1

Ce que Framasoft pourrait faire en 2022, grâce à vos dons

« Iels sont bien gentil⋅les à Framasoft, mais pourquoi est-ce que je devrais leur faire un don ? ».
C’est une bonne question, et on vous remercie (sincèrement, oui oui) de l’avoir posée 🙂

D’abord parce que cette question est tout à fait légitime. Votre argent est précieux, et l’incertitude face à l’avenir mérite qu’il soit dépensé ou investi utilement.

Ensuite parce que Framasoft est une association qui ne peut agir que grâce à vos dons. Nous vous devons donc le maximum de transparence quant à nos actions menées et à venir. Vos dons viennent à la fois récompenser le travail effectué, mais aussi encourager les projets futurs.

Depuis le 12 octobre, nous vous présentons un panel de ce que Framasoft a réalisé ces derniers mois, grâce à vos dons.

« Frama, c’est pas que… »Pour l’automne 2021, chaque semaine, nous voulons vous faire découvrir un nouveau pan des actions menées par Framasoft. Ces actions étant financées par vos dons (défiscalisables à 66 %), vous pouvez en trouver un résumé complet, sous forme de cartes à découvrir et à cliquer, sur le site Soutenir Framasoft.

➡️ Lire cette série d’articles (oct. – déc. 2021)

Illustrée sous la forme de cartes, cette campagne rappelle que Framasoft, ça n’est pas que Framapad, Framadate, PeerTube ou Mobilizon. Mais bien plusieurs dizaines de projets en parallèle, avançant chacun à leur rythme, tous dans la même direction : vous redonner du pouvoir sur le numérique.

Par contre, ce que cette campagne ne vous a pas encore révélé, c’est ce que nous comptons faire en 2022, si vous nous en donnez les moyens.

Ce sont ces intentions que nous souhaitons vous présenter ci-dessous.

Framasoft 2022
Illustration CC BY David Revoy (sources)

 

Framasoft et les associations

Tout d’abord, et c’est sans doute l’un des principaux points, nous souhaitons vous dévoiler en 2022 un nouvel axe d’actions, qui se prolongera donc sur plusieurs années.

Nous l’exprimions il y a déjà plusieurs années, « Dégoogliser ne suffit pas ». Notre vision, résolument politique, d’un numérique émancipateur, ne peut exister et n’aurait pas de sens en dehors d’autres luttes. Les combats pour plus de justice et d’égalité, donc moins de monopoles et de dominations, s’entrecroisent, se rejoignent et se complètent.
« Pas de société libre sans logiciel libre » est, pour nous, une conviction. Mais cela ne signifie pas qu’une société où le logiciel libre aurait « gagné » suffirait à fournir les conditions d’une société libre.

À Framasoft, nous faisons attention à ne pas (trop) nous épuiser, à éviter le burnout militant. Nous faisons donc le choix d’agir essentiellement là où nous nous sentons fortes et forts : le numérique. Mais cela ne signifie pas que nous ignorons les autres luttes.

Or, l’un des soucis que nous identifions, c’est que celles et ceux qui agissent « pour un monde meilleur » le font souvent dans des milieux associatifs qui disposent de peu de moyens, avec des cultures numériques hétérogènes, et utilisent massivement les outils des GAFAM (qui sont fort efficaces, il faut le reconnaître).

Nous souhaitons donc amorcer en 2022 un ensemble de projets s’adressant particulièrement aux publics associatifs, militants, ou œuvrant pour le progrès social et la justice sociale.

Illustration CC BY David Revoy (sources)

 

Nextcloud, une suite logicielle pour outiller les assos

Cela fait plusieurs années qu’on tourne autour, nous l’évoquions en 2019, puis 2020, mais clairement la pandémie a limité l’énergie que nous pouvions mettre sur ce projet.

Nextcloud, dont la version 23 vient tout juste de sortir, est un excellente suite logicielle permettant de gérer fichiers, agendas, contacts, rédaction collaborative, etc. Cependant, beaucoup d’associations utilisent Google Docs, Dropbox & co. D’abord, parce que Nextcloud est peu connu (normal, les moyens marketing ne sont pas les mêmes). Ensuite parce que Nextcloud a une ergonomie souvent perfectible (par exemple, partager un fichier n’est pas évident, alors que c’est tout de même une fonctionnalité de base). Enfin, trouver le « bon » prestataire pour vous proposer une instance Nextcloud fiable et correspondant à vos besoins et vos moyens reste relativement complexe (même si de nombreux chatons proposent ce service. Coucou les ami⋅es de IndieHosters ou de Zaclys 👋)

Nous voulons donc, en 2022, travailler à rendre Nextcloud plus simple et plus accessible pour toutes et tous. À la fois en améliorant le logiciel, mais aussi sa notoriété ou sa documentation. Enfin, nous nous efforcerons de proposer une offre spécialement destinée aux associations.

Faire un don à Framasoft, c’est nous donner des moyens pour faciliter l’adoption de Nextcloud.

Émancip’Asso pour une cohérence numérique

Ce projet est né d’un constat partagé avec nos partenaires et ami⋅es d’Animafac : même si de plus en plus d’organisations prennent conscience de la nécessité de mettre en cohérence leurs outils numériques avec leurs valeurs, elles ont peu d’énergie et de compétences en interne pour se lancer dans une telle démarche. À ceci s’ajoute le constat que peu de structures sont actuellement en mesure de réellement guider et orienter les associations dans leur transition numérique libre.

Le projet Émancip’Asso a pour principal objectif de proposer aux associations des acteurs en mesure de les accompagner dans leur démarche de « dégafamisation ».

Nous souhaitons ainsi offrir un programme de formation aux acteurs qui proposent aux associations des services et accompagnements spécifiques. Cela afin que ces structures soient en mesure d’identifier les besoins d’une organisation pour les prendre en charge en intégralité, qu’il s’agisse d’hébergement, d’infogérance, d’installation de logiciels libres particuliers ou d’assurer un support technique ou des formations.

Cela va nous demander du temps et de l’énergie, mais nous sommes convaincu⋅es que l’offre d’accompagnement professionnel est l’un des angles morts du libre associatif, et qu’il faut multiplier et renforcer les acteurs capables de satisfaire ce besoin.

Faire un don à Framasoft, c’est nous aider à accompagner les accompagnateur⋅ices à la dégooglisation des associations.

Un observatoire sur les pratiques numériques libres

La mission de cet observatoire sera d’étudier les évolutions des usages numériques des associations.

Par le biais d’enquêtes, d’analyses (en y associant autant que possible des usager⋅es, des designers, des chercheur⋅euses, des partenaires associatifs, etc), nous souhaitons mieux comprendre les outils, les habitudes, les expériences des personnes qui utilisent le logiciel libre. Ou mieux comprendre pourquoi elles ne l’utilisent pas !

En effet, pour répondre avec pertinence aux besoins des deux projets précédents, nous avons besoin de qualifier et de quantifier aussi objectivement que possible quels sont les logiciels libres utilisés, pour quelles raisons, avec quelles frictions, etc. Bref, qu’est-ce qui « marche » ? Qu’est-ce qui ne « marche pas » ? Et surtout, pourquoi ?

Faire un don à Framasoft, c’est aider à éclairer et enrichir notre compréhension des pratiques associatives libres.

PeerTube v5

La version 4 de PeerTube est à peine sortie du four, que nous vous annonçons déjà notre volonté de travailler sur PeerTube v5 !

Dans cette version, nous souhaitons avant tout nous attacher à résoudre certains points de frustration et améliorer l’utilisabilité, notamment sur les formulaires d’upload de vidéos et d’inscription des utilisateur⋅ices.

Mais nous souhaitons aussi donner plus de maîtrise aux gestionnaires d’instances comme aux vidéastes. Que cela soit en leur permettant plus d’actions par lots (par exemple en permettant le déplacement d’un ensemble de vidéos vers une autre chaîne) ou en affinant les outils de gestion de fichiers (par exemple supprimer une définition d’une vidéo).

Si nous parvenons à faire financer cette fonctionnalité, nous voudrions aussi proposer un outil permettant d’éditer (de façon basique) des vidéos. Cela permettrait, par exemple, aux vidéastes de couper quelques secondes en début ou fin de vidéo directement dans PeerTube.

Enfin, nous désirons aussi améliorer les capacités de synchronisation entre YouTube et PeerTube. Cette possibilité existe déjà, mais uniquement en ligne de commande. Nous voulons donc proposer une interface au sein de PeerTube, qui permettrait, par exemple, de répliquer automatiquement l’intégralité des vidéos d’une chaîne YouTube vers une chaîne PeerTube.

Faire un don à Framasoft, c’est soutenir le développement d’une alternative libre, décentralisée et fédérée à YouTube, pour reprendre le pouvoir sur vos vidéos.

Illustration CC BY David Revoy (sources)

 

Mobilizon v3

Mobilizon, comme PeerTube, vient tout juste de bénéficier d’une nouvelle mise à jour. Et nous comptons bien vous en proposer une nouvelle version majeure en 2022.

Pour vous donner un petit aperçu du programme : développement d’un outil de recherche global multi-instances, sur le modèle de SepiaSearch ; refonte de la page d’accueil de l’instance ; création d’une toute nouvelle vue « Carte » permettant de visualiser et chercher les événements de façon géographique ; outil d’importation depuis Meetup et Facebook ; et bien d’autres choses !

Faire un don à Framasoft, c’est favoriser l’émergence d’une alternative aux événements et groupes Facebook, éthique et respectueuse de votre vie privée.

Illustration CC BY David Revoy (sources)

 

Un Framanifeste pour affirmer nos choix

Framasoft travaille, en pointillés depuis 2019, sur la rédaction de son manifeste.

En 2022, nous souhaitons achever ce travail et publier ce texte important non seulement pour nous, mais aussi pour vous, puisqu’il clarifie la raison d’être de l’association. Il définira aussi le cadre de nos actions et les valeurs qui fondent notre identité.

Faire un don à Framasoft, c’est soutenir plusieurs dizaines de projets portés par une association aux multiples facettes techniques, politiques, exploratoires.

Illustration CC BY David Revoy (sources)

 

Faire collectif : les CHATONS

Le Collectif des Hébergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires compte aujourd’hui une centaine de structures réparties sur le territoire français, avec des membres en Belgique, au Québec et en Suisse. Framasoft assure la coordination et l’animation du collectif depuis sa création fin 2016 (avec une salariée qui y consacre environ 30% de son temps de travail).

En 2022, nous souhaitons lancer une réflexion sur les objectifs que se donne le collectif et les moyens pour y parvenir. Cela passera notamment par l’organisation d’un nouveau camp CHATONS à l’été 2022, et par la poursuite de notre travail de « déframasoftisation » de la coordination du collectif.

Par ailleurs, les contenus produits et captés lors de la formation Émancip’Asso permettront aussi de préparer le travail pour un second module du MOOC CHATONS, afin de faciliter les naissances de chatons solides sur leurs pattes et autonomes face à leurs publics.

Faire un don à Framasoft, c’est permettre la création, la consolidation et la mise en réseau de structures proposant des services web répondant à des critères éthiques forts.

Illustration CC BY David Revoy (sources)

 

Partager savoirs et connaissances : UPLOAD

UPLOAD, c’est notre proposition de coconstruire avec vous une Université Populaire Libre, Ouverte, Autonome et Décentralisée.

De mois en mois, nous affinons les contours de ce projet. Déjà préfigurées par le MOOC CHATONS, des Librecours ou du podcast UPLOAD, toutes ces expérimentations illustrent notre envie de partager le savoir, et la capacitation qui va de pair avec l’acquisition de savoirs.

Faire un don à Framasoft, c’est concourir à inventer de nouveaux espaces de partage de connaissances.

Illustration CC BY David Revoy (sources)

Des Livres en Communs

La maison d’édition Framabook est née en 2006; 16 ans plus tard, nous souhaitons la faire évoluer.

Des Livres en Communs (ce sera le nouveau nom de Framabook) a pour intention de se concentrer sur la création et la production de communs culturels.

Depuis plus de deux cents ans, l’édition place les auteurs et autrices en situation de subordination économique, s’arrogeant de fait tous les droits patrimoniaux et n’octroyant un revenu aux auteurs et autrices qu’en consacrant une rente liée à cette propriété, privant le public de tout accès non rémunéré ou rémunérateur au fruit du travail des auteurs et autrices. Ces derniers produisent donc un capital qui ne participe à l’avancement culturel que parce qu’il peut être exploité en tant que valeur marchande monétisée. Cela transforme l’objet culturel en produit industriel comme un autre, balayant la pertinence de ses usages sociaux.

La grande particularité de cette nouvelle maison d’édition sera de reconnaître la réalité de ce travail en amont, en le rémunérant directement par une bourse d’écriture versée aux auteur⋅ices pour reconnaître plus équitablement leur travail de création.

Faire un don à Framasoft, c’est soutenir des créateurs et créatrices d’œuvres mises à disposition sous forme de communs culturels.

Illustration CC BY David Revoy (sources)

 

Soutiens à la culture, au libre et aux communs

Nous l’exposions il y a peu, nous participons activement à un certain nombre de projets en dehors de Framasoft.

Par exemple, nous soutenons (financièrement ou humainement) des projets de développement informatique tels que la plateforme de pétitions Pytition, le logiciel de comptabilisation du bénévolat valorisé Bénévalibre, l’application pour smartphone PeerTube Live, ou le plugin PeerTube Live Chat.

Nous accompagnons aussi l’émancipation de certains de nos logiciels, tels que Framadate ou Framaforms/Yakforms afin d’en faire, au-delà de simples logiciels libres, de véritables communs.

Nous souhaitons aussi rouvrir un chantier de « dépoussièrage » de MyPads, notre plugin permettant d’organiser vos pads. Nous hébergeons plus de 230 000 utilisateur⋅ices et 300 000 pads sur https://mypads.framapad.org et ce nombre ne cesse de grandir. Il nous parait donc urgent et important de corriger quelques frictions pénibles.

Mais notre soutien ne se limite pas au code.

Nous consacrons aussi du temps à conseiller nombre d’associations ou collectifs en répondant à leurs questions diverses et variées sur le numérique ou le fonctionnement associatif. Contribateliers, Réseau Infoclimat, l’atelier paysan, Exodus Privacy, Contribulle ne sont que quelques exemples de structures que nous accompagnons ponctuellement ou au long cours.

Nous cofinançons et participons activement aux travaux de recherche d’Audrey Guélou, doctorante à l’UTC, dont le sujet de thèse est « Configurations techno-éthiques pour les médias sociaux décentralisés et fédérés », afin de mieux comprendre ce nouveau territoire qu’est le Fediverse.

En 2022, nous poursuivrons aussi notre participation au collectif « La Coalition – Libertés associatives » qui s’est fixé pour mission de proposer des stratégies de riposte contre les répressions subies par le secteur associatif.

Faire un don à Framasoft, c’est participer au soutien et à la consolidation d’initiatives extérieures à Framasoft, mais aux valeurs alignées avec celles de l’association.

Illustration CC BY David Revoy (sources)

Organisation de rencontres

La situation sanitaire actuelle (oui, la pandémie mondiale, c’est à toi qu’on s’adresse) rend plus difficile le fait de se rencontrer physiquement. Or c’est souvent lors de ces rencontres que les liens se tissent et se renforcent, que les envies s’expriment, que les mobilisations s’inventent. Sans elles, certains projets ont plus de mal à avancer, et surtout la motivation a tendance à stagner, si ce n’est disparaître.

Il ne s’agit pas d’organiser une rencontre estampillée « Framasoft », ou un défilé de conférencier⋅es. Mais bien de proposer des espaces d’échanges, de face-à-face, de dialogue.

Nous souhaitons créer de nouveaux espaces de rencontres physiques, pour faciliter les points de contacts entre des acteur⋅ices aux compétences différentes et aux vécus singuliers : des personnes du libre, mais aussi de l’éducation populaire, de la solidarité, de la redirection écologique, de la médiation numérique, etc. Nos mondes ne se parlent que très peu, et nous passons à côté d’occasions de nous écouter, de nous comprendre, de faire les choses ensemble.

Faire un don à Framasoft, c’est se donner une chance supplémentaire de « croiser les flux » entre différents mouvements et d’élargir les capacités de mobilisations.

Illustration CC BY David Revoy (sources)

 

Nous avons besoin de sous, et donc de vous !

Vous l’aurez compris, les graines que nous voulons planter en 2022 sont nombreuses, et nos ambitions sont grandes au regard de la petite taille de l’association.

Pour avancer, nous avons besoin de moyens financiers, et nous espérons que les (bientôt) 20 ans d’actions de l’association tendent à démontrer que, lorsqu’on nous en donne les moyens, les souhaits que nous exprimons peuvent devenir, pour vous, une réalité.

Merci !

Soutenir Framasoft




Frama, c’est aussi des logiciels pour libérer les usages

PeerTube, Mobilizon, Yakforms, Framadate, des nombreuses contributions à Ethercalc, Etherpad, Nextcloud… et dire qu’à une époque nous disions que « Framasoft contribue au logiciel libre, mais sans coder ! »

« Frama, c’est pas que… »

Pour l’automne 2021, chaque semaine, nous voulons vous faire découvrir un nouveau pan des actions menées par Framasoft. Ces actions étant financées par vos dons (défiscalisables à 66 %), vous pouvez en trouver un résumé complet, sous forme de cartes à découvrir et à cliquer, sur le site Soutenir Framasoft.

➡️ Lire cette série d’articles (oct. – déc. 2021)

C’est le cercle vicieux, la pente fatale de la contribution. On commence, presque naïvement, par utiliser un logiciel libre, remercier les devs, et leur suggérer une amélioration qui nous changerait la vie. Puis on se rend compte qu’on peut aider ce logiciel en traduisant, en communiquant, en facilitant, en améliorant son aspect.

Et, sans s’en rendre compte, on se met à contribuer avec un peu de code, une issue par-ci, un bugfix par-là. Jusqu’à ce que l’envie soit trop forte : « y’a personne qui le fait, bon ben OK, on va le faire nous-mêmes ! » Et voilà comment on finit par avoir une activité d’édition de logiciels libres, en plus de tous nos autres projets.

jeu de cartes Framasoft "des logiciels pour libérer les usages"

PeerTube

On ne présente plus ce logiciel qui, une fois installé sur un serveur, permet de proposer une alternative libre et fédérée aux plateformes de diffusion vidéo à la YouTube. Mais si vous voulez découvrir pleinement l’écosystème de PeerTube, cela se passe sur notre site officiel JoinPeertube.

Carte "Peertube" PeerTube est un logiciel libre qui démocratise la diffusion de vidéos, car il permet à des hébergeurs de créer des plateformes vidéos à la YouTube. Ces plateformes peuvent se relier entre elles pour montrer un plus grand choix de vidéos tout en restant indépendantes.

Début 2021, nous avons publié la troisième version majeure (v3) de PeerTube, qui ouvre la possibilité de diffuser ses vidéos en direct (live streaming). Depuis, plusieurs versions mineures ont été publiées. Elles font la part belle à la personnalisation (de son site PeerTube, de ses chaînes vidéos), ainsi qu’à la facilité de présenter, trouver et trier des contenus.

Nous avons aussi financé et accompagné deux développements externes, qui enrichissent l’écosystème PeerTube Live. Le premier c’est l’application Android PeerTube Live App, qui permet aux vidéastes de déclencher un direct très facilement depuis un smartphone. L’autre, c’est PeerTube Live Chat, un plugin qui permet aux personnes qui administrent un site PeerTube d’ajouter une fonction de clavardage aux directs diffusés depuis leur serveur.

Cette année de développement de PeerTube a été financée aux deux tiers par les 50 000 € de la bourse octroyée par NLnet, et pour un tiers par les dons que vous faites à notre association. Nous devrions très (très !) prochainement vous annoncer la v4 de PeerTube, avec une version quasi finie (Release Candidate) d’ici début décembre, pour une version finale prévue fin 2021/début 2022.

illustration CC-By David Revoy (sources)

Mobilizon

Comme PeerTube, Mobilizon est un logiciel qui, lorsqu’il est installé sur un serveur, vous permet de créer une plateforme libre et de la fédérer avec d’autres serveurs Mobilizon. Mais ici, on ne diffuse pas de vidéos ! Mobilizon vous permet de créer des événements, de découvrir et vous inscrire à des groupes et surtout de vous y organiser ensemble. Bref, c’est une alternative aux événements, pages et groupes Facebook, mais sans tout le méli-mélo social.

Carte "Mobilizon" Mobilizon est une alternative libre et fédérée aux événements et groupes Facebook. Mobilizon n’est pas un réseau social, et ne met pas en valeur les ego. Les groupes, par contre, peuvent y discuter, partager des ressources, publier des articles et organiser leurs événements.

Dans la série Frama-pas-d’bol, on vous présente Mobilizon, ou comment nous avons lancé un logiciel qui sert à se retrouver et se rassembler… en pleine pandémie, option confinements et couvre-feux. De suite, cela semble moins pertinent… Pourtant, nous avions fait les choses en grand, en vous proposant :

  • un site pour vous aiguiller dans cette nouvelle fédération
  • une instance ouverte et maintenue par nous (réservée aux francophones)
  • un site officiel pour vous présenter le logiciel, ses nouvelles, etc.

Certes, Mobilizon n’a pas encore séduit un public aussi large qu’on l’aimerait. Mais cette nouvelle année de développement nous a permis d’étoffer Mobilizon. En effet, que ce soit dans les résultats de l’enquête des besoins que nous avions menée lors de la conception ou grâce aux retours des personnes l’utilisant, nous savions que Mobilizon gagnerait à intégrer certaines fonctionnalités-clés.

Si vous voulez les découvrir, n’hésitez pas à aller lire l’annonce de la sortie de la v2 de Mobilizon, publiée le même jour que cet article, sur le Framablog !

illustration CC-By David Revoy (sources)

Yakforms

Framaforms est l’un des services les plus utilisés parmi ceux que Framasoft propose. Pourtant, alors que les alternatives à Google Forms sont rares et très demandées, très peu d’autres hébergeurs ont installé la solution que nous proposions. C’est en partie de notre faute.

Carte "Yakforms" Yakforms est le logiciel qui fait tourner notre service de formulaires en ligne Framaforms. Installé sur un serveur, il génère un site où l’on peut publier des formulaires, voir les résultats, etc. Framasoft souhaite désormais remettre ce logiciel à la communauté.

Comme nous l’expliquions dans cet article, l’histoire de Framaforms fait qu’il était difficile de l’installer sur son serveur, le paramétrer, etc. Mais grâce à plus d’un an de travail d’un membre de Framasoft, ces problèmes appartiennent désormais au passé !

En effet, nous avons donné un sacré coup de jeune au code de ce logiciel, ainsi qu’un nouveau nom : Yakforms ! Notre objectif est de montrer que c’est un outil demandé, facile à installer, pratique à utiliser. Notre espoir est qu’une communauté se rassemble autour de ce logiciel et s’empare du maintien du code et de la direction à lui donner.

En effet, à Framasoft, nous n’aurons pas les épaules ni l’énergie de poursuivre le maintien de ce logiciel. Alors si cela vous intéresse de prendre le lead du développement (ou juste de découvrir le logiciel !), toutes les informations utiles sont sur le site de Yakforms.

illustration CC-By David Revoy (sources)

Contributions diverses

Framasoft héberge 16 services en ligne utilisés par plus d’un million de personnes chaque mois. Les logiciels qui font marcher ces services ne sont pas développés par notre petite association, mais par des communautés formidables. Cependant, il nous arrive de contribuer au travail de ces communautés, notamment grâce aux retours des bénéficiaires de nos services.

Carte "Contributions diverses" Nous contribuons souvent au code de logiciels que nous utilisons. Nous avons, entre autres, travaillé sur Sympa (Framalistes – emails de groupes), Nextcloud (Framadrive et Framagenda – Stockage, synchronisation, agenda contacts…) ou Framadate (alternative à Doodle)…

Ainsi, les membres de notre association qui développent ont par exemple trouvé des astuces pour améliorer les performances d’Etherpad (le logiciel derrière Framapad) qu’ils ont fait remonter à la communauté. De même Mobilizon est un logiciel qui possède de nombreuses dépendances auxquelles nous avons aussi contribué, en particulier dans l’écosystème Elixir !

Nextcloud est le logiciel qui nous permet de proposer Framadrive (stockage et synchronisation de fichiers) et Framagenda (agendas, contacts, todo lists…). Nous avons apporté notre pierre au code du logiciel principal pour améliorer des points mineurs, en particulier sur l’agenda, que nous maîtrisons tout particulièrement.

Framadate (notre alternative à Doodle) est un cas à part. Car même si nous assumons le fait que nous ne maintenons plus le développement de ce logiciel, il a quand même reçu 5 nouvelles versions en 2021. En revanche, nous avons passé beaucoup de temps en réunion avec la DINUM, qui est en train de réécrire le code (lequel commençait à marquer son âge, hein ^^). L’objectif de cette institution de l’État est de contribuer au Libre en offrant un logiciel qui ferait au moins aussi bien que le Framadate actuel, et même mieux (utilisable depuis un mobile, parcours clarifié et simplifié, etc.).

illustration CC-By David Revoy (sources)

Découvrez tout ce qu’est Frama !

Voilà qui conclut le focus de cette semaine. Vous pourrez retrouver tous les articles de cette série en cliquant sur ce lien.

Sur la page Soutenir Framasoft, vous pourrez découvrir un magnifique jeu de cartes représentant tout ce que Framasoft a fait ces derniers mois. Vous pourrez ainsi donner des couleurs à l’ensemble des activités que vous financez lorsque vous nous faites un don. Nous espérons que ces beaux visuels (merci à David Revoy !) vous donneront envie de partager la page Soutenir Framasoft tout autour de vous !

En effet, le budget de Framasoft est financé quasi-intégralement par vos dons (pour rappel, un don à Framasoft de 100 € ne vous coûtera que 34 € après défiscalisation). Comme chaque année, si ce que nous faisons vous plaît et si vous le pouvez, merci de soutenir Framasoft.

Frama, c'est pas que Framindmap ! C'est aussi du code, produit pour des logiciels qui favorisent la décentralisation et l’émancipation numérique. Nos actions sont financées par vos dons, alors découvrez l'ensemble du travail de Framasoft sur Soutenir Framasoft.
Cliquez pour découvrir toutes les cartes et soutenir Framasoft

Pour aller plus loin

 

 




entraide.chatons.org : des services libres en ligne sans inscription

Suite au confinement dû à l’épidémie de coronavirus, vous êtes nombreu⋅ses à avoir besoin d’outils pour continuer à communiquer avec vos proches et/ou télétravailler. Le Collectif des Hébergeurs Alternatifs Transparents Ouverts Neutres et Solidaires – CHATONS – (dont fait partie Framasoft) met en place https://entraide.chatons.org/, un portail d’accès simplifié à des services en ligne sans inscription et répondant aux besoins les plus courants.

On vous a déjà parlé de CHATONS, non ?

Initié en 2016 par Framasoft, ce collectif rassemble à ce jour plus de 70 structures qui proposent des services en ligne libres, éthiques, décentralisés et solidaires afin de permettre aux internautes de trouver rapidement des alternatives aux services proposés pas les géants du web. Les structures membres du collectif s’engagent notamment :

  • à n’utiliser que des logiciels libres ;
  • à ne pas exploiter les données des bénéficiaires de leurs services (= ne pas transmettre ou exploiter vos données) ;
  • à ne pas utiliser de régies publicitaires (ou autres services de pistage).

Très souvent, on explique que CHATONS, c’est un peu un réseau d’AMAP des services en ligne. Vous connaissez le principe des AMAP ? Ces associations qui proposent aux habitants des villes des paniers de légumes (ou autres denrées) issus de la production agricole locale (et souvent biologique) ? Là où les géants du web représenteraient l’industrie agro-alimentaire, les structures membres de CHATONS seraient des « paysans informatiques » proposant des services en ligne « bio » :

  • sans OGM (= sans logiciels privateurs ne garantissant pas vos libertés),
  • sans pesticide (= sans baser leurs revenus sur la vente de vos données personnelles),
  • sans marketing agressif (= sans régie publicitaire pistant vos comportements),
  • sans une « course au pouvoir d’achat », qui en réalité porte tort aux petits agriculteurs (= prix équitables entre les chatons et leurs bénéficiaires)

Des chatons qui font leur part

Parce que plusieurs structures au sein du collectif proposaient déjà aux internautes des services en ligne facilement accessibles depuis leur site web, nous avons pensé qu’il serait pertinent en cette période de les identifier et de les valoriser. Dès l’annonce du confinement, nous avons donc commencé à créer des pages sur notre litière pour lister les instances publiques d’outils répondant aux besoins les plus courants pour les personnes en situation de télétravail.

C’est en listant les adresses web de ces services qu’il nous a semblé judicieux de créer une nouvelle page sur chatons.org qui donnerait un accès direct à ces services, sans obliger les internautes à consulter une page sur notre wiki et à ensuite devoir aller sur la page du chaton pour accéder au service. D’autant plus que nous étions conscients que les internautes ne sauraient pas forcément quelle instance choisir parmi cette liste. C’est de là qu’est né entraide.chatons.org, un portail d’accès simplifié à des services en ligne sans inscription et répondant aux besoins les plus courants.

Pour la petite histoire, un petit groupe agile composé de membres du collectif, en particulier Angie, Lise, Thomas et Pierre-Yves de Framasoft, ainsi que Valentin d’ARN / Sans-nuage, et Florian des Colibris s’est retrouvé à faire des petits points réguliers en audioconférence à leurs heures perdues, à avancer par petits pas asynchrones sur le développement de cette nouvelle page web, et à se concerter par tchat (avec les outils libres que l’on préconise 😉 ), pour réaliser cette plateforme en une grosse semaine. Dans un contexte où tout le monde n’a que le mot solidarité à la bouche, nous vivions là une belle expérience irréversible de coopération !

Des services en ligne facilement accessibles

Sur entraide.chatons.org, nous vous proposons l’accès à 9 outils différents :

  • la rédaction collaborative avec l’outil Etherpad (alternative à Google Docs)
  • la visioconférence avec l’outil Jitsi Meet (alternative à Skype, Zoom, etc.)
  • la prise de rendez-vous avec l’outil Framadate (alternative à Doodle)
  • le tableur collaboratif avec l’outil Ethercalc (alternative à Google Sheets)
  • le partage temporaire de fichiers avec les outils Lufi, Firefox Send ou Plik (alternative à WeTransfer)
  • le partage d’images avec l’outil Lutim (alternative à Imgur)
  • les tableaux de post-it avec l’outil Scrumblr (alternative à Padlet)
  • les raccourcisseurs de liens avec les outils Polr, LSTU ou rs-short (alternative à bit.ly)
  • le partage de textes sécurisé avec l’outil PrivateBin (alternative à Pastebin)

Et comme pour chaque outil, il existait plusieurs instances chez les chatons, nous avons mis en place une interface qui ne vous oblige pas à choisir chez qui vous utilisez ce service. Techniquement, on vous propose l’accès à une instance de chaque outil de manière aléatoire, chaque chaton pouvant indiquer son niveau de disponibilité pour chaque service.

Ainsi, sur entraide.chatons.org, lorsque vous souhaitez créer, par exemple, un pad pour y prendre des notes de manière collaborative, vous est indiqué le nom du logiciel utilisé (en l’occurrence Etherpad) et chez quel chaton ce pad sera créé. Cela permet de répartir la charge de création de nouveaux pads entre les 19 chatons qui proposent ce service. Ainsi, aucune structure ne se retrouve à devoir gérer une affluence trop massive d’internautes sur ses services.

Ainsi vous pouvez découvrir et utiliser librement ces services avec des garanties de respect votre vie privée, et autres valeurs rendant l’informatique moins dystopique, comme indiqué dans le manifeste et la charte du CHATONS.

Et après le confinement ?

Nous prévoyons de maintenir cette page au-delà du temps de confinement et même de l’enrichir dans les semaines / mois qui viennent afin de vous proposer à terme d’autres outils libres fournis par les chatons, y compris ceux nécessitant inscription ou ceux nécessitant un accès payant.

Nous espérons que ce sera pour vous l’occasion de découvrir et soutenir des structures locales qui œuvrent à nous rendre plus autonomes et souverains sur nos outils de travail en véhiculant des valeurs de solidarité et de partage.

 

Découvrir entraide.chatons.org




Framapad : adieux aux anciens comptes privés. Bienvenue MyPads, et merci Bearstech !

Installez-vous confortablement, nous allons vous conter l’histoire de Framapad, un service alternatif à Google Docs. Et nous en profiterons pour interviewer l’équipe de la société coopérative Bearstech, qui nous a bien sauvé la mise il y a quelques années…


Cette histoire commence en 2011 lorsque Framasoft décide de proposer un service d’hébergement libre et gratuit de « pads », qui sont des documents permettant une rédaction collaborative en temps réel. En clair, une page web sur laquelle vous pouvez faire de la prise de notes à plusieurs personne en même temps (très utile pour rédiger des compte-rendus, faire des traductions collaborative, etc).

La première version de Framapad était basé sur un logiciel utilisant des technologies « lourdes » (Java/scala), et comportait de nombreuses limitations (notamment l’impossibilité d’être plus de 16 rédacteurs simultanés).

Framapad ancienne version
Framapad ancienne version

 

A peine 7 mois après sa mise en place, nous lancions un appel à l’aide pour nous aider à co-héberger ce service.

Nous avions alors choisi la société Bearstech (où plutôt, c’est elle qui nous a choisi), pour sortir le service Framapad des ennuis techniques dans lesquels il était englué. Et cela, gracieusement.

Pendant un an, tout allait pour le mieux, sauf que nous voyions le nombre de pads augmenter, et augmenter encore. Et si l’équipe Bearstech était bien sympathique, elle ne s’était pas non plus engagée à héberger de multiples serveurs indéfiniment pour nos beaux yeux (ni pour vos beaux pads).

En octobre 2012, nous avons donc proposé une nouvelle version de Framapad, basé là encore sur un logiciel libre, mais bien plus léger.

Framapad nouvelle version
Framapad nouvelle version

 

Problème, ce logiciel ne gérait pas de « comptes privés », c’est à dire qu’il était impossible de rendre « privé » un pad, ni même de le supprimer. Ainsi, si par exemple un enseignant voulait travailler avec une classe sur un sujet d’histoire, il était impossible d’en empêcher l’accès à qui en connaissait l’adresse, ou de le supprimer en cas de séance de tchat qui « dérape » (sauf à faire appel à notre gentille équipe technique, qui devait faire le ménage à la main).

La première version du logiciel, celle hébergée par Bearstech (vous suivez ?) disposait, elle, de cette fonctionnalité. Conséquence : beaucoup de gens continuaient à utiliser l’ancienne version, dont le code source n’était plus maintenu :-/

En juin 2014, Framasoft a donc pris le taureau par les codes, en lançant une campagne de financement participatif qui permettrait de payer le développement par un professionnel d’un plugin de comptes privés sur la nouvelle version du logiciel.

Une vingtaine de jours plus tard, la campagne était un succès, et la somme collectée. Après quelques péripéties, le développement du plugin s’est étalé sur le premier semestre 2015 (lire ici nos comptes rendus réguliers).

En septembre 2015, nous faisions les premiers tests de ce plugin (nommé, MyPads). Et le 6 octobre dernier, Framasoft envoyait (enfin !) le faire part de naissance de ce plugin.

 

Pad affiché dans MyPads
Pad affiché dans MyPads

 

Donc, nous pouvons, après 4 ans et demi et bons et loyaux services, fermer l’ancien serveur Framapad. Nous avons envoyé un email début septembre à tous les possesseurs de comptes privés leur demandant de migrer vers MyPads (la procédure est bien évidemment disponible). Nous ne proposons pas de migration automatique, car l’essentiel de ces pads ne sert tout simplement plus à personne, et une migration massive de ces 50 000 pads surchargerait nos serveurs. La procédure est donc manuelle, et décrite ici.

Nous souhaitions donc profiter de cette occasion pour remercier et interviewer l’équipe de la société Bearstech, qui nous aura permis de faire cette (longue) transition dans de bonnes conditions.

NB : fidèles à ses principes, l’équipe a répondu en mode collectif, au nom de Bearstech dans son ensemble, et bien évidemment sur… un pad géré par MyPads ! 🙂

Campagne MyPads sur Ulule
Campagne MyPads sur Ulule


 

Alors, c’est quoi Bearstech ? Ou plutôt c’est qui ?

C’est un peu dur à résumer simplement alors on peut lancer pour commencer une phrase un peu formelle mais synthétique, Bearstech est une société coopérative d’ingénieurs, société de service en logiciels libres spécialisée dans les services à haute valeur ajoutée autour de l’hébergement et l’infogérance.
Présenté comme ça ce n’est pas forcément très parlant, nous proposons de l’hébergement, mais chez nous ce n’est que le socle de notre métier. Nous avons résolu depuis longtemps le gros des problèmes d’infrastructure (nous sommes un « cloud » depuis 2008) et nous nous concentrons sur tout ce qui tourne autour des problématiques de production : qualité des services, architecture, expertises, performance, scalabilité, déploiement et sécurité. En langage vernaculaire, on vient nous voir pour nous confier le bon fonctionnement d’une plateforme, pour que « ça juste marche » quels que soient les problèmes et leurs dimensions (sur les stack LAMP, Python, Ruby, Go, Erlang, etc. on s’occupe aussi des bases de données SQL+noSQL et de la maintenance de tout un tas de briques très utiles 🙂
Nous avons mélangé les talents d’administrateur système et développeur depuis le début, ce qui a été récemment popularisé par le mouvement DevOps, mais c’est notre esprit depuis le début (en 2004). Par contre on peut se défendre d’une large culture Ops que la majorité des Devs n’ont pas, ce pour quoi ils font souvent appels à nous (« menfin ça marche chez moi ? »).

En quoi Bearstech est différente de pas mal de sociétés de services en logiciels/infrastructures libres ?

Déjà c’est une SCOP, il n’y en a pas des tonnes. Nous sommes un groupe soudé avec très peu de turnover (à ce jour : 16 personnes cumulant 110 années chez Bearstech) assurant la co-gestion de notre société. C’est moins original, mais il n’y a pas de hiérarchie. Il y a des rôles avec plus ou moins de responsabilités, mais chacun est autonome.
On peut rajouter à nos spécificités le télétravail : même si quelques irréductibles se rendent au bureau, les 2/3 sont en télétravail et qui plus est répartis dans la France entière (dont un nomade). On organise un grand raout chaque année pour se retrouver, mais on peut aussi se faire de temps en temps petits regroupements régionaux où se retrouver à Paris à l’occasion.

capture écran du site Bearstech.com
capture écran du site Bearstech.com

 

Du point de vue d’une entreprise, comment qualifierais-tu le secteur de l’informatique libre, aujourd’hui ?

Au niveau entreprise l’informatique libre a été clairement mis à la marge par le terme devenu quasi vide de sens « d’Open Source ». Beaucoup de sociétés utilisent des logiciels libres sans rien donner en retour. Nous essayons autant que possible de reverser notre travail à la communauté et de respecter les principes d’entraide et de partage de la connaissance même dans le cadre de nos missions en tant que prestataire. Au niveau des projets publiés vous pouvez consulter https://github.com/bearstech, nous avons récemment ouvert Bokor, un projet de grand ampleur qui a servi de base à l’un de nos projets client (http://bokor.io/).

Pourquoi avoir décidé de soutenir Framasoft lors de notre appel à l’aide ?

Nous essayons de soutenir dès que nous le pouvons, les projets qui défendent les valeurs du libre. En particulier quand c’est dans nos cordes, comme par exemple assurer le bon fonctionnement de services emblématiques pour le Libre : SHR, OpenDoc Society, OpenStreetMap, Freenode, Gna!, Framapad, etc. Lorsque Framasoft a émis le besoin de trouver un soutien pour mettre à disposition de tous Etherpad, c’est tout naturellement que nous avons répondu présent. Ce que vous faites est inestimable !

Comment vois-tu le rapport entre les sociétés de services et les communautés (souvent sous forme associatives) ?

Nous avons mis en place un système interne de sponsoring pour la participation aux événements communautaires, chaque ours dispose ainsi de jours de travail qu’il peut décider de consacrer à des événements, jusqu’à 15 jours. Cela permet aux ours de se rendre à des événements communautaires soit pour y faire des présentations soit simplement pour y être présent. C’est grâce à cela que vous nous croiserez entre autre aux RMLL, à OSDCFr, à PyconFr ou encore au prochain Open Source Summit pour voir comment tout cela évolue.

Encore 54 729 remerciements aux ours (un par pad hébergé) ! Si tu as une question qu’on aurait aimé qu’on te pose ou quelque chose à ajouter, n’hésite pas !

« Quel est le prochain projet que vous allez soutenir ? » (On ne sait pas …)

Encore un immense merci à Bearstech pour son soutien efficace et discret pendant ces 4 dernières années ! Sans eux, Framapad n’aurait sans doute pas été le succès qu’il est aujourd’hui.
Rappels :



MyPads : troisième version admissible

Rappel des épisodes précédents : MyPads est un « plugin » qui permet à notre service en ligne Framapad (un outil en ligne de rédaction collaborative), d’organiser ses documents.

Pour savoir de quoi il retourne : http://fr.ulule.com/etherpad-framapad/

Cet article sur le Framablog fait partie des derniers d’une longue série présentant les avancées du développement de ce plugin. Voir https://framablog.org/tag/mypads/

Ainsi, cet article est (volontairement) plutôt technique, et non un article généraliste plutôt dédié au grand public comme habituellement sur le Framablog.

MyPadsDeux semaines après la seconde version admissible, en voici une nouvelle. Merci aux tests, retours, suggestions que certains d’entre vous nous ont envoyés. C’est grâce à ceux-ci que nous avons pu améliorer MyPads et commencer à anticiper les évolutions futures.

Changements depuis la RC2

Par ordre chronologique, voici la liste des changements depuis la RC2 :

  • Interface graphique Web
    • Amélioration du rendu pour l’élément HTML5 permettant de choisir la couleur par défaut employée au sein des pads.
    • Ajout d’une icône au niveau de la liste de ses groupes pour aller plus directement aux pads de chaque groupe.
    • Remplacement des termes ‘ASC’ et ‘DESC’ (pour ascendant et descendant) par des flèches pour le tri de ses groupes.
    • Mise à jour du titre de la fenêtre en fonction de la navigation de l’utilisateur.
    • Mise en avant de l’usage des emails au détriment des identifiants dans les créations de listes utilisateurs, invitation d’utilisateurs…
    • Correction d’un mauvais alignement des blocs groupe lorsque ceux-ci sont nombreux.
    • Icônes plus logiques en fonction des actions qu’elles entraînent (édition, écriture dans un pad etc.).
    • Correction d’un problème de duplication, dans le client Web et en affichage seulement, des utilisateurs en cas d’invitations multiples de la même personne.
    • Redirection propre avec message d ‘erreur, sur le client Web, si le groupe ou pad pointé n’existe pas en base de données (cas entre autres rencontré lorsque l’élément a été intentionnellement supprimé).
  • Anomalies et régressions
    • Correction de l’impossibilité de créer un pad sous etherpad si le nom donné via MyPads est trop long (régression amenée par l’usage d’identifiants humainement compréhensibles).
    • Correction d’un bug gênant dans certains cas d’invitations d’utilisateurs sur des groupes restreints, qui rendait l’affichage du groupe impossible dans le client Web.
    • Correction d’un souci au niveau des permissions en cas de pad privé avec son propre mot de passe au sein d’un groupe lui aussi contraint par mot de passe.
    • Résolution d’une anomalie à la première connexion après inscription, qui nécessitait que l’utilisateur recharge la page pour pouvoir continuer.
  • Améliorations
    • Usage de l’en-tête HTTP Authorization pour que le client et le serveur s’échangent le jeton d’authentification plus discrètement lorsque cela était possible.
    • Invitation d’utilisateurs rendue plus efficace avec l’option d’utiliser un bloc texte, avec une adresse mail ou un identifiant par ligne.
    • Redirection, en cas d’accès direct à un pad restreint ou privé, vers l’interface MyPads (notamment pour y saisir le mot de passe).
    • L’envoi de mail à partir du serveur utilise la langue sélectionnée par l’utilisateur lors de la création de son compte, et s’il n’y en a pas eu, la langue par défaut que l’administrateur a choisi pour MyPads.
    • La possibilité, en cas de vérification des emails activée par l’administrateur, pour un nouvel inscrit qui aurait manqué son mail de confirmation (sa validité étant limitée dans le temps), de se le voir envoyer à nouveau par la procédure de récupération de mot de passe.
  • Nouvelles fonctionnalités
    • Possibilité, pour l’administrateur MyPads d’interdire la création de pads en dehors de MyPads et son ajout dans l’interface d’administration de MyPads.
    • Migration de l’authentification de l’administrateur MyPads vers le nouveau système d’authentification et son système de jetons.
  • Générales
    • Quelques améliorations de la traduction.
    • Et bien entendu une part non négligeable des tests unitaires et fonctionnels ont dû être adaptés à tous ces changements.

Ce qu’il reste pour la version stable

En dehors de nouvelles anomalies à corriger, il ne reste, pour annoncer la version stable, que :

  • À améliorer la suppression des données du plugin. Aujourd’hui, si vous désinstallez MyPads depuis l’interface d’administration d’etherpad, toutes les données de MyPads sont supprimées. Il semblerait que ce comportement soit peut être trop radical et qu’il vaudrait mieux que les données ne soient effacées qu’après une action volontaire sous MyPads et non plus automatiquement à la désinstallation.
  • Donner la possibilité à l’administrateur de fixer un temps de validité pour les jetons d’authentification.
  • Ajouter davantage de traces pour le débogage au niveau du code serveur de MyPads.
  • Retravailler les feuilles de style de manière à les rendre plus aisées à modifier.
  • Améliorer globalement le style employé au sein du plugin.
  • Optimiser le chargement du code JavaScript de MyPads en le rendant plus compact.
  • Publier MyPads sur NPM de manière à ce qu’il soit installable directement depuis etherpad et non manuellement comme c’est le cas aujourd’hui.

Il est possible qu’une nouvelle fonctionnalité fasse exceptionnellement son apparition à la demande de Framasoft : l’envoi de mails groupés à ses listes d’utilisateurs pour faciliter le partage de groupes, pads publics ou sous mot de passe.

D’autres améliorations plus importantes sont prévues pour les versions ultérieures. Vous en trouverez trace dans notre espace gitlab et toute aide sera bienvenue pour les implémenter.

MyPads

MyPads RC3

Two weeks after RC2, here is a new release candidate. Thank you all for testing, giving us feedback and suggestions. By means of these, we’ve improved Mypads and begun to plan future developments.

Changes from RC2

Here is a list of changes by chronological order :

  • Web user interface
    • HTML5 input color render enhancement for pad author default color.
    • Icon addition on own groups list to be able to go more directly to group’s pads.
    • Replacement of ‘ASC’ and ‘DESC’ terms by up and down arrows for group ordering.
    • Window title updates according to user navigation.
    • Email emphasis to the detriment of logins into userlists creation, invitation…
    • Bad alignment fix for group blocks when there are many of them.
    • More meaningful icons depending on called actions (update, pad writing etc).
    • Duplication problem fix for users already invited.
    • Clean redirection with error message, in the Web client, if the group or pad is not found in database (scenario encountered for example when an element has been deliberately removed).
  • Bugs and regressions
    • Fix for etherpad inability to create a pad when the name chosen under MyPads was too long (a regression that come from human readable identifiers).
    • Fix for an annoying bug which happens with restricted groups and some invitations, that ends to an impossible group view.
    • Fix for correct permission when a private pad has its own password into a password-protected group.
    • Fix for a bug right after subscription : it was abnormally needed to reload the page to be able to interact with the client.
  • Improvements
    • HTTP Authorization header usage for a more discrete token exchange between client and server, when possible.
    • More efficient user invitation with an additional option : textarea block which one email address or login per line.
    • Redirection, from direct access to a restricted or private pad, to the MyPads interface (in particular to be able to enter a password).
    • Email sending from server now uses the selected language from the user or, if there is no, the default language chosen by the MyPads administrator.
    • In the case of emails check activated by the administrator, a fresh subscriber who have missed the confirmation mail (which validity expires), can have a new one from password recovery procedure.
  • Features
    • The MyPads administrator can forbid pads creation outside from MyPads and the option can be managed from MyPads administration interface.
    • MyPads administration has been migrated from old cookie authentication to the new token-based one.
  • Global
    • Translations enhancements.
    • And of course a significant part of unit and functional tests have been adapted to this changes.

Things to do before stable

Apart from new bugs to fix, the stable version only needs :

  • To improve plugin data removal. At the moment, if you uninstall MyPads from etherpad plugins administration, all MyPads data is erased. It seems that this behavior to be too drastic. A better way may be to remove data only after an intentional action from MyPads administration and no more an automatic hook after uninstalling.
  • Give the ability for the administrator to fix an expiration for authentication tokens.
  • Add more debug traces for the server part of MyPads.
  • Rework stylesheets in order to make them more readable and easy to update.
  • Globally improve the used style for MyPads.
  • Optimize JavaScript code loading by making it more compact.
  • Publish MyPads on the NPM registry for allowing direct installation from etherpad plugins administration.

We would like to exceptionally add a new feature (asked by Framasoft): grouped emails sending to your user lists with the stated goal to make easier groups, pads shares.

Other features and improvements are expected for next versions. You can see some of them in our Gitlab space. Any help will be welcomed.




MyPads : seconde version admissible

Rappel des épisodes précédents : MyPads est un « plugin » qui permet à notre service en ligne Framapad (un outil en ligne de rédaction collaborative), d’organiser ses documents.
Pour savoir de quoi il retourne : http://fr.ulule.com/etherpad-framapad/
Cet article sur le Framablog est l’avant-dernier d’une longue série présentant les avancées du développement de ce plugin. Voir https://framablog.org/tag/mypads/
Ainsi, cet article est (volontairement) plutôt technique, et non un article généraliste plutôt dédié au grand public comme habituellement sur le Framablog.

 

La première version admissible – Release Candidate – est sortie il y a dix jours. Un grand merci à ceux qui ont pris la peine de la tester et de nous faire des retours. Ces derniers ont conduit à une seconde version admissible.

MyPadsChangements depuis la RC1

Depuis le début de la semaine dernière et les premiers échanges :

  • Jusqu’ici tous les éléments de MyPads étaient dotés d’un identifiant unique aléatoire généré par la bibliothèque cuid. Efficaces et ordonnés, les identifiants ainsi générés avaient pour défaut principal d’être trop peu visuels et compréhensibles pour un usage en adresse web. Il a ainsi été décidé de passer à une génération empreinte de davantage de sens.
    Par exemple, un groupe nommé Affaires classées 312 aura maintenant pour identifiant affaires-classees-312-xxxxxxx. Les derniers caractères restent cependant aléatoires afin de ne pas imposer l’usage de noms uniques lors de la création dans toute l’instance. Ont été impactés par ce changement les groupes, pads, utilisateurs et listes d’utilisateurs.
  • L’email était d’ores et déjà obligatoire pour la création d’un compte utilisateur. Pourtant, il n’était pas forcément unique en base de données : seuls les identifiants devaient l’être. Ce choix avait été fait pour permettre de créer plusieurs comptes sur une même adresse mail. Nous avons souhaité revenir sur cet état de fait et de rendre les adresses elles aussi uniques, ce qui nous permet dorénavant :
    • au niveau des groupes restreints, d’inviter des utilisateurs ou de partager avec eux l’administration de ces groupes via leurs adresses email en plus de leurs identifiants;
    • pour le module de listes utilisateurs, également les emails en plus des identifiants;
    • enfin, le recouvrement de mot de passe se fait maintenant par la saisie de l’adresse email.
  • Lorsque vous invitez des utilisateurs, vous êtes maintenant plus clairement informés concernant ceux pour qui l’opération a réussi et ceux pour qui ce n’est pas le cas.
  • L’ensemble des éléments de MyPads possède aujourd’hui un champ contenant leur date de création, pour un tri plus fiable au sein de l’application.
  • Un bug gênant introduit par le changement récent de méthode d’authentification a été corrigé : en effet, un certain nombre de modifications concernant les comptes utilisateurs, par exemples les favoris, n’étaient pas reflétées au niveau du cache serveur, ce qui entrainait la perte des informations après un rafraîchissement manuel de la page.
  • Des correctifs concernant les traductions.
  • Une partie non négligeable des tests unitaires et fonctionnels ont dû être adaptés suite à ces modifications.

La suite

À court terme il est toujours important que cette seconde version admissible soit massivement testée et que les anomalies rencontrées puissent être rapportées dans notre espace Gitlab.

Vous pouvez maintenant tester cette version (dont seules quelques améliorations nous séparent de la version définitive) à l’adresse : https://mypads.framapad.org

Comme nous considérons l’application suffisamment stable, nous ne supprimerons à priori pas les données des pads créés à cette adresse (cependant, nous ne pouvons pas le garantir de façon absolue).

Note importante : si vous utilisez de comptes privés sur l’ancienne version d’Etherpad, nous vous invitons dès aujourd’hui à copier-coller le contenu de vos anciens pads dans de nouveaux pads créés pour l’occasion sur https://mypads.framapad.org

MyPads

MyPads RC2

The first MyPads release candidate version has been published more than a week ago. A big thank you to those who have spent some time to test and formalize some feedback. The latter have brought us to the second release candidate.

Changes from RC1

From the beginning of last week and first issues reported :

  • Until now all the MyPads elements had an unique random identifier, generated by the cuid library. Efficient and ordered, theses identifiers had a main problem : being no human readable for an URL usage. It has been decided to move to a more meaningful generation.
    For example, a group named Classed cases 312 now have for identifier classed-cases-312-xxxxxxx. The last characters are random in the purpose to not command unique names at creation across the whole instance. This change impacts groups, pads, users and and user lists.
  • Email has already been required for user account creation. However, uniqueness into database was not enforced : only the logins were. This choice has been made in order to allow multiple accounts creation with a same email. We have chosen to revisit our opinion and now MyPads requires unique email addresses, which allows :
    • for restricted groups, user invitation or administration sharing from email address in addition to their login;
    • in the user lists module, emails and logins too;
    • last, password recovery now ask for email address.
  • From now on user invitation, you are more clearly informed about those for who the operation has succeeded and those where it has failed.
  • All MyPads elements now handle a creation date field, allowing a more reliable ordering inside the application.
  • An annoying bug has been introduced with the recent authentication method change and has been fixed : actually number of changes around accounts, like bookmarks, were not reflected at the server cache level, and had for consequence data loss after manual reloading of the page.
  • Some corrections for translations.
  • A significant part  of unit and functional tests had to be adapted after these modifications.

Suite

Short-term it’s still important for this RC2 to be massively tested and that the encountered bugs can be reported into our Gitlab.

You can try this version (only few changes before final) here : https://mypads.framapad.org

As we consider the application stable enough, in principle we won’t remove data for pads and groups created at this domain (even so, we can’t absolutely guarantee that).

important note : if you have used private accounts on the old Etherpad version at Framapad, we invite you, as soon as possible, to copy paste your old pads content into new pads created on https://mypads.framapad.org




MyPads : version admissible

Après deux semaines de tests sur la bêta 2, nous atteignons aujourd’hui un nouveau palier et n’avons jamais été aussi proches de la version stable : nous vous présentons aujourd’hui MyPads version admissible (release candidate).

MyPadsDerniers travaux réalisés

Depuis le point du 30 juillet :

  • Comme prévu, la gestion de l’envoi de mails depuis MyPads avec
    • au souhait de l’administrateur, la vérification des adresses mails avant activation du nouvel inscrit;
    • une procédure de recouvrement de mot de passe;
    • la génération de jetons dont la validité est limitée dans le temps pour ces deux actions;
    • côté administration la configuration du serveur SMTP qui sera employé pour l’envoi des mails.
  • La possibilité de fournir des paramètres propres à chaque pad. Par exemple, dans un groupe sur invitation, il est dorénavant possible d’y créer un pad public ou en lecture seule. Dans un groupe protégé par mot de passe, vous pouvez créer un pad qui aura son propre mot de passe etc. Par défaut le comportement reste le même, à savoir que les pads héritent des propriétés de leur groupe parent.
  • L’ajout d’un champ facultatif de description pour chaque groupe.
  • Un certain nombre de corrections concernant les visibilités publiques et par mot de passe, notamment lorsque les pads ont des options différentes des groupes auxquels ils sont rattachés.
  • Quelques améliorations concernant les traductions.

Plus récemment, une refonte conséquente de l’authentification a du être entreprise. L’un des plugins d’etherpad, dont nous avions parlé en semaine 17, a la fâcheuse tendance à empêcher le fonctionnement de MyPads. Ce comportement s’est avéré aléatoire en fonction de la base de données utilisée par l’instance et le temps que celle-ci mettait à répondre après le lancement d’etherpad. Il faut dire que les plugins etherpad sont lancés suite à un événement global et que nous ne pouvons à notre connaissance pas contrôler leur ordre de lancement. Pour passer outre, il a fallu initialiser MyPads plus tôt, ce qui a empêché ce dernier de se brancher sur le système de sessions utilisé d’etherpad. C’est pourquoi, afin de garantir un fonctionnement sans conflit, il a été nécessaire de passer d’un système d’authentification simple en local vers un système à jetons,  JSON Web Token, mais toujours au travers de la bibliothèque passportjs.

L’aboutissement

Cela fait un peu plus d’un an que le projet MyPads a été financé. Le développement, dont le début était prévu pour novembre, a été reculé à février de cette année et la charge de travail initialement prévue a été largement dépassée, en partie en raison d’une mésestimation du travail nécessaire pour créer un tel plugin pour Etherpad (ce type d’extension étant rare) et de bonus vis à vis du cahier des charges initial, ajoutés gracieusement par le prestataire. Ce dernier s’étant engagé, le dépassement est resté à sa charge et le plugin ne coûtera pas davantage que ce qui était prévu. Notez que Framasoft n’a de son côté pas souhaité appliquer des pénalités pour les retards constatés (MyPads, une fois le développement repris en février, devait être publié avant la fin du mois d’avril).

Quelques chiffres : MyPads, c’est aujourd’hui un peu plus de 13.000 lignes pour 10.000 lignes de code. Les deux tiers de ce total sont consacrés aux tests unitaires et fonctionnels du plugin. En tout, le logiciel aura vu passer un peu moins de 80.000 lignes – ajouts et suppressions – dont une faible partie provient des dépendances et le reste de refactorisations du code.

De nouvelles tâches sont prévues pour les mois à venir mais il ne devrait plus y avoir d’ajout avant la version stable et la mise en production sur les serveurs de Framasoft.

Testez

Merci à ceux qui ont déjà fait l’effort de tester MyPads. Pour cette toute dernière ligne droite, nous avons à nouveau besoin de vous. MyPads a été installé sur notre instance bêta. Plus cette version sera utilisée et plus les anomalies rencontrées seront rapportées, moins il y aura de mauvaises surprises pour le déploiement et l’utilisation par tous. Ceci est prévu dans à peine quelques semaines.

MyPads

MyPads : release candidate

After two weeks of beta 2, today we reach another step and we’ve never been so close to release: here we have MyPads RC – release candidate.

Last progress

Since our last point:

  • As planned, email sending management into MyPads with
    • as the administrator desires, email addresses checking before subscriber account activation;
    • password recovery procedure;
    • token generation with a time limited validity for both actions;
    • on the plugin administration,  SMTP server configuration.
  • The ability to opt for pad personal parameters. For example, in a restricted group, it is now possible to create a public pad  or a readonly one. In a password-protected group, you can add a pad with its own password etc. By default, behavior stays as before : pads inherit their properties from their parent group.
  • An optional description field for each group had been added.
  • Some bugs around public and private visibility have been fixed, in particular when pads have their own properties.
  • Some enhancements on translations.

Recently, a substantial rewriting of the authentication system has been made. One of the etherpad plugins, which we talk about into week 17 point, has a nasty tendency to prevent MyPads to work. This behavior has been randomly experienced, depending on the database used by the instance and the time it needs to setup after etherpad launch. Etherpad plugins are called through a global event and we can not, as far as we know, control their order. To disregard, we had to setup MyPads sooner, what prevents it to correctly plug with the session system used by etherpad. That’s why we decide, to secure functioning, to migrate from a simple local authentication to a token system, JSON Web Token, but still with the help of the passportjs library.

Completion

MyPads crowdfunding campaign has ended more than a year ago. Development, which has been initially expected on November, has been delayed to February and the predictable workload has been overstepped to a great extent. Reasons include a wrong initial estimation of needed work to create such a plugin (this kind of extension is rare into etherpad ecosystem) and some bonus features regarding the specifications; features added free of charge. The contractor has been engaged to complete the plugin, so the overload is on him and the plugin won’t cost more than expected. Note that Framasoft has not wanted to apply some fees for the delays (MyPads, once the development starts again in February, has been announced to be published before the end of April).

Some numbers : MyPads today represents a little more than 13,000 lines for 10,000 lines of code. Two thirds has been dedicated to unit and functional testing. In all, the plugin has regrouped a bit less than 80,000 lines – additions and deletions – including a little part from dependencies and mainly code refactorizations.

New features are planned next monthes but it won’t be any addition before stable version and deployment on the Framasoft and Framapad servers.

Tests

Thanks to all who have already took some time to test MyPads. For this last home straight, we need you, again. MyPads has been installed on our beta instance. More this version will be used and bugs will be reported, less we got bad surprises in a few weeks, when MyPads will be published and installed publicly.




MyPads : lancement de la seconde beta

Le dernier point concernant MyPads remonte au début du mois. Il était donc temps de donner des nouvelles. Au menu : seconde, et sans doute dernière, bêta mais aussi des avancées significatives.

MyPadsCes dernières semaines

La liste des tâches réalisées est la suivante :

  • Quitter un groupe de pads : dans le cadre des groupes sur invitation, la possibilité de quitter un groupe, pour un administrateur s’il n’est pas le seul administrateur ou pour tout autre utilisateur.
  • Les listes d’utilisateurs : chaque personne disposant d’un compte peut créer des listes d’utilisateurs, lesquelles regroupent, à partir de leurs identifiants, d’autres inscrits à l’instance MyPads. Cela est surtout utile lorsque vous créez un groupe et que vous voulez soit partager l’administration de ce groupe soit dans le cadre d’un groupe restreint, inviter des inscrits à celui-ci. Vous pouvez maintenant ajouter une liste complète d’inscrits au lieu de le faire personne après personne.
  • L’accès aux groupes et pads dont vous n’êtes pas utilisateur ni administrateur, avec ou sans compte :
    • Les groupes publics : l’adresse Web suffit.
    • Ceux protégés par mot de passe : l’adresse Web saisie, le mot de passe est demandé avant affichage des informations.
    • Les données visibles sont filtrées par rapport à un groupe restreint : il n’y a par exemple pas les informations sur les administrateurs du groupe de pads.
    • Pour faciliter le partage des liens, des boutons de partage sont disponibles un peu partout.
  • Le tri des listes de groupes et des listes de pads. Par défaut, ceux-ci sont rangés par ordre de création. Il est dorénavant possible d’opter pour un tri par nom, dans les deux sens.
  • Le module de configuration de MyPads
    • Avec un couple identifiant / mot de passe qui emploie celui de l’administration de l’instance Etherpad ;
    • Lequel permet la gestion des paramètres de MyPads : titre à afficher, taille des mots de passe, paramètres d’envoi de mail…
    • Mais aussi la gestion des utilisateurs : après une recherche par identifiant, il est possible pour les administrateurs de modifier un profil, de changer un mot de passe ou encore de supprimer un compte.
  • Et bien entendu les classiques correctifs et autres petites améliorations.

Fonctionnellement, avant la version stable, il ne reste plus qu’à terminer la gestion de l’envoi des mails par serveur SMTP et ce qui en découle : vérification, selon les souhaits de l’administrateur de l’instance, des adresses mail saisies à l’inscription et récupération de mot de passe pour les utilisateurs.

MyPads recherche testeurs

Maintenant que MyPads est quasiment terminé, il est important que nous disposions de vos retours et de personnes testant la solution afin que nous puissions envisager un passage en production.
Pour rappel, la dernière version de MyPads est mise en place à cette adresse. Attention, car il s’agit d’une adresse de démonstration et les données y sont régulièrement supprimées. Si possible, merci d’utiliser notre instance Gitlab pour effectuer vos retours, notamment les anomalies que vous pourriez rencontrer.

MyPads : beta2

Last point about MyPads development has been done at the beginning of the month. It’s time to give you some fresh news. Here you’ll find : the second, and probably the last, beta version as well as significant progress.

MyPads

Last weeks

Tasks which have been done :

  • Group leaving : in the context of restricted groups, the ability to quit a group, for a non-unique administrator or for any invited user.
  • Userlists : everyone who own an account can now create lists of users. They regroup, by their login, other MyPads node subscribers. This is mainly useful when you create a new group and want either sharing its administration or invite users to participate. You can now add a complete list of users instead of only adding them one by one.
  • Groups and pads access, even if you are not user or administrator, with or without an account :
    • Public groups : you only need the URL.
    • Password protected groups : once the Web address is reached, the password will be asked before displaying any useful information.
    • Visible data is then filtered : for example, for guests there are no details about administrators.
    • To make sharing easier, share buttons are available on many pages.
  • Groups and pads ordering. By default, they are ordered by creation. You can now choose a name order, in both directions.
  • MyPads configuration module
    • With user/password that match Etherpad node administrators ;
    • From where you can handle MyPads settings : title, password sizes, mail sending parameters…
    • And also users management : after a research by login, administrators can update a profile, change a password or remove an account.
  • And of course small fixes and improvements.

About features, before stable version, there are very few things left : finish the mail sending module and then what will be result from : email verification, according to the option checked or not by the admin, and password recovery for users.

MyPads need beta testers

Now that MyPads is almost done, it matters that we can have feedback and people who test the plugin before we deploy it. Please remember that the last MyPads version is available here. Be careful : it’s a demo and data is frequently trashed. If possible, thank you to use our Gitlab website to give us your feedback, particularly bugs you may encounter.