Les jeunes ne jurent que par Apple (et se foutent du logiciel libre ?)

Classé dans : Éducation, Libr'en Vrac | 248

Multitrack - CC byIndépendamment de la question financière, que choisirait actuellement un jeune bachelier si il avait le choix de s’équiper en matériel high tech ?

Ce n’est qu’une impression mais il semblerait bien que tous ou presque souhaitent désormais posséder du Apple : MacBook, iPod, iPhone, iPad…

Deux liens qui corroborent cette impression.

Le premier lien est économique. Un cabinet financier américain vient tout juste de dégrader la notation de Microsoft estimant que l’éditeur ne parvenait pas à séduire les jeunes générations (source ZDNet). Ainsi 70% des étudiants entrant à l’université possèderaient un Mac[1].

Cela fait beaucoup quand même ! Mais justement le second lien est académique. Le département Information Technology and Communication de l’Université de Virginie nous propose d’intéressantes statistiques sur l’équipement informatique de ses étudiants de première année.

On peut y constater de notables évolutions de 1997 à nos jours. Comme on s’y attendait les étudiants tendent à être tous équipés, et au profit aujourd’hui presque exclusif de l’ordinateur portable. Mais pour quel OS ? Et là effectivement la comparaison est édifiante. Les courbes de Windows et de Mac suivent des chemins diamétralement opposés. En 2004, nous avions 89% pour Windows et 8% pour le Mac. En 2009 c’est 56% de Windows et 43% de Mac. On est encore loin des 70% évoqués plus haut, mais au train où vont les choses, c’est apparemment pour bientôt.

Pourquoi avoir choisi l’année 2004 comme repère ? Parce qu’ils étaient alors 77 étudiants à avoir un autre OS que Windows ou Mac (autrement dit un OS libre). Or ils ne sont plus que 8 en 2010, soit 0,3% !

D’où cette double question que je soumets à votre sagacité : Est-ce que selon vous Apple fascine réellement toute la jeunesse ? Et si oui cela a-t-il, dès aujourd’hui et pire encore demain, des conséquences sur le logiciel libre ?

À parcourir ces trois récents articles du Framablog : Pourquoi je n’achèterai pas un iPad, La fin du Web ouvert – Apple ou la banlieue riche du Web et Combien de futurs hackers Apple est-il en train de tuer ?, je crains déjà votre réponse. Et me demande dans la foulée si cela ne met pas une nouvelle fois en exergue la faillite absolue en amont de l’école (et des parents) quant à la sensibilisation au logiciel libre et sa culture.

Notes

[1] Crédit photo : Multitrack (Creative Commons By)

248 Réponses

  1. setesat

    Selon moi Apple fascine la jeunesse non pas par l’aspect technique de leur produit mais par l’image de marque.
    Il n’est peut-être pas question de fascination pour la majorité des jeunes (quoique) mais plutôt de d’utilité sociale. Je m’explique ; la marque a acquis une telle renommée (par le biais des pubs mais aussi du prix) que posséder un de ses produits correspond à être considéré autrement. Ceci est d’autant plus fort que les jeunes entrant à l’université veulent être acceptés par d’autres élèves.
    Apple joue très bien avec cette pression sociale.

    Si Apple continue son marketing élitiste et si les jeunes se contentent des apparences, alors oui cela risque d’être pire demain. L’aspect technique étant considéré comme rébarbatif, on peut se faire du souci pour les logiciels libres …

  2. wispng

    Est-ce que selon vous Apple fascine réellement toute la jeunesse ?

    -> Pour moi, non.

    Il y a quelques années le marqueur de la réussite socialé passait (entre autres) par la bagnole : t’avais une belle bagnole, t’avais réussi ta vie.

    Aujourd’hui cela a été remplacé selon mon opinion, non pas par une Rolex, mais par des bidulles high-tech. Et comme Apple s’est positionné sur ce créneau là, il en tire les bénéfices.

    La marque pourrait s’appeler "Bidulle", "Machin" ou "Chose", ça ne changerait rien. Je pense même que d’Apple ils s’en moquent, ils prennent juste ce que cette marque représente : un marqueur bling bling.

  3. Il faut aussi mentionner les démarches d’Apple auprès du monde de l’éducation !
    Apple est très active dans ce domaine :
    – auprès des Universités qu’elle équipe à des prix intéressants
    – avec des offres portables et portables/iPod alléchantes pour les étudiants
    – avec un grand programme Apple Education visant à rassembler des enseignants pour travailler avec eux sur l’intégration des technologies dans l’enseignement
    – avec des programmes comme iTunes U

    http://www.apple.com/fr/education/

    Cette stratégie n’est pas nouvelle pour Apple, et on peut probablement considérer qu’elle commence à porter ses fruits.

  4. Apple travaille chaque jour son image de marque. Acheter un Mac, ce n’est pas acheter un ordinateur quelconque, c’est acheter du plug and play. Combien me dise, Mac c’est de la qualité, y’a jamais de problème, ça plante pas et il n’y a pas de virus.

    Quand à la culture du libre, elle fait son chemin, à petit pas, elle s’installe tranquillement et rentre dans nos esprits. Elle est immortelle, et ne peut pas faire faillite. Avancer calmement, et bien faire sont ses principaux atouts.

  5. Kortex

    Plus que la faillite de l’école et des parents quant à la sensibilisation au logiciel libre et sa culture (même si elle en fait partie), c’est surtout la faillite de la société dans son ensemble à créer des individus capables de penser d’une autre manière que par la consommation et le reflet social induit par les marques et l’image fausse et futile qu’elles véhiculent.

    Les marques sont devenues une fin en soit avant d’être un moyen de tendre vers un but. Il devrait être normal de s’orienter vers une marque fabriquant des appareils réputés solides et fiable, ou ouverts et interopérables avec le reste de son écosystème numérique personnel amené à évoluer dans le temps par exemple. Ce sont des critères de choix relativement objectifs qui peuvent se défendre facilement à l’heure du choix. Or, à force d’entendre et ce dès leur plus jeune âge que les objets qu’ils possèdent et notamment leurs marques va définir leur importance et leur valeur en tant qu’individu, les jeunes générations ne savent plus se focaliser que sur les discours marketing (par nature, faussés) pour réaliser leurs choix.
    Lorsque ce discours, aucunement contrebalancé par les médias qui jouent complètement le jeu, est relativement bien réalisé, à coup du buzz futiles, de tromperies ou de contre-vérités (on a quand même réussi à nous faire croire qu’Apple innovait en fabricant un chargeur de piles…), le tour est joué et on consomme Apple (j’ai l’air de m’acharner sur Apple, mais ils sont loin d’être les seuls concernés).
    Le pire est que tout ceci est suffisamment bien ficelé pour que cela semble être choix cohérent et intelligent sur le moment pour qui ne tente pas d’anticiper les conséquences de son choix. Apple communique très bien avec Apple : de l’iBook à l’iPod en passant par l’iPhone, tous ces appareils communiquent bien entre eux, et la musique acheté sur iTunes passe sur tous ces appareils, etc. On en reparlera le jour où l’utilisateur en question souhaitera, pour une raison ou une autre, acheter remplacer son iPod par un autre baladeur que celui d’Apple, changer de micro ou de téléphone mobile.

    Je crois enfin qu’il est question également, malgré tout ses efforts, de la faillite de la communauté du Logiciel Libre et de ceux qui en défendent la culture et dont je fait partie. Le message, bien que largement communiqué, diffusé, expliqué, banalisé et rendu accessible ces dernières années n’est finalement pas passé dans les esprits. Même l’argument, pourtant souvent décisif dans une démarche d’achat, de la gratuité de la plupart des solutions logicielles libres n’a pas eu l’effet escompté.
    Il reste aujourd’hui toujours plus important de pouvoir envoyer des smileys personnalisés sur Live Messenger que de se servir d’un logiciel assurant au maximum la sécurité de sa machine, il reste plus important d’avoir des coms sur Facebook plutôt que de savoir ce que les entreprises privées et opaques font de nos données personnelles.

  6. Et pourquoi ne pas mentionner la qualité des produits Apple aussi en argument ?

    J’ai 26 ans, j’ai connu Windows pendant 8 ans, j’ai essayé Linux pendant quelques mois avec la version 9.04 d’Ubuntu et je n’ai jamais trouvé de produit d’aussi bonne qualité! Certe il faut en payer le prix et perdre ce coté liberté qu’on peut avoir avec Ubuntu.

    Je suis avec attention malgré tout les développements d’Ubuntu qui vont dans le bon sens mais au jour d’aujourd’hui, je reste sur Mac car j’adore la qualité des produits, leur ergonomie et leur facilité d’utilisation.

  7. Il faut être prudent et critique envers l’échantillon de population. Pour aller à l’université aux Etats-Unis il faut avoir pas mal d’argent… Et montrer que l’on a de l’argent ça compte, alors on prend MAC. Mais je ne pense pas qu’on puisse généraliser ce modèle.

    Par exemple, dans mes amphis de sociologie il y a peu d’ordinateurs, beaucoup de grattes papier encore. Mais je dirai que 10% des étudiants sont sur Linux avec des netbook. Les autres sous windows. Et peut être un ou deux pèlerins sous mac. Je crois que la catégorie social a une forte influence.

  8. @Nico Qu’est-ce que Mac OS X a de plus simple à utiliser et de plus ergonomique par rapport à Ubuntu ? En excluant, bien sûr, tout ce qui peut-être ajouté à Ubuntu par le biais de logiciels supplémentaires ou de thèmes !

  9. clickux

    Je rejoins ce que dit Antonin MOULART. Les mêmes stats en France ne donneraient probablement pas les mêmes résultats car la sélection par l’argent n’est pas aussi flagrante dans nos universités.
    Les couches les moins favorisées de la population Française accèdent tout de même plus aux études supéreures qu’elles ne le pourraient aux états unis.

  10. Comme le soulève Antonin, le prix des universités aux Etats Unis est plutôt élevés, ce qui montre que les étudiants universitaires sont issus de familles ayant déjà de bons revenus. D’autre part, il ne faut pas négliger les prix pratiqués par Apple aux Etats Unis. Bien que ces derniers soient encore chers ils restent cependant bien moins élevés qu’en Europe. Un Macbook classique aux Etats Unis coûte 999 dollars HT. Ramené en euro, cela correspond grosso modo à 700 euros HT. En France, le même Macbook coûte 999 euros! Il y’a donc une différence de prix substancielle.

    Concernant les logiciels libres, il faut aussi noter qu’ils ne sont pas à la portée de tous non plus. N’allez pas à dire à un étudiant lambda qui ne fait pas d’informatique qu’utiliser un Linux Ubuntu c’est aussi facile qu’un Mac ou qu’un PC. Ce n’est pas vrai ! D’autre part, les logiciels libres sont encore à la traîne en ce qui concerne les gestions de compatibilité ou les formats "standards" (bien que propriétaires). Jusqu’à maintenant, Photoshop ne tourne pas encore sur Linux ! Ce logiciel a beau être propriétaire, il s’agit quand même de la référence dans le secteur de la retouche photo et de la création graphique (ainsi que le reste de la suite Adobe). Ne demandez pas à un graphiste d’utiliser Gimp… Même constant pour la bureautique. OpenOffice.org est encore loin d’être à la hauteur de Office Word ou de Pages sur Mac OS. De plus, il n’est pas aussi facile d’installer des applications sur Linux que sur un Mac ou un PC. Quant aux jeux vidéos n’en parlons même pas…

    Le logiciel libre c’est parfait pour les étudiants en informatique et un peu bidouilleurs. Mais pour un utilisateur lambda, ça devient trop compliqué à utiliser et trop contraignant.

    Au moins avec Apple, c’est cher mais dès qu’on le déballe et le branche, ça marche toujours !

    Sur un Linux, on doit s’installer l’OS, le configurer et vite s’apercevoir qu’il manque tel ou tel pilote… Super pratique comme expérience utilisateur…

    Hugo.

  11. Nico voila c’est un peu la question posée dans l’article. Est-ce que le fait d’être libre est important ou plutôt d’avoir un clavier qui brille dans le noir ?
    (bon d’accord je suis pas objectif là)

    Sinon oui il y a clairement un gain en qualité du coté tout qui fonctionne out of the box (on est pas encore au point de savoir tout faire sans une ligne de commande ou fichier de configuration avec linux).
    Pour moi les mac sont fait pour ceux qui veulent utiliser un ordi comme un moyen pour faire ce qu’ils ont envie (traitement de texte, film, internet) sans se prendre la tête (avec des questions de compatbilité, liberté…) et ne pas chercher à comprendre comment ça fonctionne.
    C’est normal mais inquiétant qu’il y ai autant de gens dans cette optique

  12. Apple fabrique des produits qui sont beau, ergonomiques et stables (et chers, mais on a dit "indépendamment du prix"). Que demander de plus quand on est jeune, qu’on veut se la péter et qu’on n’en a rien à faire de l’open-source et de la philosophie du libre ?

    Faut pas s’étonner. En plus Apple dispose d’une image de marque que n’a ni GNU/Linux (qui, à part Ubuntu ne sort pas trop se promouvoir en dehors des cercles de geek) ni Microsoft, qui après son raté de Vista tente désespérément de cacher ce que les gens pensent vraiment de Seven.

    Pour répondre à la question dans le titre : oui, les jeunes en générale se foutent du logiciel libre. Ce qu’ils veulent c’est que ça marche, indépendamment de la liberté.
    Tous ne sont pas dans ce cas, et heureusement.

    Mon cas ? Ayant gouté à un seul produit Apple (ipod touch) je peux dire que je ne suis pas pret d’en racheter un autre. Du moins pas tant qu’ils continuent leurs politique actuelle.
    J’utilise une distribution Linux parce que je ne supporte plus la fausse ergonomie de Windows et je surfe avec Opera (propriétaire) par ce que je trouve que Firefox est trop lent. J’utilise ce que j’aime, ce que je trouve bon pour moi, dans le seul intérêt qui est le mien.

  13. À mon avis aucune conséquence sur le libre, bien au contraire.
    Un étudiant, un worker ou même une société, sans grande ressource, optera pour des solutions logiciels libres, qu’il soit MAC, windows ou linux.
    Et puis si Apple est bien démocratisé chez les jeunes étudiants c’est, je pense, grâce à la politique tarifaire, les cadeaux à l’achat d’un ordinateur et les collaborations avec écoles et universités, non ?

  14. Une autre source (toujours américaine, ce qui j’en conviens est à circonstancier) : un sondage réalisé auprès d’un panel "représentatif" d’étudiants destinés ensuite à intégrer le top 500 des entreprises.

    "47% envisagent de s’équiper Apple" (Fortune) :
    http://tech.fortune.cnn.com/2010/08

  15. Le problème n’est pas tant ce que les jeunes font maintenant mais que ce qu’ils feront plus tard.

    Il me semble incomplet de penser que parce qu’"un jeune" aura commencé sur du Mac, alors le logiciel libre va mourir. Si c’était le cas, tous ceux qui ont commencé l’informatique jeunes sur Microsoft (moi le premier) y seraient restés. C’est faire le pari que les gens ne sont pas capables de réfléchir par eux mêmes, ni de changer : or les limites du modèle économique d’Apple sont assez grossières et il ne faut pas longtemps pour s’apercevoir que leur système est trop bridé.

    Il me semble au contraire que le logiciel libre s’inscrit plus dans une logique de "sagesse" qui peut parfois mettre du temps à s’"imprimer" dans les esprits, mais une fois le choix fait, très peu d’entre nous (qui avons désormais le choix) décident de leur plein gré de retourner s’enfermer dans ces systèmes privateurs.

    Cela serait beaucoup plus grave si c’était l’inverse : si les gens quittaient le monde du logiciel libre par choix et par philosophie, là il y aurait de quoi s’inquiéter.

    Ici, si je ne m’abuse, on parle beaucoup plus de comportement puéril mixé à l’envie qu’ont la majorité des jeunes de faire "tendance"… ce n’est pas si grave, à mon avis. Car la tendance, par définition ça ne dure qu’un temps…;)

  16. A mon humble avis, oui, ils s’en foutent du logiciel libre.

    Je vais être partiale et caricaturale, mais, le jeune, pour lui, tout va de soi:
    c’est normal de télécharger des mp3 en p2p, de faire des copier/coller de wikipédia, d’avoir un mac pour se la péter et parce qu’effectivement, c’est plug and play, parce que le jeune (et le moins jeune!) n’aime pas les efforts inutiles.

    Autrement dit, je m’en fiche de faire mal si ça marche sans faire d’effort.

    Usages, usages, usages, toujours et encore.

    Combien de nous sommes intéressées pas l’éthique technologique? par la crédibilité et la neutralité de nos sources d’information? Pas beaucoup, hein?

    On peut partir évangéliser nos jeunes autant qu’on veut, au final y’en a pas mal qui s’en fichent de la vie après la mort, de la confidentialité sur facebook, de la pérennité de leurs documents word.

    Il y a un peu (beaucoup?) de paresse intellectuelle à ne pas se poser de question (surtout quand c’est un outil quotidien!), mais après tout, l’être humain est ainsi.

    Ah, dernier aspect, nous sommes un peu (beaucoup?) des moutons: Apple c’est bling bling et fashion, il m’en faut un. Facebook tout le monde est dessus, alors j’y vais. Ah tiens y’en a plein qui crient au viol de la confidentialité sur Facebook, ah, ben, j’en fais autant.

    Ce qu’il faut pour le logiciel libre c’est: devenir bling bling, provoquer un phénomène panurgique en sa faveur, ah, et puis, s’arranger pour pouvoir jouer à world of wafwaf ou aux sims sans devoir bidouiller.

    On les aura nos jeunes!

  17. Si les médias parlaient autant des nouvelles distributions quand elles sortent que quand le nouveau joujou nullos de apple sort, ca changerait a mon avis pas mal la donne.
    C’est évidemment valable pour tous le reste.

  18. À propos de la comparaison directe distribution linux vs mac concernant le "out-of-the-box".

    Si vous voulez un ordinateur sous Linux tout aussi out-of-the-box que mac, je vous propose d’acheter un ordinateur sous Linux, de me l’envoyer et de me payer pour que je m’occupe d’affiner l’ergonomie et l’intégration.
    Mais évidemment, si vous comparez un produit gratuit à un produit payant, il n’y a pas de surprises.

    Comme le signale Lineplus, on peut facilement arriver à qlq chose d’aussi agréable que Mac sous Linux en configurant correctement qlq utilitaires. Cependant, arriver à un tel niveau de finissage demande du temps et du travail pour un résultat très peu gratifiant pour un bénévole (il suffit de voir les interminables disputes sur la couleur du fond d’écran par défaut), voire même pour une entreprise (il suffit de voir les critiques que se ramasse Ubuntu à chaque décision voulant faciliter l’ergonomie ou la simplicité d’utilisation)

    Bref, il manque p-e un acteur proposant ce genre de service, payant. Mais étant donné la demande (personne n’est d’accord sur le bureau Linux parfait, tant il est personnalisable), l’investissement que cela demande pour lancer l’opération (la grande majorité du grand public achète son ordinateur en magasin non spécialisé. Pas de magasins grand public -> pas de visibilité) et l’absence de visibilité qu’aura un nouveau venu face à la concurrence, je ne pense pas que qlq’un d’intelligent tentera sa chance.

    Pour moi, la conclusion est:
    si les gens ont pour critère principal le fait que le produit soit "out-of-the-box" (ce qui est une forme de paresse intellectuelle), alors les OS libre resteront encore longtemps marginaux.
    (Ce qui n’est pas en soi une mauvaise chose. Reste que les logiciels proprios sont par natures agressifs avec la concurrence et ont donc pour but de nuire aux logiciels libres. Plus le logiciel libre est marginal, plus le logiciel libre est menacé.)

  19. Kalenx

    Pour être moi-même étudiant (pas aux USA, mais bon), je dois tout de même faire remarquer quelque chose : si beaucoup (voire la majorité) des étudiants ont des Macs, une bonne partie des étudiants en informatique et dérivés y ont installé une distribution Linux comme OS principal.

    Dans ce cadre là, je ne vois pas particulièrement le problème, si ce n’est qu’on encourage ainsi une compagnie qui à mon sens est loin d’être éthique ou même seulement juste envers le logiciel libre, qui est un des facteurs qui l’ont propulsée sur le devant de la scène alors que tout le monde s’attendait à sa faillite.

    Non, moi le plus gros problème que je vois ce sont les stratégies d’Apple du genre "achetez un MacBook, obtenez un iPod Touch en prime", qui, à terme, tend à enfermer les utilisateurs (voire pire, à leur faire croire que cet enfermement est purement volontaire et bénéfique pour eux).

  20. alex i.

    "Qu’est-ce que Mac OS X a de plus simple à utiliser et de plus ergonomique par rapport à Ubuntu ? En excluant, bien sûr, tout ce qui peut-être ajouté à Ubuntu par le biais de logiciels supplémentaires ou de thèmes !"

    Je ne vois ici qu’un question réthorique qui n’apporte pas grand chose au débat.

    Il faut arrêter de systèmatiquement clouer au piloris un société qui produit du propriétaire en prétendant faire avancer le Libre.

    Il y a dix ans, on crachait sur cro$oft, et aujourd’hui, on se plaint des pommes.
    Et en attendant, le Libre n’avance pas plus.
    Si vous souhaitez vraiment faire avancer cette cause, il va falloir communiquer au dela de quelques sites et blogs spécialisé en Logiciels Libres (et donc fatalement fréquentés par des barbus…).

    Sinon, en ce qui concerne les produits Apple, ils sont beaux, ils fonctionnent bien et tout est intégré DE BASE. Et comme le péquin moyen préfère utiliser son bidule directement out of the box plutôt que de s’emmerder à installer les paquets du support multitouch, l’accélération de sa carte graphique, etc, etc, et bien le péquin moyen prend un mac.

    C’est triste à dire, mais Ubuntu, Android, JoliCloud et Meego ont déjà beaucoup plus fait pour le Libre que RMS.

  21. > Concernant les logiciels libres, il faut aussi noter qu’ils ne sont pas à la portée de tous non plus. N’allez pas à dire à un étudiant lambda qui ne fait pas d’informatique qu’utiliser un Linux Ubuntu c’est aussi facile qu’un Mac ou qu’un PC. Ce n’est pas vrai !
    > Le logiciel libre c’est parfait pour les étudiants en informatique et un peu bidouilleurs. Mais pour un utilisateur lambda, ça devient trop compliqué à utiliser et trop contraignant.

    Référence souhaitée…

    > D’autre part, les logiciels libres sont encore à la traîne en ce qui concerne les gestions de compatibilité ou les formats "standards" (bien que propriétaires). Jusqu’à maintenant, Photoshop ne tourne pas encore sur Linux.

    Wine ?

    > De plus, il n’est pas aussi facile d’installer des applications sur Linux que sur un Mac ou un PC.

    Un Mac est un PC, aussi bien en ce qui concerne la signification du sigle que l’architecture. Et Linux n’est pas un ordinateur personnel, ni une architecture, c’est un système d’exploitation. Tout comme tu peux installer Ubuntu ou Windows sur un Mac ou Mac OS X sur un PC non-Apple… Et si, il est plus facile, selon moi, d’installer un logiciel sous Linux qu’avec Mac OS X ou Linux : avec la logithèque Ubuntu, par exemple, tu tapes le nom de ton programme (il y a à peu près tout donc ce que tu as besoin en général), tu cliques sur "installer" et c’est installé…

    > Sur un Linux, on doit s’installer l’OS, le configurer et vite s’apercevoir qu’il manque tel ou tel pilote… Super pratique comme expérience utilisateur…

    Il y a de moins en moins de problèmes de pilotes sous Linux. Il n’y a pas forcément à configurer ton OS (essaie Ubuntu) et Windows aussi s’installe. En plus, d’un autre côté, certains pilotes sont encore plus simples à gérer sous Linux avec les dépôts et certains pilotes qui ne sont pas pré-installés sous Windows le sont sous Linux.

  22. laurange

    C’est du bon matériel, du bon logiciel, accessible par les tarifs étudiants et qui peut durer la journée de travail sans batterie additionnelle sans peser 5kg5 (2kg pour un macbook)
    Ensuite c’est ouvert aux trois OS : MacOS X, Windows ou Linux donc pas de contraintes du à des cours ou des logiciels spécifiques
    Donc pourquoi se priver ?

    l’iPad va encore augmenter la pénétration d’Apple dans ce monde de l’éducation n’en déplaise à l’auteur.

  23. Si l’on parle des jeunes dans leur large majorité (mettons 15-25 ans) et non spécialistes / sensibilisés aux technologies alors oui, je pense que cet article a sûrement raison. La grosse majorité d’entre eux sont d’excellents consommateurs (et pas qu’au sens économique du terme) : ils savent consommer de l’info en surfant sur internet, partager leurs photos / vidéos sur Facebook, discuter avec leurs amis via IM etc.
    D’ailleurs on entend souvent les adultes ayant découvert l’informatique sur le tard s’exclamer que les jeunes "savent utiliser l’ordinateur et tous ces bidules électroniques, ils savent tout faire avec". Ils savent en effet très bien utiliser les produits, services et technologies mis à leur disposition mais ne savent pas comment cela fonctionne. Et c’est là la différence notable avec les initiés / passionnés / pros.
    Mais cela est vrai pour tous les domaines, et pour tous les âges : avez-vous besoin de comprendre comment fonctionne votre voiture pour la faire rouler ? De comprendre comment la chaudière produit de l’eau chaude pour prendre votre douche ? C’est exactement sur ce créneau que surf Apple et, comme beaucoup l’ont fait remarqué avant moi, c’est ce qui plait aux gens : ça fonctionne, je fais ce que je veux faire, peu importe comment, pourquoi et sous quelles conditions. J’ai l’impression que nous sommes quand même très peu à trouver naturel d’être curieux, de bidouiller, et comprendre le comment du pourquoi. Peut-être une sensibilité apportée par l’éducation, comme le pointe l’article ?

    Pour en revenir au logiciel libre je ne pense pas que cela soit si dangereux que ça : ceux qui ont supporté, supportent et supporteront demain le libre seront toujours les mêmes personnes qui veulent eux s’investir dans les technologies. Bref les passionnés, la "petite" majorité. Pas tous les jeunes. D’ailleurs, hier, TOUS les jeunes ne supportaient pas le libre (même si des distrib comme Ubuntu sont devenu tellement user friendly que certains utilisaient peut être des logiciels libres "sans le vouloir").
    L’excellent contre exemple qui a été donné dans les commentaires est l’étudiant en informatique qui va faire ses premières ligne de C sous VI,
    compiler sa première Gentoo sur son PC ou Mac (et dans ce cas il sera chanceux de s’éviter les galères d’avoir un PowerPC…).

    Au niveau des statistiques, il est clair que la part de marché d’Apple augmente de manière significative, surtout depuis l’introduction des CPU Intel en janvier 2006. Au niveau des universités / écoles il ne faut pas non plus oublier tous les efforts d’Apple en matière d’Education (et pas uniquement en K12). Apple On Campus permet aux étudiants dont l’école est partenaire d’obtenir des réductions assez importantes sur les Mac ou logiciels, Back To School qui leur permet de se voir "offrir" ou rembourser une partie d’un iPod pour l’achat d’un Mac. Du bon marketing, du fashion, du simple à utiliser et une gamme de prix plus attractive : logique que les étudiants switchent sur Mac dans ces conditions.

  24. "C’est triste à dire, mais Ubuntu, Android, JoliCloud et Meego ont déjà beaucoup plus fait pour le Libre que RMS."

    Raccourci habituel, (me rappelle un peu celui habituellement du controversé Cyrille Borne, pour le coup) : "pour que le libre vive, il faut que tout le monde l’adopte. Si tout le monde ne l’adopte pas, le libre va mourir."
    Mouais.

    Faire se raisonnement, c’est se plier à la loi du marché, c’est oublier que le libre est hors marché, et qu’il suffit d’une petite proportion de gens convaincus et actifs pour faire bouger les choses. Je doute que si 99% des gens adoptaient le libre, le libre soit encore vraiment libre.

    Comme on l’a dit plus haut, les gens sont feinéants par nature. Les scientifiques diront même que c’est le comportement naturel du cerveau que de chercher la facilité.

    Et pour obtenir un Libre qui aille à la majorité, il faudrait faire une croix sur ce qui fait la définition même du concept : Liberté, tout d’abord, puis Pluralité, Indépendance, Multiplication des distributions, affirmation des Individus et de leurs différences, etc.

    Bref, si c’est pour se retrouver avec 1 seul OS libre pour tous qui fasse l’unanimité : je n’appelle plus ça du libre, moi, mais du monopole.

    Arrêtons un peu de raisonner comme ceux que l’on critique… hein.

  25. laurange

    "Si les gens ont pour critère principal le fait que le produit soit "out-of-the-box" (ce qui est une forme de paresse intellectuelle), alors les OS libre resteront encore longtemps marginaux."

    La paresse intellectuelle est de croire que la majorité des gens normaux s’intéressent à l’OS de leur ordinateur, ils s’en préoccupent autant que de connaitre la version du firmware de leur lecteur dvd.
    Les pc ne sont que des outils pour aller sur le net,
    L’informatique de monsieur tout le monde doit être aussi simple que l’utilisation d’un lecteur dvd.
    L’iPad s’en rapproche, une tablette ChormiumOS connectée en permanence sera encore plus proche.

  26. @laurange
    >"C’est du bon matériel, du bon logiciel,"

    Le materiel c’est du intel, et pour le logiciel la 1ere distribution linux un peu populaire qui te passe sous la main fait de même.

    Et c’est gratuit.
    Donc pourquoi se priver ?(fanboy, bétise, ignorance…)

    >"l’iPad va encore augmenter la pénétration d’Apple dans ce monde de l’éducation n’en déplaise à l’auteur."

    Et vous trouvez ca bien?(l’ipad ne durera pas a mon avis par contre et ne touchera certainement pas cette categorie là)

  27. Ouai ok, laurange fanboy propagandiste apple et google spotted.

    A quand la fin d’internet, vive le réseaux google!
    Pfff mais c’est quoi ces truc là c’est pc, c’est ca? sur lesquels on install des OS, jte jure, c’est tellement plus simple et plus mieux avec google et apple, tout est en ligne sur leur réseaux t’as vu, trop classe.

  28. alex i.

    Absurde.

    Crier au fanboy dés que quelqu’un ne vilipende pas pomme est ridicule et même pas suffisamment consistant pour en faire un bon troll.

    Et puis c’est tellement plus crédible quand cela vient d’un étudiant barbu qui mange des pizzas et se touche le nombril d’aise après avoir installé son compiz. Après tout, il est tellement plus malin que tous ces gens qui travaillent et sont tellement paresseux intellectuellement qu’ils se satisfassent d’un pauvre ie !

  29. Absurde, oui, effectivement, vous mettez là un bon descriptif et avertissement avant de devoir lire votre chose.

  30. alex i.

    Je vois que l’ad personam est toujours à la mode chez les barbus utopistes :)

  31. didinside

    Ce que la majorité d’entre-vous ne comprenne pas, c’est que le monsieur tout le monde (fleuriste, garagiste, maçon, employé de bureau, etc…) n’est même au courant que des logiciels libres existent. Quand ils achètent un ordinateur, un portable ou un téléphone, ils vont dans des magasins suite aux différentes pubs ou par le bouche à oreille. Et qu’est-ce que ces magasins vendent ? du windows ou du mac. Pour cette partie de la population, leur achat est un outil qui est soit professionnel ou ludique mais ça doit marcher tout de suite et être facile à utiliser, rien de plus.
    Alors regardez un peu plus loin que votre cercle d’ami informaticien et/ou technofile et vous verrez que monsieur tout le monde, il n’y connait rien (et c’est normal, leurs compétences étant autre part).
    A part si des sociétés commence à promouvoir les logiciels libres de la même manière (cad a aussi grande échelle) que Microsoft, Apple, Google, etc… je ne vois pas comment le logiciel libre peut décoller pour cette partie de la population qui est majoritaire par rapport à nous informaticien, technofile, etc… Quel pourcentage représentons-nous sur la population ? 5 – 10% a tout cassé ? Tant que les 90% restant achèteront ce que les grandes marques leurs vendent, ce n’est pas gagné pour le logiciel libre.

  32. "5 – 10% a tout cassé"
    Et alors ? depuis quand le libre cherche à monopoliser le marché ? je préfère 5% de public averti et éveillé à 95% de consommateurs qui ne savent pas ce que c’est que le libre et qui font du kikoulol sur Facebook.

    C’est absurde de vouloir faire rentrer le Libre dans une philosophie consumériste à grand coup de chausse pied.

    Encore une fois, le libre n’est pas une marchandise, encore moins un produit qu’il faut vendre. C’est une philosophie. Le jour ou vous arrivez à vendre de la philosophie, s’en est plus une.

  33. Vous semblez oublier qu’il est souvent plus simple d’installer et exécuter des logiciels libres sur Mac OS X que sous Windows. Mac OS X est un système de type Unix à part entière et inclus de nombreux logiciels libres ou open source, issus de GNU, la communauté BSD, Apache, mais également Apple. Si l’on peut être déçu du peu de place accordé aux systèmes d’exploitations libres (GNU/Linux, *BSD, etc.), il me semble que d’utiliser Mac OS X par rapport à Windows est déjà un pas dans la bonne direction. Et si l’hégémonie wintel peut être enfin brisé, des solutions alternatives pourront émerger. Pourquoi aucun des grands constructeurs n’offriraient-ils pas une expérience similaire à celle qu’offre Apple, mais cette fois avec un système GNU/Linux par exemple ?

  34. alex i.

    @miv:
    Il y a eu une tentative de Dell il y a un petit moment, je crois. Ils ont distribué de l’ubuntu en option sur leurs laptops pendant quelques temps.
    Et il semblerait que pas mal de tablettes basées sur Android (et peut être une ou deux sous Meego) soient à attendre d’ici la fin de l’année.

    Le paysage du software n’a jamais été aussi riche, peut être allons nous être témoins de choses interessantes d’ici les cinq prochaines années…

  35. C’est marrant c’est en 2004 que j’ai acquis mon 1er mac pour mon utilisation personnelle et je ne le regrette pas. En tant qu’admin syst&reseau au travail j’utilise Windows et Ubuntu… mais ce qui me fascine et doit fasciner les jeunes, c’est la facilité d’utilisation, d’installation du systeme OSX. Plus de soucis de plantage, moins de soucis de sécurité (virus et Cie), une ergonomie logicielle incomparable entre les logiciels et une machine robuste silencieuse et design.

  36. Darwin

    Je ne crois pas que la jeunesse soit vraiment "fascinée par Apple". Je croie que c’est plutôt pour "fuir Microsoft"… qui a accumulé une telle image, une telle réputation, une telle connotation, etc. que ça provoque le dégoût, la fuite, etc.

    Et puis, Apple, c’est un peu particulier : c’est et le matériel et le système d’exploitation. Pour les autres PC, c’est (malheureusement souvent) automatiquement Microsoft Windows. C’est ça qui est perturbant : avant, on ne faisait pas la confusion entre la marque du système d’exploitation et la marque de l’ordinateur. On ne peut pas exclure qu’à l’avenir, les gens finissent par acheter un ordinateur Apple et faire tourner un GNU/Linux (ou un *BSD aussi, etc.) dessus.

  37. Les petits rigolos qui veulent du Apple à tout prix sont les mêmes rigolos qui veulent porter du Nike ou du Lacoste (ou du Lagerfeld, etc.) à tout prix. Aucune différence : c’est de la mode, qui se base non pas sur la qualité du produit, mais sur l’image extérieure renvoyée. Sur le mode : "regardez, je suis riche", qui devient avec le temps et la "popularisation" de la marque : "regardez je suis comme les autres". Bref un phénomène archi-connu en psychologie et pas d’un problème au niveau de la concurrence.

  38. @ laurange:
    Je ne parlais pas de la connaissance de l’hardware, mais de la connaissance et de la personnalisation des logiciels utilisés.
    Vous dites que l’ordinateur est un outil. Et bien lorsque j’utilise une perceuse, j’en connais la marque, les principales caractéristiques techniques, le fait qu’une telle mèche permettra de réaliser tels travaux mais pas tels autres. Aucun outil un tant soit peu complexe n’est "out-of-the-box".

    La paresse intellectuelle, c’est de croire qu’on puisse utiliser un outil "out-of-the-box", sans lire le mode d’emploi ni l’adapter à ses besoins.

    @ didinside:
    C’est bien ça qui est reproché aux jeunes: préférer les arguments superficiels aux arguments plus fondamentaux mais plus complexes du logiciel libre (le parallèle pourrait être fait avec l’écologie: peu de chance que les jeunes d’aujourd’hui polluent moins que leur ainé, pas parce que les produits écologiques font pas assez de pub, mais simplement parce que les jeunes n’y voient aucun intérêt). J’ai d’ailleurs l’impression que vous n’avez vous-même pas compris l’intérêt du logiciel Libre, quand je constate que pour vous, l’adoption du logiciel sans forcement comprendre la philosophie sous-jacente est le but en soi.

  39. Non, j’ai pas un PC j’ai un GNU ! (¯3¯)

  40. Les chiffres de l’étude américain parlent des étudiants en première année or on découvre souvent les systèmes GNU/Linux par la suite (il serait intéressant d’avoir une étude sur 5 (voir plus) années pour se donner une bonne. De plus je doute que les systèmes multiboot soit pris en compte. Bref comme toute étude statistiques il faut faire attention aux conclusions trop rapide.
    Mais il y a quelque chose qui me manque dans mon expérience personnel en école d’ingénieur en informatique/électronique. On à été confronté à des systèmes GNU/Linux mais pas un mot sur son histoire,sa culture, (a part avoir dit rapidement que c’était un dérivé d’UNIX), aucun enseignants utilisent le mot GNU, pas un mot non plus lors de l’utilisation GCC, pas non plus lors de l’utilisation de Bash. Bref durant mes études supérieurs j’ai été confronté à des systèmes GNU/Linux mais pas un seul fois le terme d’open source ou de logiciel libre à été évoqué.
    C’est l’un des problèmes du logiciel libre, son manque de reconnaisance, beaucoup gens utilisent tout les jours de logiciel ou protocoles libres sans s’en rendre compte, demandez au gens pourquoi ils utilisent firefox , ils vous répondrons "parce que c’est gratuit" et seul une infime majorité vous répondrons "parce qu’il est libre".

  41. LoloBlo

    Pour participer à de nombreuses conférences plutôt techniques (notamment la BlackHat, le SSTIC en France, par exemple), on voit de plus en plus de vrais, bon, gros hackers au sens noble du terme trimballer un Mac sur ces conférences. Et pourquoi s’en priveraient-ils ? Ca marche bien, c’est joli, c’est pas prise de tête et il y a un interpréteur de commandes, la stack Apache / PHP / MySQL complète, la plupart des outils *nix habituels, les langages de script qu’on aime (Perl, Python, Ruby…)… bref, hormis que c’est effectivement plus cher, il y a peu de raison de bouder le Mac juste parce que c’est un Mac, ou y voir un gadget pour riche. C’est très loin de la réalité.

  42. Voici un poême enfantin (du niveau de la communication d’Apple sur les problèmes d’antennes du JailPhone 4) qui colle bien à la situation:

    Petite pomme au bord du pré
    Si je te donne un coup de pied
    Jusqu’où iras-tu rouler?
    Oh! Je t’en prie
    Je suis déjà toute pourrie
    Laisse-moi là au bord du pré
    Finir ma vie
    Sous mon pommier.

  43. sur l’envoi d’une newsletter pour un festival de musiques électroniques donc assez orienté 20-35 ans, on observe les proportions suivantes dans ceux qui ouvrent la newsletter (4000 personnes):
    Mac pure: 37.21% (Mac sans iPhone/iPad)
    Windows: 55.34%
    Linux pure: 1.43% (Linux sans Androïd)
    iPhone/iPad: 7.26%
    Android: 0.22%

  44. N’y aurait-il pas un amalgame très répandu entre PC et Windows ? Pour s’opposer à Windows, on se tournera vers Mac… en oubliant Linux. Pour ma part, j’essaie de prouver que faire du graphisme n’est pas synonyme de dépendance vis à vis d’un seul logiciel propriétaire (suivez mon regard), surtout pour faire du web. Sauf que Linux (à travers Ubuntu) ne me paraît vraiment accessible pour des ignares dans mon genre, rompus aux interfaces graphiques, que depuis peu. Et voilà qui coïncide justement avec la montée en puissance d’Apple !!

  45. Je suis passé successivement par Windows, Linux (j’étais encore étudiant), et maintenant Mac (je suis pro maintenant).
    Ce qui me plaisait dans Linux par rapport à Windows, c’était l’absence de virus, la relative flexibilité (dans le sens où on pouvait vraiment controler sa machine via le terminal, etc…), la gratuité, les mises à jour régulières, etc… le manque de plantage et la vitesse pour une machine équivalent, et finalement, le côté libre. Ce qui me déplaisait était le côté bidouille un peu trop poussé parfois (on a des ordis pour travailler, pas pour passer du temps sur des fora à chercher des astuces pour fixer tel ou tel driver ou à se faire engueler parce qu’on est un newby qui n’ a pas lu la page X du manuel), le manque de logiciel et de compatibilité avec le reste du monde, et enfin une relative laideur.

    Je suis passé à Mac et j’en suis très content car j’ai l’impression d’avoir les avantages de Linux sans ses inconvénients. Même si ce n’est pas une solution libre, je peux toujours bidouiller ce que je veux via le terminal et le cas échéant aller chercher des logiciels libres ou en créer. Le prix n’est plus un problème pour moi, d’autant que je suis bien content de payer un peu plus pour avoir un truc plug-and-play sur les aspects les moins sérieux (i.e. internet, DVD, configuration du matos, etc…). Cela dit, mon ordi à la maison reste sous Ubuntu, parce que c’est un PC essentiellement !
    Le seul truc qui me tenterait un peu de repasser à Linux aujourd’hui est que certains softwares marchent beaucoup mieux sous Linux (comme MATLAB). Bref, on ne choisit pas l’un ou l’autre par philosophie, mais pour des raisons essentiellement pratiques en fait.

  46. J’ai juste cette image qui me revient en tête quand je lis l’article :
    http://thedemotivators.com/wp-conte

  47. Avoir un ordinateur mû par du logiciel libre ne peut pas convenir à tout le monde; il faut être sensible au petit frisson de puissance qu’on éprouve à être le maitre absolu de sa machine.
    Et il faut être prêt à faire des efforts et à consacrer du temps pour ça, comme pour éduquer un chien.
    La plupart des gens ne se sentent pas concernés par cette maitrise, déjà bien heureux d’arriver à utiliser sans avoir trop de soucis un objet dont la complexité les dépasse et qu’on doit revêtir d’applications aux interfaces simplificatrices pour en permettre l’accès au plus grand nombre.
    C’est triste à dire, mais pour plaire, il faut souvent flatter.
    Depuis de nombreuses années, Apple a cette approche ‘usage facile’, basée sur du matériel et du logiciel de qualité (en partie libre), et servie par un marketing d’une efficacité redoutable; il est logique que l’effet se voit.
    Tous les enfants de l’école savent bien qu’on court plus vite avec des baskets de marque; c’est bien connu ;-)
    Seule la différence de prix se fait plus difficilement justifiable. Les machines de qualité, esthétiquement réussies, commencent à apparaitre; et la voie prise par Ubuntu va finir par faire mouche dans le "out of the box" (jouer à WoW n’est pas plus simple sur MAC que sur Linux; ni plus compliqué d’ailleurs).

  48. Je répéte un peu ce qui as deja été dit, mais ce n’est pas grave; dans ma promo informatique, tout le monde tourne sous linux ou ont au moins un dual boot linux/windows. Les mac restent largement minoritaires.

  49. La question n’est pas la qualité, la plupart savent aussi peu se servir d’un mac ou d’un pc. C’est une histoire d’appartenance et de mode.
    Mac c’est beau, tout le monde en parle, ça fait pro… la question est bouclé!

  50. Stupido

    Un des attraits du Mac c’est la cohérence due aux "Human Interface Guideline" qu’on ne retrouve pas implementees aussi bien ailleurs. Que ce soit wintel ou Linux.
    Il y a aussi l’expérience d’Apple à accompagner l’utilisateur. J’ai offert un Mac mini ( en solde a 350 € !) pour ma maman de 70 ans. Depuis elle surfe et lis sans souci ses emails. J’aurais passe deux après midi: une pour. Onfigurer et expliquer. Une autre un mois après pour clarifie. Qui dit mieux ?

  51. Gastlag

    En même tant la génération actuelle d’étudiant a grandi avec la monté en puissance du marketing d’Apple. En démarrant avec un iPod, lorsqu’ils sont rentré à la fac et qu’ils ont acheté un ordi, ils connaissaient déjà bien Apple. Et Apple était partout : iPod, iPhone, pub partout. Je me rappelle sur la pochette de ma photo de classe de terminal il y avait un dessin de bureau de lycéen en vrac, on pouvait y voir un iPod (sans le logo Apple).

  52. Les produits Apple ne séduisent pas seulement à cause du marketing et du design. Il y aussi un point important auxquels les libristes devraient attacher plus d’importance : l’ergonomie et la convivialité.
    Les développeurs d’Apple ne codent pas pour eux ou pour quelques geeks "barbus", mais pour les utilisateurs. Dans les processus de développement d’Apple, l’ergonomie a autant d’importance que la technique, et ça paye.
    Exemple avec l’iphone (que je ne possède pas) : du point de vue du matériel ou des performances, il était largement en dessous des produits concurrents. Il a pourtant fait un carton, parce que c’était le plus simple et plus élégant des systèmes sur portable.

    Ce ne sont pas les discours uniquement moraux (voire d’une fanatisme quasi religieux avec des types comme RMS) qui feront progresser les systèmes d’exploitation libre. Cela fait 10 ans qu’on essaye et que ça ne marche pas (je suis sous linux depuis 1999) : il serait temps de se poser des questions et de sortir des discours quasi-religieux.

    Pour que le public adopte les systèmes d’exploitation libres, le meilleur moyen est de montrer qu’ils sont aussi (voire plus) conviviaux et simples d’utilisation que les autres. Pour cela, il faut que l’ergonomie, la convivialité et la simplicité d’utilisation fassent partie intégrante du développement des logiciels libres et que tous les acteurs du "libre" s’intéressent en priorité aux utilisateurs plutôt qu’à leurs boutiques et à leurs éternelles polémiques.

  53. Tenez, un exemple d’action politique pour sensibiliser les jeunes:
    http://antonin.moulart.org/les-lyce

  54. ThomasG

    Personnellement, j’ai coupé la poire en deux entre ergonomie et libre et adoptant un ultra-portable (autonomie de plus de 6 heures) sur lequel j’ai installé la distribution Ubuntu (cf http://linux-macbook-air-killers.bl…)
    Lorsque j’ai acquis mon ultra-portable, j’ai vite fait mon choix. La plupart des logiciels libres pour avoir un fonctionnement optimal sont sous Linux et sous forme de paquets et dès qu’on veut un logiciel sous Mac, c’est plus difficile (même si beaucoup fonctionnent sur cet OS).
    Payer plus pour ne pas avoir plus, je ne voyais pas l’intérêt. On est loin des débuts de Linux, pour débuter l’ouvrage de Didier Roche est excellent par exemple. Pour ceux qui aiment l’ergonomie du dock du Mac, passez voir le Cairo Dock http://www.glx-dock.org/
    Les chiffres en eux-même permettent d’ouvrir le débat mais, je reste dubitatif sur leur pertinence : chiffres locaux (seulement US), sur une population non représentative, pas de prise en compte du dual-boot ni des machines virtuelles,…
    Après Mac, Windows ou Linux, on peut utiliser du libre indépendamment de l’OS. J’aurais plus tendance tendance à avoir Apple "en grippe" pour le couplage de Itunes avec toutes ses applications mobiles et pour dépendance que cela entraine si vous avez un de leurs "joujoux" mobile (i-….)

  55. C’est drôle (pas vraiment), à vous lire on a l’impression que la seule situation satisfaisante serait 100% d’OS libres à la fac.

    Certes, l’arrivée du nouveau mac book a fait que les macs ont explosé dans le milieu universitaire. Ce n’est pas un épiphénomène. Dans ma branche (écologie/évolution), la population de mac users est incroyablement dominante (dans la dernière conférence ou j’étais, en gros, plus de 80 %). J’en fais partie depuis 4 ans, je suis un mac user hardcore limite évangéliste. Ca ne m’empêche pas de participer à plusieurs projets libres et de traîner sur framasoft pour chercher des logiciels.

    Ce n’est pas parce qu’on a un mac qu’on rejette le logiciel libre. On peut écrire avec open office (LaTeX pour ma part), faire des statistiques avec R, regarder des vidéos avec VLC, etc. Du coup, ce n’est pas parce qu’on utilise un mac qu’on en reste a l’utilisation de logiciels fermés. Dire ça, c’est incroyablement malhonnête d’un point de vue intellectuel.

    Deuxième chose, soyons sérieux. Il est temps d’arrêter avec cette histoire de mac comme marqueur du statut social. C’est un cliché. Si on prend un mac, c’est parce que ça marche, tout de suite, et qu’on a pas besoin de s’en occuper. C’est simple, et on passe 99% du temps à faire des choses **avec** son OS, plutôt que des choses **sur** son OS.

    J’ai utilisé Ubuntu quotidiennement pendant 1 an, et c’est un OS génial, rapide, MAIS plus compliqué à utiliser qu’on OS X. Voilà tout. Le principe d’un bon outil, c’est qu’on doit pouvoir oublier qu’on l’utilise, tout comme on ne remarque pas une bonne police de caractères.

    Du coup, il faut peut être arrêter de diaboliser apple (qui ne gênait personne avant qu’il ne passe devant microsoft, hein, désolé pour la pique… // même si ils font des choses peu louables), et ne pas faire un amalgame a trois francs en disant que dès qu’on a un mac, on achève lentement le monde du logiciel libre. C’est faux.

  56. Le libre progresse dans l’offre, pas de problème. Question convialité, c’est déjà très bon et bien intégré, avec des bureaux comme GNOME ou KDE et la conception géniale des menus FreeDesktop.org.

    Pour ce qui est de la logithèque, on a déjà atteint le point où, quand on cherche un logiciel pour faire un travail donné, on tombe parfois sur des solutions qui n’existent que pour systèmes libres.

    Pour ce qui est des utilisateurs, quelqu’un qui se moque de tout sauf du résultat immédiat, j’aime autant ne pas le voir débarquer dans le monde du Libre. Ou en tout cas pas sans accompagnement. Le but est de libérer les gens, et ça, ça se fait d’abord en les éduquant. À ce niveau, on lutte contre Apple et d’autres, qui luttent pour que les gens ne montrent surtout pas de curiosité.

  57. Kalenx

    @Pascal B

    On fait grand cas de "l’ergonomie et la convivialité" de MacOS; en pratique, la différence de convivialité entre MacOS, une distribution Linux pour end-user et Windows 7 n’est, à mon avis, pas flagrante pour l’utilisateur lambda (qui ne veut qu’aller sur Internet, faire du traitement de texte, lire ses courriels, bref le même qui n’en a rien à cirer des discours des geeks barbus).

    Simplement les gens accordent à MacOS une chose qu’ils n’accordent généralement pas à GNU/Linux : le droit d’être différent, et que cette différence soit sa force.
    Pourquoi? Pour la même raison qu’on ne se moque pas d’un polo Lacoste même si on le trouve très laid.

    Tout ça me fait un peu penser au conte d’Andersen, "Les habits neufs de l’empereur" (la version courte est là : http://tecfa.unige.ch/perso/lombard…).
    Critiquer Apple n’est pas "socialement accepté", c’est tout.

    Non c’est vrai, RMS n’est pas la bonne personne pour présenter au grand public le logiciel libre. Mais n’empêche que sans son "fanatisme quasi-religieux", on n’aurait probablement pas certains des plus beaux fleurons du L.L., qui sont d’ailleurs souvent utilisés par Apple (par exemple GCC).

  58. citronbleu-v

    Personnellement dès qu’Apple c’est mis à faire des produits sobres et (ergonomiques) avec un logo simple en gardant une certaine logique dans leurs graphismes etc.. ben j’ai su qu’ils allaient cartonner (chose que Windows n’a jamais fait). Mais personnellement je ne m’inquiète pas pour le libre car Ubuntu dans leurs prochaines versions va faire autant voire mieux avec Gnome 3.0 (au moins on pourra pas dire ça ressemble à MAC car c’est bien différent).

    C’est triste comme je parles car je ne fais allusion que sur le design etc.. et pas sur la technique. Je dirais qu’en ce moment le design (tout comme un habit) est préférable pour une grande majorité dès gens qui se moquent du reste (mais ils veulent quand même un système qui marche).

    Je prends exemple sur DELL qui cartonné avec ses beaux PC noir et sobre, on en voyait partout. Après ou avant, il y avait packard bell qui s’en sortait bien avec de beau pc puis maintenant c’est samsung sauf qu’il y Appel. Et leur (chute) ou popularité lent ou rapide est lié au design de leur produit.

    Je ne fais que parler de design (et image de marque) car leurs succès dépend surtout de ça je pense, couplé à la notoriété qui vient après. Pourquoi Dell on en attends moins parler ? regarder le design maintenant par rapport aux autres, leur site web etc…

    Problème avec le pc maintenant Windows commence à avoir une très sale image de marque auprès de plus en plus de jeunes. Donc ils sont plus tentés de prendre Mac qui en plus, est beau. Si on a un produit beau et un produit moche et qu’on ne connait pas grand chose on regarde 1 le design 2 la notoriété (ou inverse). Par contre les gens plus vieux se base plus sur l’ordinateur même : il fait ça ou ça ou ça. c’est peut être une histoire de mode suivant le contexte dans lequel on vie.

    Moi personnellement je comprends les gens qui aiment avoir un truc qu’ils apprécient le regardait comme un bel outil, un beau tableau etc.. l’inutile ne tue pas.

    Après le problème de MAC ultra fermé etc.. même ça vient après je pense pour un jeune. Il essaye même de ne pas y penser.

    Il faut également de la logique dans une société et leurs produits. Microsoft il n’y en a pas je trouve. Tout est dispatché et on comprend rien. Linux en a beaucoup mais pas populaire (ça augmentera quand ça sera plaisant graphiquement, les gens qui ne connaissent pas un truc, pense au premier abord que le design fait preuve de puissance). Si il y a les 2 ils sont au final très content.

    Dans tout ça j’oublie également les filles et les jeunes, qui elles réfléchissent différemment encore.

    Je rajoute que c’est inconscient pour beaucoup de monde (phénomène de société je pense) mais ce n’est pas le cas pour tout le monde et heureusement (il faut de tout dans une société).

    Voilà mon avi perso et je suis jeune.

  59. Je propose que ceux qui veulent du libre passent vraiment au libre. Un Lemote Yeelong et une distrib totalement Libre. http://richard.stallman.usesthis.co
    ça calmera les "puristes".

    Et la liberté (au sens du Libre) ça n’empêche pas — ça encouragerait même davantage que le propriétaire— la CONsommation (gratuite, certes, mais con quand même).

  60. NSEmpire

    Qui a dit qu’un Mac était réservé au premier des cons ? On va crier au fanboy de suite, mais bon…
    Si les "jeunes" sont les 15-25, je suis en bas de la fourchette (en gros, la génération skyblog).
    J’ai déjà installé avec succès et à plusieurs reprises des Gentoo, des Debian ou des Archlinux. Et j’utilise un Mac tout les jours. Pourquoi ? Parce qu’en rentrant chez moi, après une journée de cours je ne veux pas me prendre la tête avec mon OS. D’autres me diront "Mais Ubuntu tavu§§ c’est trop roxxor et trop simple et libre." Peut-être, mais j’ai envie de faire tourner ce que je veux. De préférence des logiciels libres.

  61. Et alors NSEmpire, tu ne le peux pas avec une debian ou ubuntu?

    Oui tu es un fanboy car tu es incapable d’etre un tant soit peu neutre dans ton jugement, vous vous contentez tous comme des robot de reprendre sous une forme ou une autre la propagande apple, gnagnagna c’est user friendlyyyy, gnagnagna c’est izi, gnagnagna c’est classe gnagnagna

    Crétins…

  62. Peut-être vais-je en étonner plus d’un, mais personnellement je prends un peu des deux: Apple ET logiciel libre.

    Mon ordinateur est un iMac et mon portable un MacBook: parce que j’aime leur ergonomie et le système qui tourne très bien.

    Ma solution bureautique est OpenOffice, mon lecteur video VLC, mon navigateur Firefox et mon jeu préféré est SuperTuxKart. J’aime la philosophie liée au logiciel libre, j’écoute ma musique sur Jamendo et je lis des bouquins du domaine public.

    Ah oui; j’oubliais: je ne suis pas un "jeune". J’ai 46 ans. :-)

  63. @citronbleu-v

    L’argument du beau n’est valable que pour les portable ou faut avouer que la concurrence en fait rien de spécial disons, et encore…
    Mais pour ce qui est des PC fixe, désolé mais aucune excuse ,e choix est très large et des superbe tour clavier souris et écran existe, je trouve d’ailleurs les PC apple bien moche a coté.

    Donc non, apple c’est et ca a toujours etait un effet de mode puis une "secte", rien d’autre au niveau du grand public.

  64. @ Pascal B:
    J’ai l’impression qu’Apple a pu imposer ses règles d’ergonomie qui d’après vous manque à Linux uniquement parce que ce n’était pas un logiciel libre.
    Comment la "distribution Apple" unique aurait-elle pu s’imposer si tout le monde pouvait redistribuer des versions modifiées, chacune tendant vers ses propres règles d’ergonomie ?
    Comment l’API Cocoa aurait-elle pu être majoritaire si tout le monde peut y intégrer ses propres desktop environment ?
    L’efficacité ergonomique d’Apple est le résultat de l’absence des libertés 2 et 3 qu’on retrouve dans le logiciel libre. C’est un peu présomptueux de prétendre que c’est le résultat de l’incompétence ou de la fermeture d’esprit des développeurs, alors que les développeurs d’Apple ne sont pas plus compétents, ils sont justes plus enchaînés.

    Cela ne veut pas dire que Linux ne sera jamais ergonomique (il l’est déjà bien plus que Windows), mais simplement que les avantages du Logiciel Libre ont aussi leur revers de la médaille, et que si on préfère éviter les inconvénients du Logiciel Libre quitte à en abandonner les avantages, alors, il ne faut pas se voiler la face: ce qu’on veut n’est pas du Logiciel Libre.

    Maintenant, si le grand public préfère l’apparence aux principes d’équité (ce qui aura des répercussions sur tout l’informatique, y compris ceux qui n’ont rien demandé), il y a de quoi lui demander des comptes.

  65. @ Gogo:
    Les MacPorts permettent à bcp de logiciels libres de tourner sous Mac. Mais est-ce que l’ergonomie n’est-elle pas compromise ? (c’est une vraie question, je n’ai jamais pu tester) Par exemple, VLC et Firefox n’ont pas été conçu à l’origine avec les règles ergonomiques de Mac. Comment s’adaptent-ils ?
    Ne serait-ce pas là un exemple du fait que, par nature, l’ergonomie est plus difficilement atteignable pour le logiciel libre (que ce soit sous Linux ou sous Mac) ?

    @ *:
    À être trop virulent, vous en déservez pratiquement votre cause. On dirait presque les propos d’un fanboy Apple où on a inversé les mots Apple et Linux.

  66. YAZombie

    Je préfère ne pas entrer dans la conversation stérile plus haut puisqu’elle est entièrement dirigée par l’idéologie. Je voudrais juste contrer une idée reçue et avancée à plusieurs reprises, notamment par Antonin MOULART: le taux de jeunes de 18 à 24 ans inscrits dans un établissement d’études universitaires est de 34% aux USA… contre 31% en France ; la différence entre les deux pays c’est qu’ici, en plus, un diplômé a bien du mal à trouver un boulot avec une rémunération raisonnable au vu des années passées en fac, et que ce sera plus facile là-bas.
    Il faudrait cesser de vivre dans un rêve et commencer à se dessiller les yeux – c’est le seul moyen de changer -, la France est au moins aussi violente socialement que les USA et même probablement plus.

  67. [troll on]

    C’est drôle (ou pas), j’ai relevé les arguments suivants :
    – beau = important
    – l’inutile ne tue pas…
    – l’ergonomie a autant d’importance que la technique
    – je suis pas un jeune ,
    – je suis intelligent mais je fais du Apple, donc Apple c’est bien.
    ….

    Argument simples, réponses simples :
    – moche : pas grave
    – l’utile c’est plus important,
    – sans technique, l’ergonomie n’est rien (spéciale dédicace à france.fr),
    – sans contenu, l’ergonomie n’est rien (spéciale dédicace à france.fr),
    – être jeune, ce n’est pas une tare,
    – Apple vous prend pour des idiots. Si vous n’en êtes pas, tant mieux. (…500 € pour quelque chose "qui ne tue pas", jeu veux bien… mais bon…)

  68. @Alex I.
    «Il y a eu une tentative de Dell il y a un petit moment, je crois. Ils ont distribué de l’ubuntu en option sur leurs laptops pendant quelques temps.»

    À l’époque, j’avais besoin d’un portable sans prétention, mais je tenais à ne pas acheter Windows (oui, je sais…), je m’étais intéressé à leur offre, elle était parfaitement risible, le PC était au même prix sous Linux ou Windows, et le modèle sous Windows avait le double de mémoire.

    Dans de telles conditions, qui était assez c.. pour l’acheter ? Il valait mieux acheter le modèle sous windows et remplacer soi-même l’OS. Je ne comprends toujours pas ce qui a pu pousser Dell à procéder ainsi.

  69. enfin, ce ne sont que deux études statistiques qui ne font pas le monde ! autres statistiques : android dépasse largement le iphone aux USA ! alors, où est la vérité ?
    le libre avance. apple est agressif comme n’importe quelle marque. le libre lui taille des parts de marché donc du fric.

    et les jeunes veulent se démarquer en possédant un iphone ou un mac mais quand tous auront un iphone ou un mac, il iront voir du côté du libre par exemple. autour de moi, mes collègues ont tous leur iphone et je leur montre, très fier, mon nokia n900 sous maemo basé sur debian !

    @+ petitbob

  70. @j-c

    Mais oui mais oui, c’est bien beau de jouer a ca, sauf qu’en l’occurrence je ne fais que porter une critique sur les propos de certains ici, je ne viens pas y faire de la propagande pro GNU, je me contente de mettre en exergue certaines chose.

    Il sera donc difficile de définir "ma cause" et donc encore moins de la desservir :)

    @dju

    Bien vu :p

    @Desidia
    enfin quelqu’un qui en parle!

    Le fait est que d’une coté on a des entreprise bourré de pognon qui légalement ou pas peuvent faire a peut pret ce qu’elle veulent et qu’a ce niveau là c’est un peu déloyale.
    Mais peu de monde semble remarquer cela.

  71. torpedolos

    Je lance une idée comme ça:
    Un des atouts d’apple, c’est qu’il ne doit pas développer son OS pour marcher sur n’importe quelle machine (vu qu’il vend l’ensemble).
    Du coup, ça coute moins cher a développer (pas la peine de concevoir des pilotes pour toutes les cartes mères, tous les processeurs, etc), ça fonctionne mieux, puisque software et hardware sont forcement en adéquation, et du coup on peut axer ses efforts de R&D sur la convivialité.
    Ça veut dire aussi, qu’apple crée une identité forte, par le fait qu’il vend tout d’un coup, et qu’il a une convivialité et un design très poussé.
    Chose qu’ubuntu ne peut pas faire en ne fournissant "que" l’OS, et encore, un OS qui ne lui "appartient" pas vraiment.
    Donc:
    Et si ubuntu fabriquait et vendait des ordis tout-en-un, a la apple-like (mais avec un OS qui reste ouvert) ?

    Je n’y vois que des avantages :
    – Maitrise du prix de vente (un ordi avec linux coute souvent plus cher qu’avec windows, de nos jours).
    – Pas de licence windows a payer, ni de désinstallation re-installation a effectuer.
    un seul interlocuteur pour le client en cas de probleme avec le hard ou le software.
    – Compatibilité matérielle assurée, sans se poser de question.
    – Possibilité pour canonical de gagner sur le matos l’argent qu’il ne gagne pas avec l’OS.
    – Les "vendeurs de logiciels" sont amenés a disparaitre, au profit des fournisseurs de services clé en main, Si un OS, ne "vaut" plus rien, ceux qui en vivent ont du soucis a se faire. Raison de plus pour ne pas etre un vendeur/fournisseur d’OS "seulement".

    Franchement, combien d’entre nous vont etre obligé, actuellement de payer une licence windows au prochain renouvellement de leur matos ?
    Combien seraient prés a acheter du matos ubuntu, avec ubuntu pré-installé, testé, a un prix inférieur a celui d’un ordi sous windows ( a qualité egales), et un look "ubuntu" ?

  72. À ceux qui affirment qu’il n’y a qu’une seule cause: c’est généralement faux, tout n’est pas blanc ou noir. Il y a bien différents critères pour le choix d’un PC, chacun ayant un poids différent selon la personne.

    À ceux qui critiquent RMS et traitent les libristes de fanatiques religieux: c’est vous qui êtes intolérants et méprisants.

    Pour les raisons du succès d’Apple j’aimerais en proposer une que je n’ai pas vu et qui fait partie – selon moi – des problèmes du libre: la division de la communauté du libre. Les batailles C vs C++, GTK vs Qt vs EFL, Gnome vs KDE vs Xfce vs E17 etc. On va me répondre qu’avoir le choix est une bonne chose donc je réponds d’avance: trop et pas assez, les deux sont des problèmes. Reste donc à savoir s’il y a réellement trop de choix et de duplications d’efforts: je pense que oui, mais bon ce n’est pas vraiment le sujet.

    PS: je ne sais plus si je l’ai déjà dit mais les commentaires «linéaires», sans fils de discussion, ne sont pas adaptés à ce genre de débat.

  73. Romain

    Dès le titre de l’article on tombe dans des généralités, qui sont même démenties dans le corps de l’article. Bref grand sujet trollesque en perspective…

    Pour prendre mon cas personnel, j’ai acheté mon premier Mac portable en 2004 quand je suis arrivé à la fac. Pas par fascination d’Apple (je n’avais même pas eu d’iPod dans les mains à l’époque), mais simplement parce que l’iBook G4 12" répondait à mes critères hardware : encombrement, poids, autonomie (5 à 6h en prise de notes, de quoi tenir la journée typique d’un étudiant quoi).

    Depuis, mes portables ont toujours été des Mac avant tout pour le hardware et le fait qu’OS X tournait en parfaite adéquation avec ce hardware. L’évolution matérielle et logicielle ayant toujours parfaitement répondu à mes besoins, je n’ai pas éprouvé la nécessité de changer de crèmerie.

    Il n’en a pas été de même avec mon netbook : Windows XP a vite été remplacé par diverses distributions Linux pour voir ce que ça donnait. Conclusion, dans tout les cas l’autonomie était moins bonne que sous XP (sûrement en grande partie à cause des softs d’optimisation de l’énergie plus que de l’OS à proprement parler). Sous Meego après installation, pas de driver wifi, et mains dans le cambouis obligatoire pour faire fonctionner correctement le tout. Bilan, retour à XP.

    Dans l’absolu, j’utilise quotidiennement un certain nombre de logiciels libres (Chromium, VLC entre autres), non pas par militantisme ou philosophie, mais parce que ce sont eux qui répondent le mieux à mes besoins. Pas plus, pas moins.

    Prenons l’exemple d’OpenOffice : il remplit tous les besoins d’un étudiant ou presque, mais à l’usage on a toujours l’impression d’utiliser Office 97. Face à une licence Office étudiant autour des 30-40 euros, ou d’iWork à 79 euros (sans parler des versions téléchargées à droite à gauche), la concurrence est rude pour OpenOffice !

    La tendance actuelle est assez intéressante : ma première machine était un vieil Amiga 500, à une époque ou chaque constructeur ou presque proposait son OS. Puis vint l’ère quasi-monopolistique de Windows.
    Aujourd’hui, les cas où les OS libres s’imposent se retrouvent lorsque le hardware et le software sont intimement liés : Androïd sur les smartphones, les netbooks avant l’invasion de machines sous XP…

  74. Lawliet

    [quote]Et alors NSEmpire, tu ne le peux pas avec une debian ou ubuntu?

    Oui tu es un fanboy car tu es incapable d’etre un tant soit peu neutre dans ton jugement, vous vous contentez tous comme des robot de reprendre sous une forme ou une autre la propagande apple, gnagnagna c’est user friendlyyyy, gnagnagna c’est izi, gnagnagna c’est classe gnagnagna

    Crétins…[/quote]

    Tu es le linuxien typique qui me répugne.. Il ne t’es pas vu à l’esprit qu’il trouvé tout simplement OS X plus agréable à utiliser ?
    Pour avoir testé la dernière version Ubuntu (et ceux d’avant), l’expérience utilisateur est vraiment bonne et intuitive par rapport à ce que j’avais vu il y a longtemps, mais encore assez loin d’un Snow Léopard. C’est purement subjectif, tu m’excuseras de ne pas être de ton avis, hein.

    Cette politique de dénigrement d’Apple par le libre commence vraiment à me souler. Si le libre était la réponse à tout ça ce saurait .. j’ai toujours pas vu d’équivalent libre à Photoshop ou même Office (ou iWork). :/

    Ces chiffres dans l’éducation ne sont pas étonnant vu le politique agressive d’Apple dans ce domaine (un Mac acheté un iPod Touch offert et les tarifs réduits). Je lis beaucoup l’argument "les jeunes aiment les trucs bling bling", comme ci qu’un Mac se résumé à ça … C’est peut-être vrai en un sens (la jeunesse est très sensible au paraître), mais le mac possède de nombreux avantages, comme une autonomie exceptionnel (6h à 7h réel sur du Core i, peu de concurrent peuvent se targuer de le faire), et la qualité de l’assemblage général est vraiment bonne. Bref, pour un étudiant nomade c’est parfait.

    @Mart : "Nico voila c’est un peu la question posée dans l’article. Est-ce que le fait d’être libre est important ou plutôt d’avoir un clavier qui brille dans le noir ?"

    Sincèrement, je préfère de loin le "clavier qui brille dans le noir" à une liberté qui ne m’apporterai rien de tangible.

  75. GopherZen

    Apple (dans les années 80) était l’ordinateur à avoir (souvenez-vous de l’A//e qui s’ouvrait où l’on pouvait rajouter des cartes suivant ses utilisations) et les BBS. Puis vint l’A//c, puis le Mac (génial pourtant). Là j’ai lâché Apple car trop cher et pas les moyens de suivre. J’ai connu (prof et perso) le DOS, Win 3.1, Win 95 et 98, les # logiciels (trumpet, socket…) pour se connecter en 93 au futur web. Ceux qui ont connu cette époque doivent se marrer sur l’utilisation du net, maintenant. Et pourtant, j’ai pesté contre Microsoft, car Apple faisait très bien ça en… 1984. L’important, c’était les utilisateurs, pas les programmeurs. Puis, Apple s’est fourvoyé dans les années 90, au risque de disparaître. Grâce au look et à la simplicité imposés par Steve Jobs (malgré son comportement caractériel), Apple est redevenu super et abordable. Tout dépend de ce que vous voulez faire. Moi, mon ordi principal est un MacBook à la maison. Les 2 autres sont des netbooks (un sous Win Xp pour ma station météo -trop fainéant pour Linux même si ça existe-, l’autre sous Ubuntu car plus rapide et plus simple -notamment en déplacement, si on me le fauche "c’est moins grave, même si ça me fait ch*" (à 300 €) que mon MacBook à 1000 € (acheté en 2007 à l’époque). Et pourtant, j’utilise du libre (pour la philosophie et pour inciter des gens qui n’ont pas trop les moyens à s’inscrire dans des linux party pour repartir avec un pc refait gratuitement et donné par des asso, (style informatique et solidarité) sous linux afin qu’ils puissent "franchir" le fossé numérique sans rester exclu de l’accès au net et au savoir. (et pouvoir faire de la bureautique et tchater comme les autres).

  76. GopherZen

    Ah ! J’oubliais. Autant j’utilise du libre (et trouve Ubuntu quand même bien fait) et suis d’accord avec les propos de l’April, des "Frama"*, des "Reumeuleu", autant j’utilise un iPod Touch et j’achète ma musique (que je sélectionne suivant mes goûts qui ne sont pas à la sauce StarAc, pas besoin d’avoir "3000 chansons qui ne seront jamais écoutées") à 10 € sur iTunes (que je grave après pour garder plus tard (changement ou plantage du disque dur)) ou j’achète de la musique avec de la valeur ajoutée sur Amazon (coffret collector,etc… ex : je préfère acheter le coffret "complete recordings" du SdA que de le télécharger). Et autant je trouve que Snow Leopard est un "linux" accompli et que le design des produits Apple est super beau (vendu ;=), non je déconne). Comme quoi, tout n’est pas blanc ou noir. Alors, les discussions stériles MacOS vs Windows vs GNU/Linux, pfff… futilité des futilités, tout n’est que futilité. Carpe Diem comme dirait l’Ecclesiaste. ;=).

  77. Dommage que cet article appelle au troll (titre, termes, jusqu’à l’image choisie pour illustrer).

    Est qu’Apple fascine les jeunes, ceux-ci ne jurent-ils "que par Apple"?
    À regarder l’article de ZDnet, on apprend que 70% des étudiants américains entrant en première année roulent sous mac. Le constat de quelque chose à quoi on aurait pu s’attendre.
    Les deux ‘produits’ visibles concernant l’informatique sont Mac vs PC (comprendre ‘windows’). Apple cultive une image jeune, urbaine, moderne. Windows est vieillissant, et possède une image de faillibilité dûe en grande partie à la piètre qualité d’xp et vista (n’ayant pas touché seven, je n’irai pas me prononcer), mais peut-être aussi du fait que sur le marché du laptop bas-de-gamme, seul windows est présent. Entre les deux, et malgré la prégnance de windows sur la marché, Mac OS X et les machines Apple sortent bien favorisées, et à raison.
    Ce retournement était prévisible, il est ici confirmé.

    second point:
    "Et si oui cela a-t-il, dès aujourd’hui et pire encore demain, des conséquences sur le logiciel libre ?"
    Peut-être. Différentes raisons peuvent amener au libre, notamment un questionnement qui peut apparaître en voyant la piètre qualité des habituels outils Microsoft, et l’envie de chercher ailleurs, ou une simple curiosité (ou autre). Car à la base je pense qu’on ne deviens pas libriste en se disant du jour au lendemain qu’on devrais avoir accès au code source et au droit de modifier ses logiciels. Cela vient par un ensemble de hasards, coïncidences, rencontres?

    Et dans le cas des jeunes la rencontre avec Apple, qui, malgré de bien sombres défaut, répond tout à fait à leur aspirations, risque bien d’en écarter certains d’une voie plus libre.
    Mais cela on n’en connaîtra pas la mesure avant quelques années sans doute.

    Et peut-être Apple n’est-il pas le seul facteur? L’ordinateur personnel prend de plus en plus d’importance dans les études, ce qui veut dire qu’il va peut-être falloir utiliser des logiciels spécifiques, non disponible sous O/S libre. C’est mon cas. J’ai arrêté d’utiliser Linux car les éditeurs de logiciels ne me permettait pas de travailler sous Linux. Peut-être aussi que 1998, alors qu’on dénombrait 2000 ordinateurs, la plupart fixe, leur usage était plus personnel, limité à certaines tâches, tandis qu’aujourd’hui ce sont des outils de travail ou la liberté est limité par les solution logicielles en usage?

  78. Je me suis permis une réponse un peu plus détaillée…

    http://is.gd/eplvF

    Dommage que cet article soit un troll complet, d’habitude ce blog est plutôt bon…

  79. @ *: dans le mesure où vos propos se résument à "peu importe vos arguments, moi je sais que les gens qui défendent Mac ne sont que des moutons aveuglés par le bling-bling d’Apple", je ne comprends pas pourquoi votre critique aurait un quelconque poids.
    Certains s’efforcent de montrer en argumentant que la démarche libriste est basée sur une réflexion. Trop souvent leurs efforts sont réduits à néant par l’argument "les libristes ne sont qu’une bande d’extrémistes qui refusent d’écouter les autres". Force est de constater que vous leur donnez raison.
    Je ne vous demande pas de nier tout ce que vous avez dit, juste de reconnaitre que parfois, même purement circonstanciellement, pour certains et pour certains usages, l’utilisation d’Apple ou de Windows peut être plus appropriée que celle de Linux.
    (d’autant plus qu’affirmer le contraire reviendrait à prétendre que le Libre est d’office plus efficace pragmatiquement que le proprio, ce qui est absurde: prq un logiciel serait fondamentalement mieux conçu qu’un autre alors que la seule différence est la licence ?)

    @ Lawliet:
    "Sincèrement, je préfère de loin le "clavier qui brille dans le noir" à une liberté qui ne m’apporterai rien de tangible."
    C’est votre choix. Mais vous devez en assumer les conséquences. Le fait de favoriser un système fermé est une source d’inconvénients pour les utilisateurs de logiciel libre (par définition: le logiciel fermé tentera de gagner des parts de marché et tentera donc de mettre des bâtons dans les roues de l’utilisateur de logiciel libre). Vous avez tout à fait le droit de choisir d’emmerder vos concitoyens juste pour en tirer un bénéfice personnel égoïste. Maintenant, ne venez pas vous plaindre qu’on vous le reproche.

    (sinon, d’un point de vue tangible, le logiciel libre apporte quand même certaines garantie (respect de la vie privée, pérennité, prix dicté par la concurrence, non capture du client, …) pour lesquels, dans le cas du logiciel proprio, l’utilisateur ne peut que faire confiance (faire confiance à une entreprise dont le but est de prendre l’argent du portefeuille de son client, il y en a qui sont naïfs))

  80. @Lawliet

    Tu parle dans le vent, j’en ai rien a carré que ca lui plaise plus ou pas, là en l’occurrence il a couiner qu’il ne pouvait a priori pas faire tout ce qu’il voulait avec linux contrairement a OSX, ce qui est, tout simplement faux.

    «Cette politique de dénigrement d’Apple par le libre commence vraiment à me souler. Si le libre était la réponse à tout ça ce saurait .. j’ai toujours pas vu d’équivalent libre à Photoshop ou même Office (ou iWork). :/»

    HAHA.

    Mais continue donc d’utiliser tes zolie super soft proprio on ne t’en empêche pas mon coco, tu fais bien ce que tu veux.
    En revanche faut aussi accepter que les autres soient également libre de faire et de dire ce qu’ils veulent, y compris chier sur ce que toi tu adule.

    Alors vu tes propos, si je te répugne, ma foi c’est plutot un compliment.

  81. @GopherZen
    C’est bien pour ca qu’au final il ne reste qu’a apple que le coté chic branché petit bourgeois.
    Pourquoi payer un truc 1000€ alors que pour la moitié t’as la même chose… hum pardon, non, mieux en fait.

    Pour la musique, tu sais donc qu’en achetant sur l’applestore tu commet là un horrible crime. :)

    @j-c
    «dans le mesure où vos propos se résument à "peu importe vos arguments, moi je sais que les gens qui défendent Mac ne sont que des moutons aveuglés par le bling-bling d’Apple", je ne comprends pas pourquoi votre critique aurait un quelconque poids.»

    Moui moui moui, et la preuve ici, ils ne le sont absolument pas. :D
    Mais je note aussi que vous retenez que ce qui vous arrange, rien évidemment, c’est dessuite plus facile que de tenter de répondre a de vrais arguments…

    «…pour certains et pour certains usages, l’utilisation d’Apple ou de Windows peut être plus appropriée que celle de Linux.»
    Je n’ai jamais dis le contraire et c’est leur droit le plus strict, vous ne m’empêcherais cependant et certainement pas de critiquer.

    Au même titre que ca par exemple:

    «(d’autant plus qu’affirmer le contraire reviendrait à prétendre que le Libre est d’office plus efficace pragmatiquement que le proprio, ce qui est absurde: prq un logiciel serait fondamentalement mieux conçu qu’un autre alors que la seule différence est la licence ?)»

    C’est du même niveau je pense que de dire, "y’en a qui préfère les société autoritaire aux société démocratique, c’est absurde d’en décrire une meilleurs qu’une autre"

    Et bien désolé mais moi je fais la différence et j’en désigne bien une meilleurs qu’une autre.
    Mais ce n’est que mon avis.

    «prix dicté par la concurrence»
    Non, dicté pas qui veut, puisque code source forcement libre, rien ne t’empêche de le récupérer et de le compilé toi même, donc gratuit.

  82. traveller

    Quand vous partez en voyage, vous avez trois choix :
    – Le Club Med, où tout est super organisé, y’a du soleil et des nanas, etc. c’est le voyage en mode Apple
    – Le bobo muni de son Guide du Routard qui lui signalera les meilleures adresses, c’est le mode Windows, attention ça peut planter parfois
    – Le couchsurfer qui part à l’aventure et à la rencontre des gens, c’est le mode Linux en quelque sorte
    Apple c’est un peu le Disneyland de l’informatique !

  83. @ Timothée:
    Intéressante analyse.

    2 réactions:

    1) Il me semble que la question des conséquences sur le logiciel libre est issue de l’observation d’une diminution d’utilisateur de Linux en faveur d’utilisateur de Mac. En d’autres termes: est-ce que la porte d’entrée du logiciel libre dans la vie des étudiants est détournée par les avantages de mac ? Bcp de libristes d’aujourd’hui prétendent qu’ils n’auraient jamais eu connaissance de la philosophie du libre s’ils étaient passés par Linux attirés par ses attraits techniques.
    Je ne pense pas que cette question pointe du doigt Mac, je pense qu’elle dit plutôt: "n’y a-t-il pas une porte qui aujourd’hui se referme (et que cela est potentiellement très néfaste pour le libre) ?"

    2) En ce qui concerne l’"out-of-the-box", il s’agit pour moi plus de pragmatisme que d’élitisme. Utiliser correctement une perceuse n’est pas élitiste (oseriez-vous dire le contraire ?). Ne pas lire le mode d’emploi d’une perceuse avant de l’utiliser est stupide (oseriez-vous dire le contraire ?).

    Attention également, je ne dis pas que "vouloir quelque chose out-of-the-box" est paresseux intellectuellement (puisque c’est d’ailleurs ce que je propose dans mon premier post), je dis que "prétendre qu’un outil devrait tjrs être out-of-the-box et refuser de l’adapter quand ce ne n’est pas le cas", c’est à la fois simplifier le problème et refuser de voir la réalité en face (bref: faire preuve de paresse intellectuelle).

    Ainsi, il faut d’abord définir ce qu’on appelle "out-of-the-box": si je veux utiliser LaTeX, la majorité des distribution linux sont "out-of-the-box" tandis que Mac ne l’est pas (j’ai une amie qui a galéré pour installer LaTeX sur son Mac). Si je prétends maintenant que Linux doit être favorisé parce qu’il est out-of-the-box par rapport à Mac, ne trouverez-vous mes propos réducteurs et mon analyse paresseuse intellectuellement (dans la mesure où je me suis arrêté à uniquement les points qui m’arrangent plutôt que d’avoir tenté de faire une analyse générale qui m’aurait poussé à la conclusion que tout outil nécessite d’être adapté aux besoins) ?

    Bref, l’argument de l’"out-of-the-box" est avant issue de la naïveté de ceux qui croient que leur besoin et leur façon d’utiliser un ordinateur est LA bonne façon. C’est en ça que je considère que c’est une paresse intellectuelle: au lieu de comprendre (ou de chercher à comprendre) la complexité de la situation (il y a plusieurs façons d’utiliser l’outil et que celui-ci mérite d’être adapté au cas-par-cas), le pro-out-of-the-box simplifie le problème en faisant croire que la solution la plus populaire est la meilleure.

    J’avoue qu’il est possible que je ne comprenne pas bien ce que les utilisateurs de Mac reprochent à Linux niveau out-of-the-box, vu que j’ai acheté mon portable sur Novatux, et que par conséquent, mon portable permettait de surfer sur les sites utilisant du flash, de lire des dvds, d’utiliser skype, d’utiliser l’ensemble du hardware de mon portable, d’exporter les photos de mon appareil photo, de me connecter sur MSN, de faire du traitement de texte, d’image ou de video, de faire de la programmation, … totalement "out-of-the-box" (cela rejoins ce que je disais dans mon premier commentaire: si vous voulez du out-of-the-box, payer quelqu’un pour le faire). Je ne suis pas sur qu’à l’achat d’un Mac, ce genre d’activité n’aurait pas nécessité l’installation de plugins.

  84. @ *:
    "Moui moui moui, et la preuve ici, ils ne le sont absolument pas"
    Par exemple, vous critiquez les propos de NSEmpire. Il ne fait que dire que dans son cas, Apple correspond plus à ses besoins que Linux. Et vous prétendez arbitrairement qu’il agit uniquement par fanboyisme.

    "…c’est dessuite plus facile que de tenter de répondre a de vrais arguments"
    Je serais heureux de voir de vrais arguments. J’en ai d’ailleurs donner plusieurs en faveur de Linux. Mais tout ce que vous faites, c’est discréditer vos interlocuteurs en prétendant arbitrairement que leur choix sont uniquement motivé par la mode

    "«…pour certains et pour certains usages, l’utilisation d’Apple ou de Windows peut être plus appropriée que celle de Linux.»
    Je n’ai jamais dis le contraire"
    Dans ce cas, pourquoi avoir critiqué les propos de NSEmpire ?

    "Et bien désolé mais moi je fais la différence et j’en désigne bien une meilleurs qu’une autre.
    Mais ce n’est que mon avis."
    Je parlais de la qualité pragmatique du logiciel. Maintenant, le choix d’un logiciel peut se faire sur plusieurs critères (le monde n’est pas unidimensionnel). Pour moi, celui qui prétend que Gimp est objectivement plus pratique que Photoshop, tant que Gimp ne permettra pas d’appliquer des filtres sur des groupes de calques, est de mauvaise foi. Si maintenant, il prétend que Gimp est meilleur que Photoshop parce que Gimp est libre, je serais entièrement d’accord avec lui.
    Pour reprendre votre analogie avec la dictature et la démocratie, c’est comme si vous disiez: "la démocratie est fondamentalement plus efficace économiquement que la dictature".
    Ce n’est pas le cas: il est bien plus facile de gérer l’économie d’un pays sous une dictature où les biens sont contrôlés par l’état que sous une démocratie où les biens sont contrôlés par le citoyen. Cela n’empêche pas la démocratie d’être meilleure que la dictature.
    Bref, si pour vous le Logiciel Libre n’a aucun défaut, vous ne valez pas mieux que le fanboy d’Apple qui prétend que Mac n’a aucun défaut.

    "Non, dicté pas qui veut, puisque code source forcement libre, rien ne t’empêche de le récupérer et de le compilé toi même, donc gratuit."
    Quelqu’un qui propose un produit gratuitement fait également et évidemment partie de la concurrence. Le fait que le logiciel soit gratuit est un effet de la concurrence. La concurrence s’applique aussi aux services, un des principal revenu des entreprises faisant du libre.

  85. Vous avez visiblement soit un problème de lecture soit un de compréhension:

    http://www.framablog.org/index.php/

    «Dans ce cas, pourquoi avoir critiqué les propos de NSEmpire ?»
    =>CF le commentaire en lien précédemment.

    Et pour rappelle, le commentaire du garcon:

    http://www.framablog.org/index.php/

    «Et j’utilise un Mac tout les jours. Pourquoi ? Parce qu’en rentrant chez moi, après une journée de cours je ne veux pas me prendre la tête avec mon OS. D’autres me diront "Mais Ubuntu tavu§§ c’est trop roxxor et trop simple et libre." Peut-être, mais j’ai envie de faire tourner ce que je veux. De préférence des logiciels libres.
    NSEmpire»

    «Bref, si pour vous le Logiciel Libre n’a aucun défaut, vous ne valez pas mieux que le fanboy d’Apple qui prétend que Mac n’a aucun défaut.»

    Si, il en a et je suis surement des premiers a raller quand je tombe dessus, mais ce n’est ici, pas le sujet.

    Pour le prix, alors on aurait pu parler d’absence de prix, ca aurait ete plus clair.

  86. Bordel de …
    bon je re tape rapidos, alors le garcon ne dit pas ca, faut lire en entier:

    «Et j’utilise un Mac tout les jours. Pourquoi ? Parce qu’en rentrant chez moi, après une journée de cours je ne veux pas me prendre la tête avec mon OS. D’autres me diront "Mais Ubuntu tavu§§ c’est trop roxxor et trop simple et libre." Peut-être, mais j’ai envie de faire tourner ce que je veux. De préférence des logiciels libres.
    NSEmpire»

    Dès lors, légitimement, je constate et fais remarquer qu’il raconte de la merde.

    J’ai deja répondu a cela d’ailleurs juste avant a 01:56.

  87. Bonjour !

    J’ai essayé de suivre les débats mais n’ai pas le courage de tout lire.

    Rapidement pour apporter ma pierre à l’édifice :

    Je suis étudiant, en musico, et je fais une double licence en math. Je précise que je suis geek de longue date ( un vrai geek, pas un nerd ou un nolife).
    J’ai actuellement des serveurs, tous sous Linux.
    J’ai mis OSX86 sur mon VAIO Z11.
    Et j’ai Windows sur des tours fixes chez moi.

    Pour moi, à chaque OS son usage.
    Je ne me vois pas utilisé OSX ou Windows pour faire des taches serveurs ou faire de la programmation.
    Mais j’ai besoin d’outils comme Final Cut Pro (montage vidéo), Cubase ( MAO) et des centaines d’instruments virtuels VST, Finale ( partitions musicales), Lightroom ( Workflow photo)… Autant de raisons qui font que je ne peux pas passer à du 100% libre pour ce qui est desktop.
    Pour moi Mac à ce moment là représente un bon entredeux car il a une base Unix tout en ayant tous les outils desktop.
    Je vais me faire lapider poru dire ca, mais c’est presque comme un Linux aux hémoroides, la personnalisation et le libre en moins.
    Et qu’on ne me dise pas que Linux sait faire tourner Photoshop, pour des usages pros, avoir des trucs pas stables comme de l’émulation peut te ruiner ta journée si ton Linux plante en plein milieu d’un enregistrement par ex.

    Mais l’emprise d’Apple sur le monde étudiant est réel. Peut-être pas ici, mais aux US oui.
    Ici, on va mettre le moins possible dans un PC, donc un Mac qui sera plus cher sera soit un signe de " je veux qqch de différent qu’un PC" soit "j’en ai dans le portemonnaie"
    Mais Apple prend plutot emprise sur la société ( et pas que les jeunes) en envahissant toutes les "petites portes" : on dit plus baladeur MP3, on dit "iPod". On dit plus "smartphone", on dit "iPhone".
    En France, on est ptet pas équipé en Mac, mais on voue un vrai culte à Apple.
    C’est pas pour rien que l’iPhone est le smartphone le plus vendu en France, et qu’il surpasse en proportion toute l’Europe et une bonne partie du monde : j’entends jamais de pub pour Android, et je dois expliquer tout le temps ce que c’est.
    Voilà pour la partie Mac

    Pour la partie libre ( parce que pour moi les deux sont pas liés), le libre a qd mm du souci à se faire selon moi.
    Comme je l’ai précisé au début du post, je suis Geek, pas Nerd.
    Or on a de plus en plus tendance à confondre les deux.
    Un Geek chez moi c’est un peu comme un Hacker, un bidouilleur. Un Nerd lui va vouloir montrer son ordi de la mort qui tue dernier cri à tous ses potes, et se vanter de conneries sur le net.
    Or, Facebook & cie devient une véritable usine à Nerd pour moi. Un travail de Hacker n’est pas aussi gratifiant donc vu que c’est devenu une valeur de notre société qu’on soit "Liker" pour tout ce qu’on fait, ba on fait plus ce qui n’est pas facilement "Likable".
    Or, pour moi, c’est qu’avec des esprits bidouilleurs qu’on arrive à construire des briques de libre. Pas des Nerd.

    Mais bon, tout espoir n’est pas perdu. Une copine m’a demandé dernièrement comment mettre en place un LAMP et un WordPress. Un autre me demande plus d’infos sur pourquoi Facebook n’est pas aussi "génial" qu’on croit.

    Pour le reste, ceux qui ne s’intéressent pas à la technologie mais qui la subissent, entre l’une qui ralait parce que sous Ubuntu elle pouvait pas avoir MSN avec toutes les fonctions, l’autre qui se sent perdue, et la dernière qui peste contre le montage vidéo ‘c’est bcp mieux mm sous Windows Movie Maker’, y a bcp de travail à faire, surtout pour remplacer les "outils standards", et ca c’est loin d’être encore le cas

  88. Tiens, juste comme ca, tu connais les soft de MAO sous linux?

    Non parce qu’ils sont pas forcement connu mais y’en a pas mal et c’est de la qualité, donc ama, au moins pour ca tu pourrais passer sous linux pour ta zik ;)
    Même si au niveau markéting apple fait référence.
    LMMS
    Audacity
    Audacious
    Ardour
    etc

    On devrait de toute facon dire baladeur musical, alors qu’on dit mp3 tout court ou comme tu le dis toi ipod…
    Merci aux médias qui aident bien pour ca encore…

  89. Laurange

    @* j’allais te répondre mais ça ne sert à rien de parler avec toi, tu es un intégriste, tu n’entends rien des arguments des autres.

    Pour ceux qui savent lire, l’informatique n’est qu’un outil, si une distrib peut être la réponse à des pc bureautique d’une enterprise, autant chez un particulier un windows ou un macos sera plus pratique et plus souple pour la diversité des usages (jeux, multimédia, …).

  90. Deshalles

    Quelques lignes de plus. Deux décennies d’enseignement aux beaux-arts et la tentative de faire utiliser les logiciels libres aux étudiants fut un échec complet, zéro. Apple est majoritaire pour les arts graphiques, c’est incontestable, et les portables des étudiants sont pleins d’adobe emprunté. Les logiciels libres ne sont pas plus difficile à mettre en œuvre, mais faut un petit effort supplémentaire qu’aucun étudiant est prêt à faire. Mais peut-être que je n’étais pas à la hauteur de la tâche… allez savoir ?

  91. aveldro

    Concernant la MAO, à un niveau pro ou quasi-pro, utiliser Linux, c’est … héroique.
    C’est vrai qu’il existe toute une palette de logiciels tout à fait corrects, mais pour configurer tout ça pour que TOUT marche (midi, line-in…) quelle galère !
    Bien qu’utilisateur de Linux et de logiciels libres, pour la musique, ce conseillerais un Mac sans la moindre hésitation. ça marche tellement bien !
    Rien que Garageband, livré en standard avec tous les Macs est extrèmement bien foutu et permet de faire beaucoup de choses.

    Au delà de toutes les considérations sur le marketing, le bling-bling et compagnie, n’oublions pas cet argument essentiel : ça marche et c’est extrèmement bien conçu.

  92. jérôme

    Et bien oui Apple c’est stable, ergonomique et bien intégré.
    Normal qu’ils rencontrent le succès, c’est mérité après tout.
    Même dans le logiciel libre il y’a des gens qui lorgnent du côté d’Apple pour ses raisons.

    Pour l’instant à part Cannonical personne ne semble parti pour rectifier ça du côté de Linux.

    Tout le monde le sais bien (j’espère du moins) le libre ne réussie pas en mettant son côté libre en avant mais en faisant des logiciels beaucoup plus performant que la concurrence (cf Firefox à l’époque).

    Face à la concurence (surtout si elle est de qualité), l’argument libre ne suffit pas.

    PS: Je ne troll pas, je suis de tout coeur avec la philosophie du logiciel libre, mais forcé de constater que la philosophie malgré sa beauté et toute l’importance que je lui accorde n’est un argument important que pour peu de gens.

  93. @ *:
    sauf que votre interprétation "il a couiner qu’il ne pouvait a priori pas faire tout ce qu’il voulait avec linux contrairement a OSX, ce qui est, tout simplement faux." est fausse.
    Il n’a jamais dit que Linux ne lui permettait pas de faire ce que fait Mac, il a dit que pour ses usages et son cas, l’utilisation de Mac lui convenait mieux que celle de Linux.

    Pour peu qu’il ai installé Ubuntu lui-même et n’ai pas configuré celui-ci au poil (il prétend justement qu’il ne veut pas passer du temps à ce genre de truc après les cours), il est tout à fait possible que l’utilisation de son Ubuntu soit plus "prise de tête" que son Mac, ou qu’il ne parvienne pas à faire tourner certains logiciels. Donc, je ne vois pas comment vous pouvez prétendre que c’est faux.

    Bref, il dit: "pour moi, lorsque j’utilise Mac ou Linux, je vois une différence" auquel vous répondez "non, tu ne vois pas de différence, c’est pas possible" (et plus tard, vous reconnaissez que Mac peut plus convenir que Linux à certains, c-à-d qu’il peut exister une différence).

  94. jérôme

    Autre petit remarque :

    Si les jeunes se tournent vers Apple ça montre bien qu’il sont prêt eux à se séparer de Windows.
    Donc c’est une formidable opportunité pour GNU/Linux ne tiens qu’a nous de faire en sorte qu’ils se mettent à Linux et pas à Apple.

    Et ça implique le buzz, le marqueting toussa toussa…
    GNU/Linux pour percer doit s’inspirer de la concurrence (je pense surtout à Google et à la qualité et facilité de prise en main de ses softs et produits).

  95. C’est toujours un peu la même histoire. Vous faites un billet long et donc à priori argumenté (avec un titre sérieux qui résume bien l’article) et vous n’aurez que peu de lecteurs en bas de votre article et peu de commentaires (même si de bonnes qualités car ces rares lecteurs auront fait l’effort de prendre le temps de le lire jusqu’au bout).

    Ici, effectivement ce n’est pas le cas. On a un article très court avec un titre qui accroche et une relation de cause à effet qui n’a rien d’évident (le succès d’Apple aurait des conséquences sur l’avènement toujours annoncé mais toujours repoussé du logiciel libre), bref tous les ingrédients d’un petit buzz à haute teneur en troll dans les commentaires nombreux qu’il va nécessairement susciter (d’autant plus que le lecteur est invité à commenter dans le corps même de l’article). Mea culpa méthodologique et éditorial donc.

    Et effectivement les deux sources du billet sont des liens américains qui ne reflètent pas forcément la situation chez nous en Europe et en France.

    Il n’empêche que la première partie du propos reste à mon avis valide. La jeune génération a, ou souhaite avoir, à une écrasante majorité du Apple.

    Je peux rajouter deux liens, du bon côté de l’Atlantique cette fois-ci.

    - Apple et Google, employeurs préférés des étudiants européens
    http://redaction.blog.regionsjob.co
    "Tout le monde veut travailler chez Google et Apple… C’est ce qui ressort du classement des employeurs idéaux des étudiants des plus grandes écoles et universités européennes établi par Universum à partir des réponses de 21166 étudiants."

    - You hear M&S and you just cringe
    http://www.telegraph.co.uk/finance/
    "And when asked what brand they most wanted, there was only one that they all agreed on: Apple iPods, Apple MacBooks and Apple iPhones. Even those whose iPods had broken said they wouldn’t defect to rival Sony, which also sells MP3 players. "It’s all about the iPod right now," came one answer."

    Apple se trouve donc dans une excellente dynamique et Microsoft a du souci à se faire pour demain, quand bien même la société conserve encore sa position dominante aujourd’hui. Voir un jour l’OS d’Apple dépasser purement et simplement celui de Microsoft n’est plus de la science-fiction.

    Cela méritait d’être pointé, surtout pour moi qui suis de la génération précédente pour qui le Mac était vraiment marginal au départ dans la petite bataille Microsoft vs logiciel libre.

    Quant aux conséquences sur le logiciel libre et sa "culture", c’est, je vous l’accorde bien volontiers, beaucoup plus sujet à caution. Soit, le grand public (et le jeune grand public) passe désormais de Windows à Mac, mais cela ne modifie pas à priori la donne et la part de marché toujours très faible des OS libres.

    Cependant cela ne nous interdit pas de nous poser la question, surtout que cela reste le sujet principal de ce blog ;-)

    Je ne connais pas bien le Mac mais je crois que l’on migre plus facilement de PC Windows à PC GNU/Linux que de MacBook Mac OS X à MacBook GNU/Linux. Si il arrive que l’on achète un PC pour y mettre un jour Ubuntu ou autre dedans, c’est, me semble-t-il, beaucoup plus rare pour un MacBook. C’est plus complexe techniquement parlant mais il y a aussi le fait que Mac OS X est un bon OS, stable, ergonomique, etc. (cf les nombreux commentaires qui évoquent cela ci-dessus). Pas de raison de bouger donc.

    C’est une explication technique mais il y aussi une explication liée à la mode et à l’image de marque. Microsoft et Windows sont régulièrement brocardés dans les médias traditionnels et numériques. Ce sont des marques auxquelles nous ne sommes pas attachées. Pire encore ce sont des marques qui ont été et sont encore "ringardisées". Là encore pas de raison de bouger.

    Il n’est alors guère étonnant de voir un Mark Shuttleworth (le boss d’Ubuntu) admiratif et envieux vis-à-vis d’Apple qu’il prend en exemple pour les prochaines versions de sa distribution.

    Il y aussi la question de la vente liée. Cela se présente bien différement avec Apple où vous pouvez toujours vous lever tôt pour leur demander de vous vendre leur MacBook vide dedans !

    Et puis il y a l’évolution actuelle vers le tout Internet, le cloud computing, Facebook, Google, les webapps, etc. Si votre machine sert avant tout à vous connecter au Net et que vous vous retrouvez à installer de moins en moins de logiciels en dur sur votre machine, alors un MacBook aujourd’hui et un ordi Google Chrome OS demain feront très bien l’affaire. Et bye bye logiciel libre.

    Il y a également la question de la "bidouillabilité" chère à Nitot. Hacker sa machine, la configurer, la personnaliser, ce sont certains compétences techniques "expertes" mais c’est aussi un état d’esprit, de la curiosité, de l’autonomie, la volonté d’avoir le contrôle sur elle et non l’inverse. Voir 0,3% des étudiants d’une section technologique entrer avec un OS libre à la fac, oui je crois que c’est quand même révélateur et significatif. D’accord pour dire que les gens veulent avant tout que ça marche vite et bien, mais ce chiffre ridiculement bas m’interpelle quand même.

  96. Je vais tailler un peu dans le gras.

    Nous sommes dans une société où le paraître l’emporte sur l’être, ou la représentation sociale tient une importance capitale. "Avoir l’air de". Soigner son image plutôt que son discours (et quand on n’est pas riche, alors on essaye de faire croire qu’on l’est, jamais les crédits à la consommation n’ont été aussi nombreux).

    Les jeunes (et plus particulièrement ceux de la classe moyenne, les clients d’Apple) sont encore plus touchés par ce phénomène : la vie du groupe, les fringues, le scout’ puis la voiture, le corps, etc. Des préoccupations qui deviendront essentielles dans la vie étudiante.

    Et bien le mac se pose là. Ça brille. C’est cher donc c’est bien. C’est réputé ("Apple = fiable" ?) mais on ne sait pas pourquoi (aucune justification de cette fiabilité). Même des ingénieurs peuvent perdre leur logique cartésienne devant ce truc en alu (je suis témoin), alors que d’autres marques proposent pour le même prix des ordinateurs plus "séduisants" (terme également entendu pour parler des ordinateurs Apple… non mais vas-y, lèche-le ton Mac ! ).

    On voit beaucoup Apple dans les sériés télé US (Weeds, Dexter et bien d’autres), bref le marketing joue à fond. Et puis les journaux télé, de plus en plus friands des "sorties" qui rythment le cycle de consommation, nous vendent les produits Apple comme révolutionnaires. Qui se souvient des files d’attente de cadres à Paris pour la sorite de l’iPhone ? Qui se souvient que l’iPhone fut une catastrophe technique ?

    Le lien entre l’objet de consommation et comment il a été fabriqué est devenu quasi-nul. Personne ne veut réaliser concrètement que ses N*k* ont été fabriquées par des gosses de 14 qui bossent 12h par jour. Ou son ordinateur dans une boîte qui fait signer à ses employés un contrat de "non-suicide".

    De même, le lien entre l’esthétique et les performances d’un objet électronique est inexistant. Rien ne justifie le prix d’un Mac, c’est pour cela qu’ils peuvent se permettre de faire un rabais de 12% pour les étudiants.

    Aussi longtemps qu’on déconnectera un "produit" (terme qui a envahi toutes les strates de la société, même les légumes sont des "produits" quand on y pense ! ) de la manière dont il a été fabriqué, aussi longtemps qu’on déconnectera l’esthétique d’un ordinateur de ses performances réelles, alors on mangera de la pomme en alu.

  97. Lawliet

    "Tu parle dans le vent, j’en ai rien a carré que ca lui plaise plus ou pas, là en l’occurrence il a couiner qu’il ne pouvait a priori pas faire tout ce qu’il voulait avec linux contrairement a OSX, ce qui est, tout simplement faux.

    «Cette politique de dénigrement d’Apple par le libre commence vraiment à me souler. Si le libre était la réponse à tout ça ce saurait .. j’ai toujours pas vu d’équivalent libre à Photoshop ou même Office (ou iWork). :/»

    HAHA.

    Mais continue donc d’utiliser tes zolie super soft proprio on ne t’en empêche pas mon coco, tu fais bien ce que tu veux.
    En revanche faut aussi accepter que les autres soient également libre de faire et de dire ce qu’ils veulent, y compris chier sur ce que toi tu adule.

    Alors vu tes propos, si je te répugne, ma foi c’est plutot un compliment.

    *"

    On accuse souvent les macuser d’être fermé d’esprit, mais alors toi … tu ne peux tout simplement pas accepter qu’il puissent trouvé plus intéressant d’utiliser OS X que Linux, il a le choix, non ?

    Ensuite j’accepte tout à fait que les autres utilisent du soft libre (d’ailleurs, où ai-je dis le contraire ?) quand ils le peuvent, je les encouragent même, mais lorsqu’on a de réel besoin en MAO ou retouche photo par exemple, un OS proprio est bien plus indiqué. Linux possède également ses qualités, comme en prog ou la gestion d’un serveur. Bref, on a encore le choix de choisir nos outils sans qu’on est à ce justifier devant une troupe de manchot extrémiste. :/

    @ J-C

    "C’est votre choix. Mais vous devez en assumer les conséquences. Le fait de favoriser un système fermé est une source d’inconvénients pour les utilisateurs de logiciel libre (par définition: le logiciel fermé tentera de gagner des parts de marché et tentera donc de mettre des bâtons dans les roues de l’utilisateur de logiciel libre). Vous avez tout à fait le droit de choisir d’emmerder vos concitoyens juste pour en tirer un bénéfice personnel égoïste. Maintenant, ne venez pas vous plaindre qu’on vous le reproche."

    Bouh, j’utilise OS X et je tue tous ces pauvres manchots sur la banquise, je suis si cruel :(
    Sérieusement, j’ai installé Ubuntu sur mon MBP, le clavier rétro-éclairé se désactive quand il veut, le capteur de luminosité ne fonctionne pas, et mon autonomie est largement réduite (7h d’autonomie sous OSX). Et en prime il m’a foutue le bordel dans mes partitions. Alors, excuse-moi de de ne pas être maso et de ne pas utiliser le saint logiciel libre pour vous aider à conquérir le monde. :/ Tu vas dire que c’est égoïste, mais quand on achète du matos à ce prix pour en voir le principal intérêt réduit à néant, tu m’excuseras de penser à mes besoins ?

    "(par définition: le logiciel fermé tentera de gagner des parts de marché et tentera donc de mettre des bâtons dans les roues de l’utilisateur de logiciel libre)." : je crois que le logiciel libre se met très bien tout seul des "bâtons dans les roues" avec son absence total de communication.

  98. Que les jeunes se foutent du logiciel libre ne me surprend pas, les jeunes sont avant tout des utilisateurs : "je clique – ça marche". Mais patience, Android est loin d’avoir dit son dernier mot. Je trouve que ce cher Steve est un peu trop sur de lui quand il parle de ses jouets : et puis, vous avez essayé de saisir un texte avec un iPad, pire un iPhone ? Google par contre vient d’inventer la recherche vocale sur Google. Les jeunes n’ont de toute façon pas tous papa et maman pour payer.
    On en reparle.

  99. Le Marketing est puissant dans le domaine des nouvelles technos …

    Windows –> PC pour PAPA
    MAC –> PC pour jeune dynamique (se souvenir de la pub ou une ombre equipe d’un IPOD blanc dansait sur un fond de couleur flashy)
    Linux –> PC pour les boutonneux en mal de vie sociale…

  100. @ Lawliet:
    Mes propos ne consistaient pas à dire que vous n’avez pas le droit d’utiliser MacOS ou que vous devez d’abord penser aux autres avant vous-même.
    Simplement, si vous pensez d’abord à vous en faisant des choix qui auront un impact sur les autres, il est normal que vous assumiez. C’est qlq chose qu’on apprend quand on devient adulte: les choses ne sont pas noires ou blanches (vous semblez en être resté à cette vision du monde vu qu’apparemment pour vous, dire que qlq’un est égoïste implique que celui-ci doit être châtié. Être égoïste, ce n’est pas forcément mal quand il y a globalement plus à perdre à ne pas l’être). Certains choix peuvent être néfastes pour certains, ils ont dès lors le droit de vous le reprocher. Assumez un peu, que diable, au lieu de mettre votre tête dans le sable.

    Concernant les bâtons, peu importe que les développeurs de logiciel libre soient des incapables ou pas. Le fait est qu’une part des problèmes des développeurs est issue directement de la volonté directe ou indirecte des logiciels proprios d’augmenter leurs parts de marché (le site framablog regorge d’exemple). Par exemple, il y a le patent-troll ou la capture de client via une technologie fermée (que ce soit un protocole (skype, facebook, …), une technologie (IE6, Flash, …) ou un format (doc/pps, h264, …)), qui sont tous impossibles de la part du logiciel libre (impossible d’enfermer les gens s’ils peuvent modifier la porte à leur guise). Vous ne pouvez pas d’un côté vous prétendre neutre et de l’autre fournir de l’argent qui servira en partie à menacer le logiciel libre.
    Maintenant, il n’y a pas de honte à dire: "oui, je donne de l’argent à une entreprise qui fonctionne dans un système où le plus agressif survit, et donc, je finance les gens qui font tout pour que vous mourrez, mais c’est un choix réfléchi et il me convient mieux que les autres possibilités"

  101. SortOf

    Lu : "I’m a mac (et je suis meilleur que vous)", réponse à ce blog apparemment
    http://www.timotheepoisot.fr/2010/0

  102. Lawliet

    @ j-c

    Mais je l’assume parfaitement, et n’en ai aucune honte. J’ai bien conscience de ne pas aider le libre en faisant ça mais à renflouer les caisses du multi-nationales, mais lorsque celle-ci me donne une meilleure alternative que le libre, et bien je suis. La philosophie autour du logiciel libre c’est bien joli, mais elle a vite ses limites quand mes besoins ne sont pas en accord avec. Ce qui ne m’empêche pas d’utiliser Ubuntu, que je trouve très bien, mais pas sur mon mac :)

    Ce que je veux simplement dire, c’est que le libre n’est pas la réponse à tout et à encore quelques lacunes, ce que certains ont du mal à admettre. ;)

    " Par exemple, il y a le patent-troll ou la capture de client via une technologie fermée (que ce soit un protocole (skype, facebook, …), une technologie (IE6, Flash, …) ou un format (doc/pps, h264, …))"

    Ou bien le libre n’a pas su s’imposer au bon moment et offrir des outils aussi pratiques, comme Flash par exemple. ;)

    @Jean Guillon
    "Mais patience, Android est loin d’avoir dit son dernier mot."

    Android possède pas mal de code proprio il me semble, mais ça n’a pas l’air de gêner lorsque certain le compare au vilain iOS fermé (je ne parle pas de la politique de l’entreprise, mais seulement du code). :/

  103. legranblon

    @Hugo Hamon

    Mouarf, autant de contre-vérités dans un seul post, ça s’appelle un troll.

  104. @ Lawliet:
    Donc, vous êtes totalement d’accord avec ce que je disais plus tôt: "Vous avez tout à fait le droit de choisir d’emmerder vos concitoyens juste pour en tirer un bénéfice personnel égoïste. Maintenant, ne venez pas vous plaindre qu’on vous le reproche."

    "Ou bien le libre n’a pas su s’imposer au bon moment et offrir des outils aussi pratiques, comme Flash par exemple. ;)"
    Oui, tout comme le proprio n’a pas su s’imposer au bon moment et offrir des outils aussi pratiques, comme php, mysql, python, …
    Si on est un peu logique, il n’y a pas de raisons d’exiger au libre de s’imposer à 100% alors que même le proprio, qui a pourtant des techniques très efficaces (la capture de clients), n’y arrive pas.
    D’ailleurs, vous pensez illustrer l’incompétence du libre en montrant qu’ils n’ont pas su proposer d’alternative à Flash. Où sont les alternatives proprio à Flash ? J’en conclus que les développeurs de logiciels propriétaires sont tout aussi incompétents que ceux de logiciel libre.

    Et est-ce que le fait qu’il n’y a pas d’alternative n’est pas justement une preuve qu’il y a capture de clients (et que donc même si qlq’un fait qlq chose d’équivalent, son produit fera faillite puisque les usagers de Flash ne peuvent pas changer) ? Le SVG, libre et normalisé W3C en 1999, permettrait de faire tout ce que fait le Flash, mais pourquoi perdre son temps avec ça puisque le Flash a capturé les clients ?
    En fait, vous ne faites qu’appuyer mon propos.

  105. cette phrase m’a beaucoup fait rire, tellement "geekocentré" (mot que je viens d’inventer ^^)
    "si cela ne met pas une nouvelle fois en exergue la faillite absolue en amont de l’école (et des parents) quant à la sensibilisation au logiciel libre et sa culture."
    je partage l’idée mais bon faut peu être qu’on sorte de notre monde de technophile un peu…

    pour en revenir à l’article:
    10 ans sous windows, 1 an sous ubuntu, depuis 1 an sous mac osx.
    je me vois mal revenir sous windows ET même sous ubuntu, désolé pour le libre…
    je trouve osx énormément au dessus de ubuntu (pas testé d’autres linux) pour plein de détail qui facile l’usage courant.

  106. Le truc rigolo c’est qu’avec apple, ils pourrons sortir les pire merdes qu’ils veulent, leur fanboy les achèterons toujours, pour la simple raison que ils n’achète pas un produit mais une image et que, t’en fais pas, le même tocard qui te disais hier "ouai non mais tu comprend linux, pfou, trop dur, j’ai du cliquer 2fois au lieu d’une, t’rend compte!, alors que mac t’as vu, trop classe" ne dira absolument rien quand il aura a forcer un peu plus pour utiliser sa pomme pourris, là, z’en faites pas qu’ils se forcerons les cons, ils y passerons même des heures mais ils le ferons.

    M’enfin voila, ca sert a rien de discuter, parler avec les membres d’une secte c’est jamais très fun.

  107. Lawliet«Ou bien le libre n’a pas su s’imposer au bon moment et offrir des outils aussi pratiques, comme Flash par exemple. ;)»

    Fallait la noter celle là quand même, gros moment de rigolade.

  108. Mac OS X stable?
    Les exemples de problèmes de stailité sont nombreux:
    – Le finder qui foir ses connexion en FTP. Une tentative de l’utilisateur == 100 tentatives de connexion au serveur FTP. Résultat, après 2 tentatibes de connexions serveur FTP saturé. Et c’est du vécu.
    – Impossibilité d’imprimer sur une imprimante connecté à un serveur d’impression. Pourtant le serveur d’impression était CUPS et il fonctionnait (testé avec d’atres OS). De plus, même problème de flood qu’avec le finder sur du FTP. Du vécu aussi.
    – Après avoir choisis d’éteindre le PC, le dock de Mac OS X refuse de s’arrêter. Résultat le prossessuse d’extinction se stop nette et impossible d’aller plus loin. Ce problème dure depuis longtemps.
    – Xcode qui se stope lors de la compilation sans raison (mon code n’avait pas d’erreurs).
    – Le Finder qui se fige sans raison lors d’une connexion avec le protocole d’Apple sur un serveur.
    – Etc…

    Pourtant je suis pas un noob sur cette plateforme, j’en ai dépanné pas mal et j’y ai aussi développé quelques outils en C et en Obj-C. Mais force est de constater que c’est pas stable.

    Concernant les commentaires ici: Beaucoup disent "heureusment que Canonical est là" mais Cannonical fout pas grand chose. Déjà la communauté d’Ubuntu ne fait pas souvent remonter les patches en amont pour pas que d’autres distribs en proffitent. Il est aussi arrivé qu’ils doivent patcher leurs propres patches par ce qu’ils étaient trop pressé. Sans oublier que pas mal d’"innovations" que certains semblent donner à Ubuntu viennent en fait de Fedora.

    Non, Ubuntu c’est juste la distib dont tout ceux qui parlent de ditrib en parlent. C’est tout. Fedora est bien plus en avance et plus stable. Et j’en parle en connaissance de cause car ça fait un bon moment que je l’utilise et ce pour plusieurs tâches:
    – Classiques (mail, web, musiques, vidéos, IM, etc…)
    – Montage vidéo (Cinelerra).
    – Montage audio (Audacity).
    – Virtualisation multi-architectures (Qemu).
    – Programation (C, Python).

    Le tout installé et près à l’emploie en quelques clics. Et pou l’instalation de Fedora ça n’a demandé que qu’une minute pour choisir mes option, tout le reste est automatique . La configuration et l’utilisation de cette distribution et un pure plaisir. La seul raison qui me pousse à bidouiller est que j’aime ça. Et pour cela les outils fait par Red-Hat sont un vrai plus.

    Le seul problème que j’ai rencontré est un dépendance non respecté lors d’une mise à jour. 10 min après je rentente la mise à jour et c’était réglé.

    Quand à ceux qui disent que GNU/Linux n’est pas bon pour l’infographie: Demendez à l’équipe de design de Fedora. Ils sont très doué et utilisent Fedora pour leurs créations. Ils ont même fait une version dédié de Fedora: http://spins.fedoraproject.org/desi

    De mon coté je débute dans l’inforgaphie, donc il serait préférable de leurs demander. Mais au vue de leurs création, GNU/linux n’a pas à être rabaissé face à Mac OS X. Surtout que c’est principalement une question d’images due à la renommée des produits d’Adobe. J’ai rencontré le même problème dans le domande de la virtualisation où "si t’as pas une licence WMWare, t’es pas un pro". Portant dans les fais Qemu s’en sort tout aussi bien voir mieux que WMWare. J’utilise la solution proposé par Red-Hat: Virt-Manager + LibVirt + Qemu. Bien moins de problèmes qu’avec WMWare.

    Mais plus qu’une renommé, le libre manque de fabricants qui proposent des machines out-of-the-box ainsi que d’un marqueting lourd. Certe il existe des revendeurs, mais les PC proposés sont trop souvent des Clevo qui sont loins d’être bon. La seul machines potable que j’ai vue ces dernières années est fait par Pegatron (http://zareason.com/shop/product.ph…) mais même là ça manque d’options.

    Bon, je vais peut-être cassé le mithe autour des MBP: Aujourd’hui concevoir un PC portable c’est principalement concevoir un chassie, le circuit imprimé de la carte mère sur lequel on met un jeux de composants (NorthBridge, Southbridge, chipset wifi, etc…) déjà fait et l’alimentation (pour le BIOS c’est très souvent sous-traité). Ce jeux de compasant (qui va définir les fonctionnaliés de la machine ainsi que sa consomation et sont volume (refroidissement necessaire)) est fournit pas le fabricant du µP (Intel, AMD, VIA, etc…). Par exemple chez HP on a un grand choix mais le tout est classé suivant les gammes basse, moyenne et haute. la plupard des PC portales prennent dans le bas ou moyen gamme et les MBP, HP Envy, etc… prennent dans le haut de gamme. Y a rien de magique là dedans.

    Mais pour prendre dans le haut de gamme, faut pouvoir garantir un certains nombre de vente, et pour celui il faut un bon service marketing. Sans marketing on vend rien. Et pour avoir un bon marketing il faut de l’argent. Et pour avoir de l’argent faut vendre. Etc…. C’est le cercle visieux qui permet aux gros de rester et oblige les petits à vendre du Clevo.

  109. "Lawliet«Ou bien le libre n’a pas su s’imposer au bon moment et offrir des outils aussi pratiques, comme Flash par exemple. ;)»

    Fallait la noter celle là quand même, gros moment de rigolade."

    Y’a pas de quoi rigoler. Flash a bien pu s’imposer parce que très pratique (prise en main simple, largement présent sur les principaux O/S), et parce qu’aucun équivalent n’existait alors. Sinon pour quelle raison un logiciel aussi foireux aurait réussi à devenir aussi présent?

    ps: *, peut-tu préciser ta pensée quand tu parles de "merdes"? Ça permettrait de mieux comprendre ton propos.

  110. alex i.

    "M’enfin voila, ca sert a rien de discuter, parler avec les membres d’une secte c’est jamais très fun."

    Tu dois bien t’ennuyer dans la vie, si ton seul "fun" consiste à parler avec des gens d’accord avec toi.

  111. Pour moi la réponse tient en 2 mots : les jeux.
    Pas ou peu de jeux à la mode sur linux, plein / pas mal de jeux pour WIN / MAC.
    N’oubliez pas qu’on parle des jeunes.

    J’ai tous ces OS chez moi et Ubuntu est mon préféré mais je ne joue presque plus.

  112. @elem, j’ai pas envie de l’expliquer, je répondrais juste que c’est pas malheureusement la seule chose qui ait pu s’imposer en étant une grosse bouse.

    @alex.i tu notera que je parle de sectaires, pas de simple gens n’ayant pas le même avis que moi.
    Dans le cas présent, on a beau dire et expliquer tout ce qu’on veut, on a tord et on se fais dessuite traiter de barbu etc

    Et plus précisément, c’est pas que c’est pas fun, c’est plutot que c’est de la perte de temps et je préfère faire autre chose.

  113. Lawliet

    @ j-c

    Je trouve que vous y aller fort avec le terme "incompétent", ce que je veux dire c’est que le libre n’a pas trouvé l’opportunité pour imposer ses outils au reste du monde. Flash a permis à de nombreux artistes de s’exprimer sur internet sans toucher une seule ligne de code, était-ce le cas avec SVG ? (C’est une vrai question, je ne connais que peu cette technologie)

    "Donc, vous êtes totalement d’accord avec ce que je disais plus tôt: "Vous avez tout à fait le droit de choisir d’emmerder vos concitoyens juste pour en tirer un bénéfice personnel égoïste. Maintenant, ne venez pas vous plaindre qu’on vous le reproche."

    Sincèrement, je n’ai pas l’impression d’emmerder mes "concitoyens", ou 1% tout au plus, le reste se fout éperdument du libre et le vis très bien.

    "Et est-ce que le fait qu’il n’y a pas d’alternative n’est pas justement une preuve qu’il y a capture de clients (et que donc même si qlq’un fait qlq chose d’équivalent, son produit fera faillite puisque les usagers de Flash ne peuvent pas changer) ?"

    Une capture de client ? Mais que ça soit libre ou non, quand les utilisateurs ont acquis des compétences dans une technologie et des habitudes profondément ancré, il est difficile de leurs en défaire. Je ne vois pas en quoi le proprio enchaîne plus ses utilisateurs que le libre .. Le développeur et l’artiste utilisera toujours l’outils le plus puissant et le plus ergonomique, et c’est clairement Flash pour l’instant. Le libre crache sur Flash, mais s’en en proposer une alternative viable, c’est ridicule.

    Et il existe une alternative proprio, Silverlight (il me semble qu’il est assez similaire à Flash). Le proprio a le mérite d’offrir une alternative, on attend toujours le libre et son HTML5. :)

  114. djcode34

    Juste une expérience personnelle:
    Je viens de finir une licence orienté informatique et communication ou nous avons travaillé un peu sur une débian.
    Le problème n’est pas que les jeunes ce foutent du logiciel libre, c’est qu’un système linux leur fait peur pour une part, d’autre part l’éducation nationale incite très fortement à utiliser des produit apple. Avant cette licence j’utilisais windows avec des logiciles libres (j’ai 24 ans pour information) suite à cette année d’étude je suis passé à linux mint qui me convient parfaitement dans le cadre d’une utilisation normale et que je trouve plus fun qu’un mac car j’apprend toujours quelques chose.
    Les jeunes ne sont pas sensibilisés à la problèmatique du libre ni à ces enjeux et je trouve que l’éducation nationale n’aide pas sur cette question.

  115. @Lawliet:
    «Sincèrement, je n’ai pas l’impression d’emmerder mes "concitoyens", ou 1% tout au plus, le reste se fout éperdument du libre et le vis très bien.»

    En voilà deux gros mensonges.
    – Les gens ne s’en foutent pas. D’avoir participé à des manifestations de promotion du logiciel libre je peux te garantire qu’ils s’en foutent pas. Ils ignorent que ça existe, ou alors ils le connaisent mal en pensant que le seul avantage est l’accès au code source et comme eux ne l’utiliseront pas ils pense que ça les concernent pas (grave erreur, car il ne prend pas en concidération les autres qui pourront ll’utiliser et faire profiter leurs améliortation à tout le monde sans exception. Sans oublier la transparence, pièce maitresse de la confiance. Si on accorde de la confiance sans transparance, ça s’apelle de la naïveté.).
    – Les gens qui n’utilisent pas du libre ne le vivent pas bien. Combien de problème d’écran bleu pour lesquels seul une seul entreprise peut y faire quelque chose? Combien de problèmes de DRM (ex: le bluray Avater)? Combien de problème de slcurité car la sécurité par l’obscurentisme c’est pas efficace du tout et qu’une entreprise seul n’a pas les moyen d’assuré la sécurité face aux failles de quelque chose d’aussi gros et complexe qu’un système d’exploitation? Combien d’utilisateurs qui ne peuvent pas utiliser n’importe quel OS car l’éditeur de son soft ne le fournissent que pour un ou deux OS (et il se prend pour qui cet éditeur pour choisir les OS à la place des utilisateurs?)? Combien d’utilisateurs qui peuvent pas changer de logiciels car celui qu’ils utilisaient avant à sauvegarder tout leurs traveaux dans un format proproi et obscure? Combien de données perdu pour la même raison quand un soft proprio n’est plus maintenu? Combien de…..Bref, on le voit le logiciel proprio pose beaucoups de problème que beaucoup trop de gens concidèrent comme "normeaux".

  116. Lawliet«Et il existe une alternative proprio, Silverlight (il me semble qu’il est assez similaire à Flash). Le proprio a le mérite d’offrir une alternative, on attend toujours le libre et son HTML5. :)»

    Mais ZOMG KOUA!

    Plus tu jacte ici plus tu racontes de la merde en barre, ca en devient assez impressionnant.
    Je sais pas bien si ca vaut la peine que je démontre la bêtise de ton commentaire, n’importe qui de plus futé que toi l’aura facilement remarquer…

    Bon, si quand meme, HTML5 est là est il fonctionne très très bien, merci et en partie grace a lui on peut en revenir enfin au fondamentaux qui sont que si on préfère lire la video sur notre pc dans le lecteur de notre choix on le peut, et le tout dans une codec libre.

    FLASH est a a toujours ete une plaie pour le web, rien d’autre, je vois pas en quoi "des artistes" se sont exprimer grace a lui et n’auraient pas pu le faire sans, non plus.

  117. @*: Même si je comprends ton ennervement (c’est casse pied d’argumenter dans le vide, surtout quand ton interlocuteur croie t’avoir rembarré avec une remarque idtiote et fausse), mais s’il te plais reste polie.

  118. Lawliet

    Au lieu de t’énervé, argumente, parce que c’est toi qui est ridicule là. Si tu pense que j’ai tort, et bien explique moi, mais calmement :)

    Tu trouve que Flash c’est de la merde, très bien, moi je trouve que c’est une formidable technologie pour les artistes, même si elle a ses défauts. Voilà tout, mains ne t’énerve pas inutilement. ;)

    "Bon, si quand meme, HTML5 est là est il fonctionne très très bien, merci et en partie grace a lui on peut en revenir enfin au fondamentaux qui sont que si on préfère lire la video sur notre pc dans le lecteur de notre choix on le peut, et le tout dans une codec libre."

    HTML5 et Flash sont incomparable pour l’instant. Et la technologie Flash ne se limite pas à la vidéo..

    "FLASH est a a toujours ete une plaie pour le web, rien d’autre,"

    bah voyons. :/

    Enfin bref, ça ne sert à rien de parler avec un linuxien au limite de l’extrémiste, avec son discours casi religieux, et sa haine envers les utilisateurs de solution qu’il n’approuve pas. :/

  119. Manuel

    Mac fait un gros boulot d’ergonomie, c’est un vrai travail qui demande du temps et de la réflexion. Il y a le fait que tout le monde n’a pas l’âme d’un bricoleur… et puis il y a le fait qu’on parle d’étudiants: à moins qu’ils soient en informatique, leur intelligence est déjà très mobilisée sur d’autres sujets !

  120. @Lawliet
    «HTML5 et Flash sont incomparable pour l’instant. Et la technologie Flash ne se limite pas à la vidéo..»
    HTML5 non plus.

    De plus * n’est pas un extrémiste: il a raison dans ce qu’il défend. Son seul tord est dans la façon qu’il le défend. Plus de politesse et de calme serait bien plus efficace. Concernant les arguments, sachant que ceux qui s’opossent à lui ne prendront pas la peine de les lires je ne peux pas le blâmer pour ça.

  121. @ Lawliet:
    Si vous parler des lecteurs videos de Flash, non, je ne sais pas non plus si le svg permet de faire ça.
    Par contre, je sais que la mise à disposition de video sur le web existait depuis bien avant le Flash, mais nécessitait un plugin.
    En fait, si Flash s’est imposé comme "lecteur de video", c’est avant tout parce que Flash s’est d’abord imposé comme plugin pour animation vectoriel (ce pour quoi le SVG a été normalisé).
    En d’autres termes: si les internautes avaient d’abord installé le plugin VLC avant d’installer le plugin Flash, Flash aurait été vu comme une "mauvaise solution pour la vidéo", car la seule différence était le fait qu’il fallait rajouté un plugin.
    (Et notons aussi qu’insérer une vidéo dans du Flash requiert de la programmation. Celle-ci est invisible à l’utilisateur car elle est automatisée par le site qui diffuse la vidéo. Mais donc, que ce soit n’importe quelle technologie, ça aurait eu le même effet)

    "Sincèrement, je n’ai pas l’impression d’emmerder mes "concitoyens", ou 1% tout au plus, le reste se fout éperdument du libre et le vis très bien."
    Ce n’est pas parce qu’ils n’en sont pas conscient qu’ils ne subissent pas les effets néfastes. Par exemple, le lent développement d’IE a fait stagner l’html durant des années. Le web dynamique qu’on voit aujourd’hui aurait du arriver il y a 5 ans. Renouveler les infrastructures basées sur IE6 en Angleterre va couter des millions aux contribuables. Si l’activeX avait été libre, cette technologie aurait pu évoluer, tandis qu’aujourd’hui, MS se contente de dire: "l’activeX, on ne fait plus. Rachetez donc nos magnifiques solutions en .NET".
    Je pense que 99% des citoyens ne sont pas conscients que millions qui sont perdus parce qu’ils ont eux-même défavorisé le libre.

    "Je ne vois pas en quoi le proprio enchaîne plus ses utilisateurs que le libre .."
    C’est simple. Si je me spécialise dans le Flash, je serais obligé d’utiliser les outils Adobe. Si demain, Adobe sort FlashCreator8 à 1000 euros et que tout les plugins sont remplacés par des plugins Flash8 sur lequel mes programmes ne tournent plus, j’ai deux possibilités:
    – soit abandonner et reprendre depuis 0
    – soit casquer comme les autres.
    Imaginons maintenant que je code en Java. Oracle sort JavaCreator8 à 1000 euros et tout les plugins java d’Oracle sont remplacés par des plugins Java8 sur lequel mes programmes ne tournent plus. Que va-t-il se passer ? Et bien je vais répondre: "si c’est comme ça, je vais développer mon programme sur un des nombreux autres logiciels de créations pour Java et mon programme tourne de toute façon bien sous le plugin Java édité par IBM, sur le plugin Java édité par Apple, sur le plugin Java édité par MS, sur le plugin Java édité par Google, sur le plugin Java libre, …".
    Bref, si Oracle fait ça, il risque surtout de voir son plugin être rejeter par les utilisateurs ("il est pourri, ce plugin, contrairement à tout les autres, certains programmes ne marchent pas").

    Pour résumer, la grande différence est que pour un logiciel proprio, l’éditeur a toutes les cartes en main pour faire ce qu’il veut et le développeur ne peut que suivre, tandis que pour un logiciel libre, l’éditeur est forcément soumis à la concurrence (c’est forcé: n’importe qui peut faire un fork). S’il fait un choix qui ne convient pas au développeur, le développeur peut se tourner vers un concurrent.

    "Et il existe une alternative proprio, Silverlight"
    Dans ce cas, le problème n’est pas que le libre ne propose pas d’alternative, mais simplement que vous ne les connaissez pas. L’équipe de Microsoft qui développe Silverlight collabore étroitement avec l’équipe de Novell qui développe Moonlight, une implémentation libre de Silverlight (vous pouvez avoir plus de détail sur Wikipedia anglophone). Bref, Silverlight n’est que le nom "proprio" du framework Silverlight/Moonlight, alternative libre à Flash.

    Par ailleurs, l’HTML5 est déjà là et fonctionne déjà très bien pour remplacer le Flash. Pour preuve: youtube, dailymotion et vimeo propose déjà des solutions basées sur HTLM5, et aucune sous Silverlight. Bref, vous semblez dire que Silverlight est en avance par rapport à l’HTML5, mais dans les faits, dans la grande majorité des cas, quand le Flash est remplacé par une technologie alternative, c’est de l’HTML5.

  122. @ Manuel: Ah par ce que tu crois que dans le libre on fait auncun effort pour l’ergonomie? Je t’invite alors à lire ceci: http://library.gnome.org/devel/guid

    Bricoleur? Plus obligé. Tu prends ton ordinateurs chez Novatus et t’as une machine sous GNU/Linux out-of-the-box.

  123. Lawliet

    @ korbe

    "«HTML5 et Flash sont incomparable pour l’instant. Et la technologie Flash ne se limite pas à la vidéo..»
    HTML5 non plus."

    Effectivement, mais HTML5 ne possède pas encore les outils que possède Flash. ;) D’où le "pour l’instant".

  124. @Lawliet: Mais lesquels d’outils? C’est bien beau de dire "ceci est meileur que celà", mais ça vaut rien si on dit pas pourquoi.

  125. Un des intérêts de Flash est de permettre à des gens dont le métier n’est pas programmeur de travailler sur des contenus plus ou moins interactifs. Un point pour lequel il n’existe pas d’équivalent: SVG et HTML5 sont des standard, mais il n’existe pas encore d’outil comme le logiciel Flash (qui peut-être mi-wysiwig, mi-IDE) qui permette à ces technologies de ‘percer’ certains milieux.

    HTML5 peut cependant remplacer Flash, et à toute les raisons de le faire, mais le problème reste les outils pour le faire, et un peu aussi de mauvaise habitudes. Quant à Silverlight, je me suis toujours demandait qui chez Microsoft avait eu cette idée stupide de vouloir concurrencer un logiciel voué à disparaître aux profit de technologies standardisées et ouvertes. Avec le succès qu’on connaît.

    @manuel: ça me parait une bonne réponse, en particulier la dernière phrase

  126. @YAZombie : "Il faudrait cesser de vivre dans un rêve et commencer à se dessiller les yeux – c’est le seul moyen de changer -, la France est au moins aussi violente socialement que les USA et même probablement plus."

    Les étudiants s’endettent plus. C’est pas forcément mieux. Quand tu contractes un prêt, vu le prix que coute les études, j’imagine que tu peux garder suffisamment d’argent pour singer les plus friqué.
    En france, il n’y a pas cette culture de l’endettement, ou moins, et quand on voit à quoi est dus la crise, on se dit que c’est peut être mieux comme ça.

    La question de savoir si la France est socialement aussi violente que les états-unis est intéressante mais il faudrait un autre article pour ouvrir cette discussion de fond.

  127. Florian

    Il manque un détail dans l’article. Rien n’empêche un étudiant fanboy d’Apple et donc uniquement soucieux de son paraître (en gros la grande définition pas du tout stéréotypée de l’utilisateur Mac type selon les amoureux de Linux) de mettre un paquet de logiciels libres sur son Mac.

    Firefox, OpenOffice, Songbird… tout ça fonctionne et ça remplit 90% des besoins.

    Si au final il reste sur Safari/Chrome ; iWork/Office Mac ou iTunes, c’est très certainement pour partie par un manque d’info, ou de débrouillardise (on peut avoir un ordinateur et être paumé sorti de Word ou de Facebook) mais aussi parce que ces softs sont quand même mieux fichus que leurs cousins du libre.

    Tu lances OpenOffice derrière Office Mac, ça fait peur rien que l’interface. Alors ok, on peut se dire que peu importe le look, l’important c’est ce qu’on fait avec l’application. Mais à ce compte là on pourrait aussi demander aux fabricants de bagnoles de juste nous faire les même lignes qu’il y a 15 ans, ça ira très bien tant que le moteur est aux normes actuelles.

    On a toujours avec les softs du libre l’impression d’être sur une autre planète, et pas toujours une très belle.

    Quand on a passé du temps dans l’environnement de Mac OS X, qu’on a un Mac sous les yeux eh bien ces soft ne donnent pas envie. Et tant pis si ça peut paraître futile de s’attarder sur des questions esthétiques, mais encore une fois ça compte dans ce qui forme l’expérience utilisateur.

    Le jour où Firefox ressemblera *vraiment* à une appli Mac et pas à une appli avec des truc proprio et d’autres d’il y a deux générations de Mac OS (j’exagère un peu) alors je songerai à quitter Safari.

    Je crois du coup qu’au delà du côté chic et tendance, les étudiants ils veulent surtout un truc qui ne les emmerde pas, qui soit relativement simple à utiliser, et si en plus c’est pas moche, alors banco.

  128. Florian

    PS : le clavier rétro-éclairé on peut trouver ça con mais quand on l’a, on est bien content :-)

  129. @ Florian:
    "Je crois du coup qu’au delà du côté chic et tendance, les étudiants ils veulent surtout un truc qui ne les emmerde pas, qui soit relativement simple à utiliser, et si en plus c’est pas moche, alors banco."
    Dans ce cas, pourquoi ne prennent-ils pas un portable chez Novatux ? Le bureau est graphiquement très agréable, toutes les applications sont cohérentes, tout est correctement configuré (il n’y a pas besoin d’ouvrir une seule console) et contrairement à Mac, il ne faut pas installer à la main Skype, le plugin flash, les codecs pour lire un dvd, un logiciel de traitement de texte, … et si qlq chose manque, qlq clics permettent de l’installer avec le gestionnaire de logiciel tandis que sous Mac, il faut chercher (parfois longtemps) sur internet sans même savoir sur quoi on va tomber.

  130. Digitalizer

    Hello,
    moi je ne jure que par mac.

    J’étais PC depuis 1996, j’ai crié au scandale quand j’ai utilisé un mac pour la première fois en 2002 via mes études.

    Entre 2002 et 2005 (j’étais étudiant), j’ai utilisé et appris peu à peu à me servir d’un linux en installant ma debian sid et en la configurant et plus tard (considérant que j’en avais marre de passer toute ma life à updater des merdes que je n’utiliserai jamais tous les jours/voyant qu’il m’aurait fallu bcp de temps pour configurer une interface graphique digne de ce nom -je crache sur et je haie KDE, je préférais xfce mais pleins de choses ne m’allaient pas…/espérer que ces boulets d’ATI sortent un pilote pour ma pauvre carte graphique/espérer que les dev merdeux de nvidia n’ont pas chié leur pilote/checker freshmeat tous les matins/voyant que je me transformais comme tout geek en cherchant à battre l’uptime de ma vie) je décide de laisser tomber linux après mettre remis de mon douloureux passage à la la distrib la plus nulle de linux: ubuntu.

    Puis en 2005, j’ai un déclic, je me dit il me faut une nouvelle machine avec un bon écran pour seconder ma machine de pur geek aka ibm thinkpad t41p (la bête est toujours alive et me sert au quotidien). Je dépasse mes aprioris envers le mac et décide d’acheter la SEULE alternative qualité/prix/encombrement/praticité dans le commerce: l’imac (la première série revB).

    Depuis, je suis passé à un octo nehalem depuis 2009. Je suis satisfait de l’environnement de travail du mac et des possibilités offertes par le système bsd. Plus besoin de customiser quoi que ce soit (ou tout du moins, je custom que ce dont j’ai besoin genre ssh, ipfw…), c’est un délice de ne plus avoir à penser à quoi que ce soit, et surtout, de ne plus être tenté à vivre comme un geek. Et surtout, de ne plus me sentir prisonnier par un système d’exploitation (que ça soit la passoire de windows, l’ultra custom de linux -l’atout de linux btw- ou l’infame bouse d’ubuntu).

    Je pourrais parler de l’open source en général dont je dépend assez car je fais un peu de dev, mais il me semble que cet article est clairement orienté contre les macintoshiens et je voulais bien faire part de mon expérience étant donné que je suis passé par tous les os très répandus (considérant que les leet devraient passer à autre chose de plus difficile…) et ai trouvé mon bonheur que sous mac.

  131. René la Taupe

    N’oubliez jamais que le tube de l’été, c’est"René la Taupe".
    Véridique !
    http://www.slate.fr/lien/26315/rene
    Après ça plus rien ne m’étonne comme par exemple le succès d’Apple.

  132. Kalenx

    @ Digitalizer

    Eh bien tant mieux si tu as trouvé "ton" système parfait. Mais je ne suis pas d’accord lorsque tu dis des choses comme :
    "Et surtout, de ne plus me sentir prisonnier par un système d’exploitation (que ça soit la passoire de windows, l’ultra custom de linux -l’atout de linux btw- ou l’infame bouse d’ubuntu)."

    Ubuntu est une distribution qui a sa philosophie propre, et qui intéresse un certain nombre de gens qui y voient une façon simple de s’initier au libre.
    Ça a d’ailleurs été mon cas, voilà 5 ans (et dans ce temps, Ubuntu n’avait pas le dixième des facilités qu’il offre aujourd’hui).
    Depuis, j’ai commencé à me sentir à l’étroit, et je suis passé à Debian, Gentoo (où je me suis aperçu que j’allais trop loin pour moi), puis finalement ArchLinux que j’utilise depuis 2 ans et qui est ma distribution idéale.
    Est-ce que ce serait celle de ma grand-mère? Probablement pas, pas plus que ce serait celle qu’une grande entreprise choisirait pour équiper ses postes de travail.
    Mais à moi elle me convient.

    L’erreur que beaucoup de gens (dont visiblement toi) font est de transformer le "je n’ai trouvé mon bonheur que sous Mac" en "on ne peut trouver le bonheur que sous Mac".
    Un changement de pronom qui change tout (et, remarque, on retrouve la même chose du côté des utilisateurs des autres OS, mais d’une façon souvent moins répandue).

    En soit, je n’ai rien contre le fait que le gars à côté de moi possède un Mac et soit heureux avec, j’en ai contre le fait qu’il me bassine à tous les jours à me montrer comment c’est "tellement mieux que ton PC pourri".

    De même, je n’en ai pas en soit contre Apple, mais j’en ai contre leurs politiques.
    Apple est une compagnie pour qui les logiciels libres :
    – Sont une part importante de leur système (on peut penser au classique noyau mach / FreeBSD, mais il y a également Webkit, fork de KHTML, le compilateur/débogueur GCC et GDB, le système d’impression CUPS, etc., les exemples sont beaucoup plus nombreux que l’on pense)
    – Ont été un des facteurs qui ont permis sa renaissance à la fin des années 90 avec l’arrivée de MacOS X

    Je trouve extrêmement hypocrite leurs tendances à stigmatiser toute vague ressemblance avec leur système (voire en faire un argument marketing).
    Je me souviens une keynote où un vague co-directeur d’Apple parlant un anglais horrible se complaisait à décrire comment Windows Vista avait "copié" MacOS, au grand plaisir des fans présents.
    Tout y passait : l’ajout par Microsoft d’un calendrier dans Windows Mail (?), la fonction de recherche rapide du menu démarrer qui aux dires du gars était un copier-coller de SpotLight — comme si Apple avait inventé la recherche –, voire même reprocher à Microsoft d’avoir inclus le support des flux RSS dans IE (pour une fois que Microsoft se décide à respecter un standard).
    Pas que j’apprécie Microsoft, loin de là, mais j’aurais aimé pouvoir, en réponse, faire une liste de toutes les innovations ou programmes d’Apple issus du libre. Ça aurait pu être comique…

    Je ne peux pas supporter l’hypocrisie d’une société qui d’un côté se dit "différente" et qui doit tant aux logiciels libres, et de l’autre va jusqu’à refuser l’entrée de ces logiciels libres dans son AppStore.

    Le problème n’est pas que 30, 40, 50 ou 70% des étudiants aient un Mac, mais que par là, 70% de ces étudiants ne verront pas la force du logiciel libre qui est pourtant une des bases de leur ordinateur trop cool et branché.

  133. @Florian : Mettre du logiciel libre sur un PC Apple, oui. Sur un ordinateur de poche, iPhone ou iPad, non, puisque ne peuvent s’installer que les logiciels qui ont la bénédiction d’Apple, ce qui interdit toute liberté. Ces contraintes sont simplement incompatibles avec le logiciel libre.

  134. Décidément, que de passion à la suite de cet article!

    En relisant le tout et en essayant d’y voir clair, je fais le constat qu’il y a un nombre conséquent de pro-Mac, d’où ressortent en gros en deux catégories.

    Ceux qui utilisent des logiciels libres, mais trouvent que la plate-forme la plus confortable, efficace, belle, etc. pour les utiliser est le Mac

    Dans cette 1ère catégorie, il y a ceux qui sont conscients de leur dette vis à vis du logiciel libre, et en conséquence ont des avis nuancés, ou expriment des regrets de n’avoir pu trouver ce dont ils avaient besoin en restant intégralement dans un environnement libre.

    À cette première catégorie, sans tomber dans l’anathème, je répondrais dans le même sens que J-c; le problème est qu’ils contribuent à alimenter une entreprise qui par nature voit ses sources de revenu et de croissance être en opposition avec les LL.

    Ceux qui rétorquent que son architecture repose sur du BSD, qu’elle diffuse certains logiciels sous des licences «proches» du libre (le poison est dans le détail…), je dirais que tout ça, c’est du pipeau, de l’opportunisme, des manoeuvres circonstanciées savamment pesées selon l’intérêt du moment. Quand un soupçon d’ouverture lui apporte un surcroît de profit, elle le fait. Dès qu’un peu plus de fermeture lui assurera le même effet, elle le fera. Ne l’oublions jamais.

    Si elle avait pu trouver un accord avec l’ensemble de l’industrie musicale pour que le seul format numérique soit un mp3 modifié lisible seulement sur ses logiciels de lecture, ça aurait été fait.

    Nous devons nous féliciter chaque fois qu’un gros acteur du monde numérique a vu lui échapper une situation de monopole qui lui aurait permis d’agir dans le même sens. On l’a échappé belle avec les standards du web qui auraient pu être contrôlés exclusivement par Ms et IE, de même avec le format de vidéo wmv, avec le flash, etc.

    En ce qui concerne apple et Microsoft, on ne souligne pas assez que la perversité de leur démarche provient du fait qu’ils opèrent dans des secteurs diversifiés, et qu’ils usent du fameux «abus de position dominante» dans chacun de ces secteurs pour augmenter leur position dans les autres.

    Pour être plus clair, si Apple ne faisait «que» de la diffusion d’oeuvres musicales via le net, elle distribuerait un logiciel de lecture pour tous les environnements, puisque son intérêt serait d’élargir et de bien traiter toute sa clientèle potentielle. C’est ainsi qu’agissait RealNetworks avec son player, c’était une situation plus saine, malgré les défauts du format.

    Quand Opera diffuse un navigateur, idem.

    Mais quand Apple ou MS vendent à la fois des lecteurs portables, un système d’exploitation, du hardware, ont des participations dans l’industrie musicale, dans du contenu, elles ne peuvent qu’être tentées de contraindre la clientèle à être «rabattue» vers un de leurs produits, c’est inévitable.

    Pensez à cette polémique au sujet du codec vidéo pressenti pour être intégré à l’html5, et qui a donné à l’occasion de Steve Jobs de sous-entendre que même dans le cas des codecs présentés comme libres, il y aurait peut-être des brevets détenus par Apple à leur sujet… c’est peut-être du FUD, mais c’est quand même une menace.

    Donc je ne peux pas approuver ceux qui achètent du Mac, désolé, j’espère ne jamais devoir être amené à faire comme eux.

    Quand à la deuxième catégorie des pro-Mac, venant proférer des propos dénigrants sur la qualité des LL, je me demande ce qu’ils viennent faire sur ce site. Non pas que je leur dénigre le droit d’y participer, mais je me demande ce qui les y amène, puisque c’est un site qui y est exclusivement consacré.

    J’aimerais comprendre, c’est tout. Ils viennent ici comme d’autres sortaient de leurs beaux quartier et cassaient du bougnoule pour se défouler ? Grand bien leur fasse…

    Enfin, et en partie pour répondre à ces derniers, faisons les bons procès aux bonnes personnes… Si les Mac fonctionnent bien, c’est parce que le fabriquant du matériel en a configuré la partie logicielle.

    Les développeurs d’Ubuntu pourront faire tous les efforts qu’ils voudront, ils n’auront jamais «la main» sur la machine où leur produit sera installé, donc ne pourront garantir que tout marchera. À ceux qui disent qu’Ubuntu fonctionne moins bien que «leur» Mac-OS, je dirais: avez-vous eu l’occasion d’utiliser Ubuntu sur une machine construite expressément à cet usage par un puissant groupe informatique?».

    Je possède un ensemble tout à fait officiel de cd d’installation de Windows XP pour Compaq trouvé sur Ebay. Oui, sachez que les grands constructeurs n’installent pas sur leur machine le windows de Monsieur tout le monde. Comparez un PC de grande marque avec celui assemblé par l’arabe du coin, vous comprendrez vite que l’un marche mieux que l’autre, vous saurez ainsi pourquoi.

    Dernier exemple pour conforter ça, mon petit portable est un HP mininote qui était vendu avec une Novell Suse (c’est un "refurbished" trouvé sur le net, il est symptomatique que cette configuration ait disparu du catalogue). Eh bien cette distribution, je ne l’aime pas, je l’ai remplacée par une autre à mon goût, mais croyez-moi, au premier démarrage, tout y était parfaitement fonctionnel.

    Autant que sur un Mac.

  135. @Kalenx: d’accord avec toi sur "chacun son OS".

    Pour ma part je travaille indifféremment sur linux, mac, windows, et tous les jours.

    Chacun d’entre eux m’apporte des choses bien différentes: des bonheurs (dont l’effet "bling bling" de mac!, l’effet "fierté d’être le chef de l’ordi" de linux, l’effet "j’en oublie l’OS" de Windows – ce qui n’est pas une tare), et des ennuis aussi sur chacun d’eux!

    Peut-être que, tout simplement, Mac correspond aux envies et besoins de plus en plus d’étudiants aujourd’hui – toujours indépendamment du prix (quoi que, quand j’étais étudiante, j’avais un mac et je mangeais des endives toute l’année pour entrer dans mes frais – on est bête quand on est jeune!).

    ça ne va pas dire qu’ils y resteront forcément; et de part la multiplication des outils (smartphones, console-tv, etc.) ils seront de toutes façons amenés à manipuler pas UN système mais des tas, et quotidiennement, et toute leurs vie.

    Ce ne sont donc pas des "clients perdus" pour le libre. Surtout qu’ils doivent avoir des tas de logiciels libres sur leur mac déjà.

  136. GopherZen

    @*
    "C’est bien pour ca qu’au final il ne reste qu’a apple que le coté chic branché petit bourgeois.
    Pourquoi payer un truc 1000€ alors que pour la moitié t’as la même chose… hum pardon, non, mieux en fait."
    Quand on a vécu dans des meubles "récup" ou "confo" pendant qq temps, on apprécie enfin de pouvoir se payer des meubles à prix raisonnable style "authentic style" home sweet home, ainsi que de remplacer son bureau "planche agglo et treteaux" par un bureau "imitation cuir" à prix raisonnable aussi. Le mac, c’est pareil : travailler sur du beau matos est agréable, quand on bosse sur des pc windows toute la journée, ou quand on a connu les tours de métal comme UC. Je ne me sent pas petit bourgeois pour autant, du fait que j’ai économisé pour pouvoir me payer un mac. Mais je ne dénigre pas les utilisateurs windows, et encore moins gnu/linux. J’aime la diversification des systèmes (même dans les netbooks je choisi la marque (alors là, vraiment, vraiment "little bourgeois" ;-p), j’aime aussi utiliser ma "framakey" sous ubuntu (là, je me la pète ;o) ) ; ça permet d’aborder et d’expliquer le libre, pour éviter d’entendre à propos de gnu/linux : "c’est compatible windows ?" . Comme quoi… tout est question d’éducation, d’ouverture d’esprit et de tolérance.

    "Pour la musique, tu sais donc qu’en achetant sur l’applestore tu commet là un horrible crime. :)"
    Eh oui (comment je m’appelle déjà : "Faust" ? ;=)). Mais je trouve aussi des cd "classiques" à un prix raisonnable sans perdre mon temps dans des magasins (où je paierai plus cher) et à qui ça fait ch* la gérante de commander parce que "import" (expérience vécue pour un cd de blues import (inconnu en France car pas diffusé et pas commercial) que j’avais acheté moins cher aux USA en 93 par internet (1er achat). Pour enfoncer le clou, j’achète aussi sur Amazon (bouh, la honte !). Et sinon, je découvre aussi des musiques sur des radios "internet" (qu’on entendra jamais sur nos radios commerciales) que j’achète directement aux musiciens, sur leur site, qui font l’effort de les compléter par une valeur ajoutée et de vendre à un prix raisonnable leur musique et pas de la daube de "l’industrie soit-disant musicale".
    Bref, ce n’est pas en arrêtant d’acheter Apple, ou Microsoft (un jour ou l’autre, comme pour l’invention du téléphone et tout le reste, elle seront concurrencées ou disparaîtront), qu’on sera plus libre car :
    1- les pc sont tous fabriqués au même endroit,
    2- l’utilisation et la diversification des os, des logiciels et du net sont l’affaire de tous (on entend plus parler du rembousement de la vente liée des os installés d’office). A chacun d’en prendre conscience (regardez Mandriva qui commence à avoir des difficultés). Mais je fais confiance aux "pionniers" du libre qui font de la pédagogie.
    3- là on on doit faire attention c’est la tentative de quelques uns de vouloir "breveter" toute utilisation des logiciels et du net (basés sur des formules mathématiques universelles qui appartiennent à l’humanité), de vouloir les verrouiller (Steve Jobs, Bill Gates (et les autres) vous avez déjà oublié "Ranx Xerox", "Douglas C. Engelbart", "Jef Raskin" et "Woz", et la musique qu’on partage dans la convivialité).
    Quand à l’iPad, trop cher, trop fermé (A//e où es-tu ?), c’est un gros iPod Touch (amusez-vous à faire de la PAO ou de la bureautique dessus ;o), vous passerez au clavier/souris comme tout le monde). Moi, je passerai à la tablette Android, ou je jouerai avec mon netbook (sous ubuntu). Na !

  137. Meuh non ils sont pas fasciné par la marque, tout ça c’est juste pour avoir l’autollant pomme à coller sur leur voiture…

    Mais quand je me fous de ceux qui, fiers commes des paons, arborent ce fameux autocollant, ils ne comprennent pas… C’est quand même une propagande tenace qu’ils ont du ingurgiter de leur plein gré.

  138. Digitalizer

    @Desidia je ne sais pas dans quelle catégorie me retrouver dans tes propos, mais j’aime les logiciels libres car ils apportent beaucoup à l’univers de l’informatique. En ce qui concerne les os, j’ai plus de mal. Je connais framasoft depuis des années et je viens dessus pour trouver des équivalents pc de logiciels libres en général (j’en ai moins besoin sous mac car j’ai d’autres sources).

    @Kalenx
    Je suis tout à fait d’accord avec la seconde partie de ton message, même si je pense qu’il est assez difficile pour moi de voir microsoft d’une manière plus positive qu’apple dans ses rapports avec l’informatique libre. Le marketing d’apple est ce qu’il est, souvent arriviste et mensonger: ils font bien leur boulot. L’entreprise dont je me méfie le plus c’est Goog. Je vois en Goog une véritable entrave aux logiciels libres en général.
    Concernant la première partie de ton message, je souhaite affirmer qu’il s’agissait là de mon point de vue et de mes préférences en matière d’os. Je ne pense pas du tout qu’un seul os réponde aux besoins de tous. Donc non, je ne me retrouve pas dans la catégorie "on ne peut trouver le bonheur que sous Mac". Et d’ailleurs, jamais je ne voudrai voir disparaître les distrib linux. Pour Ubuntu, j’ai vraiment été déçu et je déplore le manque d’usabilité générale de la seule distrib qui aurait pu me convenir au moment où j’en avais besoin. Je continue toujours de l’updater sur mon multiboot t41p mais je ne vois pas venir les changements de forme/fond que je souhaiterais.

    Quant à l’article, je pense que les chiffres us ne peuvent bien représenter la situation européenne: le parc du mac ayant toujours été supérieur en us que celui de l’ue depuis de nombreuses années avant les success story à la ipod/iphone/ipad…
    Quant à dire que les jeunes se foutent du logiciel libre, je trouve ça un peu "rapide". La côte de progression de firefox a été importante en europe. Il me semble que firefox est un bon exemple de l’open source qui a bien marché. On ne va pas se plaindre (oui j’utilise "on" même si je suis pro-mac) qu’une grande majorité des internautes ont décidé d’abandonner ie pour fx.

    Toutefois, je ne suis pas certain que le modèle du logiciel libre tel que nous le connaissons va exploser (entendre croître ses parts de marché) dans les années à venir si elle ne prend pas plus de recul vis à vis de certains géants et ne s’organise pas pour produire et se concentrer sur des besoins utilisateurs biens définis. La difficulté n’est pas tant de produire des logiciels qui sont une véritable alternative, mais plutôt de faire de ceux-là des logiciels incontournables. Voilà mon point de vue.

  139. Digitalizer

    Et puis j’en ai assez de voir des articles qui traitent les pro-mac (qu’ils soient djeuns ou pas/ne connaissent rien à l’informatique) être décris avec autant de condescendance et de bêtise. Tous les pro-mac ne sont pas des fanboys, tous les pro-mac n’ont pas succombé à je ne sais quelle puissance marketing (tout du moins, pas plus ni moins que les autres, pas plus que "les unixiens qui pensent écologie"). Et penser qu’une certaine catégorie d’utilisateur est plus intelligente que les autres car elle ne succomberait pas aux sirènes du marketing me fait vraiment, vraiment bien rire. Et puis ce qui fait la différence du logiciel libre (comparé aux entreprises je veux dire) c’est que les dev ont décidé que c’était la qualité de leurs logiciels qui parlaient pour eux (et pas le diabolique marketing).

    Ecoutez, on voit bien que cet article est complètement vide. Il n’y a qu’à voir la photo qui l’accompagne pour se faire une idée ridicule et aussi dénuée d’intérêt que cet article !
    NON pas que le logiciel libre ne doit pas se remettre en question pour mieux avancer. Mais il faut qu’il le fasse de manière plus intelligente, et ce, sans dénigrer toute la base qui n’est pas encore convertie à elle !

  140. Informatichien

    De toute façon, tous vos ordis sont fabriqués en Chine.

  141. KevMed

    Bonjour à tous !

    Je voudrais ajouter mon témoignage, puisque je rentre dans la catégories: étudiant/sur Mac/Apple consumer.

    Premièrement, je voudrais rappeler que même si ce n’est pas mon cas, acheter un Mac lors de l’opération Back To School Apple n’est pas une mauvaise chose, puisqu’Apple offre un iPod Touch. Par ailleurs, les remises éducation à hauteur de 6% sont très intéressantes…
    Donc acheter un Mac n’est plus tellement un "exploit" comme avant.
    Oui je paye un certain prix la machine, oui parfois j’ai l’impression qu’on me regarde bizarrement parce que j’ai un Mac (en amphi par exemple), oui j’ai connu Windows, et oui je connais Linux (EeePC).
    Mais jamais je ne reviendrais à aucun de ces autres plateformes. Seuls Mac OS X et iOS (j’ai succombé au charme iPhone, iPod et iPad) m’ont apporté le réflexe: "je fais ça sans me demander comment j’ai pu y arriver". Vous n’avez pas à vous adapter au produit, il s’adapte à vous, réellement.

    Avant je lisais quelqu’un parler du clavier rétro-éclairé. Franchement, c’est un gros gros plus. Et seuls ceux n’ayant jamais eu la possibilité d’en avoir un peuvent critiquer.

    Maintenant la grosse question qui fait mal: vous entendez quoi par logiciel libre sérieusement ?
    Linux et Ubuntu ? Euh, bonne blague !! Installer ça sur un Dell et se rendre compte que le clavier n’est pas reconnu et pas utilisable, on a vite fait de s’en passer. J’ai acheté à mon père il y a de ça quelques années un EeePC. Pour le fun… Il est sous son lit et un Vaio l’a remplacé.
    En ordinateur de bureau il était sur du HP avant, il vite fait de prendre un iMac. Ne serait-ce que l’écran (27") l’a décidé.

    Tout ça pour dire que non seulement il n’y a pas que les jeunes qui sont sur Mac (autours de moi il y a, allez, 10% de mes amis qui sont sur Mac), mais aussi les adultes. Que les compagnies multinationales peuvent aussi être sur Mac, Time Warner, 20th Century Fox, Facebook, IBM, UBS, Apple (fail)…
    Et que franchement, le logiciel libre, c’est bien joli, bien beau, bien gentil, mais ça reste une grosse blague. Java ? Ça n’est pas Open Source, puisque Google se fait tirer dans les pattes. Linux ? OK, Open Source, mais faut vraiment vouloir l’utiliser. De nos jours les "geeks" et les gens normaux n’ont franchement pas envie de mettre les mains dans le cambouis. Je reprends l’image de l’iMac: on branche un seul fil et ça marche. Basta. C’est ça que les jeunes (puisque vous parler des jeunes) et même les "adultes" veulent… Ensuite vous avez parlé d’Androïd ? Vous pensez sérieusement que c’est Open Source ? C’est pas parce que Google le donne gratuitement que ce n’est pas intéressé de leur part. Renseignez vous bien et cherchez tous les accords signés entre la société qui l’utilise et Google. Motorola par exemple, ils ont signé des "millions" de papiers avec Google pour pouvoir utiliser leur plateforme.

    Alors oui, Apple est une plateforme quelque peu fermée, mais nous ça nous va bien. Et les réfractaires, bah ils s’en vont et puis voilà. Le nombres de switcheurs que l’on peut accueillir chaque jour sur des sites comme MacGénération, MacBidouille ou Mac4Ever est incroyable !
    Apple, on l’aime ou on la quitte.
    Enfin, vous me laisserez doucement rire sur le nombre de logiciel Open Source aujourd’hui…
    Je préfère un bon gros Photoshop à Gimp voyez vous…

    Donc pour ne pas vous rassurez, beaucoup achètent du Mac, et de plus en plus (regardez les chiffres Piper Jaffray et cie) et de plus en plus, oui, c’est vrai, se foutent du logiciel libre. Moi en premier…

  142. Zebulon

    @KevMed : "Alors oui, Apple est une plateforme quelque peu fermée, mais nous ça nous va bien."

    Sacré témoignage non ! Merci pour la sincérité du propos. C’est ce type de profil qui fait le plus "mal" : je connais le Libre mais je préfère l’univers Mac et j’assume totalement !

  143. Y’a un truc que vous ne saisissez pas – si je puis me permettre.

    Les gars d’Apple, il se retrouvent en réunion et se disent : bon qu’est-ce que veulent les gens ?

    Et il en arrivent à la conclusion qu’ils veulent des trucs jolis, simples, bien intégrées, etc. Ils en arrivent à la conclusion que la bidouille et le contrôle sur la machine, les gens s’en battent les couillos.

    Ce n’est pas Apple qui influencent les gens en imposant la fermeture. C’est les gens qui veulent cette fermeture – inconsciemment ou non, là n’est pas le pbm.

    Pareil avec TF1, si les gens avaient voulu des émissions "intelligentes", la chaîne se serait tranquillement adapté puisque sa logique c’est de vendre du temps de cerveau disponible pour ses publicitaires.

    Faut pas prendre le truc à l’envers.

    A méditer.

  144. @ KevMed:
    Et après on s’étonne que les Apple Users aient une réputation de gens méprisants et donneurs de leçon.

    Ce que je constate dans tes propos, c’est:

    1) tu n’as pas lu les commentaires précédents

    2) tu essayes de comparer Linux installé sur une machine Lambda et Mac pré-installé sur un ordi Apple.
    – Compare plutôt ton Mac avec un ordi de chez Novatux. Tu verras, l’ordi de chez Novatux, "on branche un seul fil et ça marche". Et contrairement à Mac, l’ordi de chez Novatux est complet: pas besoin de parcourir le web durant des heures pour trouver le logiciel qui manque.
    – Inversement, lorsque tu as installé Mac OS X sur ton Dell, est-ce que le clavier était reconnu ? Cela m’étonnerait fort: Linux bat haut la main Apple lorsqu’il est question de reconnaissance de matériel.

    3) tu ne sais pas ce qu’est le logiciel libre ("vous entendez quoi par logiciel libre sérieusement ?")
    – Le framablog est rempli d’articles qui pourront t’aider à répondre par toi-même à la question (c’est plus sûr: lorsqu’un ‘convaincu par le libre’ l’explique à qlq’un pour qui la notion ne veut rien dire, le nouveau venu est souvent dérouté par la vision totalement différente du ‘libriste’ et se braque)
    Particulièrement, n’hésite pas à faire un tour dans la section "hors-sujet … ou presque", qui illustre bien que le logiciel libre, c’est avant tout une recherche d’une plus grande équité plutôt qu’un truc de technophile.
    – Comme souligné par Kalenx, Apple a une grande dette envers le logiciel libre. Si tu dis que le logiciel libre n’est pas efficace et fonctionnel, ça implique qu’un Mac n’est pas efficace et fonctionnel.
    – Tu dis, par exemple, que le libre est nul parce que Photoshop est meilleur que Gimp. Ce n’est pas du tout le point important, car la licence ne change en rien la qualité du code. Si demain Photoshop passe en libre, est-ce qu’il deviendra automatiquement nul ? Inversement, le succès et la qualité de Firefox ou Mysql montre que ta généralisation est simpliste. Bref, ton commentaire, pour n’importe quel libriste qui lit ça, il finira à la poubelle (sauf si, comme moi, il est assez gentil pour t’expliquer pourquoi tu te trompes). C’est comme si tu débarquais sur le forum d’un article déclarant: "on remarque une recrudescence de relations sexuelles non protégées qui implique une augmentation des malades du sida" et que tu y déclares "oui mais Rocco, il a une plus grande bite et il ne porte pas de capote": rien de constructif, rien de pertinent, juste quelqu’un qui n’a rien compris à la question.
    – "et de plus en plus, oui, c’est vrai, se foutent du logiciel libre. Moi en premier…"
    Comment peux-tu te foutre du logiciel libre, tu ne sais pas c’est quoi (et tu l’utilises sans doute tout les jours sans même le savoir).

  145. @ Henri:
    Tu opposes deux choses qui ne sont pas opposées: la simplicité + ergonomie ( + la sécurité, dont tu ne parles pas, mais dont tu pourrais, car c’est un argument utilisé par ceux qui justifie la fermeture d’Apple) et la fermeture.

    Par exemple, l’installation d’un programme sous Linux est simple (qlq clic dans un programme dédié), ergonomique (contrairement aux autres plateformes où il faut aller sur le web et chaque site est différent: dans 90% des cas, l’utilisateur lambda est perdu) et sécurisé (les paquets sont validés par la distribution). Pourtant, l’installation de programme sous Linux n’est pas fermée.
    Inversement, prenons chacun des points sur lesquels Apple est critiqué pour sa fermeture, et imaginons que ces points soient "par défaut comme le veut Apple, mais potentiellement changeable" (et donc, ouvert). En quoi cela impliquerait une baisse de la simplicité ou de l’ergonomie pour l’utilisateur ? Si celui-ci estime qu’une alternative n’est pas simple ou ergonomique, il ne l’utilisera tout simplement pas.

    Ce genre d’argument est d’autant plus flagrant si on prend la question de la validation par Apple des applications sur l’iPhone. Tout les arguments à la faveur d’un tel système s’écroulent d’eux-même avec la réponse simple: "pourtant, Apple ne contrôle pas les applications que vous pouvez installer sur MacOS X. Est-ce que ça implique que MacOS X est compliqué, pas ergonomique ou pas sécurisé ?"

    Et de nouveau, en comparant un ordi de chez Novatux avec un Mac, force est de constater que les deux sont équivalents au niveau de l’"out-of-the-box" (sans doute plus pour Novatux, où tout y est installé), de l’ergonomie et de la simplicité.

    Donc non, l’utilisateur lambda ne demande pas un système fermé, ils demandent la simplicité + ergonomie + sécurité, mais Apple répond: "ce que vous demandez n’est possible qu’avec un système fermé", ce qui évidemment faux (ça crève les yeux cf. mon argument précédent). Et apparemment, vous êtes tombé dans le panneau.

  146. KevMed

    @Zebulon: merci du compliment ! J’assume totalement mes propos, même si c’est mal vu comme tu peux le constater !

    @j-c: puisqu’on va entamer un débat…
    De un, renseigne toi aussi un peu, installer Mac OS sur autre chose qu’un Mac est illégal. Alors peut être que vous; les partisans du libre, ça vous dit d’être hors la loi, mais pas moi.
    Cool, Linux bat Apple pour reconnaître le matériel… Oui, c’est bien connu. Les drivers qui manquent et tout le merdier pour faire fonctionner correctement une distribution Linux autre que celle adoptée par de vrais constructeurs (Sony par exemple) ça a vite fait de faire repousser n’importe quel pèlerin.

    Une équité en high-tech ? Laisse moi rire. Je reconnais tout à fait le passé d’Apple (merci Steve & Steve, IBM, Motorola, NeXt, Microsoft, de grands exemples de l’open source en dehors des aspects techniques cités) et oui j’utilise certainement du libre sur mon Mac, mais après ? On en a quelque chose à faire ? Non…

    On veut que ça fonctionne une fois branché. Basta. Que ça doit du libre, du pas libre, du pas tout à fait libre, au pire, rien à carrer.

    Et quelque chose que l’on paye est souvent meilleur que du libre. On est plus à l’époque des bisounours hein. Tout se monnaie, que ça plaise ou pas. Payer des gens pour développer un logiciel est d’avantage gage de qualité qu’autre chose de "gratuit".

    je n’utilises pas MySQL, pas Firefox puisque tu les citais, j’ai d’ailleurs abandonné Open Office parce qu’il devenait usine à gaz. Xcode, Safari, iTunes, ça oui…

    J’avoue ne pas avoir tout lu, ça va bien les 20 premiers…

    Zebulon a très bien compris ma position ! Merci à lui !

  147. KevMed

    @J-c: soit tu es mal réveillé soit tu es fan de Novatux…

    Apple a entièrement raison de tout verrouiller sur iPhone, parce qu’elle le peut. Elle ne fonctionne pas comme ça sur Mac parce que ce n’est pas possible. Faut avoir un minimum d’objectivité dans ce que tu dis.

    La preuve: le nombre de virus sur iOS (non jailbreaké par les quelques réfractaires) ? Environ…0.
    Les vers sur Androïd commencent à arriver.
    Alors avoir si pouvoir télécharger n’importe quoi qui foute en l’air mon téléphone, des applications avec des logiciels malveillants dedans, du porno à outrance, le libre, très peu pour moi…

    Je soutiens le système de fermeture imposé par Apple. Derniers exemples en date ? Les extensions Safari et le multi-tâche. Les extensions, Apple contrôle tout afin de s’assurer que cela n’entache pas l’expérience utilisateur. Et pour le multitâche, force est de constater qu’ils l’ont pas inventé, qu’ils sont venus longtemps après, mais qu’ils le font mieux que n’importe qui.

    Mais encore une fois, cela ne plaît pas à tout le monde, mais Apple s’en fout bien, et je les suis entièrement, sans être un fanboy complet…

  148. KevMed

    Je dirais juste pour finir que la mentalité américaine est quand même bien différente de celle en Europe et que je suis juste content de voir qu’Apple gagne du terrain partout !

    Et pour les logiciels libres, je reconnais une chose: ils apportent beaucoup à l’informatique, c’est vrai ! Mais leur interface est archaïque et TRÈS LOIN derrière ce que peut produire du payant, ou peut produire Apple tout simplement…
    C’est pas plus compliqué que ça !

  149. @ KevMed:

    "installer Mac OS sur autre chose qu’un Mac est illégal"
    J’étais au courant. Tu reconnais donc que ton argument avec le clavier n’a aucun sens, puisque Mac est à 100% incompatible légalement avec 100% des claviers non Apple.

    "Cool, Linux bat Apple pour reconnaître le matériel… "
    Oui, c’est un fait. Si tu as envie de nier la réalité, c’est ton problème.
    – sur du matériel prévu pour (par exemple, cf. Novatux pour Linux): Apple: 100% compatible, Linux: 100% compatible
    – sur du matériel non prévu pour: Apple: 0% légalement compatible, X % illégalement compatible, Linux: Y % (100>Y>X) légalement compatible.
    Personnellement, je ne pense pas que ça implique qu’Apple soit moins bon, mais c’est toi qui a introduit cet argument.
    Maintenant, si des abrutis n’arrivent pas à installer Linux sur un grille-pain, qu’ils ne viennent pas dire que c’est parce que Linux est mal conçus, s’ils voulaient un truc fonctionnel, ils n’avaient qu’à en acheter un out-of-the-box chez Novatux.

    "mais après ? On en a quelque chose à faire ? Non…"
    que veux-tu dire ? Que nous n’avons pas le droit de poster des articles ou débattre sur un sujet qui nous intéresse parce que ce sujet ne t’intéresse pas ?

    "Que ça doit du libre, du pas libre, du pas tout à fait libre, au pire, rien à carrer."
    Parce que tu n’as pas compris les enjeux. J’ai du mal à comprendre ton raisonnement: "pour moi, il n’y a aucune différence entre les licences, par conséquent, tout ceux qui pensent que les licences ont des conséquences sur l’évolution des technologies se trompent"
    Tu reconnais plus loin que le libre apporte bcp à la technologie, mais ensuite, tu soutiens des initiatives qui ont fondamentalement pour but direct ou indirect de nuire au libre. Donc, tu dis que tes choix freinent le développement des technologies. Mais on ne devrait pas pouvoir te le reprocher ?

    "je n’utilises pas MySQL, pas Firefox …"
    Là n’est pas la question, tu dis: "A est vrai parce tout B est C". Je réponds "voici un contre-exemple qui démontre que tout B n’est pas forcément C (et que donc rien ne justifie A)". Et tu me réponds "oui mais peu importe les contre-exemples". wtf ?

    "Apple a entièrement raison de tout verrouiller sur iPhone, parce qu’elle le peut"
    Si tu avais essayé de comprendre, tu verrais que mon argument est un contre-argument à ceux qui essayent de justifier la fermeture d’Apple pour la sécurité, la simplicité et l’ergonomie. Mais évidemment, si l’argument est "parce qu’elle le peut" :D

    "le nombre de virus sur iOS":
    L’exemple de Handy Light montre qu’Apple ne peut pas garantir le contenu d’une application validée.

    "Alors avoir si pouvoir télécharger n’importe quoi qui …, le libre, très peu pour moi…"
    Donc, toi, lorsque tu utilises MacOS X, tu télécharges "n’importe quoi qui foute en l’air mon [ordinateur], des applications avec des logiciels malveillants dedans, du porno à outrance". L’ouverture permet certes de foutre en l’air son système, mais n’implique pas qu’on le fasse. Si Apple autorisait des stores parallèles, rien ne t’obligera jamais à les utiliser (à moins qu’un store parallèle offre qlq chose de plus simple, plus sécurisé et plus ergonomique que Apple)

    "Mais leur interface est archaïque et TRÈS LOIN derrière ce que peut produire du payant, ou peut produire Apple tout simplement…"
    Dans ce cas, ne confond-tu pas payant et libre ? Lorsque tu achètes un ordinateur chez Novatux, il y a un travail d’amélioration de l’ergonomie, que tu paies. Pourtant, un ordi de chez Novatux est libre.

  150. @KevMed:
    «On veut que ça fonctionne une fois branché. Basta. Que ça doit du libre, du pas libre, du pas tout à fait libre, au pire, rien à carrer.»

    Qui te permet de dire à ma place ce que je veux? Que ça fonctionne n’est pas tout. Il faut aussi pouvoir maitriser son ordinateur et avoir confiance. Pour la confiance, seul la totale transparance est acceptable. Je ne supporte pas qu’on me cache volontairement des choses qui me concernent. Pour moi c’est avouer directement que l’éditeur cache quelque chose de nuisible. Et avoir une confiance aveugle en une entreprise par ce que son poids économique et le pouvoir qui en découle représente une forme d’autorité parentale de substitution dans notre société infantilisé c’est justement croire être dans un monde de bisounourses.

    «Et quelque chose que l’on paye est souvent meilleur que du libre. On est plus à l’époque des bisounours hein. Tout se monnaie, que ça plaise ou pas. Payer des gens pour développer un logiciel est d’avantage gage de qualité qu’autre chose de "gratuit".»

    Tu affirme ça sans fondement et ça se voit que t’as jamais travailler avec des outils professionelles libre (serveur, virtualisation, SAN, clusters, etc…).

  151. Ou est le pb ? j’ai commencé par basculer de win à linux, puis fini par Apple os X. Je retrouve la qualité unix avec en plus la simplicité apple sans oublier que la plupart des logiciels libres, que j’ai découverts sous linux, existent sous mac.

    Je ne vois donc pas où est le souci. IPOD IPAD IPHONE IMAC MACBOOK que du bon. Avec en plus du soft libre partout

  152. KevMed

    Donc pour vous, le monde bisounours est encore d’actualité ?

    Vous ne supportez pas les gens qui se foutent éperdument que ça soit libre ou pas ?
    Ou alors vous regrettez que ces solutions ne s’imposent pas plus ?
    "Avoir confiance"; laisse moi rire. Apple est un grand méchant qui collecte tes données à ton insu ? Sur l’iPhone c’est vrai, mais ensuite ? Vous avez peur de la pub ciblée ? D’être traité comme des vaches à lait ? Bienvenus au 21° siècle messieurs-dames…

    J’affirme ça avec fondement: je suis un utilisateur. Par conséquent c’est fondé. Je suis désolé, une interface comme celle de Gimp ou de Open Office est super brouillonne comparée à celle de respectivement Photoshop et iWork. Alors oui faut dépenser un peu d’argent… On a la qualité qu’avec le prix dans biens des domaines.
    S’il faut utiliser des clusters pour pouvoir venir faire des interventions ici, alors remballez tout…

    Et je n’ai jamais parlé d’installer Mac OS X sur un Dell. Si l’autre réfractaire permet que les utilisateurs installent Linux sur n’importe quelle machine, c’est de son devoir d’assurer une compatibilité certaine. Ne pas pouvoir utiliser un clavier, c’est craignos…
    Au moins Apple est claire…

    Et Novatux, c’est joli, mais personne ne connaît. Donc bon, comment peut on juger la qualité d’un produit si sa distribution n’est pas de masse ?

    Et il faut un minimum réfléchir. On est pas tous des fervents de technologie hein. Il y a de nombreux utilisateurs d’iPhone qui sont débutants en informatique ou qui savent aller sur internet et envoyer des mails. Alors je pense pas qu’Apple prenne le risque d’ouvrir d’autres Store parallèles pour se faire dire par certains que leurs produits sont infectés de saloperies. Déjà que les gens ont été assez crédules pour penser qu’il y avait un réel problème d’antenne sur l’iPhone 4…
    Ça ne tient pas debout.

    De toutes manières le débat n’est en aucune façon ici. Il est incontestablement normal qu’aux USA les "jeunes" jurent de plus en plus par le Mac… C’est leur mode de pensées. Et moi qui ai de nombreux contacts aux US, je peux vous assurer qu’il n’y a qu’en Europe que le libre est encore débattu. Là bas (et c’est du vécu) c’est uniquement "I just want something that works. Plug & play, and not plug & pray…". Ciao Linux.

  153. @KevMed: Visiblement, c’est vous qiu vivez dans un monde de bizonours.

    «"Avoir confiance"; laisse moi rire. Apple est un grand méchant qui collecte tes données à ton insu ? Sur l’iPhone c’est vrai, mais ensuite ? Vous avez peur de la pub ciblée ? D’être traité comme des vaches à lait ? Bienvenus au 21° siècle messieurs-dames…»

    Ok, donc d’après vous si des multinationnales veulent décider pour nous, on doit se taire et être bien docile? Vous n’avez pas l’impression de vous foutre de notre gueule?

    «…une interface comme celle de Gimp ou de Open Office est super brouillonne…»

    J’utilise GIMP depuis un bon moment et sont interface est loins d’être brouillone. Elle est juste différente de celle de Photoshop et pas imposé par une grosse entreprise. Mais au vue de votre position, cela semble être une mauvaise chose d’après-vous. J’ai un conseille pour vous: Le conformisme ne mène à rien.

    Quand à Open Office: Pour un document rapide une logiciel léger comme Abiword suffit. Si on veut faire de la PAO il existe des applications dédié à cela comme Scribus. Mais pour tout grand documents, le WISIWYG n’est pas a la hauteur et je ne peux que conseiller LaTeX. C’est simple, rapide et efficace.

    «S’il faut utiliser des clusters pour pouvoir venir faire des interventions ici, alors remballez tout…»

    Cette remarque dénnote au mieux d’une incompétence fénoménale de votre sujet, auquel cas je ne vois pas ce que vous essayez de faire si vous ne savez même pas de quoi vous parlez, au pire d’une manoeuvre destiné à embrouiller les lecteurs non-connaisseure et à leur donner une peur du logiciel libre en vous basant sur un tel mansonge.

    «Et Novatux, c’est joli, mais personne ne connaît. Donc bon, comment peut on juger la qualité d’un produit si sa distribution n’est pas de masse ?»

    La popularité n’est jamais synonime de qualité. Encore votre doctrine de la soumission à l’entreprise la plus puissante.

    «Et il faut un minimum réfléchir. On est pas tous des fervents de technologie hein. Il y a de nombreux utilisateurs d’iPhone qui sont débutants en informatique ou qui savent aller sur internet et envoyer des mails. Alors je pense pas qu’Apple prenne le risque d’ouvrir d’autres Store parallèles pour se faire dire par certains que leurs produits sont infectés de saloperies. Déjà que les gens ont été assez crédules pour penser qu’il y avait un réel problème d’antenne sur l’iPhone 4…
    Ça ne tient pas debout.»

    La simplicité ne nécessite pas la privation de liberté. Rien ne le justifie cette privation de liberté.
    Quand à ce que vous dites à propos du problème d’antenne, cele dévoile toujours un peut plus le message vicieux de docilité et de conformisme que cache vos messages.

    «De toutes manières le débat n’est en aucune façon ici. Il est incontestablement normal qu’aux USA les "jeunes" jurent de plus en plus par le Mac… C’est leur mode de pensées. Et moi qui ai de nombreux contacts aux US, je peux vous assurer qu’il n’y a qu’en Europe que le libre est encore débattu. Là bas (et c’est du vécu) c’est uniquement "I just want something that works. Plug & play, and not plug & pray…". Ciao Linux.»

    D’avoir différents contactes à travers le monde, je peux vous dire que le problème aux USA c’est que de plus en plus de personne pense comme vous: "Quand une libertée pose problème à une de nos multinationnalles, alors elle en devient illégale". Et il n’y a pas qu’en Europe que le libre fait parti du débat. Dans de nombreux pays le logiciel libre a une grande imposrtance. Un des nombreux exemple est le brésil.

    Je vous invite à lire ce poème de La Fontaine : http://fr.wikisource.org/wiki/Fable

    J’ai fait un effort de politesse en vous vouvoyant, alors évitez de me montrer que j’ai eu tord de le faire.

  154. KevMed

    Bien, je peut aussi vous vouvoyer…

    Vous n’allez pas me dire qu’il y a un réel problème d’antenne ? Vous devez trop lire les journaux de désinformations tels que UFC ou CR (bah oui, un Nokia 3310 sans aucune fonctionnalité, quoique Snake soit dedans risque de moins poser de souci à l’utilisation qu’un iPhone, quelle découverte).

    Parce que le conformisme sans être de dociles brebis est un mal ? Ahh j’oubliais, beaucoup de personnes se disent qu’on ne nous dit pas tout (ce qui n’est pas faux) mais poussent ça à l’extrême. Moment d’absence…

    Oui, un NPI, super exemple…

    Si. La simplicité l’exige, parce qu’Apple n’a pas envie de voir des gens qui s’y connaissent à peine en info ou en téléphonie critiquer des produits jusqu’à présent irréprochables…

    Maintenant j’ai toujours été de l’avis de celui qui a la plus grosse. esprit familial je suppose.
    Ça dérange, mais franchement, ça m’est carrément égal…

    La popularité n’est peut être pas synonyme de qualité (Justin Bieber inside) mais elle permet de juger de la qualité. L’exemple employé n’est pas valable…

    Merci de votre politesse, mais je rappelle à toutes fins utiles que "fénoménale" s’écrit "phénoménal".

  155. @ KevMed:

    "Vous ne supportez pas les gens qui se foutent éperdument que ça soit libre ou pas ?":
    Personnellement, oui. Relisez mes commentaires à ce sujet dans cet article: ceux qui choisissent de favoriser leur confort en choisissant un système fermé donnent de l’argent à des entreprises qui feront tout pour me pourrir la vie car je n’utilise pas leur système. Vous pouvez, si vous le désirez, faire ce choix, mais assumez les conséquences: à mes yeux, vous avez délibérément choisi de me faire chier juste pour avoir une interface cool. Ça ne m’empêche pas de vous traiter avec respect et de vous expliquez les conséquences de vos actes. Apparemment, ça ne sert à rien, vous continuez à croire que le connard qui fait chier ses voisins, c’est moi et pas vous.

    "D’être traité comme des vaches à lait ? Bienvenus au 21° siècle messieurs-dames…"
    C’est idiot puisque le contre-exemple est flagrant: il est totalement possible de fonctionner 100% avec du logiciel libre, qui ne traite pas ses utilisateurs comme des vaches à lait.

    "Je suis désolé, une interface comme celle de Gimp ou de Open Office est super brouillonne comparée à celle de respectivement Photoshop et iWork. Alors oui faut dépenser un peu d’argent… On a la qualité qu’avec le prix dans biens des domaines."
    Vous mélangez tout. Vous êtes en train de dire "le logiciel libre est moins beau que le logiciel proprio" et ensuite, vous dites "si on veut quelque chose de beau, il faut y mettre de l’argent". Et vous prenez comme exemple 2 logiciels libres ET gratuits. Ne vous est-il pas venu à l’esprit que si vous payez une firme pour adapter un logiciel libre à votre ergonomie, vous auriez du libre ET du beau ? C’est par exemple le cas de Novatux (désolé de toujours revenir sur lui, mais puisqu’on compare des Mac clé-en-main, il faut bien les comparer à des Linux clé-en-main): je le paie, et j’ai du libre ET du beau.

    "Et je n’ai jamais parlé d’installer Mac OS X sur un Dell. Si l’autre réfractaire permet que les utilisateurs installent Linux sur n’importe quelle machine, c’est de son devoir d’assurer une compatibilité certaine.":
    Non. Le contrat tacite d’utilisation de Linux est à 100% clair: il vous est fourni GRATUITEMENT MAIS SANS AUCUN SUPPORT GARANTI (et démerdez vous en posant des questions à la communauté, qui est libre de vous envoyer chier si vous ne la payer pas). Si vous voulez qu’une compatibilité certaine soit garanti, ACHETEZ DU SUPPORT chez Novell, Redhat, Mandriva, …
    Vous êtes marrant vous: non seulement les gens devraient vous fournir des outils gratuitement, mais en plus assurer le service après vente gratuitement. Bisounours-land, quand tu nous tiens.

    "Et Novatux, c’est joli, mais personne ne connaît. Donc bon, comment peut on juger la qualité d’un produit si sa distribution n’est pas de masse ?"
    Linux représente 1% des PDM, et est fragmenté en une multitude d’acteur. Si vous estimez qu’on ne peut pas juger de la qualité d’un produit si sa distribution n’est pas de masse, alors force est de constater que tout vos jugements sur le libre sont bon pour la poubelle. D’autant plus qu’apparemment, vous les trouvez valide quand ça vous arrange ("Novatux fournit un produit d’une qualité supérieure à Apple ? Oui mais non, on peut pas juger, hein !" Vous ne trouvez pas ça pitoyable, comme contre-argument ?)

    "l y a de nombreux utilisateurs d’iPhone qui sont débutants en informatique ou qui savent aller sur internet et envoyer des mails. Alors je pense pas qu’Apple prenne le risque d’ouvrir d’autres Store parallèles pour se faire dire par certains que leurs produits sont infectés de saloperies":
    L’accès à un store parallèle est suffisamment subtil pour que les démarches à suivre face peur à l’utilisateur débutant. Preuve en est: MacOS X n’a jamais été critiqué pour les dérives que vous critiquez alors qu’il n’y a même pas de "Store MacOS X" officiel. Bref, vous nagez en pleine science-fiction.

    "Déjà que les gens ont été assez crédules pour penser qu’il y avait un réel problème d’antenne sur l’iPhone 4…"
    Êtes-vous réellement sincère ou jouez-vous les fanboys Apple pour après dire, sous une autre identité: "les fanboys Apple, ce ne sont que des fanatiques intransigeants, regardez les commentaires de ce pauvre KevMed sur framablog, preuve qu’ils ne veulent pas reconnaitre la réalité ?"
    Si c’est le cas, c’est déloyal et ça poussera les autres à en faire autant. Donc, c’est très con.

    "Là bas (et c’est du vécu) c’est uniquement "I just want something that works. Plug & play, and not plug & pray…"":
    Ce que fait très bien Novatux (et j’imagine qu’il y a des entreprises similaires aux USA). Donc: il n’y a pas de raisons de rejetez Linux à cause de ce critère.

  156. @KevMed:

    «Vous n’allez pas me dire qu’il y a un réel problème d’antenne ? Vous devez trop lire les journaux de désinformations tels que UFC ou CR (bah oui, un Nokia 3310 sans aucune fonctionnalité, quoique Snake soit dedans risque de moins poser de souci à l’utilisation qu’un iPhone, quelle découverte).»

    Vous vous engagez dans un domaine que vous connaissez encore moins que l’informatique: Les transmission HF de signeaux numériques. Si vous ne voulez pas que tout le monde voie le ridicule de votre démarche, je ne peut que vous conseiller de ne pas aller plus loins.

    «Parce que le conformisme sans être de dociles brebis est un mal ? Ahh j’oubliais, beaucoup de personnes se disent qu’on ne nous dit pas tout (ce qui n’est pas faux) mais poussent ça à l’extrême. Moment d’absence…»

    «Si. La simplicité l’exige, parce qu’Apple n’a pas envie de voir des gens qui s’y connaissent à peine en info ou en téléphonie critiquer des produits jusqu’à présent irréprochables…»

    Et alors? Si l’utilisateur fout en l’aire son téléphone à cause d’une mauvaise manipulation de sa part c’est lui qui en est responssable. Faudrait arrête de traiter les gens comme des enfants avec le "fais pas ci, fais pas ça".
    Vous parlez de choses sans rapport mélangez tout dans le seul but, encore une foie, d’embrouiller le lecteur de vos commentaire.

    «La popularité n’est peut être pas synonyme de qualité (Justin Bieber inside) mais elle permet de juger de la qualité. L’exemple employé n’est pas valable…»

    Nain porte quoi. Je peux très bien me concevoir un amplie audio Hi-Fi qui ne sera connu que de 3 ou 4 personne et qui sera de meuilleur qualitée que tout ce qu’a fait Logitech. Pourtant logitech est plus connue que moi.

    Vous semblez vou plaire dans un monde d’apparence et de consommation pure où seul la loie dictée par le plus riche vaut. Attention, le mure se rapproche.

  157. KevMed

    Bien. Vous êtes aussi statique que je le suis, personne ne bougera.

    Et oui je choisis haut la main de continuer d’approuver certaines pratiques anti-concurrentielles de certaines compagnies (il faut des leaders, désolé, mais c’est comme ça…).

    Tant que chacun est heureux avec son matos, c’est le principal. Et j’ai franchement l’intention de continuer d’envoyer valser l’open source au profit des solutions commerciales car elles m’apportent l’efficacité que je cherche. Et que cela vous embête me désole bien, mais je continuerai ma démarche.

    Et puis le bisounours militant & in love de l’Open Source, ce n’est pas moi… ça ne risque pas d’ailleurs. Je fais un gros pied de nez à ces solutions qui rendent les gens aigris et antipathiques au possible envers ceux qui ne partagent pas les mêmes idées. Et ça, c’est "très con". Car vous n’allez pas attirer des gens avec ça.
    Merci les États-Unis de donner l’exemple !

    Après je reconnais volontiers que je suis équipé 100% Apple dans mes iGadgets (lecteur MP3, tablette tactile, ordinateurs, téléphones, boîtier TV, souris, clavier) mais cela reflète la dimension agréable des produits. Pas une dose de "fanboy attitude".
    Bref…

    Le con te salue J-C.

    Je retourne sur mes logiciels payants (oups, j’ai dit quelque chose de mal ?)…

    PS: un bon cours de français à certains intervenants de ne ferait pas de mal.

  158. KevMed

    Bien. Vous êtes aussi statique que je le suis, personne ne bougera.

    Et oui je choisis haut la main de continuer d’approuver certaines pratiques anti-concurrentielles de certaines compagnies (il faut des leaders, désolé, mais c’est comme ça…).

    Tant que chacun est heureux avec son matos, c’est le principal. Et j’ai franchement l’intention de continuer d’envoyer valser l’open source au profit des solutions commerciales car elles m’apportent l’efficacité que je cherche. Et que cela vous embête me désole bien, mais je continuerai ma démarche.

    Et puis le bisounours militant & in love de l’Open Source, ce n’est pas moi… ça ne risque pas d’ailleurs. Je fais un gros pied de nez à ces solutions qui rendent les gens aigris et antipathiques au possible envers ceux qui ne partagent pas les mêmes idées. Et ça, c’est "très con". Car vous n’allez pas attirer des gens avec ça.
    Merci les États-Unis de donner l’exemple !

    Après je reconnais volontiers que je suis équipé 100% Apple dans mes iGadgets (lecteur MP3, tablette tactile, ordinateurs, téléphones, boîtier TV, souris, clavier) mais cela reflète la dimension agréable des produits. Pas une dose de "fanboy attitude".
    Bref…

    Le con te salue J-C.

    Je retourne sur mes logiciels payants (oups, j’ai dit quelque chose de mal ?)…

    PS: un bon cours de français à certains intervenants ne ferait franchement pas de mal.

  159. @KevMed:
    «Et oui je choisis haut la main de continuer d’approuver certaines pratiques anti-concurrentielles de certaines compagnies »

    Ah bas en voilà quelque chose d’irresponssable. Donner trop de pouvoir à trop peut de personne n’a jamais amener rien de bon. C’est bien une chose que notre passé et notre présent nous a appris.

    «(il faut des leaders, désolé, mais c’est comme ça…)»

    Et encore une affirmation sans fondment.

    «Tant que chacun est heureux avec son matos, c’est le principal.»

    Oui, des milliards d’années d’évolution pour se limiter à la consommation. C’est vrai que c’est l’aboutissement de tout…

    «Et puis le bisounours militant & in love de l’Open Source, ce n’est pas moi… ça ne risque pas d’ailleurs. Je fais un gros pied de nez à ces solutions qui rendent les gens aigris et antipathiques au possible envers ceux qui ne partagent pas les mêmes idées. Et ça, c’est "très con". Car vous n’allez pas attirer des gens avec ça.»

    On est pas des bisounours, c’est bien pour cela qu’a été créé la licence GPL.

    «Merci les États-Unis de donner l’exemple !»

    Ah ça, je suis d’accord: C’est des USA que vient le mouvement du logiciel libre, GNU, BSD, la FSF, etc….

    Bon, pour d’autres choses (brevets et maguouilles des entreprises notament) là c’est un mauvais exemple.

    «Après je reconnais volontiers que je suis équipé 100% Apple dans mes iGadgets (lecteur MP3, tablette tactile, ordinateurs, téléphones, boîtier TV, souris, clavier) mais cela reflète la dimension agréable des produits. Pas une dose de "fanboy attitude".»

    Un pure Fanboy qui doit surment prier tout les soires devant un portrait de Jobs.

    «PS: un bon cours de français à certains intervenants de ne ferait pas de mal.»

    Pour un autre ce serait un cours de civilisme et de vie en société qu’il devrait suivre.

  160. KevMed

    Je préfère maîtriser ma langue maternelle pour commencer…
    Fondment ? maguouilles ? notament ? surment ? soires ? civilisme ?
    Bon, alors je suppose que c’est du français open source librement modifiable ?

    Et je ne vois pas où est l’incivisme ?!
    Ahh oui c’est vrai, pardon, je ne suis pas un amoureux du libre, j’oubliais !

    Tu parles d’évolution. C’est sûr… évolue aussi alors, admet que votre idéal s’effondre de plus en plus.

    Rien qu’en lisant votre frustration et votre haine je continuerai d’acheter des produits aux grandes entreprises pour qu’elles puissent continuer de mettre des bâtons dans les roues d’autres…!

  161. Jean-Yves-Benoit de la Butte-Dufresne-Les-Rozier Blain-D'Ailloux de Villeneuve

    Les commentaires sont à la mesure de l’article en règle général.

    Tout le monde raconte n’importe quoi et se tire dans les pattes. Navrant.

  162. Kalenx

    @KevMed

    Je ne relèverai pas toutes les erreurs de fond et de forme que vous faites, d’autres ont déjà essayé sans succès.

    Mais je suis quand même heureux de vous voir dire :
    "j’ai franchement l’intention de continuer d’envoyer valser l’open source au profit des solutions commerciales car elles m’apportent l’efficacité que je cherche. Et que cela vous embête me désole bien, mais je continuerai ma démarche."

    C’est excellent, parce que ça veut dire que vous allez donc abandonner les Mac et grosso modo 99% des produits d’apple (sauf peut-être le tout nouveau chargeur de batterie à la pomme…).
    Mais bon ça non plus vous ne l’avez pas compris alors…

  163. KevMed

    C’est parce qu’il y a de l’open dedans que Mac OS est un produit tout aussi libre.

    Question de standing je suppose…

  164. @kevmed

    Juste par curiosité, Photoshop, qui est tellement supérieur à Gimp, vous en avez payé la licence ?

  165. Kalenx

    @KevMed
    "C’est parce qu’il y a de l’open dedans que Mac OS est un produit tout aussi libre.
    Question de standing je suppose…"

    Bon je n’ai pas vraiment compris ce dernier message, j’hésite entre interpréter que tu as compris que MacOS et iOS sont basés sur beaucoup de logiciels libres, ou si tu fais l’erreur de penser qu’un produit "libre" est simplement un produit avec lequel on peut faire ce que l’on veut.
    Vu tes autres messages, je pencherais pour la seconde option, mais je te laisse le bénéfice du doute…

    Le problème est surtout que tu ne sembles aucunement au fait non seulement des sujets touchant aux logiciels libres, mais plus généralement à l’informatique en général.
    Il me ne viendrais pas à l’idée d’aller sur un forum de mycologues pour y balancer des "les chanterelles c’est mieux que les pleurottes, j’ai déjà mangé des pleurottes et s’était vraiment mauvais".
    Ce blog est un espace d’échange, et par là la présence de personne n’est refusée. Mais il y a une règle implicite qui consiste à s’informer un minimum avant de poster n’importe quoi.

    Certaines personnes se sentent heureuses en croyant qu’elles ont réussi à "dominer" une conversation.
    Si c’est ça qui te fait plaisir alors d’accord, je te l’affirme, tu as gagné. Oui oui, bravo, tu nous a vaincu, tu es trop fort, nous ne pouvons pas lutter devant un tel pouvoir d’affirmation et un argumentaire aussi étoffé.
    Maintenant que tu as glorieusement gagné une bataille qui n’en était pas une, tu peux nous laisser discuter sérieusement?
    J’ai sérieusement eu l’impression d’une discussion animée entre adultes dans laquelle un gamin vient soudain s’amuser à crier à tue-tête.

    "Rien qu’en lisant votre frustration et votre haine je continuerai d’acheter des produits aux grandes entreprises "
    Oui bien sûr, si tu veux tu peux convaincre ton patron d’acheter des produits de Novell, RedHat, Intel, bref toutes ces grandes entreprises.
    Ça nous fera beaucoup de mal et nous t’haïrons jusqu’à la fin des temps.

    Je pense que tu n’as pas compris la raison de notre frustration… mais bon ça s’ajoute à la longue liste des choses qui semblent plutôt nébuleuses dans ton esprit…

    P.S. : En passant, n’émigre pas aux États-Unis. Tu risques d’être bien déçu. De la part de quelqu’un qui y vit depuis 15 ans, je pense que tu te fais quelques illusions (qui te servent par ailleurs à alimenter ton point de vue).

  166. @ KevMed:

    "Et j’ai franchement l’intention de continuer d’envoyer valser l’open source au profit des solutions commerciales car elles m’apportent l’efficacité que je cherche. Et que cela vous embête me désole bien, mais je continuerai ma démarche."
    C’est exactement ce à quoi je voulais en venir: en utilisant Apple, vous êtes heureux, mais vous foutez en l’air l’évolution de la technologie (chose que vous reconnaissez: "je continuerai d’acheter des produits aux grandes entreprises pour qu’elles puissent continuer de mettre des bâtons dans les roues d’autres…!") et pour ça, vous méritez que votre attitude soit critiquée.
    Pourtant, ici, vous semblez à la fois dire: "j’assume totalement le fait que j’ai choisi d’emmerder mes voisins" et "vous, chers voisins, vous n’avez pas le droit de critiquer mes choix".

    ("Le con te salue J-C.":
    Je ne voulais pas vous traitez de con. Je n’ai fait que critiquer vos arguments et votre démarche en général, que je trouve conne. Si vous avez pris certaine de mes remarques comme des attaques personnelles, je m’en excuse, ce n’était pas mon intention ni mon propos. D’ailleurs, cette conversation ne m’énerve pas (c’est agréable de se rendre compte qu’on a raison ou qu’on peut aider les gens à mieux comprendre), et aucun de mes propos n’étaient motivés par la colère ou écrits dans un esprit agressif)

    "Je retourne sur mes logiciels payants (oups, j’ai dit quelque chose de mal ?)":
    Je m’efforce pourtant d’être cohérent dans mes comparaisons.
    Si vous parlez d’un portable Mac pré-installé, il faut le comparer à un portable Linux pré-installé, de, par exemple, Novatux, qui fait payer la main d’oeuvre et qui n’est donc pas gratuit.
    De même, j’ai souligné que Redhat, Novell, Mandriva (et d’autres) font payer le service après vente.
    Pourquoi continuez vous de croire que la question est une question de gratuité ou pas ?
    Pourquoi faites vous tant d’efforts pour continuer à être à côté de la plaque ?

    Sinon, je pense aussi que la discussion n’évoluera plus. Vos arguments ne m’ont pas convaincu: j’ai expliqué pour chacun pourquoi, selon moi, ils ne tenaient pas la route. Mais vous n’avez pas contre-argumenté, vous vous êtes contenté de répéter vos arguments de départ (voire de rajouter des "c’est comme ça et puis c’est tout" ou des "si vous n’êtes pas d’accord avec moi, c’est que vous êtes aigris, haineux ou intégristes"). Pas étonnant, dès lors, que je ne change pas d’avis.
    Étant donné que plus rien n’évoluera, je pense qu’il vaut mieux en arrêter là.
    Comme le concluait la scène du Sacré Graal confrontant le Roi Arthur au Chevalier Noir qui refusait de voir que ses membres étaient systématiquement tranchés: "on va dire que c’est un match nul".

  167. KevMed

    @Desidia: oui… Pourquoi ? Tout le monde pirate d’après vous ?
    @Kalenx: désolé de te décevoir, mais pratiquer la médecine en France est à des années lumières de ce qui se fait aux US. Ne serait-ce que les équipements. L’USMLE me tend les bras.
    @J-C; je me souviens bien de cette scène. Mais je ne cherchais pas à vous convaincre. Je voulais simplement dire que le titre de cette news est amplement justifiée…
    Maintenant chacun est libre de ces choix, et le mien est sciemment décidé… Que cela plaise, ou non.

  168. Florian

    "C’est exactement ce à quoi je voulais en venir: en utilisant Apple, vous êtes heureux, mais vous foutez en l’air l’évolution de la technologie"

    On parle bien d’Apple là ?
    – Apple qui a 5% du marché des PC
    – Apple qui est encore derrière RIM et qui, mécaniquement, vendra moins que Google/Android
    – Apple qui refuse de licencier Mac OS X
    – Apple qui refuse de licencier iOS
    – Apple qui impose des règles drastiques à ceux qui veulent vendre ses produits
    etc, etc.

    Dans le genre gros obstacle à l’évolution de la technologie on peut quand même trouver d’autres entreprises. Apple a pris une place considérable sur certains marchés – et sur le terrain médiatique – mais il faut aussi la relativiser, et observer qu’elle a une politique qui va à l’opposée de celle de MS et de Google qui chacun, à leur manière, visent le volume, la quantité, la masse. Pour aller sur du Apple il faut quand même le décider, le vouloir, alors que les occasions d’aller sur Windows/Android/RIM, abondent.

    Mais ça reste assez étonnant de voir les mec sur Android tomber à bras raccourcis sur ceux qui ont un iPhone, et les très pro logiciels libres fondre en piqué sur les utilisateurs Mac, qui ne demandent rien et savent qu’ils resteront de toute manière une sorte de minorité.

  169. Desidia

    Les interventions de Kevmed auront été une source de divertissement en cette pluvieuse fin de w-e.

    Oui, jai bien du mal à croire qu’un «d’jeunnn» étudiant de 18-20 ans consacre un petit millier d’euros à s’acquitter de la licence de Photoshop pour corriger ses photos de sorties plutôt que de le pirater. En plus de l’acquisition de l’Iphone, de l’Ipod et du tout récent Ipad… Ou alors, c’est qu’il est vraiment plein aux as, ce qui expliquerait son candide «parfois j’ai l’impression qu’on me regarde bizarrement parce que j’ai un Mac (en amphi par exemple)» et confirmerait qu’il est bien éloigné de la condition de l’étudiant moyen.

    À moins que tout ça ne soit qu’un troll (bravo alors!) son témoignage confortera malgré lui les stéréotypes que les autres ont souvent du possesseur de Mac.

    Détail piquant, s’il s’agit bien de la même personne ( http://www.orientation.fr/membre-20…) son «site personnel» serait http://www.macgeneration.com

    Bigre, un site personnel comptant une dizaine de salariés, voilà qui devrait tous nous impressionner.

  170. @ KevMed:
    "Je voulais simplement dire que le titre de cette news est amplement justifiée…"
    Et vous avez justifié ce titre avec des arguments que j’ai par la suite réfutés. Je comprends les motivations des gens qui "ne jurent que par Apple", tout comme je comprends les motivations des gens qui achètent des 4×4 pour rouler en ville. Mais je ne trouve pas leur comportement justifié.

    @ Florian:
    Ce serait simpliste que de chercher un "grand méchant loup". Il n’y a pas une entreprise plus mauvaise qu’une autre, et bcp participent à leur niveau, de manière parfois différentes, à l’entrave de l’évolution des technologies.
    En l’occurrence, la politique d’Apple est en train de rendre banal le fait qu’une entreprise puisse avoir un contrôle total sur les logiciels.
    Tandis que les libristes (1% de PDM des PC de bureau) essaient de sensibiliser les gens à l’importance des quatre libertés du logiciel libre, Apple (5% de PDM des PC de bureau) fait exactement l’inverse en essayant de le faire croire que l’absence de liberté est une condition pour avoir du matériel ergonomique et sécurisé.
    Difficile, dès lors, de ne pas considérer qu’Apple attaque frontalement et essaie, avec la puissance marketing qu’on lui connait, de réduire les efforts des libristes à néant.

  171. Kalenx

    @KevMed
    "@Kalenx: désolé de te décevoir, mais pratiquer la médecine en France est à des années lumières de ce qui se fait aux US. Ne serait-ce que les équipements. L’USMLE me tend les bras."
    Hum possible, le coût des assurances-responsabilité est aussi à des années-lumières de ce qui se fait ailleurs, mais bon. Là, c’est ton choix, et comme ça n’a pas vraiment de lien avec l’article, je ne peux que te souhaiter bonne chance dans la vie.

    "Maintenant chacun est libre de ces choix, et le mien est sciemment décidé… Que cela plaise, ou non."
    Cela ne me dérange pas. Mais retiens le début de ta première phrase.
    Ce pourquoi beaucoup de gens se battent, c’est pour que tu puisses encore le dire dans 40 ans.

    @Florian
    Déjà la part de marché d’Apple est assez difficile à définir :
    1) On est plus proche du 10% que du 5% (bon d’accord c’est pas encore le monopole).
    2) Cette "part de marché" doit être évaluée en tenant compte également de celle sur les smartphones (iPhone), qui se situe plutôt à 20% mondialement (pour l’instant), ou celle sur les baladeurs numériques (iPod), ce qui est plus considérable.
    3) La pénétration d’Apple dans les entreprises étant très faible (en dehors des petites entreprises de design), cette part de marché représente en fait un bien plus grand nombre de personnes (qui l’utilisent à des fins personnelles). C’est évidemment assez difficile à quantifier, mais l’effet est là et non négligeable (on pourrait dire la même chose pour les parts de marchés des navigateurs alternatifs à IE).
    4) Apple est présente dans beaucoup de marchés de façon significative (musique en ligne avec iTunes, navigateur web avec Safari, etc.)

    Donc oui les décisions d’Apple peuvent nuire à l’avancement de la technologie (on n’a qu’à penser au récent débat sur le H.264 vs WebM, où seul Apple refuse encore d’inclure cette technologie dans son navigateur).

    Mais même là, je t’accorde qu’il existe encore des "pouvoirs" capables de contrebalancer celui d’Apple.
    Et c’est justement pour ça que c’est maintenant qu’il faut agir, pas lorsque tout le monde aura un iPhone/iMac/iPod/iChargeurDeBatterie et que tout le monde trouvera normal le fait qu’Apple contrôle ce que l’on fait avec nos ordinateurs ou envoie périodiquement des informations disant ce que nous faisons et où nous le faisons.

    Le problème n’est pas dans la qualité des produits : je pense que tout le monde s’entend pour dire qu’Apple fait de très bons produits, bien aboutis, ergonomiques et efficaces (bon parfois il manque la moitié des fonctions vitales sur le premier modèle, mais ça s’arrange après).
    Le problème est que Apple utilise cette renommée ainsi qu’un marketing tourné vers l’élitisme (vous avez un Mac, alors vous êtes différent) pour faire accepter des choix éthiques douteux (à ce stade là on n’appelle même plus ça des choix technologiques).

    Apple n’est pas le seul dans cette situation : on pourrait dire la même chose de Facebook par exemple. Mais c’est un autre sujet.

    Je me souviens du tabac qu’avait fait la pub 1984 d’Apple au début des années 80. Mais je ne peux m’empêcher de penser qu’entre IBM et Apple, celui qui jusqu’à maintenant a le plus fait pour ressembler à 1984, ce n’est pas Big Blue…

  172. Laurange

    @desidia : micro noyau Mach, sous système bsd, posix’ et certification Unix, c’est sûrement du pipeau …

    @kalenx : ta logique est impressionnante de contre-vérités, Apple représente 3.5% du marché mondial, les seuls marchés où elle domine sont les lecteurs mp3, la musique (en ligne) et l’argent gagné par les dev sur un smartphone.
    Personne n’utilise webM, personne, et tous les appareils multimédias du monde entier n’accélèrent que le h264, le vc1et le wmv, donc l’adoption du webM est au mieux trop en avance et au pire totalement inutile.
    Arrêtez de vous prendre la tête sur l’image qu’un possesseur d’ordi projète, vous êtes bien matérialistes pour des libristes.

  173. Kalenx

    @Laurange

    "Apple représente 3.5% du marché mondial, les seuls marchés où elle domine sont les lecteurs mp3, la musique (en ligne) et l’argent gagné par les dev sur un smartphone."
    Hum bon possible… juste par curiosité, d’où vient le 3.5%?
    Il faut également tenir en compte les autres points que j’avais avancé (qui peuvent évidemment être faux aussi, mais j’aimerais alors que l’on m’explique pourquoi), entre autres le fait que la faible pénétration d’Apple dans le marché des entreprises ou des gouvernements fait paraître sa part de marché plus faible que ce qu’elle est réellement au sens du nombre de personnes qui utilisent un Mac, et également le marché des smartphones où, si Apple ne domine pas au sens de monopole, est solidement implanté avec l’iPhone.

    Par ailleurs, le problème n’est pas la part de marché en soit. Je ne pense honnêtement pas que _présentement_ Apple limite l’évolution technologique d’une façon importante (bien que je sois d’accord avec la plupart des autres points de j-c).
    Mais sa politique est dangereuse en ce sens qu’elle prépare le terrain à quelque chose que le web avait heureusement permis d’éviter : l’enfermement de l’utilisateur.
    Dans le milieu des années 95, certaines compagnies s’étaient mises en tête de créer des réseaux propriétaires uniquement disponibles pour leur système, et aucunement interopérable avec les autres.
    L’exemple le plus frappant est probablement celui de Microsoft et de son MSN, mais il en a existé beaucoup d’autres.
    Heureusement ce n’est pas arrivé.

    Mais présentement, comme en font foi de nombreux articles sur ce même blogue, cf l’excellent article sur la "banlieue riche du web" (http://www.framablog.org/index.php/…), on revient vers un phénomène d’enfermement. En disant à l’utilisateur que c’est pour son bien.

    Même si Apple ne dépasse par les 15% de PDM, si ils réussissent à ancrer cette idée dans l’idée des gens, alors oui ça sera très dommageable, qu’on aime ou pas les Mac.

    "Personne n’utilise webM, personne,"
    Ben kin, c’est sorti il y a quoi, 4 mois? Qu’il y ait déjà un support sur Youtube et dans les versions de développement des navigateurs tels que Firefox, Chrome et Opera est déjà démonstratif de l’intérêt d’un format libre pour les vidéos du web.
    De la même manière, l’intégration matérielle serait en projet (cf le partenariat de google avec les grosses compagnies de matériel). Fondamentalement parlant, il n’y a pas d’énormes différences entre décoder du H.264 ou du WebM donc ça ne devrait pas prendre 10 ans… On n’est pas resté au MPEG-2 sous prétexte que "de toute façon les autres formats ne sont pas décodés matériellement".

    Dire que l’adoption du webM est "au pire totalement inutile" parce que personne ne l’utilise revient à dire que toute nouvelle technologie est inutile (parce que forcément au début personne ne l’utilise).
    Il y a 200 ans, personne n’utilisait l’électricité -> donc c’est inutile?

    "Arrêtez de vous prendre la tête sur l’image qu’un possesseur d’ordi projète, vous êtes bien matérialistes pour des libristes."
    Si on est pour le logiciel libre, on ne peut pas être matérialiste? Ah bon…

  174. KevMed

    @Desidia: on ne choisit pas sa famille il paraît. Désolé d’être jeune et d’user de mes moyens pour me faire plaisir.
    Je me suis inscrit sur le site que tu mets en lien il y a plus de 2 ans. Il ne faut pas longtemps pour penser que j’ai simplement mis le site que je visitais le plus. Maintenant si tu es très curieux de savoir qui je suis, bah sache que j’ai aussi un site à moi…

    @Kalenx: merci pour les encouragements, je fais et ferai au mieux !
    Concernant ton 3): Apple rentre de plus en plus et de manière exponentielle au sein des FTN, PME et autres administrations… Quitte à ce que ça accentue ton argumentaire, je préfère te le signaler.

    PS: je reste sur mes positions, mais je souhaite simplement faire quelques petites précisions parfois ! C’est tout, aucune prise de bec inutile comme ça !

  175. olivier

    Kevmed: " Le con te salue.Je retourne sur mes logiciels payants (oups, j’ai dit quelque chose de mal ?)… "

    http://www.youtube.com/watch?v=CZGI
    aaaaaaaaaaaah aah all mac user are Looser ,give your money to steve mobs ,he likes that !

    Et si Linux est sur le déclin ,c’est simplement la faute à "ubuntu =linux c’est gratuit "
    quelle plaie ces ubutiens ,vivement que cette race de linuxien disparaisse !

  176. yann4e

    Beaucoup parlent du fait que un ordi Apple est out of the box, alors ca y est, c’est mal, systeme propritétaire, plus de liberté, tout ça… Mais quand vous achetez une tv, un gps, un telephone ou un grille pain, vous demandez pas a ce qu’il soit open source, mais qu’il fonctionne et fasse ce qu’on lui demande. Ca deviendrait pénible de devoir aller modifier le .conf pour obtenir le mode super grillé de ses toasts. Eh bien c’est ce que la majorité du grand public demande, lui qui ne cherche qu’a aller sur internet ou enregistrer ses photos. Alors oui, l’open source restera reservé a des technophiles ou informaticiens, comme ca a toujours été le cas, et ce n’est pas forcément plus mal. Et ce n’est pas la fin du monde (open source) non plus. Linux n’est pas sur le declin, il n’a jamais été autant utilisé par d’autres personnes que Linus aujourd’hui.

  177. desidia

    @Laurange
    Quand je dis que c’est du pipeau, c’est que l’intégration de BSD, de normes POSIX, etc. dans le système d’Apple ne doit pas nous illusionner quant au fait qu’Apple adhérerait aux principes du libre. D’ailleurs, si je ne me trompe, il n’ a pas intégré de code GPL car il aurait été contraint de partager ses apports ultérieurs. Les licences BSD lui évitent cela.

    Donc je persiste, sa prétendue «ouverture» n’est que circonstancielle. Le jour où un logiciel libre représentera une menace réelle touchant à ses parts de marché, il est à craindre qu’il l’attaquera avec tous les moyens disponibles, et sans doute via l’arme des brevets.

    Les développeurs d’Apple ont)-ils «offert» à la communauté du libre du code réutilisable ? J’aimerais le savoir.

  178. pipottage

    C’est n’importe quoi ce billet. On vas encore dire que j’adule Apple, alors que pas du tout, mais avant c’était Windows, et Apple réussi juste à prendre une part de marché, et ce n’est pas pour rien.

    Les OS libres n’ont jamais marchés, ils font leurs petits bout de chemins, mais sans plus.
    Je connais nombre de personne sous MAC pour le travail, mais personnellement (à la maison par exemple), qui ont une distrib linux.

    Dire que l’ont choisi APPLE pour l’image de marque c’est déjà ne pas connaitre le produit, et être des moutons. Certes peux être certaines personnes le font (des gugusses richis), mais la pluspart des personnes qui utilisent des MAC le font en tout état de causes, et préférent économiser 2/3 mois de plus pour prendre un MAC portable plutot qu’un Windows.

    Les raisons commencent à être les mêmes que le succès d’Apple, à savoir leurs interopérabilité, ont peux jouer dessus, simple d’utilisation, ne plantant pas toutes les 30 secondes, facile d’entretien, etc… Et ça reste surtout moins techniques que Linux
    C’est juste que le grand public passe à Apple, c’est tout..

    Je connais très peu de cadre/infirmière/RH ou tout métier ne nécessitant pas une connaissance plus ou mions pointus d’un ordinateur, qui utilise une distribution Linux, tout simplement car il faut avoir du temps pour apprendre certains concepts, temps qu’ils n’ont pas forcément ou aussi parcequ’ils ne veulent pas le prendre.

  179. @yann4e:
    Tu n’as rien compris de ce que l’on dit.

    On n’a pas dit out-of-the-box = mal = propriétaire. On a dit que si tu veux comparer des OS il faut le faire dans des conditions équivalentes, c’est à dire dans notre cas, comparer MacOS X préinstallé sur du matériel compatible à un GNU/Linux préinstallé sur du matériel compatible.

    «Mais quand vous achetez une tv, un gps, un telephone ou un grille pain, vous demandez pas a ce qu’il soit open source»
    -> Si. Je n’aime pas beaucoup le secret industriel quel que soit le domaine, mais en particulier en informatique car c’est là qu’il est le plus dangereux.

    «Ça deviendrait pénible de devoir aller modifier le .conf pour obtenir le mode super grillé de ses toasts.»
    -> Ce serait surtout un grille pain très mal conçu. La possibilité de configurer en profondeur ne signifie pas que l’on ne peut pas avoir une configuration fonctionnelle par défaut.

    «Alors oui, l’open source restera réservé a des technophiles ou informaticiens, comme ça a toujours été le cas, et ce n’est pas forcément plus mal.»
    -> Ben voyons…

  180. @GopherZen

    Relativement d’accord avec ta dernière intervention, sauf cette partie qui jure un peu par rapport au reste :

    "Quand on a vécu dans des meubles "récup" ou "confo" pendant qq temps, on apprécie enfin de pouvoir se payer des meubles à prix raisonnable style "authentic style" home sweet home, ainsi que de remplacer son bureau "planche agglo et treteaux" par un bureau "imitation cuir" à prix raisonnable aussi. Le mac, c’est pareil : travailler sur du beau matos est agréable, quand on bosse sur des pc windows toute la journée, ou quand on a connu les tours de métal comme UC."

    Entre un mac et un autre PC, il n’y a pas de différence type récup/authentic. On peut faire du low-cost voire de la récup en PC windows et pas avec Apple. Mais essaie de comparer des choses comparables et de mettre le même prix dans un mac ou dans un autre PC, c’est rarement à l’avantage du mac ; pour les portables, je suis d’accord, les MBP sont plus esthétiques que la plupart des autres portables, … moins puissants cependant au niveau hardware. Côté desktop, c’est une autre histoire et à prix équivalent, le mac se fait toujours dépasser sur le hardware.

    Le mac a des avantages pour quelqu’un qui ne se soucie pas du long terme ou de sa liberté (c’est un peu équivalent d’ailleurs).

    De mon point de vue, Mac OS, comme Windows a pour simplicité le fait que justement il est fermé et qu’on ne peut faire avec que ce qu’on nous autorise à faire avec. J’ai été il y a longtemps persuadé que Linux n’avait pas d’intérêt et que Windows faisait tout mieux et plus facilement. Et puis, j’ai appris que linux me permet de faire beaucoup plus, beaucoup plus vite mais en se basant sur des concepts différents (la curiosité et l’apprentissage de l’outil).

    Je pense que la soi-disant simplicité de Mac OS ou de Windows n’est que de la malhonnêteté intellectuelle. Il y a déjà eu le parallèle de la perceuse mais on peut aussi faire le parallèle avec la voiture. La voiture est bien plus simple que l’ordinateur : elle ne sert qu’à se déplacer et a pour principales fonctions : avancer, reculer, tourner. Il faut un permis (des heures de code et au moins 20h de cours). Comment peut-on, si on est honnête, faire croire à quelqu’un qu’il peut tirer parti de toutes les possibilités (quasiment infinies) de son ordinateur sans y consacrer le temps pour apprendre ce que peut faire son outil ?

    Le problème quand on lit que Mac OS ou Windows "me permet de faire facilement tout ce que je veux et pas linux-saitrodur", c’est que souvent, "tout ce que je veux" n’est finalement que ce que l’éditeur de l’OS veut et que la pression sociale pousse à faire (e-mail, face de bouc*, msn, etc.)

    Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, il y a des utilisateurs de Mac OS ou de Windows qui ne sont pas dans cette optique et inversement avec Linux, mais je donne une tendance générale. Ne le prenez pas comme une attaque personnelle, je n’ai jamais dit que mac/windows user = gros ignorant de l’informatique ;-)

    *facebook bien sûr

  181. @ yann4e:
    "Beaucoup parlent du fait que un ordi Apple est out of the box, alors ca y est, c’est mal, systeme propritétaire, plus de liberté, tout ça…"
    Vous êtes une parfaite illustration de pourquoi, à mon sens, Apple freine la technologie.
    Vous avez parfaitement intégré ce qu’Apple essaie de vous faire croire, c-à-d: "si vous voulez du out-of-the-box, vous devez renoncer à votre liberté."

    Premièrement, relisez les commentaires. Moi et d’autres intervenants avont à plusieurs reprises proposé à ceux qui cherchaient un système out-of-the-box de se tourner vers Novatux.
    Car oui, ces ordinateurs sont out-of-the-box ET libre (ils sont même bien plus out-of-the-box que les Mac, sur lesquels de nombreux plugins qu’on utilise au quotidien restent à ajouter).

    Votre exemple de la télévision est intéressant. Lorsqu’on achète une télévision, on doit ensuite régler la fréquences des chaines. Une analogie avec Novatux serait de proposer une télévision dont les chaines sont pré-réglées pour votre région. Une analogie avec Apple serait de proposer une télévision dont les chaines sont pré-réglées pour les chaines "approuvées par Apple" et dont il est impossible de régler les chaines soi-même.
    On comprend dès lors aisément que si la télé "Apple" propose de plus grand avantage que la télé "non Apple" qu’il faut régler, la télé "Apple" freine la diversité culturelle du paysage audiovisuel (puisqu’elle fait en sorte que certaines chaines ne puissent pas être regardées). Dans le cas réel, le mécanisme est similaire, et la diversité des technologies fait partie de son processus d’évolution (le principe est: une bonne technologie s’imposera. Mais si on biaise cette diversité, on risque d’avoir: une technologie associée à un produit populaire, qu’elle soit bonne ou pas, s’imposera).

    @ pipottage:
    "Les raisons commencent à être les mêmes que le succès d’Apple, à savoir leurs interopérabilité, ont peux jouer dessus, simple d’utilisation, ne plantant pas toutes les 30 secondes, facile d’entretien, etc… Et ça reste surtout moins techniques que [d’installer] Linux"
    C’est la parfaite définition d’un ordi avec Linux de Novatux.
    J’imagine donc que les causes de la différence de succès sont: l’effet de mode et le marketing.
    (je sais, je suis chiant avec Novatux, mais ça commence à m’énerver de voir des gens dirent: "ce qui fait la différence entre Mac et Linux, c’est que Mac propose un système simple et out-of-the-box alors que Linux pas" alors que c’est faux)

  182. Greg Lemarchal

    Les mecs, il paraît que Michel Sida a le sardou…

  183. abosake

    Je ne sais pas si quelqu’un arrivera à lire jusqu’à ce commentaire mais bon. À mon avis tout le problème du monde libre se termine dès qu’on commence à fabriquer des machines tournant seulement sur des OS libre. Par exemple si Cannoical produit ses propres PC tournant sous Ubuntu, l’ergonomie et la facilité d’utilisation seront garantis (OUT-OF-THE-BOX Ready). et là je pense que tout le monde basculera dessus.

  184. Francois

    Oui, c’est vrai, et quelque part, c’est normal.
    Il faut comprendre que le logiciel libre est une façon de penser, une attirence particulière pour l’informatique, et son évolution.
    Quand on sort du bac etc, généralment, ce que l’on veut, c’est pouvoir ajouter des photos sans trop de difficulté, dans une interface sexy, et aller sur facebook.
    On se moque du comment va évoluer ce monde, et des répercutions que cela peut avoir.

    Surtout, qu’apple lie bien en laisse ses utilisateurs, voilà plus d’un an que je tente de passer sur linux, et d’abandonner tout ce système, et je viens tout juste de tout placarder, parce qu’ils ont un énorme avantage ergonomique.

    Le retro éclairage du clavier, le macsafe, leur trackpad, etc, sont pleins de détails qui font qu’on est freiné pour migrer.

    Ma migration n’aurait jamais eu lieu sans la lecture de framablog, et de certaines contraintes en passant sur linux, parce que oui, il y a des avantages, mais aussi des contraintes, il faut donc être bien engagé.

  185. Asmodeus

    Salut à tous, je vais apporter ma pierre au nombre de commentaires du dessus.

    Personellement je trouve que les artisans du libres ont un objectif plus que louable mais n’ont absolument rien compris aux méthodes de distribution et de marketing.

    Je les trouve schizophrènes. D’un côté ils voudraient étendre le modèle du libre le plus possible, de l’autre ils ne font rien pour. Quand on sort du cadre informaticien qui sait très bien ce qu’il fait, les changements d’une distribution à une autre. Je m’explique

    Quand une distribution sort, on nous présente ses nouveautés, et ça se traduit par … Nouveau noyau Linux 2.26.3548485 ! trop cool !
    Nouvelle version gnome 2.30.1458412 ! trop cool !

    Visuellement fedora 11 et fedora 13 ça à la même tronche sur Gnome. Quand on nous montre un screen de la nouvelle distribution, l’argument choc que j’ai déjà lu plusieurs fois c’est : et regardez ce nouveau wallpaper, vraiment ils se sont donné un mal fou pour nous pondre un résultat excellent !

    Depuis combien de temps Gnome à la même tronche visuellement ? Longtemps …

    Et combien de temps on a des distributions GNU/Linux ? depuis avant Windows, mais jamais on en entend parler à la télé ou à la radio. Les libristes pensent que nous sommes dans le monde de bambi et qu’il suffit de parler en bien de GNU/Linux à son voisin pour que celui-ci l’adopte.

    Ubuntu commence à piger le truc, ils soignent leur interface (c’est du gnome mais … c’est différent des autres gnomes bleu tout pourris), c’est plus soigné, c’est plus compatible.

    Dernièrement, on a vu une première "publicité" avec un logo Ubuntu qui tourneet qui s’arrête au bout de 10 seconde pour dire "le travail peut commencer". Toute la communauté s’émoi, est fière …

    Pourtant cette pub je la trouve pourrie. A aucun moment on ne voit Ubuntu, pourquoi ne pas prendre un vrai écran de load Ubuntu au moment où il se charge ? Demain je peux prendre un logo quelconque et dire que c’est mon OS qui démarre super vite.

    GNU/Linux n’a pas d’identité visuelle, pas de meneur. Je dis à mon voisin "alors tu as débian, fedora, machin truc", je lui montre des screens sur gnome ça à la même gueule. Tout se ressemble visuellement.

    J’ai du mal à comprendre pourquoi tout le monde est un peu eberlué du genre "je ne comprend pas les gens ne veulent pas de GNU/Linux". GNU/Linux dans la tête des gens ça n’existe même pas. J’veux dire ça fait 20 ans que ça existe et y’a aucun repère. Sauf Ubuntu, qui commence à émerger, parce que Ubuntu c’est un thème graphique bien à lui, un site web qui n’est pas qu’un wiki, bref il a une identité, comme Firefox. Quand je vois openSUSE par exemple, qui se dit vouloir être "la distribution la plus utilisée au monde et accessible à tous", depuis combien de temps ça existe openSUSE ? est-ce qu’un jour un mec va arriver et dire "bon ça fait 15 ans qu’on avance pas, on améliore le produit mais ça se distribue pas trop, on devrait mettre l’accent sur la publicité, télé, internet, radio." ? Ben non ça tourne en rond chacun pense que parce qu’il a le dernier noyau en date tout le monde va l’adopter.

    Je dis ça pour les OS mais openoffice.org c’est pareil, tout le monde connait le W bleu de Word, ou le X vert d’Excel, mais qui connait de tête les têtes des icônes d’openoffice.org ? Y’en à pas c’est genre deux oiseaux qui volent et voilà.

    Tout est dans l’identité et la promotion. C’est comme si un pays agressif en attaque un autre et que celui-ci dit "nous ne ferons pas comme l’adversaire nous ne nous batterons pas comme des sauvages", bonnes intentions mais au final c’est l’agressif qui dégomme le petit.

  186. @François : "Ma migration n’aurait jamais eu lieu sans la lecture de framablog".

    Je ne sais pas pourquoi mais je l’aime bien François ;-)

    Une petite remarque en passant.

    Il y a des dizaines de billets critiques sur Microsoft dans ce blog. Or il ne déclenche pas autant de "passions", tout simplement parce que Microsoft a peu d’aficionados prêts à le défendre.

    Le Mac a ses fidèles pour des raisons qu’un utilisateur de Linux a du mal à entendre et réciproquement. D’où une certaine difficulté à dialoguer.

    On voit bien en tout cas qu’il est plus difficile d’être en face de Mac que de Windows et que si la jeunesse penche pour Mac, notre parcours "classique" de migration prend du plomb dans l’aile.

    Vous me direz qu’avec le cloud computing, le développement de la téléphonie mobile, etc. cela fait déjà un petit bout de temps qu’il a du plomb dans l’aile.

  187. yann4e

    @j-c
    "Vous êtes une parfaite illustration de pourquoi, à mon sens, Apple freine la technologie.
    Vous avez parfaitement intégré ce qu’Apple essaie de vous faire croire, c-à-d: "si vous voulez du out-of-the-box, vous devez renoncer à votre liberté.""
    Personnellement, je ne possède d’Apple que le téléphone, pour le reste j’utilise un peu de tout, en fonction de mes besoins, mes ordis, au travail ou chez moi (Mandriva, Ubuntu, Windows…).
    Je ne défend pas Apple, au contraire, itunes est chiant et je suis un peu déçu de ne pas pouvoir développer aussi facilement que sur Android par exemple (mais c’est une autre histoire).

    Mais en lien avec tout ça, franchement ça nous fait une belle jambe, aux développeurs (pas tous!) comme au grand public, d’avoir un système Open Source. Deja parce que combien vont vraiment aller les utiliser, ces sources? Les participants sont très peu nombreux. Et avoir un OS propriétaire empêche pas l’utilisation de programmes libres pour autant. Donc "renoncer à ses libertés" est tout de même un peu fort ne trouvez-vous pas?

    Je pense qu’il faut encore laisser du temps a tout ça. L’informatique est encore bien jeune, et seulement nos générations commencent à apporter assez d’utilisateurs qui comprennent tout ça, et pourront, plus tard, former leurs amis, familles, enfants, à participer au tout et qu’on finira dans un monde avec plus de logiciels libres.
    Ou peut-être n’en aurons-nous pas le temps, avec le cloud évoqué par aKa, qui pourrait décentraliser des /home pour mieux recentraliser ailleurs (et alors là, ça a beau être basé sous Linux, vive la liberté ;) )

  188. @yann4e : Certains systèmes propriétaires empêchent bel et bien d’utiliser des logiciels libres. Ainsi, sur iPhone et iPad, il ne peut *pas* y avoir de logiciels libres. Le système de verrouillage d’Apple est incompatible avec la liberté, il n’y a rien à faire.

  189. fr1man

    @Elessar
    Tu peux développer des applications web et tu ne seras plus soumis à la validation d’Apple.
    Comme cela a été dit, les iPhone, Ipad, etc possèdent un navigateur, on est pas obligé de passer par les applications "autonomes" et l’app store.

  190. Samuel

    @Asmodeus
    "C’est comme si un pays agressif en attaque un autre et que celui-ci dit "nous ne ferons pas comme l’adversaire nous ne nous batterons pas comme des sauvages", bonnes intentions mais au final c’est l’agressif qui dégomme le petit."

    Connais-tu cette petite histoire : http://an.capacadie.com/2009/1/25/i

  191. yann4e

    @Elessar
    "Ainsi, sur iPhone et iPad, il ne peut *pas* y avoir de logiciels libres. "
    Il est vrai que ça ne court pas l’Appstore malheuresement (probablement du au fait qu’il faille OSX pour dev…), mais l’application WordPress pour ios est bel et bien open source me semble-t-il ;).

  192. @ Asmodeus:
    "Je les trouve schizophrènes. D’un côté ils voudraient étendre le modèle du libre le plus possible, de l’autre ils ne font rien pour.":
    Personnellement, je ne cherche pas à étendre le modèle du libre, je cherche à réduire les modèles anti-libre (pas les modèles non-libre, juste les modèles dont le but est de détruire le libre).

    Dans ce cas, tout le problème se trouve du côté du proprio et de ceux qui le soutiennent. Je ne vois pas pourquoi les libristes devraient améliorer qlq chose qui leur convient, puisque la qualité des outils libres n’a rien à voir avec le fait de respecter le choix de son voisin.
    (notons qu’il est possible de respecter les utilisateurs du libre en étant proprio, comme le fait par exemple Opéra)

    Je pense que tout est bien résumé par votre conclusion: "C’est comme si un pays agressif en attaque un autre et que celui-ci dit "nous ne ferons pas comme l’adversaire nous ne nous batterons pas comme des sauvages", bonnes intentions mais au final c’est l’agressif qui dégomme le petit."
    Le coupable, dans cette affaire, n’est certainement pas le petit qui ne se défend pas, mais l’agressif qui attaque (ainsi que ceux qui le soutiennent en lui donnant de l’argent).

    @ yann4e:
    "Je ne défend pas Apple":
    Je ne prétends pas le contraire. Tout ce que je dis, c’est que vous êtes tomber dans le panneau (mis en place principalement par Apple) en croyant que l’"out-of-the-box" ne pouvait exister que dans un système fermé.

    "Deja parce que combien vont vraiment aller les utiliser, ces sources?":
    C’est une erreur courante que vous faites là. Le fait que les sources soient ouvertes n’est pas le but en soi. Une fois que les sources sont ouvertes, l’équilibre du pouvoir entre "le développeur" et "l’utilisateur" est rétabli.
    Pragmatiquement, le fait d’avoir des sources ouvertes permet plus facilement de:
    – ne pas avoir à repayer inutilement à chaque version (parce que la version précedente marche encore très bien)
    – ne pas avoir à payer pour une fonctionnalité inutile.
    – être sur que le logiciel ne contient pas de chevaux de troie (et ce, sans mettre un oeil dans les sources: les mainteneurs des distributions le font pour moi et me fournissent un logiciel compilé "garanti sans emmerdement")
    – être sur que mes documents seront pérennes (dans le pire du pire des cas, il suffit que je garde les sources quelque part et que j’engage un developpeur pour écrire un software de conversion)
    – être sur que le prix est modulé en fonction de la concurrence
    – être sur que quand je choisi de changer de crémerie, l’entreprise ne pourra pas utiliser des astuces pour me retenir
    – …

    Notez bien que si l’OS n’est pas libre, ces conditions, même en cas de logiciel libre, peuvent facilement être foutue en l’air par l’éditeur de l’OS:
    – l’OS peut changer de version et impliquer un changement de version de tout les logiciels
    – la fonctionnalité inutile peut être inclue dans l’OS (ex.: h.264 ou coverflow, qu’on paie même si on n’en a rien à battre)
    – rien ne garanti que l’OS respecte ma vie privée
    – si l’OS fonctionne sur un FS qui soudainement disparait, tout les documents sont perdus.
    – le prix de l’OS n’est pas modulé par la concurrence
    – si je change d’OS, je n’aurais plus droit à certains avantages (h.264, coverflow, mes documents enregistrés par les applications systèmes non libre, …)

    "Ou peut-être n’en aurons-nous pas le temps, avec le cloud évoqué par aKa, qui pourrait décentraliser des /home pour mieux recentraliser ailleurs (et alors là, ça a beau être basé sous Linux, vive la liberté ;) )"
    Comment pouvez-vous craindre le cloud et ne pas voir d’inconvénient à avoir un OS proprio: en quoi est-ce différent de se connecter sur un serveur sur lequel on n’a pas la main ou se connecter sur un ordinateur sur lequel on n’a pas la main ?

  193. @Asmodeus:
    «J’ai du mal à comprendre pourquoi tout le monde est un peu eberlué du genre "je ne comprend pas les gens ne veulent pas de GNU/Linux".»

    Tout le monde ? Les problèmes du libre sont très bien identifiés et beaucoup de libristes en ont conscience (du plus gênant au plus trivial selon moi):
    – la vente liée, les gens qui n’y connaissent rien ne savent pas ce qu’est un OS, ne savent pas qu’ils en existent d’autres que Windows et/ou MacOS X et enfin ne veulent pas installer un OS, même si certains outils permettent de le faire directement depuis Windows
    – l’enferment des utilisateurs par les autres OS (les jeux DirectX, les jeux OpenGL porté sous MacOS X mais pas GNU/Linux, etc)
    – la division de la communauté du libre (que j’ai évoqué plus haut), trop de duplication d’efforts (distributions, environnements de bureau, langages de programmation, bibliothèques graphiques, etc)
    – la qualité (notamment au niveau ergonomie) de certain(e)s logiciels/bibliothèques
    – le manque de bon pilotes libres (mais ça s’améliore en continu :))
    – j’en oublie peut-être

  194. yann4e

    @j-c
    "vous êtes tomber dans le panneau (mis en place principalement par Apple) en croyant que l’"out-of-the-box" ne pouvait exister que dans un système fermé."
    Oui et non, car je connais Linux depuis quelques années, et ce n’est que depuis assez peu qu’une distrib comme Ubuntu fonctionne out-of-the-box, on ne peut pas le nier. Combien de problemes pour des drivers graphiques ou réseau j’ai eu il y a a peine 3 ans encore.

    Cependant, vous avez raison sur de nombreux points, mais d’autres sont plus discutables.
    Vous mixez dans vos propos par exemple les systèmes libres avec gratuit : "ne pas avoir à repayer inutilement à chaque version". Mandriva par exemple est libre mais il existe des versions payantes.

    "ne pas avoir à payer pour une fonctionnalité inutile", moui bon, mais un monde ou on pourrait choisir de customiser tout ce qu’on achète est un peu utopique, mais ok

    "être sur que le logiciel ne contient pas de chevaux de troie ", là encore, pour m’intéresser énormément à la sécurité, si un vilain pirate cherchait, il n’est pas impossible qu’il parviendrait à nous envoyer de méchants programmes en passant par les dépots par exemple, et ce parce que justement il a eu accès aux sources. Tout a ses avantages et ses inconvénients

    "être sur que mes documents seront pérennes", tout dépend de quels types de documents on parle. Microsoft assure une sacré rétro compatibilité jusqu"a des versions de word 1997 (ca m’a assez surpris), parce qu’il faut bien qu’il suive ses utilisateurs qui ont payé pour un logiciel et un suivi. Mais il existe surement de beaux contre exemples.

    "être sur que quand je choisi de changer de crémerie, l’entreprise ne pourra pas utiliser des astuces pour me retenir", oui mais malheureusement, tout ça c’est le marché, les prix, etc… c’est assez compliqué et ne m’interesse pas trop, mais tout tourne autour de l’argent.

    "Comment pouvez-vous craindre le cloud et ne pas voir d’inconvénient à avoir un OS proprio: en quoi est-ce différent de se connecter sur un serveur sur lequel on n’a pas la main ou se connecter sur un ordinateur sur lequel on n’a pas la main ?"
    Eh bien entre autres, je peux toujours déconnecter mon système et toujours l’utiliser, mes documents restent sur mon propre disque dur et je peux plus facilement surveiller même cet OS proprio, bien plus difficilement le serveur distant…

    @Changaco
    Je pense que tu as bien repris les principales raisons qui font que les OS libres ne decollent pas.

  195. Troll!

    @yann4e:

    >"être sur que mes documents seront pérennes", tout dépend de quels types de documents on parle. Microsoft assure une sacré rétro compatibilité jusqu"a des versions de word 1997 (ca m’a assez surpris), parce qu’il faut bien qu’il suive ses utilisateurs qui ont payé pour un logiciel et un suivi. Mais il existe surement de beaux contre exemples.

    Euh??? MS word à partir de 97 peut-être?
    Muhahahah (rire démoniaque).

    :p

    Si tu veux des documents pérennes, utilise un (vrai) format standard ouvert (pas du genre OOXML).

  196. yann4e

    @Ginko
    Oui bon les vieilles versions de Word franchement je m’y connais pas trop. Et j’utilise pas vraiment non plus. Mais y en a bien une avec 97 dans le nom, non? xP. C’était juste quelque chose observé sur un pc dans ma famille (Ben oui en tant l’informaticien de service, celui qui sait tout réparer, certains doivent connaitre ici ;) )

  197. Kalenx

    @yann4e

    "Oui et non, car je connais Linux depuis quelques années, et ce n’est que depuis assez peu qu’une distrib comme Ubuntu fonctionne out-of-the-box, on ne peut pas le nier. Combien de problemes pour des drivers graphiques ou réseau j’ai eu il y a a peine 3 ans encore."

    Oui et non parce que vous n’avez pas encore saisi son argument : vous ne pouvez pas comparer le out-of-the-box d’un Mac (OS préinstallé en usine) avec le "out-of-the-box" d’Ubuntu (OS que vous installez vous-mêmes).

    Dell a un temps vendu des ordinateurs sous Ubuntu (c’était pas très populaire parce qu’ils les vendaient 2 fois le prix des ordinateurs sous Windows et que le choix était très limitée), et "out-of-the-box" il n’y avait aucun problème : tu démarrais, donnais ton username et le password que tu voulais, réglais l’heure, et c’était terminé.
    Pas de temps perdu à chercher pour un driver pour la webcam, le wifi, le bluetooth, le chipset graphique ou quoi que ce soit : tout était intégré. Même chose pour les plugins et les logiciels communs, déjà préinstallés.
    C’est ça le out-of-the-box.

    Toute autre comparaison où on "compare objectivement" un Windows/MacOS préinstallé et du support (payé) avec une Gentoo installée par ma grand-mère se soldera forcément par un "donc Mac c’est mieux, ça fonctionne sans prise de tête".
    Forcément, en partant avec des prémisses du genre, on démontre n’importe quoi.

    "si un vilain pirate cherchait, il n’est pas impossible qu’il parviendrait à nous envoyer de méchants programmes en passant par les dépots par exemple, et ce parce que justement il a eu accès aux sources. Tout a ses avantages et ses inconvénients"

    Oui eh bien à un certain point si le monde entier est contre toi, c’est vrai que tu pourras te faire pirater.
    Mais si tu connaissais le système des dépôts, tu saurais que sur la plupart des distributions (en fait 99%) ces dépôts ne sont pas accessibles à tous, mais seulement à quelques mainteneurs qui ont la tâche de compiler et auditer les paquets qu’ils maintiennent. Par la suite, ils enregistrent la checksum de ces paquets, qui peut être vérifiée par mon ordinateur.
    Veux-tu maintenant comparer avec ce qui se fait sur les autres plateformes?

  198. @yann4e:

    «Deja parce que combien vont vraiment aller les utiliser, ces sources?»

    Tu ne cite qu’un seul avantage lié au 4 libertées du logiciel libre.
    Mais tu en oublie pleins d’autres:
    – On peut profiter des améliorations de tout les autres utilisateurs qui eux vont modifier le code-source sans avoir besoin de s’y connaitre.
    – Évolue plus vite.
    – Pérénnité du logiciel.
    – Plus de monde sur un logiciel pour corriger les bogues et failles == plus (+) stable et plus (+) sécurisé .
    – Transparance: L’utilisateur est vraiment maitre de sa machin et non l’inverse.
    – On peut utiliser son logiciel comme on veut.
    – On peut partager son logiciel avec qui on veut.
    – On est plus dans une optique de consomation mais d’entre-aide et de collaboration.
    – Les intérêts des éditeurs ne sont plus les seuls qui valent, mais ceux des utilisateurs aussi et ce à égalité.
    – Etc…

    «Les participants sont très peu nombreux.»

    Il y a plus (+) de contributeurs que tu ne le pense. Mais même dans des cas où on a un logiciel avec peut de contributeur par rapport au nombre d’utilisateur, les contributions sont suffisaments conscéquantes pour impacter positivement tout les utilisateurs.

  199. yann4e

    @Kalenx
    Ok, je vois l’arguement.
    "Pas de temps perdu à chercher pour un driver pour la webcam, le wifi, le bluetooth,….". Justement, il y a aussi tous les péripériques comme les appareils photos, imprimantes etc… qui ne fonctionnent pas forcément à cause des drivers. C’est un élément non négligeable pour l’achat d’un ordinateur qui ne serait pas sous Windows/OSX pour des gens néophites.

    "Oui eh bien à un certain point si le monde entier est contre toi, c’est vrai que tu pourras te faire pirater.
    Mais si tu connaissais le système des dépôts, tu saurais que sur la plupart des distributions (en fait 99%) ces dépôts ne sont pas accessibles à tous". Je n’en suis pas là rassure toi, mais même s’il est vrai que je suis pas un as des dépots, il en existe d’autres qui ne sont pas "officiels" et maintenus ailleurs, par d’autres personnes, et qui ne sont pas forcément aussi bien sécurisés. Je dis juste que c’est possible. Si de bons hackeurs s’en donnaient les moyens comme ils cherchent pour windows ou les technologies d’Adobe, il faudrait se protéger également sous les OS libres.
    Je sais aussi très bien qu’il y a le système des checksum etc… mais en lisant de la documentation pour RSSI, tu verrais que tout cela possède aussi des faiblesses. Je disais seulement que la sécurité n’est pas forcément un argument en faveur de l’Open Source, car ça possède aussi des inconvénients.

  200. yann4e

    @korbe
    Je suis tout à fait d’accord avec toi. Je n’ai aucun problème avec le libre et je suis pour.
    Je défend juste la "cause" de tous les gens non informaticiens comme toi et moi, pour qui tout ça c’est du charabia!
    C’est le thème de l’article : Les jeunes (américains?) préfèrent Apple et se foutent des logiciels libres parce que ce n’est pas leur centre d’intérêt et/ou qu’ils y comprennent pas grand chose (que dalle!), même si cela tend à évoluer avec les générations qui naissent une souris et un portable dans la main (quoique…).

  201. @Yann4e

    «Justement, il y a aussi tous les péripériques comme les appareils photos, imprimantes etc… qui ne fonctionnent pas forcément à cause des drivers. C’est un élément non négligeable pour l’achat d’un ordinateur qui ne serait pas sous Windows/OSX pour des gens néophites.»

    Bof, même problème sous Mac OS X. De plus, en comptant les périf pour lesquels il n’y a plus de pilotes pour le dernier Windows ou le denrier Mac OS X mais toujours sous GNU/Linux, on peut dire que GNU/Linux reconnait plus de périfs que Windows/OSX. Actuellement les pilotes sont de moins en moins un problème.

    «Je n’en suis pas là rassure toi, mais même s’il est vrai que je suis pas un as des dépots, il en existe d’autres qui ne sont pas "officiels" et maintenus ailleurs, par d’autres personnes, et qui ne sont pas forcément aussi bien sécurisés. Je dis juste que c’est possible. Si de bons hackeurs s’en donnaient les moyens comme ils cherchent pour windows ou les technologies d’Adobe, il faudrait se protéger également sous les OS libres.
    Je sais aussi très bien qu’il y a le système des checksum etc… mais en lisant de la documentation pour RSSI, tu verrais que tout cela possède aussi des faiblesses. Je disais seulement que la sécurité n’est pas forcément un argument en faveur de l’Open Source, car ça possède aussi des inconvénients.»

    L’ouverture du code souce est justement un avantage car il bouge plus vite et les correctifs de failles arrivent plus vite. Quand aux dépôts:
    – Les paquets sont signés.
    – Faut pas installer n’importe quoi qui vient de n’importe où. C’est vallable pour tout les OS et ça n’a rien à voir avec le fait d’être libre ou non.

  202. laurange

    @Fred "Le mac a des avantages pour quelqu’un qui ne se soucie pas du long terme ou de sa liberté "
    La liberté est là où on se met nos propres barrières : perso avoir des macs me rend plus "libre" de faire ce que je veux aujourd’hui, je ne pense pas à l’OS, je l’utilise.

    Pour moi, et pour la majorité des gens j’imagine, l’informatique n’est qu’un outil du moment, aujourd’hui un ipad d’apple, demain une tablette android ou autre.
    Je ne m’identifie pas à l’outil que j’utilise et ce lien n’est que commercial, Apple fait les meilleurs produits pour mon usage en ce moment, point.

    @Kalenx : j’ai acheté un dell mini 12 ou ubuntu 8.04.
    Effectivement, on démarre et après 3 renseignements ça marche.
    Sauf qu’ensuite j’ai installé abiword et bien sur j’ai voulu me débarrasser d’openoffice, erreur …
    Il faut jeter paquet par paquet (*), module par module et ensuite … et bien mon ubuntu ne fonctionnait plus, j’avais effacé un paquet de trop ou casser une dépendance je ne sais pas.
    Le proc/chipset n’était reconnu par aucune autre distrib ou même par une mise à jour en 9.04, la galère la plus complète, j’ai fini par installer windows 7 qui marchait bien mieux.
    Sauf qu’un windows dans mon monde mac c’était chiant et que je viens d’acheter un ipad pour faire ce que j’attendais du netbook, la mobilité complète.
    Sans oublier que le gnome du début a été vite pollué par des logiciels kde et je voyais des fonctionnalités multimédias en double, des modules kde et gnome en mémoire, ça ne fait pas sérieux.

    (*) sur macos x, installer ou effacer un programme revient à déplacer un répertoire, au max il reste un fichier xml (ouvert et consultable comme tous les fichiers de configs de macos) qui ne dérange personne.

  203. @ yann4e:
    Kalenx souligne à juste titre ce que vous n’avez pas compris.
    Pour enfoncer le clou: je pense que l’installation de MacOS X sur un ordinateur non prévu pour (si on ferme les yeux sur le fait que c’est illégal) donnera des résultats tout aussi mitigé, voire pire. Selon ces critères, MacOS X est encore moins "out-of-the-box" que Linux.
    Si vous voulez comparer un ordinateur pré-installé Mac avec un ordinateur pré-installé Linux, il faut comparer avec, par exemple, un portable de chez Novatux.

    Mais peu importe ceci, vous disiez:
    "Beaucoup parlent du fait que un ordi Apple est out of the box, alors ca y est, c’est mal, systeme propritétaire, plus de liberté, tout ça…"
    Dans cette phrase, vous faites clairement le lien entre "out-of-the-box" et système propriétaire. Maintenant, p-e que vous vous êtes mal exprimé et que cela ne correspond pas vraiment à votre opinion.

    (Et aussi: "C’est un élément non négligeable pour l’achat d’un ordinateur qui ne serait pas sous Windows/OSX pour des gens néophites.". Ça m’étonnerait que Windows Seven permettent l’utilisation de matériels dont les drivers n’ont pas été ré-écrit à l’occasion par le constructeur. Inutile de dire que pour lui, ré-écrire un driver est une perte de temps et d’argent tandis que si le matériel ne peut plus être utilisé à cause d’un driver non supporté, c’est une vente en plus. Bref, pour Tata Jeanine qui a acheté son imprimante il y a 5 ans, Linux est surement bien plus compatible )

    "Mandriva par exemple est libre mais il existe des versions payantes.":
    vous n’avez pas compris ce que je voulais dire (ce n’était pas clair). J’aurais du insister sur le _inutilement_. Pour Mandriva, ce que vous payez est un service. Si celui-ci ne vous est pas utile, vous n’avez pas à le payer. Si Mandriva ne propose plus un service qui vous interesse, vous pouvez payer une autre entreprise ou du personnel interne pour le faire. Pour les logiciels proprios, vous payez principalement pour une licence d’utilisation, dont la durée et les conditions sont entiérement et uniquement gérée par l’éditeur.

    "un monde ou on pourrait choisir de customiser tout ce qu’on achète est un peu utopique, mais ok":
    Il y a un juste milieu entre "tout personnaliser" et le "si vous voulez un OS pour faire de la bureautique, payez également pour les codecs vidéos qui ne vous interessent pas".

    "il n’est pas impossible qu’il parviendrait à nous envoyer de méchants programmes en passant par les dépots par exemple":
    La question n’est pas là (bien que je doute qu’il soit si simple de pirater un dépôt). Ce serait un peu comme dire: "il est possible qu’un pirate vole mon numéro de visa en installant un cheval de troie sur mon ordi via une faille, alors, pourquoi ne pas l’envoyer ce numéro à cette entreprise qui prétend être honnéte". Dans un cas, on a un "piratage inévitable" (que ce soit avec du libre ou du proprio), dans l’autre, on a un "abus de confiance" que l’utilisateur peut facilement éviter s’il est rigoureux.
    Finalement, le code source, c’est un peu comme la liste des ingrédients sur une boîte de nourriture: peu de gens la regardent, encore moins de gens la comprennent (quel est la différence entre la brazzéine et l’aldrine ?), et pourtant, si un producteur refuse de l’afficher, je trouve ça suspect.
    (l’analogie a ses limites, mais suffisamment pour faire commprendre mon point de vue: pourquoi se priver d’une garantie supplémentaire)

    "tout dépend de quels types de documents on parle":
    Notons déjà que j’ai également dit: "permet plus facilement de". Dans certains cas, des documents fermés restent longtemps utilisables (mais tant qu’ils ne sont pas ouverts, seuls une entreprise dispose de la "clé" pour les décoder). Cela ne veut pas dire que l’ouverture du code ne facilite pas la pérénnité (faites un tour sur formats-ouverts.org pour prendre conscience des enjeux)

    "oui mais malheureusement, tout ça c’est le marché, les prix, etc…":
    Drôle de raisonnement. D’un côté, il y a des gens qui mettent en place des systèmes pour vous pompez l’argent, de l’autre, des gens qui ont des systèmes qui garantissent qu’ils sont honnêtes (et ils espèrent que cette garantie leur accorde un avantage concurrentiel sur les autres), et vous continuez à aller chez les premiers en disant: "vous savez, s’ils en profitent, c’est parce que c’est la loi du marché". La loi du marché, c’est le jeu de la concurrence, qui veut que vous choisissiez celle qui vous profite le plus, c-à-d la deuxième.

    "Eh bien entre autres, je peux toujours déconnecter mon système et toujours l’utiliser, mes documents restent sur mon propre disque dur et je peux plus facilement surveiller même cet OS proprio, bien plus difficilement le serveur distant…":
    Donc, les seules différences, c’est que:
    – l’un fonctionne uniquement connecté. Si c’est le seul défaut que vous reprochez au cloud computing, vous passez totalement à côté du problème.
    – la boîte noire est dans un cas devant vos yeux et dans l’autre cas derrière un mur.
    N’oubliez pas que pendant longtemps, la seule façon de lire vos documents personnels enregistrés sous doc, c’était d’utiliser exclusivement MSWord sous Windows. Quelle est la différence fondamentale à "si je veux mes documents, je dois passer par l’outil indispensable MSWord sinon ils sont illisibles" ou "si je veux mes documents, je dois passer par l’outil indispensable CloudMachin sinon ils sont illisibles" ?

  204. fr1man

    Pourquoi devrait-on choisir un camp ou l’autre, libre ou propriétaire ?
    Pourquoi les deux ne pourraient-ils pas cohabiter ?
    J’ai une machine Apple, j’en suis très satisfait. Je ne me sens pas du tout enfermé.
    J’utilise des fois des logiciels propriétaires d’autres fois des libres, en fonction des mes besoins, gouts. Je n’ai pas l’impression de me faire racketter car j’ai toujours le choix d’acheter ou de ne pas acheter. Personne ne me force.
    Je n’ai pas l’impression non plus de participer à la dégradation du monde informatique parce que je ne suis pas 100% pour le libre, il ne faut pas exagérer.
    Il y a beaucoup trop d’extrémisme dans les propos que l’on peut lire ici.
    Essayez d’accepter les choix de chacun, et admettez que personne n’a raison ou tort, simplement des points de vue différents.

  205. @laurange: Ubuntu est, et je le dit depuis un moment, un mauvais exemple.

    Personnelement j’utilise Fedora et enlever Open Office pour Gnome Office n’a pas étét un problème.

    Le truc que les gens ne sembles pas comprendre, c’est que l’importance d’un outils dépends de ce que l’on en fait. Si c’est pour jouer ou se divertir, c’est pas primordial. Mais quand un outils comme un ordinateur sert à:
    – Communiquer.
    – S’informer.
    – Apprendre.
    – Voter
    – Gérer son compte en banque.
    – Etc…

    Là un ordinaeur devient important car ce que l’on fait avec l’est, et donc le fait qu’on soit le seul et unique maitre de cette ordinateur (et non l’inverse) est primordial.

  206. Kalenx

    @yannn4e

    "Justement, il y a aussi tous les péripériques comme les appareils photos, imprimantes etc…"
    C’est comique parce que j’aurais utilisé exactement le même argument mais dans l’autre sens. Les appareils photos et imprimantes sont maintenant quasiment tous compatibles avec Linux, voire plus qu’avec Windows où il faut souvent installer un logiciel de transfert pourri propriétaire (expérience vécue avec un Kodak, cela dit c’était du temps de Vista, je ne sais pas ce qu’il en est avec Seven).
    De la même manière pour les imprimantes, hormis les quelques caricatures (du genre les Dell qui s’obstinent à vendre des imprimantes "idiotes" — i.e. sans support du PostScript), c’est souvent largement plus facile sous Linux avec CUPS (d’ailleurs c’est le même système que sur MacOS…), y compris pour les imprimantes réseau.

    "il en existe [des dépôts] d’autres qui ne sont pas "officiels" et maintenus ailleurs, par d’autres personnes, et qui ne sont pas forcément aussi bien sécurisés."
    Ben oui mais là te tu fais l’avocat du diable. Rendu là autant dire que "sur Linux je peux envoyer un email à un cracker en lui disant mon mot de passe root et en indiquant que je lui ai ouvert un accès SSH, donc c’est pas sécurisé".
    Linux est un système où tu peux faire ce que tu veux, y compris l’autodétruire.

    Les dépôts non officiels ne sont pas utilisés par monsieur tout le monde ou par les néophytes qui ne comprennent rien au principe de l’OS.
    La différence avec les autres plateformes, c’est que par exemple sous Windows ou MacOS, tu dois juger toi-même de la crédibilité et de la confiance du site sur lequel tu télécharges ton logiciel, alors que sous une distribution Linux, tu as plusieurs milliers de logiciels et drivers dans les dépôts officiels, qui, on va s’entendre là-dessus, ont un niveau de confiance relativement élevé…

  207. @ laurange:

    Raisonnons ensemble:

    Vous avez le choix entre Linux et Apple. Apple vous convient car il vous propose une expérience utilisateur que Linux ne parvient pas à vous offrir. Par contre, lorsque vous choisissez Apple, vous choisissez également de soutenir un comportement d’Apple qui est néfaste pour les utilisateurs de Linux.

    La solution est simple:
    Pourquoi ne pas faire pression sur Apple pour qu’ils continuent de vous donner ce que vous aimez, mais sans que celui-ci soit accompagné d’un inconvénient qui, présent ou non, ne modifiera en rien votre expérience utilisateur ?

    J’ai l’impression que vous nous dites: Ce que j’aime dans AB, c’est A, et votre offre alternatice, C, ne contient pas A. Par conséquent, je prends AB, même si B (qui est complétement indépendant de A et qui ne change rien pour moi) vous pose des problèmes. Pire, je prétends que B est une bonne chose, car AB me convient.

    C’est un peu comme si on vous proposait le choix entre une pomme et une banane alors que vous détestez les bananes et adorez les pommes. Mais on rajoute la condition: "si vous achetez la pomme, vous devez aller donner un coup de poing à ce type là-bas".
    Une personne censée répondra surement: "ben non, il n’y a aucune raison, donnez moi la pomme et qu’on en parle plus".
    Pourquoi dites-vous: "vous comprenez monsieur, je n’aime pas les bananes, c’est donc normal que je vienne vous donnez un coup de poing" ?

  208. @fr1man:
    «Pourquoi devrait-on choisir un camp ou l’autre, libre ou propriétaire ?»

    Parce que les deux sont fondamentalement opposés et que l’un cherchera à faire disparaitre l’autre jusqu’à ce qu’un vainqueur émerge. Ça ne signifie pas que l’on doit utiliser du 100% libre ou 100% prioritaire (passer d’un coup d’un extrême à l’autre est très difficile), c’est un choix philosophique. Le logiciel libre représente la transparence, des modèles de financement plus justes (payer un service ou donner de l’argent, mais pas payer une copie virtuelle dont le coût est quasi nul), etc. Le logiciel propriétaire est une tentative d’appliquer les lois du réel dans le virtuel, c’est refuser d’évoluer, comme l’industrie du divertissement.

  209. @Kalenx:
    «De la même manière pour les imprimantes, […] c’est souvent largement plus facile sous Linux avec CUPS»

    Faudrait pas exagérer non plus. Il y a toujours des problèmes avec les Canon, je n’ai même pas réussi à faire fonctionner la dernière parce que le driver de Canon était buggé.

  210. fr1man

    @Changaco
    Sauf que le monde du libre est, du peu que j’en sais, largement aidé par des entreprises !
    Donc c’est un peu facile de dire que ces mêmes entreprises veulent la mort du libre.
    Et pour moi, le développement logiciel n’a rien de virtuel, cela ne me choque donc pas de devoir payer une licence.

  211. yann4e

    @j-c
    Pour connaitre ma "réelle" opinion, référez-vous un peu plus haut a mon dernier message. Je suis un peu l’avocat du diable dans tout ça, je cherche simplement à recalibrer le sujet dans le monde réel, rempli de gens pour qui cette conversation serait du mandarin. Je pense que nous sommes arrivés a exprimer nos opinions, qui ne s’accordent peut etre pas sur tout. Pour ma part, mon idée generale est, comme cela a été dit, que ce sont des outils, on utilise ce qui convient a ce qu’on veut en faire.

  212. Kalenx

    @Changaco

    "Faudrait pas exagérer non plus. Il y a toujours des problèmes avec les Canon, je n’ai même pas réussi à faire fonctionner la dernière parce que le driver de Canon était buggé."

    Très possible, mais dans ce cas MacOS ne fait pas mieux…

  213. @Changaco:

    >Parce que les deux sont fondamentalement opposés et que l’un cherchera à faire disparaitre l’autre jusqu’à ce qu’un vainqueur émerge.

    C’est "il n’y en restera qu’un", c’est ça?
    Hum… et l’open source qu’est-ce que tu en fais?

    De plus, le modèle propriétaire n’est absolument pas voué à disparaitre. Vouloir vendre le fruit de son travail n’est pas un mal en soi. C’est juste qu’il en dérive certains comportements comme par exemple la volonté d’emprisonner l’utilisateur dans un environnement qui sont eux, *mal* (enfin, du point de vue de l’utilisateur, s’entend).
    Il ne me semble pas que le business model de photoshop ne soit affecté avant un certain temps (je dirais au moins 5 ans, ce qui en informatique est énorme et même 10 ans, ce qui est une éternité).

    Pour finir, ma ritournelle:
    1) Ce n’est pas tant la part de marché d’un outil libre qui compte, mais sa simple existence.
    2) Ce n’est pas tant l’utilisation de l’outil libre qui compte, mais l’utilisation de formats standards ouverts.

  214. @fr1man:
    «Sauf que le monde du libre est, du peu que j’en sais, largement aidé par des entreprises !
    Donc c’est un peu facile de dire que ces mêmes entreprises veulent la mort du libre.»

    Les entreprises qui soutiennent réellement et fortement le libre ne sont pas les mêmes qui veulent sa mort. Certaines personnes aiment bien dire que Apple soutient le libre avec des projets comme WebKit et CUPS mais c’est surtout qu’ils n’ont pas le choix. WebKit est un fork de KHTML qui fait partie du projet KDE, ils n’ont donc pas eu le choix de la licence. Quant à CUPS ils l’ont racheté et ont gardé la même licence pour ne pas se faire critiquer et se retrouver avec un fork libre.

    «Et pour moi, le développement logiciel n’a rien de virtuel, cela ne me choque donc pas de devoir payer une licence.»

    Ce n’est pas le développement qui est virtuel, c’est le logiciel lui-même. Il n’est pas normal de payer pour une opération (la copie du logiciel depuis un serveur sur ton ordinateur) qui ne coûte presque rien. D’autant plus que ce mode de financement pénalise ceux qui ne peuvent pas payer (y compris les mineurs dont les parents de ne peuvent/veulent pas payer). Le libre recherche d’autres moyens de financement plus justes, comme le don ou la vente de service.

  215. @Ginko:
    «Hum… et l’open source qu’est-ce que tu en fais?»

    Ça dépend de ce que tu entends par open source…

    «De plus, le modèle propriétaire n’est absolument pas voué à disparaitre. Vouloir vendre le fruit de son travail n’est pas un mal en soi.»

    Voir mon message précédent, je n’ai pas dit que l’on ne devrait pas être payé pour coder, mais je critique le mode de financement qu’est la vente de copie. cf http://hcsoftware.sourceforge.net/j

    «2) Ce n’est pas tant l’utilisation de l’outil libre qui compte, mais l’utilisation de formats standards ouverts.»

    Je ne suis pas d’accord. Pour moi l’utilisation de formats ouverts permet au libre de cohabiter plus facilement avec le propriétaire mais l’objectif final est bien le libre.

  216. @ fr1man:

    Une entreprise proprio a svt pour objectif de prendre le maximum de PDM. Ce n’est pas le cas du logiciel libre. Par exemple, si ses revenus sont "Software as a Service", plus ses PDM seront grandes, plus sont travail sera grand également: dans le cas SaaS, il n’y a aucun bénéfice a avoir une très grande PDM (mais en avoir une trop petite est évidement un inconvénient). Inversement, vu qu’une entreprise proprio vend des licences, s’il vend 10X plus de licences, il gagnera 10X plus d’argent sans faire plus de travail (c’est une des raisons pour lesquels la vente de licence est une abherration (tiens, en prévisualisant mon commentaire, je vois que Changaco l’explique également) ).

    Pour étendre ses parts de marché, il y a plusieurs techniques:
    – être le plus efficace: si le logiciel marche mieux (+ simple, + sécurisé, + pratique) que les autres, il sera préféré;
    – être le plus innovant: si le logiciel propose des outils que personne ne propose, il sera préféré;
    – enfermer ses utilisateurs: si un produit à temporairement du succès (grâce au point précédent), on peut faire en sorte que changer de produit soit contraignant en faisant en sorte que le produit ne soit pas compatible avec ses concurrents. Si les concurrents sont moins pratiques, ils perdront des PDM, qui, mécaniquement, reviendront à celui qui enferme;
    – réduire les libertes de ses utilisateurs: si les utilisateurs évoluent dans un environnement contrôlé, un concurrent ne pourra pas venir lui proposer un produit qui lui convient mieux, puisque le concurrent n’est pas accepté dans l’environnement contrôlé. Un nouveau produit de l’entreprise qui arrivera dans cet environnement fermé sera forcément "innovant", puisque même si ce produit existe à l’extérieur, il n’aura pas pu atteindre les utilisateurs;
    – faire en sorte de compliquer la vie des développeurs et, par conséquent, des utilisateurs des produits concurrents: soit via le FUD, soit via la menace des brevets, soit via des accords avec d’autre produit dont aurait p-e besoin les utilisateurs des produits concurrents, soit via le manque d’interopérabilité.

    On notera que les 2 premiers points sont positifs pour la société. On notera aussi que si un logiciel libre veut augmenter ses PDM, il ne pourra le faire qu’en utilisant les 2 premiers points (vu qu’on peut tjr forker ou étudier le code source, les autres points sont impossibles à mettre en place).

    Inversément, les logiciels libres sont profitables aux systèmes propriétaires et à leur utilisateur: leur innovations étant libres, elles peuvent être adaptées à ces systèmes. Aucun utilisateur de Windows ou Mac n’ont jamais eu des "effets néfastes" parce que leur voisin utilise des logiciels libres, tandis qu’ils peuvent bénéficier de 90% des logiciels qui n’ont vu le jour que parce qu’ils étaient nécessaire pour Linux et qui sont interopérables.

    Bref, les différences entre libre et proprio sont intrinséques, et impliquent que s’il y a une "mauvaise entente", elle ne peut être générée que de la part du logiciel propriétaire.

    Notons que l’entente est possible. Par exemple, Opéra mise essentiellement sur l’innovation et les performances, et cette entreprise co-existe très bien avec les libristes.

  217. fr1man

    Vous me faites bien marrer. Depuis quand le chiffre d’affaires devrait être lié a la quantité de travail fournie ?
    C’est votre opinion que le système de rémunération a la licence est une aberration, moi désolé, je n’y vois rien de choquant.
    On repproche au logiciel tout ce qu’on accepte ou tolère dans d’autres domaines.

  218. fr1man

    @j-c
    Ce n’est pas utile de tenter de me convaincre. Je respecte ta position mais je ne suis pas d’accord du tout.
    Et puis je suis allé voir Novatux pour pas rester idiot, et bien il n’y a pas moyen que j’achète une de leurs machines.
    Tu compares Apple et Linux en partant du principe que l’on a l’équivalent (voire mieux) d’Apple avec Ubuntu et ton constructeur Novatux, ce qui est évidemment faux, selon les besoins que l’on peut avoir. On a quelque chose qui s’en rapproche, mais la différence fait que certaines personnes préfèrent acheter du matériel et du logiciel Apple ou autre marque.

  219. @ fr1man:
    "On repproche au logiciel tout ce qu’on accepte ou tolère dans d’autres domaines.":
    À part l’industrie culturelle où on essaie de vendre des biens non rivaux sous forme de biens rivaux avec les conséquences que l’on sait (piratage massif, HADOPI, …), et que je critique autant que je critique le modèle économique des logiciels proprio (c’est d’ailleurs le même modèle simpliste qui essaie bêtement d’appliquer des règles valables aux biens rivaux sur des biens non rivaux), je n’ai pas en tête d’autres exemples où la rémunération n’est pas basée sur le mérite de la personne et les coûts des matériaux (qui eux sont nuls dans le cas d’un bien virtuel).
    D’ailleurs, refuser de l’argent à qlq’un qui le mérite ou donner de l’argent à qlq’un qui ne le mérite pas correspond exactement à la définition d’"injustice". Promouvoir un système injuste me parait contre-productif pour le développement de l’humanité.
    Je dirais donc plutôt que c’est toi qui "fait bénéficier au logiciel tout ce qu’on n’a jamais toléré et qu’on ne tolèrera jamais dans d’autres domaines".

    "Tu compares Apple et Linux en partant du principe que l’on a l’équivalent (voire mieux) d’Apple avec Ubuntu et ton constructeur Novatux, ce qui est évidemment faux, selon les besoins que l’on peut avoir.":
    On s’est mal compris: je ne prétends bien évidemment pas que les produits de Novatux conviennent à tout le monde (ce serait tout aussi stupide que de prétendre que les produit d’Apple conviennent à tout le monde). Je suis d’ailleurs déçu: est-ce que mon discours à l’air aussi simpliste que ça ? On a juste dit: "Avec Apple, j’ai un ordinateur qui, une fois acheté, s’allume et est prêt à l’emploi". J’ai juste répondu: "Avec Linux aussi (voire mieux, car avec Apple il faut encore installer des plugins)". Chose objectivement facile à prouver.

    "Ce n’est pas utile de tenter de me convaincre.":
    Je ne tente pas de te convaincre, juste de t’expliquer ma position (c’est ce que tu as fait lors de ton premier message. J’en ai naïvement conclu que si tu avais le droit de nous exprimer ta position, j’avais le droit de te préciser la mienne). Si tu veux garder la tienne, cela ne me dérange pas. Par contre, je suis sur ce site pour réfléchir et échanger. J’aimerais faire évoluer ma position si on me fait prendre conscience que celle-ci est incohérente sur certain point. Je t’invite donc à me présenter ta vision des choses.

  220. Avoir du Apple, c’est être In. Et ce depuis longtemps.

    Dans le milieu artistique on retrouve essentiellement cette marque. Etre Apple, c’est être bohême, enfin bourgeois bohême. C’est un signe extérieur de richesse, qui donne l’impression d’être quelqu’un de cultivé, sociale, cool, de gauche. C’est THE truc tendance depuis des années et cela c’est démocratisé avec les Ipod, Iphone, Ipad.

    Apple c’est une impression de liberté, on peut tout faire avec du Apple. La laisse est tellement longue.

    Oui mais c’est encore une laisse, ce qui veut dire que l’on est tout sauf… et oui Libre. Ça a le gout de la Liberté, ça ressemble à la Liberté, mais ce n’est pas la Liberté. Grattez un peu et on vous rappellera gentiment que vous ne voudriez pas prendre cette voie.

    En fait Apple c’est le village de The Prisonner, la série britannique.

    Pour moi, l’un des plus gros inconvénient des systèmes libres, c’est qu’ils ne sont pas assez tournés grand public. Enfin ce n’est pas un problème de système d’exploitation proprement dit. Un Ubuntu n’a pas à palir devant un Mac OS. Le problème vient plutôt de la communauté qui gravite autour qui est bien trop élitiste pour le grand public. Le discours n’est souvent pas adapté, et la volonté de séduire le grand public est mise à mal par la volonté première de lui donner un cours de philosophie sur la notion de Liberté. C’est la stratégie marketting du Logiciel Libre qui est à revoir. Tant que nous ne nous remettrons pas en questions, Apple gagnera

  221. Asmodeus

    Complètement d’accord avec Winael. Un peu de marketing ferait du bien au libre avant de parler philosophie.

  222. André Cotte

    Je suis fatigué de lire qu’Apple c’est plus facile que ça ne plante et que ça fait même le café. Dans mon ménage, il y a du Mac, du Windows et du Linux. Je suis le seul à faire l’entretien de tout ce bazar. Les maceux se contentent de dire que c’est le meilleur ordinateur et passent leur temps à me demander de les démerder. Pour ensuite dire qu’ils n’ont jamais de problèmes, eux!

    Par expérience, les trois systèmes ont leurs forces et leurs faiblesses et je passe autant de temps sur chacun pour les tenir en bon ordre de marche.

    Apple c’est une affaire de marketing, avant tout! Là-dessus, ils sont bien meilleurs que les autres. Sans compter que lorsque tu contrôles tout de A à Z et qu’il reste des problèmes… c’est pas le signe que t’es le meilleur. À voir la diversité du hardware sur lesquels tournent Windows et Ubuntu, je dis chapeau les gars.

    Parlons de faire tendance et du bon marketing mais qu’on arrête de nous rebattre les oreilles avec "c’est le meilleur, c’est de la qualité, etc."

    P.S. Au travail, mon ordinateur principal est un MacBook sur lequel je tourne surtout Ubuntu (et aussi Windows) sous VMWare.

  223. Arnaud

    Pour reprendre des idées qui ont été déjá évoquées avant, je crois qu’il y a deux choses sur lesquelles on ne s’arrete pas assez : la notoriété et les usages.

    Je ne sais plus qui a dit que Mme Michu, le plombier, la caissiere, le manager d’une boite, ou qui sais-je, ne connaissent pas le libre. Et c’est bien lá le probleme. Si vous n’avez jamais entendu parler du logiciel libre, le choix entre 3 OS passe automatiquement á deux. Ca parait sans doute idiot, mais déjá, sortir le libre de sa sphere de relative confidentialité serait pas mal. Bien sur qu’on l’utilise au Parlement, á la mairie de Munich ou je ne sais oú, mais ca ne suffit pas á en faire une alternative crédible. Dans un magasin d’informatique, on propose rarement au client du libre, ou disons de l’Ubuntu.
    Si les gens n’ont pas un minimum de curiosité á ce propos, ils ne sauront pas ce que c’est, pourquoi c’est mieux, moins bien, etc etc. Novatux c’est pas mal, m’enfin vu qu’il faut déjá faire partie de la communauté du libre pour en connaitre l’existence, on preche des convaincus.

    Ce qui m’amene á la question des usages : je suis d’accord que ce n’est malheureusement pas la philosophie du libre qui fera le succes du libre. Beaucoup d’entreprises passent ou ont passé leurs serveurs sur Linux : parce que c’est stable, sécurisé et ca coute moins cher. En terme d’usage, Linux est plus intéressant que des solutions proprio pour des serveurs. Dans ce cas ce n’est pas une affaire de philosophie : libre l’emporte pour des raisons pratiques et/ou de rentabilité. Par contre pour les desktops, Linux ne décolle pas : ici encore, c’est une question d’usage. La plupart des gens n’achetent pas un PC, ne choisissent pas un OS par conviction, mais pour des raisons pratiques : Facebook, Picasa, regarder des films, mettre mes mp3 sur mon ipod, aller sur ebay. C’est triste, certes, mais bon ce sont les usages, et on ne les changera pas comme ca. Avant de demander á quelqu’un de compiler ses programmes, faut déjá arriver á le faire naviguer sur Internet et lire ses emails á partir d’un systeme libre. Apres le reste suivra (ou pas).

    Pour un desktop, linux vaut ses concurrents, mais lá on en revient á la question de la notoriété, la valeur est une chose, la faire connaitre en est une autre.

  224. Arnaud

    PS : Désolé pour les accents et caracteres accentués, j’écris sur un clavier étranger.

  225. Filemon

    C »est the never ending post par ici :-)

    Une petite remarque sur les usages. Vous dites que ce n’est pas la "philosophie" du libre qui modifiera les usages. Je ne suis pas totalement d’accord.

    Pourquoi les gens font aujourd’hui l’effort de trier leurs déchets ? Parce que derrière il y a la "philosophie" écolo. Ok, elle a mis du temps à venir (et peut-être est-il déjà trop tard) mais aujourd’hui plein de gens sont sensibles à ça. Et les pratiques découlent bien de la théorie.

    On en revient à l’éducation selon moi.

  226. fr1man

    @j-c
    Injustice de payer pour un logiciel ?
    Il y a bien d’autres domaines bien plus importants (graves) dans la vie où l’on pourrait parler d’injustice.
    Quand tu fabriques un produit quel qu’il soit, tu fixes son prix en partie en fonction du nombre que tu souhaites en vendre. Prends l’exemple d’un jeu vidéo qui est une catégorie de logiciel. Ca te choque de devoir payer pour pouvoir l’utiliser, même en pensant au travail que cela a nécessité ?
    Après que certains basent leur rémunération sur de la documentation, du support ou autre chose, pourquoi pas, mais qu’on leur laisse le choix !

  227. @fr1man:
    «Injustice de payer pour un logiciel ?»

    Non, mais injuste de payer pour avoir le droit de copier un fichier alors que cette opération ne coûte quasiment rien à l’entreprise. Ce que j-c n’a pas expliqué c’est pourquoi les biens rivaux et non-rivaux ne doivent pas être traités de la même façon. L’achat d’un bien rival empêche l’entreprise de vendre ce bien à quelqu’un d’autre, par conséquent tu la dédommages (si c’est un bien matériel tu payes le coût de fabrication). Par contre utiliser un bien non-rival n’empêche pas d’autres de le faire et n’implique pas forcément un coût pour l’entreprise. Dans le cas d’une chaine de télévision ou d’un site web financé(e) par la pub, plus il y a de monde plus ça rapporte, donc tu payes implicitement en l’utilisant (ce qui est mal, mais c’est pas le sujet). Dans le cas d’un logiciel classique dans le genre traitement de texte ça ne coûte rien donc tu ne dois pas quelque chose à l’entreprise parce que tu en as une copie, mais parce que le logiciel t’es utile et que son développement, lui, a un coût. La problématique pour l’entreprise est donc: comment récupérer les fruits de son investissement ? Cela a déjà été évoqué plus haut, les deux méthodes que je connais étant le don et la vente de service.

  228. @Winael et @Asmodeus et à tous les autres qui parlent de marketing:
    C’est facile de sortir un mot sans rien mettre derrière mais ça ne fait pas avancer le débat. Que voulez-vous que l’on fasse ? Que la communauté cotise pour payer de la pub ? Une partie des libristes (moi y compris) est contre la publicité. Faire la promotion du libre dans des évènements IRL ? C’est déjà largement le cas…

    Les problèmes du libre ont été listés plus haut dans ce message: http://www.framablog.org/index.php/
    Si vous en connaissez d’autres je suis tout ouïe, du moment que ça ne se résume pas un mot qui veut tout et rien dire comme «marketing».

  229. @ fr1man:
    "Injustice de payer pour un logiciel ?":
    Qui a dit que c’était injuste de payer pour du logiciel ? J’ai déjà dépensé de l’argent pour utiliser un logiciel libre qui vous avez sans doute utilisé gratuitement.
    Tout ce que j’ai dit est: "c’est injuste de payer qlq’un linéairement proportionnellement aux nombres de copies" (notons que ça n’empêche pas de calculer le revenu en fonction de la popularité. Par exemple, Stallman propose d’appliquer une racine cubique).

    "Il y a bien d’autres domaines bien plus importants (graves) dans la vie où l’on pourrait parler d’injustice.":
    Je n’ai jamais dit que c’était une injustice prioritaire. On en est simplement arriver à parler de ça dans la discussion. Est-ce que tu es en train de me dire: "il y a des gens recherché pour crime contre l’humanité encore dehors, donc, arrête de dire que ce n’est pas normal que qlq’un vole une voiture" ? (je ne dis pas que l’injustice que je dénonce est aussi grande qu’un vol de voiture, je veux juste souligner que ton argumentation ne se tient pas)

    "Quand tu fabriques un produit quel qu’il soit, tu fixes son prix en partie en fonction du nombre que tu souhaites en vendre.":
    Économiquement, le prix est fixé en fonction du prix qu’est prêt à mettre le client. Or, le client ne connait pas le nombre d’acheteurs total (et en fait, ne cherche même pas à la savoir), donc, le prix qu’il est prêt à mettre est indépendant du nombre de vente.
    Imaginons que tu vendes un premier jeux qui t’as couté X euros à Y personnes qui sont prêtes à mettre X/Y euros.
    Imaginons que tu crées un second jeux qui t’as couté X euros, mais que tu sais que ton public sera plus grand (Z > Y) et qu’ils sont de nouveau prêt à payer X/Y euros, vas-tu choisir de gagner X * Z/Y (avec Z/Y > 1) ou X/Z’ * Z’ = X ? (c’est Z’ parce que si tu baisses le prix, le nombre d’acheteur augmente)

    "Prends l’exemple d’un jeu vidéo qui est une catégorie de logiciel. Ca te choque de devoir payer pour pouvoir l’utiliser, même en pensant au travail que cela a nécessité ?":
    Ça me choque de payer pour l’utiliser si le coût de production et les bénéfices ont déjà été engrangé (car cela revient à payer qlq’un qui a déjà été payé ce qu’il méritait).
    Une façon d’expliquer la gratuité des logiciels libres est de dire: "ce logiciel n’est pas gratuit, mais il a déjà été payé, donc c’est normal qu’on n’ai pas à le payer."

    Si tu es interessé par mon point de vue concernant la rémunération des jeux vidéos, tu peux lire les commentaires de cet article:
    http://www.pcinpact.com/actu/news/5
    (sans surprise, je suis l’intervenant j-c_32)

    "Après que certains basent leur rémunération sur de la documentation, du support ou autre chose, pourquoi pas, mais qu’on leur laisse le choix !":
    Je pense que la vente de biens non-rivaux à la manière des biens rivaux devrait en fait être interdite de la même façon qu’est interdite l’entente sur les prix entre entreprises du même secteur. Cela fausse le jeu de la concurrence de manière similaire. Plus de détails à dans les commentaires (en particulier à partir du n°685) de l’article cité plus haut.

    Je m’arrête là parce que c’est hors-sujet.

    P.S.: merci Changaco pour les précisions sur les biens rivaux / non-rivaux

  230. Arnaud

    @ Filemon : La comparaison avec l’écologie est juste. Cependant, la philosophie écolo a ses limites : les gens trient leurs déchets mais achetent des écrans plasma, des 4×4, etc. Je ne sais pas si lá on est dans l’usage ou dans l’adoption d’une philosophie. Je crois que certains le font par philosophie bien sur, mais certainement pas tous.

    Pour le logiciel libre, le probleme est assez clair je crois. Les gens achetent du mac parce que "ca marche" (au moins ils en ont la croyance, que ca marche ou pas dans les faits est une autre question je dirais). Leurs copains leur ont dit "c’est plug and play", á la fac ils s’en servent, au boulot parfois… Tous les gens autour de moi qui ont un mac me disent "ca marche tres bien, c’est facile, je préfere largement á Windows". L’expérience utilisateur en somme, ou l’usage.

  231. @ tous ceux qui parlent de marketing:

    Je ne vois pas trop l’intérêt de faire utiliser aux gens Linux plutot que Windows si ce n’est pas pour les sensibiliser aux enjeux du libre.
    Imaginons que le grand public débarque massivement sous Linux, quelles seront ses demandes prioritaires ?
    Sans doute:
    – iTunes, avec ses protocoles fermés
    – MSWord, avec ses formats fermés
    – Photoshop, avec ses formats fermés
    – …
    Si les entreprises qui conçoivent ces logiciels se rendent compte qu’ils ont un public sous Linux, ils fourniront ces logiciels pour Linux.
    Inversément, les logiciels équivalents libres n’auront plus, aux yeux de la majorité des utilisateurs de Linux, de raison d’être développés.

    C’est déjà le cas dans différents domaines où le proprio a proposé des solutions pour Linux qui ont été adopté par facilité par la majorité des utilisateurs de linux, affaiblissant ainsi le développement d’alternative libre:
    – gnash vs flash
    – driver 3d proprio
    – steam vs jeux libres
    – …

    Bref, je ne vois pas trop l’intérêt de promouvoir Linux si ce n’est pas pour empêcher les libristes de subir les conséquences de ceux qui utilisent des logiciels anti-libres.
    Mieux vaut que qlq’un utilise Windows ou Apple avec des logiciels libres qui fournissent des formats/protocoles ouverts plutôt que qlq’un utilise Linux avec des logiciels propriétaires qui fournissent des formats/protocoles fermés.
    (2x plus, d’ailleurs: 1) parce que les formats/protocoles ouverts respectent mieux le choix des autres, 2) parce que l’absence de solutions propriétaires favorise le développement de solutions libres)

  232. "- gnash vs flash
    – driver 3d proprio"

    La dernière fois que j’ai essayé gnash, ça foirait complètement, donc. Quant aux drivers proprio, comme ils fonctionnent généralement moins bien que les drivers libres, si on veut un affichage correct, on n’a pas trop le choix.

    Pour les drivers, d’accord, c’est en partie la faute des fabriquants de cartes qui ne donnent pas leurs sources. Par contre, si ma mémoire est bonne, les spécifications de flash sont ouvertes, et n’importe qui a le droit de faire son lecteur et de le diffuser. Au moins au moment où j’ai testé gnash, ça démontrait qu’un logiciel libre n’est pas toujours aussi performant qu’un logiciel propriétaire.

    Par contre, je suis d’accord avec toi quand tu dis ne pas voir l’intérêt de pousser les gens à adopter linux. Ca devrait venir d’eux-mêmes. De plus, ça éviterait les conneries du genre de "Ubuntu 10.10 ressemblera beaucoup plus à OSX et à Windows Seven qu’Ubuntu 10.04, youpie !".

    Non, Linux, c’est pas un Windows/OSX gratuit.

  233. Quelqu’un aurait-il des liens vers des billets qui expliquent ce qui a été expliqué dans les commentaires ici ?
    – les travers du logiciel propriétaire avec notamment bien rivaux vs non-rivaux
    – les problèmes du logiciel libre
    – autre

    J’ai pas de ça dans mes marques-page or ce serait plus efficace que de répéter la même chose dans les commentaires de différents sites.

  234. fr1man

    Bon ben désolé, j’ai consulté ton lien et lu les différentes interventions et je confirme que je ne suis toujours pas d’accord avec toi. Je pense que ton discours ne tient pas du tout la route.
    Il suffit de lire les réactions de nouknouk en particulier, qui démonte ton système assez facilement.

  235. @ fr1man,

    Ce n’est pas le lieu pour discuter de ça, mais je serais extrémement interessé par tes réflexions si tu penses pouvoir montrer que mon discours est incohérent.

    En quoi nouknouk a-t-il démonté mon système facilement ? L’argumentation de nouknouk était essentiellement: "ce que tu dis se tient, mais est impratiquable en l’état", ce à quoi je suis essentiellement d’accord (les entreprises n’accepteront évidemment pas de renoncer à un système qui fausse le jeu de la concurrence en leur faveur), à moins que la rémunération de la diffusion de biens non rivaux deviennent légalement interdite (comme il se devrait, puisque ça l’est pour l’entente sur les prix).
    Donc, au final, nouknouk a plutôt reconnu que mon discours tient la route.

    Je t’invite (et même te demande aimablement: si j’ai tort, j’ai tout intérêt à comprendre pourquoi je me trompe) à prendre contact avec moi par message privé via le site de pcinpact pour m’envoyer tes réflexions.

  236. Arnaud

    @ j-c : Je n’ai pas proné le marketing á outrance, mais une petite remarque tout de meme.
    Canonical est peut-etre l’entreprise qui aujourd’hui met le plus l’accent sur le marketing et la com, et on est loin de proposer iTunes et autres logiciels proprios.

    Bien sur ils proposent certains logiciels proprios comme flash ou java, mais bon á mon sens ca ne trahit pas l’esprit. Si Apple veut un jour développer pour Linux, ca signifie que Linux aura assez d’utilisateurs pour que le marché devienne intéressant. Cependant, je ne suis pas sur que les utilisateurs remiseront les logiciels qu’ils ont utilisés jusque-lá pour un truc tout marketé. Perso je crois en le développement du libre, et je pense que les logiciels libres peuvent largement dépasser les proprios. La question est de savoir si on privilégie juste l’aspect technique, ou si on s’occupe aussi de l’aspect grand public.

  237. GopherZen

    Bref, on recommence, et on reste zen (mon post n’a pas été enregistré).

    @ Fred
    Entièrement d’accord avec toi. Le passage "mobilier" qui jure, c’était pour dire à * que je n’étais pas un petit bourgeois ;=). Ok avec le mac, c’est du bon matos (j’ai un macbook), mais qui pourrait être plus "rapide" en hardware (voir l’histoire du 1er mac freiné par Steve Jobs himself). Quant à ma liberté, si Apple me gonfle comme Microsoft, sans état d’âme je virerai ma cuti 100% Linux, du moment que ma liberté sera la neutralité du net, et du matériel que je choisirai (pas de panique, les mecs, ils sont tous fabriqués au même endroit).

    @fr1man
    D’accord avec toi sur le choix libre des systèmes. L’important est de montrer qu’il n’y a pas que Windows dans la vie, qu’il y a d’autres alternatives. Moi ça ne me gêne pas de passer de Mac à Linux (Windows, j’ai déjà donné personnellement).

    @Winael
    Autant j’aime bien Apple, autant je ne me sens pas "bobo" (je bidouillais déjà avec mon A//e, et maintenant c’est avec Linux). Non, je ne suis pas un numéro (un quoi ? ;=) ). Je ne suis pas comme certains timbrés vus sur Youtube en train de rouler une pelle ou coucher avec son mac, et encore moins crêcher devant l’Apple Store pour être le premier à se jeter sur la nouveauté, comme certains se jettent sur les soldes. Il y a des limites à l’abrutissement (même l’iPad m’impressionne pas).

    Cependant, dès qu’il s’agit d’aider quelqu’un pour ne pas rester dans le fossé numérique, je rejoins la philosophie du libre en aidant à retaper des pc et les rendre fonctionnels sous linux, pour les donner après, et faire découvrir une autre façon d’utiliser son ordi et le net (et ainsi inciter à ne pas pirater des logiciels propriétaires pour ne pas tomber dans le panneau style "dealer"). L’important, c’est la liberté du net (sa neutralité), la liberté d’utiliser ou pas du Libre, et la liberté de larguer sans état d’âme tel ou tel système. Les libristes ont franchi le pas, moi pas tout à fait je l’avoue. A eux de se montrer plus convaincant qu’auprès des "convertis". Il y a les RMLL pour ça, et je suis sûr de vous avoir croisé sans le savoir.

  238. Kalenx

    En lisant certains de ces commentaires, je ne peux m’empêcher de penser à ça : http://xkcd.com/743/

    Après, on peut voir ça du bon côté et en faire de l’humour, ou être plus réaliste et tenter d’éviter ce genre de choses ;-)

  239. Lu sur MetroGeek :

    "Ces derniers temps, la lecture de Framablog m’a « ouvert les yeux » sur plusieurs points, qui ont une réelle importance aujourd’hui. Le Cloud, la fermeture d’Apple, la chute libre des os libre (leur utilisation), etc, etc. J’ai bien compris la leçon, je les rejoints totalement, et après avoir revendu mon IPhone, je me décidais à me lancer sur Ubuntu, de manière définitive, sur un Mac. Quelle erreur !"

    - Migrer de Mac Os à Ubuntu : Il faut s’accrocher
    http://www.metrogeek.fr/migrer-mac-

  240. Apple ils sont chers mais font une grosse pub sur les rabais étudiants.

    Ensuite l’image no soucy y fait beaucoup et même les admin sys de parc hétérogène le disent, apple c’est nickel…

    Après ceux qui goûtent au mac y restent.

    Pour Linux c’est différent, Linux est un vrai choix politique.

    Linux n’est jamais vendu avec la machine… normal qu’il soit peu répandu…

    L’étudiant doit se concentrer sur ses études par sur son matériel…

  241. J’ai essayé de nourrir mes enfants avec des i-Mac et autres i-pods, mais ils ont trouvé ça trop difficile à avaler !
    Depuis, n’arrivant toujours pas leurs faire avaler leurs "5-fruit-et-légumes-par-jour", je me suis arrêté à la boîte de ravioli, ça passe encore bien (le contenu, pas la boîte, on est d’accord !).

    Pour ce qui est de l’effet BOBO, j’ai pas d’Apple à la maison, pas de 4×4, je ne passe pas mes vacances sur la côte (OSEF, j’y habite toute l’année) et mes enfants n’en font pas encore une dépression. Mon fils veut être boulanger, l’autre veut entrer dans la Marine Nationale et le dernier veut être pompier ou super-héro (à son âge, c’est mignon).

    Par contre, mes enfants s’éclatent sur TuxPaint pour le plus petit, ou oOo pour les devoirs du grand sur des PC premier prix (enfin, montés par mes soins). Ils connaissent Linux (Ubuntu principalement) et Windows, se foutent royalement de la ligne de commande, pour eux ça marche très bien ainsi. Tapent la causette avec leurs potes sur Miranda, se matent des vidéos de Naruto ou des séries débiles américaines (celles qui font rire) avec VLC, surfent sur internet via SeaMonkey ou Chrome, … Ils n’ont fort heureusement pas de téléphone portable (ils n’en voient pas l’utilité) et ne sont pas spécialement maniaco-dépressifs comme je peux le voir autour de moi, chez les gamins qui, à peine sorti des cours, banchent leurs i-phone pour appeler ou envoyer un SMS à la copine à 3m.

    Sortez, prenez une bonne bouffée d’air frais et contemplez ceux qui vous entourent. Apple, pour en revenir au sujet principal est moteur (voir gourou) de ce besoin de technologie qui pour moi, n’est que synonyme d’un mouvement social tellement crétin que je me félicite de voir encore certains y réchapper. L’effet BoBo commence dès le plus jeune âge par les valeurs que les parents ont bien voulu initier à leurs enfants. Si, une fois arrivés sur les bancs de l’université ces enfants trouvent le besoin immuable d’avoir obligatoirement de l’Apple entre les mains c’est qu’ils sont bien partis pour se taper la Rolex à 50 balais, mais qu’auront ils réussi réellement dans leur vie ? (mis à part faire comme les autres pour s’intégrer ou se sentir aimé au sein d’une communauté, franchement, réveillez vous)
    Ce n’est pas parce que nous croyons aux logiciels libres, à la réelle valeur ajoutée qu’ils nous apportent et que nos PC ne sont pas sur-boostés que nous sommes forcément des barbus révolutionnaires et utopistes. On a juste les yeux ouverts !

    "The minority must speak louder to be heard" …

  242. je viens de toucher un MacBook Pro et un iPhone pour le boulot. Manque plus que l’Audi et je suis bobo en plein :-)
    Première impression, belle bête toute en alu mais 1700€ quand même à comparer avec les 500€ de mon portable sous Linux
    on déplie l’écran qui est magnifique, superbe luminosité
    déception à voir le clavier: c’est quoi ce truc ridicule ? tant qu’à faire, ils pouvaient mettre un pavé numérique
    première déception: impossible d’arriver à se servir du trackpad avant de comprendre qu’il faut clicker franchement alors que tous les autres ordinateurs se contentent d’une petite pression
    je décide de lui mettre une souris USB mais pas de port USB à droite et je suis droitier donc on met la souris sur le port USB à gaude et… fil trop court ! bande d’abrutis.
    le MacBook Pro sert à du développement donc on commence à chercher désespérément {}[] puis de guerre lasse, on passe sur google pour trouver comment faire et on se rend compte qu’on n’est pas seul :-(
    en faisant du développement Objective C, on a besoin sans arrêt de ces touches et les combinaisons à la emacs sont pénibles donc on installe un serveur VNC sur le Mac et affichage distant sur le portable Ubuntu. Désolé mais quand on veut être efficace, on ne prend pas un Mac et on se dit que du dev. Android en Java, c’est quand même bien mieux que le dev. iPhone obligé sur Mac
    Bref, belle machine à surfer sur le Net mais alors, c’est bien, bien cher

  243. Pueblo2708

    C’est un problème de sensibilisation et de marketing bien évidemment. La puissance financière de Apple a dépassé celle de Microsoft récemment. On ne peut plus allumer la télé, écouter la radio ou surfer sur le web sans échapper à une pub de Apple. Il est vrai qu’ils ont mis le paquet sur le design mais je pense que ça s’arrête là. Côté qualité, contrairement à ce qui a pu être dit plus haut, je ne crois pas un instant que le libre ait quoique ce soit à envier à Apple. Je suis pour la sensibilisation des plus jeunes à la réappropriation du savoir par la masse, et ce uniquement grâce au libre. Enfin, la création n’aura plus à subir le diktat de petits groupes de nantis, que ce soit dans la musique, le cinéma ou le développement logiciel / matériel.

  244. decontracte

    Non, il faut reconnaître que la qualité et le sens d’utiliser ensemble les différentes innovations sur les écrans tactiles en revient à Apple. Regardez, IE a perdu car la qualité est au rendez-vous avec FireFox. Seules les personnes évoluant dans la sphère informatique sont intéressées par les logiciels libres, les autres à peine savent ils que cela existe, demandez autour de vous qui connait le site framasoft.net, la bible française des logiciels libres. Même OpenOffice n’est pas encore vraiment bien connue du grand public, et des jeunes qui préfèrent investir dans le logiciel bureautique utilisée dans les entreprises, que par quelques enseignants. Pour moi la cause en est qu’il n y a pas d’organisme qui chapote et diffuse de l’information sur les principaux logiciels libres, Linux tire dans son coin, Ubuntu dans celui de Canonical, OpenOffice dans le coin d’Oracle, etc … Mais personne ne tire vers une solution globale du libre. Il faudrait une université libre du libre !

  245. Pueblo2708

    Il ne faut pas confondre qualité et ergonomie. Par exemple, pour faire du transcodage, je suis très à l’aise avec ffmpeg car c’est un excellent outil. Bon, ma femme ne l’utiliserait pas parce que pas ergonomique du tout. Alors, bien que le logiciel libre soit développé par d’excellents programmeurs, ce sont généralement ces mêmes développeurs qui bossent sur les IHM alors que le conception d’IHM est un métier à part entière. Voila de quoi manque le libre aujourd’hui pour que ce soit plus sexy et que ça attire les jeun’s: des concepteurs d’IHM. Apple l’a visiblement bien compris.

  246.  » Steve Jobs n’utilise pas un Mac, et il ne va pas le faire, car selon lui c’est trop de la merde. »
    (Steve Wozniak)

  247. Qwerty, tu pourrais citer tes sources s’il te plaît ? KTHXBYE

  248. Pitié pitié pitié, arrêtez de prendre les jeunes pour des moutons ne pensant qu’au « style » que représente Mac, a « l’image » que ça donne etc … la réalité est bien loin de la, allez leur demander. En tant que jeune étudiante étant passée de Windows a Mac pour des raisons techniques je me sens offensée de certains commentaires réduisant la jeunesse à profiteurs superficiels !
    Mac est en augmentation chez les étudiants pour plusieurs raisons :
    Certes, c’est plus onéreux mais l’ordinateur dure plus longtemps,
    Mac accepte des fichiers de tous ordinateurs alors que si le power point du prof est sur Mac, Windows ne pourra peut être pas le lire,
    Mac fait maintenant des ordinateurs très légers qui rentrent même dans un sac de fille sans avoir a transporter une énorme sacoche toute la journée et ça, windows n’a pas encore compris.
    Mac s’allume globalement beaucoup plus vite, pratique pour vite prendre des notes quand on est en retard, ça plante moins ( évite les « oups j’ai pas sauvegardé » ) et il n’y a pas a s’occuper des antivirus…
    Après il est vrai que Mac a aussi beaucoup de défauts ( je regrette de ne pas avoir un Linux quand je dois programmer ) et s’applique énormément a essayer d’avoir le monopole, le tout avec une très bonne communication. Mais reconnaissons que certains aspects pratiques lui font mériter sa popularité ( et que l’arrivée de windows 8 a aussi aidé un peu les gens a passer à Mac ).