australie, le Pérou, Singapour et le Chili proposent 70 ans. Le Mexique veut une durée de 100 ans après la mort de l’auteur pour les personnes physiques et 75 ans après la mort de l’auteur pour des œuvres appartenant à une entreprise. Pour des travaux non publiés, les États-Unis veulent une durée de 120 ans.

Un problème plus technique concerne l’utilisation du « test en trois étapes » qui agira comme une contrainte supplémentaire sur de possibles exceptions au copyright :

Dans sa forme actuelle, l’espace des exceptions tel que défini par le TPP est moins vaste et plus restrictif que celui du traité 2012 de l’OMPI à Pékin ou celui du traité 2013 de l’OMPI à Marrakech, et bien pire que l’accord ADPIC. Bien que cela implique des problèmes légaux complexes, les ramifications politiques sont simples. Les gouvernements auraient une marge de manœuvre plus restreinte pour évaluer les exceptions dans l’éducation, dans les citations, dans les affaires publiques, dans les actualités et dans les autres exceptions « spéciales » de la Convention de Berne ? Pourquoi un gouvernement voudrait-il abandonner son autorité générale pour réfléchir à l’aménagement de nouvelles exceptions, ou pour contrôler les abus des détenteurs de droits ?

Ceci est un bon exemple de comment le TPP n’essaie pas seulement de changer le copyright en faveur de ceux qui veulent l’étendre au maximum, mais essaie aussi d’instaurer un copyright qui serait facile à renforcer à l’avenir. En voici un autre, dans lequel le TPP veut empêcher le retour à un système de copyright qui nécessite une inscription — ce genre de système ayant été proposé comme un moyen de pallier aux problèmes qui surviennent à cause de la nature automatique de l’attribution du copyright :

Le TPP va au-delà de l’accord ADPIC pour ce qui est de l’interdiction de l’instauration de formalités pour le copyright. Bien que le problème des formalités puisse sembler être un problème facile à résoudre, il y a un bon nombre de flexibilités qui seront éliminées par le TPP. À l’heure actuelle, il est possible d’avoir des exigences de formalités pour des œuvres appartenant à la sphère nationale et d’imposer des formalités à de nombreux types de droits liés, incluant ceux protégés par la Convention de Rome. Ces dernières années, les créateurs et les théoriciens de la politique du copyright ont commencé à remettre en question les bénéfices de l’enregistrement des œuvres et autres formalités, en particulier à la lumière des problèmes liés aux durées de copyright étendues sur de nombreuses oeuvres orphelines.

Comme vous pouvez vous en douter, le TPP demande à ce qu’il y ait des protections solides de type DRM ; mais ici encore, il cherche à rendre les choses pires qu’elles ne le sont déjà :

La section sur le droit d’auteur inclut également un long discours sur les mesures de protection technique, et en particulier, la création d’un motif de poursuites spécifique contre le fait de casser les mesures techniques de protection. Les USA veulent que ce motif de poursuites spécifique s’étende même aux cas où le droit d’auteur n’est pas applicable, comme par exemple les œuvres du domaine public, ou bien les données qui ne sont pas protégées par le droit d’auteur.

Cela rendrait illégal le fait de contourner les DRM, même si ceux-ci sont appliqués à du contenu qui se trouve dans le domaine public — les enfermant alors une fois de plus, de façon efficace et permanente. Enfin, il est intéressant de remarquer que dans la sous-section fixant les dommages et intérêts pour violation de copyright, on peut y lire ce qui suit :

Pour déterminer le montant des dommages et intérêts en vertu du paragraphe 2, les autorités judiciaires seront habilitées à examiner, entre autres, toute mesure légitime de valeur que le détenteur du droit soumet, ce qui peut comprendre les bénéfices perdus, la valeur des biens ou des services concernés, mesurée en se basant sur le prix du marché, ou sur le prix de vente au détail suggéré.

C’est exactement la tournure qui a été utilisée pour ACTA, et qui a été retrouvée dans le récent accord de libre-échange entre l’UE et Singapour. Cela résume assez bien comment le TPP s’appuie directement sur ACTA, tandis que les autres mesures évoquées ci-dessus montrent comment il va bien au-delà et ce à plusieurs égards.

Voilà pour les mauvaises nouvelles. La bonne nouvelle, c’est que nous avons maintenant une version très récente de ce qui pourrait être la partie la plus controversée de l’accord. Dans les semaines à venir, nous sommes susceptibles de voir de nombreuses analyses détaillées exposant au grand jour le caractère ô combien pernicieux cet accord pour le public des pays participant aux négociations.

L’espoir étant qu’une fois qu’il en sera informé, il fera connaître son sentiment à ses représentants politiques comme il l’a fait avec SOPA et ACTA — et avec le même résultat final.




Google et le gouvernement des États-Unis main dans la main selon Julian Assange

Qu’il est loin le temps où Google se résumait à deux étudiants dans leur garage…

Julian Assange nous expose ici les accointances fortes entre Google et le gouvernement des États-Unis, ce qui devrait faire réflechir quiconque utilise leurs services.

NSA

Google et la NSA : Qui tient le « bâton merdeux » désormais ?

Google and the NSA: Who’s holding the ‘shit-bag’ now?

Julian Assange – 24 août 2013 – The Stringer
(Traduction : gaetanm, GregR, LeCoyote, Peekmo, MalaLuna, FF255, La goule de Tentate, fbparis + anonymes)

On nous a révélé, grâce à Edward Snowden, que Google et d’autres sociétés technologiques étatsuniennes ont reçu des millions de dollars de la NSA pour leur participation au programme de surveillance de masse PRISM.

Mais quel est au juste le degré de connivence entre Google et la sécuritocratie américaine ? En 2011 j’ai rencontré Eric Schmidt, alors président exécutif de Google, qui était venu me rendre visite avec trois autres personnes alors que j’étais en résidence surveillée. On aurait pu supposer que cette visite était une indication que les grands pontes de Google étaient secrètement de notre côté, qu’ils soutenaient ce pour quoi nous nous battons chez Wikileaks : la justice, la transparence du gouvernement, et le respect de la vie privée. Mais il s’est avèré que cette supposition est infondée. Leur motivation était bien plus complexe et, comme nous l’avons découvert, intimement liée à celle du département d’État des États-Unis (NdT : l’équivalent du ministère des Affaires étrangères, que nous appellerons DoS par la suite pour Department of State). La transcription complète de notre rencontre est disponible en ligne sur le site de Wikileaks.

Le prétexte de leur visite était que Schmidt faisait alors des recherches pour un nouveau livre, un ouvrage banal qui depuis a été publié sous le titre The New Digital Age. Ma critique pour le moins glaciale de ce livre a été publiée dans le New York Times fin mai de cette année. En quatrième de couverture figure une liste de soutiens antérieure à la publication : Henry Kissinger, Bill Clinton, Madeleine Albright, Michael Hayden (ancien directeur de la CIA et de la NSA) et Tony Blair. Henry Kissinger apparaît aussi dans le livre, recevant une place de choix dans la liste des remerciements.

L’objectif du livre n’est pas de communiquer avec le public. Schmidt pèse 6.1 milliards de dollars et n’a pas besoin de vendre des livres. Ce livre est plutôt un moyen de se vendre auprès du pouvoir. Il montre à Washington que Google peut être son collaborateur, son visionnaire géopolitique, qui l’aidera à défendre les intérêts des USA. Et en s’alliant ainsi à l’État américain, Google consolide sa position, aux dépens de ses concurrents.

Deux mois après ma rencontre avec Eric Schmidt, WikiLeaks avait des documents en sa possession et un motif juridique valable de contacter Hillary Clinton. Il est intéressant de noter que si vous appelez le standard du DoS et que vous demandez Hillary Clinton, vous pouvez en fait vous en rapprocher d’assez près, et nous sommes devenus plutôt bons à ce petit jeu-là. Quiconque a vu Docteur Folamour se souviendra peut-être de la scène fantastique où Peter Sellers appelle la Maison Blanche depuis une cabine téléphonique de la base militaire et se trouve mis en attente alors que son appel gravit progressivement les échelons. Eh bien une collaboratrice de WikiLeaks, Sarah Harrison, se faisant passer pour mon assistante personnelle, m’a mis en relation avec le DoS, et comme Peter Sellers, nous avons commencé à franchir les différents niveaux pour finalement atteindre le conseiller juridique senior de Hillary Clinton qui nous a dit qu’on nous rappellerait.

Peu après, l’un des membres de notre équipe, Joseph Farrell, se fit rappeler non pas par le DoS, mais par Lisa Shields, alors petite amie d’Eric Schmidt, et qui ne travaille pas officiellement pour le DoS. Résumons donc la situation : la petite amie du président de Google servait de contact officieux de Hillary Clinton. C’est éloquent. Cela montre qu’à ce niveau de la société américaine, comme dans d’autres formes de gouvernement oligarchique, c’est un jeu de chaises musicales.

Cette visite de Google pendant ma période de résidence surveillée se révéla être en fait, comme on le comprit plus tard, une visite officieuse du DoS. Attardons-nous sur les personnes qui accompagnaient Schmidt ce jour-là : sa petite amie Lisa Shields, vice-présidente à la communication du CFR (Council on Foreign Relations) ; Scott Malcolmson, ancien conseiller sénior du DoS ; et Jared Cohen, conseiller de Hillary Clinton et de Condoleezza Rice (ministre du DoS sous le gouvernement Bush fils), sorte de Henry Kissinger de la génération Y.

Google a démarré comme un élément de la culture étudiante californienne dans la région de la baie de San Francisco. Mais en grandissant Google a découvert le grand méchant monde. Il a découvert les obstacles à son expansion que sont les réseaux politiques et les réglementations étrangères. Il a donc commencé à faire ce que font toutes les grosses méchantes sociétés américaines, de Coca Cola à Northrop Grumann. Il a commencé à se reposer lourdement sur le soutien du DoS, et, ce faisant il est entré dans le système de Washington DC. Une étude publiée récemment montre que Google dépense maintenant plus d’argent que Lockheed Martin pour payer les lobbyistes à Washington.

Jared Cohen est le co-auteur du livre d’Eric Schmidt, et son rôle en tant que lien entre Google et le DoS en dit long sur comment le « besoin intense de sécurité » des États-Unis fonctionne. Cohen travaillait directement pour le DoS et était un conseiller proche de Condolezza Rice et Hillary Clinton. Mais depuis 2010, il est le directeur de Google Ideas, son think tank interne.

Des documents publiés l’an dernier par WikiLeaks obtenus en sous-main via le sous-traitant US en renseignement Stratfor montrent qu’en 2011, Jared Cohen, alors déjà directeur de Google Ideas, partait en mission secrète en Azerbaïdjan à la frontière iranienne. Dans ces courriels internes, Fred Burton, vice-président au renseignement chez Stratfor et ancien officiel senior au DoS, décrivait Google ainsi :

« Google reçoit le soutien et la couverture médiatique de la présidence et du DoS. En réalité ils font ce que la CIA ne peut pas faire… Cohen va finir par se faire attraper ou tuer. Pour être franc, ça serait peut-être la meilleure chose qui puisse arriver pour exposer le rôle caché de Google dans l’organisation des soulèvements. Le gouvernement US peut ensuite nier toute implication et Google se retrouve à assumer le bordel tout seul. »

Dans une autre communication interne, Burton identifie par la suite ses sources sur les activités de Cohen comme étant Marty Lev, directeur de sécurité chez Google, et… Eric Schmidt.

Les câbles de WikiLeaks révèlent également que, Cohen, quand il travaillait pour le Département d’État, était en Afghanistan à essayer de convaincre les quatre principales compagnies de téléphonie mobile afghane de déplacer leurs antennes à l’intérieur des bases militaires américaines. Au Liban il a secrètement travaillé, pour le compte du DoS, à un laboratoire d’idées chiite qui soit anti-Hezbollah. Et à Londres ? Il a offert des fonds à des responsables de l’industrie cinématographique de Bollywood pour insérer du contenu anti-extrémistes dans leurs films en promettant de les introduire dans les réseaux de Hollywood. C’est ça le président de Google Ideas. Cohen est effectivement de fait le directeur de Google pour le changement de régime. Il est le bras armée du Département d’État encadrant la Silicon Valley.

Que Google reçoive de l’argent de la NSA en échange de la remise de données personnelles n’est pas une surprise. Google a rencontré le grand méchant monde et il en fait désormais partie.

Crédit photo : NSA (Domaine Public – Wikimedia Commons)




Il y a du Aaron Swartz dans le projet Strongbox du New Yorker

« Le magazine américain New Yorker a annoncé la création d’une boîte informatique sécurisée nommée Strongbox, destinée à recevoir des informations en protégeant l’anonymat des sources » pouvait-on lire récemment sur le site des Écrans, qui ajoute : « La technologie utilisée a été développée par le jeune militant d’Internet et hacker Aaron Swartz, qui était poursuivi par la justice pour avoir pénétré une base de données universitaires et s’est suicidé en janvier ».

Nous avons voulu en savoir plus en traduisant l’article ci-dessous. Difficile de se départir d’une certaine émotion quand on sait ce qu’il lui est arrivé par la suite…

Strongbox - The New Yorker

Strongbox et Aaron Swartz

Strongbox and Aaron Swartz

Kevin Poulsen – 15 mai 2013 – The New Yorker
(Traduction : anneau2fer, Penguin, Sky, lgodard, Rudloff, Asta, Jere, KoS + anonymes)

Aaron Swartz n’était pas encore une légende lorsque, il y a presque deux ans, je lui ai demandé de développer une boîte aux lettres anonyme et open source. Ses réussites étaient réelles et variées, mais les événements qui allaient le faire connaître du grand public faisaient encore partie de son futur : sa mise en cause dans une affaire criminelle au niveau fédéral ; son essor en tant que leader du mouvement contre la liberticide Sopa ; son suicide dans un appartement de Brooklyn. Je le connaissais comme programmeur et comme activiste, un membre de la tribu relativement restreinte de gens qui savent transformer des idées en code — un autre mot pour « action » — et qui ont la sensibilité nécessaire pour comprendre instantanément ce que je cherchais : un moyen sûr pour les journalistes de communiquer avec leurs sources.

Il existe une fracture technologique grandissante : les écoutes de téléphones et d’emails, le piratage d’ordinateurs, sont des armes pour quiconque cherche à identifier les sources d’un journaliste. À quelques exceptions, la presse a peu fait pour se protéger : nos efforts en matière de sécurité de l’information tendent à se concentrer sur la partie des infrastructures qui accepte les cartes de crédit.

Aaron était au fait de ce genre de problème. Je l’avais d’abord rencontré en 2006, lorsqu’avec deux autres codeurs, il avait vendu le site d’info communautaire Reddit à Condé Nast, la maison mère de Wired, où je travaille, et du New Yorker. Tous trois se sont retrouvés dans une salle de conférence improvisée près du siège de Wired à San Francisco. Aaron se distinguait de ses collègues — il était angoissé, silencieux, et a expliqué dans un billet de blog à quel point il n’aimait pas travailler là.

Un lundi, il a quitté le bureau pour passer la journée au tribunal tout proche, où une audience avait lieu dans l’affaire Kahle contre Gonzales, une bataille constitutionnelle autour du copyright menée par le professeur de droit Lawrence Lessig. Lorsqu’il est revenu, il m’a demandé, un peu timidement, s’il pouvait écrire quelque chose sur le sujet dans Wired. Le billet de blog de 700 mots qui en résultât était bien écrit et énonçait clairement le sujet. Je me suis posé des questions sur ce jeune patron de start-up qui mettait son énergie dans le débat sur le copyright. Ça, et sa co-création d’un projet d’anonymisation appelé Tor2Web, était ce que j’avais en tête lorsque je l’ai approché pour mon projet de boîte aux lettres sécurisée. Il a accepté de le faire, tout en sachant que le code serait open source — la licence autorisant n’importe qui à l’utiliser librement — lorsque le système serait lancé.

Il se mit à coder immédiatement, pendant que je cherchais les serveurs et la bande passante nécessaires chez Condé Nast. Les normes de sécurité imposaient que le système soit sous le contrôle physique de la société, mais avec sa propre infrastructure isolée. Des autorisations ont du être demandées. Les cadres avaient des questions. Les juristes avaient encore plus de questions.

En octobre 2011, Aaron est venu dans les bureaux de Wired et nous avons travaillé sur quelques détails. Durant les années qui ont suivi, le mutisme tranquille d’Aaron s’est mué en confiance provisoire, sa morosité remplacée par un sourire désarmant et une douce générosité. Avant qu’il ne parte, je suis allé avec lui dans les nouveaux locaux, bien plus grands, de Reddit, qui se trouvaient à côté. Il entra, regarda autour de lui, et ressortit sans que personne ne l’ait reconnu.

Entre-temps, Aaron avait été inculpé pour le téléchargement de 4 millions d’articles de JSTOR, une base de données académique, depuis le réseau public du MIT. Cette affaire a dû lui peser. Mais il n’en parlait pas.

Il vivait a New York à cette époque, mes contacts avec lui étaient donc essentiellement électroniques. Le système, que nous appelions DeadDrop, était, pour nous deux, un projet secondaire, et Aaron en avait beaucoup de prioritaires. J’ai appris son protocole : quand il avait le temps de programmer, je pouvais le joindre par téléphone ou sur Skype. Nous avions de long échanges à propos de sécurité et de fonctionnalités ; Aaron rejetait ceux dont il pensait qu’ils compliqueraient trop le système — clés de chiffrement individuelles pour chaque reporter, par exemple.

À New York, un expert en sécurité informatique nommé James Dolan convainquit un trio de collègues de son industrie de rencontrer Aaron pour examiner l’architecture, et plus tard, le code. Nous voulions être raisonnablement assurés que le système ne serait pas compromis, et que les sources pourraient déposer des document de manière anonyme, afin que même l’organe de presse qui les recevrait ne serait pas capable de dire au gouvernement d’où ils venaient. James a écrit un guide de sécurité pas à pas très détaillé pour les organisations qui implémentent le code. « Il va un peu trop loin », disait Aaron dans un email, « mais ce n’est peut-être pas une mauvaise chose ».

En décembre 2012, le code d’Aaron était stable, et une date approximative de lancement avait été définie. Puis, le 11 janvier, il se suicida. Dans les jours qui suivirent, il était difficile de penser à autre chose que la perte et la douleur de sa mort. Un lancement, comme beaucoup d’autres choses, était secondaire. Son suicide a également fait apparaître de nouvelles questions : à qui appartient le code désormais ? (Réponse : ses dernières volontés indiquaient qu’il voulait que toutes ses propriétés intellectuelles reviennent à Sean Palmer, qui donna sa bénédiction au projet). Est-ce que ses amis proches et sa famille approuveraient de poursuivre le lancement ? (Son ami et exécuteur testamentaire, Alec Resnick, a signalé que c’était le cas). Le New Yorker, qui a un long passé de travail d’enquête sérieux, apparut comme le premier foyer pour le système. La version du New Yorker s’appelle Strongbox et a été mise en ligne ce matin.

Neuf jours après la mort d’Aaron, son avatar Skype si familier, est apparu sur mon écran. Quelqu’un, quelque part, probablement un membre de sa famille, avait démarré son ordinateur. J’ai dû combattre l’envie irrationnelle de cliquer sur l’icône et reprendre notre conversation. Puis il a disparu à nouveau de mon écran.




La surveillance étatique de masse, ça nous regarde !

Jacob Appelbaum est entre autres le fondateur du projet Tor, un réseau permettant de naviguer sur Internet de manière anonyme. Il en fait mention dans cette conférence inaugurale prononcée l’an dernier au congrès du Chaos Communication Congress, mais aussi des sérieux ennuis qu’il a eus avec les autorités américaines depuis un moment en particulier à cause de ses liens avec Julian Assange et Wikileaks. Pour en savoir plus à ce sujet, parcourez l’excellent livre d’entretiens auquel il participe : Cypherpunks (pour la version française, cherchez chez Jérémie Zimmermann, autre participant).

Il nous parle ici surtout de l’évolution de l’état de surveillance, ainsi que du dernier projet de la NSA à Bluffdale,  et ce que nous pouvons faire, et pourquoi cela nous regarde, d’où le titre original «Not my Department» qui peut se traduire par « pas mes oignons ». C’est tout le contraire dont il veut nous convaincre, tant l’urgence d’une action contre la surveillance généralisée lui semble s’imposer. Que Jacob Appelbaum ait été choisi pour inaugurer le Chaos Communication Congress ne doit certainement rien au hasard.

Ce texte de présentation et la traduction initiale de cette conférence sont le travail du framalinguiste émérite Sylvain Lemenn, Il a en outre réalisé tout le sous-titrage pour la vidéo de la conférence que vous pouvez voir sur cet article de son blog. Qu’il soit ici remercié de ce travail de longue haleine.

*  *  *  *  *

Bonjour Mesdames et Messieurs, je me réjouis d’être ici aujourd’hui, mais l’allemand n’est pas ma langue maternelle, aussi vais-je continuer en anglais.

C’est un honneur d’être ici aujourd’hui. Le Chaos Computer Club est comme une famille pour moi. Et c’est un si grand honneur de pouvoir vous parler à tous ici, et c’est ridicule que l’on m’ait demandé de faire ce discours d’ouverture. J’espère que je ne suis pas en train de faire perdre 3000 heures collectives aux personnes les plus intelligentes de cette planète pour ce que j’ai à leur dire dans les 60 prochaines minutes.

Je veux commencer en remerciant tout le public pour ma présence ici. Et aussi des personnes en particuliers, je veux parler de Laura Poitras, qui est la femme qui se trouve ici, car elle a produit et édité les vidéos que l’on va voir. J’ai travaillé pas mal avec elle, et c’est vraiment une artiste formidable et stimulante, que j’aime beaucoup. Et je voudrais commencer en faisant la lecture d’une vidéo, qui fait partie d’un projet d’art sur lequel nous travaillons, sur lequel beaucoup de monde travaille, et si on pouvait faire la lecture de cette première vidéo, je pense que ce serait un bon moyen de commencer.

Super. Donc maintenant nous avons une idée de la teneur de mon discours, n’est-ce pas ? Juste au cas où il y aurait une quelconque suspicion que je changerais de cheval de bataille en chemin.…

C’est un lieu, il s’appelle Bluffdale, dans l’Utah. Et c’est un des plus gros centres de données que nous connaissons, que la NSA est en train de construire. Et il y a la question, bien sûr, de la nature de ce qu’ils sont en train d’essayer de construire, et du pourquoi, ce qu’ils comptent exactement faire avec cet espace et comment. Et je vais parler un peu de ça. Très bien.

Et ce que j’espère souligner, c’est que cela nous regarde tous.

Donc c’est un opération lente. Mais il n’y a pas vraiment quoi que ce soit que l’on pourrait reprocher, dans cette opération, c’est juste la construction d’un très grand bâtiment. Et maintenant je vais lire des adresses, qui ont été transmises, quand Bill Binney, Laura, et moi-même avons fait un show chez Whitney.

2651 Olive Street, St. Louis, Missouri, 63103 United States.

420 South Grand Los Angeles, California, 90071 United States

6/11 Folsom Street, San Francisco, California, 94107 United States

51 Peachtree North-East Atlanta Georgia, 3030 United states

10 South Cannala Chicago Illinois 60606 United States

30 East Street South West Washington DC, 20024 United States

811 10th Ave New York, New York, 10019 United States

12967 Hollenberg Drive, Richtown

Un centre d’interception conçu pour stocker des données pendant un siècle

Ces adresses sont potentiellement des centres d’interception des communications locales aux États-Unis. L’une d’entre elles a été confirmée par Marc Klein, qui a sonné l’alarme et évoqué le fait que la NSA faisait de la surveillance intérieure. Moi et beaucoup d’autres personnes pensons que le but de centre de données est de bâtir quelque chose pour enregistrer et traiter une grosse quantités d’interceptions, selon les calculs de Bill Binney, qui a été analyste à la NSA pendant presque 40 ans. Il pense que ce centre sera utilisé pour stocker des données pendant probablement quelque chose comme un siècle. Et donc en théorie, on pourrait penser que ce n’est pas grand-chose, on n’a pas de souci à se faire. Je veux vraiment m’assurer qu’on va couvrir dans ce discours ce qui va se passer tout de suite, que ceci ici est dans les pensées de tout le monde. Un centre de données conçu pour stocker des données pendant un siècle semble être une théorie raisonnable pour ça. Et si vous lisez les informations disponibles à ce sujet, vous vous apercevrez en fait que cela semble être, probablement, une sous-évaluation. Et probablement, comme il y a plus d’un centre comme celui-ci, qu’il y a la possibilité qu’un siècle soit la version courte.

Et c’est une proposition extrêmement effrayante. Donc, l’une des raisons pour lesquelles je voulais vous montrer ça. Je veux en faire mon fil directeur, mais je veux vous communiquer une citation, qui est « Rien ne renforce la raison et n’augmente notre conscience plus que la responsabilité individuelle » qui est une citation d’une féministe connue sous le nom d’Elizabeth Stanton. Ceci je pense est utile quand on parle de choses qui ne sont pas nos oignons.

Car, qu’avons-nous à voir avec la NSA ? Qu’est-ce qu’on en a à faire de ce centre de données géant qui se construit à Bluffdale ? eh bien, en fait ce qui est en partie si effroyable, c’est qu’avec Internet et les systèmes de télécommunications tels qu’ils existent aujourd’hui, il n’y a pas vraiment de frontière géographique. Cela change vraiment ce dont on peut et ne peut pas se soucier par rapport à avant. Le point crucial, c’est que les interceptions de la NSA, ces points d’interception, ils transporteront pas seulement le trafic des Américains, ils transporteront les paquets de tout le monde par Internet. Donc, se soucier de ce centre de données, c’est en fait une tâche très sérieuse que l’on doit étudier. Car en fait, cela impacte tout le monde. Mais même si on n’utilisait pas Internet, cela influe sur les gens qu’on aime de manière indirecte. Donc j’espère que dans les 50 minutes à venir, je serai capable de vous convaincre que ces choses sont vos oignons.

Et je veux en quelque sorte commencer à parler de ce que Rop et Frank avaient parlé pendant ces dernières années. Est-ce que quelqu’un ici a vu ces discours qu’ils ont donnés, comme le discours « On a perdu la guerre », et « Comment la société pourrait s’effondrer ? » Est-ce que vous pouvez lever la main pour ça ? Ok, donc, un peu près la moitié d’entre vous. Je veux dire qu’ils en ont parlé, et ils ont dit que nous avons perdu la guerre, la guerre sur le renseignement. Essentiellement, tellement de gens ont fait le choix de basculer du côté obscur de la force, comme cela a été appelé, c’est-à-dire travailler sur l’inspection de paquets, les équipement de censure, les équipement de surveillance, le ciblage d’informations, etc. C’est, en fait, ce qui s’est passé. Si vous regardez les métiers qui offrent des très bons salaires, que les gens connaissent, ce sont en général des métiers sur des systèmes de contrôle. Il y a des postes de recherche évidemment qui existent dans le monde,mais on gagne bien plus à travailler pour Lockheed Martin qu’à travailler pour une université. Donc les gens vont choisir, pour parfois de bonnes raisons, ou pour des raisons qui se comprennent, de faire ce genre de tâche. Et parfois des gens vont même recourir à des arguments d’ordre moral en disant des choses comme « grâce à Stuxnet, nous avons été capables d’éviter la violence ou de bombarder une usine ». Bien sûr, la réalité c’est que ces choses ne sont pas utilisées toutes seules, elles sont utilisées de concert avec les bombardements d’usines. Donc, il est certainement intéressant de mentionner que ces types, Frank et Rop, de même que bien d’autres personnes qui n’ont pas protesté et communiqué au Congrès leurs idées, que ces personnes tapaient vraiment en plein dans le mille.

Résister à un état policier et renverser la vapeur si on le souhaite

Et malheureusement maintenant, nous vivons dans le monde qu’ils annonçaient. Et c’est un monde incroyablement effrayant, et ces dernières années, j’ai eu le malheur d’être pris pour cible par une bonne partie de ce monde. Et je peux vous dire que cela a été un nombre de jours particulièrement désagréables. Vivre un jour après l’autre c’est la façon de le prendre, ou de s’en accommoder, et ce n’est pas une façon agréable ou facile de vivre. Et quand Frank et Rop ont parlé de cela, ils avaient encore une dose d’espoir dans leur voix, et je pense que c’était important. Donc ce que je voulais faire, c’était de prendre cet espoir et de se focaliser dessus. Et d’essayer de le prendre et de dire qu’en dépit du fait qu’il y a des systèmes de contrôle oppressants et qu’en dépit du fait qu’on vit tous maintenant dans un état policier, qu’il serait toujours possible, et je pense raisonnable de résister à cet état policier et de renverser la vapeur si on le souhaite. Et je pense qu’un jour pourrait venir où ce ne serait pas vrai. Je ne crois pas que ce jour soit arrivé aujourd’hui.

Donc, Frank voulait vraiment que j’insiste sur ce point, que l’on peut faire un choix de ce que l’on veut faire avec notre temps. C’est la notion du côté clair et du côté obscur de la force. Je ne pense pas personnellement que ce genre de blanc et noir, white hats et black hats, l’éthique des white hats et black hats, rime à grand chose, car je ne définis pas mon cadre moral et éthique en faisant des comparaisons avec des westerns en noir et blanc des années 50, et je voudrais dire qu’il y a une nuance ici. Mais il y a des choses simples que vous pouvez faire pour décider si vous travaillez sur quelque chose qui est oppressant. Et l’une d’entre elles est juste de vous demander si vous travaillez sur un système qui aide à contrôler d’autres personnes, ou si vous travaillez sur un système qui aide d’autres personnes à avoir un contrôle sur leur propre vie. Et c’est un test vraiment simple. Si vous travaillez sur l’inspection de paquets qui sera effectuée sur des gens qui n’ont pas leur mot à dire dans l’histoire,vous travaillez sans doute pour l’oppresseur. Ce n’est pas garanti, car il y a plusieurs facteurs qui rentrent en compte. Blue Coat ne considère sans doute pas qu’ils sont un outil dans l’arsenal des dictatures militaires. Mais la réalité c’est que quand le gouvernement d’Assad ou que la dictature militaire birmane ou que leurs soi-disant entreprises libérales en Birmanie utilisent Blue Coat, ce qu’elles font. Elle le font depuis quelques temps, et elles vont probablement continuer, Blue Coat fait en réalité partie du système de contrôle. Maintenant, sont-ils responsables ? C’est une bonne question. Je n’en ai pas la réponse, mais j’ai une réponse pour décider si oui ou non je pense qu’ils jouent un rôle dans cela, et c’est oui. Quel rôle ? eh bien cela reste à déterminer.

Et ce que j’espère, c’est que des personnes, particulièrement celles qui sont dans cette pièce, ont en réalité fait le choix qui est l’opposé de cela, qu’elles ont fait le choix de travailler sur des systèmes qui aident les gens à être libres. Quand, par exemple, nous voyons Mitch Altman de Noisebridge, qui a consacré sa vie à enseigner l’électronique aux gens, et à faire du matériel libre et du logiciel libre, nous voyons qu’il donne du pouvoir aux gens de manière positive. Et c’est quelque chose qu’en tant que communauté, je pense qu’on devrait vraiment faire la démarche de louer les gens qui font cela. Bunnie Huang qui fait du matériel libre, c’est un héros, vous pouvez l’applaudir si vous voulez. Le truc, c’est que je ne peux sans doute pas le faire, mais j’ai écrit un nom, une liste des noms des personnes qui m’ont inspiré, un jour que je prenais le petit déjeuner. Et elle est plutôt longue, donc je ne vais pas tout vous lire, mais c’est vrai aussi pour Lady Ada, Christine Corbett, et d’autres gens formidables partout. Des gens qui n’ont pas de nom, qui sont en fait anonymes dans la communauté, mais on devrait les considérer, et on devrait les considérer avec fierté, et et on devrait les considérer en apportant un soutien et une aide réciproque, et de la solidarité. Car il ne s’agit pas juste du négatif. Tout le monde ici ne travaille pas pour FinFisher, n’est-ce pas ? Et en fait, il y a sans doute plus de personnes qui travaillent contre FinFisher, merci pour ça. Dans ce but, nous pouvons faire un choix sur ce que nous aimons faire. Et il est possible de gagner sa vie en faisant du logiciel libre pour la liberté, au lieu de logiciels propriétaires malveillants pour les policiers…

Mais il y a un coût pour cela, et je veux attirer l’attention sur un point dans la vidéo suivante. Je vais être silencieux pendant sa lecture, contrairement à la dernière., et elle dure une minute, donc si vous pouviez la lire…

« Est-ce que la NSA intercepte régulièrement les courriels des citoyens américains ? »

— Non.

— Est-ce que la NSA intercepte les communications téléphoniques des Américains ?

— Non.

— Des recherches sur Google ?

— Non.

— Des textos ?

— Non.

— Des commandes sur Amazon.com ?

— Non.

— Des relevés bancaires ?

— Non.

— Quel accord légal est nécessaire pour que la NSA intercepte des communications et des données impliquant des citoyens américains ?

— Aux États-Unis, ce serait le rôle du FBI. Si c’était une personne en-dehors des États-Unis, la NSA ou d’autres services de renseignements sont autorisés à le faire. Mais pour mener ce genre de collecte de données aux États-Unis, vous auriez à consulter un juge, et le juge devrait l’autoriser. Nous ne sommes pas autorisés à le faire, et nous ne le faisons pas. »

Je pense que vous pouvez comprendre les sous-entendus ici, qui sont « je suis protégé, mais pas vous ». Je parie que ça vous comble de bonheur. Donc ce centre de données que nous regardions, ce qu’il vient de témoigner devant le congrès, c’était le général Alexander, c’est probablement la personne la plus puissante au monde, même plus puissante que le président des États-Unis, ou tout autre dirigeant au monde. Il dirige l’infrastructure de renseignement pour toute la NSA. Et il a des liens avec le reste des services de renseignement aussi. Donc ce qu’il dit simplement, c’est que s’il n’y avait que des Américains, par hypothèse, aux États-Unis, ils seraient sans doute tranquilles. Ce qui ne me réjouit pas, car il y a sept milliards de personnes sur cette planète, et seulement quelques-uns sont Américains, pourquoi devraient-ils être traités de manière spéciale pour cela ?

Donc ce gigantesque centre de données que nous voyons, il est pour chacun d’entre vous. Et il est aussi pour moi, car en dépit du fait que je suis américain, être associé avec Wikileaks, c’est comme… eh bien, ce n’est pas du bon temps aux États-Unis. Donc il y a un truc à dire ici, qui est que ce type est un putain de menteur tout d’abord, car nous tenons de Mark Klein la certitude que la NSA était en fait en train de mener une surveillance globale de toutes ces choses. Donc direct, le type est un menteur. Mais en plus d’être un menteur, ce qui déjà bien grave dans ce contexte, il ne fait même pas du tout semblant de prétendre que vous ayez une quelconque valeur. Et que vous avez des droits. Et que vie privée est importante. Et que votre dignité humaine compte, en raison de l’endroit où vous êtes nés, et du drapeau qu’il s’imagine que vous avez. Ceci pour moi est très déprimant, et en fait j’ai l’impression que cela donne au reste de l’humanité qui vit aux États-Unis une très mauvaise image, et donc j’en suis très désolé.

Quand vous êtes pisté, c’est le début de la fin de vos libertés

Mais je veux parler d’autres choses, qui concernent cela aussi, car si on réfléchit juste à la surveillance de masse de manière séparée, on aura, je pense, un petit problème, une petite suite de problèmes en fait. Donc parlons d’autres choses qui ont toutes des caractéristiques d’un état policier. Tout d’abord, la rétention de données et le flicage rétroactif, qui sont clairement des violations des droits de l’Homme en Europe c’est clairement le cas, ce genre d’activités fait de tout le monde un suspect. Et être un suspect, c’est déjà ne pas être libre d’après mon expérience, et en fait, au 18e siècle, il y avait un auteur britannique qui a écrit : « être libre de tout soupçon est l’une des premières libertés qui est importante pour être libre le reste de votre vie ». Quand vous êtes pisté, quand on enquête sur vous en raison d’un caprice de quelqu’un, c’est le début de la fin de votre liberté. Donc, il semble que la rétention de données soit le début de la fin d’un paquet de vos libertés. Et c’est une chose très effrayante. Et quand des gens font du flicage rétroactif, c’est quand ils génèrent ce manque de liberté d’une façon bien spécifique. Et puis ils font ce genre d’actions, cela dépend, bien sûr, dans quel état vous vous trouvez et quelles lignes de fibre optique vous avez utilisées quand vos bits les ont empruntées.

Mais comment est-ce que cela se passe ? Cela dépend, n’est-ce pas ? Et cela dépend d’une manière bien précise, donc par exemple, les attaques par drones, et je ne parle pas uniquement de la mort de l’innocent Anwar al-Aulaqis, ce gamin de 16 ans au Yemen, mais les morts par attaques de drones de milliers de personnes. Les informations sur les cibles sont envoyés à la CIA et à d’autres groupes depuis des centres d’écoute, de centrales de renseignement. Donc il y a un lien direct entre le renseignement, et le soutien à de véritables meurtres. C’est quelque chose d’effrayant, mais ce qui le rend encore plus effrayant, c’est la manière dont ces attaques par drones sont conduites, c’est-à-dire que c’est le comité central qui va décider qui vit, et qui meurt, ou la Chambre étoilée d’assassinat d’Obama, ce comité central, qui m’a l’air de ressembler à la logique soviétique dont je me rappelle de mon enfance. Ce comité central décide de manière non démocratique qui va être assassiné. Et c’est à un ou deux pas du renseignement. Donc quand vous aidez l’état policier, vous aidez littéralement à faire tuer des putains d’enfants. C’est quelque chose qui ne va peut-être pas m’aider à dormir la nuit.

Et vous pouvez choisir de ne pas en faire partie. Presque tout le monde ici, je pense, a fait ce choix. Mais si vous n’êtes pas décidés, je suppose que vous pouvez devinez dans quel camp je vous suggérerais d’aller. Mais il y a d’autres pistes. Admettons que les attaques par drones semblent un peu trop farfelues, n’est-ce pas ? Eh bien, en Ouganda, il y a eu un projet de loi depuis un moment qui semble presque annulé, mais pas tout à fait, pour lequel ils voulaient donner la peine capitale pour être un homosexuel, où le cas d’homosexualité prononcée est un crime. Je pense que c’est quand vous continuez à vous branler, je ne suis pas très sûr de connaître la définition de « homosexualité prononcée ». Mais la simple idée que quelqu’un pourrait être forcé de vous dénoncer, sinon il risque la prison, voilà quelque chose qui va être profondément modifié par la surveillance.

Bien sûr, nous pouvons parler de thèmes plus généraux, comme l’oppression du peuple tibétain par la Chine, nous pouvons parler des portes dérobées pour la police, et d’autres soi-disant logiciels malveillants d’interception légale, nous pouvons parler des guerres d’agression en Irak et en Afghanistan, de l’état policier touche-à-tout. Et c’est bien plus que ça, dans ce cas de figure l’état policier fait partie du système de contrôle qui cause tant de souffrances. Il peut aussi amener de bonnes choses dans ce monde, mais avec le secret, l’état policier devient une chose totalement inacceptable.

Donc on peut s’intéresser à d’autres choses qui sont tout aussi préoccupantes, et on peut voir qu’il y a des connexions qui ne sont pas évidentes. Les procès militaires des prisonniers politiques en Égypte, le génocide du peuple syrien, maintenant la justice britannique et suédoise en ce qui concerne Julian Assange, Les sympathisants nazis en Allemagne qui ont donné des passeports à des meurtriers nazis et qui n’ont toujours pas de compte à rendre, l’oppression et les coups portés contre les gens en relation avec Wikileaks, ou soi-disant contaminés par Wikileaks, les entreprises qui vendent des équipements à des dictatures brutales et des régimes autoritaires pour du renseignement aussi bien que de la censure, voire les deux.

La réalité, c’est que la police secrète et les agences de renseignement changent en fait notre capacité à nous gérer nous-mêmes librement, et elles le font d’une telle manière que ce n’est pas évident, et il semble impossible de résister. Parce que ces choses elles-mêmes sont secrètes, il devient extrêmement difficile pour nous de même savoir où commencer à résister. En son cœur, aux États-Unis, au point où on en est, c’est que nous avons des lois secrètes avec des interprétations secrètes, et un manque total de responsabilité. Fondamentalement, ce que sont ces choses, c’est qu’elles sont des méthodes avant-gardistes de répression, qui sont les prémices avant-gardistes du totalitarisme, elles sont paternalistes, insultantes, et soi-disant au-dessus de la loi.

quand on émet des critiques, on est écrasé

Si vous avez jamais eu l’occasion de rencontrer certaines des personnes qui travaillent dans les agences de renseignement qui sont toujours en place, certaines d’entre elles sont plutôt bien, elles sont au fond des personnes extraordinaires, mais en ce qui concerne leur travail, elles sont plutôt mal barrées. C’est-à-dire, si ces gens veulent garder leur travail, ils n’ont pas vraiment la liberté d’émettre des désaccords. Si on s’intéresse à des personnes, par exemple Bill Binney ou Thomas Drake, ce que l’on voit, c’est que quand on émet des critiques, on est écrasé. Votre vie de famille serait ruinée. Il y un prix très lourd à payer pour dire la vérité, il y a un prix très lourd à payer pour un système plus juste. Bill Binney m’a vraiment épaté d’une manière spéciale. Je pensais, sûrement qu’avec un type qui a travaillé à la NSA pendant 40 ans nous n’aurions pas grand-chose en commun, mais il s’avéra qu’il me dit qu’il pensait que l’espionnage était en fait un acte immoral, mais que peut-être pendant la guerre froide c’était un mal nécessaire. C’est-à-dire, que peut-être ils pouvaient empêcher une guerre atomique totale, et en même temps il concéda que ce n’était pas la bonne chose à faire que d’espionner les gens, que ce ne devrait pas être une fin en soi. Je fus vraiment touché par cela, car d’habitude c’est quelqu’un va dire « eh bien, sauf pour les Américains. Vous pouvez espionner tout le monde, mais pas les Américains. » Et pour lui, le déclic a été, si je le comprends bien, quand il a décidé qu’il était mal d’espionner tout le monde, et quand ils ont décidé d’espionner les Américains, il était clair qu’on ne pouvait pas leur faire confiance pour espionner qui que ce soit, pas un seul individu, et le faire d’une manière qui débouche sur de la justice. Cela m’a beaucoup surpris, m’a en réalité fait changer d’opinion plutôt radicalement à propos des personnes qui pourraient travailler à la NSA. Mais après, il s’avère qu’il a beaucoup souffert en conséquence de son opinion, donc peut-être que cela ne change pas trop mon opinion de beaucoup par rapport aux gens qui y sont encore.

Mais fondamentalement, les droits de l’Homme devraient en théorie être quelque chose pour lesquels on travaille collectivement en tant qu’être humain, en tant que peuple. Et pourtant, il ne semble pas vraiment que c’est ce qui est en train de se passer. Il y a beaucoup de théories à ce sujet, mais si vous tuez des centaines de milliers de gens, c’est très difficile de parler des bénéfices de ces technologies d’une manière qui ne ressemble pas à du fanatisme, juste du fanatisme basique. Donc, il arrive que l’on se construise des défenses psychologiques à ce sujet. Donc pour la moitié des personnes que j’ai rencontrées et avec lesquelles j’ai discuté, quand c’est la première fois qu’elles pensent à l’état policier, elles en parlent avec leur réaction première, quand elles ont passé 5 minutes à y penser. Et elles disent : « eh bien, cela ne me concerne pas », ou « cela ne va pas changer ma vie », « en fait, les seules personnes qui vont sentir un changement, seront les personnes qui le méritent », « vous savez, celles qui font l’objet d’une enquête légitime ». Je ne suis en fait pas sûr de savoir ce qu’est une enquête légitime, quand vous ne pouvez pas tenir les gens pour responsables, et qu’il y a des lois secrètes. Être gouverné par des lois et être soumis à la loi n’est pas exactement la même chose. La gouvernance par décrets ne veut pas dire qu’elle est juste, juste parce que c’est écrit, particulièrement si l’interprétation est secrète.

Donc, après que les gens reconnaissent que cela pourrait changer leur vie, il y a quelque chose d’extraordinaire qui se passe, et l’une d’entre elle, c’est que les gens vont essayer de minimiser leur rôle dedans, en disant des trucs comme « eh bien, ce ne sera pas possible de me retrouver dans ce gigantesque ensemble de données », ou « même si je me distingue, rien ne va m’arriver ». Et puis finalement, s’il leur arrive d’être aussi malchanceux que je l’ai été ces dernières années, ils diront quelque chose comme « eh bien le système marche, et aucune injustice ne va arriver, car l’état est bienveillant ». Il n’y a pas beaucoup de personnes que j’ai rencontrées qui en sont à cette étape, et qui continuent vraiment à croire cela pour très longtemps. Cela pourrait être bien de considérer qu’on n’a pas besoin d’en arriver là pour reconnaître qu’il y a une grande démence dans cette manière de penser, dans ce schéma de pensées. Il se pourrait que l’état policier qui existe en fait, est problématique, même si vous ne comprenez pas complètements ses effets négatifs. Donc vous pouvez voir cela aussi comme mécanisme de défense dans les groupes, en réaction.

Je pense, que la séparation entre Wikileaks et Open Leaks est probablement le meilleur exemple du fait que les groupes, même des groupes bien soudés, vont diverger, vont générer des rancunes, et que ce sera en fait un désastre. Et c’est très triste, tragique même, et ce genre de chose, même quand on essaye de les combattre, on n’est pas très sûr de savoir comment elles arrivent. Je veux dire, dans l’histoire on peut voir comment ces genres de disputes peuvent arriver, mais le fait est qu’on n’en tire pas toutes les leçons. Donc, c’est plutôt triste, que l’on concentre autant d’énergie sur des éléments avilissants comme quand quelqu’un fait un truc génial, et que quelqu’un dit « ah oui, mais ce truc », et la discussion s’entame sur ce truc. Je pense, en fait, qu’il pourrait être plus sensé de se concentrer sur les choses positives, aussi. Il est vrai que parfois les gens font du matériel libre et du logiciel libre, mais avec un blob propriétaire, cela ne veut pas dire qu’on ne devrait pas les remercier, et les créditer pour ça, en fait, vraiment les féliciter de donner autant d’efforts pour faire des choses les plus libres possibles. C’est trop dommage qu’un truc ne soit pas libre, mais peut-être qu’on peut fournir un effort supplémentaire et libérer ce truc-là. C’est presque la même observation, mais la façon dont c’est dit nous permet d’y penser comme si on faisait partie du projet. Et cela aide à garder les gens ensemble, et cela aide à garder les gens motivés pour travailler ensemble, en fait. Je pense que c’est une idée utile, d’essayer d’adopter ce comportement.

ce mécanisme de défense qu’ont les gens, de penser qu’ils sont journalistes, donc protégés, et que personne ne va rien leur faire, c’est un non-sens. Aux États-Unis, chaque journaliste qui est soumis aux tentacules des écoutes du sans fil est… surveillé

Nous avons aussi des défenses psychologiques à propos du monde physique, ce dont j’ai personnellement une grosse expérience. Par exemple, cette idée que les mandats sont obligatoires pour pénétrer dans une maison, que votre lieu physique est d’une façon ou d’une autre protégé, c’est une idée dépassée, Je ne le crois certainement plus maintenant, c’est un peu triste, mais cela ne semble pas être le cas. Aux États-Unis, il y a une chose appelé le Patriot Act. Et la section 215 du Patrio Act dit essentiellement quelque chose, et c’est interprété d’une toute autre façon, c’est à dire, qu’il y a une interprétation secrète de la section 215 du Patriot Act. Et si vous questionnez Bill Binney à ce sujet, il vous dirait que c’est de bonne guerre. C’est-à-dire, peu importe ce que vous pensiez que la Constitution disait, ou peu importe ce que vous pensiez que la Déclaration universelle des droits de l’Homme disait, ce n’est pas vraiment ce qui est en train de se passer. Et donc, ce mécanisme de défense qu’ont les gens, de penser qu’ils sont journalistes, donc protégés, et que personne ne va rien leur faire, c’est un non-sens. Aux États-Unis, chaque journaliste qui est soumis aux tentacules des écoutes du sans fil est… surveillé, hors de toute considération des protections du journalisme en général.

Chaque membre du Congrès, chaque personne dans cette pièce, particulièrement chaque personne dans cette pièce. Et bien sûr, des gens vont dire des choses comme « bah, ne traverse pas la frontière avec quoi que ce soit ». C’est juste tellement stupide. Donc vous savez, par exemple quand j’ai traversé la frontière avec un téléphone, je ne suis en fait pas autorisé à vous dire ce qui est arrivé au téléphone. Et évidemment c’était une erreur de traverser la frontière avec un téléphone. Mais ce n’était pas tant une erreur, puisqu’un téléphone se connecte au système téléphonique, et chaque numéro dans ce téléphone avait déjà été utilisé pour répondre à un appel, donc ce n’est pas comme si ce jour-là, il n’était pas déjà dans les mains des oppresseurs… En l’occurrence il y avait aussi dans le répertoire des faux numéros supplémentaires juste pour s’amuser. Je veux dire, si un état policier se met à arrêter des gens coupables d’avoir des relations, vous voudriez être sûr d’avoir des numéros de connards dans votre téléphone, n’est-ce pas ?

(applaudissements)

rien ne va plus gâcher votre nuit que sentir qu’il y a un état entier qui vous marche sur la gorge

Mais la réalité, c’est que quand je ne peux pas passer la frontière avec quelque chose de compromettant, c’est moi qui décide d’être docile, et c’est moi qui décide d’accepter oppression. Et chacun ici pourrait faire ce choix, mais je dis « merde », ce n’est pas un choix qu’on devrait avoir à faire. C’est en fait un mécanisme pour faire avec, et ces mécanismes viennent en réaction au sentiment qu’on n’a pas de moyen d’action, qu’on est totalement impuissant, par exemple les gens qui ruminent des pensées comme « comment je vais manger ? », « comment je vais nourrir mes enfants ? », « comment je vais les éduquer ? », « si je ne joue pas le jeu, si je ne me soumets pas, ils vont me faire vivre l’enfer ? ». Une partie du problème ici, et c’est marrant de dire ça en Europe car le contexte est si différent, une partie du problème ici est l’état. Quand l’état a le pouvoir pour nous faire avoir ce genre de pensée dans notre tête, quand il nous permet de créer et de faire ces choix, nous devenons moins libres. Donc, peut-être qu’en reconnaissant ces mécanismes, et qu’en essayant d’identifier le suivant sur la liste, essayer d’isoler la prochaine pensée, cela pourrait être utile. Je pense que c’est utile. Et en ce qui me concerne, ce que j’ai essayé de faire, de reconnaitre, c’est que j’essayais de m’arranger avec une situation qui était ingérable. Je veux dire, rien ne va plus gâcher votre nuit que sentir qu’il y a un état entier qui vous marche sur la gorge. Ce n’est même pas cool d’en parler en soirées, je veux dire il n’y a vraiment pas grand-chose de sympa là-dedans.

Mais il y a du bon à en tirer, c’est de montrer aux gens qu’on n’est pas sans option. Que cela ne termine pas simplement dans les pleurs. Je veux dire, cela pourrait, mais pas tous les jours. Vous pouvez choisir comment cela se passe. J’ai eu l’opportunité de rencontrer le Dalaï Lama en Inde, il y a un peu près deux semaines, et de rencontrer le peuple tibétain qui s’est échappé du Tibet sous le règne de oppresseur chinois. Des gens qui ont été électrocutés, eu le crâne fendu, les tripes arrachées, les dents cassées, leur famille emprisonnée, tout y passe, ils l’ont vécu. Et j’ai pris conscience que je n’ai pas de problèmes, par comparaison, mais j’ai compris ceci : ce sont les personnes les plus accueillantes que vous puissiez imaginer, c’est plutôt touchant, en dépit du fait qu’ils représentaient une théocratie brutale il y a un siècle, ils ont certainement appris depuis. Et c’est un fait que nous pouvons décider comment nous faisons face à ces choses. Nous pouvons devenir de plus en plus froids, ostracisés, nous pouvons nous détruire, nous pouvons affaiblir nos communautés, nous pouvons travailler contre nos intérêts dans le long terme, ou nous pouvons essayer de trouver de la joie dans la vie que nous avons, et nous pouvons essayer de faire un monde meilleur que celui dont nous venons, dans lequel nous avons vécu.

Quand je regarde Bill Binney, et Thomas Drake, et Jesselyn Radack, et John Kiriakou, qui sont des lanceurs d’alertes importants aux États-Unis, et trois d’entre eux sont en fait dans le public ici, et font une conférence que vous devriez voir, plus tard aujourd’hui. C’est la meilleure chose de ce Congrès, et j’inclus ce discours (rires). Ces types et Jesselyn sont incroyables, et je recommande que vous écoutiez leur histoire, car ils seront capables de vous dire ce que cela fait que de protester pour les bonnes causes, et même d’essayer de le faire de la manière la plus directe possible, par les voies normales. Binney a en fait passé dix ans dans le système lui-même, tout ça pour conclure que le système ne marche pas comme il devrait pour régler les problèmes dont il est censé s’occuper. Donc c’est une personne, qui je pense, a épuisé tous les recours possibles, que je n’aurais même pas considérés. Mais il m’a prouvé que je ne m’en serais pas donné la peine pour de bonnes raisons. Je veux dire, cela ne marche pas bien, et il y des choses à dire à ce propos. Mais leur histoire, je ne peux la raconter comme il faut, de même que je ne peux pas raconter l’histoire de Bradley Manning, ou celle de Julian Assange, et ce à quoi il est confronté maintenant. Mais ce que je peux dire de ces choses, c’est que si on les compare et confronte avec l’histoire de Robert Bails, le soi-disant massacreur (on peut employer ce mot je suppose), c’est que quand vous êtes au service de l’état, même si c’est pour tuer (il paraît) vingt afghans, ils vous emmèneront en deux temps trois mouvements, vous donneront du temps pour votre famille. Au contraire du cas de Bill Binney qui a un pistolet braqué sur sa tête quand il prend sa douche, ils s’assurent juste de l’emmener vers le centre de détention général de Leavenworth. Comparez ça à disons, Bradley Manning, qui a passé des mois à être torturé à Quantico avant de découvrir le centre de détention général de Leavenworth.

Il y a quelque chose à dire à propos de ce genre d’exemples qu’on a vus avant, et je pense que ce que l’on peut dire, c’est que certaines personnes ont un chemin très difficile, et quand elles choisissent d’emprunter ce chemin, cela vaut le coup de faire ce choix ; Bill, Thomas, et Jesselyn ont travaillé très dur en essayant de montrer au monde, qu’en fait cela ne vaut pas vraiment le coup de renoncer, mais ce n’est pas une tâche facile, et quand on parle à Thomas, de l’impact que cela a pu avoir sur sa famille, il est clair pour moi que l’état a fait exprès que ce soit dur, c’est une de leurs tactiques.

Mais la conséquence, c’est que les gens pensaient que moi, ou les gens qui parlaient de l’état policier, qui parlaient du centre de données de l’Utah, que nous étions complètement cinglés. Mais maintenant ce n’est pas le cas. Plus personne ne pense cela maintenant. Maintenant nous comprenons que le programme d’écoute de la NSA existe. Nous comprenons que le centre de données est là pour espionner sur nous tous. Nous ne cherchons plus à nier les faits. Nous ne les nions plus. C’est la réalité. C’est à cause des choses qu’ils ont faites qu’il en va ainsi. C’est en raison du courage qu’ils ont dans leur cœur, et des souffrances qu’ils ont endurées.

l’anonymat à lui tout seul n’est pas assez. Il faut aller plus loin.

Et le but n’est pas de larmoyer sur leur cas, et le but n’est pas de dire que l’anonymat n’est pas important, c’est juste de dire que l’anonymat à lui tout seul n’est pas assez. Il faut aller plus loin. L’anonymat va vous faire gagner du temps, mais il ne va pas apporter de la justice à tout le monde. Il ne va certainement pas leur apporter de la justice, et cela ne les aiderait pas de toutes façons, car sur le long terme, il est facile pour l’état de lever l’anonymat de tout le monde, en fait je pense que ce sera assez facile de lever l’anonymat de presque tout le monde dans un état totalement policier, car nos habitudes nous trahiront, car notre manière d’écrire nous trahira. Donc, en théorie, les choses que j’ai dites sont des choses qui ne sont probablement pas un scoop pour personne ici, et vous entendez souvent cela comme tactique de déni, « eh bien, ce n’est rien de nouveau, il n’y a rien de spécial ici ». Bien, je l’entends. Et j’aimerais vous soumettre un « arrêtons de jouer les gros malins », car il est vrai que certaines de ces choses ne sont pas nouvelles, mais la réalité c’est que nous devons faire quelque chose à ce sujet, et peu importe pour combien de temps on a su que cela ne tournait pas rond. Donc il y a des choses que nous pouvons faire en réalité.

Et cela vaut la peine de mentionner que cela n’arrive pas qu’aux informateurs, ou à leurs connaissances, ceux qui sont les personnes les plus dangereuses sur Internet, ou à ceux sous anonymat, ou des choses comme ça. Cela arrive à Monsieur Tout-le-monde. Et je vais vous parler à peu près deux minutes, eh bien c’est un exemple très personnel et je me suis demandé si j’allais le mentionner ou non, et je pense que je vais en parler, juste parce que je pense que c’est important.

Aux États-Unis, ce n’est sans doute pas une surprise pour la plupart d’entre vous, j’ai une mère. Mais ma mère et moi ne sommes pas spécialement proches, et malheureusement pour elle, ma mère est plutôt une malade mentale, et sa vie est plutôt tragique, plus tragique que celle des personnes que j’ai mentionné jusqu’ici. Mais ce qui est le plus tragique en ce qui la concerne, c’est que pendant ces deux dernières années, à peu près quand on a commencé à me harceler aux États-Unis, mais probablement sans aucun lien, elle a été arrêtée et emprisonnée. Et l’état a en fait violé toutes les lois que vous pouvez imaginer en l’arrêtant, y compris l’irruption dans sa maison sans mandat pour fouiller ou arrêter. En dépit du fait qu’elle a été arrêtée dans des circonstances très louches, et en dépit du fait que sa vie a été totalement détruite, quand sa maison et ses biens lui ont été confisqués, et qu’on ne lui a rien laissé, elle a été conduite de force dans un hôpital psychiatrique. Et en conséquence, ils ont décidé qu’ils peuvent la retenir pendant trois ans sans procès. Maintenant, être malade mentalement, ce n’est pas en soi un crime. Mais parce qu’elle a été arrêtée pour quelque chose qui est soi-disant un crime, cela veut dire qu’ils peuvent la retenir jusqu’à ce qu’elle soit saine, ce qui a pour effet de criminaliser la déficience mentale, ce qui est trop dommage, elle est légitimement une malade mentale, et elle aurait besoin d’aide, mais la façon dont ils ont décidé de l’aide, c’est en détruisant sa vie, si bien que quand elle échappera aux plaintes auxquelles elle fait face, elle n’aura plus rien vers quoi se tourner.

Donc ce sont les effets d’une société totalitaire, qui poursuit Bill Binney, Thomas Drake, Jesselyn Radack, Bradley Manning, Julian Assange, et moi-même. Et elle m’a dit, bien qu’elle soit dérangée, donc c’est difficile de faire la part du vrai et du faux, qu’elle a été interrogée deux fois sur moi et sur Wikileaks. Une fois avant qu’elle ne soit traitée, et une fois après qu’on lui a fait prendre de force des médicaments anti-psychotiques. Maintenant, c’est pour le moins plutôt dérangeant. Mais le plus dérangeant, c’est que je ne sais pas si ce sont ses divagations parce qu’elle est plutôt cinglée, ou si c’est vrai.

c’est le problème de tout le monde

Mais le point important, c’est que si on regarde la situation de face, c’est que c’est une personne qui traverse une période difficile. Ce que l’on peut en retirer, c’est que c’est le problème de tout le monde. C’est aussi en fait techniquement mon problème, mais le point important ici, c’est de reconnaître qu’elle représente ce qui arrive à Monsieur Tout-le-monde dans la société américaine. Et c’est une réalité vraiment dérangeante, de voir cela arriver. Donc que pouvons nous faire à ce sujet ? N’est-ce pas ? Je veux dire, si vous n’êtes toujours pas convaincu que c’est ce qui arrive à Monsieur Tout-le-monde, eh bien vous passerez votre chemin, très bien. Je ne sais pas exactement ce que je pourrais dire pour vous convaincre, mais je suppose que je pourrais dire d’aller voir les enfants qui ont été tués par les attaques de drones, et voir quelle justice ils ont reçu. Mais il me semble plutôt qu’on doit se battre contre ces choses, mais on doit faire plus que seulement se battre, car seulement se battre contre ces choses devient corrosif. Pareil pour Bradley Manning. Dans la situation de ma mère, se battre contre son emprisonnement injuste, pareil pour Assange, pareil pour toutes les personnes qui ont été injustement harcelées, ou pire. Cela vous vide, et cela détruit votre vie, et cela détruit votre capacité à avoir de l’espoir, à s’amuser, et pouvoir se relaxer. Je ne peux même pas me souvenir de la dernière fois où je ne me suis pas endormi en me demandant si je me réveillerais avec le canon d’un pistolet dans ma bouche, en vivant aux États-Unis. Parce que c’est le genre de monde où on vit maintenant. Et peut-être êtes-vous chanceux car vous ne vivez pas dans ce monde, mais la réalité c’est que beaucoup de monde vit dans ce monde. Et qu’ils le méritent ou non, il y a des choses à dire sur les gens qui ne se font pas arrêter, qui doivent s’inquiéter de ce genre de chose. Peut-être est-ce un monde dans lequel vous ne voulez pas habiter.

Donc, et si au lieu de simplement se battre contre ces choses, on construisait des alternatives, et précisément essayer de construire des alternatives durables, et accepter l’idée qu’on risque de perdre notre démocratie dans le monde, et qu’on perd notre capacité d’action. Nous sommes de plus en plus déprimés à propos de notre gouvernance démocratique, et on sent qu’on n’a pas de représentation dans nos parlements et congrès respectifs. Je pense que c’est un pas très utile à franchir, car cela veut dire qu’on peut faire d’autres pas. Car une fois qu’on admet qu’on a ce problème, on peut essayer d’en venir à bout. Au projet Tor, l’une des choses que nous avons essayé de faire, c’est de construire une chose appelée Ooniprobe, et Arture Filasto et Isis Lovecruft, qui sont deux des hackers les plus géniaux programmant en python dans le monde, ont travaillé sur une sonde, pour essayer de détecter la censure sur Internet, de sorte qu’on puisse y remédier. Ils bâtissent une alternative positive, avec laquelle on aura des données pour pouvoir parler des violations des droits de l’Homme, dans le contexte d’observations scientifiques, ce qui nous permettra d’avoir concrètement une conversation pour savoir si on fait ou non les bons choix pour nos sociétés, s’il y a ou non un problème dans le contrat. Ce genre de méthode constructive est épatante. Et on devrait l’applaudir. Je ne sais pas si tu veux te lever Arturo, mais tu devrais !

(applaudissements)

quand on fait du matériel libre et open source, on permet aux gens d’être libres à un degré impossible auparavant.

J’ai récemment utilisé ce code. J’ai écrit la toute première version d’Ooniprobe, et Arturo s’apprêtait à travailler dessus, et il l’a réécrit en entier. Je l’admets, je pense que c’était probablement le bon choix. Mais je l’ai utilisé en Birmanie, et en l’utilisant, on a accidentellement découvert un nouveau moyen de détecter des équipements de surveillance, ce que l’on n’avait pas imaginé avant, Donc même si vous ne connaissez pas un site sous censure, si vous utilisez Twisted, c’est si efficace que ça va faire bugger l’équipement Blue Coat. Pour un non sens sur le site. Merci Blue Coat. Ce genre d’approches constructives vaut la peine d’être mentionnées, et il y en a beaucoup. Tous ceux qui travaillent sur le projet GNU, sur des logiciels open source et libres, tous ceux dans cette pièce qui ont travaillé sur du matériel libre, sur de la documentation, ce sont les choses sur lesquelles on devrait se concentrer. Et on devrait le faire avec des objectifs. On devrait essayer de penser que quand on fait du logiciel libre et open source, quand on fait du matériel libre et open source, on permet aux gens d’être libres à un degré impossible auparavant.

du logiciel libre pour la liberté

Littéralement, les gens qui codent des logiciels libres donnent des libertés. Il y a à peu près 10 jours, j’ai eu le… plaisir est le bon mot je suppose, d’aller en Birmanie, et j’ai rencontré des hackers libristes qui vivent dans des situations qui sont impensables. Une personne que j’ai rencontré avait été condamnée à 15 ans de prison pour avoir reçu un courriel avec un dessin politique dedans. Et c’était considéré comme recevoir de l’information illégale, ou quelque chose dans le genre, et il a fait 4 ans dans un camp de travail, avant d’être libéré en début d’année. Donc avec de telles conditions pour hacker, dans lesquelles les communications ne sont pas libres, où une puce Sim coûte $250, où l’accès Internet et la censure dépendent de nombreux paramètres, ces personnes font du logiciel libre et travaillent dessus, littéralement du logiciel libre pour la liberté. Donc quand vous travaillez sur le logiciel libre pour la liberté, vous leur permettez aussi de travailler pour la liberté. C’est le genre d’aide mutuelle et de solidarité, dont vous n’avez même pas besoin d’être au courant quand vous travaillez dessus. Mais vous l’êtes. Tout le monde ici qui travaille sur du logiciel et du matériel libre et ouvert, contribue activement à construire un monde meilleur. Et pourtant il y a des exceptions. Il y a parfois des gens qui changent de licence, car ils sentent qu’ils n’ont pas assez de reconnaissance. Je pense que c’était Theo de Raadt qui l’avait dit. D’accord, ça arrive. Mais finalement, dans l’ensemble, c’est une chose positive, et écrire du logiciel libre c’est super.

Et finalement, une partie de mon objectif ici, quelque chose sur lequel on peut se mettre d’accord je pense, c’est d’essayer de vivre des vies agréables, libres de toutes contraintes. Quelle que soit la manière dont on mène nos vies, c’est quelque chose sur quoi on veut travailler pour que tout le monde puisse l’avoir, une vie libre, et dans un sens très précis, où il peuvent choisir ce que leur liberté représente, ce que va être leur vie. Travailler dans ce but, c’est ce que vous pourriez appeler, comme le dirait Peter Singer, une philosophie utilitariste basée sur des préférences. La pratique, c’est que je pourrais vouloir ne pas croire en Dieu, mais je pourrais respecter le fait que vous voulez croire que Dieu existe. Nous devons accepter que nous vivons dans un monde varié, que les gens soient d’accord ou pas, n’est-ce pas ? Les nazis allemands que la police secrète aidait ? Ces types sont en train de mourir. Même s’il y en a beaucoup, il y a 7 milliards de personnes sur cette planète, et pas une seule personne ne va les aider à réaliser leur rêve de se débarrasser du reste du monde, qui ne croit pas en eux. Et c’est très bien en fait. Vous entendez cela de la part de quelqu’un d’origine juive, se tenant debout ici à Hambourg maintenant, ce qui est fantastique.

(applaudissements)

une relève de la garde est en train de se faire


Donc même si Rop, dans le public ici, se sent plutôt à bout, sent que les temps sont durs, parce que c’est vrai, cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’espoir. Il veut partir, et construire une ferme, et je ne suis pas sûr de savoir où il est dans le public, mais il veut partir et bâtir une ferme, et passer du bon temps, et je pense que c’est génial. Je pense que c’est assez de résistance, son projet vaut la peine d’être étudié. Mais je pense aussi que pour les personnes qui ne sont pas vidées, il y a une relève de la garde qui est en train de se faire. Et donc c’est le tour d’une nouvelle génération, de faire ce que Rop a fait pendant ces trente dernières années, si je ne me trompe pas ? Wow ! On devrait le remercier pour cela, j’ai envie de dire.

(applaudissements)

Donc je pense qu’on devrait arrêter d’essayer de se faire des illusions quand on dit qu’on s’en fout, ou qu’on veut aider, mais qu’on n’aide pas pour ce qui est évident, ce qui nous menace. On devrait essayer de travailler ensemble, de construire des structures indépendantes, de remplacer les parties de l’état qui ont été démantelées. C’est quelque chose que je pense incroyable, et difficile à comprendre par tout le monde, mais une des raisons pour lesquelles nous perdons tellement dans notre société, c’est parce que nous n’avons pas de contrôle démocratique sur les choses qui comptent pour nous. Donc ce que nous devons faire, c’est d’essayer de remplacer ces structures, surtout ces structures qui manquent. Et j’inclus des trucs pas sexy dedans, comme les crèches, l’éducation, ainsi que, vous savez, des communications libres et ouvertes pour les téléphones. Tout est lié, donc je pense que nous devons évoluer vers un monde où nous agissons, pas réagissons.

Je pense à cette histoire d’Emma Goldman, qui est une des plus grandes féministes et anarchistes à avoir marché sur cette terre, en regard de son travail et de ses réalisations. Elle parlait des façons dont elles voulait changer le monde en mieux, pour faire naître cette utopie anarchiste, et un vieil homme l’interpella, et dit : « eh bien, j’aimerais bien une heure de loisir supplémentaire et je reconnais que faire des compromis est difficile, mais vous savez, je suis vieux, et je vais mourir et je ne connaîtrai jamais cette utopie anarchiste, donc une heure de loisir supplémentaire par semaine m’est très utile, et c’est tout ce que je voudrais avoir » Et je pense que cette histoire est un bon rappel, et je la raconte mal et rapidement, pour dire qu’en fait les moyens sont en fait les fins, dans la plupart des projets que nous faisons.

Donc les gens qui préfèreraient s’introduire dans des ordinateurs et espionner des gens pour le compte de l’état mettent des gens en prison, souvent de manière injuste, et même quelquefois de manière juste, même si je n’en suis pas fan, je comprends que des bonnes choses peuvent en découler ; la réalité c’est que la structure de contrôle est devenu une machine qui craque des systèmes et espionne des gens. C’est la fin pour des personnes qui en prennent conscience trop tard. Et je reconnais que cette discussion de moyens et de fins prête plutôt à controverse. Mais la réalité, c’est qu’on n’agit pas avec compassion avec les gens qui souffrent quotidiennement, tous les jours, quand on détourne les yeux, à cause de petites querelles. Par exemple, les gens n’aiment pas certains aspects de Julian Assange, ou de Bradley Manning, ils détournent les yeux des injustices auxquelles ils font face. Même si les avis divergent sur beaucoup de points, les gens ne méritent pas d’être torturés, et les gens ne méritent pas d’être injustement emprisonnés. Pour moi, je pense que…

(applaudissements)

Vous pouvez applaudir si vous le désirez. Eh bien, j’ai mauvaise conscience de mentionner son nom que maintenant. Moxie Marlinspike, qui est un type super, je l’aime bien, il est incroyable. Il dit qu’une partie du problème c’est, vous savez je paraphrase, que nous ne pensons pas avoir de moyen d’action, nous ne pouvons pas réagir par rapport à toute la merde qui arrive dans le monde. Mais la réalité c’est que nous en avons un. Donc si vous pensez… Faisons un sondage. Levez la main si vous pensez que l’anonymat est bien, et que c’est un droit humain que nous devrions protéger. Maintenant levez la main si vous voulez faire quelque chose à ce sujet. Maintenant gardez votre main levée si vous allez opérer un relais Tor.

(rires)

Nous avons les moyens d’agir


Tous ceux qui ont baissé leur main, pourquoi n’allez-vous pas opérer un relais Tor ? Vous pouvez faire quelque chose à ce sujet en ce moment même. Il faut s’en donner la peine. Mais c’est ça. Nous avons le moyen d’agir. Et parfois nous faisons le choix de les utiliser ou non. Et je respecte cela. Nous avons ce choix, et je suis content que ce soit un choix. Mais nous devrions reconnaître lorsque nous ne faisons pas ce choix, ou quand nous avons peur. La bravoure, ce n’est pas l’absence de peur. C’est continuer d’avancer, même quand on a peur, parce que vous savez que c’est la bonne chose à faire. Donc il est important d’être courageux, et de reconnaître que la peur existe. Et qu’il est important de refuser d’être ostracisé par notre société. Et qu’il est important d’avoir de la solidarité, avec des grandes causes, au lieu de juste pointer du doigt les différences, ou les choses sur lesquelles on est en désaccord.

Avoir de l’aide mutuelle de l’humanité toute entière, c’est quelque chose incroyable, extraterrestre quelque part, mais c’est la communauté des hackers qui a voulu envoyer des gens sur la lune. Donc je pense que nous pouvons nous faire plaisir un peu aussi.

(applaudissements)

faire avancer les bouts de démocratie qui nous restent dans ce monde

Donc, j’ai dit que j’allais parler de résistance, mais c’est au-delà de la résistance, car une partie de la résistance, c’est de s’assurer que les gens font les choses différemment. Et si au lieu de s’assurer qu’on ne fait pas les choses de la même façon, on s’assurait d’avoir des alternatives disponibles, qu’on pourrait librement choisir ? Eh bien, c’est en partie ce qu’il se passe ici. Les gens ne vont pas choisir de crever de faim. Les gens vont faire le choix de faire ce qui garantit à leur famille d’être nourrie. Donc nous devons remplacer les structures qui permettent la famine. Et pareillement, nous devons nous assurer en construisant ces structures, que nous les faisons de manière juste et durable. Nous devons nous assurer, que si tirer la sonnette d’alarme et fuiter de l’info sont fondamentalement des tactiques utiles pour une stratégie de transparence sur le long terme, il existe d’autres moyens. Les écrits de Gene Sharp à ce sujet sont vraiment extraordinaires, et je recommande leur lecture. Car chanter et danser dans la rue, même si cela ne semble pas aider, c’est documenté comme ayant mis un terme à des dictatures.

Il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire pour continuer et faire avancer les bouts de démocratie qui nous restent dans ce monde. Et nous devons en fait les faire grandir, et aider d’autres gens. Et cela vaut la peine de le faire. Bien, l’hacktivisme est une stratégie que je pense utile. Et il est bon de mentionner que si s’introduire dans un système est parfois plutôt difficile, c’est fondamentalement plus facile que de construire quelque chose, quelque chose dont tout le monde peut se servir librement, qui va aider les gens.

Mais parlons de ces tactiques élémentaires un moment, car je n’ai presque plus de temps. Mais il y a des choses effroyables. Comme par exemple, j’ai dit que nous devrions nous débarrasser de la police secrète dans le monde, les gens s’attendent à voir des éclairs tomber, ou des fusils à lunette qui vont faire échapper magiquement un nuage rose de derrière le cou. Mais le truc, c’est que le secret donne du pouvoir. Et donc je pense que ce que nous devrions faire, c’est que si nous avons une police secrète, qui interfère avec notre démocratie, notre société, nous devrions la révéler. C’est important. Balancez-les, et révélez au grand jour ce qui est complètement illégal. Révélez et demandez des comptes.

(applaudissements)

Si c’est complètement illégal, que par exemple ils aident des meurtriers d’extrême-droite, eh bien montrez que ce n’est pas ce que notre société attend des gens en fait. Car autrement, il y a un sentiment de culpabilité. Cette idée que ce ne sont pas vos oignons, c’est un non-sens. Ce sont nos oignons. Vous avez le choix entre mener une vie au bout de laquelle vous aurez pas mal de honte, ou une vie pour laquelle tout ce qui se passe sur terre est vos oignons. C’est un choix que vous devez faire. Et on le fait tout le temps. Je suis honnêtement ému par le fait que des personnes comme Karsten Loesing qui est assis au premier rang ici, pourrait avoir choisi un job peinard à l’université. Mais il a choisi de travailler sur des statistiques pour le projet Tor. C’est un type brillant qui peut probablement choisir de faire tout ce qu’il veut, et il a choisi de faire du très bon travail en aidant les gens à parler librement. Et c’est pareil avec Linus Nordberg, et George, et d’autres personnes dans ce public. Donc vous pouvez faire un choix, et la récompense ce sont les libertés dont nous jouissons dans nos vies.

Donc je veux terminer en vous disant que si les gouvernements tuent des gens, ne vous contentez pas de passer votre chemin. Vous y réfléchissez, vous recherchez qui est coupable, et vous collectez des informations. Rop m’a en fait encouragé à penser à cela. On peut ne pas être capable d’obtenir justice aujourd’hui. Mais quand on a les informations sur les personnes qui ont fait ça, demain peut-être sera le jour où on obtiendra justice. Ne pas passer son chemin, ne pas devenir insensible, garder l’information, cela nous permettra de demander des comptes plus tard, même si en ce moment nous ne pouvons pas. Des scanners pour plaques de voitures dans votre ville ? Obtenez l’information. Un truc utile que vous pouvez faire avec ces données, c’est que vous pouvez révéler toute la surveillance cachée qui se fait dans votre ville. Pensez-y quelques minutes, et vous trouverez. Ce n’est pas très dur. Donc révélez ces informations, car l’espionnage est mal, car l’espionnage est un affront à la dignité humaine. La rétention de données ? Même problème. Obtenez l’information. Utilisez ces données pour quelque chose d’utile. Essayez de vous assurer que ce ne sont pas les décisions et les compromis que nous voulons, où un état complètement policier ne permettra pas aux personnes spéciales de garder leur caractère spécial. C’est plutôt dangereux quand on a un état complètement policier. On ne l’a pas compris complètement, mais c’est dans cette direction que nous allons constamment.

Donc si je devais vous laisser avec une dernière chose, ce serait probablement avec un enseignement du Dalaï Lama. Je ne suis pas fondamentalement une personne religieuse, du tout, donc je vais ignorer la fin de ce qu’il a dit, car cela ne communique pas vraiment ce que j’essaie de vous dire. Mais je vous dis ce que c’est, et je vais le dire en même temps. Il a dit que la mort est certaine, mais que l’heure de la mort ne l’est pas, et je pense que c’est quelque chose qui est dur à avaler. Mais c’est quelque chose que j’ai aussi entendu de Bill Binney, ce qui donne beaucoup d’inspiration, et je l’ai aussi entendu de Daniel Ellsberg. Ils ont dit tous les deux qu’ils sont âgés, et qu’ils n’ont plus rien à perdre, mais qu’ils vont faire de leur mieux car qu’allons-nous faire ? Rester au lit pour le reste de notre vie ? ont-il demandé. C’est fantastique ce qu’ils ont dit, car ils sont tous les deux vieux, et ils n’ont peut-être plus beaucoup de vie. Mais je pense qu’il est important de reconnaître qu’ils font avec cette certitude, qu’ils auront à dormir la nuit, qu’ils ont le choix de ce qu’ils vont faire avec les précieux restes de vie qu’ils ont, et ils ont choisi directement et clairement que ce sont leurs oignons, de faire ce qu’ils peuvent, de ne pas laisser faire, de ne pas être complices de choses graves, qui dégénèrent sérieusement.

Donc ce que le Dalaï Lama m’a aussi dit, c’est qu’à l’heure de la mort, ce qui aide seulement, c’est la pratique religieuse, et je pense que c’est vrai à un niveau personnel, mais au niveau de la société, autre chose qui aide c’est de reconnaître qu’on a tous des rythmes différents, et donc les gens font des choix, ils ont une influence sur le monde sur ce que d’autres personnes font avec leur vie. Donc les actions de Bill Binney, il peut ne pas vivre pour les voir porter ses fruits, mais l’important c’est qu’en raison de ce qu’il a fait, il inspire d’autres personnes. Et ce sont ces personnes qui vont agir, et faire un monde meilleur. Donc sur ces derniers mots, à propos des quelques objectifs que j’ai évoqués ici, je voudrais dire que cela regarde tout le monde.

Happy hacking. Merci de m’avoir écouté.

(applaudissements)