Les murs ont des Google Ears

Classé dans : Grise Bouille, Libres Cultures | 11

Temps de lecture 1 min

Suivre Gee:

Gribouilleur, scribouillard, docteur en informatique (généraliste conventionné secteur 42), anar, irréaliste & irresponsable, compagnon de route de Framasoft.

Articles récents de

11 Responses

  1. Antoine D.

    Génial, comme souvent. Bientôt une version papier à diffuser sous le manteau ? 😀

  2. Nandicre

    Je vous trouve un peu de mauvaise foi concernant la première partie. En effet, il est clairement précisé que le google home reconnait le ‘ok google’ seulement en local, et qu’il ne communique avec internet qu’après la détection. La détection se fait donc en offline. Je suis d’accord qu’il ne faut pas avoir une confiance aveugle en google, mais jusqu’à preuve du contraire, ce que vous avancez ici sur le google home ne sont que des suppositions.

    • maverick

      Précisé par qui ?
      Et quand bien même, ça n’invalide pas le fait que le truc-là il écoute en permanence pour pouvoir se mettre en route aux mots « ok Google ».

      • JeanFaire

        Mais comme cette écoute reste locale tant qu’il n’y a pas détection de « ok google », le son « enregistré » ne reste dans le système de traitement de l’appareil qu’un court instant, c’est un peu comme un miroir : ce n’est pas parceque notre image se reflète dessus qu’il va se passer autre chose.
        Un autre point à noter : ces appareils ont un bouton qui désactive complètement l’écoute.

        Bien qu’il faille se méfier de ces objets connectés pour diverses raisons, ne leur inventons pas des défauts alors qu’ils en ont déjà des tas.

        • thorfenn

          l intéressant serait d analyser le trafic réseau quand le bouton est sur off pour l écoute et que vous parlez ou dites « OK google ».

  3. libre fan

    Bonjour,

    Quelques liens de rappel pour poursuivre la réflexion fournie par Gee, pour les gens qui trouvent que Google n’est pas «si pire que ça»:
    https://framablog.org/2017/10/25/comment-les-entreprises-surveillent-notre-quotidien/
    https://blog.mozilla.org/blog/2017/11/07/dont-buy-gifts-that-snoop-introducing-mozillas-holiday-buyers-guide/
    et suivez le lien indiqué dans le billet de blog de Mozilla: https://advocacy.mozilla.org/en-US/privacynotincluded
    Ainsi, vous êtes deux fois avertis, par Gee qui vous fait sourire et par Mozilla qui vous dit tout sans rire.

    Euh, les GAFAMs ne font pas de «frasques» (introduction de votre billet), ils accumulent les délits, (les données, l’évasion fiscale, les Paradise Papers, c’est aussi les GAFAMs). Pour les donnée personnelles, par exemple:
    https://www.april.org/donnees-personnelles-protection-de-nos-libertes-individuelles
    > Même à l’ère numérique qui est la nôtre, la protection des libertés individuelles reste l’axe central de notre législation et les règles européennes qui entreront en vigueur au mois de mai prochain viendront encore le confirmer

    Mais pour moi la question n’est pas de savoir à quel moment Google vous espionne (enfin «nous» espionne car si je vais dans une maison où il y a un Ghome, je suis espionnée à mon tour) mais plutôt:
    – Pourquoi acheter de tels gadgets? Qu’est-ce qui pousse les gens à consommer des trucs pareils?
    – Pourquoi un ordinateur traditionnel avec un GNU/Linux n’est pas l’outil idéal à tout faire avec de l’informatique, de l’internet et du web?

  4. Geraldine

    La problème, c’est que les ordinateurs à commandes vocales, c’est ce qu’on nous montre dans toutes les sf. Difficile de résister à l’appel de Star Trek. Pour l’instant, je résiste, mais pour combien de temps?

  5. zaza

    Avec mon téléphone, pas besoin de dire OK Google ! il se met parfois à enregistrer les conversations, sans que j’y touche ni que je lui parle. flippant.
    Je désactiverais bien cette fonction