Une déclaration de Snowden : le 5 juin on redémarre le Net !

Classé dans : Libertés Numériques | 30

Texte original paru le 4 juin 2014 sur le portail de l’opération Reset The Net. Au bas de la page d’accueil figurent les liens vers les objectifs et initiatives, ainsi que les logos des entreprises et organisations qui soutiennent ce mouvement. On y trouve pêle-mêle le parti Pirate et Google, Mozilla et l’Electronic Frontier Foundation, Piwik et Amnesty international…

snowden Au fait, avez-vous signé la pétition pour réclamer le droit d’asile en France pour Edward Snowden ?

Edward Snowden a publié cette déclaration par l’intermédiaire de son avocat pour soutenir l’initiative Reset The Net, que l’on peut traduire par Réinitialiser le Net.

Il y a un an, nous avons appris que l’Internet est sous surveillance, que nos activités sont surveillées pour créer des dossiers permanents sur nos vies privées — peu importe si nos vies sont celles de gens ordinaires qui n’ont rien à se reprocher…

Aujourd’hui, nous pouvons commencer à agir efficacement pour arrêter la collecte de nos communications en ligne, même si le Congrès des États-Unis ne parvient pas à l’obtenir. C’est pourquoi je vous demande de vous joindre à moi le 5 Juin pour la Réinitialisation du Net, quand les gens et les entreprises du monde entier vont se concerter pour concevoir des solutions technologiques qui pourront mettre un terme aux programmes de surveillance de la masse de n’importe quel gouvernement. C’est le début d’une période où nous les peuples commençons à protéger nos droits universels humains avec des lois naturelles[1] plutôt qu’avec les lois des nations.

Nous avons la technologie : adopter le chiffrement est la première mesure efficace que tout le monde peut prendre pour mettre fin à la surveillance de masse. C’est pourquoi je suis très heureux pour l’opération Réinitialiser le net — il marquera le moment où nous nous transformerons une expression politique en action concrète et où nous nous protégerons en agissant à grande échelle.

Rejoignez notre action le 5 Juin, et ne demandez pas le droit à votre vie privée. Reprenez-le.

— Edward Snowden

reset the net carrés promo

Notes

[1] En V.O : …where we the people begin to protect our universal human rights with the laws of nature rather than the laws of nations. Perplexité de ma part pour la traduction de ces “laws of nature”. S’agit-il de « nature… humaine » ? si quelqu’un a une idée…

30 Réponses

  1. « On y trouve pêle-mêle […] et Google,… »

    LOL, comme si Google faisait parti de la solution. Entre Google et la NSA c’est à se demander qui à terme fera le plus de mal à la vie privée… ils sont cul et chemise, Google se fait passer comme une victime de la surveillance de la NSA mais il n’en est rien. Au début ils ont déclarés ne pas être au courant du tout de la surveillance qu’exerce la NSA sur leurs serveurs. Et il a quelques semaines on a eu la confirmation qu’ils étaient bien au courant de tout ça dés le début.

    Je rappel que le but de Google c’est de faire de l’argent, et que leur buisness model est basé sur l’exploitation de la vie privée. Donc moins les utilisateurs ont de vie privée plus Google gagne d’argent. Cf. les déclarations d’un des pdg de Google et de Vinton Cerf (employé par Google), sur le fait que la vie privée doit disparaître et que c’est bien comme ça.
    Conclusion : Google est l’ennemi de la vie privée, des citoyens et du Net, peut-être plus encore que la NSA.

    Et avec votre pétition pour réclamer le droit d’asile en France pour Edward Snowden, vous avez pas un peu fini tous avec ça ?!

    La France n’as absolument pas les moyens d’assurer la sécurité de Snowden, ni de lui accorder le droit d’asile. Si Snowden vient en France il finira rapidement dans les mains des USA. Regardez ce qui se passe au niveau politique, la France/EU n’a aucune indépendance vis à vis des US.

    Edward, ne viens pas en France, ici tu n’aurais aucune sécurité.

  2. Mais si Edward, viens en France !

    On a le maquis corse. Yvan Colonna a tenu des années !

    Bon, pour le wifi, c’est un peu râpé…

  3. @melo merci de cette analyse éclairante, on n’y avait pas du tout pensé, on s’excuse hein.

  4. @ goofy mes excuses aussi de casser le délire, mais je crois qu’il fallait faire la remarque surtout en ce qui concerne la pétition de l’asile politique de Snowden en France. La communauté libriste française la relaie sans faire d’analyse justement (je n’en ai lu nul par en tout cas).

  5. « with the laws of nature rather than the laws of nations ».
    Je ne suis pas sûr mais je pense qu’il fait référence au chiffrement en tant que problème mathématique et donc une propriété naturelle pour se protéger de l’espionnage, en comparaison aux lois politiques.

    Voir dans http://www.laffont.fr/site/menace_s
    « Il y a donc une propriété de l’univers qui joue en faveur de la confidentialité, puisque certains algorithmes de cryptage sont et seront toujours impossibles à décoder par quelque État que ce soit. »

    « La quasi-totalité des autorités modernes tirent leur force de l’exercice ou de la menace de la violence. Il faut reconnaître à la cryptographie qu’aucune violence ne produira jamais la solution d’un problème mathématique. »

  6. Et en plus, la pétition est sur change.org, site pour lequel les actions politiques sont un business model. Pas recommandé.

  7. Et concrètement, que doit-on faire aujourd’hui ? Réinitialiser le net consiste en quoi ?

  8. +1 anonyme
    concrètement, que doit-on faire aujourd’hui ? Réinitialiser le net consiste en quoi ?

  9. A priori cette références aux « lois naturelles » est une idée plus répandu dans les pays anglo-saxons qu’en France, selon laquelle il y aurait des lois naturelles qui transcendent les lois des nations… ça vient de la philosophie de Hobbes et de Locke :
    http://en.wikipedia.org/wiki/Natura

    En gros, ça voudrait dire que Snowden est proche des idées du Tea Patry
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Tea_Pa
    et qu’il serait libertarien :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Libert

    Et moi aussi j’aimerais savoir en quoi ça consiste de réinitialiser le net !

  10. Mikeblinux

    Voici la vrais raison de tout cette surveillance, les hauts dirigeants sont beaucoup plus croyants qu’ils le laissent paraître , et ils savent très bien que le grand monarque , selon les légende va ce servir du net pour percer sa monter. Et que ceci arrivera juste avant le plan bilderberg.

  11. http://en.wikipedia.org/wiki/Law_of… a priori à interpréter en tant que loi [physique / du monde naturel], à savoir ici les propriétés mathématiques de la crypto.

  12. Bien sûr que change.org fait du fric sur des causes et c’est bien dommage d’autant qu’il y a des pétitions sur des sites plus associatifs.
    Mais bordel, est-ce que vous mesurez que ce mec a sacrifié (il est grillé jusqu’à la fin de ces jours, risque la prison à vie voir sa peau)
    <b>Alors oui signé et faites signé cette pétition </b>
    J’ai signe des 2 mains et sa campagne je la trouve intéressante (et bien sûr la encore avec sa notoriété, je n’aurai pas ces gens/société qui ne me conviennent pas).
    Le jour ou on est capable de créer une dynamique comme la leur (mais sans eux) on pourra faire la fine bouche.
    En attendant, les compromis sont courant chez moi (pas vous !?)

  13. @melo bien d’accord avec toi.
    Sauf que je ne pense pas que «la France n’a pas les moyens de protéger Snowden».

    Je pense que le gouvernement français n’a aucun courage de toutes façons et qu’il livrerait Snowden dès sa descente d’avion et que Snowden n’a plus envie de venir chez nous: il a déjà demandé l’asile à l’Union européenne et aucun pays n’a voulu de lui.

    Snowden, je pense, est bien au courant de ceci: Orange est de mèche avec les services secrets français qui sont de mèche avec les services secrets britanniques qui sont de mèche avec la NSA. Vous pensez qu’il va venir se jeter dans la gueule du loup? Et après le traité TAFTA, de libre-échange, que deviendrait Snowden si la France, pays des droits de l’homme et tout, le gardait jusqu’à ce que le traité devienne effectif?

    La France chasse les Roms, qui sont d’un pays membre de l’union européenne, alors un Amerloque considéré par les US comme un espion serait accueilli chez nous? Non, il faut être un Bokassa pour avoir sa chance chez nous.

    Je trouve très gênant que personne n’ait fait de manif en France quand l’UE a refusé Snowden et que maintenant on se réveille alors que ce n’est vraiment plus de mise.

    Je pense enfin que Snowden sait mieux que nous où il peut peut-être sauver sa vie. Le Brésil est sans doute plus indépendant des US qu’un pays européen…

    > La communauté libriste française la relaie sans faire d’analyse justement (je n’en ai lu nul par en tout cas). (dit melo)

    Les discussions sur l’APRIL sont bien plus intéressantes. C’est la seule assos’ ou groupe que je connais où les gens ont vraiment une réflexion profonde sur le Libre et son éthique.

  14. « Rejoignez notre action le 5 Juin, et ne demandez pas le droit à votre vie privée. Reprenez-le. »
    Non, je vous rejoindrais pas, comme pour les autres actions de FightForTheFuture. Vous dites militer pour la vie privée, mais vous militez aussi pour sa mort.
    Incitation à partager sur Facebook, Google+; un CDN, log.optimizely.org, amazonaws.com. Pour le Privacy Pack : des liens vers l’Apple AppStore et Google Play mais pas F-Droid, AbBlock Plus et pas Edge, CyanogenMod et pas Replicant, et d’autres petites choses moins graves (Mac != OS X, GNU/Linux en dernier, oubli de Request Policy).

  15. @RyDroid

    Je partage tout à fait ce point de vue !

    Ca me fait penser à ces sites crypto-trotskystes qui affichent fièrement le lien FB et Google+.

    Comme le faisait remarquer Bourdieu en son temps, en évoquant les punks, ils sont parfaitement prévisibles dans leurs discours et dans leur style de consommation. Ils ne sont qu’une catégorie manipulable et manipulée comme une autre, une proie marketing.

    Finalement, c’est le gros père Stallman qui me semble souvent le plus cohérent avec lui-même.

  16. tout est instrumentalisé : certains font des pétitions à un moment, mais pas tout le temps ni sur tous les sujets d’émancipation sociale…. Qui avait protesté quand Morales a dû poser son avion avant de survoler la France ? Bien sûr que Snowden doit être protégé, où qu’il soit. Il devrait même avoir un rôle à l’ONU, non ? Quant à réinitialiser le net, franchement je suis pour, mais j’aurais besoin de formation pour m’y retrouver et vraiment comprendre comment faire, quels outils privilégier, etc..Quid des mesures politiques, réglementaires etc;, nécessaires pour assurer ou re-élargir les libertés publiques ? Le problème me semble ne pas être que technique, surtout politique, non ?

  17. Oui d’accord, on fait un reset apès une mise à jour, mais après, faut vraiment faire un reboot; après 4 ans, l’internet n’est plus très stable.
    http://www.bortzmeyer.org/rebouter-

  18. Excellent commentaire « melo » ! La France n’est pas un lieu sur pour les refuges comme Snowden ! Quant à Google ils nous bavent avec de conneries en rapport avec le respect de la vie privé tout en travaillons mains dans la mains avec NSA et Dieu sais qui encore …. Le monde est devenue vraiment pourrie ! Valdek

  19. @HTpaTaP : bien vu… à noter, au cas où la « réinitialisation » du Net n’ait pas suffi, la présentation du/de la RFC 7258 — Pervasive Monitoring Is an Attack :

    http://www.bortzmeyer.org/7258.html

    La version « moderne » en HTML/PDF :

    http://tools.ietf.org/html/rfc7258

  20. @anonyme/Zenzla : rebooter votre machinBox ne servira pas à grand-chose, mais vous pouvez suivre, dans un premier temps, le tag « Chiffrement » :

    http://www.framablog.org/index.php/

    Vous trouverez facilement de la doc sérieuse pour compléter :

    http://www.bortzmeyer.org/nouvelle-

  21. C’est toujours utile une piqûre de rappel afin de rendre l’informatique moins docile aux intrusions, passives ou actives, qu’il est plus que nécessaire de durcir nos politiques de sécurité en généralisant les outils qui permettent de préserver notre intégrité.

    @Herve, Oui certaines communauté qui se targuent du libre en incitant les utilisateurs à les suivre sur fbok gloogle et autres spythesocietymakemoneyback qui ne sont autre que des succursales de l’espionnage, ne méritent aucunes considérations…
    C’est un peu comme de conseiller les utilisateurs de passer à la spy-wash-machine avec notre aval de « libristes ».

    Quand à la pétition reset the net (malgré les traqueurs), je suis d’accord avec @Herve, simplement pour dire que cette cause-alité et Snow. ont mon soutient…

  22. AucuneImportance

    @MDDN « Oui certaines communauté qui se targuent du libre en incitant les utilisateurs à les suivre sur fbok gloogle […] ne méritent aucunes considérations… »

    Il faut savoir utiliser tous les moyens pour atteindre les personnes qui pourraient s’orienter vers le libre… Cela permet d’enclencher précisément une discussion sur la distinction entre les infos que l’on veut diffuser, peut importe qu’elles soient « captées », et celles (privées) qui doivent être séparées de ces outils.

    On peut également considérer cela comme un détournement des ressources de FB ou google pour aider à la diffusion virale des activités de ces « communautés ». S’il y avait d’autres moyens aussi efficaces pour touché un public autre que les « convaincus », ça se saurait.

    D’un autre côté, effectivement, pour être tranquilles, on peut se satisfaire de construire des communautés de barbus qui parlent au barbus avec des outils de barbus. Quel intérêt ?

  23. @AucuneImportance
    « Facebook ce n’est pas bien pour ta vie privée, tu ne devrais pas l’utilise, et pourquoi pas le bloquer ». Le jour suivant, la personne qui a dit ça incite à partager sur Facebook/Google+ à propos d’un autre sujet. Conclusion de ses orateurs/lecteurs : même lui – le convaincu – utilise et incite à utiliser FB/G+, c’est pas si grave, et si lui n’a pas le courage d’être cohérent, c’est plutôt normal que j’utilise FB/G+. Tu trouves ça efficace ?
    « La route est longue, mais la voie est libre. » D’autres solutions sont moins efficaces pour un but particulier, mais le sont plus dans un ensemble global qui ne se marche pas sur les pieds.

  24. AucuneImportance

    @RyDrold : C’est assez pathétique. Tu décrète que ceux qui t’écoutent ne sont pas capables de faire la distinction entre une utilisation privée et une utilisation mettons « de communication »…

    Dans la vraie vie, les vraies gens comprennent quand on prend le temps de leur expliquer.

    Tant qu’on ne comprend pas ça, on aura un vrai problème.

    Quand vous avez devant vous un responsable d’asso, visiblement pas à l’aise avec l’info, le net, les sites, les blogs (etc), et qu’il vous demandent comment être efficace dans la comm de son asso, une réponse imparable est : Utilisation *raisonnée* d’une page facebook.

    Il n’y aucune incohérence dans cette démarche. Une fois que tu deviens prescripteur de bonnes solutions à un instant t, il sera a l’écoute quand tu affineras ton point de vue.

    Mais faut être dans une démarche d’accompagnement et pas seulement de prosélytisme à court terme.

  25. @MDDN

    Je suis dubitatif sur cette utilisation détournée de FB et autres G+.

    Pourquoi sensibiliser au libre ?

    Ca fait au moins 10 ans qu’il y a une forte communication pour un maigre résultat. L’utilisateur est toujours essentiellement sur W ou OSX. L’investissement dans le libre, pour lui, est trop important ou trop chiant. Il préfère payer ou pirater un soft propriétaire, c’est bien moins lourd et consommateur d’énergie. Comme on dit, GNU = Généralement Non Utilisé. Il se retrouve par ailleurs en terrain connu aussi bien en entreprise qu’au lycée ou à la fac.

    Exceptées pour quelques applications tueuses, genre VLC ou Gimp, le Libre ne passe pas et lorsqu’on en trouve, ce n’est pas sur un OS Linux/BSD mais sur du Windows.

    Quand aux rares personnes qui installent du linux, c’est pour mettre… Ubuntu ! Qui est le « windows » des distributions… Et quand on y regarde d’un peu plus près, il y a presque toujours un double boot Windows. Et si on creuse encore plus, le temps d’utilisation sur Windows est très largement supérieur à celui sur Ubuntu !

    Donc se compromettre avec FB pour arriver à si peu, c’est un peu lourdingue.

    Dans les actes concrets, ce qui demande un réel investissement, les histoires de libre, de confidentialité des réseaux etc, n’intéresse globalement personne ! Pas plus que les considérations sur les délires alimentaires ou la pollution générale du reste : on bouffe MacDo et on roule en 4X4. Le discours, c’est une chose. Les actes, c’en est une toute autre !

    Utiliser du libre demande un investissement intellectuel et un temps considérables. Peu de gens ont envie de consommer autant de ressources pour ça.

    Je crois que le libre restera toujours un truc de barbus pour barbus. Et en quoi en fait, cela est-il si gênant ?

    Je ne vois qu’une explication pour l’instant : le désarroi de l’informaticien qui ne jure que par le libre et qui passe en fait l’essentiel de son temps sur du propriétaire car son travail en dépend. Cela doit être particulièrement flippant comme boulot !

  26. AucuneImportance

    @13Atg : Même si je suis d’accord sur le fond … je suis perplexe sur l’utilisation d’autant de « clichés » dans l’explication…

    Il n’y a pas de « compromission » avec FB, on peut l’utiliser pour nos fins sachant que ce qu’on lui donne est destiné à être public (sauf si faire du libre est honteux…!?)
    Des gens installent du libre, parce que globalement c’est plus simple (juste le nécessaire utile, sans virus ou autre). Et non, pas (forcément) de double-boot…
    Ensuite, ils savent où nous trouver pour conseil/aide ou autres (petits) bobos => communauté, convivialité…
    Ubuntu, c’est simplement le système _convivial et accessible_ que Debian n’a pas voulu/su/pu proposer, c’est tout. Est-ce tellement difficile à accepter ?

    Je suis libriste, et au boulot, j’ai diffusé du libre debian/ubuntu, sur plus de 10ans, la proportion doit maintenant dépasser les 50%(win)/50%(autres) sur l’équipe… Certains basculent du jour au lendemain… (ça c’est flippant :-)

    La route est longue. C’est tout.

  27. @AucuneImportance

    Comme quoi, selon les univers dans lesquels on évolue, on peut voir des choses tellement différentes… C’est difficile de se faire une idée juste de la situation globale.

    Avec des étudiants (neuro), je n’ai jamais vu autre chose que Windows. A une certaine époque, quelques doubles boot avec Mandrake/Mandriva, mais Mandrake était du genre « peu utilisé » !

    Leur bureautique : Office piraté. De très rares OpenOffice. Et 1 étudiante qui utilisait LateX (une sur, je pense, quelques milliers).

    Sinon VLC, Audacity et Gimp, qui ne marchent pas mal question implantation mais c’est à peu près tout.

    Au niveau pro : que du Windows. Avec, il est vrai, des softs archi propriétaires (dongles etc.) dont certains fonctionnant encore sous MsDos (laboratoire d’observation du sommeil). De haute lutte, j’ai arraché une victoire douce-amère : OSX.

    Que de négociations (c’est pourtant moi le patron en plus…) pour arriver à couper la poire en 2 : un vague BSD sur des bécanes très efficaces et très… propriétaires. Je déteste pourtant Apple : sa philosophie de clickodrome, sa fermeture, son escroquerie commerciale permanente, ses logiciels bourrins mais c’est un BSD…

    Donc, en gros, ce que j’ai pu voir ne me donne pas une vision optimiste. Je pense qu’on va vers du libre noyauté par du propriétaire (OSX, Androïd).

    Mais, surtout, ce qui m’a toujours inquiété, c’est cette obsession du « décoratif » et du pseudo « convivial » chez les utilisateurs.

    Cette obsession va jusqu’à pourrir les logiciels libres. OpenOffice en est un bon exemple. J’ai rarement vu une telle usine à gaz ! Pour des gens comme moi qui n’utilisent presque exclusivement que de simples éditeurs, OpenOffice est une monstruosité. Il a le défaut absolu : vouloir faire plaisir à ses utilisateurs en flattant ce qu’il y a de plus affligeant.

    Facebook me déconcerte aussi (et peut-être surtout) pour ça. J’ai l’impression d’être en ligne directe avec les R.G mais surtout, j’ai l’impression de faire mes courses à Auchan ! Ca pue la tête de gondole, le saucisson à l’aïl en promotion.

    FB, c’est vraiment le réseau des coiffeuses, des ménagères de -50 ans et des fanas de tuning automobile. C’est comme KDE, Xcode, iTunes : physiquement, je ne peux pas !

  28. Pourquoi j’ai signé cette pétition ?

    Non pas parce que j’espère voir Snowden venir en France, les démagos qui nous « représentent » seraient capables de baisser l’échine devant ces hypocrites d’américains…

    Non, j’ai signé tout simplement pour donner un peu de corps au mouvement de soutien à Snowden. Montrer à nos élus et au reste du monde qu’on est là. Leur donner une ébauche d’idée du nombre que l’on est. Leur montrer ce qu’on pense de leur calculs politiques et de leur lâcheté (des politiciens, pas du reste du monde ;).

    Le déclic c’est quand j’ai commencé à lire des tweets étrangers sur la pétition… si des gens à l’autre bout du monde s’y intéressent au point d’en parler, c’est que ça valait le coût !

    Et si jamais Snowden avait la curieuse idée de poser un pied ici et qu’il se faisait extrader, je pense que cela me mettrait tellement hors de moi que j’entrerais réellement en politique (au sens large) alors que j’exècre ce milieu corrupteur où les meilleurs sont toujours les premiers sortis et où les plus pourris repoussent comme du chiendent quelles que soient les horreurs qu’ils commettent au pouvoir (comme si une démission et 6 mois de silence suffisaient à effacer détournements de fonds, marchés frauduleux et abus de pouvoir…).

    PS : la sécurité de Snowden c’est avant tout sa « médiatisation » : la CIA/NSA ne peut tout bonnement pas « terminer » le bonhomme tant qu’il est sur le devant de la scène… quand à un coût plus prosaïque comme une équipe de gardes du corps… honnêtement je serais fier de la financer… pas comme notre équipe nationale de l’autre sport corrompu jusqu’à la moelle par la pluie de fric qu’il génère et qui fait sa grand messe ces jours-ci… aucune fierté à être représenté par un tas d’analphabètes sans éducation et qui nous coûtent un bras.

  29. Bonjour à tous’tes,

    @13Atg:

    Juste pour info, combien de temps (apprentissage, formation,) a nécessité la prise en main et ou la maîtrise de MSW,?

    Pour le reste je dirais que c’est un manque d’éducation, de responsabilité sociétale, cela fait pas mal d’années que les solutions libres auraient dû faire partie de nos choix de consommation technologique, on a structuré un système d’information qui repose sur 20 ans de mensonges.
    Non! utiliser des solutions libres ne demande pas plus d’investissement que du non libre, mais simplement une autre manière de l’appréhender, de répondre à ses spécificités.

    @AucuneImportance:

    On peut aisément distinguer une communication consentie de celle subie ou imposé, marqueté, rationalisé, quand on utilise gloogle et autres fbook comme vecteur pour transmettre une information c’est tout à fait concevable, mais que ce même vecteur génère des profils relationnels à ses propres fins commerciales je doute qu’on peut encore parler d’outil de com communautaire, mais plutôt de fond de commerce. c’est quoi la différence entre un site commercial clairement identifié, fbook et gloogle.

    Les barbus libres, vive le Larzac! :]

  30. @MDDN

    Combien ça a pris de temps pour apprendre MSW ?

    Ca dépend tellement de ce qu’on fait !

    Mais contre le libre, il y a au moins deux éléments : le temps d’apprentissage déjà passé (à l’école, au lycée, à la fac etc.) et surtout, les composants des bécanes qui sont tout de même assez retors.

    Par ailleurs, maintenant, le problème n’est plus le PC de bureau. C’est le système « PC bureau + PC Portable + Smartphone », autant dire qu’au niveau des technologies propriétaires, c’est fun.

    L’aspect « informatique », les équipes s’en foutent royalement. Le biochimiste, le neurologue, le statisticien, ils veulent « un truc qui fonctionne tout de suite ».

    Sur les PC de bureau, les problèmes ne sont pas énormes. Sur les ordinateurs portables, c’est souvent une autre paire de manche. Quand à rooter son smartphone et y installer du libre tout en restant cohérent avec le reste de l’architecture, c’est encore assez osé.

    J’imagine demander à un biochimiste de prendre son portable, d’y installer NetBSD, FreeBSD, ArchLinux etc. Si les dieux ne sont pas avec lui, il va y avoir au moins 1 composant essentiel (wifi, carte son etc.) qui va merder. Et qui vont lui demander un sacré apprentissage pour se sortir d’affaire (et ce n’est pas toujours possible !). Il va vite me dire qu’il a autre chose à foutre.

    Installer un Linux ou un BSD, la plupart du temps, c’est accepter une limitation importante, le temps d’y comprendre quelque chose, pour résoudre le problème. A chaque fois que j’ai installé un NetBSD sur un portable, j’ai beaucoup souffert et il m’a fallu patienter.

    Enfin « souffert », pas vraiment : je n’aime que les outils minimalistes et je préfère le jeu intellectuel à l’obtention d’une machine immédiatement opérationnelle. Mais c’est une tournure d’esprit comme une autre.

    Peu de gens la partagent. C’est comme si on disait à un patient : « Bon, ben là vous allez passer un IRM, mais on a mis du libre, les résultats ne sont pas encore garantis ! » ou encore, puisque le « libre », c’est tout l’univers technique (et non simplement l’informatique), « le freinage de la bagnole, il ne marche pas car la doc est longue, complexe, il me faut l’assimiler. Chérie, on va faire un tour ? ».

    Je suis donc dubitatif sur l’enseignement du « libre » si on ne touche pas à la sphère des « besoins » ressentis par les utilisateurs. Je m’explique : tant qu’un étudiant est convaincu qu’un bon travail doit être présenté avec un Powerpoint, on perdra. Il est dans un monde informatique d’obèses. Il aime le décoratif, le ludique et les effets qui ne servent à rien. C’est un passionné de l’interface graphique qui, elle-aussi, souvent ne sert à rien.

    A chaque fois que je suis parvenu à faire adopter du libre, c’est en touchant un socio-style. Pas vraiment de l’informatique finalement. Les étudiants intelligents et fauchés sont un assez bon terreau. Ils apprennent à faire leur bouffe, à réparer leur bagnole, à construire leur meubles et à utiliser des ordinateurs hors d’âge. Leur ascétisme forcé est une brillante revanche : ils apprennent à comprendre là où les autres consomment.

Laissez un commentaire