Naissance du collectif CHATONS

image_pdfimage_print

Nous l’avions annoncé en février dernier sur le Framablog, nous travaillons depuis quelques mois à faire émerger le Collectif des Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires… bref : les CHATONS.

Le succès de la campagne Dégooglisons Internet a démontré, à l’ère post-Snowden, un intérêt réel du public pour des services web respectueux de vos données et basés sur du logiciel libre. Le problème, c’est que si les « Frama-bidules » deviennent la réponse par défaut à cette demande, alors nous créerons ce que nous combattons  : une centralisation des utilisateurs, une concentration des données aussi dangereuse que douteuse.

Or, nous sommes loin d’être les premiers à proposer de telles solutions. Et de nombreuses associations, SCOP, initiatives, etc. sont prêtes à rejoindre un mouvement de décentralisation pour créer des services mutualisés dans un internet de la proximité et de la confiance. De là, il n’y avait qu’un pas à faire pour créer un collectif des hébergeurs proposant de remettre des valeurs et de l’humain dans vos mails, fichiers, partages et collaborations.

Logo du collectif - CC by-sa @GDjeante
Logo du collectif – CC by-sa @GDjeante

Concrètement, que sont les CHATONS ?

Le plus simple, c’est d’aller voir sur le site web chatons.org. Ce site, c’est avant tout une carte vous montrant où sont les hébergeurs de services les plus proches de chez vous, ce qu’ils proposent (du pad, du framadate, du mail etc.) et sous quelles conditions (adhésion, service payant, etc.).

CHATONS, c’est donc un collectif regroupant ces hébergeurs éthiques, libres et loyaux (que l’on nommera… «  chatons  »  !).

L’avantage c’est que chacun de ces chatons s’est engagé sur une charte et un manifeste communs, qui vous garantissent entre autres  :

  • l’utilisation de logiciels libres (et autant que possible la contribution ^^)  ;
  • aucun profilage publicitaire (pas de pub autre que mécénat et sponsoring)  ;
  • le respect de vos données (droit d’accès, interopérabilité, non-transmission à des tiers)  ;
  • la transparence (sur la technique comme sur les finances)  ;
  • la neutralité (aucune surveillance ni censure en amont)  ;
  • le chiffrement (dès et tant que possible).

Au-delà de l’aspect utilisateur, le fait d’initier ce collectif permettra une solidarité entre ses membres pour échanger sur des aspects techniques, juridiques, d’éducation populaire… et ainsi de faciliter la création de nouveaux chatons près de chez vous  !

Comme nous l’expliquions en février dernier, les objectifs du collectif sont multiples  : rassembler, mutualiser, décentraliser, donner de la visibilité, fédérer, essaimer, partager… Autant dire que l’ambition est grande.

Voyez chaque chaton comme une AMAP (Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne), sauf qu’au lieu d’un panier de légumes fourni par un agriculteur, il s’agit de services en ligne fournis par un hébergeur de proximité. Et comme avec une AMAP, vous pouvez rencontrer l’agriculteur/hébergeur, et même partager un verre avec lui  :-)

Un début de cartographie des chatons
Un début de cartographie des chatons

La première portée

La première portée compte 21 membres, dont 14 sont déjà actifs. Parmi ces derniers, vous trouverez notamment des chatons ouverts à tous et couvrant la France entière, comme La Mère Zaclys ou L’Autre.net. Mais aussi des chatons plus «  locaux  » comme Infini (Brest), Assodev-Marsnet (Marseille) ou G3L (Valence). Certains sont des associations, comme Alolise (Saint-Étienne), d’autres des entreprises, comme IndieHosters. Certains sont de taille conséquente, comme Framasoft (qui dépasse le million de visites par mois), et d’autres ne servent qu’un public bien plus restreint comme roflcopter.fr (Toulouse).

Et les 7 autres  ? Ils sont tout simplement en gestation  !

D’ailleurs, parmi ceux-là, Framasoft va accompagner trois d’entre eux  :

  • Le mouvement Colibris, qui est un mouvement humaniste et écologiste, qui souhaite «  sortir de Google  ». Une sensibilisation des acteurs du mouvement Colibris permettra de toucher une population sensible aux questions du bien commun et du «  faire ensemble  ».
  • Le collectif «  Bertel Numérique  », situé sur la lointaine île de la Réunion (lointaine pour nous qui grelottons en métropole ^^), a ceci de particulier qu’il associe la volonté d’un grand réseau d’éducation populaire (les CÉMÉA) et les compétences d’une petite entreprise locale spécialisée dans le logiciel libre. La mission du collectif est bien évidemment de proposer de l’hébergement local (pourquoi faire parcourir 18 000 km à un email si c’est pour écrire à son voisin de bureau  ?)
  • La Fédération Française des Motards en Colère est, avouons-le, un (futur) chaton atypique, puisque sa mission semble bien éloignée des questions informatiques  ! En fait, la fédération a toujours eu très à cœur la protection de la vie privée de ses adhérent-e-s, mais doutait d’avoir les compétences en interne pour gérer un certain nombre de services. À nous de lui prouver que c’est possible  !

Évidemment, tous les chatons en gestation pourront profiter de l’aide des membres du collectif, sur la base du bon vieux principe «  Si tu ne sais pas, demande. Si tu sais, partage  ». Framasoft prêtera juste une attention particulière à ces trois-là, vous tiendra informés par des billets de blog réguliers indiquant l’avancement de ces projets, sans masquer les inévitables difficultés rencontrées, afin que ces expériences croisées puissent servir à tou-te-s.

Par ailleurs, nous annoncerons régulièrement de nouvelles «  portées  » sur ce blog, afin que chacun puisse trouver chaton à son pied  :-)

La première portée
La première portée

Des « chapéros » pour fêter ça !

Pour fêter l’événement, plusieurs chatons ont souhaité organiser un (ch)apéro dans leur ville.

Vous pourrez donc retrouver des chatons à  :

  • Paris  : le mercredi 12 octobre 2016 de 19h00 à 22h30,
  • Lyon  : le mercredi 12 octobre 2016 de 19h00 à 21h00,
  • Brest  : le vendredi 14 octobre 2016 de 18h30 à 22h00,
  • Marseille  : le vendredi 21 octobre 2016 de 18h30 à 22h00.

Comme tout cela est très spontané et mouvant, il est conseillé de se référer directement à l’agenda du libre, avec le tag chatons.

C'est l'heure du chapéro ?
C’est l’heure du chapéro ?

Les CHATONS version 1.0 !

Alors voilà, ce mercredi 12 octobre, nous annonçons donc la naissance des CHATONS. Bien entendu, le projet est encore jeune, et de nombreux CHATONS sont encore en cours de création  : c’est un travail sur le long terme avant que d’arriver à avoir un maillage géographique complet  ;).

Si vous êtes simple utilisatrice ou utilisateur de services, ne vous attendez donc pas à une révolution aujourd’hui  : il s’agit juste de l’annonce officielle du collectif. Ce sont en quelque sorte les premiers mètres d’un marathon qui durera probablement plusieurs années. Ne soyez donc pas frustré-e-s de ne pas trouver LE chaton correspondant à vos besoins. Cela viendra  !

Si nous avons appelé de nos vœux la création de ce collectif, Framasoft est et ne restera qu’un chaton parmi les autres  : c’est le collectif (et lui seul) qui gérera son fonctionnement et son avenir.

Pour tout vous avouer, nous envisageons ce collectif comme un logiciel libre  : c’est une proposition qui évoluera selon les décisions de sa communauté de contributeurs, une espèce de v.1 ouverte aux participations, contributions, échanges…

Chef, je crois que j'ai trouvé le bouton « off » de Google !
Chef, je crois que j’ai trouvé le bouton « off » de Google !

Ainsi, le collectif est géré comme un projet logiciel, en utilisant une liste de diffusion et une plateforme de développement logiciel, sur laquelle sont rédigés et «  patchés  » les documents fondateurs du collectif. C’est aussi grâce à cet outil que vous pouvez suivre l’évolution des propositions (ou en faire de nouvelles vous-mêmes). Et si vous n’êtes pas satisfait-e de son fonctionnement, vous pourrez tout simplement forker le projet, et monter votre propre collectif ou fédération avec vos règles, sans pour autant devoir repartir de zéro.

Différentes extensions sont d’ores et déjà prévues, comme la fabrication d’un Mooc pour apprendre à maîtriser les différents aspects de la création d’un chaton (enjeux, aspects juridiques, aspects techniques), et bien évidemment une internationalisation. Nos amis québécois de FACiL nous ont déjà rejoints, des chatons belges et suisses devraient apparaître sous peu sur la carte, et d’autres pays se sont montrés intéressés (Espagne, Italie, Pays-Bas, Allemagne, etc.). Mais ne mettons pas les matous avant les chatons  : il nous faut déjà sortir de notre panière  !

Si nous nous adressions à des informaticien-ne-s, nous pourrions dire qu’aujourd’hui est le premier commit du projet CHATONS, et qu’il comporte nécessairement des bugs, mais que – ensemble – nous le ferons évoluer dans le temps, de version en version, jusqu’à ce qu’il remplisse son objectif  : permettre à celles et ceux qui le souhaitent de pouvoir quitter les services centralisateurs.

Membre du collectif CHATONS qui tente sa mise en prod.
Membre du collectif CHATONS qui tente sa mise en prod.

Car pour reprendre ce que nous disions il y a quelques mois, et qui reste toujours valable  :

Face à ce mouvement de concentration, qui pourrait bien transformer Internet en Googleternet ou Facebookternet, nous ne voyons qu’une seule voie (si vous en avez d’autres à proposer, on prend  !)  : décentraliser Internet en faisant en sorte qu’il demeure tel qu’il a été conçu. Neutre. Ouvert. Interopérable. Libre.

Si nous voulons une économie qui soit aussi sociale et solidaire, il va nous falloir un internet qui soit aussi social et solidaire. Et cela passera entre autre par une diversité d’acteurs indépendants proposant des services web libres, éthiques et respectueux de vos données, décentralisés et solidaires.

Pour aller plus loin :

Réseau d'éducation populaire au Libre. Nous souhaitons faire le trait d'union entre le monde du Libre (logiciel, culturel, matériel, etc...) et le grand public par le biais d'une galaxie de projets à découvrir sur www.framasoft.org

7 Responses

  1. Stéphane Vigliano

    Bonjour,

    Eh, mais… les chaperos commencent aujourd’hui ! c’est pas un peu court pour se retourner ?

  2. Bonjour,
    Ma démarche de dégooglisation a été lancée il y a plusieurs mois, j’utilise notamment un des C.H.A.T.O.N listés. Merci à tous !

    Longue vie aux chatons, tout le monde les aime 🙂

  3. Bonjour,

    Bonne idée cette liste de gens de bonne volonté. C’est mieux que le RHIEN qui avait un peu n’importe quoi.

    Je vois qu’un des « chatons » a un forum avec un appel à google: fonts.googleapis.com. C’est la faute du forum bien sûr, car ce n’est pas le chaton qui a mis cet appel. Mais c’est le chaton qui a choisi ce forum. Oui, je sais il est responsive et c’est pour ça qu’il est utilisé. debian-fr.org a le même aussi.

    Pas facile de se dégoogliser car google se loge partout. En définitive, c’est encore à nous utilisateurs d’installer des modules sur Firefox pour bloquer Google même pour les « chatons » …

    [Troll 1:
    C’est vrai que certains logiciels libres, comme WP font appel à des scripts sur des sites dont on pourrait se passer: par ex. gravatar, s.wp.org. Mais il y a des parades (module pour les emojis) et on peut simplement désactiver les gravatars.]

    [Troll2
    C’est dommage aussi de choisir des logiciels de forum qui sont invisibles sans Javascript mais bien sûr, JS est devenu obligatoire (grâce aux webmestres), comme Flash a une époque (par ex. le site d’Arte tout en Flash à une époque).]

    • Bonjour Libre Fan,

      Alors merci de cette vigilance, et forcément : la peinture est fraîche donc il y aura de telles bévues. Le mieux, c’est de signaler cet appel aux Google Fonts au Chaton concerné (si vous avez la parade ça aidera d’autant plus, mais sinon c’est pas grave ^^) afin que ledit chaton puisse mettre en place la solution qui lui va le mieux ^^.

      Dans le principe des Chatons, il y celui de « faire de son mieux » et ce de manière collective. Du coup, c’est en indiquant des « bug reports » comme vous le faites qu’un Chaton peut se tourner vers le collectif et trouver les solutions que d’autres chatons auraient mises en place.

  4. Merci Pouhiou de ta réponse. Le problème de cet appel à google est simple en un sens. Le forum en question, Discourse, fait partie de la plateforme recommandée sur chatons.org (https://wiki.chatons.org/doku.php?id=adminsys_avancee) : libre.sh fait par Indiehosters. Je peux leur dire mais ils vont me dire que c’est pas possible de se passer de Discourse de nos jours, le genre forum ubuntu-fr, c’est dépassé (genre FluxBB pourtant si reposant et efficace).

Laissez un commentaire