Le projet Tor se dote d’un contrat social

image_pdfimage_print

Le projet Tor (Tor Project), est l’organisation à but non lucratif à l’origine du réseau de communication anonymisé et du logiciel éponyme. Il a décidé, à l’instar d’autres projets libres comme Debian ou Gentoo, de se doter d’un contrat social dans le but de clarifier et de pérenniser ses valeurs et ses objectifs.

Souvent associé au terrorisme, au trafic de drogue et autres contenus pédo-nazis par certains journaux télévisés ou personnages politiques en manque d’attention, Tor est au contraire mis en avant dans ce texte (gracieusement traduit pour vous par l’équipe de Framalang) pour son intérêt dans la protection des libertés fondamentales.

Source : The Tor Social Contract par alison

Traduction : KoS, serici, sebastien camuzat, David_5.1, Lumi, egilli et Obny

tor browser

Le contrat social du projet Tor

Au sein du Projet Tor, nous fabriquons des outils pour promouvoir et protéger les droits fondamentaux des personnes partout dans le monde. Nous avons un ensemble de principes directeurs qui rendent cela possible, mais pendant une longue période ces principes sont restés plus ou moins tacites. Afin de veiller à ce que les membres du projet construisent un Tor qui reflète l’engagement envers nos idéaux, nous nous sommes inspirés de nos amis de chez Debian pour écrire le Contrat Social de Tor, soit l’ensemble des principes qui reflètent qui nous sommes et pourquoi nous faisons Tor.

Notre contrat social est fait de comportement et d’objectifs : pas seulement les résultats idéaux que nous désirons pour notre communauté, mais également la manière dont nous cherchons à les atteindre. Nous voulons faire croître Tor en soutenant et améliorant ces recommandations en même temps que nous travaillons sur Tor, tout en faisant attention de ne pas les déshonorer le reste du temps.

Ces principes peuvent aussi être utilisés pour aider à reconnaître quand les actions ou les intentions des gens peuvent desservir Tor. Certains de ces principes sont des normes bien établies : des choses que nous faisons tous les jours depuis longtemps ; d’autres sont plutôt du domaine des aspirations, mais tous sont des valeurs que nous voulons faire vivre publiquement, et nous espérons qu’elles vont rendre nos choix futurs plus simples et plus ouverts. Ce contrat social est l’un des documents qui définissent nos normes communes, donc si vous cherchez des éléments qui semblent y manquer (par exemple quelque chose qui aurait sa place dans un code de conduite), rappelez-vous qu’il est possible qu’ils existent tout de même dans un autre document.

Les objectifs sociaux peuvent être complexes à exprimer. S’il devait exister des contradictions dans l’application des principes suivants, nous ferions tout pour garantir en priorité la sécurité et la liberté de ceux qui utilisent les fruits de nos efforts. Le contrat social peut aussi nous aider à régler ces contradictions. Par exemple, il peut arriver que nous ayons besoin d’utiliser des outils qui ne sont pas entièrement ouverts (contredisant alors le point 2) mais les rendre ouverts diminuerait la sécurité de nos utilisateurs (contredisant le point 6). Utiliser un tel outil implique donc de mesurer à quel point il est nécessaire pour rendre notre technologie utilisable (point 1). Et si nous utilisons effectivement un tel outil, nous devons être honnêtes concernant ses capacités et ses limites (point 5).

Tor n’est pas seulement un logiciel, mais un travail réalisé avec amour par une communauté internationale de personnes dévouées au respect des droits humains. Ce contrat social est une promesse de notre communauté au reste du monde, exprimant notre engagement à nos valeurs. Nous vous les présentons avec enthousiasme.

Logo Tor
Logo du projet Tor
  1. Nous favorisons les droits humains en créant et maintenant des technologies accessibles pour l’anonymat et la vie privée.
    Nous croyons que la vie privée, l’échange libre des idées, et l’accès à l’information sont essentiels aux sociétés libres. Au travers des règles de notre communauté et du code que nous écrivons, nous fournissons des outils qui aident tout un chacun à protéger et à faire progresser ces droits.
  2. Une recherche et des outils ouverts et transparents sont la clef de notre succès.
    Nous sommes dévoués à la transparence. Pour cela, tout ce que nous publions est ouvert et notre développement se fait au grand jour. Chaque fois que cela sera possible, nous continuerons à rendre nos codes sources, nos exécutables et nos affirmations à leur sujet ouverts à des vérifications indépendantes. Dans les cas extrêmement rares où des développements ouverts altéreraient la sécurité de nos utilisateurs, nous serons particulièrement vigilants lors de l’évaluation par les pairs qui sera réalisée par des membres du projet.
  3. L’accès, l’utilisation, la modification et la distribution de nos outils sont libres.
    Plus notre panel d’utilisateurs sera diversifié, moins l’on pourra tirer d’informations à propos des personnes utilisant Tor. Cette diversité est un objectif fondamental et nous avons pour but de créer des outils et des services accessibles et utilisables par tous. La capacité d’un utilisateur à payer pour ces outils ou ces services ne devrait pas être un facteur déterminant dans ses possibilités à y accéder et à les utiliser. A fortiori nous ne restreignons pas l’accès à nos outils sauf si cet accès contrevient à notre objectif d’assurer plus de sécurité à nos utilisateurs.
    Notre souhait est que le code et les recherches que nous publions seront revus et améliorés par beaucoup de personnes différentes et cela n’est possible que si tout le monde a la possibilité d’utiliser, de copier, de modifier et de redistribuer cette information. Nous concevons, compilons et diffusons également nos outils sans recueillir d’informations personnelles sur nos utilisateurs.
  4. Nous rendons Tor et les technologies associées universels grâce à la sensibilisation et à l’éducation populaire.
    Nous ne sommes pas seulement des gens qui concevons des logiciels, mais aussi des ambassadeurs de la liberté en ligne. Nous voulons que chaque habitant de la planète puisse comprendre que ses droits humains de base, et tout particulièrement sa liberté d’expression, d’accès à l’information et à la vie privée, peuvent être préservés quand il utilise Internet.
    Nous apprenons aux utilisateurs d’Internet, comment et pourquoi utiliser Tor, et nous travaillons sans cesse pour rendre nos outils à la fois plus sécurisés et plus faciles d’utilisation et c’est pourquoi nous utilisons nos propres outils et sommes à l’écoute des retours d’expérience des utilisateurs. Notre vision d’une société plus libre ne sera pas accomplie seulement en restant derrière un écran, et donc, en plus d’écrire de bons programmes, nous donnons aussi de l’importance à leur promotion et sensibilisons la communauté.
  5. Nous sommes honnêtes à propos des capacités et des limites de Tor et des technologies associées.
    Nous ne trompons jamais intentionnellement nos utilisateurs ni ne mentons à propos des capacités des outils ou des risques potentiels associés à leur utilisation. Chaque utilisateur devrait être libre de prendre une décision éclairée quant au fait d’utiliser ou non un outil donné et sur la façon dont il devrait l’utiliser. Nous sommes responsables de l’exactitude de l’information quant à l’état de notre logiciel et nous travaillons assidûment pour tenir notre communauté informée à travers nos divers canaux de communication.
  6. Nous ne nuirons jamais intentionnellement à nos utilisateurs.
    Nous prenons au sérieux la confiance que nos utilisateurs nous accordent. Non seulement nous ferons toujours de notre mieux pour écrire du bon code, mais il est impératif de résister aux pressions d’adversaires qui souhaiteraient nuire à nos utilisateurs. Nous n’implémenterons jamais de portes dérobées dans nos projets. Dans notre souci de transparence, nous sommes honnêtes lorsque nous faisons des erreurs et nous communiquons avec nos utilisateurs sur nos projets d’amélioration.

Framalang est le groupe de traduction bénévole et communautaire de Framasoft. Les membres traduisent des articles du monde du Libre à l'intention du public francophone. Pour participer à cette aventure, rejoignez notre liste de diffusion !

11 Responses

  1. Toujours la même rengaine… Non non, Tor ne sert pas qu’à télécharger de la pornographie infantile, acheter de la drogue, et papoter avec ses collègues djiadistes. Il y a quand même 0.27% des utilisateurs qui ont comme principal but de ne pas se faire espionner par facebook. Et on fait des communiqués comme ça pour se faire passer pour de gentilles personnes.

    • Incontinent Bulshit

      Blablabla, toujours le même discours haineux, fantasmé, sans aucune nuances. Autant dire aucun interet.

    • c’est dommage d’écrire sur un tableau blanc des calomnies.

  2. Le point 6 mérite d’être développé.
    Par exemple, que se passe-t-il si vous constatez qu’un de vos utilisateurs utilise vos nœuds de sortie de Tor pour faire du spamming, du DDOS ou de l’injection de code ? (mon but ici n’est pas de dire que Tor ne sert qu’à ça, mais ça peut arriver)
    Est-ce que mettre en place un système sur vos nœuds de sortie pour restreindre ces usages est contradictoire avec le respect de l’utilisateur ?

    (Pour le reste, « un travail réalisé avec amour par une communauté internationale de personnes dévouées au respect des droits humains » me parait assez fantasmé.
    Tor a été notamment soutenu par le gouvernement des États-Unis, sans doute plus pour protéger le propre secret de leur espionnage au dépend du bien commun que pour protéger avec amour les droits humains.
    Je ne suis pas contre qu’on souligne les buts humanistes de Tor, mais réduire Tor à ça, c’est entretenir le préjugé)

  3. Bon transit intestinal

    Tor, on n’est pas obligé de l’utiliser, et on aurait tort de s’en priver. Non, on ne dois pas être paranoïaque pour l’utiliser, il faut simplement ne pas avoir envie d’être suivi, catalogué, tracé, traqué, pris pour un simple numéro de carte de banque, pris pour un simple gogo qui va se farcir la pub qu’on lui sert. Au départ, l’IntNet était peut-être plus rudimentaire qu’aujourd’hui, mais il permettait à plusieurs personnes de discuter ensemble, en conservant un minimum d’intimité. Ce n’es plus trop le cas aujourd’hui. Bon, il est vrai qu’il y a des personnes mal intentionnées qui profitent du travail des concepteurs de Tor, mais cela à toujours existé, malheureusement, et existera toujours. Et pour tout ce qui est interdit de faire, ce n’est pas la non existence de Tor qui modifierait quoi que ce soit. Des gens qui vendent des trucs défendu par la loi dans certains pays, et même dans la plupart des pays au monde, il y en aura toujours. Il y aura toujours des ******* prêt à vendre de la poudre de rêve au alentour des écoles. D’autres imb****** prêt à vendre des projecteurs de plomb en pastille. Ce n’est pas Tor qui les a créé. Il faut simplement que nous prenions le temps d’enseigner, d’instruire nos enfants, comme nous devrions le faire pour la vie de tous les jours. Malheureusement, il est plus facile de s’en prendre à un professeur qui a mis de mauvais points à un gosse, que d’éduquer ce même gosse. L’instruction reviens au enseignants, l’éducation, aux parents (ou assimilés). Donc, non Tor n’a pas tort. La preuve: l’utilisation (je ne suis pas le premier à le faire) de nom bien réel dans les signatures 🙂

    • qu’est ce que l’éducation e.u/afrika vient faire avec l’usage de tor u.s/uk ?
      *Ce n’es plus trop le cas aujourd’hui (ah bon !)
      tor est un browser pas un vigile devant une boîte de nuit.

      • Bon transit intestinal

        … Tor un browser (navigateur) ? ah bon?

        Si je vais sur le site de tor, je lis:
        « Tor is free software and an open network that helps you defend against traffic analysis, a form of network surveillance that threatens personal freedom and privacy, confidential business activities and relationships, and state security. »
        Ce qui signifie, pour les non anglophiles:
        « Tor est un logiciel libre et un réseau ouvert qui vous aide à vous défendre contre les analyses de trafic, un manière ou une surveillance réseau qui menace la liberté personnelle et la vie privée, les activités de travail confidentielles et relationnelles, ainsi qu’un état de sécurité. »

        Donc, il est bien dit au départ que Tor est un logiciel ainsi qu’un réseau ouvert, pas un navigateur. Ce n’est pas un simple navigateur. Certes, on peut y accéder via un navigateur, mais ce n’est pas le seul moyen. D’autant plus qu’il faut configurer un navigateur quel qu’il soit, afin de pouvoir accéder à ce réseau (le réseau Tor).
        Alors, si on comparer avec ce que dis raahN, Tor n’est pas le vigile devant la boîte de nuit en effet, Tor EST la boite de nuit… avec toutes ses connections, interconnections possibles et imaginables. Juste pour essayer de donner une image hein!
        Alors pour en revenir à ce que je disais plus haut, car il ne faut pas non plus faire d’amalgame, dans la boite de nuit, on y trouve de tout, ça ne veut pas dire que le boss est une fripouille.

        • Bon transit intestinal

          aie, j’ai fais quelques erreurs de traduction, mais j’étais pressé, et je ne me suis pas relu. Dommage que je ne puisse faire de correction. Heureusement que l’essence est présente.

  4. votre méconnaissance de tor est visible, nous utilisons TOR et sommes 1 millions et nous, nous savons de quoi nous parlons [ le blog TOR est ouvert ] ( Tor EST la boite de nuit… avec toutes ses connections, interconnections possibles et imaginables. Juste pour essayer de donner une image hein = c’est idiot ce que vous écrivez)..

  5. en 2016 , lire tant d’âneries sur Tor est navrant : *aie, j’ai fais quelques erreurs de traduction, mais j’étais pressé, et je ne me suis pas relu. Dommage que je ne puisse faire de correction. Heureusement que l’essence est présente* l’essence de flic ? du crétin de passage qui calomnie et casse et incendie la vertue pour s’en vêtir ?

Laissez un commentaire