Quand le Cned confond formation bureautique avec formation Microsoft

Classé dans : Éducation, Libr'en Vrac | 73

Temps de lecture 3 min

image_pdfimage_print

Sailor Coruscant - CC byNous sommes en mars 2009. Vous êtes un organisme public souhaitant offrir à son personnel une formation bureautique à distance. Comment vous y prendriez-vous  ?

On pourrait définir et présenter les différentes fonctionnalités du traitement de texte, du tableur, du logiciel de présentation. Puis insister sur l’importance d’utiliser des formats ouverts. Et illustrer le tout avec des logiciels libres disponibles gratuitement pour tous les systèmes d’exploitation, comme la suite OpenOffice.org (qui a justement la bonne idée de produire un format ouvert, l’Open Document)[1].

Ce n’est visiblement pas l’option retenue par le Centre national d’enseignement à distance (plus connu sous l’acronyme Cned), dont l’un des enseignants à qui s’adresse cette formation, nous a fait parvenir le courriel suivant (c’est moi qui souligne)  :

From : XXX
Date : 17 mars 2009
Subject : Formation bureautique à distance

Mesdames, Messieurs,

Dans le cadre de la mise en œuvre du plan de formation 2008/2011 de l’établissement, la Direction des ressources humaines de la Direction générale procède au recensement des besoins en formation bureautique à distance.

Vous avez la possibilité de suivre une formation aux logiciels Microsoft Outlook, Word, Excel et PowerPoint en ligne ou par le biais d’un CD-Rom.

Vous trouverez dans le document joint «  organisation des formations  » les différentes modalités des formations, des versions, en ligne ou sur CD-Rom.

Si vous êtes intéressé par l’une de ces formules, vous voudrez bien renseigner le formulaire joint et le renvoyer avant le 15 avril 2009, auprès de votre institut de rattachement.

La Direction des ressources humaines reste à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Cordialement,

XXX
Direction des ressources humaines
Cned – Direction générale

Ce mail était donc accompagné d’une pièce-jointe au format .doc où l’on peut lire explicitement les informations suivantes  :

  • «  Pendant votre formation, vous travaillez directement dans l’environnement Microsoft correspondant au logiciel étudié.  »
  • «  Les formations ne sont pas compatibles Mac et Linux.  »
  • «  Formation demandée (2 au maximum)  : Word – Excel – PowerPoint – Outlook.  »

Pour rappel, il s’agit d’un «  plan de formation 2008/2011 »…

On pourra toujours m’objecter que le Cned ne fait que s’adapter à la demande puisque tous ses enseignants travaillent sur la suite Microsoft Office. D’abord cela reste à prouver mais admettons que ce soit bien le cas (n’oublions pas qu’il y a une véritable machine de guerre économique déployée dans les coulisses pour qu’il en soit ainsi). Est-ce une raison suffisante pour ne pas adopter et faire adopter de bonnes pratiques, surtout lorsque l’on se définie comme une institution éducative de formation  ?

Pensez une seconde aux conseils que ces enseignants ainsi «  formés  » prodigueront aux élèves dont ils ont la charge à distance  ! Vont-ils eux aussi confondre «  Word  » avec «  traitement de texte  »  ? Qu’adviendra-t-il lorsqu’ils recevront un fichier .doc  ? Et bonjour le fracture numérique, puisque tous ces élèves n’ont pas forcément l’OS Windows et la suite MS Office (dûment achetés) à disposition  !

La noble mission de service public du Cned ne doit pas s’arrêter aux portes de la formation numérique.

Notes

[1] Crédit photo  : Sailor Coruscant (Creative Commons By)

73 Responses

  1. cricri

    Anéfé, mais peut être pensent-ils aussi que la suite OpenOffice est un Pare-Feu !!

  2. Enguerran Rennes

    C’est tout ce réseau d’incompétences qui retarde bêtement la diffusion du logiciel libre et ses valeurs (surtout ses valeurs) à l’Education Nationale.

    5 ans plus tôt, il y aurait eu des circonstances atténuantes mais aujourd’hui ce n’est plus possible de proposer cela avec l’argent de nos impôts !

  3. Michel

    Ici ce serait plutôt le Centre national d’endoctrinement à distance non ?! Heureusement qu’il y a un prof qui s’est ému de la situation. Le mieux à faire est de ne surtout pas remplir le formulaire et protester en donnant ce billet en lien.

    Et pour être plus positif il faudrait donner à toute l’éducation un "kit de ressources, de conseils et de liens" pour réaliser une véritable formation bureautique.

  4. TuxGasy

    Ca me fait penser au certificat de C2i. Ils utilisent aussi Ms Office à l’exam. D’ailleurs, je l’ai loupé car j’ai tellement eu l’habitude d’utiliser OpenOffice (qui était présent à mon IUT même sur les postes Windows).

  5. ipipourax

    "Et bonjour le fracture numérique, puisque tous ces élèves n’ont pas forcément l’OS Windows et la suite MS Office (dûment achetés) à disposition !" (sic)
    Attention à la mauvaise foi : OO permet l’exploitation des fichiers .doc. : La "fracture" n’existe pas entre les utilisateurs MS et les OO : les deux systèmes cohabitent (en gros) (je le vis tout les jours)

    A stigmatiser les utilisateurs quels qu’ils soient, on oublie parfois qu’on a affaire à des utilisateurs "de base" qui tapent autant de fois sur "entrée" que nécessaire afin d’être au bon endroit de la page, qui ne connaissent pas les macros ou le publipostage…
    Une meilleure maîtrise des outils bureautiques est un bon pas vers une meilleure connaissance de l’informatique en général puis des différents formats et des différentes possibilités de les lire / exploiter. La connaissance approfondie de Word ou Excel est souvent ce premier pas nécessaire vers une meilleure connaissance informatique en général pour toutes les personnes qui n’ont pas eues un cursus informatique (car trop agées ou formées à d’autres matières)…

    Avancer doucement, c’est toujours avancer

  6. davandg

    "On pourra toujours m’objecter que le Cned ne fait que s’adapter à la demande puisque tous ses enseignants travaillent sur la suite Microsoft Office."
    S’adapter à la demande… Pourquoi pas pour la vente de musique en ligne aussi ?

    Ok, je sort.

  7. Yves

    @ipipourax : Pas du tout d’accord avec ton approche des "petits pas" qui doit en passer par la case "nécessaire" de Word et Excel.

    L’approche des petits pas amène à la situation actuelle à l’école où l’Éducation Nationale ne bouge pas le moindre petit doigt en faveur du libre et laisse consciemment ou non Microsoft capter encore et toujours les utilisateurs.

    Quand la Gendarmerie nationale a décidé de migrer TOUS ces postes sur OpenOffice.org, tu crois que ça s’est fait tranquillement du côté des utilisateurs ? Bien sûr que non ! Ça a dû râler un peu partout (où sont mes habitudes, etc.). Et pourtant ils ont eu "les couilles" de le faire (excuse l’expression).

    C’est ça que j’attends des pouvoirs publics. Avoir le cran de faire des choix au départ impopulaires mais à terme bénéfiques aux concitoyens. Et dans le détail cela pourrait se traduire ici par une autre manière d’appréhender une "formation bureautique". Surtout que pour un usage scolaire (c’est-à-dire un usage de base), il n’y a aucune différence entre les deux suites bureautiques niveau qualité.

  8. ipipourax

    @ Yves :
    Relisez mon post attentivement, j’ai écrit : " La connaissance approfondie de Word ou Excel est souvent ce premier pas nécessaire vers …" Je ne dis pas qu’il faut passer par la case nécessaire W ou E. (j’ai bien dit ce et non le premier pas …)

    Où je vous suis, oui, c’est pour l’utilisateur, une fois passé à Open, il oubliera Word.

    Pour ce qui est des migrations vers OO pour les administrations, il s’agit d’un problème qui dépasse le cadre de ce post.

    Un point : n’idéalisez pas une migration, il y a des problèmes plus graves que le changement d’habitudes. Ceux qui "ralent" le plus, ce ne sont pas les utilisateurs, mais généralement les services info. : modifications de toutes les applications en liaison avec le système bureautique (automatisation du publipostage sous une appli de gestion, modification des extractions des BDD et des macro excel diffusées au utilisateurs pour exploitation etc (j’en ai des caisses si vous voulez …) ) Le tout en face de décideurs convaincus du libre (=gratuit forcément) qui tiennent les mêmes raisonnements que vous. (y’a pas de raison, à la GN ça marche y parait).

    Il ne s’agit pas d’une histoire de cran ou de bijoux de famille, mais de faire en sorte qu
    ‘en changeant un des outils principaux des usagers, on ne modifie pas leurs conditions de travail par des dommages collatéraux (oh bin mince ! je ne peux plus exploiter telles données 2004 tel que je le faisais avant avec ma macro excel !, c’est balot !)

    Je suis sous OO à la maison (OOo3, c’est impec), mais au boulot … (OOo2.1 -> question de "labellisation" pour toutes les applications "connexes")

    Tout ceci me pousse à maintenir mon point de vue : aller vers OO oui, mais rien ne sert de courir … et les chemins sont multiples.

  9. Grunt

    @ipipourax:
    Oui, OpenOffice sait lire les ".doc". Au passage, ".doc" est une extension, pas un format. Tu voulais sans doute parler du "format d’enregistrement par défaut de Microsoft Office 1997", à moins qu’il ne s’agissait du "format d’enregistrement par défaut de Microsoft Office 2000", ou bien du "format d’enregistrement par défaut de Microsoft Office 2003"? Ce serait bien de préciser de quoi on parle.
    Pour ma part, j’utilise le format de fichier "Open Document", normalisé ISO: il s’agit de la norme ISO 26300, ouverte à tous et que n’importe quel éditeur peut légalement implémenter.

    Maintenant, si des utilisateurs ont choisi (c’est leur droit le plus strict) d’acheter une suite bureautique qui ne gère pas ce format standard, qui ne gère pas non plus l’autre standard "OpenXML", tant pis pour eux. ça arrive à tout le monde d’acheter un mauvais produit.

  10. Yves

    @ipipourax : Si les politiques et les administrations se montrent aujourd’hui courageux alors dans 10 ans on ne parlera même plus de "migration" puisque la génération d’en dessous se sera tranquillement habituée à OOo dès le départ.

    Et pour les macros Excel, oui dans les entreprises mais à l’école dans le primaire et le secondaire, personne n’en fait !

  11. ipipourax

    @Yves : entièrement d’accord, mais ça ne change rien à mon post de départ.

    @grunt : "Ce serait bien" … ok vu. J’avoue, j’ai fait dans le style "je parle trop simplement avec des termes que je comprends". C’est vrai que c’est beaucoup plus clair maintenant.

    Néanmoins, pour clarifier mon exemple : on m’envoie des fichiers avec des extensions doc (faits sous word je-sais-pas-combien-et-je-m’en-tamponne) et je renvoie les fichiers modifiés sous OOo avec une extension odt et doc. Donc les deux systèmes cohabitent comme je le constate tout les jours.

  12. rhyzome451

    On mesure bien ici les effets collatéraux de l’offre Microsoft de téléchargement "gratuit" de la suite MS Office 2007 de l’été dernier.

    Professeurs de France et de Navarre, vous triez vos déchets (lorsque vous y pensez), vous achetez bio (lorsque ce n’est pas trop cher), vous regardez Arte (lorsque vous n’êtes pas trop fatigués), etc.

    Faites-en de même en refusant purement et simplement d’utiliser MS Office, sinon vous serez en totale contradiction avec vos belles valeurs d’humanisme et de progrès.

  13. Grunt

    @ipipourax: moi aussi je m’en tamponne totalement des logiciels utilisés par mon interlocuteur. C’est pour ça que j’envoie un format standard ;+)

    Tiens, là d’ailleurs, j’utilise quel navigateur pour poster? Boarf! On s’en tamponne, vu que le texte reste lisible. Vivent les standards 🙂

  14. Nard

    // rhyzome451
    "totale contradiction avec vos belles valeurs d’humanisme et de progrès"
    tout comme ‘lelibre’ et gougueul
    (et ce n’est absolument pas un troll
    je ne m’adonne plus à M$ depuis 4 ans)
    car il faut bien regarder la pénible réalité en face : tout comme G a participé au flicage de la Chine – entr’autres- il participera à hadopi sans autre état d’âme; alors M$ ou n’importe quoi, on sera quand même aux premières loges.

  15. foncteur

    Effectivement, le constat est bien triste. Il y a une vie sans microsoft !
    si cet éditeur n’existerait pas, l’informatique se porterait tout aussi bien,
    voir mieux.
    OpenOffice dans sa version 3 est un logiciel tout-à-fait mature et il est
    vraiment dommage que l’administration mais aussi le grand public et les
    PME-PMI, dans une très large majorité, boudent (de moins en moins certes)
    cet outil dont les fonctionnalités couvrent (à quelques "spécificités" près)
    la totalité de leurs besoins.

    Au quotidien MSOffice et OpenOffice cohabitent "pas trop mal"… Mais encore
    une fois, OpenOffice aura la place qu’il mérite lorsque le mot "word" ne sera plus
    automatiquement assigné à traitement de texte dans les esprits. Il ne faut
    pas hésiter à parler autour de soi, sur son site, blog, etc, des outils gratuits
    comme OO donc, mais aussi Gimp, etc.
    La plupart du temps, c’est par ignorance que ces programmes ne sont pas utilisés
    et non par méfiance ou méconnaissance technique. Endoctrinement est bien le mot.
    Les défendeurs du logiciel libre ne sont pas contre la société microsoft parcequ’elle
    vaut des milliards, mais parcequ’elle tente d’imposer ses normes techniques et ça,
    c’est inadmissible.

  16. Vu

    @TuxGasy: "Ca me fait penser au certificat de C2i. Ils utilisent aussi Ms Office à l’exam. D’ailleurs, je l’ai loupé car j’ai tellement eu l’habitude d’utiliser OpenOffice (qui était présent à mon IUT même sur les postes Windows)."

    Tu as du tiré la mauvaise fac car dans la mienne, ils ont eu la flemme de récrire le C2i, ils ont utilisé les documents originaux qui parle de MS office 2003 et OOo 2.4 C’est un peu en retard mais ils font toujours la comparaison en prenant comme référence OOo.
    Lien: http://www.c2imes.org/

  17. Joe

    Bonjour.
    J’ai word et open office. Eh bien, pour taper des formules de maths, word est plus simple.
    Je le regrette mais c’est ainsi. Je me souviens d’avoir perdu 3 h à chercher dans tous les coins d’open office comment avoir un tiret long, pour faire un "moins". J’ai fini par laisser tomber, de guerre lasse et parce que je n’ai pas que cela à faire.
    La morale, c’est que les gens qui ne migrent pas vers open office ne sont pas forcément incurieux, stupides ou réfractaires.
    Et j’utilise volontiers du libre quand je peux, d’abord parce que c’est une philosophie effectivement très respectable, ensuite pour des raison pécuniaires, car je n’aime pas télécharger illégalement.
    J’utilise Firefox, , gnuplot, pidgin, le tableur d’open office, audacity, etc. Et si je change de traitement de texte, je pense que j’irai vers LateX, car l’investissement (l’effort je veux dire) me semble, là, justifié.

    Par ailleurs, je ne trouve pas qu’il soit immoral de faire payer un logiciel. Tout travail mérite salaire.
    Être contre la position hégémonique de Microsoft ne signifie pas être contre le logiciel payant ; or parfois, j’ai l’impression qu’on mélange les deux. Et je suis d’accord avec Foncteur sur ce qu’il reproche à Microsoft.

    Quant aux valeurs d’humanisme et de progrès, oh là… doucement la tornade… un peu hors sujet, je trouve…

  18. Houston

    Comme cela arrive parfois, les commentaires s’écartent du sujet pour tenter la comparaison "objective" OOo vs MS Office. Or je ne crois pas qu’il s’agit de cela ici.

    Ici on est dans un domaine particulier : l’Éducation nationale, et un sous-secteur encore plus particulier : l’enseignement à distance (qui implique échanges numériques réguliers entre profs et élèves).

    Cela ne me choque pas "d’imposer" à tout ce petit monde de travailler sur des formats ouverts et de suggérer fortement pour cela la suite bureautique libre OOo. Une fois que les élèves seront sortis de l’école, ils auront tout le loisir de comparer et éventuellement acheter MS Office parce qu’il serait de meilleur qualité par rapport aux nouveaux besoins.

  19. Olive

    Ce qui est dommage c’est que le Cned et ses profs ne lisent pas ce blog apparemment. On aurait aimé avoir leurs témoignages.

  20. Grinçant

    Je ne suis pas surpris et il y a mieux…

    Certain correcteur incite carrément au piratage ! Ma fille a suivi une formation avec le CNED et dans ce cadre devait rendre des travaux avec Word et Excel : elle les a accompli avec OOo et l’a signalé au correcteur…
    Réponse d’icelui :
    << Il est regrettable que vous ne disposiez ni de Word ni d’Excel. Peut-être pourriez-vous les emprunter ?… >>

    Grinçant

  21. pydel

    Je ne suis pas apte à faire un commentaire politique mais je pense qu’il est important de bien comprendre pour bien critiquer.
    Je vous invite donc à visiter cette page qui recense un certain nombre de contenus pédagogiques fabriqués par les enseignants pour les enseignants et les étudiants: http://pydel.livres.officelive.com/

  22. aKa

    @pydel : Lorsque l’on se rend sur le lien donné, on peut lire, dans le "qui sommes-nous ?", l’informaton suivante : "Nous travaillons chez Microsoft France sur le déploiement et l’adoption Office 2007".
    http://pydel.livres.officelive.com/

    Vous dites : "Je ne suis pas apte à faire un commentaire politique mais je pense qu’il est important de bien comprendre pour bien critiquer."

    Qu’y a-t-il à comprendre à part le fait qu’Office 2007 soit un bon produit (ce qui n’est pas mis en cause dans l’article et la plupart des commentaires) et que Microsoft France a payé des enseignants (voir certains articles du Framablog) pour pondre tous ces jolis tutoriels vidéos d’après moi souvent plus gadgets que réellement pédagogiques ?

    C’est bien dommage de refuser le "politique" parce que c’est justement là qu’il y a problème selon moi, a fortiori lorsque l’on se trouve dans le secteur éducatif.

  23. Grunt

    @Grinçant:
    C’est un exemple très pertinent de l’hypocrisie d’une grande partie du corps enseignant.
    Le pire étant que les mêmes enseignants sont capables de manifester afin de défendre l’indépendance de l’Education Nationale.

  24. JosephK

    > Le pire étant que les mêmes enseignants sont capables de manifester afin de défendre l’indépendance de l’Education Nationale.

    Ça serait pas mal aussi que les enseignants soient un peu plus critiques vis à vis des manuels qu’ils utilisent. On peut critiquer le monopole de Microsoft sur les machines, mais on n’entend pas grand chose sur le monopole d’Hachette (ou ses différents noms). Les procédés sont pourtant les mêmes… à force de rabâcher que les Ermel sont géniaux, de les retrouver en vente à la sortie après une conférence (sponsorisée mais faut pas le dire), etc… on finit par croire qu’ils sont indispensables.
    De même c’est incroyable le nombre de pubs qui atterrissent dans les boîtes aux lettres des écoles. Pas tellement différents des mails envoyés par Microsoft aux enseignants : http://www.framablog.org/index.php/

  25. Elessar

    @JosephK : Sans oublier les modifications mineures des programmes scolaire, chaque année. On peut douter de leur intérêt pour les élèves, mais l’intérêt pour les éditeurs de manuels est indéniable.

  26. CygnusB

    Mais qu’est-ce qui vous prend d’attaquer les enseignants aussi partialement?

    Elessar :
    "l’intérêt pour les éditeurs de manuels est indéniable"
    N’importe quoi… Crois-tu que les enseignants touchent des commissions de la part des éditeurs? La moindre des choses serait d’argumenter tes critiques.

    JosephK :
    "On peut critiquer le monopole de Microsoft sur les machines, mais on n’entend pas grand chose sur le monopole d’Hachette (ou ses différents noms). Les procédés sont pourtant les mêmes"
    Mais bien sûr, et Hachette impose des formats non-standards peut-être?

    Grunt :
    "C’est un exemple très pertinent de l’hypocrisie d’une grande partie du corps enseignant. Le pire étant que les mêmes enseignants sont capables de manifester afin de défendre l’indépendance de l’Education Nationale"
    Sous prétexte que les enseignants sont peu sensibles aux dangers du lobbying MS, il est "pire" selon vous de manifester pour l’indépendance de l’éducation nationale? Vous feriez mieux de retourner les voir pour apprendre à critiquer plus intelligemment (euphémisme).

    Prenez-vous en aux champions de la didactiques qui décident des programmes, et qui n’ont souvent jamais enseigné, plutôt qu’aux enseignants qui ont d’autres chats à fouetter (comme vous avez peut-être pu vous en rendre compte, à moins que la lutte anti-Hadopi n’ait monopolisé toute votre attention).

  27. Elessar

    @CygnusB : Les enseignants, non, sûrement pas. Des responsables au ministère, plutôt, tes « champions de la didactique », justement. 🙂

  28. JosephK

    @CygnusB : quel rapport avec les formats ? Je parle des pratiques marketing utilisées pour faire en sorte que les enseignants adoptes les manuels Hachette… Hachette s’invite au sein même des IUFM, des réunions/conférences imposées au profs des écoles, etc. Ils payent des auteurs/enseignants qui servent d’alibi, organisent des conférences qui sont de la publicité à peine déguisée… du même style que projetice en gros… http://www.framablog.org/index.php/
    Renseigne-toi avant de vouloir faire croire que je parle d’une fabrique de chocolat…

  29. CygnusB

    Oui, et les médecins qui suivent des formations payées par l’industrie agro-alimentaire, ainsi que les pharmaciens payés par les labo pharmaceutiques pour vendre leurs produits plutôt que des génériques, etc…
    Il est plus constructif de traiter les sujets un à un, que de faire des mélanges (amalgames?) qui ne font pas avancer le débat.
    Parlons donc de MS qui s’immisce de plus en plus dans l’éducation, en particulier au CNED pour ce qui est du billet d’aujourd’hui.

  30. Grunt

    @CygnusB:
    "Sous prétexte que les enseignants sont peu sensibles aux dangers du lobbying MS, il est "pire" selon vous de manifester pour l’indépendance de l’éducation nationale?"

    Ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit: l’EN doit rester indépendante coûte que coûte, et je soutiens totalement tout mouvement visant à défendre cette indépendance.

    Je voulais dire: Pourquoi les professeurs ne font-ils pas preuve du même esprit critique, lorsque par exemple, un élève n’utilise pas Ms Office et tient à rendre ses devoirs en .pdf ou en .odt, mais pas en .doc?
    Il y a peut-être un travail à faire, de la part des élèves et professeurs libristes: expliquer le problème posé par la domination de Microsoft au sein de l’EN, pas en termes techniques mais plutôt en terme éthiques.
    Autrement dit, aller voir les profs militants, les profs syndiqués, et leur parler du fait qu’une seule entreprise détient un quasi-monopôle sur les OS installés, les suites bureautiques et les formats de fichier.

    Un élève devrait pouvoir arriver avec une présentation au format Office Impress, une vidéo en Ogg Theora, et présenter son travail avec ces formats, ou rendre des devoirs dans un format ouvert et libre, sans même se demander s’il sera lisible sur le poste personnel de ses professeurs ou sur les postes de son établissement..

  31. JosephK

    @CygnusB : Parler des médecins lorsqu’il est question d’éducation effectivement c’est hors sujet.

    Parler des assauts commerciaux d’entreprises monopolistique (notamment Microfaust) au sein de l’éducation nationale (notamment le CNED) pour s’assurer (asservir) une clientèle plus large… on est en plein dans le sujet… je ne fais pas de mélange bien au contraire !

  32. Joe

    J’apporte à nouveau ma petite pierre, parce que, sans vouloir offenser quiconque, j’entends dire un peu n’importe quoi.
    Je suis enseignant (prof de math en lycée) et je n’ai JAMAIS imposé ou même conseillé d’utiliser les produits microsoft, et je suis sûr que d’autres font comme moi (je crois avoir compris qu’il y a des enseignants dans l’équipe Framasoft .)
    Je conseille et j’utilise avec mes élèves des logiciels libres, partant du principe que l’éducation doit "tendre vers" la gratuité. Pas très compliqué en fait, car il se trouve que dans mon domaine, les logiciels libres (ceux dont j’ai besoin) sont excellents : Geogebra, Geonext, Gnuplot, Maxima, open office Calc, etc. Dont certains, par parenthèse, sont écrits par des profs.
    Quant à conseiller le piratage, ça existe sans doute, mais tout de même, beaucoup de profs ont le sentiment de devoir un peu "montrer l’exemple".
    Donc, arrêtons le délire. "Les enseignants", ça n’existe pas, le corps enseignant ne forme absolument pas une réalité homogène, et avant de généraliser à l’excès un exemple particulier, il faudrait se renseigner et faire des statistiques fiables. Je suis même sûr qu’on s’apercevrait alors que l’esprit "libre" est plus répandu parmi les enseignants que dans bien d’autres branches professionnelles.
    Pour ce qui est des manuels, c’est vrai qu’il y a du lobbying, mais comment l’éviter ? Un fabriquant qui cherche à vendre ses produits fait de la réclame, le secteur éducatif est-il exceptionnel de ce point de vue ? Pour ce qui me concerne, je note que toutes les maisons d’édition font un peu la même chose ; elle envoient des échantillons, point barre. Nous les regardons, mes collègues et moi, et nous essayons de choisir celui qui nous convient le mieux. Il n’y a pas de récompense à la clé. Et très honnêtement, je trouve qu’ils se ressemblent tous un peu.
    Et puisque j’y suis, j’en profite pour remercier et féliciter les auteurs du site Framasoft, que je consulte régulièrement, et dont l’aide m’est précieuse. Voilà, c’est dit.

  33. Grunt

    @Joe:
    ça fait plaisir de lire un enseignant qui prend du recul par rapport à ses logiciels..

    La question cruciale est: expliquez-vous à vos collègues, tous vos collègues, qu’il est important de ne pas "formater" les élèves à l’utilisation d’un seul logiciel? Qu’ils n’ont pas à imposer le format ".doc" pour les travaux rendus? Que l’indépendance de l’EN est mise à mal par Microsoft?

  34. CygnusB

    Merci pour cette info éloquente Elessar

  35. bzorg

    Bah ça tout ça ne m’étonne guère,
    c’est quoi les préoccupations
    des profs: garder le petit train-train
    -pinaise j’espère que l’an prochain j’aurais la même classe que cette année
    -pinaise j’espère que mes trois jours de travail seront groupés le lundi, mardi et merde pas le mercredi,
    Alors faut pas leur demander de bousculer leurs petites habitudes, c’est surtout ça qui coince

  36. Cafalagarp

    @bzorg : Bravo, quel beau cliché ! Pourriez-vous nous en dire plus sur d’autres professions : plombiers, cheminots, guichetiers à la Poste, financiers, politiciens, ménagères de plus de 40 ans… j’adore lire ce genre de réflexion profonde et tellement pleine de bon sens.

    @autres : Ce qui est choquant n’est pas spécialement la compromission de l’éducation publique (donc d’intérêt général) envers les intérêts particuliers de certaines entreprises privées mais la position de monopole de ces entreprises. Exemple : vous parait-il choquant d’imposer l’achat de millions de gilets fluopabos et de triangles de pré-signalisation ? Si l’on peut montrer que leur utilisation augmente la sécurité sur les routes, c’est pertinent. Or il faut bien les acheter quelque part et que quelqu’un les fabrique… mais je trouverais inacceptable qu’un tel commerce soit un monopole ! Ce serait une forme d’"impôt privé" commandité par nos élus…

    Toutefois, contrairement aux gilets, les logiciels ne sont pas des marchandises. Plus précisément, ils s’apparentent plutôt aux oeuvres de l’esprit ou à la notion de service.

    Breveter l’idée -abstraite- d’un service est malsaine (et pourtant répandue) mais cela ne veut pas non plus signifier que le service doit être rendu gratuitement. Le droit est bien mal à l’aise (cf les revirements de la loi dite HADOPI) pour définir quel "bien abstrait" protéger et quel "bien abstrait" est commun, dans quelles mesures protéger les créateurs/inventeurs et la commercialisation de leurs oeuvres. Exemple : la primeur d’une information économique est un élément décisif en bourse (et le délit d’initié est puni par la loi) mais une fois révélée, elle ne vaut plus rien… son utilité, sa valeur, est éphémère.

    Il y a là une question de fond -et qui me semble tout sauf triviale…

  37. Thierry

    Bonjour,

    ce que je lis ici n’est pas juste !

    Il n’y a que quelques mois que je suis responsable formation bureautique au Cned de Poitiers, et, contrairement à ce qui est dit ici, la suite OpenOffice Calc, Writer et Impress sont proposées en formation en ligne et par cdrom : par ailleurs, la version actuellement proposée est la v2.4.0 et la v3 est en préparation auprès de nos partenaires éditeurs de produits multimédias.
    La commande de ce produit date de 2007.

    Par ailleurs, je voudrai ajouter GIMP et Bender, PHP/Mysql, PHPMyAdmin, CMS Made Simple etc…

    Non, le Cned est ouvert aussi vers le monde du libre !

    Cdt,
    TL,
    responsable formation bureautique et informatique
    Cned – Institut de Poitiers

  38. Jean

    @Thierry : En admettant que ce mail ne soit pas un faux (ce que je ne pense pas), pourquoi ne pas demander à Monsieur XXX (Direction des ressources humaines – Cned – Direction générale) de venir publiquement s’exprimer ici ? Tu dois bien le connaître non ?

    Ca vaudrait le coup puisqu’on quand on tape "Cned" dans Google, on arrive rapidement à cet article !

  39. bionet

    Bonjour,

    Bon, à leur décharge il faut bien avouer que j’ai bon nombre de mes collègues qui ont déjà mis une dizaine d’années avant de se mettre vraiment à Word… alors pour se mettre au traitement de texte il va falloir attendre encore un petit bout de temps.

    Il faut tout de même noter que les profs responsables du CNED ne sont aucunement des "sur-profs" et ils ne sont pas plus doués que les autres pour faire de la "veille informatique". La sélection des enseignants ne se fait pas sur leur capacité à tenir à jour leurs connaissances malheureusement (de toute façon ils n’en ont pas le temps matériel, surtout avec les obligations d’heures supplémentaire qui se mettent en place).

    Vous pouvez également noter que nombre de programmes officiels de concours d’enseignant et de formation (CAP, Bac Pro…) ne parlent toujours que de Word et d’Excell et, à mon avis, ce n’est pas près de changer. Alors de là à former spécifiquement pour ces logiciels il n’y a qu’un pas.

    Bien cordialement.

    NB : depuis 2001 on diffuse essentiellement des fichiers OpenDocument ou SVG sur ce site pédagogique (www.biotechno.fr). L’avantage c’est qu’il n’y a quasiment aucune concurrence "officielle" dans le domaine des Biotechnologies (très peu de sites ministériels ou académiques) et les enseignants qui recherchent des documents sont bien "obligés" de se poser la question suivante : "existe-t’il autre chose au delà de Microscope Word ?". C’est peut-être un moyen d’arriver à montrer que le libre représente une alternative viable : saturer le net de données sous des formats libres… enfin c’est ce que je pense.

  40. bionet

    <quote>La question cruciale est: expliquez-vous à vos collègues, tous vos collègues, qu’il est important de ne pas "formater" les élèves à l’utilisation d’un seul logiciel? Qu’ils n’ont pas à imposer le format ".doc" pour les travaux rendus? Que l’indépendance de l’EN est mise à mal par Microsoft?</quote>

    @ Grunt

    Ces compétences là ne sont pas explicitement au programme du B2I (ni du C2I d’ailleurs). Il faudrait peut-être travailler un peu plus au corps les collègues qui œuvrent pour la réalisation de ces programmes (B2I et C2I). Le problème c’est que le "Libre" est très souvent connoté et affublé d’une image péjorative "altermondialiste" et faussement "bio". Aussi je n’ai pas été surpris lorsqu’un collègue m’a rétorqué un jour qu’il ne rentrerait pas dans le "Logiciel Libre", pas plus que dans "l’homéopathie" et autre billevesées. Quand on a été conditionné pour ne reconnaître qu’un monde bêtement manichéen, ce type de classement basique n’a rien d’extraordinaire.

    Pour ma part je pense que les LL sont incontournables dans l’enseignement (comme de nombreux collègues mais c’est vraiment une attitude récente… depuis 2 à 5 ans seulement). Par contre je ne croirai jamais (car il s’agit bien de croyance) à l’homéopathie et adopterai toujours une démarche zététique à ce niveau (mais de là à faire comprendre à mes collègues ce qu’est la "zététique", il y a un gouffre !).

    Bien cordialement

  41. bionet

    Au fait,

    Les bureaux centraux du CNED ne se situent-ils pas à Poitiers juste à côté du Futuroscope ?

    Et le Futuroscope n’a-t’il pas été sauvé d’une mort certaine grâce au mécénat de Bill Gates ?

    N’y aurait-il pas là raison à une diffusion forte d’information (ou de désinformation) de la part de Microsoft auprès des dirigeants du CNED ? Au point que, sur place, on ne pense pas "Traitement de Texte" mais "Word" ?

    Ah oui, je tenais à dire qu’un ancien inspecteur m’avait dit un jour qu’il utiliserait toujours le mot "Word" pour parler de traitement de texte car c’était ce que comprenait ses collègues enseignants. Il s’agissait pour lui d’une manière de vulgariser des termes techniquement trop compliqués et de parler plus rapidement (un mot au lieu de trois dont un très long) !

    Et oui, le monde est décidément trop bête pour comprendre des termes aussi compliqués (c’est la même chose depuis 20 ans avec les "indices glycémiques" et les "glucides lents et rapides" ce qui fait qu’on a toujours appris n’importe quoi en nutrition) !

    Bien cordialement

  42. bionet

    Petit jeu :

    qui, parmi les lecteur du framablog, dit "Frigo" en lieu et place de "réfrigérateur" ?

    (alors de là à dire "Word" à la place de "traitement de texte" ?)

    🙂

  43. thierry

    C’est encore moi !

    non, mon email n’est pas faux ! Non, on n’est pas des soumis à Bill Gates, heureusement !

    Non, je suis pas du tout prof encore moins sur-prof ; je suis issu du privé (18 ans) et ai un titre professionnel de concepteur réalisateur multimédia, ainsi qu’un DESS systèmes d’informations multimédias option e-learning validé en 2002.

    J’ai été 5 ans formateur consultant en informatique, en progiciel médical, en SSII ou en organisme privé de formation continue ; je suis pas moulé "Education nationale" et suis contractuel en cdd, embauché pour développer l’offre de formation.

    le lien vers l’offre OpenOffice du Cned Poitiers : http://www.cned.fr/Bureautique

    allez voir en bas de la liste …. et ce n’est qu’un début.
    Alors, aux charlots qui balancent des conneries plus haut, il faut peut être se renseigner et mettre ses petites fiches à jour.

    Cependant, bonne journée,
    Cdt,
    Thierry, responsable formation informatique – Cned – Institut de Poiters

  44. thierry

    ahh dernière précision : ben ana, on n’est pas à la botte de Microsoft.

    Notre partenaire ENI élabore les produits multimédia on-line et off-line, et il est certifié Microsoft …. pas nous !

    Donc, on vend leurs solutions basées sur Mircosoft ET nous rajoutons le service autour (correction d’évaluation professionnelle, tutorat tél, mél, forum, proactif, réactif….)

    Cdt,
    TL

  45. thierry

    j’ose ne pas être caché derrière un pseudo ; mais vous ?

    Allez sur mon profil viadeo, je n’ai rien à cacher, moi !

    http://www.viadeo.com/fr/profile/le

    Alors, vous pensez que c’est toujours du bidon, mon message ?

    Et vous, qui êtes vous ?

  46. Filip

    @Thierry : Il me semble que vous êtes parti sur vos grands chevaux pour rien. Lorsque Jean dit "En admettant que ce mail ne soit pas un faux" il fait allusion au mail de l’article du blog et non le vôtre ! Enfin d’après ce que j’en ai compris.

  47. thierry

    @Filip : sans doute suis-je parti sur mes grands chevaux, mais divulguer des documents confidentiels délivrés en interne, ça, c’est une faute lourde professionnelle, et on retrouvera de toute façon et quelque soit la méthode, l’enseignant qui a commis cet acte.

    @autres détracteurs : c’est quand même intéressant d’avoir un point de vue de l’extérieur, vos commentaires sont révélateurs de l’image négative que vous avez de l’Education nationale ou du Cned ; c’est sûr, les choses évoluent avec de l’inertie, mais quand même : personnellement, je pratique le libre depuis les années 2000, je fais du web et sound design en Flash, Ajax, Css2, du développement multimédia , et je suis en veille technologique… alors il faut arrêter de nous accuser d’incompétence (il y en a partout !) qui pensent qu’à leur petite semaine de 18 heures et la retraite en étant des soi-disant planqués … de toute façon, je ne suis pas fonctionnaire, ni enseignant, alors je ne suis pas concerné !

    malgré tout, je vais continuer à prôner le développement des formations sur les logiciels libres, je continue à lire attentivement ce forum !
    cdt,
    Thierry

  48. Cned is not bad

    @Thierry : L’image de la formation bureautique du Cned est mauvaise ici oui. Mais je n’ai rien vu passer concernant ses méthodes, sa pédagogie, son efficacité, son service public (pour ceux qui ne peuvent pas venir à l’école, les nomades, etc.). Bref ce qui est le plus important.

  49. thierry

    bonjour,

    je suis complètement transparent et si vous voulez, je peux expliquer notre dispositif, et vous allez voir que c’est pas poussiéreux, et qu’il y a plein de gens de bonne volonté qui veulent faire évoluer les choses.

    Qui est intéressé pour parler d’OpenOffice proposé par le Cned ?
    Cdt,
    TL

  50. thierry

    Bon alors je commence un peu :

    On propose les auto-formations de Calc, Writer et Impress, en ligne et sur cdrom, édités par notre partenaire ENI Editions ; ces produits sont uniques au monde, car vous travaillez en environnement réel, c’est à dire que, pendant la formation, le vrai logiciel Calc par exemple, s’ouvre, et toutes les actions effectuées sont analysées en temps réel, sur une leçon ; si vous validez, alors on vous dit que vous avez réussi, sinon, par rapport aux manip’ attendues, il est dit de recommencer, ou alors de suivre une leçon (vidéo ou animation flash) en préliminaire, puis enfin de répondre à la question.

    chaque formation d’un logiciel est découpée en modules, puis en points (ou leçon ou grain pédagogique), et donc autant de point à valider.

    il existe en parallèle un outil d’auto diagnostique pour chacun des points, des leçons, qui permet d’évaluer soi-même son niveau.

    mais, tout ça c’est une chose : nous, on est des pédagogues, et on ajoute à tout ça le service qui est basé sur du tutorat réactif, proactif, par forum, téléphone, par mél, par chat, par classe virtuelle, et même par courrier postal !

    personnellement, j’ai des plages horaires consacrées aux apprenants, soit 4 heures de téléphone en plus de tout ce que j’ai dit précédemment.

    et enfin, il m’arrive de créer des vidéos diffusées en flv (flash) sur un point précis sur un de ces 3 logiciels.

    et pour finir, il y a une option d’évaluation payante où vous devez rendre un devoir et des fichiers que vous avez générés, en vue de leur correction par un spécialiste en informatique ; et s’il y a une note > 10, alors vous recevez une attestation de formation signée par le cned et ayant le tampon du Ministère de l’Education nationale;

    c’est très très résumé, mais je pense que cela est assez complet et axé sur le service aux apprenants.

    Des questions ?

    Cordialement,
    Thierry

  51. Zean Fi

    Thierry, ça a l’air très intéressant ce que vous faites. L’idéal serait qu’ENI et le Cned participe aux bien communs en proposant toute cette formation sous licence Creative Commons, non ?

    Comme le dit François Elie, l’argent public ne doit payer qu’une seule fois lorsqu’il s’agit de logiciel. Donc le Cned paye ENI mais demande par contrat que toutes les ressources produites pour cette formation soient placées sous licence libre. Ainsi par la suite tout le monde pourra en profiter et OpenOffice.org se diffuser.

  52. Grunt

    @Thierry:
    Ah, ça fait plaisir de pouvoir dialoguer :+)

    J’ai deux questions à vous poser:
    – Comment (et par qui?) a été prise la décision, au CNED, d’utiliser les ".doc" comme format d’échange entre les élèves et les professeurs via Internet?
    Sachant que, comme je l’ai fait remarquer plus haut, ".doc" ne veut pas dire grand chose: entre le ".doc" que produit Ms Office 1997, celui de Ms Office 2000, celui de Ms Office 2003, de Ms Office 2007, la version de OpenOffice, et les problèmes de compatibilités entre tout ces ".doc" différents..
    Pourquoi ne pas avoir choisi un format standard et normalisé?

    – Pourquoi le mail cité en tête de cet article ne mentionne pas OpenOffice?
    A-t-il été tronqué (par l’enseignant qui l’a reçu, par Framablog..), ou bien est-ce que la DRH du Cned considère que "Microsoft Office" va de soi et qu’il faut faire une démarche particulière pour entendre parler de "Open Office" ? D’où vient cette différence de traitement?
    Et pourquoi la pièce jointe est au format ".doc", alors que le format PDF est de rigueur pour ce type d’informations?

    L’impression générale laissée par le CNED est que les produits Microsoft sont un choix par défaut, une évidence, et qu’à contrario Open Office et les formats ouverts sont une curiosité, disponible pour ceux qui en font la demande explicite.
    De la part d’un organisme public, on est en droit d’attendre l’attitude opposée, non?

  53. thierry

    @Grunt : désolé, mais les échanges entre apprenants et correcteurs ou tueurs, au sujet des foramtions OpenOfffice,se sont bien aux formats ods, odp, odt, le tout parfois zippé pour des raisons de poids ! Donc le .doc, connais pas dans OpenOffice !
    à mon avis, l’enseignant en question …n’y connait pas grand chose en informatique… c’est grave, ça ! Oui, les mentalités évoluent très lentement au Cned, mais la volonté d’avancer est cependant là … l’histoire du mamouth, vous vous souvenez ! en ce moment, il dégèle notre hibernatus…
    Vous parlez toujours de Microsoft, mais, à la fin des années 90, quand il a fallut faire des choix technologiques pour élaborer des plateformes, eh ben y’avait quoi à l’époque : Frontpage 98 ou dreamweaver : à l’époque, y avait il une autre alternative technologique fiable et viable ? à part l’asp et les bases de données access ? php et mysql étaient ils stables pour les entreprises dans ces années là ? les choix se sont vite imposés à l’époque, et depuis, la même technologie est utilisée puisqu’elle marche à peu près pas mal. Alors, avait-on le choix à l’époque en regardant l’offre équivalente dans le monde du libre ? je ne suis pas sûr. Et depuis peu, de nouveau projets de formation sont et vont être élaborés pour développer vers le logiciel libre, croyez-moi, il y a bien cette volonté. en réponse à Zean Fi …. ne brûlons pas les étapes ! pour l’instant, étoffons l’offre, d’accord !
    Cdt,
    Thierry

  54. thierry

    juste un dernier mot : l’accessibilité.

    vous connaissez sans doute le cout d’une journée de formation bureautique, environ 300 euros pour 7 heures. Sachant qu’il faut bien 2 à 3 jours pour s’initier ou se perfectionner, allez, on dit 600 à 900 euros … et après il faut pratiquer des heures et des heures car on oublie rapidement, et généralement on sort saturé d’infos de ses formations courtes et denses.

    Le Cned propose au particulier par exemple, une formation sur un logiciel, qui dure en théorie 20h, qui peut rentrer dans le cadre du DIF donc, et bien cela ne coute que 65 euros et vous avez 4 mois pour la réaliser (le temps de se former, s’évaluer, échanger sur la plateforme de tutorat) à votre rythme, 24/24h 7j/7 ; l’évaluation finale, donc mise en situation professionnelle, par laquelle on jauge vos compétences, est une option payante de 18 euros…. soit au total 83 euros pour tout ça ….. alors, c’est pas du service…. publique ça ?

    pour en savoir plus sur toute l’offre Cned : allez ici : http://www.cned.fr/formations

    et uniquement la bureautique : là : http://www.cned.fr/Bureautique

    Cdt,
    TL

  55. Grunt

    @Thierry:
    je ne parlais pas de la formation "OpenOffice", mais des formations du CNED en général. Par exemple, si je désire suivre une année de cours par correspondance avec le CNED, je devrai envoyer mes fichiers au format ".doc". Est-ce vrai? Est-ce justifié?
    Vous semblez considérer que l’utilisation de formats ouverts et standards est réservée à la formation "Open Office".

    Plus généralement, j’ai le sentiment que vous ne répondez pas précisément à mes questions. C’est dommage.

  56. thierry

    @Grunt
    vous savez c’est pas si simple : il a des contraintes techniques avec le système de gestion automatique des devoirs, qui ne supportent que quelques formats, dont celui dont vous parlez.On est bridé, et on impose certains formats (qui permettent l’envoi et réception par internet de vos documents) qui ne sont pas stoppés par des systèmes anti-spam, virus, spyware malware trojan etc. …..bref question de sécurité et passages au travers des FireWalls. et comme ces choix technologiques sont en cohérence avec ce que j’ai indiqué dans mes posts précédents…

  57. Grunt

    @Thierry:
    Je ne vois pas les rapports entre le choix d’une suite bureautique et les pare-feu, sauf dans les délires de notre ministre de la culture.

    Au contraire: un format ouvert, normalisé et construit avec logique, tel que Open Document, est bien plus facile à analyser que les formats fermés et obscurs produits par les suites Microsoft Office! S’il était nécessaire d’analyser les fichiers avant de les re-transmettre, il serait plus logique d’interdire les ".doc" que les ".odt".

    De plus, la protection contre le spam n’a aucun lien avec le format de fichier envoyé: les élèves doivent s’identifier en ligne, via leur login et mot de passe, avant d’envoyer leur travail. Il est donc impossible d’envoyer du spam par ce moyen.

    De plus, la lutte contre les virus rend encore plus pertinent l’usage de OpenDocument: les ".doc" sont potentiellement bien plus dangereux.

    L’aide en ligne du CNED justifie ainsi l’utilisation des formats ".doc":
    <<"Quel que soit votre traitement de texte, choisir le format d’enregistrement .doc plus largement répandu ce qui facilitera les échanges avec vos correcteurs qui peuvent être équipés différemment de vous. ">>
    C’est tout simplement un contresens aberrant: utiliser un format fermé pour échanger des fichiers rend les échanges bien plus difficile que d’adopter un standard normalisé ISO !
    A ce sujet, je vous renvoie vers un texte qui, malgré son grand âge, n’a pas pris une ride:
    http://www.gnu.org/philosophy/no-wo

    Le CNED incite donc les étudiants à faire preuve d’impolitesse et d’irrespect, en envoyant des pièces jointes dans un format propriétaire. Bel exemple de civisme!

    De plus, les étudiants utilisant OpenOffice sont ainsi pénalisés: ils ne savent jamais quel sera le rendu du document qu’ils envoient. Ils ne peuvent même pas savoir si leur correcteur utilise Ms Office 2007 ou Ms Office 1997.

    On pourrait objecter que les correcteurs utilisent dans leur grand majorité une suite bureautique qui ne gère pas les standards.
    Mais ça, c’est leur problème, et le CNED n’a pas à se plier aux mauvais choix des correcteurs!
    Oserait-on imaginer, un seul instant, un lycée qui décide d’insonoriser son parking parce que les enseignants utilisent en majorité des voitures non conformes au code de la route et bien trop bruyantes?

    Il faut remarquer que les élèves du CNED ont aussi reçu des mails leur proposant une formation bureautique, mais ce mail présentait les deux offres du CNED: Microsoft Office, et Open Office. De plus, il n’était pas accompagné d’une pièce jointe dans un format fermé.
    Mais les enseignants sont par contre fortement poussés à utiliser Microsoft Office, et par le mail dont il est question ici, et par la campagne de marketing de Microsoft, financée par l’Education Nationale:
    http://www.framablog.org/index.php/

    Si on met ces informations bout à bout, voici le tableau qui se dessine:
    – les enseignants doivent utiliser Microsoft Office,
    – le format d’échange imposé est le .doc,
    – les élèves peuvent utiliser OpenOffice mais sont pénalisés,

    Et on ose appeller cela un service public?

  58. thierry

    @ Grunt

    Bonjour,

    vous êtes terriblement bien informée de ce qui se passe en interne au Cned …….vous êtes prof nommée ?

    Vos propos sont cependant intéressants et je respecte vos convictions, dont certaines que je partage.

    De mon côté, je continue à développer les formations vers les logiciels libres ; à suivre dans quelques temps donc, ces développements.

    Bien cordialement,
    Thierry

  59. bzorg

    @Cafalagarp
    Seulement un cliché de la réalité , hélas, j’aimerais bien que ça change mais je ne me fais aucune illusion

    Ça aussi c’est pas mal :
    "Pourriez-vous nous en dire plus sur d’autres professions : plombiers, cheminots, guichetiers à la Poste, financiers, politiciens, ménagères de plus de 40 ans… j’adore lire ce genre de réflexion profonde et tellement pleine de bon sens"

    C’est hors sujet , je mets un zéro alors 🙂

  60. rikki

    Le but est d’etre formé sur les logiciels que les entreprises utilisent et sont réceptives au CV portant ces formations, ou faire le GEEK gnu tout seul dans son coin ?

    Il est temps que les gens soient formés aux logiciels que les entreprises utilisent , et ne pas retomber dans les travers anciens, ou bon nombre d’université , collèges etc..formaient les gens sur des softs, machines , etc… bien dépassés mais Francaises (!) donc l’honneur étaient sauf pour notre administration..

    Que le soft soit US , francais etc..peu importe, pourvu que la formation reponde a une demande.. dites moi donc le % d’entreprises utilisant un office libre ? très faible..

    Les entreprises "se fichent" de votre position GNU GEEK.. Ce qu’elles veulent ce sont des gens travaillant sur word et excel.. si elles ont le choix entre deux personnes, a coup sur elles vont préferer celle-ci..

  61. JosephK

    Les entreprises se fiches de savoir quel soft tu utilises du moment que tu sais te servir d’un traitement de texte, d’un tableur, d’un éditeur de diaporama, etc…
    Et quand en plus ce logiciel est gratuit et que tu peux l’amener sur ta clé USB pour bosser dessus où est le problème ?

    Ce qui est incompréhensible c’est d’obliger les étudiants à se former sur un outil payant (quelqu’il soit) quand il existe un équivalent aussi bien (voire mieux) et gratuit.

  62. Jorm

    Tu peux aussi tomber sur une boite qui ne possède pas les logiciels proprios et qui veut juste "que ça marche". Tu peux alors arriver avec tes propres softs dont tu sais te servir et auquels tu peux former toute ton équipe.
    Bon c’est sûr je ne parle pas ici de bureautique mais pour des logiciels un peu techniques libres, ça fait quand même du bien à l’entreprise quand tu lui annonce qu’elle aura (presque ?) rien à dépenser et qu’ils ont le droit d’installer le logiciel un nombre illimité de postes sans payer des coûts de licence supplémentaire.

  63. Elessar

    On ne peut pas tout sacrifier à l’efficacité. Sinon, autant cesser toute subvention artistique et se vendre tous aux États-Unis.

  64. Grunt

    @rikki:
    Le problème n’est même pas là.
    Une formation à la bureautique qui impose une suite est déjà une très mauvaise formation.

    Utiliser de façon efficace un traitement de texte (par exemple) suppose d’avoir les compétences suivantes:
    – être capable de séparer le style et le contenu,
    – être capable d’utiliser les raccourcis claviers.

    Et si tu arrives à ce niveau de connaissance là, la différence entre, par exemple, Microsoft Word et OpenOffice Writer s’estompe. Quelqu’un qui travaille efficacement avec une suite bureautique a moins de difficultés que quelqu’un qui a appris à cliquer à un endroit précis.

    Partant de là, si tu es réellement compétent en bureautique, tu t’en fous un peu de savoir que tu utilises telle ou telle version de la suite machin ou truc.

    Le gros problème, c’est qu’énormément d’utilisateurs de suites bureautiques ont appris "sur le tas" et savent à peine s’en servir, ce qui a pour conséquences:

    – le fait qu’ils soient incapables de changer de suite bureautique. Ils sont habitués à Microsoft Office 2000, tu leur poses KOffice ou Microsoft Office 2007, ils sont paumés. Car ils n’ont pas les notions globales qui leur permettent de comprendre ce qu’ils font, ni la connaissance des raccourcis claviers (qui sont pratiquement toujours les mêmes).

    – le fait qu’ils pondent des documents de merde, sans feuille de style globale, mis en page "à l’arrach’ " (avec des horreurs du genre "Je mets un saut de page pour avoir le titre en début de page suivante"). Résultat, quand tu fais passer ces documents d’une suite à l’autre, même entre deux versions de Microsoft Office, ça merde.

    Imagine quelqu’un qui a appris à conduire une Clio en apprennant que, quand il voit le panneau qui indique un rond point, il doit appuyer légèrement sur la pédale du milieu et pousser vers le haut la petite manette de droite (clignotants). Tu le changes de voiture, il est paumé. Tandis que quelqu’un qui "sait conduire", vraiment conduire, n’a aucun problème.

    Une suite bureautique c’est pareil, et malheureusement très peu de gens savent s’en servir, à tel point que les entreprises s’imaginent nécessaire de demander la maîtrise de la suite bureautique installée sur leurs postes. Tu imagines, une entreprise qui te demande si tu sais conduire une Clio?

  65. Grunt

    (Désolé double post).

    J’oubliais: c’est avant tout la formation des employés qui oriente le choix des logiciels utilisés.
    J’entends par là qu’une entreprise ne va pas installer Microsoft Office sur tous ses postes "pour le plaisir", mais parce que les gens qui vont travailler sur les postes savent très probablement s’en servir.

    A moins de tomber sur un casse-couille, si tu indiques à ton patron que tu préfères bosser sur OpenOffice, il s’en fout: ça change quoi pour lui? Tu lui économises le prix d’une licence.

  66. Jorm

    @Grunt
    "A moins de tomber sur un casse-couille, si tu indiques à ton patron que tu préfères bosser sur OpenOffice, il s’en fout: ça change quoi pour lui? Tu lui économises le prix d’une licence."

    Ca change beaucoup de choses pour quelqu’un qui ne fait pas la différence entre les différents formats d’un document écrit.
    Essentiellement en ce qui concerne l’échange des données. Tu remarqueras que la mise en page (faite à l’arrach’ comme tu dis) n’est pas la même si tu ouvre un document .doc écrit avec Word avec OOo (c’est la principale raison pour laquelle je n’arrive pas à passer à OOo d’ailleurs).

    Et tu oublies que beaucoup de personnes ont tendance à enregistrer leurs documents sans regarder leur format (.doc ou .odt engénéral), un utilisateur de base enregistrera sous ODT puis gueulera contre OOo parce que Word peut pas ouvrir son fichier. Tout simplement parce qu’il n’a jamais entendu parler du Rich Text Format qui prend plus de place mais au moins met tout le monde d’accord.

  67. rphl

    Je suis un BTS Informatique de Gestion par le cned et il est vrai que la encore MS est bien présent… Access, Windev (HUM xD), VirtualPC, bref toute la suite msdnaa 🙁
    Mais les profs font un effort et utilisent quand même des softs open source disponibles sur toutes les plateformes comme Eclipse, (l)(x)amp etc… et initie à Debian (sarge et lenny).
    De plus, j’ai toujours pu imposer mes devoirs en pdf (pour être sur que mes graphiques ne seront pas déformés) en plus de l’obligatoire .doc …

  68. Cnedien

    C’est rigolo autant de désinformations sur un même billet.

    Tout d’abord la lettre évoquée est dans le cadre d’une campagne de formation INTERNE au Cned visant à former les personnels aux outils qu’ils utilisent TOUT LES JOURS.

    Oui, étrangement on ne va pas former à OpenOffice (les formations existent, soit dit en passant) lorsqu’ils ont la suite Microsoft office d’installée sur leur poste !

    Ensuite, pour les envois de devoirs via notre plate-forme de transmission dédiée, les devoirs sous format OpenOffice sont TOUS ACCEPTES. En fait, la plupart des professeurs correcteurs ont aussi OpenOffice d’installé sur leurs poste et si ce n’est pas le cas, c’est NOUS qui faisons la conversion manuellement. @Grunt, je ne sais pas où vous avez vu le .doc imposé. Ceci dit, c’est le format par défaut de tout nos professeurs.

  69. Olivier

    @Cnedien : "On ne va pas former à OpenOffice lorsqu’ils ont la suite Microsoft office d’installée sur leur poste !"

    Et pourquoi pas ? Cela vous permettrait de ne plus payer le coût des licences et surtout de vous mettre au diapason des établissements (et de leurs… élèves) qui vont tous migrer petit à petit vers OpenOffice.org.

    Un Cned pionnier et courageux, ça le ferait bien !

    Un Cned responsable et qui montre l’exemple aussi sur la question des formats ouverts en stoppant ce .doc comme format par défaut.

    Question subsidiaire : le Cnedien a-t-il également des arguments similaires pour défendre l’Académie en Ligne ?
    http://www.framablog.org/index.php/