Firefox lorgne-t-il du côté de Facebook et réciproquement ?

Classé dans : Libres Cultures | 10
image_pdfimage_print

Ed Yourdon - CC by-saNavigateurs et réseaux sociaux vont-ils à l’avenir tant et si bien se rapprocher l’un de l’autre qu’on finira par les confondre  ?

C’est l’hypothèse émise par Marshall Kirkpatrick qui n’hésite pas à mettre Firefox et Facebook en concurrence, en observant attentivemet les évolutions et innovations récentes de ces deux figures emblématiques du Web[1].

Firefox pourrait bien être un sérieux concurrent pour Facebook

Firefox Could Be the Real Facebook Challenger

Marshall Kirkpatrick – 5 mai 2009 – ReadWriteWeb
(Traduction Framalang  : Goofy, Poupoul2, Tyah)

Firefox ne comptabilise pas le nombre de ses utilisateurs, mais Asa Dotzler, le responsable chargé du développement de la communauté Mozilla, a déclaré aujourd’hui que la Fondation estime à 270 millions le nombre d’usagers du navigateur. C’est 35 % de plus que le nombre d’utilisateurs enregistrés sur Facebook (200 millions) et presque trois fois plus que le nombre de gens qui se connectent, selon Facebook, chaque jour sur ce réseau social (100 millions).

Pourquoi comparer le nombre d’utilisateurs d’un navigateur et d’un réseau social  ? Parce que tout porte à croire que les deux technologies vont converger à court terme. Voici pourquoi nous pensons que Firefox devrait être le concurrent le plus sérieux de Facebook.

Ces estimations chiffrées pour Firefox sont bien prudentes. Lee Mathew de DownloadSquad estime que le véritable nombre d’utilisateurs de Firefox pourrait être plus proche de 340 millions. C’est trois fois et demie plus que le nombre revendiqué par Facebook de gens connectés quotidiennement à son réseau.

Ce ne sont pourtant pas des choses si différentes

Sans pouvoir être sûrs qu’il a raison de prédire que Google l’emportera sur Firefox, nous trouvons que Jeremiah Owyang de Forrester propose une perspective très convaincante sur l’avenir des navigateurs et des réseaux sociaux dans son excellent rapport sur le Futur du Web social.

«… pour tenter d’étendre la diffusion de son nouveau navigateur, Chrome, nous nous attendons à ce que Google adopte OpenId et ses connexions associées pour son navigateur  ; on peut compter sur Firefox et finalement sur Internet Explorer pour copier cette fonctionnalité. Facebook et Myspace vont probablement élaborer aussi des systèmes pour permettre à leurs utilisateurs de naviguer sur le Web depuis une session Facebook, en conservant le réseau social. Ces passerelles ne seront pas parfaites, mais elles permettront aux réseaux sociaux de coloniser des communautés et d’autres secteurs du Web, en étendant leur champ de découverte à d’autres sites, grâce à leur identifiant partagé. Résultat, d’ici deux ans, les identités nomades seront partout présentes en ligne, lorsque le système sera arrivé à maturité. »

Il est logique de déduire de cette analyse que la frontière entre navigateurs et réseaux sociaux sera de plus en plus mince, et que ces deux sortes de logiciels vont très probablement entrer en compétition.

Le navigateur comme réseau social, le réseau social comme navigateur

Dans quelques mois et non dans quelques années, le navigateur Firefox aura vraisemblablement une allure très très différente. La Fondation doit se dépêcher d’innover plus encore qu’on ne peut l’imaginer, maintenant que sa principale source de revenus (Google) a lancé son propre navigateur. Firefox tout comme Facebook doivent sûrement déjà travailler dur à imaginer de nouveaux modèles générateurs de ressources publicitaires – ils en sont tous deux dépendants, mais aucun ne peut les considérer comme garanties.

Il y a trois semaines nous avons écrit un billet sur les projets de la Fondation pour qu’on puisse utiliser les lignes de commande d’Ubiquity dans la barre d’adresse. Ce qui signifie que vos applications seront accessibles et gérables depuis votre navigateur.

Si Facebook tend à se comporter de plus en plus comme un système d’exploitation avec sa plateforme d’applications, c’est aussi le cas pour Firefox – qui a en outre l’avantage de donner accès aux applications sur le bureau, sur le Web, et via des RIA (NdT  : Rich Internet Application). Facebook a lancé sa propre interface Web la semaine dernière et nous serions prêts à parier qu’il ressemblera de plus en plus à un navigateur dans un futur proche, mais Firefox a une énorme avance dans ce domaine.

Facebook dispose déjà de pages de cadres pour les liens partagés via le site, ce qui maintient la navigation dans la sphère de Facebook. il n’est pas difficile d’imaginer une barre de recherche placée dans ce cadre.

Dans le billet consacré à Ubiquity, nous avons aussi mentionné les expérimentations de l’équipe chargée de l’ergonomie de Firefox. Il s’agirait de remplacer les onglets par une interface qui ressemble beaucoup à celle de iTunes.

Exactement comme le fait iTunes avec les listes de lecture, c’est-à-dire en organisant le contenu par type et catégorie, Firefox peut commencer à offrir d’autres façons d’organiser des informations que l’on consomme passivement en naviguant. Il y a deux semaines nous parlions des propositions du responsable du design chez Firefox, Alex Faaborg  : comment capturer les évènements, la localisation et d’autres informations de microformat et les fournir en coordination avec d’autres applications comme Google Earth et le calendrier.

Est-ce que Facebook aimerait tirer profit des données qu’il collecte pendant que vous parcourez le Web dans tous les sens  ? N’ayez aucun doute là-dessus, c’est bien un des objectifs cachés derrière le célèbre Facebook Connect. Cette fonctionnalité exige que les utilisateurs donnent à Facebook leur permission à chaque fois qu’ils souhaitent connecter ce réseau social avec la poignée de pages qui supportent ce système d’identification. Firefox a un avantage important sur ce point, car il dispose de facto de l’autorisation de ses utilisateurs pour interagir avec les données de toutes les pages que nous parcourons avec le navigateur. Facebook ne va pas tarder à vouloir en faire autant.

Firefox tel que le conçoit Faaborg est un concurrent en pole position en termes d’identification comme de nomadisme des données (tout à fait comme le prédisait Owyang plus haut). Tout ce qu’il reste à faire à Firefox c’est d’offrir une messagerie entre ses utilisateurs et un fil de nouvelles branché sur toutes leurs activités déjà existantes sur leur réseau social. Firefox pourrait utiliser Facebook Connect, pour commencer. Comment Facebook pourrait-il rivaliser avec un logiciel social qui permet de démultiplier les identités virtuelles (vos collègues/amis percevant différentes facettes de vous-même) et de s’affranchir des limites bien nettes des réseaux sociaux ordinaires  ? Voilà des approches que Facebook devrait sans doute bientôt adopter lui aussi.

Pour couronner le tout, Firefox se bat férocement sur le front du mobile. C’est un secteur sur lequel Facebook a déjà une sérieuse option. Ce sera bientôt un champ de bataille crucial pour les deux entreprises.

Un autre énorme avantage de Facebook est d’avoir une équipe dont les compétences en conception de logiciel foncièrement social ne sont plus à prouver. C’est moins le cas pour Firefox, dont les développeurs et l’écosystème de développement prennent appui sur le navigateur comme outil personnel.

Pensez-y deux minutes, pourtant. Ajoutez la messagerie, des profils publics et des flux d’activités à Firefox et on peut imaginer que la mayonnaise prenne – aucun problème. Firefox pourrait parvenir, ou non, à diffuser ce genre d’idées auprès de tous ses usagers, mais ses chances sont plutôt bonnes, et le navigateur devenu réseau social a davantage d’utilisateurs actifs que le réseau social qui se mue en navigateur.

Notes

[1] Crédit photo  : Ed Yourdon (Creative Commons By-Sa)

10 Réponses

  1. Sauf que les gens qui font activement la promotion de Firefox sont plutôt hostiles à Facebook et aux réseaux sociaux intrusifs.

  2. Et si le navigateur était juste un navigateur?
    Le but de firefox, à ses débuts, n’était-il pas de proposer une alternative légère et performante au monstre netscape? J’ai l’impression que plus ça va, plus le navigateur tend à être l’unique logiciel multifonction à utiliser sur son ordinateur. Une sorte de système d’exploitation dans le système d’exploitation.
    Mais pourquoi ne pas revenir au principe d’un logiciel pour une tâche? Le navigateur servant ainsi à … naviguer 🙂

  3. <<Tout ce qu’il reste à faire à Firefox c’est d’offrir une messagerie entre ses utilisateurs et un fil de nouvelles branché sur toutes leurs activités déjà existantes sur leur réseau social.>> …

    Plutôt que d’utiliser les technologies de FesseBouc et en être dépendant, je crois qu’il serait plus viable d’utiliser le protocole XMPP … Libre, décentralisé, accès aux utilisateurs de google Talk … Accès éventuellement à la voix, à la video … tableau blanc, etc … Accès au microblogue avec Identi.ca et peut-être un jour à la messagerie FesseBouc … Fil de nouvelles par "push" … Et quoi d’autre encore !? 🙂 C’est inclusif parce que c’est un standard … De plus, des tonnes d’applications tiers pourront être possibles autour d’un réseau social basé sur XMPP !

    @Img : j’aurais tendance à être d’accord avec toi … Mais je crois qu’il y a de la place pour les deux tendances. Il suffirait d’avoir un module de base ultra-léger, qui serait le navigateur lui-même, puis une série de modules(plugIns) qui pourrait être greffé selon la volonté de chaque utilisateur … Personnellement j’utilse souvent Epiphany ou Chrome(si je suis sous xp) parce que je veux naviguer plus rapidement… Mais pour développer j’apprécis énormément les plugIns de la communauté Mozzila … C’est pour ça que je dis que les deux ne sont pas incompatibles.

    Si firefox me permet un jour, avec un simple clic de désactiver tout mes plugIns sans devoir redémarrer le client, et ainsi d’avoir la possibilité de naviguer ultra-rapidement … alors je serai content 😉

  4. C’est marrant, mais quand on n’y repense, un navigateur faisant office de réseau social avec des fonctions servant à communiquer avec les autres… ça n’a pas déjà été fait avec Flock ?

    @yhs ce que tu décris, c’est un peu ce que Glyn Moody souhaitait pour Thunderbird dans un autre billet du Framablog (http://www.framablog.org/index.php/…) c’est à dire l’intégration des réseaux sociaux et du microblogging. Pour la messagerie xmpp c’est déjà ce que l’on retrouve en partie dans Spicebird un fork de Thunderbird.

  5. Harry

    Pitié !!!! Faites que cette "ineluctable" transistion de firefox vers le "réseau social" se fasse par l’ajout d’un plugin !!!!!!
    Je vous en supplie !!!!! N’imposez pas ça à tout le monde, sinon je serais forcé de me tourner d.finitivement vers Opéra (qui est déjà installé chez moi mais qui me sert de "navigateur-sauve-la-vie")

  6. @DarkBaboon
    Oui j’ai essayé SpiceBird il y a un an à peu près; c’était pas tout à fait au point alors je suis resté à Thunderbird en me promettant de réessayer SpiceBird un de ces quatres 🙂

  7. @Harry: heureusement il y a d’autres navigateurs libres comme Midori et SkipStone http://www.muhri.net/skipstone/ (ce dernier marche très bien) et on peut penser qu’Iceweasel sera tenu loin de toutes ces crétineries et espionnages.

    @lmg: <blockquote>J’ai l’impression que plus ça va, plus le navigateur tend à être l’unique logiciel multifonction à utiliser sur son ordinateur. Une sorte de système d’exploitation dans le système d’exploitation.
    Mais pourquoi ne pas revenir au principe d’un logiciel pour une tâche? Le navigateur servant ainsi à … naviguer :)</blockquote>

    C’est tout à fait l’évolution d’un navigateur comme Firefox et de l’informatique, ce que n’a jamais compris M$ (d’où leur IE nul et gratuit). L’évolution va vers du toujours plus simple et un navigateur qui fait tout, c’est simple et pratique et enfin cela donne une bonne excuse à la nullité de M$ en matière d’OS: pourquoi faire un bon OS puisqu’on pourra tout faire avec le navigateur? Mais il reste à M$ du boulot pour faire un navigateur web digne des normes du web et de l’universalité que suppose le web.

  8. Fesse de bouc est un réseau antisocial aux pratiques démocratiques plus que douteuses… Et je le prouve :

    http://gauchedecombat.wordpress.com

  9. Aujourd’hui, avec les plugins portant les services des tiers, il est déjà possible de transformer son navigateur en une espèce de machine social media.

    Les contacts, l’IM, la publication de contenu (du microblogging à la vidéo en passant par les billets, les images), les ressources web (bookmarks, recherche générale et niche… entre autres). On peut quasiment tout gérer, plus ou moins efficacement.

    Tout cela passe par une bonne phase de configuration, et malgré tout, on reste dépendant des aléas de fonctionnement à chaque mise à jour, des lacunes de conception de certains plugins…

    Et puis reconnaissons aussi qu’avec tous ces ajouts, la fenêtre FF ressemble plus à une interface de WoW addict qu’autre chose… Sans parler de la lourdeur.

    Bref il faut bidouiller, avoir une belle machine et un bel écran pour s’en sortir.
    On reste dans un microcosme d’utilisateurs avertis vs ‘le monde connecté’.

    Quand FF aura intégré tout cela (nativement, pas via des plugins), avec une bonne dose d’ergonomie et une gestion performante de l’identité en ligne et des profils, on peut tabler sur une réelle explosion du social media et surtout une mutation des usages en ligne à moyen terme.

    Moi ça me donne envie.

    Surtout si je peux revenir à un client web simple en un clic, justement via les profils FF (+1 @yhs).

  10. @eDDY : "Quand FF aura intégré tout cela (nativement, pas via des plugins), avec une bonne dose d’ergonomie et une gestion performante de l’identité en ligne et des profils, on peut tabler sur une réelle explosion du social media et surtout une mutation des usages en ligne à moyen terme."

    Du Pain béni en Sarkozie.