Khrys’presso du lundi 9 décembre 2019

Temps de lecture 26 min

image_pdfimage_print

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.


Brave New World

Spécial Julian Assange

  • 120 journalistes du monde entier prennent la défense de Julian Assange. (mediapart.fr)

    En avril 2019, le gouvernement Moreno a autorisé les forces de l’ordre britanniques à pénétrer dans l’ambassade d’Équateur et à appréhender M. Assange. Depuis lors, il est détenu à l’isolement jusqu’à 23 heures par jour et, selon ses visiteurs, il est « lourdement médicalisé ». Sa santé physique et mentale s’est sérieusement détériorée.

Spécial France

Spécial réforme des retraites

Spécial chômage

  • Vacances aux Bahamas, chômage mieux rémunéré que le travail : des agents Pôle emploi répondent aux clichés (bastamag.net)

    Les faits ? Sur 6,3 millions de demandeurs d’emplois, 2,6 millions sont indemnisés aujourd’hui. Soit un peu moins de 40 %. Le montant moyen des indemnités perçues : environ 1000 euros par mois. Pas de quoi se payer des vacances de rêve, même low-cost au Bahamas ! La moitié des personnes indemnisées – c’est-à-dire 1,3 million de personnes – reçoivent moins de 860 euros par mois. Elles vivent donc sous le seuil de pauvreté.[…] Une étude de l’Inserm montre aussi que la condition de chômeur est associée à un risque de mortalité presque trois fois plus élevé par rapport à des personnes de même âge et de même sexe occupant un emploi.

    Un personnage fumant le cigare, des dollars sur les lunettes : ces personnes au chômage vivent décidément très au-dessus de leurs moyens

Spécial Grève Générale

Outils et soutiens

Spécial couverture médiatique TV

Spécial violences policières

Spécial GAFAM et cie

Les autres lectures de la semaine

  • Réseaux communautaires et régulation des télécoms (ffdn.org)
  • « L’architecture du mépris a des effets sur nous tous » (usbeketrica.com)

    Au fond, cette « architecture du mépris » a des effets sur nous tous, des effets complètement irrationnels : la ville est moins accueillante, moins fonctionnelle, les marginaux ne peuvent pas squatter et les familles ne peuvent même pas se poser. Ce mobilier nous oblige à être dans le mouvement perpétuel et nous empêche de nous arrêter pour former un « nous » confiant, accueillant. … ces choix urbains ne sont pas neutres : ils reflètent un modèle social fondé sur l’évitement des conflits et la maîtrise des débordements.

  • Intelligence artificielle : Droits de l’homme, justice sociale et développement (giswatch.org – en anglais)(rapport de la Global Information Society Watch)

    L’intelligence artificielle (IA) fait actuellement l’objet d’une attention mondiale sans précédent puisqu’elle trouve une application pratique généralisée dans de multiples domaines d’activité. Mais quelles sont les implications de l’intelligence artificielle en termes de droits de l’homme, de justice sociale et de développement lorsqu’elle est utilisée dans des domaines tels que la santé, l’éducation et les services sociaux, ou dans la construction de villes  » intelligentes  » ? Quel est l’impact de la prise de décision algorithmique sur les personnes marginalisées et les pauvres ?

  • On ne sauvera pas le Web en dînant avec ses assassins (liberation.fr)

    Il faut pour sauver le Web non pas un contrat, mais la création d’un index indépendant (des pages, des profils), qui permette de réinstaurer la part commune de nos interactions sociales et discursives dans une sphère publique non marchande. […] Il faut pour sauver le Web non pas un contrat, mais une régulation étatique forte et contraignante, qui doit pouvoir aller jusqu’au démantèlement de ces Béhémots calculatoires et qui doit réaffirmer que leur code ne sera jamais notre loi. […] tant que la table des négociations se trouvera dans la salle des marchés, le Web continuera de mourir.

  • La deuxième vague de responsabilisation algorithmique (owdin.live)
  • Interopérabilité : Un moyen d’échapper aux environnements toxiques en ligne (edri.org – en anglais)
  • Nous vivons de plus en plus dans un jeu vidéo (pando.world)

    Dans les jeux vidéo, les personnages vivent dans un monde propriétaire.
    Le vent a été codé par des développeurs et les personnages du jeu n’ont pas accès à l’algorithme qui fait le vent.
    Les catapultes ont été codées par des développeurs et les personnages n’ont pas accès au code qui les construit.
    Ils ne sont pas capables de les réparer ou de les améliorer. Seuls les développeurs peuvent le faire.
    Notre monde à nous est de plus en plus en train de devenir un jeu vidéo.
    Et nous sommes de plus en plus en train de devenir des personnages passif qui ont perdu toute liberté.

  • Reconnaissance faciale et droits fondamentaux (edri.org – en anglais)
  • Les faits sont en état de siège. Aujourd’hui plus que jamais, nous devons investir dans le journalisme (theguardian.com – en anglais)
  • Le monde du logiciel est en train de se détruire… Manifeste pour un développement plus durable (greenspector.com)
  • Le changement climatique n’existe pas. Seul compte le taux de change du mot climat. (affordance.info)

    Un jour un homme a acheté aux enchères le mot climat. Il a remporté l’enchère. Et à chaque fois que l’on cherche à se renseigner sur le climat on ne voit plus que des informations sur ce que cet homme pense du climat. Ceci n’est pas un mauvais scénario de roman de science-fiction mais la réalité. Cet homme s’appelle Mike Bloomberg. […] Quand nous renonçons à notre emprise sur la langue, nous renonçons à notre emprise sur le monde. Le jour où la langue, le jour où le vocabulaire est sorti de la sphère non-marchande, le jour où il est devenu possible d’acheter des mots aux enchères, le jour où le capitalisme linguistique est advenu, nous avons renoncé au dernier espace authentique de liberté individuelle et collective qui était notre inaliénable commun.

  • Le 1er décembre 1955, Rosa Parks refuse d’obéir aux injonctions ségrégationnistes et racistes du conducteur James Blake (rebellyon.info)

    Alors qu’elle rentre d’une longue journée de travail comme couturière, Rosa Parks refuse de céder sa place à un passager “blanc” comme lui oblige la loi ségrégationniste et raciste de l’état de l’Alabama. Arrêtée par la police et condamnée pour « conduite désordonnée », elle ne se résigne pas à être une victime de plus du racisme ordinaire.

Spécial contraception

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Les autres trucs chouettes de la semaine

Deux personnages prennent le café. Le personnage de gauche dit : Décidément, c'est fou, tout ce qu'il se passe en une semaine !- la personne de droite répond : Si tu en veux encore plus, clique sur ma tasse !
Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).

2 Responses

  1. Loz

    « injections ségrégationnistes » ou « injonctions ségrégationnistes » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *