Un navigateur pour diffuser votre site web en pair à pair

Classé dans : Non classé | 10

Temps de lecture 5 min

image_pdfimage_print

Les technologies qui permettent la décentralisation du Web suscitent beaucoup d’intérêt et c’est tant mieux. Elles nous permettent d’échapper aux silos propriétaires qui collectent et monétisent les données que nous y laissons.

Vous connaissez probablement Mastodon, peerTube, Pleroma et autres ressources qui reposent sur le protocole activityPub. Mais connaissez-vous les projets Aragon, IPFS, ou ScuttleButt ?

Aujourd’hui nous vous proposons la traduction d’un bref article introducteur à une technologie qui permet de produire et héberger son site web sur son ordinateur et de le diffuser sans le moindre serveur depuis un navigateur.

L’article original est issu de la série Dweb (Decentralized Web) publiée sur Mozilla Hacks, dans laquelle Dietrich Ayala met le projecteur sur toutes les initiatives récentes autour du Web décentralisé ou distribué.

Traduction Framalang : bengo35, goofy

Blue Link Labs et Beaker

par Tara Vancil

Nous sommes Blue Link Labs, une équipe de trois personnes qui travaillent à améliorer le Web avec le protocole Dat et un navigateur expérimental pair à pair qui s’appelle Beaker.

L'équipe Blue Link Labs
L’équipe Blue Link Labs

 

Nous travaillons sur Beaker car publier et partager est l’essence même du Web. Cependant pour publier votre propre site web ou seulement diffuser un document, vous avez besoin de savoir faire tourner un serveur ou de pouvoir payer quelqu’un pour le faire à votre place.

Nous nous sommes donc demandé « Pourquoi ne pas partager un site Internet directement depuis votre navigateur ? »

Un protocole pair-à-pair comme dat:// permet aux appareils des utilisateurs ordinaires d’héberger du contenu, donc nous utilisons dat:// dans Beaker pour pouvoir publier depuis le navigateur et donc au lieu d’utiliser un serveur, le site web d’un auteur et ses visiteurs l’aident à héberger ses fichiers. C’est un peu comme BitTorrent, mais pour les sites web !

Architecture

Beaker utilise un réseau pair-à-pair distribué pour publier des sites web et des jeux de données (parfois nous appelons ça des « dats »).

Les sites web dat:// sont joignables avec une clé publique faisant office d’URL, et chaque donnée ajoutée à un site web dat:// est attachée à un log signé.
Les visiteurs d’un site web dat:// peuvent se retrouver grâce à une table de hachage distribuée1, puis ils synchronisent les données entre eux, agissant à la fois comme téléchargeurs et téléverseurs, et vérifiant que les données n’ont pas été altérées pendant le transit.

Schéma du réseau DAT
Une illustration basique du réseau dat://

 

Techniquement, un site Web dat:// n’est pas tellement différent d’un site web https:// . C’est une collection de fichiers et de dossiers qu’un navigateur Internet va interpréter suivant les standards du Web. Mais les sites web dat:// sont spéciaux avec Beaker parce que nous avons ajouté une API (interface de programmation) qui permet aux développeurs de faire des choses comme lire, écrire, regarder des fichiers dat:// et construire des applications web pair-à-pair.

Créer un site Web pair-à-pair

Beaker rend facile pour quiconque de créer un nouveau site web dat:// en un clic (faire le tour des fonctionnalités). Si vous êtes familier avec le HTML, les CSS ou le JavaScript (même juste un peu !) alors vous êtes prêt⋅e à publier votre premier site Web dat://.

Les développeurs peuvent commencer par regarder la documentation de notre interface de programmation ou parcourir nos guides.

L’exemple ci-dessous montre comment fabriquer le site Web lui-même via la création et la sauvegarde d’un fichier JSON. Cet exemple est fictif mais fournit un modèle commun pour stocker des données, des profils utilisateurs, etc. pour un site Web dat:// : au lieu d’envoyer les données de l’application sur un serveur, elles peuvent être stockées sur le site web lui-même !

// index.html
Submit message
<script src="index.js"></script>

// index.js
// first get an instance of the website's files
var files = new DatArchive(window.location)
document.getElementById('create-json-button').addEventListener('click', saveMessage)
async function saveMessage () {
var timestamp = Date.now()
var filename = timestamp + '.json'
var content = {
timestamp,
message : document.getElementById('message').value
}

// write the message to a JSON file
// this file can be read later using the DatArchive.readFile API
await files.writeFile(filename, JSON.stringify(content))
}

Pour aller plus loin

Nous avons hâte de voir ce que les gens peuvent faire de dat:// et de Beaker. Nous apprécions tout spécialement quand quelqu’un crée un site web personnel ou un blog, ou encore quand on expérimente l’interface de programmation pour créer une application.

Beaucoup de choses sont à explorer avec le Web pair-à-pair !

Documentation plus technique

  • How Dat works, un guide en anglais qui expose tous les détails sur le stockage des fichiers avec Dat
  • The Dat Protocol Book, également en anglais, plus complet encore.

 

À propos de Tara Vancil

Tara est la co-créatrice du navigateur Beaker. Elle a travaillé précédemment chez Cloudflare et participé au Recurse Center.

  1. Il s’agit d’une technologie qui permet de répartir les données sur un réseau, une information plus précise est disponible dans l’article DHT de Wikipédia
Suivre Framalang:

Framalang est le groupe de traduction bénévole et communautaire de Framasoft. Les membres traduisent des articles du monde du Libre à l'intention du public francophone. Pour participer à cette aventure, rejoignez notre liste de diffusion !

10 Responses

  1. François Vanhille

    Ca veut dire que si je crée un site web avec cet outil mon ordi doit rester allumé jour et nuit pour que les gens y accèdent ?

    • Goofy

      Oui, c’est l’inconvénient. Ensuite il reste la solution classique d’héberger sur un serveur les « DATS ». les petits malins de Beaker browser proposent d’héberger une archive de DAT ici
      https://hashbase.io/

      mon exemple avec l’article plus haut : dat://intro-beaker-dat.hashbase.io/

  2. MadSugar

    Je ne comprends pas très bien, quelle est la différence avec ActivityPub ou Matrix ? Pourquoi ne pas passer par le http et créer un nouveau standard ? Quel est l’avantage de ce nouveau protocole, est-ce que quelqu’un peut m’expliquer ?

    • Nephanth

      Je ne comprends pas ce que ça ajoute par rapport aux réseaux déjà existants : freenet, IPFS, zeronet…
      Plutôt que de créer de nouvelles alternatives, et de continuer à fragmenter le monde encore assez niche du web distribué, pourquoi ne pas aider à populariser les solutions existantes ?

      • Goofy

        La fragmentation n’est peut-être pas une si mauvaise idée (?), pour l’instant c’est plutôt la centralisation qui est « riche » non ?
        La possibilité de Beaker+DAT est une des pistes parmi d’autres, bien sûr, et d’autres l’ont précédée. Nul ne sait si elle sera suivie.

        Mais pourquoi ces autres possibilités déjà existantes n’ont-elles pas été adoptées massivement, sinon de façon significative ? Peut-être parce qu’aucune n’est une solution dont la barrière d’accès n’est assez basse.
        Je sais que ça va faire grincer les dents mais depuis quand l’adoption de GNU/Linux est-elle un peu plus importante ? Depuis qu’Ubuntu l’a rendu abordable par des non-geeks [ici cris de rage d’adeptes des autres distros].
        En ce qui concerne Beaker, j’ai pu l’installer sans entrer une seule ligne de commande, m’en servir pour découvrir des pages DAT et en produire et diffuser une moi-même. Je ne pense pas que j’aurais pu en faire autant avec les autres technologies que vous citez.
        Mes propos n’engagent que moi. Je suis une sorte de papy Dupuis-Morizeau, qui n’a pas envie de tripoter des fichiers de config, de piloter un serveur et qui préfère lire un bon roman qu’un manuel.

        Mais troll à part, ces colonnes sont vraiment ouvertes à qui veut exposer l’intérêt de zéronet, ipfs etc.

        • MadSugar

          Merci pour la réponse, je comprends ce que tu veux dire. ^^

          Envoyé depuis mon Android 5.5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *