Cent millions de photos sous licence Creative Commons sur Flickr

Classé dans : Libres Cultures | 20

Joi - CC byCertains lecteurs me demandent parfois comment je m’y prends pour sélectionner les photographies illustrant les billets du Framablog. Il n’y a pas de secret. Je les sélectionne généralement à partir de cette page du site Flickr en restreignant la recherche aux licences Creative Commons (avec « autorisation d’utilisation commerciale » et « autorisation de modifier, adapter ou développer le contenu »). Exemple avec les tags sky, africa et sad.

Étant un adepte de Flickr depuis quelques années maintenant, j’ai pu observer la qualité croissante des photographies sous licence Creative Commons de l’annuaire, qualité qui allait de pair avec la quantité. Aujourd’hui le blog des Creative Commons est fier de nous annoncer que l’on a dépassé le cap symbolique des cent millions d’images, en offrant à quelques généreux donateurs le très beau livre de portraits de Joi Ito, photographe et accessoirement président actuel de Creative Commons[1].

Fêtons les 100 millions de photos sous Creative Commons de Flickr avec le livre Free Souls de Joi Ito

Celebrate 100 Million CC Photos on Flickr with Joi Ito’s Free Souls

Fred Benenson – 23 mars 2009 – Creative Commons Blog
(Traduction Framalang : Poupoul2)

Durant les dernières semaines, nous avons gardé un oeil attentif sur le nombre de photos de Flickr placées sous licence Creative Commons. Nos calculs nous montrent que Flickr a dépassé le cap des 100 millions de photos sous licences CC quelque part pendant la journée du samedi 21 mars 2009. A la date de lundi (NdT : 23 mars 2009), 100 191 085 photos sous licence CC étaient recensées.

Ces photos ont été utilisées dans des centaines de milliers d’articles de Wikipédia, de messages postés sur des blogs, et même dans des articles de presse traditionnelle; autant d’exemples de créations nouvelles qui n’auraient autrement pas vu le jour sans nos licences publiques standardisées. L’intégration des licences CC dans Flickr est à la fois l’une des premières et l’une des meilleures, non seulement elle permet aux utilisateurs d’associer chaque photo à une licence différente, mais Flickr propose une incroyable page de découverte par licence CC, qui répartit les recherches de matériel licencié CC par licence. Vous pourrez par exemple visualiser toutes les photos de New York sous licence CC Paternité, triées par niveau d’intérêt.

Afin de fêter dignement ce jalon historique de Flickr, nous offrons à douze de nos donateurs à 100$ une copie du livre Free Souls de Joi Ito (président de Creative Commons). Toutes les photos de Joi ne sont pas placées sous la plus permissive de nos licences, Paternité, mais elles sont également disponibles au téléchargement sur Flickr. En donnant à Creative Commons aujourd’hui, vous apportez votre support au travail que nous réalisons et vous recevrez l’une des 1024 copies du livre de Joi en édition limitée.

Notes

[1] Crédit Photo : Joi Ito (Creative Commons By)

20 Réponses

  1. Amusant. J’utilise également la recherche CC sur Flickr pour illustrer mon blog. Par contre, j’aime beaucoup utiliser http://compfight.com pour rechercher des images CC: ça permet de trouver plus rapidement.

    Voir aussi cet autre moteur de recherche combiné: http://search.creativecommons.org/

    100 millions de photos en CC, c’est pas mal du tout. Ceci dit, ça ne représente que 5% des 2 milliards de photos sur Flickr, ce qui fait peu.

    Est-ce que la mise en CC de photos est une action volontaire de l’utilisateur, ou bien c’est l’option par défaut quand on upload sur Flickr ?

  2. by + by-sa = 8 378 787 + 12 448 678 = 20 827 465
    (by + by-sa)/CC = 20 827 465 / 100 191 085 ~= 0,2078 ~= 21%

    Plus d’1/5 des contenus sous CC sont donc «approved for free cultural works» :)

    J’en profite pour faire un peu de pub pour ce site d’images sous licence art libre : http://freemages.fr/

  3. Ca vient d’arriver sur le blog de Flickr :
    http://blog.flickr.net/fr/2009/03/2
    et sur le blog de CC :
    http://creativecommons.org/weblog/e

  4. alpha

    J’ai mal cherché ou ils ne proposent pas la CC0 (*)? Juste pour avoir une idée des gens qui l’utilisent…

    (*)http://creativecommons.org/publicdo

  5. droitalimage

    Je souhaite simplement signaler que la Licence Creative Commons s’applique à la photo…Quid du droit à l’image de la personne photographiée. Ou pour être plus clair, utiliser une photo de Flick’r sur votre blog/site vous permet d’être en règle avec le droit d’auteur, pas avec le droit à l’image de la personne photographiée…qui peut entreprendre une action contre le photographe et contre le diffuseur.

    A moins que le photographe ne puisse vous présenter l’autorisation qu’il doit avoir fait signer à son modèle, autorisation sur laquelle doit figurer la durée de l’utilisation, le ou les supports sur lesquels l’image sera publiée…Ce qui est impossible puisque le photographe ne maitrise pas la diffusion. Donc ces images peuvent subsister des années sur le net (y compris après le décès de la personne avec les problèmes que cela peut poser pour la famille…), être présentées sur des supports de toutes natures (y compris les pires horreurs)…

    Bref, des risques de procès non négligeables. Et je ne parle pas des photos réalisées dans la rue et présentant une personne isolée et parfaitement identifiable qui se retrouve en photo dans un blog… Ni même le cas (qui a déjà été jugé et condamné en France) de la légende qui ne correspond pas à la photo, de celui ou les personnes représentées ont été photographiées à leur insu (Voir aussi le cas de Google street view et des sorties de sex-shop)…

    Je regrette de tempérer votre enthousiasme. Mais il me semble important d’insister sur les conséquences juridiques, affectives, psychologiques que peuvent engendrer certaines photos de Flick’r. A partager avec modération.

  6. droitalimage

    Pour illustrer mon propos précédent : http://zoubi.fr/la-prison-pour-viol

  7. Merci de ces précisions droitalimage, qu’il convient de toujours avoir à l’esprit en effet.

    Pour alimenter la discussion (en frisant la provocation) je donne ce lien d’InternetActu :
    "La vie privée, un problème de vieux cons ?"
    http://www.internetactu.net/2009/03

    PS : Ne seriez-vous pas photographe professionnel par hasard ?

  8. Bonjour,

    La seule crainte qui rous retient de conseiller à nos adhérents et aux autres d’utiliser Flickr est la rumeur que ce service soit rachetée par Microsoft. Même si ce dernier ne touchait pas au secteur CC ça ne nous dit rien de nous retrouver chez M$.

    Avez-vous des infos sur ce sujet? Merci!

  9. Janov Pelorat

    @sebsauvage :
    1 ) heureux de te voir en ces pages, voilà bien longtemps que je fréquente périodiquement les tiennes (j’ai bookmarqué "Les trucs qui m’énervent" ;-)
    2 ) cool le plan compfight.

  10. @libre fan : Flickr a été racheté il y a dejà un bail par Yahoo! Lorsque Microsoft a envisagé, l’année dernière, de racheter à son tour Yahoo! Flikr ce serait alors retrouvé dans son giron, ce qui a ému certains utilisateurs de Flickr, voilà l’explication.

    Pour le reste ("toucher au secteur CC"…) c’est un peu du FUD Microsoft non ?

  11. droitalimage

    @aKa : Je suis photographe (mais pas uniquement) et membre d’une société d’auteurs. Mais cela ne m’empêche pas de partager des images, ni même de faire partie des rares auteurs qui n’ont pas signé l’appel des sociétés d’auteurs pour "défendre la profession". Je considère en effet que le travail du photographe professionnel doit être différent de ce qui est publié sur Flick’r. Le photographe doit ainsi apporter une réelle valeur ajoutée à son travail : choix des sujets, qualité constante des images, maîtrise parfaite, originalité, créativité, capacité à répondre à des demandes particulières et/ou très techniques, respect et connaissance de la législation, des modèles, de la vie privée… Ce faisant, le travail du photographe doit donc pouvoir se défendre tout seul. Le débat autour ce ces questions est équivalent à celui autour du métier de journaliste avec l’apparition des internautes rédacteurs, des "journalistes citoyens"…Sommes nous tous journalistes ? Sommes nous tous photographes ? Sommes nous tous boulanger (depuis l’apparition des machines à pain) ?

    Cela ne signifie pas pour autant que les images sur Flick’r ne répondent pas en tout ou partie à ces principes et c’est justement ce qui fait peur à de nombreux professionnels et je vois souvent de très bonnes photos sur Flick’r, qualitativement aussi bonnes que celles que pourraient produire un pro (même si souvent ce sont justement des photos de pro). Ce n’est donc pas l’outil qui est mauvais, seulement l’usage que l’on peut en faire.

    Imaginons qu’une photo de Flick’r présentant une enfant soit reproduite sur des milliers de blogs et que cette enfant viennent à disparaître. Il me semble évident que les parents risquent d’être psychologiquement affectés à chaque fois qu’ils retrouveront la photo de leur chère disparue sur un blog.

    J’envisage donc le problème de la vie privée sous l’angle du respect de la personne photographiée. Si l’image n’est ni obscène, ni dégradante, si la légende correspond à la réalité, si l’on accepte de retirer de son site une image qui pose problème…Je ne vois pas pourquoi on interdirait l’usage de cette photo. Tout est dans la nuance et le respect des personnes…Si c’est un truc de vieux con, alors…

    Pour ce qui concerne droits et images, je vous propose aussi ce lien, très instructif, voire édifiant : http://www.ed-productions.com/lesze

  12. Merci droitalimage de citer mon billet. Et comme toi, ancien photographe pour ma part, je n’ai pas signer l’appel de l’UPC. Au contraire je le fustige ;-) dans un billet au titre ironique : Sauvons la photographie http://www.ed-productions.com/lesze

    Mais j’aimerai en revenir à l’annonce : 100 millions de photos sous Creative Commons dans Flickr ! Combien dans la face cachée de Flickr et dans la face avouable ? Je n’ai jamais réussi à obtenir de chiffres… Les écarts sont certainement moins important entre photos sous CC et photos tous droits réservés dans la face cachées (beaucoup d’images y sont sous le statut tous droits réservés, même si le possesseur n’en est pas l’auteur, mais c’est un autre débat)… J’avais là encore écrit un billet sur le sujet ;-) http://www.ed-productions.com/lesze

    Ceci permet de relativiser le nombre d’images… J’aimerai bien qu’un jour, Flickr et pourquoi pas CC fournissent le nombre d’images grosso-modo interdites au moins de 18 ans et accessible à tous !

  13. @sebsauvage : Par défaut, Flickr envoie sous (C). Cependant, l’utilisateur peut modifier la licence à appliquer par défaut aux nouvelles photos.

  14. J’utilise Flickr depuis un an (pile, j’viens de renouveler mon compte pro), et je mets régulièrement des photos sans l’autorisation des modèles (photos de manifs) et sous licence CC By, mais dès que j’ai l’occasion je demande oralement (ce qui, il me semble, a aussi de la valeur — ne me criez pas dessus si c’est faux).

    Ça m’a déranger pendant un moment, maintenant plus.

    Rien à voir, mais mettre mes photos sous CC By m’a permis, je crois, de les voir dans la presse (site internet de Marianne, Pigemag, Grenews, etc.), ce qui est assez plaisant.

  15. droitalimage

    @gregoire_lannoy : Plaisant aussi pour les journaux qui n’ont plus à payer ! Moins pour celles et ceux dont c’est le métier. Quand je pense que Marianne prétend avoir des valeurs…

    Si je peux comprendre que l’on partage des images avec des sites associatifs, pour des causes humanitaires, pour dépanner le copain sur son blog…des structures dont les ressources sont faibles, voire inexistantes, j’ai un peu de mal à comprendre comment l’on peut donner des photos à des journaux qui ont les moyens d’embaucher des photographes ou de payer des images. Après cela, il ne faut pas s’étonner de voir des jeunes photojournalistes qui ne parviennent pas à se faire embaucher.

    C’est le revers de la médaille, on donne en croyant ainsi se faire connaître et/ou reconnaître et on ne parvient jamais à entrer dans les rédacs puisqu’elles ne vont pas payer pour ce qu’elles peuvent avoir gratos…certains n’hésitent pas à l’avouer ouvertement.

    Si tu donnais tes photos exclusivement à des journaux gratuits et sans publicités, ou à des sites comme Frama, j’applaudirais des deux mains…mais là…

    Le concept de Flick’r, un peu similaire à Facebook, c’est une usine vide où l’on invite des ouvriers à venir bosser gratos pour produire du contenu que l’on revend ensuite (Liaison entre Flick’r et Getty, vente des infos de Facebook…). Allez donc demander des augmentations de salaires après ça !

    Je vais finir par lancer un appel : Si certains estiment avoir des talents de décorateurs, jardiniers, peintres, maçons, couvreurs…je vous invite à venir refaire ma maison gratuitement, en échange d’un sandwich, d’une bonne bière, d’un joli sourire de la patronne et d’un petit message de remerciements sur facebook. Allez, faites vous plaisir !

    Tout cela finirait presque par me faire regretter de partager et de ne pas avoir signé la pétition de l’UPC.

  16. C’est certain que les journaux se frottent les mains de voir des tas de photos libre & gratuites (et gratuites surtout).

    Je fais quoi ? Je dis à tout le monde « pas touche à mes photos » parce que peut-être qu’un journal va la reprendre et ne pas augmenter son photographe ? C’est pas raisonnable non plus.

    De plus je pense que pour le moment, les photos-journalistes n’ont pas trop de soucis à se faire de ce côté là (s’ils sont trop nombreux, on peut rien y faire…) : les photographes amateurs qui mettent leurs contenus sous CC ne sont pas encore devant les usines à prendre des pneus en feux ni chez la mémé du coin pour son record du monde de la plus grosse courge.

    C’est vrai que je ne suis pas l’actualité ni les chiffres concernant les photos-journalistes, mais des professionnels qui se font piquer leur boulot par des amateurs, ça existait, ça existe et ça existera, et dans presque tous les métiers.

    C’est dommage ?

  17. Je prends un peu le train en route. Je me pose une question par rapport à la licence creative commons vis à vis des photos. Est-il possible de mettre une image en creative commons pour des dimensions et une définition particulière ? Ainsi de protéger l’image pour une taille supérieure ou une définition supérieure avec une licence classique. C’est tordu, mais bon je suis tordu.

    Sinon en réponse à l’intervention précédente, je crois qu’il y aura toujours un pro-am là où se fait l’événement. Ils sont tellement nombreux et ils sont chaque jour un peu plus. Seuls quelques lieux resteront inaccessibles…. Pour combien de temps ?

  18. @TrouvePhoto : Oui, c’est tordu mais je pense que légalement tu en as tout à fait le droit. Il suffit de déclamer que la source et la version modifiée (càd la même photo réduite) sont deux "oeuvres" différentes.
    Mais ne pas s’étonner ensuite de recevoir des mails outrés de personnes qui pensent la culture libre un peu différemment :-)

  19. Henri

    Bonsoir

    Quelque peu "après la bataille" semble-t-il !…

    Toutefois quelques mots, relevant du pur "spontané", si on me me le permet.

    La lecture de commentaires ci-dessus, ainsi que des sujets en renvoi me laissent perplexe : si les personnes et les biens (comme oeuvres de personnes…), et ont peut aussi imaginer les animaux (comme propriété de leur maître…), ont un droit absolu sur leur image, que reste-t-il comme espace de liberté pour le (la) photographe, professionnel ou simple amateur ? Le ciel, le Grand Bleu (pas… l’oeuvre, certes !) ?

    S’il semble incontestable de devoir protéger la vie privée (privée, n’est-ce pas ?), comment de magnifiques portraits réalisés depuis les débuts de la photo, de par le monde, honorant l’humain, auraient-ils pu l’être ? L’instantanéité d’une expression à saisir serait-elle conciliable avec la soumission préalable d’un formulaire d’autorisation/cession de droits (dont il conviendrait d’avoir quelques dizaines d’exemplaires dans sa poche, à toutes fins utiles…) ??

    Le casseur (espèce en voie de prolifération) mérite-t-il, réellement, quelque droit, et protection, que ce soit dans la réalisation de ses méfaits, parfois meurtriers ?

    Par exemples (bien plus nombreux, hélas !), s’agissant du droit à l’image.

    Quant aux droits relatifs à l’oeuvre photographique (pour s’en tenir à ceux-ci) : si je suis bien conscient de leur nécessité, spécialement pour les professionnels qui engagent souvent des frais importants pour leur métier, je me déclare abasourdi par les… tarifs pratiqués, communiqués ce jour tant par l’AFP, l’AP et SIPa et bien d’autres agences qui, pour la photo la plus "anodine" demandent entre 100 et 1 000 euros pour une licence de quelques jours à quelques semaines, ladite licence étant souscrite (…) souvent par des milliers de clients…

    La quadrature du cercle, tout particulièrement pour une toute petite publication naissante ( ce qui est mon cas).

    Un mot me vient à l’esprit : déraisonnable…

    Henri

  20. Henri

    P.S.

    Que l’on me pardonne coquilles et autres : petite fatigue semble-t-il !