Des e-books sans DRM ? C’est possible même chez les grands éditeurs !

L’écrivain Cory Doctorow, l’un des auteurs les plus traduits sur le Framablog, se félicite ici qu’un grand éditeur de livres numériques ose enfin faire sauter le verrou des DRMJohn Blyberg - CC by.

En espérant que d’autres suivent, ce qui va, à priori, dans le sens de l’Histoire mais qui peut prendre un certain temps tant sont grandes les résistances du vieux monde économique…

[1]

Aux éditions Tor, les livres se délivrent complètement des DRM

Tor Books goes completely DRM-free

Cory Doctorow – 24 avril 2012 – BoingBoing
(Traduction Framalang  : e-Jim, Goofy)

Aujourd’hui, Tor Books, le plus important éditeur de science-fiction au monde, a annoncé que dorénavant tous ses e-books seraient complètement libres de DRM. Cette annonce fait suite à six semaines d’action antitrust contre la société-mère de Tor, Macmillan USA, poursuivie pour entente illicite sur les prix avec Apple et Amazon.

Maintenant qu’un premier éditeur de poids s’est débarrassé des DRM (et d’autres vont suivre, j’en suis convaincu  ; j’ai eu des contacts avec des décideurs de haut niveau chez deux autres des six acteurs majeurs de l’édition[2]), il existe tout à coup un marché pour des outils de conversion et téléchargement automatique des e-books de différents formats et distributeurs.

Par exemple, j’espère que quelqu’un aura l’idée de créer un plugin pour navigateur qui propose un bouton « Achetez ce livre sur BN.com » sur les pages d’Amazon (et réciproquement) , ce qui faciliterait la conversion automatique entre les formats. J’aimerais aussi que BN.com élabore un « kit de transfert » pour les propriétaires de Kindle qui voudraient adopter un Nook et vice-versa.

Je crois que ça pourrait être le grand tournant pour les ebooks sous DRM, le moment décisif à partir duquel tous les ebooks seront finalement libérés des DRM. Voilà une bonne journée.

Tom Doherty Associates, du groupe des éditions Tor, Forge, Orb, Starscape et Tor Teen, a annoncé aujourd’hui que début juillet 2012, la totalité de leur catalogue d’ebooks serait disponible sans DRM.

« Nos auteurs et nos lecteurs l’ont réclamé depuis longtemps », a déclaré l’éditeur et président Tom Doherty. « C’est un public techniquement très averti, et à leurs yeux les DRM sont une source constante de tracas. Ces verrous les empêchent d’utiliser de façon parfaitement légale des ebooks acquis tout aussi légalement, par exemple en les déplaçant d’un type de liseuse à l’autre ».

Les ouvrages sans DRM de Tom Doherty Associates seront disponibles chez les principaux détaillants qui vendent aujourd’hui des ebooks. De plus, l’entreprise espère lancer la vente de titres par des détaillants qui ne proposent que des ebooks sans DRM.

Notes

[1] Crédit photo  : John Blyberg (Creative Commons By)

[2] Hachette, Macmillan, Penguin Group, HarperCollins, Random House et Simon & Schuster

2 Réponses

  1. Louis Rousselet

    C’est une bonne nouvelle, mais notons tout de même que le mouvement est déjà engagé en France, notamment grâce à la librairie lyonnaise Decitre qui a lancé The Ebook Alternative, une solution de distribution de livres numériques basé sur le logiciel libre et totalement dépourvu de DRM. Ce projet est accompagné par des poids lourds de l’édition en France et il a été officiellement lancé le 25 avril. Par ailleurs, dans la section « livres numériques » de la librairie « Le Furet » (très présente dans le nord de la France), sur près de 85000 livres, plus de 22000 sont d’ores et déjà sans DRM.

    Tout ça est très prometteur, et cela me conduit à penser que (pour notre plus grand bonheur) le livre numérique abandonnera les DRM bien plus rapidement que l’industrie musicale.

  2. Jean-Louis Michel

    bonjour,
    je suis un des auteurs de Numériklivres. Cette maison d’édition francophone, basée au Québec a fait le choix dès le départ de publier sans DRM et à des prix plus bas que la moyenne. C’est un pari sur l’avenir, alors qu’en France les grandes maisons d’éditions freinent des quatre fers sur ce sujet. Pourtant, les liseuses s’installent tranquillement dans les foyers, tout comme les tablettes. C’est une vraie révolution silencieuse qui s’opère, au grand désespoir des « peoples » de la plume qui préfèrent sniffer l’odeur des vieux livres ( Beigbeder, face à François bon, à propos du livre numérique).