Dégooglisons Internet : c’est la fin du début !

Classé dans : Dégooglisons Internet, Framasoft | 52

Temps de lecture 10 min

image_pdfimage_print

Rassurez-vous : hors de question de fermer les services ni de s’arrêter en si bon chemin ! Seulement voilà : en octobre 2014, nous annoncions nous lancer dans la campagne Dégooglisons Internet pour les 3 années à venir.

3 ans plus tard, il est temps de conclure ce chapitre… pour mieux continuer cette histoire commune.

Nous étions jeunes et flou·e·s !

Nous en avons déjà parlé, le succès de la campagne Dégooglisons Internet nous a pris par surprise.

Nous nous lancions dans un pari flou, non pas celui de remplacer Google et consorts (il n’en a jamais été question, même s’il nous a fallu le préciser à chaque fois, à cause d’un titre trop accrocheur), mais celui de sensibiliser qui voulait l’entendre à un enjeu sociétal qui nous inquiète encore aujourd’hui : la captation des données numériques qui décrivent nos vies (rien de moins) par quelques grands acteurs privés, les trop fameux GAFAM (pour qui découvre tout cela, on parle de Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) et tous les prédateurs qui ne rêvent que de prendre leur place et qui un jour ou l’autre leur tailleront des croupières.

Cliquez sur l’image pour lire la BD « La rentrée des GAFAM », par Simon « Gee » Giraudot.

 

Pour cela, nous souhaitions démontrer que le logiciel libre est une alternative éthique et pratique, en proposant sur trois ans la mise en ligne de 30 services alternatifs à ceux des GAFAM, tous issus du logiciel libre. L’idée de cette démonstration, dans nos têtes, était simple :

Venez tester les services chez nous, utilisez-les tant que vous n’avez pas d’autre solution, puis voguez vers votre indépendance numérique en cherchant un hébergement mutualisé, en les hébergeant pour votre asso/école/syndicat/entreprise/etc. ou carrément en auto-hébergeant vos services web chez vous !

Sur le papier ça paraissait simple, comme allant de soi. Bon OK, c’était déjà un sacré défi, mais un défi naïf. Car nous n’avions pas prévu ni l’engouement de votre côté ni la complexité de proposer un tel parcours… Bref, nous nous sommes confrontés à la réalité.

C’est en dégooglisant qu’on devient dégooglisons

Nous avons eu la chance qu’une telle proposition (que d’autres ont pu faire avant nous et à leur manière, la mère zaclys, lautre.net, infini.fr, etc.) arrive à un moment et d’une façon qui a su parler à un public bien plus large que le petit monde libriste, tout en étant saluée par ce dernier.

Sauf qu’un grand coup de bol implique de grandes responsabilités : avec près d’une centaine de rencontres par an (publiques et/ou privées), que ce soit dans des conférences, des ateliers, des stands, des festivals, des partenariats… Nous avons appris et compris de nombreuses choses :

  • Proposer un service fonctionne mieux dans les conditions de la confiance (transparence sur les Conditions Générales d’Utilisation et le modèle économique, réputation, jusqu’à cet affreux nommage des Frama-trucs, qui rassure mais que même nous on n’en peut plus !) ;
  • Proposer ne suffit pas, il faut accompagner la transition vers un service libre, avec des tutoriaux, des exemples d’utilisation, un peu de bidouille esthétique – car nous ne sommes ni ergonomes, ni designers – des ateliers… et des réponses à vos questions. Donc beaucoup, beaucoup, beaucoup de support ;
  • Notre proposition deviendrait contre-productive et centraliserait vos vies numériques si nous ne nous lancions pas, en parallèle, dans les projets qui vous permettront à terme de sortir de Framasoft pour aller vers l’indépendance numérique (parce que les tutos « comment faire la même chose sur vos serveurs » , c’est bien… et ça ne suffit pas).

Nous avons donc passé trois ans à écouter, à chercher et à comprendre ce que signifiait Dégoogliser Internet. Dégoogliser, c’est :

  • tester, choisir, adapter et proposer des services web alternatifs et les maintenir en place et à jour ;
  • et en même temps soutenir les personnes et communautés qui créent les logiciels derrière ces alternatives (la plupart du temps, ce n’est pas nous ! ! !) ;
  • et en même temps accompagner ces alternatives de documentations, tutoriels, exemples ;
  • et en même temps répondre aux invitations, aller à votre rencontre, faire des conférences et ateliers, communiquer sans cesse ;
  • et en même temps rester à votre écoute et répondre à vos questions aussi nombreuses que variées ;
  • et en même temps mettre en place les fondations vers des hébergements locaux et mutualités (comme les CHATONS, un collectif « d’AMAP du numérique ») ou vers l’auto-hébergement (en consacrant du temps salarié de développement au projet YUNOHOST) ;
  • et en même temps poursuivre une veille sur les nouvelles trouvailles des GAFAM pour mieux vous en informer, ainsi que sur ces personnes formidables qui cherchent à mieux cerner les dangers pour nos vies et nos sociétés ;
  • et en même temps vous donner la parole pour mettre en lumière vos projets et initiatives ;
  • et en même temps ne pas oublier de vous demander votre soutien, car ce sont vos dons qui assurent notre budget pour continuer ;
  • et en même temps boire des coups, avec ou sans alcool modération (non parce qu’on va pas faire tout ça dans la tristesse, non plus, hein !).

Ce que l’on retient de ces trois années…

…c’est qu’il est temps d’arrêter. Non pas d’arrêter de Dégoogliser (c’est loin d’être fini : on vous prépare plein de belles choses !), mais d’arrêter de le faire comme ça, à une telle cadence. Il y a dans ces trois ans un aspect publish or perish, « sors un service ou finis aux oubliettes » , qui ne convient pas à l’attention et au soin que l’on veut apporter à nos propositions.

Jusqu’à présent, cette cadence nous a servi à proposer 32 alternatives, un ensemble sérieux et solide, mais continuer ainsi pourrait desservir tout le monde.

Certes, il serait possible de transformer Framasoft en entreprise, de faire une levée de fonds de quelques millions d’euros, d’en profiter pour faire un « séminaire de team building » aux Bahamas (ouais, on a besoin de repos ^^) et de… perdre notre identité et nos valeurs. Ce n’est clairement pas notre choix. En trois ans, notre association est passée de 2 à 7 permanent·e·s (avec environ 35 membres), et même si cette croissance pose déjà de nombreux soucis, nous sommes fier·e·s de rester cette bande de potes qui caractérise l’association Framasoft, et de ne pas nous prendre au sérieux (tout en faisant les choses le plus sérieusement possible).

Ce que l’on retient, aussi, c’est que la problématique des silos de données centralisés par quelques monopoles mérite une réponse bien plus complexe et complète que simplement proposer « 32 services alternatifs ». Nous pourrions continuer et faire grimper les enchères : « 42… 42 sur ma gauche, 53, ah ! 69 services ! Qui dit mieux ? », mais à quoi bon si on n’inscrit pas cette réponse dans un ensemble d’outils et de projets pensés différemment de ce « GAFAM way of life » qui nous est vendu avec chaque Google Home qui nous écoute, avec chaque iPhone qui nous dévisage, et avec tous ces autres projets ubérisants ?

Cliquez pour découvrir comment un récent épisode de South Park a trollé les foyers possédant un Google Home, un Amazon Echo ou Siri sur ses produits Apple.
Image : © Comedy Central

Ce que l’on retient, enfin, c’est que nombre de personnes (qui ne s’intéressent pas spécialement à l’informatique ni au Libre) partagent, parfois sans le savoir, les valeurs du Libre. Ce sont des membres d’associations, de fédérations, des gens de l’Économie Sociale et Solidaire, de l’éducation populaire, du personnel enseignant, encadrant, formateur. Ce sont des personnes impliquées dans une vie locale, dans des MJC, des tiers-lieux, des locaux syndicaux, des espaces de co-working et des maisons associatives. Ce sont des personnes à même de comprendre, intégrer et partager ces valeurs autour d’elles et de nous enseigner leurs valeurs, connaissances et savoirs en retour.

Le plus souvent : c’est vous.

 

« OK, mais il est où mon Framamail ? »

Alors voilà, touchant du doigt la fin des 3 années annoncées, c’est l’occasion de faire le bilan (on vous prépare une belle infographie afin de raconter cela) et de prendre un peu de recul pour chercher quelle suite donner à cette aventure. Car c’est loin d’être fini : si nous avons bel et bien dégooglisé trente services, c’est que nous en avons rajouté en cours de route, et certains ne sont pas (encore) là…

Toi aussi, joue avec Framasoft au jeu des 7… 12… au jeu des plein de différences ! (Cartes « Dégooglisons Internet » 2014 et 2016, par Gee.)

 

Nous allons vous décevoir tout de suite : nous n’allons pas proposer de Framamail, tout du moins pas sous la forme que vous imaginez. L’e-mail est une technologie à la fois simple (dans sa conception) et extrêmement complexe (dans sa maintenance parmi le champ de mines que sont les SPAM et les règles imposées par les géants du web). C’est d’autant plus complexe si vous avez un grand nombre de boîtes mail à gérer (et ouvrir un Framamail, c’est risquer d’avoir 10 000 inscriptions dès la première semaine -_-…)

Nous sommes dans l’exemple typique de ce que l’on décrivait juste avant : si on ouvre un Framamail, et si on ne veut pas de pannes de plus de deux heures sur un outil aussi sensible, il nous faut embaucher deux administratrices système et un technicien support à plein temps juste pour ce service. Ce qui peut se financer par vos dons… mais au détriment des autres services et projets ; ou en faisant de vous des clients-consommateurs (alors que, depuis le début, nous cherchons à prendre chacun de nos échanges avec vous comme autant de contributions à cette aventure commune).

Heureusement, il existe d’autres pistes à explorer… pour l’email tout comme pour les alternatives à YouTube, Change.org, MeetUp, Blogger qu’il nous reste à rayer de la carte !

Bienvenue au banquet de Dégooglisons !

Bienvenue au banquet concluant Dégooglisons Internet, par Péhä (CC-By)

 

Il est donc temps de clore cet album, de sortir des gauloiseries en vous invitant à aiguiser vos canines sur les GAFAM… Nous en profitons pour remercier l’illustrateur Péhä de cette magnifique image qui nous permet de conclure en beauté ces trois années d’expérimentations en commun.

Nous vous proposons, dès aujourd’hui, une refonte complète du site Dégooglisons Internet visant à répondre au plus vite à vos attentes. C’est un peu la v1, la première mouture finie de ce portail, après trois années de gestation. Nous espérons que vous aurez encore plus de facilité à partager ce site pour Dégoogliser votre entourage.

Cette conclusion est pour nous l’opportunité d’avoir une pensée emplie de gratitude et de datalove pour toutes les personnes, les communautés, les bénévoles, les donatrices, les salariés, les passionnées, les partageurs, les contributrices… bref, pour cette foultitude qui a rendu cela possible.

Chaque fin d’album est surtout l’occasion de tourner la page, afin d’ouvrir un nouveau chapitre… Promis, ceci n’est que le début, on en reparle d’ici quelques semaines.

Merci, vraiment, du fond de nos petits cœurs de libristes, et à très vite,

L’équipe de Framasoft.

Suivre framasoft:

Réseau d'éducation populaire au Libre. Nous souhaitons faire le trait d'union entre le monde du Libre (logiciel, culturel, matériel, etc...) et le grand public par le biais d'une galaxie de projets à découvrir sur framasoft.org

52 Responses

  1. ttoine

    En fait, bizarrement, je préfèrerais vous payer un abonnement, plutôt qu’à Google. J’ai confiance en vous parce que je vous connais depuis longtemps. Et j’avoue que je ne sais pas si je peux vraiment faire confiance à d’autres, proposant quelque chose de similaire aux Framatrucs, mais pas vous. J’ai même réfléchi à créer un CHATON mais je n’ai ni le temps, ni les compétences.

    Aussi, sans parler de créer une startup et de lever des fonds, je vous rappelle qu’une association peut légitimement proposer un service commercial (voire être actionnaire d’une entreprise en tant que personne morale mais c’est encore autre chose). Cela changerait de fonctionnement pour l’asso, on est d’accord. Mais le côté « à but non lucratif » reste, avec l’équipe qui a créé tout ça, et surtout, l’état d’esprit qui va avec.

    Trois questions de fond:
    – Effectivement, comment ne pas recréer un nouveau silo d’information si les données de milliers d’utilisateurs sont centralisées cher Framasoft?
    – Pratiquement personne au monde n’a les qualifications nécessaires à installer, configurer et maintenir ces services (sans même parler de l’email…), y compris en suivant un tutoriel. On connait tous un geek doué, ou quelqu’un dont c’est le métier, mais cette minorité doit-elle le faire pour les autres, au lieu d’avoir des vrais loisirs ?
    – En quoi serait-ce si mal que Framasoft propose d’une manière ou d’une autre un service commercial de qualité, au juste prix, sans pub, sachant que vous avez la légitimité pour le faire ?

    A la limite, une solution intermédiaire pourrait être cool: créer une image ou un container facile à installer et à mettre à jour sur une VM ou quelque part chez soi ou chez un hébergeur, de façon à permettre au plus grand nombre de personnes compétentes de pouvoir l’auto-héberger.

    Mon expérience:
    – héberger les blogs et sites web de pleins de gens dans mon entourage, sur un WordPress multisite, sur mon temps libre
    – faire la maintenance des pc, smartphone, et d’internet dans ma famille, chez mes potes, …
    – écrire des tutoriels sur comment produire des contenus de qualité avec les logiciels libre (audio, vidéo, …)
    Et malgré tout, je me vois pas gérer un serveur de framatrucs pour moi, ma famille et mes amis…

    • pyg

      @Christian et Ned : merci 🙂

      @ttoine (on se connait effectivement depuis des années 🙂 ) :
      Le fond de l’histoire, c’est que dit Pouhiou dans l’article : « nous sommes fier·e·s de rester cette bande de potes qui caractérise l’association Framasoft, et de ne pas nous prendre au sérieux (tout en faisant les choses le plus sérieusement possible). »
      On est une bande de potes, et on a pas envie de gérer 300 000 à 400 000 clients (ou même 1/10 de cela).
      Framasoft est une boite-à-idées, une boite-à-envies. Et la réalité, c’est qu’on ne veut pas gérer demain des mails d’insultes parce que « Framadrive est en panne, c’est scandaleux ! Remboursez-moi mes 4€ mensuels, voleurs incapables ! » 😛

      Gérer des clients, et l’infra qui va avec, c’est un métier (c’est pas à toi que je vais l’apprendre 😛 ).
      Et on n’a juste pas envie de faire ce métier là.

      Sans dévoiler ce qui va suivre les prochaines semaines (parce que justement, ça n’est que la fin du début 😉 ), certaines de nos envies devraient matcher avec les tiennes, et qui répondra d’un coup à tes 3 questions 🙂

      Cependant, Framasoft va rester, pour quelques années au moins, un espace de discussions et d’expérimentations par l’action. C’est ce qu’on sait faire. Et c’est ce qu’on aime faire.

      J’en profite pour faire un appel du pied à des boites qui voudraient devenir CHATONS : il y a de la place pour des services payants, de proximité et de qualité. Et y a un business. Pas un truc de ouf qui vous paiera vos vacances au Nicaragua. Mais un métier honnête, utile, et qui peut vous aider à remplir votre frigo. Ce que Framasoft a fait, même si on y a mis tout notre coeur et toute notre énergie, n’est pas extraordinaire. Vous ne deviendrez pas la prochaine licorne au milieu de la harde de chevaux, mais être un zèbre, c’est déjà pas mal 🙂

      • ttoine

        @pyg
        merci pour ta réponse. et j’avoue j’ai trop hâte de voir la suite.
        si jamais il y des gens vers Grenoble, ou dans le Vercors, qui voudraient créer un Chaton, contactez moi.

  2. Ned

    « Framachins » pas « Frama-trucs » 😉
    Bravo à tous pour cette campagne si bien réussie, et bonne suite !

    • Bregalad

      Si si !
      Il y a des framachins, des framatrucs et même des Framachoses, des Framabidules et autres Frama-quoi-déjà_? 😉

  3. l'@nargeek

    Merci beaucoup pour tout ce que vous faites. C’est génial et il faut que ça continue encore longtemps 😀
    Je vous fais bientôt un don :))))))

  4. Rom1deTroyes

    Merci d’avoir contribué à ouvrir une brèche dans ce système de l’Économie Cynique et Suicidaire, et d’avoir prouvé que d’autre voi[e|x] existent !
    Bonne continuation[s] (-:

  5. Yann

    La refonte de Degooglisons-internet.com est une réussite, félicitations ! Je vais pour ma part regarder du côté de l’hébergement de mon site, soit en mode DIY (YunoHost) soit via un CHATON.
    Merci et longue vie à cette initiative !

  6. Index

    Merci, pour tout ce que vous faites, héberger des framachins certes, mais surtout faire connaitre le monde du libre et montrer que c’est une alternative aux GAFAMS et autres . Je vous suit depuis quelque temps déja et je vais pas arêter de ci-tôt :P.

  7. Miguel

    Merci pour tout ce que vous avez fait pendant ces trois ans (et plus) !!!!!!
    Merci d’avoir tendu des ponts, démontré avec solidité que l’on peut faire autrement, merci d’avoir été une puissante source d’inspiration pour les autres qui cherchons à dégoogliser aussi (et défacebookiser…).
    Un grand et chaleureux merci de tout mon cœur. C’est très sympa et même touchant tout ce que vous faites, depuis la philosophie de base jusqu’à la dernière BD.
    M E R C I !!!!

  8. Marnic

    Mille merci à toute l’équipe de Framasoft pour ce boulot.

  9. Benjamin

    Votre projet est un enjeu de société, c’est la bataille de la bonne volonté et du bon sens contre le capitalisme. Vous êtes devenu peu à peu nos chevaliers, votre code d’honneur est sauf. Jusqu’à présent. Vous avez les compétences pour le faire, et un mouvement est avec vous.

    Je n’ai pas envie de dire ça, mais personne ne le dit donc je me lance : si vous stoppez maintenant le développement de cette idée génial qui nous a fait rêver : des services libres. Vous prouvez qu’on ne peut pas faire confiance au libre pour faire le travail d’un pro.

    Microsoft le rêve (la communication) ils savent en vendre, mais la réalité c’est plutôt le Windows Store […]. En 3 ans vous avez acquis auprès d’une communauté (surtout Francaise ?) très informé une crédibilité que Microsoft n’a sur acquérir en 20 ans. Désormais à ce niveau et vous tentez de vous reposer sur vos lauriers ? « Sérieusement ? » Je suis sûr que je ne parle pas qu’en mon nom, et qu’on attend de vous, que vous leur mettiez une branlé qu’on oubliera pas. Il la mérite. On le mérite.

    • Framatophe

      Merci Benjamin pour ce commentaire, même si tu présumes un peu trop de nos forces 🙂 Cela fait plaisir de voir que nous sommes considérés comme un acteur de poids (même léger).

      Cela dit attention, j’invite à bien relire le billet : on ne stoppe rien 🙂 On dit qu’on va continuer mais pas en s’amusant à créer encore pleins de nouveaux services frama-Trucs. D’abord, j’invite les lecteurs à rester attentifs parce que des Frama-Trucs, il va encore y en avoir une tripotée. Mais on va plus loin que cela.

      Pourquoi « plus loin » ? parce qu’en trois ans de Degooglisation on a aussi affiné notre pensée. Ce n’est pas « juste » en proposant des services « à la place de… » qu’on pourra vraiment Degoogliser. Le travail doit être fait encore plus en profondeur. Et c’est à cela *aussi* qu’on va s’atteler. Comme on l’a dit au début de Degooglisons, on n’a peur de rien et on entend bien le prouver 🙂

      En revanche dans ton commentaire, une chose me fait bondir sur ma chaise (j’ai failli crever le plafond, je devrais le faire assurer) . Tu écris : « Vous prouvez qu’on ne peut pas faire confiance au libre pour faire le travail d’un pro »

      Qui a dit qu’un « pro » n’utilisait forcément pas de logiciel libre ? Qui oppose professionnalisme et logiciel libre ?
      C’est bien justement parce qu’on a prouvé que des solutions libres existent et sont fiables pour des services « grand public » assurés jusqu’ici exclusivement par les GAFAM que des « pros » comme des non-pros peuvent s’en emparer et cultiver un Internet libre et respectueux des données des utilisateurs.

      C’est par exemple l’objectif des CHATONS (https://chatons.org/) qui concerne ici le monde associatif. Mais on peut citer par exemple IndieHosters (https://indie.host/fr/ ) . Donc oui, un internet degooglisé est envisageable pour les gens, pour la liberté d’expression, pour la confidentialité des données, etc. Et au-delà de cela, il faut néanmoins contribuer à cette société libre, éthique, décentralisée…

      Donc on ne stoppe rien et comme le dit le titre du billet : « c’est la fin du début » 😉

  10. karenax

    Alors maintenant vous nous sortez un FramaNas qui encapsule tous vos services pour qu’on installe a la maison ? 🙂

  11. Guillaume

    @Benjamin
    Au contraire, je préfère voir Framasoft continuer à faire ce qu’il sait/veut faire, à savoir (comme ils le décrivent) un travail de fond en expérimentant par l’action, plutôt que de dépenser toute leur énergie à courir derrière les GAFAM et ouvrir le n+1ème service alternatif pendant que ces derniers en créent 3 de plus.
    À titre d’exemple, la conception d’un label tel que les CHATONS est à mon sens largement plus importante que l’ouverture de 4 nouveaux services.

    En trois ans, Framasoft a su prouver que des alternatives libres étaient possibles.
    En trois ans, Framasoft nous a permis d’ouvrir le débat à nos connaissances, en glissant un FramaDate à la place d’un Doodle, ou un FramaPad au lieu d’un GoogleDoc.
    En trois ans, Framasoft m’a permis de me degoogliser. Si les Frama-services m’ont mis le pied à l’étrier, je ne les utilise quasiment plus. Maintenant que j’ai mon instance Yunohost, je suis heureux d’avoir cédé mon espace mémoire et ma bande passante à ceux qui ont besoin à leur tour de mettre le pied à l’étrier.

    Je pense que c’est dans cet esprit que les Frama-services ont été créés et non afin de conquérir un nombre croissant d’utilisateur sur plusieurs années. Personnellement, j’ai pas envie que l’équipe crament tout son jus à maintenir des serveurs, au détriment de leur réflexion et de leur lutte idéologique.

    Et à ceux que la « haute disponibilité de services libres » inquiète, je ne peux que vous encourager à vous tourner vers les chatons (c’est leur métier) ou vers l’auto-hébergement (c’est pas si compliqué que ça) ! 😉

  12. Mallo

    Rien à ajouter aux commentaires au-dessus du mien : Ce que vous faite est d’utilité publique, félicitation pour tout le travail accompli, merci encore et courage pour tout ce qui arrive pour la suite !

  13. libre fan

    Bonjour à l’équipe Framasoft,

    Bravo pour le gros boulot accompli, les conf’ etc. Et très bien aussi de continuer à cheminer comme vous l’expliquez et à nous informer.

    Deux suggestions:
    Pourriez-vous vous concentrez sur les CHATONS pour vérifier qu’aucun ne fait de requêtes vers un GAFAM, que ce soit sur son site ou dans ses services et leur rappeler la charte. En effet, plusieurs chatons font des requêtes aux GAFAM. Nous, individus, ne pouvons pas écrire à chacun et nous n’avons aucun poids.
    Un article sur Github/les instances Gitlab. Comment décrocher les dével de ce fichu Github?

    Et enfin un problème: les CDNs et notamment CloudFlare (mais pas seulement). De mon point de vue, c’est un GAFAM, mais du point de vue majoritaire, mon point de vue est un troll, simplement parce que CloudFlare est simple et gratuit (pour un service de base). J’ai posé la question à un projet libre qui est chez Cloudflare et c’est la réponse que le dével. m’a faite: simple et gratuit. Ce me semble être être l’attrait des GAFAM.

    J’ai une seule critique, c’est l’image du banquet par Péhä. À mon avis, les sangliers des banquets de la fameuse BD ne sont pas les GAFAM. Framasoft n’a pas envie de manger du GAFAM, des pizzas oui, c’est sûr, et peut-être aussi du sanglier. Et si c’est l’image d’un bûcher, ce n’est pas mieux. Ces gaulois bouffent certes du sanglier mais pas comme dans l’expression désuette « bouffer du curé ».

  14. André Cotte

    Je vous ai découvert au tout début de votre aventure. L’époque des logiciels gratuits sous Windows. J’ai évolué grâce à vous vers le libre et finalement vers Linux. En cours de route, j’ai pu influencer un peu le milieu scolaire québécois et lui faire découvrir le libre. C’est avec plaisir et reconnaissance que je contribue mensuellement à votre aventure. La somme n’est pas énorme mais si on s’y met tous… on va y arriver. « la route est libre ».

  15. GonZoSoundStudio

    Moi qui voulait être le 1er Framatubeur du net, si je comprend bien c’est raté :p

    Bravo les gens, votre travail est et sera toujours extraordinaire 😉

  16. Philoo

    Et pourquoi ne pas regarder du côté coopératif, un Scic associant fondateurs, salariés et utilisateurs ??

    • pyg

      Philoo : on a regardé 🙂
      Mais :
      1. on est attaché au statut associatif loi de 1901 (qui se fait défoncer par de nombreux pseudo-entrepreneurs-sociaux en ce moment, mais c’est un autre débat)
      2. comme le disait ttoine : être une asso n’empêche absolument pas de vendre. Aujourd’hui, techniquement, juridiquement et comptablement, on pourrait vendre des services (on paierait l’I.S. et il faudrait gérer la TVA, pour ne pas concurrencer de façon déloyale des entreprises commerciales, et ça serait tout à fait normal). Tout en restant une association.

      C’est une *réelle volonté* de ne pas devenir une société (même la SCIC, pourtant très réglementée, reste une société). Pas parce que « l’argent c’est mal », mais parce qu’on a pas envie de devenir des vendeurs de mails/pad/date/drop/etc.
      D’abord, tout ce qu’on fait est libre, et donc n’importe qui peut proposer nos services à la vente. Ensuite parce que d’autres le font déjà, et fort bien.

      On est un peu comme un groupe de musique, qui a un moment s’est mis à jouer au foot pour faire connaître sson prochain album, et qui a marqué pas mal de buts. C’est chouette, on s’est bien marrés, mais on reste des musiciens dans l’âme, même si certains préféreraient continuer à nous voir jouer au foot (z’avez qu’à dire qu’on joue mal, aussi ! 😛 )
      Bon, je crois que je viens de faire la métaphore la plus pourrie du monde… 😛

      Bref, on ne dit pas *jamais*. Mais quand je retourne la question « Pourquoi Framasoft ne deviendrait pas une SCIC ? » en « Qu’est-ce que Framasoft gagnerait à être une SCIC ? », il y a deux ou trois avantages mineurs pour nous (ex: intégrer des collectivités ou des utilisateurs dans des collèges de la gouvernance).
      Mais il y a aussi plein d’inconvénients (gérer la transition, temps passé sur la gouvernance qui explose, questions administratives, etc).
      Est-ce que ça serait « mieux » pour vous, utilisateurs finaux ? Peut-être (mais pas sûr). Est-ce que ça serait « mieux » pour nous (membres de l’association), je peux par contre affirmer que non. On perdrait beaucoup de bénévoles actuels qui sont le cœur et l’âme de Framasoft. Et au bout de quelques années, Framasoft serait une coquille vide, qui passerait son temps à courir après des appels d’offres.

      Ce n’est absolument pas la loi de 1901 qui nous empêche de vendre des services, ou de poursuivre notre croissance. Ce sont des choix librement consentis et réfléchis en interne qui font qu’on a ***envie*** de rester une « petite » association : <10 salariés, <50 membres, financement basé sur les dons, objet social large pour pouvoir s'emparer de sujets innovants, volonté d'être dans l'action et le pragmatisme plutôt que la réflexion et la doctrine (sachant qu'il faut des 2, et qu'on est reconnaissant à celles et ceux qui réfléchissent et produisent des idées et analyses).
      C'est … atypique, certes. Mais c'est réfléchi !

      Je le redis donc : le statut associatif nous convient parfaitement, merci ! 🙂
      Vive la loi de 1901 !

  17. xhark

    Merci pour ces chouettes outils qui imposent aux boites radines de se tourner vers le libre 🙂

  18. Anglodel

    Merci à vous pour ce que vous faîtes, bravo, et bon courage.
    Je suis moi-même en train de monter un ‘tit truc, sans prétention, mais qui pourrait en parler simplement (des libertés sur les Internets)
    On peut espérer un monde plus libre, ça serait cool.
    Mais, question *un peu* rhétorique: est-ce qu’un logiciel a vraiment besoin d’être complétement ouvert? Ne serait-il pas suffisant, au moins, de montrer le code? Et s’il ne nous plaît pas: pouf, Boycott, non?
    Je pense que dans quelques années, à force des personnes de plus en plus qui s’intéresse à la programmation d’eux-même, ils pourront au moins comprendre. Après tout, on peut peut-être très bien ne pas être d’accord avec le partage ou la modification d’une création par quelqu’un d’autre, mais pourtant, vouloir avoir la confiance de l’utilisateur, et sa liberté?

    Bonne journée, et encore bravo.

      • Pouhiou

        La liberté d’étudier le code (transparence) est une condition nécessaire à la confiance, mais à mes yeux elle n’est pas suffisante. Je pense que ce n’est pas pour rien que les 4 libertés fondamentales ont été mises ensemble sous la même bannière de « logiciel libre » : c’est leur alliance et leurs interactions qui permettent des changements sociétaux majeurs.

        En fait, si l’on doit poser ta question autrement, ce serait : doit-on prioriser les créateurs et créatrices de contenu ou les utilisateurs et utlisatrices ?

        Personnellement, en tant que créateur et utilisateur, je sais que toute personne utilisant du contenu peut-être amené à en devenir co-créateur·trice, que c’est là la force de nos outils numériques. Voilà pourquoi je privilégie le logiciel libre (préserver les libertés de tou·te·s) à l’open source (préserver le contrôle des créateur·trice·s). C’est clairement et aussi la position de Framasoft (j’en suis membre et salarié).

        • Anglodel

          Ok, merci beaucoup de la réponse, j’avais pas pu la voir plus tôt.

          Je suis désolé pour l’éventuel manque de clarté dans mon précédent commentaire, j’ai oublié des mots :/ Lorsque je disais « Ne serait-il pas suffisant, au moins, de montrer le code? Et s’il ne nous plaît pas: pouf, Boycott, non? », je voulais parler des personnes ne voulant pas partager, et/ou permettre la modification du code par autrui, mais au moins montrer ce que le logiciel fait, pour gagner la confiance de l’utilisateur. Et je ne disais pas que tout le monde devrait faire ça et rien d’autre, juste proposer de montrer le code à ces personnes-là.

          Et pour la phrase: «Je pense que dans quelques années, à force des personnes de plus en plus qui s’intéresse à la programmation d’eux-même, ils pourront au moins comprendre. »
          Je me corrige et la reformule. Je pense que dans quelques années, grâce aux programmes dans l’éducation qui incluent l’apprentissage de certain langages (et au moins l’obtention de la logique), et du nombre grandissant de personnes voulant apprendre à programmer, de plus en plus de personnes pourront (et auront la possibilité de) fouiller, et comprendre, peut-être, ce qu’il se passe.

          Ces corrections ne changeront pas vraiment votre réponse puisque vous avez répondu à ce que j’avais en tête ^^ mais je tenais à les faire.
          Bonne journée/soirée, et surtout, Un grand Merci, Bravo et Bon Courage.

          P.S.: Je suis presque certain qu’il y a encore des pbs de clarté dans ce que viens de dire, mais bon :/

  19. Calatayud

    Chapeau bas à toute l’équipe, le travail accompli est considérable et je l’apprécie à sa juste valeur.
    En tant qu’enseignant, j’ai utilisé plusieurs outils collaboratifs avec mes élèves qui ont été bien souvent surpris de la simplicité d’utilisation tout en assurant une très bonne efficacité. De mon côté, il me semble indispensable de ne pas donner carte blanche aux GAFAM. Certes, il est difficile d’égaler une puissance comme celle de l’entreprise google, mais en terme de confidentialité, je trouve leur politique de plus en plus agressive et intrusive. J’attends avec impatience la « post-dégoogle-isation. A très bientôt

  20. Gloria

    Bravo, bravo, bravo !
    ce que vous faites nous montre qu’il est possible de croire en une humanité meilleure, d’essayer de s’affranchir de cette clique financière qui gouverne le monde, pour qui tout est marchandise.
    Bises de Lyon
    Gloria

  21. Bastien Plessis

    Bonsoir l’ équipe,

    Je pense que vous devriez davantage vous focaliser sur l’ éducation populaire, en surfant sur l’ actu des GAFAM, reventes de données, centralisation etc.. afin de rebondir sur les solutions / avantages liés au libre, à l’ open source etc..

    Car vous faites un excellent travail mais malheureusement n’ intéressant que des personnes déjà averties et convaincues.

    Surfer sur l’ actualité, les polémiques / buzz etc.. est de mon point de vue la meilleure solution pour toucher le plus de personnes, et surtout efficacement.

    Bonne nuit ! 🙂

    • pyg

      « Je pense que vous devriez davantage vous focaliser sur l’ éducation populaire ».
      Rendez vous dans une quinzaine de jours 🙂

      • Bastien Plessis

        J’ ai hâte ! 🙂

        Mais mon commentaire n’ était en rien une critique négative hein, vous faites un super taf et m’ avez ( et continuez ) à m’ apprendre beaucoup !

        • Pouhiou

          Merci, et promis on ne l’a pas pris autrement que comme une contribution constructive… (qui a dit « prémonitoire » ?) :p

          • Bastien Plessis

            Les 15 jours les plus longs de ma vie ! Hâte !! 😀

            Avez vous déjà essayé aussi d’ entrer en contact avec des médias / blogs / youtubeurs plus ou moins alternatifs, «  dissidents « et surtout influents ? De préférence qui ne sont pas encore dans le bain, afin de les sensibiliser aux intérêts communs que nous avons tous à aller vers davantage de transparence ( open source ) et de liberté dans le milieu informatique / numérique / social networks ..

            Bonne fin de semaine les amis !

  22. Lonepsi

    Bravo pour ce formidable résultat. J’ai hâte de découvrir la suite.

  23. Armand Krief

    Bravo à vous et aux potes de votre association. qui préparent ce bouleversement tant attendu.
    J’attends donc de vos nouvelles avec avidité.
    Armand qui n’en peut plus des spams, du fichage et publicités intrusives

  24. NoComment

    Ciao,
    Merci de contribuer à montrer la voie à celles et ceux qui cherchent un chemin qui les mène vers les libertés numériques…

  25. jacques bohly

    Un très grand bravo, et un très grand merci,
    J’essaye, avec mes petits bras, de partager le plus possible, de faire connaître le monde du libre, mais surtout votre façon de vous engager, de vous organiser, d’être efficaces, inventifs, ouverts, de faire toujours sérieusement sans jamais vous prendre au sérieux, mais que c’est difficile d’intéresser des gens coincé dans instantané, le « combien t’as de clic ? de followers ? tu fait du buzz ??? » et les 140 signes du piaf bleu ! Et puis, mine de rien, les résultats que vous obtenez sont drôlement encourageants !

    Bon, mais ce n’est parce que c’est difficile qu’on ne va pas oser, n’est-ce pas !

    Alors bien sûr, prêt pour la suite, avec un petit regret : « Ah si j’étais riche, … , vous crouleriez sous mes subsides, vous vous délasseriez dans des jacuzzi à bulles, …
    Amicalement, et bien à vous.

    • Julien Papir

      Merci beaucoup, disais-je avant d’envoyer par mégarde ce petit message.

      J’ai découvert Framasoft il y a trois ans (le début d’une certaine campagne ;), j’ai grandi avec, au rythme des sorties de solutions, des sorties de billets de blogs, des Ubuntu party et tout le tralala… Je suis passé d’un windows à un dual bouut, d’un dual bouuut à du 100% debian pur jus, de google à un peut toutes les alternatives possibles (savant mix de mère Zaclys/Framachose/truc/bidule/tout ceux que j’oublie), j’ai fait disparaître dropbox de mon ordi, et au passage de deux autres ordis familiaux, j’ai accompagné des amis, des parents, des grands-parents. Et tout ça grâce à vous. Grâce à vous. Merci à vous. Alors maintenant que vous posez la question de l’après, n’oubliez pas de rester ce que vous avez été pour moi: une vraie éducation. Vous faites des citoyens du monde de demain, vous faites des êtres conscients que tout n’est pas rose, mais que tout n’est pas noir non plus. Continuez à vous adresser à tous, partout, tout le temps, restez aussi ouverts d’esprit, communicatifs, drôles. Restez!
      C’était juste l’occasion de vous dire merci. (je dois bien dire que j’essuie presque une petite larme, mais c’est juste le bonheur de vous avoir rencontrés, rassurez-vous). Le moment nostalgique, quand on repense à ce qu’on a été; un gamin qui s’émerveille devant Windows. Maintenant je suis un gamin qui s’émerveille devant une petite association. Ben oui, c’est vous mon idéal. Je reverrai d’un jour m’autohéberger, fonder un CHATON, grâce à vous. Vous êtes une école. Vous êtes le plus beau centre de formation. Car ce que vous apprenez, on s’en ressert partout. Refuser les GAFAM, c’est refuser un peu tout ce qui est trop gros pour être humain, et par extension, c’est vouloir des gens comme vous, des êtres vivants. Comme quoi, l’informatique ne fait pas que mettre des écrans entre les gens.
      J’écris des messages trop longs, je sais bien, mais il fallait vous dire ce que j’ai sur le coeur: MERCI. C’est fouilli, je veux éviter de me relire, vous trouverez ça naïf, mais voilà…

      Leb wohl Framasoft!

      Un grand rêveur, jeune étudiant

      • libre fan

        @Julien Papir: c’est vraiment bien d’avoir fait tout ça. Bien aimé le style de ton commentaire qui est réconfortant (même si je ne suis pas membre de Framasoft).

      • pyg

        Au nom de toute l’association, Julien, je te remercie pour ce message très touchant. Framasoft reste (et veut rester) une toute petite association. Forcément, cela ne nous aide pas à être en contact direct permanent pour avoir vos retours. Alors je peux t’assurer que, à la lecture d’un tel commentaire, tu as réussi à faire fondre le petit cœurs des 35 membres de l’asso 🙂
        On sait que l’on ne fait pas tout ça « pour rien », mais de tels remerciements, c’est juste comme si tu renforçais notre conviction à faire + et mieux, parce que non seulement ça n’est pas pour rien, mais en plus on comprends à travers ton message que ça a été une aide précieuse pour toi !

        pyg, directeur de l’asso

  26. marnic

    2005, whouaww je suis Framasoft au moins depuis 2005 (date de mon premier message sur Framagora), les discussions passionnantes sur ce forum avec Aka, Pyg, Yostral, JosephK et beaucoup qui sont toujours présent et d’autres qui ne passe plus (Pfelelep par exemple).
    Mes recherches pour passer le maximum de mes outils au libre.
    Quelques contribution graphique (fier d’avoir fait les smileys de Framagora 🙂 )
    Voir petit à petit évoluer dans le bon sens et sans perdre son âme cette initiative de Aka et quelques autres.

    Et puis Dégooglisons Internet ça c’était une paris fou et osé, mais génial !
    Un truc qui ma permis de encore plus parler du libre et de nos libertés autour de moi, de montrer qu’il existe des alternatives fonctionnelles.

    Re mille merci à toute l’équipe de Framasoft pour ce boulot.
    Je suis sûr que la suite sera passionnante, et même si j’ai beaucoup moins de temps libre aujourd’hui je ferai mon max pour partager car c’est l’essence même du libre.

  27. Le Libre Au Quotidien

    Mais les nouveaux services vont quand mèmes se voir lancés?

    • pyg

      @Le libre au quotidien : les services de https://contributopia.org/fr/services/ ?
      Bien entendu 🙂
      https://frama.site et https://frama.wiki sont d’ores et déjà ouverts (même si peu accessibles pour le grand public aujourd’hui, nous allons les améliorer peu à peu, avec vous).
      Les 3 autres (et peut être plus) viendront dans les mois qui viennent.

      Pour être plus clair : c’est bien une feuille de route qu’on annonce ici 🙂

      Juste, on ne va plus sortir des services « tout cuits » à consommer, mais des services « à cuisiner ensemble », si tu préfère.

  28. Maylis Cazaumayou

    Je vous découvre, avec bonheur, je comprends mieux, mais c’est encore limite… N’oubliez pas les non-geek , la majorité n’est pas tombée dans la marmite de Panoramix. On a besoin de simplicité et de clarté, de dessins. Mais on y croit, on a confiance. Il faut juste nous expliquer car on a hâte d’arrêter de gaver les GAFAM et consorts. Que s’est-il passé depuis octobre 2017 ?
    En tout cas bravo et vive le futur !