Framatube : fédération et design de PeerTube

Classé dans : Contributopia, Libres Services | 40

Temps de lecture 6 min

image_pdfimage_print

Cela fait quelques semaines déjà que Chocobozzz a rejoint notre équipe pour se consacrer au développement de PeerTube, le logiciel que l’on vous présente sur Framatube.org.

L’occasion de faire un premier point d’étape, avec quelques belles nouvelles à vous annoncer !

Fédérer c’est bien, bien fédérer c’est mieux.

Pour rappel, Framatube ne sera qu’une des portes d’entrée des fédérations PeerTube. Et Framatube n’hébergera pas vos vidéos : nous préférerons vous accompagner pour créer votre propre hébergement PeerTube (ou rejoindre un existant), afin que se multiplient ces portes d’entrées, ces instances de PeerTube.

Car c’est un des gros intérêts de PeerTube, pouvoir faire en sorte que chacune de ces instances, que chacun de ces sites d’hébergement de vidéos puisse se relier aux autres, se fédérer. Le tout est de savoir comment fédérer !

Pour cela, PeerTube vient d’implémenter une première version du protocole ActivityPub [EN]. Pour ceux qui ne le connaîtraient pas, il s’agit d’un protocole de fédération développé par le W3C. C’est-à-dire qu’on standardise la manière dont différentes instances communiquent. Si deux plateformes différentes savent parler la même langue, alors elles peuvent s’échanger des données. Ça n’a l’air de rien comme ça mais ça ouvre des possibilités immenses aux logiciels décentralisés.

Imaginez que demain MediaGoblin implémente le protocole ActivityPub (et ce sera normalement le cas !) et soit compatible avec PeerTube, alors votre ami qui avait installé ce logiciel sur son serveur pourra envoyer l’index de ses vidéos à votre serveur PeerTube et vice versa. Vous pourrez chercher n’importe quelle vidéo stockée sur son serveur (ou encore d’autres serveurs !) en restant tranquillement sur votre interface web PeerTube. Au lieu d’avoir des plateformes concurrentes, nous avons un réseau fédéré encore plus puissant à l’aide de la collaboration. Et c’est une valeur qui nous est chère, dans le libre.

Illustration : CC-By-SA Emma Lidbury

 

Mais ça, ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. Là où ça devient vraiment très excitant, c’est lorsque deux plateformes n’ayant pas la même fonction communiquent entre elles. Imaginez une instance Mastodon, qui est une alternative décentralisée à Twitter avec plus d’un million de comptes et qui implémente déjà le protocole ActivityPub. Imaginez maintenant une instance PeerTube avec un vidéaste que vous appréciez et qui poste régulièrement des vidéos. Est-ce que ce ne serait pas génial de pouvoir le suivre via votre interface Mastodon, et de voir des statuts dans votre fil d’actualité contenant directement la vidéo à chaque fois qu’il en publie une ? Eh bien ce sera possible.

Mais là ou ça deviendra vraiment très, très excitant, c’est que lorsque vous répondrez au statut de la vidéo sur Mastodon, le message sera envoyé ensuite à l’instance PeerTube. Votre réponse sera donc visible en dessous de la vidéo, dans l’espace commentaire. Bien sûr si une autre personne à l’autre bout du monde répond à votre commentaire via son instance PeerTube ou Mastodon, vous le verrez comme une réponse à votre statut dans Mastodon. Si demain Diaspora (l’alternative à Facebook derrière Framasphere) implémente ActivityPub, ce sera la même chose. Nous aurons une multitude de plateformes capables de fédérer les commentaires.

Il a l’air balourd, mais ce vieux mastodonte pourrait bien écrabouiller Twitter, si nous nous laissions aller à le choisir…

 

On reproche souvent à raison aux alternatives libres de ne pas avoir de valeur ajoutée par rapport aux plateformes centralisées. Avec ActivityPub, voilà notre premier gros avantage. Car avec les plateformes centralisées, vous aurez du mal à avoir sous votre vidéo YouTube les réactions des personnes qui auront commenté sur Facebook, Twitter, DailyMotion, etc. ;)

Bien sûr, nous n’y sommes pas encore.

Il reste un peu de travail dans PeerTube pour améliorer l’implémentation d’ActivityPub, puis tester la communication avec les autres plateformes. Mais les premiers retours sont très encourageants :). En revanche, il nous semble important de dire que les implémentations d’ActivityPub dans PeerTube et Mastodon ne vous permettront pas de vous créer un compte sur une instance PeerTube depuis votre compte Mastodon, ou vice versa.

Le design, c’est un métier !

Au milieu des questions que vous nous avez posées sur le forum FramaColibri, Olivier Massain s’est proposé de nous donner un coup de main pour améliorer le design de PeerTube (et y’en avait besoin !). Les maquettes créées sont magnifiques. Nous avons donc décidé de partager avec vous en avant-première l’intégration de son fantastique travail, avec un petit « avant/après » ! Un énorme merci à lui.

La contribution, c’est la clé

Framatube, illustré par David Revoy – Licence : CC-By 4.0

Utiliser le protocole ActivityPub revenait très souvent dans les questions les plus techniques que vous nous avez posées sur PeerTube. D’ailleurs, l’ensemble de vos questions nous ont permis d’améliorer la présentation de PeerTube, en proposant de découvrir Framatube en 10 réponses.

C’est, encore une fois, dans ce même espace d’échanges et de discussion qu’Olivier Massain s’est proposé de contribuer au design de PeerTube. Voici donc la preuve, s’il en fallait une de plus, que la contribution est la clé de la réussite des projets Libres. Ce n’est pas pour rien si nous avons placé Framatube dans le paysage du premier monde de Contributopia : c’est parce que nous savons que nous ne pourrons y arriver que si nous le faisons ensemble.

Une autre manière de contribuer est de participer au financement des activités de Framasoft, et, là aussi, nous devons vous dire combien nous sommes émerveillé·e·s du soutien que vous nous accordez. Le 21 novembre dernier, nous avons associé l’annonce de Framatube avec notre appel aux dons, car il nous manquait alors 90 000 € pour boucler le budget 2018 de l’association. Nous avons découpé cette somme en trois paliers :

 

À l’heure où nous écrivons ces lignes, le deuxième palier est presque atteint ! Alors oui, il reste un effort à faire et rien n’est gagné, mais d’ores et déjà, nous tenons à vous remercier de cette confiance que vous nous portez et nous souhaitons tout faire pour nous en montrer dignes. Petit rappel aux personnes qui paient des impôts sur le revenu en France : il vous reste jusqu’au 31 décembre pour faire un don à Framasoft qui puisse être déduit de vos revenus 2017 (sachant qu’un don de 100 € revient, après déduction, à 34 €).

Si vous le voulez et le pouvez, pensez à soutenir Framasoft , et/ou à faire passer cette information autour de vous !

 Pour aller plus loin :

Suivre framasoft:

Réseau d'éducation populaire au Libre. Nous souhaitons faire le trait d'union entre le monde du Libre (logiciel, culturel, matériel, etc...) et le grand public par le biais d'une galaxie de projets à découvrir sur framasoft.org

40 Responses

    • Pouhiou

      Ben Framasoft aura plus de moyens en 2018 😉 . Pour l’instant, le budget ici affiché nous permet de soutenir le développement de PeerTube (salaire de Chocobozzz, etc.) jusqu’à la release de la bêta publique.

      Si on dépasse (on en parle un peu dans la question 6 sur le site https://framatube.org/#infos ), notre priorité sera de poursuivre ce soutien, à voir avec Chocobozzz et selon nos moyens quelle forme cela prendrait…

  1. boblami

    Si vous continuez à utiliser cette écriture inclusive, j’arrête de venir sur votre site. C’est ridicule et illisible.

    • ben

      lol… l’écriture inclusive est tellement discrète et employée avec modération dans cet article que je ne l’avais même pas remarquée ! Bravo et merci pour ce choix éditorial féministe.

      • JosephK

        😀
        2 points médians sur 7457 caractères.
        À mon avis si ça rend le texte illisible, faut peut-être songer à consulter un ophtalmo.

        • Ysabeau

          Peut-être que la personne qui lit le texte ne peut pas liure avec ses yeux mais seulement avec ses mains ou ses oreilles, et, dans ce cas, on ne peut pas ne pas le remarquer ça saute tout de suite aux mains ou aux oreilles car les dispositifs transcripteurs ne savent pas trop quoi faire avec.

          • JosephK

            On s’est posé la question et on s’est arrêté à cette réponse (mars 2017) https://access42.net/langage-non-genre-accessibilite.html

            La réponse est simple : un lecteur d’écran performant est un outil que l’on peut personnaliser.
            […]
            Au final, le point médian semble typographiquement l’option la plus convaincante. Si un utilisateur de lecteur d’écran rencontre un mot qu’il ne comprend pas, parce que son logiciel ne le prononce pas correctement, il peut toujours se le faire épeler ou, s’il le pratique, lire le mot incompris à l’aide du braille.

    • Astrid

      Vous savez, personne ne vous retient.

      Perso, je viens ici souvent et je suis bien obligée de tolérer les commentaires des ronchon·ne·s qui ne supportent pas l’écriture inclusive, les blagues de Goofy ou je ne sais quel autre prétexte.

      • Ysabeau

        Ce sont peut-être des gens à qui cette écriture excluante à partir de points médians rend les textes illisibles pour des tas de raisons. Personne ne vous retient de vous poser cette question.

        • Pouhiou

          Le fait est que ce n’est pas ce que dit Boblami.
          Le fait est que nous nous sommes posé cette question avant d’utiliser une telle graphie.

          Bref : il n’est pas juste de dire que l’écriture inclusive est une écriture excluante (mais c’est très important d’y faire attention, en effet).

    • Pouhiou

      Cela fait plus de deux ans que nous adoptons progressivement des marques de l’écriture inclusive, plus d’un an que nous avons publié ces explications dans notre foire aux questions : https://contact.framasoft.org/foire-aux-questions/#blog-inclusif (et je ne compte pas la publication de mon roman #MonOrchide en 2013 chez Framabook qui explorait déjà le langage épicène…)

      …et pourtant, ce n’est que très, très, très récemment que nous avons des remarques à ce sujet.

      Visiblement, nous sommes passé·e·s d’une ambiance « vivre et laisser vivre », où chacun·e peut explorer tranquillement ses usages de notre langue vivante ; à une polarisation où il y aurait une guerre, des camps, et où il faudrait choisir.

      Cela me questionne toujours autant, ces modes du « pour ou contre » ceci ou cela. J’ai l’impression, personnellement, que les sentiments de colère et d’indignation sont bien souvent manipulés par des modes médiatisées et par l’air du temps, et je trouve ça triste.

      Pour te répondre, Boblami, tu peux te référer à notre foire aux questions : nos auteurs et autrices sont libres d’utiliser ou de ne pas utiliser des marques du langage épicène, nous ne transigerons pas sur cette liberté, si nous le publions ainsi c’est que nous estimons que c’est intelligible. Le framablog étant sous CC-By-SA, chacun·e est libre d’en reprendre les textes pour les republier ailleurs et autrement, en modifiant les marques de l’écriture inclusive (par exemple).

      • Ysabeau

        Autant utiliser des termes épicènes est à faire, autant, se livrer à la facilité et utiliser les points médians est à éviter pour des raisons d’accessibilité tout simplement. Cela pose problème à toutes les personnes qui, pour une raison ou autre ne peuvent ou ont du mal à lire avec leurs yeux ou ont besoin de lire à haute voix pour mieux comprendre le texte (déficits visuels divers, dyslexie, difficultés diverses d’accès à l’écrit sans qu’elles soient pour autant liés à des déficits intellectuels d’ailleurs).

        Je suis un peu étonnée que Framasoft n’aie pas encore compris ça.

      • Okki

        Vous pourriez également développer un bout de code associé à des préférences utilisateur pour que ce soit ou non inclusif en fonction des préférences de chacun.

        Voir développer une WebExtension pour le web en général. Mon rêve.

        Parce qu’autant je soutiens l’égalité, autant l’écriture inclusive, je trouve sincèrement qu’il s’agit d’une horreur sans nom, qui ne contribue en rien à l’égalité entre les genres, tout en rendant la lecture pénible.

        D’autant plus que certains auteurs arrivent même à imaginer des mots sortis de nulle part, tel que Maiwann et son « celleux » rencontré à plusieurs reprises dans son article « Avancer ensemble vers la contribution… ». J’avais failli vous écrire pour vous signaler la faute, puis à la deuxième occurrence, j’ai compris que c’en était pas une, et que ça devait donc sans doute remplacer « celles et ceux ».

        Franchement, je trouve ça triste. D’autant plus qu’à force de vouloir inclure tout le monde, vous en repoussez bien d’autres 🙁

        • Pouhiou

          @Ysabeau : JosephK a répondu sur l’accessibilité, car oui : nous nous sommes renseigné·e·s avant de faire.

          Quant au fait de « se livrer à la facilité », je pense qu’on peut se référer à l’autre commentaire de JosephK : 2 points médians sur 7457 caractères, où par contre on utilise des pluriels doubles, des mots neutres, et autres astuces : je crois vraiment que là, vous manquez gravement de reconnaissance envers l’attention que nous portons à nos écrits.

          C’est pas grave, vous pouvez ne pas la voir, mais sachez qu’elle est là, et que du coup, monter deux petits points en épingle ainsi peut finir par marquer un certain manque de compassion envers nos auteurs et autrices, celles et ceux qui se décarcassent ;).

          @Okki : non, nous n’avons pas les moyens humains ni techniques de développer un tel bout de code, du moins pas sans détourner du temps et des talents des actions que nous menons déjà… Telles que Dégooglisons Internet ou Contributopia !

          Le « Celleux » utilisé par Maïwann (qui n’a rien inventé, ce mot-valise existe depuis belle lurette, même si son utilisation provenait du jargon de certains milieux, elle s’est répandue) est un exemple formidable : il vous a choqué l’oeil, et c’est parfaitement normal, si c’est la première fois que vous le rencontrez… Néanmoins, bien vite, votre esprit a saisi ce qu’il voulait dire, et si vous recroisez ce mot, il se peut qu’il vous choque de moins en moins jusqu’à ne même plus y faire attention (voire, ne nous interdisons aucun possible, jusqu’à l’adopter).

          C’est le cas avec tout jargon et mots entrant dans une langue vivante (donc organique, évoluante) tels que l’argot, le verlan, les terminologies de l’informatique, etc. : au départ c’est vraiment déroutant, mais notre esprit possède une belle capacité d’adaptation, et je ne pense pas qu’a utiliser avec parcimonie un tel langage, nous finissions réellement par nous couper d’un si grand nombre de personne que cela.

          Par contre, chez Framasoft, nous sommes clair·e·s sur ce point : nous n’avons nullement la volonté de plaire à tout le monde, d’être dans une espèce d’universalité. C’est pas la priorité.

      • Graf

        Pour ma part, je constate que c’est depuis récemment que les articles de framasoft utilisent ce style d’écriture. Au premier article, je pense que c’est un effet de mode, mais que le français va reprendre sa place. Mais vient 2, 3, 4… articles utilisant ce même style.

        Et au détour des commentaires sur ce présent article, j’apprends que Framasoft a fait ce choix en interne de le permettre, et apparemment, de le défendre bec et ongles.

        Ce style me gêne, et je pense que je suis loin d’être le seul. Je suis un lecteur, utilisateur et donateur chez framasoft. Vous ne nous avez pas demandé notre avis, mais je vous donne quand même le mien : je ne vous soutiens pas.

        PS : Après une recherche très rapide, je n’ai pas trouvé le nom complet et l’adresse courriel de Pouhiou, donc je me permets également d’utiliser un pseudo pour commenter.

        • JosephK

          Ça fait 2 ans déjà (presque 3) donc non ce n’est pas juste 2 ou 3 articles récemment. Un exemple au hasard de janvier 2015 : https://framablog.org/2015/01/15/et-si-nous-concevions-une-informatique-pour-le-grand-public/

          Et non nous ne défendons pas l’écriture inclusive bec et ongles. Ce n’est pas le rôle de l’association Framasoft ni ne fait parti des missions qu’elle s’est fixée. Ce n’est d’ailleurs pas le propos de cet article ici.
          Je rappelle que l’article que vous venez de lire parle d’une alternative libre à Youtube en cours de développement et qui bénéficie spontanément de contributions extérieures intéressantes.

          En revanche nous assumons le fait que les auteurs et autrices du Framablog ont la liberté d’écrire leurs articles selon la forme et le style qu’ils ou elles veulent dès lors qu’ils/elles ne sortent pas de la ligne éditoriale.

        • Hanno, Nîmes

          La langue n’est jamais figée. Ce qui semble inélégant un jour ne le sera plus forcément demain. Et puis, cette construction genrée est historiquement datée et n’a pas toujours été en vigueur : http://www.liberation.fr/france/2014/10/23/mme-le-president-l-academie-persiste-et-signe-mollement_1128128

          Ce n’est pas qu’une affaire de style et de fluidité, les enjeux de la visibilité et de l’inclusion sont immenses. Anecdote perso. : je travaille dans un lycée avec une longue histoire et des problèmes de chauvinisme. Pour des travaux futurs il a été proposé de renommer les salles de classes en utilisant des noms illustres, une liste de 254 noms a été établie. Devinez combien de femmes apparaissent dans cette liste ? … aucune. Pour l’instant ça n’a choqué personne, et il y a plus de 150 profs dans ce bahut.

          • lexa

            Genré, c’est très relatif. Lorsque l’on utilise il par exemple auteurs, on peut inclure également des femmes. Genré c’est faire la distinction des sexes en masculinisant et féminisant les mots. Ne pas genré, ce serait mettre regrouper les 2 sexes dans un seul « genre ».

            Ayant vécu dans les pays de l’europe du Nord, je suis plutôt féministe. Je suis pour l’égalité tant au niveau professionnel que surtout relationnel. Sur ce dernier point, on a beaucoup à apprendre en France.

            Je ne veux surtout pas faire une distinction des sexes. Je suis adepte de la téorie des genres. Bref, dire écriture inclusif = féministe. Je dirais que l’équation n’est pas toujours vrai et je n’adhère pas

          • jibe

            « À mon avis si ça rend le texte illisible, faut peut-être songer à consulter un ophtalmo. »
            Au mien, ceuxlles (ceux·celles, ce·ux·lles, cellesux, ce·lles·ux ? Il faudrait songer à ne pas toujours mettre le masculin en premier dans l’écriture inclusive, sans quoi elle ne respecte en rien l’égalité des sexes !) qui se sentent agressés parce que le neutre et le masculin sont confondus dans la langue française feraient peut-être bien de consulter un·e psychiatre·sse (le féminin de prêtre étant prếtresse, je suppose que la même règle devrait s’appliquer aux psy·e·s ?) ! En tous cas, ils·elles feraient mieux de se mêler de leurs onions plutôt que de compliquer la langue française (et sa lecture !) qu’ils veulent par ailleurs « simplifier » (oui, les adeptes de Tor ont raison de choisir comme nom de domaine nos-oignons.net ! Qui comprendrait l’allusion avec une autre orthographe ? La première des simplifications n’est-elle pas de ne pas contrarier les habitudes, ce qui du même coup préserve la clarté).

            Dans mes multiples petits boulots d’étudiant, j’ai été femme de chambre et femme de ménage, et je l’ai très bien vécu même si je suis un homme (https://www.youtube.com/watch?v=x-OfcQc19X0). Je ne vois absolument pas ce qu’il y a de choquant qu’un métier ait le genre qui correspond à ceuxlles qui le pratiqu·ai·ent le plus souvent.

            J’alimente le troll parce que ça m’énerve, mais j’aurais nettement préféré qu’on discute ici de quand et comment je pourrai donner ce lien vers framatube ! Qu’on prenne et se donne les moyens d’y parvenir plutôt que se disputer sur des trucs totalement déplacés ici.

    • tuxayo

      Avoir une ambiance «vivre et laisser vivre» comme le mentionnait Pouhiou serai bien plus vivable à mon avis.

      Où chacun.e a le droit d’adopter où non certains changements. C’est dommage de se diviser pour ça, qu’allons-nous accomplir sans plus de tolérance et de liberté pour expérimenter?

      • Kazer2.0

        Tu as fait une erreur d’écriture.

        Tiens, je t’aide, glisse ça dans ton presse-papiers : « · » à la place de « . »

        Quitte à utiliser un style difficilement lisible, autant le faire proprement jusqu’au bout.

  2. Goffi

    « Mais là ou ça deviendra vraiment très, très excitant, […] Nous aurons une multitude de plateformes capables de fédérer les commentaires. » ==> c’est ce qu’on fait et qu’on pousse depuis des années avec XMPP, c’est quand même dommage de ré-inventer la roue, surtout qu’on manque cruellement de soutien de la communauté.

    Bon en tout cas Peertube a l’air prometteur et déjà bien avancé après avoir testé la démo, bravo pour tout ce boulot et pour la politique de contribution/payer un dév, espérons que ça donne des idées à d’autres.

    • Pouhiou

      Alors ce n’est pas nous qui avons ré-inventé la roue, mais un nouveau protocole qui s’est fait (en l’occurrence, ActivityPub).

      C’est un souci récurrent dans le libre, comme nos communautés offrent une diversité de choix, si on met un choix en avant, les autres se sentent lésés.. et quoi que l’on fasse il y aura toujours des déçu·e·s.

      Le fait est qu’à un moment il faut bien choisir pour avancer, et en l’occurence nous estimons que c’est la personne qui a les mains dans le cambouis qui est le plus apte à avoir une vue d’ensemble sur les critères et de faire ce choix de manière avisée (en gros, on pratique le cékikifé kidécide ^^).

      Cela ne veut pas dire que l’on mésestime XMPP : c’est un outil formidable, nous sommes d’ailleurs en contact avec Jabber France pour trouver comment le mettre en avant (et c’est probablement le protocole qui va servir au futur tchat sur Diaspora*, même si cette décision relève de leur communauté de dev, et certainement pas de nous ^^).

      Quoi qu’il en soit, PeerTube est un logiciel libre, son code est déjà disponible ici : https://github.com/Chocobozzz/PeerTube et il est tout a fait possible de suggérer des issues ou même d’aller contribuer au code pour voir en quoi et comment la compatibilité avec XMPP serait possible et souhaitable.

      Bref : une fois encore, la clé, c’est de contribuer !

  3. godferdam

    Salut, je me pose une question de manière générale sur les réseaux décentralisés qui devient d’autant plus pertinente dans le cas de Peertube, et que je n’ai jamais vu traitée (si vous avez des réfs je suis preneur).

    Niveau consommation énergétique ça donne quoi, ça change quoi par rapport à un réseau centralisé; il y a déjà eu des études dessus ? L’internet et tout ce qui est vidéos coûterait très cher en élec, et je me demande quelle est l’influence la mise en fédération de toutes ces instances. Instinctivement je dirais que ça multiplie les transferts de données, les ordis qui turbinent et l’infrastructure informatique nécessaire, mais je n’y connais pas grand chose en réseaux. Ce n’est pas pour critiquer particulièrement l’idée des fédérations que je trouve conceptuellement très bonne, j’essaye juste de comprendre ce que ça donne avec un prisme de lecture énergétique 🙂

    • Phie

      Je doute qu’il y ait la moindre étude à ce sujet mais je me permets quelques pistes de réflexion

      dans le cas spécifique de peertube, l’ordinateur de chaque visiteur participera au partage de la vidéo, donc une ordinateur allumé pour l’usage servira aussi à répartir l’usage
      ensuite, dans le cas des serveurs, le fait d’avoir un réseau fédéré permet de répartir les serveurs, potentiellement donc de les rapprocher géographiquement des utilisateurs. Je ne sais pas si ça joue beaucoup. Ensuite, les instances en elles-mêmes potentiellement ne consommeront pas tant que ça, j’imagine que se mettront en place assez facilement des serveurs de seed. En ce cas, dans mon cas particulier, je mettrais mon serveur à contribution. Serveur qui est déjà allumé aujourd’hui, donc qui finalement selon mieux utilisé.

      En ce qui concerne la conso des grosses boîtes, j’imagine que oui, elle est optimisée car elle représente un coût important pour elles.

      • Andréas Livet

        Je me permet aussi une petite réponse. Je n’ai pas de données précises la dessus mais je pense au logiciel illégale Popcorn Time (qui permet de regarder des films et séries illégalement à la manière de Netflix mais en utilisant le réseau torrent) qui en quelques temps à fédéré plusieurs millions d’utilisateurs.

        Pour l’avoir essayer, c’est diablement efficace et il n’y a quasiment aucune infrastructure centralisée (juste les trackers et les serveurs web qui renvoi où trouver les torrents) et ça a pas du coûter un rond à leurs créateurs.

        Alors, je ne sais pas si ça consomme moins d’énergie (je me dis que oui) mais ce que je sais c’est que ça coûte infiniment moins cher et que cela gaspille beaucoup moins de ressources naturelles dans la fabrication de serveur qui ici n’ont plus lieu d’être.

        Il faut garder en tête que si Youtube et consorts consomment autant c’est :
        * qu’ils mettent le paquet pour que le service soit toujours irreprochable, même en cas de très très forte affluence
        * qu’ils font de la redondance d’information en cas de perte de données
        * qu’ils font tout un travail d’analyse des vidéos pour générer des sous titres, mettre des pubs plus attractives etc. ce qui dans certains cas est intéressant, dans d’autres plutôt embêtant.

        Bref, ils offrent bien plus que juste un service de mise en ligne de vidéo.

        Mais finalement, quand on y pense, on pourrait remplir ce « besoin » de partager des vidéos avec beaucoup moins de moyens et un service qui fait le strict minimum mais qui le fait bien.

        Pour finir sur l’exemple de Popcorn time, ca a en plus de la gueule et très agréable à utiliser. Si on peut faire pareil avec Peertube ça serait génial !

  4. Ysabeau

    C’est vraiment intéressant mais je me pose des questions :
    – concernant les rétributions des vidéastes, en effet, youtube est populaire aussi parce qu’il permet une rétribution de ses youtubeurs (selon un modèles économique malsain, on est bien d’accord, mais bon), il va être difficile d’attirer ces gens-là ;
    – corolaire, si on ne peut pas attirer certains contenus (même si beaucoup de trucs pondus par des youtubeurs, même très vus, ne valent pas un clou), le système n’attirera pas grand monde ;
    – enfin et c’est le troisième problème, comment éviter que le réflexe soit d’abord Framasoft (ce qui, pour l’instant et pour pas mal de services est le cas chez bien des gens) ;
    – concernant le design, comment dire, le noir c’est très bof et pas très inspiré (c’est une couleur privatrice si on réfléchit bien), j’espère qu’il pourra y avoir d(‘autres choix de couleurs.

    • Pouhiou

      @Ysabeau : des questions vraiment importante, mais qui doivent arriver dans un second temps… En effet, avant d’essayer d’y attirer un maximum de vidéastes, ce serait bien d’avoir un logiciel qui « juste marche ». Sans compter que la création vidéo ne se limite pas aux chaînes de youtubeurs : vidéo individuelles et familliales, établissements de formations (universités, etc.), médias cherchant l’indépendance, artistes sonores/musicaux, etc…

      Néanmoins, l’un n’empêche pas l’autre, et nous avons commencer de répondre à celle de la rémunération dans cet article : https://framablog.org/2017/12/01/framatube-nos-reponses-a-vos-questions-pratiques/

      Pour le fait de ne pas attirer tout le monde chez Frama, la réponse est simple : Framatube n’hébergera pas les vidéos. Nous allons accompagner l’ouverture d’autres instances PeerTube, favoriser l’autonomisation, mais pas héberger les vidéos des gens (sinon, l’effet pervers serait exactement celui que vous décrivez). Nous l’annonçons dans la 8e question des « + d’infos » sur le site officiel : https://framatube.org/#infos .

      Pour le design, nous ne sommes pas spécialistes, mais Olivier Massain, qui a contribué à ce design, l’est. Nous faisons donc confiance à son expertise, même si (comme vous) j’espère qu’une personne contribuera au code de PeerTube pour y proposer un système de « thèmes » (j’ai aucune envie de demander cela à Chocobozzz, car il a bien d’autres priorités pour l’instant ^^).

  5. max

    Bonjour,

    Je trouve que l’idée est très bien mais ce que je trouve regrettable c’est dans la philosophie, c’est à dire un projet toujours contre G00gle. Pourquoi, on ne peut pas créer un nouveau projet sans aller contre quelqu’un.

    Bonne continuation.

    • Pouhiou

      En fait, la difficulté ici est dans la présentation. Il s’agit d’un concept radicalement différent de celui de YouTube : fédérations de plateformes d’hébergement vidéo avec diffusion en pair à pair.

      Maintenant, comment est-ce que l’on peut faire toucher du doigt l’importance et la pertinence de cette proposition sans passer par « voici ce qui existe (YouTube), voici comment ça marche, nous on va aller dans une toute autre direction » ?

      Franchement, nous aurions aimé, mais nous n’avons pas trouvé. YouTube est tellement prédominant dans notre culture contemporaine, qu’on a l’impression qu’on ne peut même plus imaginer faire autrement, ou faire sans…

      Nous avons donc fait avec, mais perso je suis vraiment preneur de suggestions, parce que j’aimerais beaucoup trouver ce « comment » !

    • lexa

      Pourquoi toujours contre Google?
      Framasoft est obligé de se comparer à Youtube tellement c’est archi dominant. Et pourquoi contre? Pour expliquer que c’est une approche différente et montrer les plus values.

      Comme tout projet, on essaie de séduire l’utilisateur. Or l’utilisateur a l’habitude d’utiliser Youtube parce que tout le monde utilise Youtube. C’est le principe de la preuve social comme plein de chose. Quand on se retrouve en face de 2 resto, en général, on va dans celui qui est plein parce que l’on se dit qu’il y a une raison qu’il soit plein. Pour Youtube c’est un peu le même principe et ils sont devenu leader.

      Pour séduire des habitués de longues dates, il faut trouver des arguments très forts et parfois descendre son concurrent.

  6. Mika38

    Framasoft ressemble de plus en plus a un jeu de puzzle. Il y a 3 ans vous étiez en train de chercher de nouveaux services (pièces), maintenant vous voulez les assembler entre eux comme un puzzle libre géant.
    A quand un pad, calc ou une présentation directement dans diaspora? Et pourquoi pas signer une pétition directement dans les commentaires d’une vidéo? La publication d’un mini jeu dans mastodon.
    En gros, rendre les outils de production de contenues intégrer dans les services de publication.

  7. boblami

    Ce sont les mêmes qui vont nous glonfler avec l’accessibilité des sites, vous êtes ridicules avec votre écriture inclusive.

  8. Rodinux

    Un peu plus de miel dans les propos serait de bonne augure… Je ne cherche pas à jeter de l’huile sur le feu…
    Je trouve génial votre initiative et le seul contre-courant à un internet qui prend un virage inquiétant avec des libertés restreintes par des géants du consumérisme, c’est sûrement ces outils de décentralisation et de fédération. Vous êtes de ceux qui me font encore aimer internet et me font espérer que le web a encore quelque chose de beau, de libérateur et épanouissant à apporter. J’espère vivement que ce projet aboutisse et que j’aurai aussi les moyens (ou le luxe, car pour l’instant c’est rude financièrement) de mettre en place aussi un serveur avec une instance qui fédérera ce partage…
    Cela me fait penser à une chanson de Rémo Gary :
    « Entrevoir un nouveau voyage
    Creuser un chemin de halage
    Saisir le cheval par les crins
    Sortir l’acier de son écrin
    Au moins planter le premier bout
    Un matin se lever debout
    Remonter le fleuve à l’arpi
    J’ veux m’ saouler à l’utopie » (http://lyrics.wikia.com/wiki/R%C3%A9mo_Gary:J%27Veux_M%27Saouler_%C3%80_L%27Utopie)
    Bravo au travail du graphiste et à tous les contributeurs, continuons à faire du joli code qui améliore nos échanges et qui reste vertueux.

    • goofy

      Wow, very nice of you George, thanks a ton.
      We are eager to have our pages about main projects to be translated in English (and in every other language as well, but as you know English is kind of bridge to other translations) so you are very welcome, consider you can have your translation work published in this very blog if you wish.
      Just ring the bell (my nick) @framasoft.org
      Thanks again.

  9. Valentin GRIMAUD

    Ca fait plaisir de voir que ça avance ! Je suis très motivé pour proposer du Peertube aussi 🙂

    Merci framasoft d’avoir choisi ce sujet pour 2018

  10. Michel Ruelens

    Je suis très curieux de cette belle initiative que je viens de découvrir.
    Je vais m’inscrire.
    Je lisais l’appel à contribution et ça m’épate aussi. Il m’est arrivé de contribuer symboliquement car je suis peu fortuné. Alors, je remercie vraiment les personnes qui versent de plus grands montants au delà même de l’avantage fiscal. Cette contribution au bien commun et à l’esprit du ‘libre’ est réjouissante et permet justement à des personnes lambda comme moi de bénéficier de l’expertises de certain! C’est bien ‘le reseau’.
    Merci

Laissez un commentaire