10 trucs que j’ignorais sur Internet et mon ordi (avant de m’y intéresser…)

Classé dans : Internet et société, Libres Cultures | 66
image_pdfimage_print
Disclaimer : Cet article est sous licence CC-0 car les petits bouts de savoir qu’il contient sont autant d’armes d’auto-défense numérique qu’il faut diffuser. En gros, j’espère vraiment que certains d’entre vous en feront un top youtube, une buzzfeederie, une BD, un truc que j’ai même pas encore imaginé, ce que vous voulez… Mais que vous ferez passer les messages.

1) Tu ne consultes pas une page Internet, tu la copies

Toute ressemblance avec les métaphores de Terry Pratchett n'est que pure admiration de ma part ;)
Toute ressemblance avec les métaphores de Terry Pratchett n’est que pure admiration de ma part ;)

Un site web, c’est pas une espèce de journal qu’on aurait mis dans le pays magique d’internet pour que ton navigateur aille le consulter comme tu consulterais le quotidien de ton jour de naissance à la médiathèque du coin.

Pour voir une page web, ton navigateur la copie sur ton ordi. Les textes, les images, les sons : tout ce que tu vois ou entends sur ton écran a été copié sur ton ordinateur (vilain pirate !)

Un ordinateur est un photocopieur dont la trieuse serait une méga fourmilière qui peut faire plein de trucs. La bonne nouvelle, c’est que copier permet de multiplier, que ça ne vole rien à personne, parce que si je te copie un fichier tu l’as toujours.

2) Mon navigateur web ne cuisine pas la même page web que le tien.

Sérieux, imagine qu’une page web, c’est une recette de cuisine :

Mettez un titre en gros, en gris et en gras.

Réduisez l’image afin qu’elle fasse un quart de la colonne d’affichage, réservez.

Placez le texte, agrémenté d’une jolie police, aligné à gauche, puis l’image à droite.

Servez chaud.

Le navigateur web (Firefox, Chrome, Safari, Internet Explorer…), c’est le cuisinier. Il va télécharger les ingrédients, et suivre la recette. T’as déjà vu quand on donne la même recette avec les mêmes ingrédients à 4 cuisiniers différents ? Ben ouais, c’est comme dans Top Chef, ça fait 4 plats qui sont pas vraiment pareils.

Surtout quand les assiettes ne sont pas de la même taille (genre l’écran de ton téléphone et celui de ton ordi…) et que pour cuire l’un utilise le four et l’autre un micro-ondes (je te laisse trouver une correspondance métaphorique dans ton esprit, tu peux y arriver, je crois en toi :p !).

Bref : l’article que tu lis aura peu de chance d’avoir la même gueule pour toi et la personne à qui tu le feras passer ;)

  • Préfère Firefox si t’as pas envie de filer tes données à Google-Chrome, Apple-Safari ou Microsoft-Edge
  • Ou sinon Chromium c’est Chrome sans du Google dedans ;)

3) Le streaming n’existe pas

Nope. Le streaming, c’est du téléchargement qui s’efface au fur et à mesure. Parce qu’un ordinateur est une machine à copier.

Le streaming, c’est du téléchargement que tu ne peux (ou ne sais) pas récupérer, donc tu downloades une vidéo ou un son mais juste pour une seule fois, et si tu veux en profiter à nouveau, il faut encore les télécharger et donc encombrer les tuyaux d’internet.

Tu vois les précieux mégas du forfait data de ton téléphone qui te ruinent chaque mois ? Ce sont des textes, images sons, vidéos et informations qui viennent jusqu’à ton ordi (ordinateur ou ordiphone, hein, c’est pareil). La taille de ces mégas, c’est un peu les litres d’eau que tu récupères au robinet d’internet.

Regarder ou écouter deux fois le même truc en streaming, sur YouTube ou Soundcloud par exemple, c’est comme si tu prenais deux fois le même verre d’eau au robinet.

Le streaming (allégorie).
Le streaming (allégorie).

4) Quand tu regardes une page web, elle te regarde aussi.

Mon livre ne me dit pas de le sortir du tiroir de la table de nuit. Il ne sait pas où je suis lorsque je le lis, quand je m’arrête, quand je saute des pages ni vers quel chapitre, quand je le quitte et si c’est pour aller lire un autre livre.

Sur Internet, les tuyaux vont dans les deux sens. Une page web sait déjà plein de choses sur toi juste lorsque tu cliques dessus et la vois s’afficher. Elle sait où tu te trouves, parce qu’elle connaît l’adresse de la box internet à laquelle tu t’es connecté. Elle sait combien de temps tu restes. Quand est-ce que tu cliques sur une autre page du même site. Quand et où tu t’en vas.

Netflix, par exemple, est une application web, donc un site web hyper complexe, genre QI d’intello plus plus plus. Netflix sait quel type de film tu préfères voir lors de tes soirées d’insomnie. À partir de quel épisode tu accroches vraiment à la saison d’une série. Ils doivent même pouvoir déterminer quand tu fais ta pause pipi !

Ouaip : Internet te regarde juste pour pouvoir fonctionner, et souvent plus. Ne t’y trompe pas : il prend des notes sur toi.

5) Pas besoin d’un compte Facebook/Google/etc pour qu’ils aient un dossier sur toi.

Dès qu'on te parle de "service personnalisé" c'est qu'on te vend ça -_-...
Dès qu’on te parle de « service personnalisé » c’est qu’on te vend ça -_-…

Si Internet peut te regarder, ceux qui y gagnent le plus d’argent ont les moyens d’en profiter (logique : ils peuvent se payer les meilleurs spécialistes !)

Tu vois le petit bouton « like » (ou « tweet » ou « +1 » ou…) sur tous les articles web que tu lis ? Ces petits boutons sont des espions, des trous de serrures. Ils donnent à Facebook (ou Twitter ou Google ou…) toutes les infos sur toi dont on parlait juste au dessus. Si tu n’as pas de compte, qu’ils n’ont pas ton nom, ils mettront cela sur l’adresse de ta machine. Le pire, c’est que cela fonctionne aussi avec des choses que tu vois moins (les polices d’écriture fournies par Google et très utilisées par les sites, les framework javascript, les vidéos YouTube incrustées sur un blog…)

Une immense majorité de sites utilisent aussi « Google Analytics » pour analyser tes comportements et mieux savoir quelles pages web marchent bien et comment. Mais du coup, ces infos ne sont pas données qu’à la personne qui a fait le site web : Google les récupère au passage. Là où ça devient marrant, c’est quand on se demande qui décide qu’un site marche « bien » ? C’est quoi ce « bien » ? C’est bien pour qui… ?

Oui : avec le blog rank comme avec la YouTube money, Google décide souvent de comment nous devons créer nos contenus.

6) Un email est une carte postale

On a tendance à comparer les emails (et les SMS) à des lettres, le truc sous enveloppe. Sauf que non : c’est une carte postale. Tout le monde (la poste, le centre de tri, ceux qui gèrent le train ou l’avion, l’autre centre de tri, le facteur…), tous ces gens peuvent lire ton message. J’ai même des pros qui me disent que c’est carrément un poster affiché sur tous les murs de ces intermédiaires, puisque pour transiter par leurs ordis, ton email se… copie. Oui, même si c’est une photo de tes parties intimes…

Si tu veux une enveloppe, il faut chiffrer tes emails (ou tes sms).

Gamin, j’adorais déchiffrer les messages codés dans la page jeux du journal de Mickey. Y’avait une phrase faite d’étoiles, carrés, et autre symboles, et je devais deviner que l’étoile c’est la lettre A, le cœur la lettre B, etc. Lorsque j’avais trouvé toutes les correspondances c’était le sésame magique : j’avais trouvé la clé pour déchiffrer la phrase dans la mystérieuse bulle de Mickey.

Imagine la même chose version calculatrice boostée aux amphètes. C’est ça, le chiffrement. Une petit logiciel prend ton email/SMS, applique la clé des correspondances bizarres pour le chiffrer en un brouillard de symboles, et l’envoie à ton pote. Comme vos logiciels se sont déjà échangé les clés, ton pote peut le déchiffrer. Mais comme il est le seul à avoir la clé, lui seul peut le déchiffrer.

Ben ça, ça te fait une enveloppe en plomb que même le regard laser de Superman il peut pas passer au travers pour lire ta lettre.

7) Le cloud, c’est l’ordinateur d’un autre.

Image de nos ami-e-s de la FSFe
Image de nos ami-e-s de la FSFe

Mettre sur le cloud ses fichiers (icloud), ses emails (gmail), ses outils (Office365)… c’est les mettre sur l’ordinateur d’Apple, de Google, de Microsoft.

Alors OK, on parle pas d’un petit PC qui prend la poussière, hein. On parle d’une grosse ferme de serveurs, de milliers d’ordinateurs qui chauffent tellement que des climatiseurs tournent à fond.

Mais c’est le même principe : un serveur, c’est un ordinateur-serviteur en mode Igor, qui est tout le temps allumé, qu’on a enchaîné au plus gros tuyau internet possible. Dès qu’on lui demande une page web, un fichier, un email, une application… on le fouette et il doit répondre au plus vite « Ouiiiiii, Mestre ! »

Tout le truc est de savoir si tu fais confiance aux Igors de savants fous dont le but est de devenir les plus riches et les maîtres du monde, ou au petit Igor du gentil nerd du coin… Voire si tu te paierais pas le luxe d’avoir ton propre Igor, ton propre serveur à la maison.

 

8) Facebook est plus fort que ma volonté.

Moi, après quelques minutes de Facebook (allégorie.)
Moi, après quelques minutes de Facebook (allégorie.)

Ouais, je suis faible. J’ai, encore aujourd’hui, le réflexe « je clique sur facebook entre deux trucs à faire ». Ou Twitter. Ou Tumblr. Ou l’autre truc à la con, OSEF, c’est pareil.

Cinq minutes plus tard, je finis dans état de semi zombie, à scroller de la mollette en voyant mon mur défiler des informations devant mes yeux hypnotisés. Je finis par faire ce qu’on attend de moi : cliquer sur un titre putassier, liker, retwetter une notification et répondre à des trucs dont je n’aurais rien à foutre si une vague connaissance venait m’en parler dans un bar.

Ce n’est pas que je manque de volonté : c’est juste que Facebook (et ses collègues de bureau) m’ont bien étudié. Enfin, ils ont plus étudié l’humain que moi, mais pas de bol : j’en fais partie. Du coup ils ont construit leurs sites, leurs applications, etc. de façon à me piéger, à ce que je reste là (afin de bouffer leur pub), et à ce que j’y retourne.

Ces techniques de design qui hackent notre esprit (genre le « scroll infini », le « bandit manchot des notifications » et les « titres clickbait » dont je parle juste au dessus) sont volontaires, étudiées et documentées. Elles utilisent simplement des failles de notre esprit (subconscient, inconscient, biais cognitifs… je laisse les scientifiques définir tout cela) qui court-circuitent nos volontés. Ce n’est pas en croyant qu’on est maître de soi-même qu’on l’est vraiment. C’est souvent le contraire : le code fait la loi jusque dans nos esprits.

Bref, je suis faible, parce que je suis humain, et donc je suis pas le seul. Et ça, les géants du web l’ont bien compris.

9) Internet est ce que j’en ferai

Juste fais-le.
Juste fais-le.

Si je veux voir d’autres choses dans ma vie numérique, j’ai le choix : attendre que les autres le fassent jusqu’à ce que des toiles d’araignées collent mes phalanges aux touches de mon clavier, en mode squelette… ou bien je peux bouger mes doigts.

Alors ouais, j’ai pas appris à conduire en vingt heures de cours, j’ai raté plein de gâteaux avant de m’acheter les bons ustensiles et la première écharpe que j’ai faite avait pleins de trous. Mais aujourd’hui, je sais conduire, faire des pâtisseries pas dégueu et même me tricoter un pull.

Ben créer et diffuser des contenus sur Internet, c’est pareil, ça s’apprend. On trouve même facilement les infos et les outils sur Internet (dont des cours de tricot !).

Une fois qu’on sait, on peut proposer autre chose : c’est la mode des articles courts, creux et aux titres putassiers ? Tiens, et si je gardais le coup du titre pour faire un top, mais cette fois-ci dans un article blog long, dense, et condensant une tonne de sujets épars… ?

Oh, wait.

10) C’est pas la fin du monde, juste le début.

Quand on voit à quel point on a perdu la maîtrise de l’informatique, de nos vies numériques, de notre capacité à simplement imaginer comment on pourrait faire autrement… y’a de quoi déprimer.

Mais avant que tu demandes à ce qu’on t’apporte une corde, une pierre et une rivière, regarde juste un truc : le numérique est une révolution toute jeune dans notre Histoire. C’est comme quand tu découvres le chocolat, le maquillage, ou une fucking nouvelle série qui déboîte : tu t’en fous plein la gueule.

Sociétalement, on vient de se gaver d’ordinateurs (jusqu’à en mettre dans nos poches, ouais, de vrais ordis avec option téléphone !) et de numérique, et là les plus gros marchands de chocolat/maquillage/séries se sont gavés sur notre dos en nous fourguant un truc sucré, gras et qui nous laisse parfois l’estomac au bord des lèvres.

Mais on commence tout juste, et il est encore temps d’apprendre à devenir gourmet, à savoir se maquiller avec finesse, et même à écrire une fan fiction autour de cette nouvelle série.

Il est temps de revenir vers une informatique-amie, à échelle humaine, vers un outil que l’on maîtrise nous ! (et pas l’inverse, parce que moi j’aime pas que mon lave-linge me donne des ordres, nanmého !)

Des gens plus intelligents et spécialistes que moi m’ont dit qu’avec le trio « logiciel libres + chiffrement + services décentralisés », on tenait une bonne piste. J’ai tendance à les croire, et si ça te botte, tu peux venir explorer cette voie avec nous. Cela ne nous empêchera pas d’en cheminer d’autres, ensemble et en même temps, car nous avons un vaste territoire à découvrir.

Alors, t’es prêt pour la terra incognita ?

Allez, viens, on va explorer le monde des possibles !
Allez, viens, on va explorer le monde des possibles !

Auteur et comédien, c'est par l'aspect "culture libre" (romans édités par FramaBook) que j'ai rejoint Framasoft. Tout ce que j'écris (romans, théâtre, Guide du connard professionnel -avec Gee- et chroniques vidéos) s'élève dans le Domaine Public Vivant via la licence CC-0.

66 Responses

  1. J’adore l’ironie où le bandeau de présentation de l’auteur de ce magnifique billet est gavé de bouton twitter/G+/Youtube

    • À noter que ces boutons sont totalement inertes (ne t’espionnent pas) tant que tu n’as pas cliqué dessus.

    • @Joshuafr : En effet, mais deux choses à dire la dessus:
      Si tu veux sensibiliser le public, il faut aller là où il est (et je pense que pouhiou n’est pas sur twitter/FB/G+ par passion, mais plus par contrainte 😉 ).
      Aussi, tu remarqueras que ce sont uniquement des liens en dur « morts »: Pas de javascript avec des boutons « partager », « like » etc. Et ca change tout! Les réseaux sociaux ne sont pas notifiés que tu as lu cet article, même si tu cliques sur le lien (tu vas arriver sur la page de l’auteur, sans info d’où tu venais).
      Je trouve que pour une implémentation de lien vers G+/FB/Twitter, c’est beaucoup plus propre/respectueux des lecteurs 😉

      • @Pyves Lorsqu’on clique sur un lien, le site sur lequel on va a les moyens de récupérer l’URL du site sur lequel on était grâce au HTTP referer (cf. https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9f%C3%A9rent_(informatique) ) ^^

        • En effet @ZeBlackPearl ! J’ai répondu un peu vite (et encore, même comme ca Framasky m’a grillé 😉 ), j’avais oublié cette histoire de referer. D’ailleurs il existe des moyens aussi de le cacher (plugins sur le navigateur, il suffit de taper referer pour en trouver plein)
          Merci pour la précision, la réponse est complète ainsi! 🙂

          • ZeBlackPearl

            @Pyves Oui, avec une extension ou en modifiant le paramétrage du navigateur web :
            – Sur Firefox -> about:config -> network.http.sendRefererHeader -> 0 (cf. http://www.technipages.com/firefox-enable-disable-referrer)
            – Sur Chromium -> chrome://flags/#reduced-referrer-granularity -> Activé (« Si une page ne définit aucune stratégie explicite en matière d’URL de provenance, le fait de définir cet indicateur réduit la quantité d’informations dans l’en-tête « referer » des requêtes multi-domaines. »)

        • about:config
          puis passer la valeur de
          network.http.sendRefererHeader a 0
          (firefox)

      • C’était bien sûr une remarque en forme de clin d’œil, j’ai d’ailleurs partagé ! le lien vers cette page sur FB 😂 J’adore les comparaisons données dans cet article, très clair et les solutions fournies sont excellentes. Merci donc Pouhiou

        • Merci à toi @Joshuafr et je suis d’accord avec ton ironie-clin d’œil (qui est en fait une ironie sur l’état actuel de nos internetz) : aujourd’hui, pour faire passer de l’info sur les dangers des GAFAM, c’est très dur d’éviter de passer par les réseaux des… GAFAM.
          M’enfin, à force d’aider à prendre conscience, espérons que nous avancerons sur ce point ^^ !

  2. très bien ça, très pédagogique 🙂
    je prépare un cours que internet et les navigateurs et je commençais pareil : on ne « va » pas sur internet, on télécharge des copies.
    Les analogies sont chouettes, surtout la recette de cuisine, merci m’sieur!

    • Venant de toi, le compliment me touche d’autant plus. Et pas besoin de te faire la rengaine : tu sais non seulement combien tu es libre de te servir de tout cela mais aussi combien je serai ravi si cela te sert 😉 !
      Des poutoux toulousaings en passant !

  3. Chouette à lire, plein de liens intéressants et détendu du slip! J’adore.
    Merci pour le temps passé à compiler ces 10 points bien trouvés.
    tierce

  4. Ça fait plaisir, ton article, Pouhiou. C’est agréable à lire en plus.
    Pour facebook tu as raison: si on y va on est pris dans les rêts. Conclusion: FB est à bannir, même les boutons non espions. Si les gens veulent te trouver sur FB ils te trouveront. Ceux qui refusent ce web de m…e n’iront pas de toutes façons.

    Je mettrais une nuance pour la partie “4)Quand tu regardes une page web, elle te regarde aussi.”
    Mes pages web te regardent certes, quelques-unes de tes données sont même enregistrées dans les statistiques sur TuxFamily (awstats) que tout le monde peut aller regarder (oui, c’est publich ttps://stats.tuxfamily.org/librefan.eu.org/) et moi je n’ai accès à rien d’autre. C’est pas très intéressant et très anonyme, il me semble.
    Si j’avais mon serveur, je pourrai voir les IP aussi, mais je sais que TuxFamily ne fait rien de nocif avec ces informations.

    La nuance à apporter, c’est donc l’usage qui est fait de ce que le serveur enregistre automatiquement. Je ne regarde pas les statistiques de mon site, je m’en fiche. Je ne sais même pas comment retrouver le mail d’une personne qui a écrit un commentaire sur mon site. Je m’en fiche des données des gens et je n’ai pas encore trouvé comment mettre la case courriel en non obligatoire sur le formulaires des commentaires.
    La question n’est donc pas que le web te regarde, mais plutôt la question que posait Eben Moglen : qui tient les logs? et la question incluse “Quel usage en fait celui qui détient les logs ?”.
    Bien sûr, tu as raison de dire que le web te regarde car quand on le sait, on évite d’aller sur FB et autres GAFAM. FB enregistre et conserve même les brouillons et repentirs des commentaires des gens …

    Pour le cloud, je pense qu’il faut en rajouter une couche: Les CDN et là comment les éviter? Tant que c’est Le Monde qui met des photos sur un CDN (américain bien sûr), on peut se passer des photos mais quand tout un site est sur un CDN. C’est le CDN qui récupère toutes nos données et là ça devient grave car c’est très à la mode et ça ne va pas s’arrêter (Mozilla addons sur Amazon cloud, NexImpact sur Cloudflare, etc.). Et ça ne se voit pas avec uMatrix. Joli piège. (ouf, Numérama est chez Gandi, apparemment).

    Et là ça rejoint ce que tu dis, et ce qu’essaie de faire Framasoft: un réseau de sites ou plateformes ou services en lesquels on peut avoir confiance. C’est une tâche ardue car il faut être très attentif à ne pas trahir les autres et à ne pas se faire avoir. C’est un peu Don Quichotte et ses moulins à vent 😉

    Mais il ne faut pas désespérer. Cette situation devrait nous inciter, chacun chacune qui a qqchose à dire ou l’envie de le dire, à faire un site web en mode “zone libre”, au lieu d’aller dans des lieux centralisés (FB etc) et de se contenter de cliquer sur des boutons.

    Merci encore Pouhiou 🙂

    • Merci à toi LibreFan, car ce n’est pas une nuance que tu apportes, mais un véritable complément !
      Mon but sur ce point était vraiment d’expliquer que le web va dans les deux sens, que toute « consultation » n’est pas neutre… Et oui : il y a des endroits/techniques/codes où c’est vertueux, d’autres où c’est plus vicieux… Mais ça tu l’as très bien décrit, doncune fois encore : merci de cet apport.

  5. A faire tourner aux « non geek ». Pleins de belles formules !
    Le paragraphe 10 termine sur du positif très bien tourné. Je partage ton point de vue.

    Ah et le point 8 :
    « Facebook, Twitter, Tumblr […] Cinq minutes plus tard, je finis dans état de semi zombie, […] en voyant mon mur défiler des informations devant mes yeux hypnotisés »
    C’est ça !

    Et là :
    « de vrais ordis avec option téléphone »
    C’est ça aussi !

  6. C’est quand je lis ça « C’est que copier permet de multiplier, que ça ne vole rien à personne, » que je comprends de suite que l’auteur n’y connait rien en informatique.

    Copier = réaliser une copie = multiplier mais ça peut voler ou pas. Aucun rapport.

    Ex :
    je copie une base que j’ai réalisé, un fichier que j’ai créé, une image que j’ai dessiné : je ne vole pas
    je copie la base de données d’un site comme Facebook, une image qui ne m’appartient pas, un fichier audio payant que je n’ai pas acheté, une vidéo payante dont je n’ai pas les droits : je vole

    Les deux opérations sont des copies mais l’auteur ne prend pas en compte la notion de droit, pourtant élémentaire et inscrite en droit français depuis… 30 ans !

    • Si je vole quelque chose à une personne, cette personne n’a plus cette chose : le vol implique que ce qui a été volé « manque » à la victime. Dans le cas d’une copie, il y a duplication donc personne ne se retrouve avec quelque chose « en moins ».

      Le fait qu’une copie soit illégale ou non est un autre sujet. D’ailleurs, si je ne m’abuse, les cas dont tu parles relèvent plutôt de la contrefaçon en droit, pas du vol (mais je n’ai pas de certitude sur le sujet).

      J’ajoute que le droit dit ce qui est légal, pas ce qui est vrai ou ce qui est éthique 🙂

      • Punchline !!

      • « Si je vole quelque chose à une personne, cette personne n’a plus cette chose »
        Ah bon ? Tu sors d’où ta définition de « voler » ?

        Et si je te vole une idée, un concept, une façon de faire, tu n’as plus cette chose ? Et si je te vole ton identité, tu ne l’as plus non plus ? Et si je te copie ton fichier bitcoin, il n’y a pas de vol non plus ?

        C’est facile et arrangeant de dire qu’en copiant un fichier on ne vole personne. Voler c’est prendre sans l’accord d’autrui (http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/voler/82450), rien à voir avec quelque chose en moins.

        Cette idée que tout est gratuit sur Internet est tenace !

        • « Ah bon ? Tu sors d’où ta définition de « voler » ? »

          De là : http://avocat-gc.com/penal/definition-vol/

          > Selon la jurisprudence, « la loi punit la soustraction d’une chose, quelle qu’elle soit, si elle appartient à autrui » (Crim. 14 mai 1957). La chose objet du vol peut donc être corporelle ou incorporelle (dans ce cas, elle doit être attachée à un support matériel. Ex : une information sur une disquette ne peut être considérée comme volée seulement si la disquette elle-même est volée. La jurisprudence refuse de reconnaître le simple vol d’une information) ; ou mobilière.

          Donc non, on ne peut pas « voler » une idée, même si ça se dit en langage courant. Pour l’identité, ça s’appelle une usurpation. Aucune idée pour le bitcoin.

          « Cette idée que tout est gratuit sur Internet est tenace ! »

          Je ne vois pas le rapport avec la choucroute. Relis mon message, je ne discute pas de l’aspect illégal de certaines copies (télécharger le dernier Obispo sans payer, c’est effectivement illégal et puni par la loi). Juste (je sais, je suis chiant), ça ne s’appelle pas un vol.

          • Denis Chenu (Shnoulle)

            > télécharger le dernier Obispo sans payer, c’est effectivement illégal et puni par la loi

            Faut : cela s’appelle de la copie privée, et c’est dans la loi. C’est la mise à disposition qui peut être illégal.

          • Quand tu cites une source, fais-le mieux : tu donnes un lien vers http://avocat-gc.com/penal/definition-vol/ qui reprend l’article 331-1 du Code pénal, qui est adapté aux biens matériels. Tu parles de musiques, de fichiers et tu cites une loi sur le droit des biens !

        • Article 311-1 du Code pénal français (https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do;jsessionid=31E8AA6C5856291050FD7D7ECD7D9CDD.tpdjo12v_1?idSectionTA=LEGISCTA000006165324&cidTexte=LEGITEXT000006070719&dateTexte=20090505)

          > Le vol est la soustraction frauduleuse de la chose d’autrui.

          Comme la copie n’est pas une soustraction, ce n’est pas un vol au sens juridique.

          Tu ne voles pas une identité, tu l’usurpes. Tant que tu ne fais que copier mon fichier bitcoin, il n’y a pas vol. À partir du moment où tu utilises les bitcoins qui m’appartiennent, c’est une soustraction (je ne les ai plus), frauduleuse si je ne t’y ai pas autorisé, donc il y a vol. Et pour les idée, c’est de la violation de propriété intellectuelle, toujours pas un vo.l

        • En fait il y a confusion entre vol (soustraction) et contrefaçon, qui est le délit lorsqu’on copie/télécharge illégalement une œuvre. La contrefaçon, c’est bel et bien de la multiplication. Détail amusant : c’est un délit aujourd’hui aussi grave (aux niveau des peines encourues) que la profanation de cimetière…

          L’idée est de dire que le vol s’applique aux biens matériels et donc rivaux, tandis que les biens immatériels (et donc non rivaux) ne peuvent être volés, juste contrefaits.

  7. Merci pour le fond, et pour le ton. On va « voler » des trucs promis, non seulement sans soustraire, mais même en additionnant ! C’est la vrai magie du numérique combiné au libre, chaque copie peut s’enrichir.

  8. « Cette idée que tout est gratuit sur Internet est tenace  »

    Les gens qui mettent sur internet des contenus qu’ils ne veulent pas partager ont tort. Tout est gratuit sur internet et ceux qui ont peur de se faire piller, qu’ils aillent ailleurs, …dans les boîtes aux lettres par exemple, sachant que ceux que je surprends à mettre des choses non désirées dans ma boîte aux lettres matérielles ne le font pas deux fois.

  9. Michel Émilie

    Merci de cet article qui m’a appris pas mal de chose (les boutons espions par exemple) et dont la firme est aussi agréable que le fond est intéressant 🙂

  10. À propos du point 4), ce site donne une bonne idée de ce qu’est « une page web qui nous regarde » : https://clickclickclick.click/

    • Excellent ce site, merci l’ami !

    • Je recherche justement un site qui me dit ce qu’il arrive à savoir de moi !
      Mais celui-ci ne m’affiche qu’une barre qui tourne… En effet, uMatrix bloque les scripts Cloudflare, Socket.io et Google-analytics. Si je débloque le cdn de Socket.io, je vois qu’il y a également Amazon Web Services qui est de la partie ! Bref, si c’est pour sensibiliser, je trouve dommage de laisser encore la porte ouverte à ces géants collecteurs de données…

  11. > « Internet est ce que j’en ferai »

    Tellement vrai !
    Très bel article, avec de belles tournures bien trouvées.

  12. bien présentés et bien pointés les exemples!
    pour es emails anonymes il y a aussi ProtonMail qui a l’air pas mal: https://protonmail.com/fr/

    • ProtonMail n’est pas un service d’email anonyme, mais un service d’email avec stockage chiffré.

      D’ailleurs en parlant d’email. En l’état, s’auto-héberger ou se tourner vers un concurrent n’apporte rien dans le sens où nous envoyons la plupart de nos emails aux GAFAM chez qui la plupart de nos correspondants sont hébergés. Envoyer des emails chiffrés avec GNUPG (ou entre abonnés ProtonMail) est un minimum efficace bien que certaines informations restent connues dû au fonctionnement même de l’email.

  13. Père Des Peuples

    Open Classrooms ? vous êtes sûrs ? Si jamais leur business model ne repose pas sur la revente de données personnelles, je les trouve bien cons de pas le proclamer, mais j’ai peur que ça soit le cas à fond, comme la plupart des plateformes de MOOCs, par ailleurs.

    • J’avoue que je l’ignore, et que c’est une bonne question. Rien de ce que je présente n’est fondamentalement parfait, et le mieux reste de se poser les bonnes questions et d’en chercher les réponses, comme tu nous le proposes ici ! Merci !

      • Oui, Openclassroom collecte massivement des données sur ses utilisateurs (j’ai eu l’occasion de faire du data-mining dessus, d’ailleurs). Ce n’est pas pour le plaisir s’il vous demande de vous inscrire après avoir consulté quelques pages. C’est pour mieux tracker vos comportements.

        Notez que comme dans toutes les grosses boîtes, ces données sont cependant anonymisées (de façon plus poussée et complexe que vous ne pourriez le croire, ça ne consiste pas seulement à retirer votre nom…). C’est une obligation légale, donc les entreprises qui ont quelque-chose à perdre (mais pas le geek du coin…) l’appliquent systématiquement. Ce qui veut dire qu’à priori, aucun humain n’est capable de vous identifier personnellement. Faire confiance à de gros organismes n’est pas un si mauvais compromis, en réalité : ce sont généralement eux qui protègent le plus sûrement vos données personnelles (ne serait-ce que parce qu’ils y sont légalement obligés). Alors que les services d’éditeurs plus petits sont très souvent plus incertains, douteux ou pas secure.

        Mais de manière générale : quand un service est gratuit, c’est que ce sont vos données le produit.

  14. « Chromium c’est chrome sans Google »

    Chromium est fait par Google, c’est juste la partie de Chrome mise en open source. C’est comme AOSP pour Android. Ca permet d’apporter des idée de tout le monde dans Chrome et d’apporter les technicités de Chrome dans Chromium

    • On est d’accord. Néanmoins c’est un solution si vraiment vraiment on est accro à Chrome et qu’on ne veut pas de l’espionnage du compte Google & cie… Je m’adresse ici principalement à des personnes se considérant comme « simples utilisatrices » du net, hein, d’où le fait que je n’aie pas détaillé ni présenté d’autres navigateurs libres qui mériteraient tout autant d’attention (bon, j’ai réussi à caser Tor Browser, et déjà ça c’est une petite fierté ^^)

  15. Ce que cet article a de brillant, selon moi, c’est surtout de résumer tous les problèmes de vie privée de la navigation en un seul article, bien découpé. Les comparaisons sont bien trouvées.
    Notamment, je découvre que je suis dans la caste des gens sensibilisés. J’ai appris (je n’y avais pas pensé) qu’inclure une vidéo youtube avait le même effet pervers que mettre un bouton FB. Par les commentaires, j’ai aussi appris que des grands sites comme lemonde utilisaient des clouds, avec au bout le même genre d’effet.

    Au-delà de ça, je ne rentre pas dans la case « FB zombie », mais je suis un cas rare. Je veux dire par là que quand FB est apparu, je me suis tout de suite méfié (on me disait que je devais m’inscrire pour voir une page, le divorce a été définitif). Et depuis, tout le monde s’est jeté sur FB avec frénésie, et on découvre aujourd’hui les problèmes.

    Diantre. J’avais raison tout ce temps ? Pas tant que ça. Car aujourd’hui, j’essaie de faire connaître mon blog, et tout le monde me dit d’utiliser les réseaux sociaux. J’ai un compte Diaspora que j’utilise mal (pas doué, je sais pas faire, m’intéresse pas), et après, je veux éviter de mettre les boutons FB sur le blog (incorruptible ?). Je pense aussi que je serais nul pour « me faire 10 000 amis ». Ça fait que le blog ne rencontre pas encore son public (6 mois).

    Si cet article apprend à aller vers plus de vie privée, pensez-vous que je doive à mon tour apprendre à faire des concessions et lâcher un peu du lest ?

    • @Elgocho : il n’y a pas de solution miracle, juste des choix, des priorités et d’éventuelles concessions. Par exemple, Framasoft a une page Facebook, parce que nous estimons que c’est aussi là qu’il faut aller chercher les personnes à dégoogliser (ou défacebookiser). Nous avons par contre fait le choix de ne nous en servir que comme relais du blog (on y publie les articles) et d’utiliser la réponse automatique dans leur boite de message pour dire aux gens « On n’est rarement sur FB, donc contactez nous directement sur https://contact.framasoft.org  »

      Bref : entre ne pas utiliser, utiliser d’une manière consciencieuse et avertie, et utiliser à fond, il n’y a que toi qui puisse placer le curseur… Mais mieux tu seras informé, plus tu seras libre de faire des choix avisés 😉

      • C’est certainement ce que je vais finir par faire. Je ne savais pas qu’on pouvait le configurer comme ça (comme quoi j’y connais vraiment rien ! :).

        Merci.

  16. Le monde bancaire est plus fort que toi. Le capitalisme a les banques, la police, les médias…

    C’est beau de rêver. On veut changer. C’est pour cela que tout le monde va se tourner vers un libéral en 2017 😉 ça me laisse songeur.

    • Oui : les luttes sont nombreuses et il est facile pour une personne investie de croire qu’on a trouvé dans la sienne la sources des autres luttes.

      Personnellement, je crois en la convergence des luttes : le logiciel libre s’investit actuellement sur les questions de création et redistribution monétaires (voir le projet Duniter : http://fr.duniter.org/ ), justement parce que d’autres nous ont informé sur l’importance de leur lutte. Et tout cela n’est rien si nous n’avons pas la neutralité du net (combat de nos ami-e-s de la FFDN http://ffdn.org/ ) et si l’on ne récupère pas un certain pouvoir politique (mouvements d’éduc pop, de civic tech, les nuits debouts et autres initiatives…)

      Toutes ces mouvances se croisent et s’entremêlent de plus en plus, en tous cas de ce que j’en vois, et cela me donne de l’espoir.

  17. Le neuvième truc me rappelle un truc que j’ai écrit il y a longtemps, d’abord sur le site d’AssaultCube Reloaded (http://forum.acr.victorz.ca/thread-1298.html) puis, quelques temps plus tard (et en plus développé), sur Framasphere (https://framasphere.org/posts/894244).

  18. J'informatique

    Whatsapp, Signal, Telegram, c’est dépassé. J’ai découvert récemment Wire. Les avantages sont multiples :
    Chiffrement de bout en bout pour les messages, appel audio et vidéo, pour les messages de groupe et les conversations audio à plusieurs. Wire est open source et multiplateforme.
    https://wire.com/

    Découvrez Wire et faites passer le mot à vos amis !

    • Merci de l’info, on va se pencher dessus !
      Est-ce que tu saurais quel est leur modèle économique, du coup ? (question toute bête qui permet souvent d’aider à savoir le niveau de confiance qu’on peut avoir ^^)

  19. Très bon recadrage sur le ton de l’humour qui est tellement vrai… en tant que professionnel de l’internet, je suis naturellement sensibilisé à ce genre de choses (sans compter toute la manipulation des données derrière) mais la cible du grand public est vraiment très ignorante, beaucoup trop de gens ne se rendent tout simplement pas compte des conséquences d’un simple clic, d’une simple publication, d’un upload de vidéos…

  20. Rabachage de théorie hyper connue… dans la vie de tous les jours :
    1. consulter, copier…je m’en fous je lis l’article et je passe à autre chose… quand je conduis et que j’appuie sur l’accélérateur je me fous de savoir ce que ça fait exactement… ce qui m’importe c’est que ma vitesse augmente
    2. oui chaque navigateur interprete le code HTML et surtout CSS un peu différemment (normalement pas trop si on utilise des trucs pas trop exotiques) mais là encore l’utilisateur s’en fout… c’est surtout le pro du développement web qui doit faire gaffe pour que sa page soit lisible par le plus grand nombre
    3.ben si streaming ca veut dire ça : on enregistre un bout (mis en cache), on efface (on vide le cache), on enregistre… encore une fois vous jouez sur les mots, ça n’apporte rien… les gens retiennent que streaming au final la ressource n’est pas stocké en local contrairement à du téléchargement…
    4. ah le fameux syndrome paranoïaque 🙂 ca faisait longtemps… non netflix ne sait pas forcement qd je fais pipi (des fois je fais pause pour me faire un café 😛 et des fois je vais faire pipi et je dis à mon epouse stop pas tu me raconteras) et quand bien même ça leur fait une belle jambe
    5. ah encore la paranoïa… ‘tain vous devez être un grand stressé vous 😛
    6. allez encore une couche… et au passage les emails y’en a des milliards par jour vous etes noyé dans la masse beaucoup plus qu’une carte postale… et si vous avez vraiment qqc de confidentiel à dire à quelqu’un : allez le voir 😛
    7. parano parano parano… 😛 t’es un grand malade en fait
    8. Là ça vire carrément au n’importe quoi… ah j’suis faible je peux pas m’empêcher de boire du coca !!! ah j’suis faible je peux pas m’empêcher de bouffer des burgers, ah j’suis faible j’peux pas m’empêcher de faire du FB, Twitter…. tire toi une balle mec
    9. Encore du n’importe quoi… comme si chacun avait le temps et l’envie de construire du contenu web
    10. Non je pense que tu devrais juste arrêter toi, te mettre sur une ile déserte, tout seul, personne pour t’espionner et te voler ta vie 😛

    • 8. […] ah j’suis faible j’peux pas m’empêcher de faire du FB, Twitter…. tire toi une balle mec

      ah j’ suis faible je ne peux pas m’empêcher de troller sur un article de blog qui ne m’intéresse pas…

      9. Encore du n’importe quoi… comme si chacun avait le temps et l’envie de construire du contenu web

      Un commentaire sur un article de blog, aussi trollogène et inutile soit-il, est un contenu ajouté au web. Et visiblement tu as eu le temps et l’envie de le faire.

    • 1. consulter, copier…je m’en fous je lis l’article et je passe à autre chose… quand je conduis et que j’appuie sur l’accélérateur je me fous de savoir ce que ça fait exactement… ce qui m’importe c’est que ma vitesse augmente

      Tout le monde ne se moque pas de savoir ce que ça fait exactement lorsque des lois sont liées au fonctionnement. Par exemple, si une loi interdit toute explosion dans les villes de France pendant l’état d’urgence (ne parlons pas des peines encourues), a-t-on le droit d’utiliser sa voiture pour se rendre en ville, lorsqu’elle n’est pas 100% électrique (ou à pédales) ?

    • Alors je suis vraiment heureux si ces informations sont connues et bien connues de toi, car du coup en effet cet article t’est parfaitement inutile. Néanmoins, dans mon entourage, ce ne sont pas des choses que l’on sait avec autant d’aisance : tu as demandé autour de toi si tout le monde savait ça…? Parfois, les réponse à ce simple présupposé peuvent nous surprendre ^^.
      Ensuite je me demande en quoi je suis « parano ». La surveillance existe, elle est un fait (et un modèle économique) parfaitement assumé par les Big Datas, ils appellent ça le « profilage publicitaire ».
      Informer les gens de ce modèle, de ses conséquences et possibles dérives n’est pas de la paranoïa, c’est juste de l’info. J’essaie justement d’étayer mes informations de sources et de positiver autour de cela pour éviter de créer la peur, car je déteste lorsqu’on utilisa le peur comme vecteur de communication.

      Du coup, d’où vient cette « peur » qui se cache derrière ta répétition à l’envi du mot « paranoïa » ? Surtout si je n’ai pas eu l’intention de créer de la peur en toi ? (et je t’assure que c’est le cas)…
      Est-ce que j’ai simplement raté mon coup ? (et si on peut trouver ensemble comment je l’ai raté, ça m’aidera pour le prochain article)
      Est-ce que cette peur vient de toi, et que du coup les défenses en toi veulent discréditer ce discours en le classant sous le très pratique « paranoïa » ? (probablement de la psycho à deux balles, j’assume)
      Est-ce que ça vient d’un mélange de mon émission et de ta réception de ces infos…?

      Bref : ta réaction m’intéresse.

  21. Père Des Peuples

    En tous cas, merci à Pouhiou de prendre le temps de répondre aux comms. ça décuple la qualité de l’article, foi d’historien de la conversation en fil.

  22. Bonjour Pouhiou,
    je suis un enseignant bibliothecaire italien et un vieux suiveur de Framasoft, j’ai lu votre article “10 trucs que j’ignorais sur Internet et mon ordi”et en suivant le point 9 je suis en train de le traduire.
    Je me suis bien amusé , mais ça a été une sacrée bataille avec votre français argotique (je ne suis pas enseignant de français). J’ai presque fini, mais je n’arrive pas a comprendre / dechiffrer 😉 quelques passages, pouvez vous me donner un coup de main?

    1) “Un ordinateur est un photocopieur dont la trieuse serait une méga fourmilière”: je n’arrive pas a voire la connexion entre l’ordi-photocopieur et une fourmilière, peut-etre pour manque de connaissance mécanique?

    2) “Réduisez l’image afin qu’elle fasse un quart de la colonne d’affichage, réservez.” Ici reserver a le sens de reservation au resto ou un autre que je ne suis pas a meme de comprendre? Peut-etre m’echappe le sense de l’entiere phrase?

    10) Déboiter signifie dans le contexte avoir un succès exceptionnel?

    Merci pour votre travail 🙂

    nilocram

    • @Roberto: 1) je pense que Pouhiou veut dire que l’ordinateur est un supercalculateur qui trie les données comme si c’était toute une fourmillière au travail. Tu vois comme les fourmies se remuent pour transporter les œufs et tout ça.
      2) Réserver ici, est au sens culinaire. « préparer votre sauce, réservez » = la mettre de côté  (la tenir au chaud) et continuer la recette principale. Ensuite, on nappera le plat de la sauce qui a été réservée pour cet instant glorieux.
      3) déboîter. À vrai dire je pensais qu’on disait « une série TV qui débotte » qui a du punch ou un grand succès comme tu dis, Roberto. En passant, on peut écrire déboiter, sans chapeau: Réformette de l’orthographe > https://librefan.eu.org/node/160

  23. Le ton de « ton » article est insupportable, « mec ». « Sérieux », on voit poindre le langage communicant pub 15-23 ans avec tentative approximative d’approche.

    Bref, j’imagine que ce n’est pas pour moi alors? Vous visez les ados qui essayent de trouver de quoi se rebeller. N’empêche que cet effort de communicant pue et montre à quel point les habitudes du vieux monde persistent.

    • J’en suis vraiment désolé.
      Cet article est écrit par un artiste de 35 ans qui travaille depuis 10 ans sur l’oralité du discours et les mélanges anarchiques des registres soutenus et familiers (entre autres), simplement parce que je trouve cela foutrement exquis. Tu peux chercher (tape « pouhiou » dans un moteur de recherche) tout ce que j’ai rendu public (pièces de théâtre, romans, vidéos) et te faire ton idée sur mon cheminement quant au langage.
      Pas de velléité d’arnaquer une « cible » en tricotant une rhétorique de marketeux de mon côté, je t’assure. Tu viens juste, en fait, de critiquer une façon de s’exprimer qui, si elle s’est construite au fil des ans et des claques littéraires dans ma tronche, est la mienne. C’est l’expression de ma personnalité qui ne te va pas (et sur laquelle tu viens de cracher, en n’imaginant pas une simple seconde que je sois sincère… mais bon passons, je suis pas le dernier à faire ce genre d’erreur quand je laisse ma colère guider mes doigts sur le clavier).

      Par contre, le fait de présupposer ma malveillance montre de ton côté une vraie colère, un vrai ras-le-bol, une analyse des discours qui nous entourent et une envie de trouver autre chose.

      Je te propose donc quelque chose de simple : réécris l’article. La licence mentionnée au début t’en donne, d’avance et par principe, tous les droits. Réécris cet article dans le ton et la forme qui te conviennent, publie le et fais m’en passer le lien : je te promets de le transmettre avec toute la bienveillance qui me sera disponible, car au fond c’est le message qui importe, et je suis conscient que ma façon de m’exprimer ne peut convenir qu’à une partie de la population.

      Si on y ajoute la tienne, on peut certainement transmettre encore mieux ces messages.

  24. Bonjour 🙂

    Premièrement, peu de choses à redire sur cet article : il est très agréable à lire (comme toujours avec Pouhiou 😀 même si d’un point de vue stylistique, je préfère un épisode des noénautes ou une scène de tocante :p), très bien vulgarisé, très compréhensible et très informatifs des fonctionnements et des dangers de nos vies numériques.
    Cela dit, quant aux solutions proposées, j’ai quelques bémols à apporter :

    – Cela a déjà été dit mais je le redis : OpenClassrooms n’est pas vraiment une source à recommander car son business model est basé sur la récolte de données et la revente de données. Je regrette l’époque où ça s’appelait encore site du zéro… Mais je ne suis pas le seul et il semble que cela soit la raison d’être de zeste de savoir (que tu cites aussi dans ton article). Reste plus qu’à attendre que ceux qui savent y mettent plus de contenu (pour les nuls comme pour les initiés) et qu’à y mettre du contenu lorsqu’on sait (pour ma part, c’est prévu :D). Il est cependant vrai qu’en attendant, OpenClassrooms a beaucoup plus de contenus et est donc une plateforme de secours lorsque vous ne trouvez pas ce que vous voulez sur zeste de savoir…

    – Il me semble que chromium n’est [pas](https://www.reddit.com/r/privacy/comments/34tc2f/how_safe_is_chromium_privacy_wise/) vraiment détaché de Google (j’espère que ce lien markdown va marcher…)

    – Les gens font, selon moi, trop confiance à Signal : Signal n’est pas disponible sur les dépôts F-Droid (pas même, à l’instar de Newpipe permettant de lire des vidéos Youtube, avec la mention « promeut des services non-libres ») et la raison à cela est que Signal impose d’avoir toujours les Google Apps (gapps) sur son smartphone/sa tablette et donc impose un espion de Google à tous ses utilisateurs… Ce que je trouve abérant c’est que Mr. Snowden la recommande…

    – Wire a été cité dans les commentaires. Je n’y vois pas vraiment d’inconvénient étant donné que la société derrière me semble de bonne foi (j’ai d’ailleurs contribué à améliorer le projet en leur demandant notamment de supprimer l’appel aux gapps, ce qu’ils ont fait très rapidement). Cependant quelques avertissements : Wire est libre côté client mais pas encore côté serveur (comme Telegram d’ailleurs) cela dit, apparemment, ils travaillent à libérer le code serveur. Cependant le fait d’avoir le code serveur ne garantit pas qu’il y aura décentralisation. Mais le projet est encore jeune et je leur laisse le bénéfice du doute pour l’instant.

    – Personnellement, je recommande à mes proches de créer et d’utiliser un compte XMPP car pour moi c’est la véritable solution à nos problèmes de chat. C’est décentralisé, libre, chiffré, efficace et aussi simple d’utilisation que le mail (on peut, à l’instar du webmail, faire du webXMPP ou choisir un client, comme thunderbird ou outlook pour le mail, selon ses envies/besoins et il y a même une app android qai marche bien : Conversations). Le plus dur est quand même de convaincre les gens de l’essayer car les gens aiment Whatsapp no matter what you say… D’ailleurs en parlant de projet jeune, dans le monde XMPP il y a SalutÀToi qui est encore en développement mais qui promet de grandes choses 🙂

    Ça fait un commentaire assez long qui vient tacler un peu l’article mais ce n’est pas son but premier donc je me sens obligé de redire mon admiration pour le travail des gens chez Framasoft et pour la plume de Pouhiou qui une nouvelle fois nous offre des connaissances intéressantes de manière simple et un joli message d’espoir en fin d’article 🙂

    Passez une bonne journée et merci de m’avoir lu jusque là 😀

  25. Article plutôt sympa, qui ne se prend pas la tête , mais apporte quelques pistes. J’ai partagé à mes collègues médiathécaires 😉

Laissez un commentaire