Le libre a sa place à la Fête de l’Huma

image_pdfimage_print

C’est devenu quasiment une tradition : la Fête de l’Humanité accueille un espace dédié à la culture libre, aux hackers et aux fablabs.

L’occasion est belle pour les associations de montrer au grand public ce que produit concrètement le monde du libre.

C’est l’œuvre de l’infatigable Yann Le Pollotec et de quelques militants acharnés qui, chaque année se démènent pour faire renaître cette initiative.

L’espace Logiciel Libre / Hackers / Fablabs de la fête de l’Huma 2015


Yann, peux-tu nous dire ce qu’il y aura de nouveau cette année, au-delà des habituels stands ?

Yann Le Pollotec : Les nouveaux de cette année seront « le petit fablab de Paris » qui proposera de construire collectivement une machine infernale interactive, le Journal du Hacker qui a pour ambition de présenter l’activité des hackers francophones, du mouvement du Logiciel Libre et open source en langue française, LinuxJobs.fr qui est le site d’emploi de la communauté du Logiciel Libre et Open Source, le camion AMI des Villages, fablab itinérant de Trira (initiation Informatique et Internet, permanences d’écrivain public numérique, package numérique social, ateliers bidouilles, fablab R2D2 (Récupération et Réemploi pour le Développement Durable… en Rhône-Alpes), et enfin la Fondation Gabriel Péri qui présentera son projet de recherche sur le travail et le numérique.

Par ailleurs trois grands débats rythmeront, la vie de l’Espace : le vendredi 9 septembre à 17h30 « Faire de Plaine Commune dans le 9-3 un territoire numérique apprenant et participatif avec la création d’un revenu contributif » avec Bernard Stiegler et Patrick Braouzec, le samedi 10 septembre à 10h30 « Les tiers lieux sont-ils des espaces du travail émancipé ? » avec Michel Lallemand, et Laurence Allard, et Emmanuel Gilloz, et à 18h30 « Les plateformes numériques et l’avenir du travail » avec Coopaname. Et bien sûr on retrouvera les stands de tous les habitués : April, Apedec/Ecodesign-Fablab, Collectif Emmabuntüs, FDN, Franciliens.net, Framasoft, Mageia, Les Ordis Libres, La Mouette (Libre Office), Licence Creative Commons France, Ubuntu-fr…

Collectif Emmabuntüs : Autre nouveauté cette année nous avons un projet d’affiche qui nous est réalisé gracieusement par notre ami dessinateur Péhä, fervent défenseur du logiciel libre. Cette affiche a pour but de créer une identité visuelle pour le public de la Fête, afin qu’il comprenne le titre de notre Espace : logiciel libre, hackers, fablabs, et les associe à des mots qu’il connaît mieux : « Liberté-Egalité-Fraternité ». Nous espérons que cette affiche sera adoptée par le public et les bénévoles de notre Espace, car nous avons dû la faire un peu dans l’urgence. :(

En exclusivité pour les lecteurs du Framablog, un crayonné d'une partie de l'affiche pour l'Espace du logiciel libre, des hackers et des fablabs de la fête de l'Huma par Péhä.
En exclusivité pour les lecteurs du Framablog, un crayonné d’une partie de l’affiche pour l’Espace du logiciel libre, des hackers et des fablabs de la fête de l’Huma par Péhä.

 

Collectif Emmabuntüs : Et aussi, sur notre stand, nous allons durant toute la Fête inviter des associations humanitaires : Ailleurs-Solidaires, YovoTogo, RAP2S avec qui nous avons travaillé cette année sur des projets d’équipement d’écoles, de centre de formation, des dispensaires pour qu’elles animent notre stand et qu’elles parlent aux visiteurs de cas concrets et réels d’utilisation d’ordinateurs de réemploi sous GNU/Linux, et de l’apport de ceux-ci à leur projet au Népal, Togo, Côte d’Ivoire. L’autre but est d’avoir nos associations partenaires sur notre stand afin d’échanger avec les membres de notre collectif sur des pratiques utilisation de Linux, et aussi et surtout de se connaître et de partager ce grand moment convivial qu’est la Fête de l’Huma.

Nous aurons aussi notre ami François de Multisystem & de OpenHardware qui reviendra cette année sur notre espace pour présenter la suite de son robot pendulaire libre Bidule, et qui nous fera des démonstrations de celui-ci dans les allées autour de l’Espace.


Quel bilan tires-tu des précédentes éditions ? Est-ce que cet espace est désormais un acquis ou est-ce qu’il te faut convaincre l’organisation de la Fête de l’Huma chaque année ?

Yann Le Pollotec : Il y a une vrai rencontre entre le public de la fête de l’Huma et les acteurs du logiciel libre et des fablabs, avec un gros brassage et une grande diversité allant de celui qui « découvre la lune », aux bidouilleurs avertis ou aux professionnels en passant par le curieux, le militant du libre, l’amateur éclairé. L’Espace est devenu à la fois un lieu de débat citoyen, de découverte par le faire, d’éducation populaire où se mêlent jeunes, militant-e-s, enseignant-e-s, technophiles et élu-e-s. On voit d’ailleurs d’une année sur l’autre un public de plus en plus averti et ayant une culture numérique de plus en plus étendue ce qui va nous pousser à faire évoluer l’Espace dans les années qui viennent pour le rendre encore plus participatif. Pourquoi pas pour la prochaine édition un hackathon.

L’Espace a certes conquis ses lettres de noblesse à la fête de l’Huma, mais il ne doit pas s’endormir sur ses lauriers, d’autant que les conditions économiques de tenue de la Fête sont de plus en plus difficiles.

Collectif Emmabuntüs : Nous partageons le point de vue de Yann, sur le ressenti du public, et il faut aussi que notre Espace se mette plus en avant avec des démonstrations à faire partager au public, comme cette année avec la construction collaborative d’une machine infernale interactive par le Petit Fablab de Paris, la réalisation d’une carte mentale avec le public par la Fondation Gabriel Péri, et les ateliers bidouilles de Trira sur la construction de Jerry. Nous espérons que le public sera conquis par plus de participation de sa part, et comprendra que le logiciel libre, les hackers et les fablabs ne sont pas réservés qu’à des geeks barbus ;) mais que cela concerne tout le monde puisqu’ils portent dans leur philosophie le message de notre société démocratique : « Liberté-Egalité-Fraternité ». D’où l’idée de le mettre sur notre affiche pour que le public comprenne que notre message n’est pas seulement un message technique, et qu’il est aussi politique pour repenser la société technique et humaine de demain.

C’est aussi un moment privilégié pour les libristes qui se retrouvent après la parenthèse de l’été. Qu’est-ce qu’on attend des bénévoles ?

Yann Le Pollotec : On attend tout d’eux ! En fait ils sont les médiateurs essentiels entre le public quel qu’il soit et ce qui est présenté, montré, exposé, mis à disposition dans l’espace. Il s’agit d’impliquer le public, et même de le rendre acteur. Le combat pour le logiciel libre, la protection des données personnelles, la défense des communs numériques, l’open data, il se mène aussi au quotidien dans les entreprises, les administrations, l’école, les associations, et par son comportement de citoyen et de consommateur… Pour caricaturer, je crois que le numérique, c’est 90 % d’humain et 10 % de technique. Car même derrière les robots, les algos, les IA, il y a toujours des cerveaux et des mains humaines, avec leur créativité, leur génie mais aussi avec le « côté obscur de la force ».

J’ai en général beaucoup de retour positif de la part des bénévoles même si en fin de fête, ils sont souvent très fatigués, ce qui est normal.

Collectif Emmabuntüs : Sans les bénévoles et les associations qu’ils représentent, cet espace n’existerait pas, et ce sont eux qui animent l’Espace, qui est de plus en plus apprécié du public, ainsi que de la direction de la Fête de l’Humanité qui soutient notre mouvement de liberté, partage et d’égalité pour le logiciel et la connaissance technique. C’est la raison pour laquelle, elle nous donne l’opportunité d’être présents à l’une des plus grandes fêtes populaires au sens noble du terme en France, et nous savons que les libristes, hackers, que nous sommes, seront encore cette année à la hauteur d’une grande Fête de l’Huma et du Libre.

Tu parles des « conditions économiques » de la Fête. C’est encore plus difficile cette année de trouver des fonds pour faire tourner cet espace geek au milieu de l’immense Fête, si j’ai bien compris ?

Yann Le Pollotec : C’est plus difficile parce que structures et associations sont en difficulté économique car l’argent public comme le mécénat se font de plus en plus rares tandis que les particuliers ne voient pas leur revenu croître. Le Journal l’Humanité organisateur de la Fête, comme toute la presse indépendante des grands groupes industriels et financiers, connaît de très graves difficultés financières. Les coûts de la fête sont de plus affectés par le renchérissement des assurances et l’obligation de prendre de nouvelles mesures de sécurité à l’entrée et à l’intérieur de la fête en raison des événements dramatiques qu’a connu notre pays.

L’équation est aussi plus dure car le propriétaire de la halle augmente régulièrement substantiellement ses tarifs de location et de prestations (électricité, mobilier, parking…), ce qui nous a amené à porter le financement participatif sur https://fr.ulule.com/fablabs-fete-de-lhuma/ de 2000 € à 2100 €. De plus nous tenons à garder l’esprit d’une péréquation entre ceux qui ont le plus de moyen et ceux qui en ont le moins, ceux qui viennent de loin et ceux qui sont à côté. Au 15 août donc à 21 jours de la fin de la collecte nous en sommes à 79 % de l’objectif, alors un petit effort de tous car comme on dit les petits ruisseaux font les grands fleuves.

Collectif Emmabuntüs : Nous sommes confiants dans la mobilisation de nos bénévoles et nos associations pour aider notre Espace et notre Mouvement pour la promotion du Logiciel Libre, du Partage et de l’Égalité vis à vis de la technique, et comme dit un proverbe Africain : « Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin » donc nous savons que les membres et lecteurs de Framasoft nous soutiennent et que « la route est longue mais la voie est Libre ».

Un grand merci à Framasoft pour votre présence et votre soutien pour L’Espace du Logiciel Libre, des Hackers et des FabLabs à la Fête de l’Humanité 2016.

L’espace Logiciel Libre / Hackers / Fablabs de la fête de l’Huma 2015 [Exposition les Ordis Libres](http://www.lesordislibres.fr/)
L’espace Logiciel Libre / Hackers / Fablabs de la fête de l’Huma 2015
Exposition les Ordis Libres

Réseau d'éducation populaire au Libre. Nous souhaitons faire le trait d'union entre le monde du Libre (logiciel, culturel, matériel, etc...) et le grand public par le biais d'une galaxie de projets à découvrir sur www.framasoft.org

4 Responses

  1. jacques bohly

    Membre actif d’une association de consomm’acteurs, j’essaye de mettre en place des outils (libre) pour faciliter le fonctionnement, la participation de chacun et la diffusion au plus grand nombre. Pour avoir essayé de faire adopter Framapad, par un mouvement politique auquel j’ai participé il y a quelques années, mais je crois qu’ils avaient été « effrayés » par la crainte d’un excès de liberté et de participation. Mais je continue à espérer la convocation d’une assemblée constituante, la redéfinition du fonctionnement de notre société avec la participation de chacun, et je découvre avec joie tout le chemin que vous avez parcouru, défriché et concrétisé.
    Je pense que la diffusion de vos concept et l’apprentissage de l’utilisation de vos outils par le plus grand nombre est essentielle pour préparer l’avènement d’une participation citoyenne effective à une démarche pour une nouvelle constitution.
    Sur un plan plus directement politique concernant l’affiche dont vous parlez et sa référence à « Liberté-Egalité-Fraternité », je me permet de vous suggérer une modification de détail pour laquelle je milite parce que je suis convaincu qu’elle pourrait changer beaucoup de choses, une modification de l’ordre des termes, que j’ai exprimé dans un poème :

    Trois mots.

    Au fronton de nos édifices,
    Nos grands anciens ont fait graver
    Trois mots simples, sans artifice,
    Et au monde, ils les ont légués..
    Ces trois mots, vous les connaissez
    En premier, il y a « Liberté »

    Un mot très fort, mais trop souvent
    Victime de détournements
    Lorsque « Liberté d’entreprendre »
    Signifie « pas de compte à rendre »
    Ou bien permet à quelques uns
    De s’emparer de biens communs

    Ou qu’on parle de renard libre
    Au milieu d’un poulailler libre.
    Ou simplement quand on oublie,
    Que la liberté de chacun
    à une limite se plie :
    Celle des autres citoyens,

    « Égalité » est le deuxième,
    Pour lui, c’est du pareil au même,
    Quand au lieu d’être généreux
    On regarde d’un œil envieux
    Vers l’assiette de son voisin
    Sans s’occuper de ses besoins.

    Ou quand les nantis, les notables,
    Au moment de se mettre à table,
    Voudraient payer le même écot
    Que ceux qui n’ont rien dans leur pot
    Ou bien qu’au lieu de partager,
    Certains voudraient se défiler.

    Le dernier, n’est pas en faveur,
    Pourtant ce mot là vient du cœur,
    Il parle de comportement,
    De fratrie et de sentiment.
    Il n’est presque jamais cité,
    Oui, le dernier , « Fraternité »,

    Les deux premiers ont trop servi
    Cache misère, ou alibi,
    Faire croire à un changement
    Pour que tout reste comme avant.
    Suffirait-il de modifier
    L’ordre des mots pour tout changer ?

    Ces mots parcourant la planète,
    Ont provoqué des résonances
    Dans les cœurs comme dans les têtes,
    Ils ont éveillé des consciences.
    En tous cas, moi, mon préféré,
    C’est le dernier, « Fraternité » !

    Car c’était pour la terre entière
    Qu’ils ont éclairé le chemin,
    Pour éradiquer la misère
    Et vivre la main dans la main.
    C’est pour ça que mon préféré,
    C’est le dernier, « Fraternité » !

    Aujourd’hui, c’est plus que la France
    Qu’il nous appartient de sauver.
    Les prédateurs de la finance
    Ont mis la planète en danger !
    Les mots gravés vont nous aider,
    Mais n’oublions pas le dernier !

    De nos ancêtres, soyons fiers,
    Ils ont fait des Révolutions,
    Finissons le travail d’hier,
    Écrivons les constitutions
    Que leurs mots vont nous inspirer,
    Et surtout, surtout, le dernier !

    De Robespierre, Jaurès, Schœlcher
    Il faut reprendre les flambeaux
    Le moyen de sauver la terre :
    Réaliser leurs idéaux.
    Mais tout d’abord, pour commencer,
    Mettre en premier, « Fraternité » !

  2. @Jacques : Tiens, c’est bizarre, je n’avais jamais regardé notre devise présentée comme notre sens de lecture. Dans ma tête, c’est juste horizontal, c’est à dire qu’il n’y en a aucun au-dessus de l’autre, pas de « premier » en d’autres mots (surtout pas !). Je le vois aussi comme un sous-titre du drapeau français, pas moins important, juste une rapide synthèse de ce qu’est ou doit être la France (représenté par le drapeau)… un peu comme les sous-titres des articles de Next INpact [spéciale dédicace ! ;)].

    • jacques bohly

      @ De Viz : justement, c’est bien de cela qu’il s’agit, et qu’on le veuille ou non, et même si on prétends le contraire, le fait de citer un mot en premier lui donne plus d’importance, et si cette « rapide synthèse » commençait par Fraternité au lieu de commencer par Liberté, je suis persuadé que les choses seraient différentes.
      Pour ce qui est des sous-titre … Next INpact … ça passe largement au dessus de ma tête de béotien, millexcuses.

  3. c’est pas une devise ; c’est un serment crétin

Laissez un commentaire