Notre gitlab évolue en Framagit. C’est très efficace !

Classé dans : Dégooglisons Internet | 3
image_pdfimage_print

Warning : cet article parle de forge logicielle qui sert à développer collaborativement du code. Il est donc un peu velu et technique, mais il fera plaisir aux plus « barbu-e-s » d’entre vous !

Préviousselaid, chez Framasoft : nous avions besoin d’une forge logicielle comme outil interne à l’asso… parce que même si nous ne développons pas (ou exceptionnellement) de logiciel libre ; les mettre en avant, les améliorer (parfois), les promouvoir et ouvrir des services au monde, ben ça demande de créer, maintenir, échanger et améliorer du code !

Nous nous étions donc installé Gitlab à la main, sur un coin de serveur, juste pour nous…  Étant les seuls utilisateurs, on s’est dit que ce ne serait pas grave s’il n’était pas toujours à jour, à traquer la dernière version… (oui : nous sommes moins exigeants sur nos outils internes que pour les services que nous ouvrons au grand public ^^).

Franchement, merci Google !

Merci, parce qu’à chaque fois que vous prenez des décisions unilatérales aux dépens de vos utilisateurs-produits, vous nous offrez l’occasion de prouver que le Libre offre des alternatives bien plus respectueuses des personnes qui vous ont confié leur vie numérique (et leur code).

Le jour où nous avons appris que Google Code fermait ses portes, nous avons donc décidé d’ouvrir les nôtres. Cela nous a aussi permis de sensibiliser au fait que, dans le mode des codeurs et développeuses, GitHub est devenu un point central et monopolistique assez inquiétant.

githubdown L’excuse n°1 des programmeurs pour se lâcher sans scrupules : « GitHub est en panne » — Hé, au boulot les gars ! — Github est en panne ! — Ah bon, continuez alors.
L’excuse n°1 des programmeurs pour se lâcher sans scrupules :
« GitHub est en panne »

— Hé, au boulot les gars ! — Github est en panne !
— Ah bon, continuez alors.

 

Forcément, l’ouverture à tous de notre git et les nouvelles fonctionnalités des nouvelles versions de Gitlab (une nouvelle version tous les 22 du mois) nous ont incités à mettre à jour plus régulièrement, ce qui prend plusieurs heures à chaque fois… et plusieurs fois par mois, car des versions correctives sont régulièrement publiées.

Améliorer le Framagit… une priorité

Ceci, ajouté à l’utilisation grandissante de notre forge qui allait bientôt poser des problèmes de taille de disques, nous a amenés à migrer (le 17 mars dernier) notre Gitlab vers une machine avec plus de disque et surtout avec une installation utilisant les paquets dits « omnibus ».

Ces paquets omnibus nous ont permis d’installer Gitlab à l’aide d’un simple apt-get install gitlab-ce plutôt que de suivre la longue procédure d’installation manuelle. Non seulement l’installation est simplifiée, mais — et c’est surtout là la plus-value que nous en attendions — mettre à jour Gitlab devient tout aussi simple avec une seule commande apt-get dist-upgrade.

Résultat : notre Gitlab suit scrupuleusement la publication des nouvelles versions, avec leur lot de nouvelles fonctionnalités !

GitPourTous

Pour fêter cela, nous avons étrenné un nouveau nom de domaine… inspiré par vous ! Avouons-le, « Git point Framasoft point orrrrrrrgueh », ça accroche un peu en bouche. De partout, nous avons entendu parler du « Framagit » : alors tant qu’à faire, autant l’appeler comme vous le faites déjà. Bien entendu, il n’est nul besoin de modifier vos URL, elles restent valides… mais la nouvelle est à votre disposition !

Et si on ajoutait de l’intégration continue ?

Derrière ce terme barbare se cache une fonctionnalité très pratique : on crée une « recette » qui sera exécutée dans une machine virtuelle à chaque push. Cela peut par exemple permettre de lancer une suite de tests pour vérifier que l’on n’a rien cassé. :-)

Pour utiliser cette fonctionnalité, il faut disposer de ce que l’on appelle un runner, c’est à dire un logiciel qui va récupérer la recette et l’exécuter. Il est possible d’installer un runner sur n’importe quel ordinateur, même votre ordinateur de bureau.

Pour ceux qui ne souhaitent pas gérer leur runner eux-mêmes, Framasoft met à disposition deux runners partagés entre tous les utilisateurs de Framagit, que vous pouvez utiliser comme bon vous semble. Notez toutefois que Gitlab indique que quiconque utilise un runner partagé peut accéder aux informations des projets utilisant ce runner : il vaut mieux monter votre propre runner pour vos projets sensibles.

De plus, en utilisant les runners partagés de Framasoft, il est possible que votre projet soit mis en file d’attente, en attendant que les recettes précédentes aient fini de s’exécuter… à vous de voir !

Pouhiou-le-moldu-du-code lisant cet article, allégorie.
Pouhiou-le-moldu-du-code lisant cet article, allégorie.

Vous voulez des pages Gitlab ? Nous aussi !

Github permet à tout un chacun d’héberger un site statique. Gitlab propose une fonctionnalité similaire mais hélas, uniquement dans sa version entreprise… Nous utilisons pour notre part la version communautaire qui est la version libre de Gitlab… donc sans les pages Gitlab.

Nous avons donc ouvert un ticket pour demander que cette fonctionnalité soit incluse dans la version communautaire. Si vous aussi vous aimeriez voir cela arriver, aidez-nous tout simplement en votant sur https://gitlab.com/gitlab-org/gitlab-ce/issues/14605.

En attendant, profitez d’une forge logicielle à jour et libre sur Framagit.org !

 

Mise à jour du 5/08/2016 :
Le tutoriel d’installation de Gitlab est -enfin- disponible sur le Framacloud.
Notez que cette installation est conjointe à celle de Mattermost (Framateam) puisque c’est ainsi que nous avons procédé ;)

Debianeux convaincu, Perliste fou, administrateur système de métier, je passe mon temps à mettre les machines de Framasoft à jour ou à coder.

3 Responses

  1. Bravo, excellente initiative ! Et flatté d’être cité dans le billet 😉

  2. Bonjour, merci pour l’article.
    Avez vous regardés d’autres alternatives que gitlab ?
    Par exemple tuleap est pas mal et peux correspondre à ce que vous voulez faire.
    (note :je n’ai rien à voir avec tuleap, c’est juste que je l’utilise)

    • Au départ, on voulait juste des dépôts git avec une interface web donc tuleap avec tout son système de gestion de projet était un peu overkill. Il y a aussi Gog, et sans doute plein d’autres, mais l’avantage de Gitlab, c’était une transition simple depuis Github : l’interface était pas mal semblable à l’époque. Bon, maintenant ça a un peu divergé, mais c’est pas grave, on s’y retrouve bien quand même.

      De toute façon, maintenant, c’est fini, on ne va pas changer d’outil 😛 (difficile de migrer 2000 utilisateurs et 3000 projets)

Laissez un commentaire