Passage télé de Benjamin Bayart sur la Loppsi

Vendredi dernier, Benjamin Bayart était invité au journal du soir de Public Sénat pour venir s’exprimer sur la loi Loppsi (dont les débats commencent aujourd’hui à l’Assemblée nationale et que l’on peut suivre par exemple sur Numérama).

Le récent et édifiant livre d’InLibroVeritas dont il est question dans l’interview est Confession d’un pédophile, l’impossible filtrage du web.

—> La vidéo au format webm

Transcript de l’intervention de Benjamin Bayart

La Chaîne Parlementaire – Journal de 22h – Vendredi 5 février 2010
(Transcript récupéré et modifié sur BàB  : L’Blog à Birdy)

À partir de mardi, les députés entameront l’examen du projet de Loi d’Orientation de Programmation pour la Performance de la Sécurité Intérieure, un nom à rallonge qui est en général résumé par le petit nom de Loppsi et pour en parler nous sommes avec Benjamin Bayart. Bonsoir.

Bonsoir,

Vous êtes expert en communication, président de FDN. C’est le plus ancien, j’ai lu, fournisseur d’accès Internet en France.

Oui.

Alors, la LOPPSI, pour la résumer, prévoit une mutualisation et une coopération entre les forces de sécurité, donc la police et la gendarmerie, et une modernisation de leurs moyens, notamment en ayant recours aux nouvelles technologie pour être plus efficace, notamment contre la cybercriminalité. Mais cette loi inquiète les associations internautes qui la jugent liberticide. Pourquoi  ?

Alors il faut comprendre que toute la loi n’inquiète pas les associations internautes. Elle est très longue je n’ai pas eu le temps de la lire en entier, alors que dieu sait que je passe énormément de temps sur les questions législatives.

Il y a une mesure précisément qui vous inquiète.

Il y a un article très précis qui nous pose problème, qui est l’article 4, tel qu’il était proposé et rédigé par le gouvernement. Il prévoyait que sur décret du ministère de l’Intérieur, les fournisseurs d’accès internet auraient obligation d’empêcher l’accès à certains sites Web, que la liste…

Lesquels, les sites pornographiques  ?

Ce que prévoit le texte de loi ce sont les site pédopornographiques. Mais ce que prévoit aussi le texte et ses conditions d’application évidentes, c’est que la liste des sites doit être secrète, sinon c’est un annuaire des sites pédoporno, c’est un truc inconcevable. Donc la liste est secrète, elle aurait été publiée par le ministère de l’Intérieur et je dois dire que censure secrète sur le ministère de la police, c’est quand même curieux dans un pays normalement démocratique. Ça c’était vraiment le point de départ tel que ca sortait vu par le gouvernement, visiblement les députés ont bien compris ce qu’il leur est arrivé dans l’affaire Hadopi, ils ont relu la décision du Conseil Constitutionnel…

Donc il y a eu un amendement.

Ils ont décidé qu’on ne pouvait pas filtrer Internet n’importe comment. Et pour le moment, dans l’état des discussions, on en est a  : y’aura un juge dans la boucle.

Donc ça, ça vous rassure  ?

Donc c’est plutôt rassurant.

Mais c’est vrai que, quand même, Internet peut être un lieu de danger. Il y a la pédopornographie, y’a aussi les escroqueries, le terrorisme etc. Est ce qu’il ne faut pas instaurer des filtres  ?

Instaurer des filtres, je sais pas. La bonne façon de comprendre ça c’est qu’Internet est un lieu public, et donc jouer sur les peurs, légitimes, les crimes abominables comme la pédopornographie, ca fait peur de manière légitime et logique. Mais jouer sur les peurs des gens pour instaurer un tout sécuritaire, c’est quelque chose de dangereux. Ça met en place des dérives qui sont malsaines. Internet est un lieu public comme les autres, il y a des pédophiles sur Internet exactement comme il y a des pédophiles dans la rue et on filtre pas la rue. On ne met pas un policier tous les trois mètres pour surveiller tout le monde. De la même manière, pour les mêmes raisons, cette tendance de fond qui est de vouloir contrôler Internet, dénote fondamentalement quelque chose d’assez précis, qui est que basiquement les hommes politiques n’ont pas bien compris ce qu’était Internet et qu’ils commencent par contre à comprendre un élément là-dedans  : c’est que ça les gêne.

Mais il y a des moyens de contourner ce filtre par exemple  ?

Oh oui, de manière très efficace et très simple. Il faut comprendre que les… il y a un livre qui est paru récemment aux éditions InLibroVeritas sur le sujet qui explique assez bien, y compris détaillé par des gens de la gendarmerie spécialisés dans le domaine, que le monde du pédoporno mafieux, business, etc, a déja trois guerres d’avance sur ce genre de sujets là, et se diffuse indépendamment de ce qu’on sait faire de manière simple comme filtre.

Donc liberticide et inefficace, nous dites-vous  ?

Donc particulièrement inefficace puisque lorsque l’on interroge la police et la gendarmerie sur le sujet, comme j’en ai eu l’occasion de le faire lors d’une réunion, petit un, il n’y a pas de sites pédos en France, ça c’est très clair, il y en a deux ou trois qui ouvrent temporairement tous les ans, fermés dans la semaine avec les gens derrière qui finissent en prison. Et surtout quand on leurs demande ce que ça a donné comme effet positif dans les pays où cela a été mis en place, par exemple en Australie, par exemple en Grande Bretagne, ils ne savent pas donner de chiffres. On leur demande quelle influence, en quoi est-ce que ça a fait baisser la délinquance, parce que c’est quand même ca le but. Réponse  : néant.

Il n’y a pas d’efficacité prouvée. Merci beaucoup Benjamin Bayart d’être venu nous expliquer ce que vous redoutez dans cette loi.

10 Réponses

  1. Bonjour,

    merci de relayer le contenu de cette émission passée complètement inaperçue…

  2. Est-ce qu’ on peut voir l’intégralité de l’émission ? J’ aimerai bien connaitre la réaction de l’ autre invité.
    HS: pourquoi ce genre d’interventions sont toujours diffusées à des heures tardives?

  3. Agent Ty

    Très intéressant. Je ne connaissais pas Benjamin Bayart, il utilise un langage très clair, et je pense que sa façon de faire passer son message est très efficace.

  4. Incontinentia Buttocks

    Hmm, il a de bons arguments, mais j’ai eu la très nette impression qu’il n’est pas très convainquant. Il y a trop de "Heu…", il n’a pas l’air sûr de ce qu’il dit, et il a l’air … Difficile à définir … Mou ?
    Chaque année, je fais expert à des examens oraux de français. L’un des critères pour attribuer la note est la capacité à convaincre. Je ne lui aurais pas donné beaucoup de points pour cela. Or, si ce n’est pas très important pour un examen (pondération oblige), à la télé, c’est au moins aussi important que ce qui est dit.
    Bon, ce qui est chouette, c’est qu’on commence à parler de ce genre de choses à la télé. Même si c’est passé à une heure où les gens honnêtes dorment, je pense que c’est déjà un pas en avant. Qui sait, d’ici quelques années, des sujets de ce genre (Hadopi 4, par exemple) seront peut-être abordés en après-midi, ou dans la soirée. Soyons optimistes :-)

  5. @Ryzz
    http://www.publicsenat.fr/vod/le-22
    mais d’après mon souvenir, l’invité n’en parle pas…

  6. WerePhilou

    @Buttocks > Pour avoir déjà vu Benjamin Bayard dans d’autres situations (en l’occurence une conférence sur le thème "Internet : Minitel 2.0"), les "heuu…." semblent liés au bonhomme dès qu’il n’est plus en mode conférence, que ce soit un tic de langage ou la volonté de ne pas partir dans du jargon ou encore d’être vraiment compris.
    Dans un sujet totalement préparé, on en entendra peut être 2 ou 3 en une demie heure, dans les phases question-réponse, on passe grosso modo à 1 toutes les 3 phrases.

    Pour le fond du sujet, rien de neuf, j’ai envie de dire… Un sujet "important" pour internet – à savoir mettre en place une censure d’Etat – est traité par les décisionnaires comme s’il s’agissait d’un bien dont ils auraient la propriétés et qu’ils pourraient contrôler à coup de "y a qu’à, faut qu’on" et par un arsenal de moyens déjà désuets (pour ma part je pense qu’il faudrait fournir un lot de 104 ou de Ford T à la Police Nationale pour poursuivre les voleur sur route…) mais qui en jette sur le papier ("vous voyez hein ! on prend le sujet à bras le corps ! on reste pas inactif".
    A part une méconnaissance profonde du fonctionnement du bouzin, ça ne dénote pas grand chose, ce qui est préoccupant.
    Le côté positif, c’est que notre organe législatif semble apprendre des baffes qu’il prend et s’adapte en conséquence. Être non compétent dans un sujet est compréhensible voire excusable, prendre des précautions parce qu’on a pris la mesure même partielle de son incompétence est presque louable !

    A partir de là, il faudrait voir le reste du texte du loi pour constater si c’est du même acabit (fear !).

    Enfin je vous rejoins sur la "parfaite adéquation" entre l’importance du sujet et l’horaire de diffusion… En même temps, LCN n’est pas vraiment une chaine grand public ("dis papa, pourquoi ils dorment les monsieurs? c’est la sieste dans la grande salle?" Léandre, 3 ans, accessoirement mon fils) et le sujet n’intéresse pas pas vraiment – à mon grand désarroi – l’usager d’Internet moyen (qui comme moi pour ma voiture, met le contact et part sans se demander quel impact à le choix de tel pneumatique plutôt qu’un autre sur l’environnement ou de comment ça marche pour de vrai… Quand on voit le nombre de personnes qui vivent encore dans la mystique Internet = anonymat, ça donne une idée de l’étendue du chantier).

    On verra peut être le suivi de ce genre de sujet s’améliorer avec les prochaines générations (les jeunes actuels ont hérité de notre vision Eldorado/Far West/Open Bar d’Internet, donc c’est mort pour eux. La suivante en revanche, si on s’y prend assez bien, pourrait avoir de la réflexion sur le sujet…)

  7. modagoose

    Benjamin Bayart parle de cet façon habituellement. Je pense que c’est une manière de poser son ton et de prendre le temps de développer ses arguments en attirant l’attention de ses interlocuteurs. Pour sa partie, il me semble qu’il est parfaitement clair comme à son habitude et qu’il n’est pas interrompu par l’animatrice, ce qui est rare dans cette émission. Après qu’il ne passe pas à une heure de grande écoute, on peut le déplorer certe, mais il me semble qu’avant que les gens qui regardent encore la télé comprennent ce que peut bien être ce commentaire de Bayard, il faudrait qu’ils sachent ce qu’est LLOPSI 2, mais aussi avoir un peu suivi Hadopi…

    Autrement dit, si Bayard tient le même discours sur TF1 à 20:00, on va bien se demander de quoi il parle vu la façon dont LLOPSI 2 est couverte dans les media de masse.

  8. « Internet est un lieu public »
    Mouais, allez essayer d’être crédible ensuite en disant que non, l’internet n’est qu’un moyen de communication comme un autre, et non un endroit physique où il suffirait de placer des policiers à l’entrée.

  9. crédible, convaincant, et autre considération n’ont franchement rien à voire…
    on à pas affaire à un politiciens expert en langue de b… euh… en l’art de jouer avec les mots pour faire gober tout et son contraire a son parc de bœufs, mais un expert en réseaux (spécialement internet), et militant pour la liberté et le bon sens…

    on est pas en train de vous vendre un produit là!
    le contenu, le forme, l’emballage, on s’en fout!
    vous vous faites enfler tout les jours par les commerciaux et les politiciens de la majorité, vous n’avais toujours pas compris que ce en quoi vous croyaient ne sont qu’artifices, facéties et autres cache-misères, entre arguments fallacieux et logiques tordus déguisé, les gens malhonnêtes connaissent toutes les ficèles pour vous attiré telles des mouche sur du papier collant…

    Et pourtant elle sont grosse les ficelles!
    ils dorment les "honnêtes gens", mais pas que la nuit.

    Et chère Julien…
    je vois pas où est la contradiction dans ce que vous pointez du doigt…
    techniquement parlant internet, n’est qu’un moyen de communication, c’était d’ailleurs pour ça qu’il à étais inventé, mais il est aussi devenu (d’un autre point de vue cette fois) un lieu public, puisque nous le symbolisant et le matérialisons a l’aide de site web, de forums et et de logiciels…
    il est aussi devenu un supermarché géant, et aussi une bibliothèque encyclopédique géante, un musée géant, ainsi que tout un tas d’autres choses, d’outils divers et de choses inconnues…

    et évidement que non, ce n’est en aucun cas un endroit physique, faut vraiment être con pour penser à un truc pareille, internet est un lieu public… virtuel ! et des entrée… il n’y as que ça en fait, c’est d’ailleurs ça "INTERNET" ce ne sont que des entrée et des sorties, des client et des serveur, chaque ordinateur connecter à internet est un client et un serveur, donc une entrée pour chaque PC…

    allez y placer des policier à chaque entrée…
    c’est ce que le gouvernement aimerais mettre en place… un mouchard qui sniffe nos activité sur le net, et qui pourrais avertir les policier qui eux défonces les portes des maison et mettent des gens en slip à genoux les mains dans le dos à 6 heures du matins…

  10. et pour finir… pour les site pédo-porno…

    je crois, soit, qu’il utilisent une grande frayeur contemporaine juste afin de faire passer leur lois liberticide alors qu’il s’en contre-foute allègrement en réalité des problèmes des gens et de la pédophilies…

    soit qu’ils sont vraiment con et incompétent… et à coté de la plaque…
    parce que c’est pas filtré les sites pedos-porno qu’il faut faire, mais les faire fermer et arrêter ceux qui les ont ouvert… (ce qui de toutes façon se fait déjà comme nous l’apprend Benjamin Bayard)
    parce que les caché ça ne sert à rien… c’est comme ci ont mettait des grand panneaux noir devant des maison closes qui exploitent les filles de l’est ou des confiserie mafieuses et qu’on pensais avoir régler le problème…

    infiltré ses réseaux, choper ceux qui les alimente et les démantelé est bien couteux et surtout bien plus efficace que de censuré, filtré et surveiller tout le monde…
    surtout que dans un cas on règle le problème sur le long terme, alors que dans l’autre il ne fait que le masquer et en créer d’autre…