Khrys’presso du lundi 22 octobre

Temps de lecture 14 min

image_pdfimage_print

Comme chaque lundi, un coup d’œil dans le rétroviseur pour découvrir les informations que vous avez peut-être ratées la semaine dernière.

Brave New World

Spécial France

Spécial GAFAM

Les lectures de la semaine

  • Un tiers médiaire (laquadrature.net – tribune de Laurent Chemla)

    Imposer l’accès aux données personnelles c’est la garantie qu’un Internet décentralisé continuera à exister, même si c’est en parallèle de l’autre. Et tant pis. Et tant mieux, même : c’est justement parce que cette idée ne détruit pas le modèle économique des GAFAM qu’il a une (toute petite) chance d’être soutenu par le politique. Restons pragmatiques. On démolira l’existant seulement quand on aura construit le remplaçant.

  • Changer le monde, un octet à la fois (framablog.org)
  • Le contrôle des données numériques personnelles est un enjeu de liberté collective (lemonde.fr)
  • Machine à voter : d’interminables années de vulnérabilité démocratique (theconversation.com)
  • L’étoffe des neurones (liberation.fr)

    « Ce qu’on appelle le « décodage », c’est prédire ce que la personne a vu à partir de la mesure de l’activité cérébrale.[…] Aujourd’hui, en dehors d’un labo, on ne peut pas espérer décoder sérieusement quoi que ce soit. Après, où en sont les projets secrets de Musk avec Neuralink ou Facebook dans ce domaine ? On n’en sait rien, et c’est peut-être plus flippant. » Car, sur ce sujet comme sur d’autres, la Silicon Valley n’est jamais bien loin de la science-fiction. Elon Musk, le très influent fondateur de Tesla et SpaceX (oui, celui-là même qui a peur des progrès de l’IA), a en effet créé en 2016 Neuralink, une start-up travaillant sur une interface « ultra-haut débit » entre un cerveau et un ordinateur. De son côté, Facebook a annoncé, début 2017, travailler sur un système capable de taper cent mots par minute directement depuis son cerveau. Cinq fois plus vite qu’avec les doigts. La représentante de Facebook avait à l’époque affirmé : « Ça semble impossible, mais c’est plus proche que ce que vous pouvez penser. » C’était il y a près de deux ans. Depuis, aucune nouvelle. A croire que si effectivement rien n’est impossible, rien n’est bien proche non plus.

  • Tuer ou ne pas tuer : le dilemme moral ignoré par les robots tueurs (theconversation.com)
  • L’intelligence artificielle armée arrive. Les guerres algorithmiques sans fin sont-elles notre futur ? (theguardian.com – en anglais)
  • Mona Chollet réhabilite la figure de la sorcière et en fait la victime expiatoire du machisme moderne. (letemps.ch)

    Je pense que la misogynie est décisive et déterminante. On le voit avec le Malleus Maleficarum, le livre des juges et des chasseurs de sorcières, un des premiers best-sellers de l’histoire, juste après l’invention de l’imprimerie. C’est un manuel de haine qui dit explicitement que les femmes sont un problème. La misogynie est présente depuis la nuit des temps, mais les chasses aux sorcières permettent un passage à l’acte monstrueux, avec des dizaines de milliers de victimes exécutées, dont 80 % de femmes. À l’époque, les femmes étaient encore présentes dans différentes corporations. Elles exerçaient divers métiers, elles pouvaient s’affirmer dans la sphère publique, elles étaient « relativement » libres. Elles jouissaient d’une marge d’autonomie visiblement mal tolérée. Il y a aussi des changements économiques – la privatisation des terres, la généralisation du travail rémunéré. De nombreuses vieilles femmes se retrouvent sans ressources, et les chasses permettent de se débarrasser de ces bouches inutiles.

  • Rendons le féminin à la langue française (liberation.fr)

    La masculinisation à marche forcée, qui doit tout à l’idéologie et rien à la linguistique, s’opère à partir du XVIIe siècle. Les « infléchissements masculinistes » s’observaient déjà avec le moyen français. Le pronom « il » en lieu et place d’un pronom neutre gagne du terrain : « il pleut » mieux que « ça pleut ». Mais c’est avec la naissance de l’Académie française (1635) que les choses se gâtent vraiment. Bien que Vaugelas hésite mais préfère l’accord de proximité, Dupleix décrète en 1651 : « Parce que le genre masculin est le plus noble, il prévaut seul contre deux ou plusieurs féminins, quoiqu’ils soient plus proches de leur adjectif. » Pourquoi « plus noble » ?« A cause de la supériorité du mâle sur la femelle », répond Beauzée en 1767, sans autre forme de procès. C’est assez dire que la cause est politique.

Les BDs/graphiques/photos de la semaine

Les vidéos/podcasts de la semaine

Les autres trucs chouettes de la semaine

Deux personnages prennent le café. Le personnage de gauche dit : Encore sacrément dense, ton espresso...- la personne de droite répond : Ouaip, et encore, j'ai fait des efforts : Si tu veux voir tout ce que j'ai coupé, clique sur ma tasse !

Retrouvez les revues de web précédentes dans la catégorie Libre Veille du Framablog.

Les articles, commentaires et autres images qui composent ces « Khrys’presso » n’engagent que moi (Khrys).

2 Responses

  1. lumi

    Hello Krys 🙂
    et si tu passais parfois sur Framalang https://framablog.org/framalang/ pour nous proposer « l’article à traduire de la semaine  » ?

    On n’a pas toujours le temps de passer ici (on n’aura peut être pas toujours le temps de faire une trad par semaine sellon ce qu’on aura en cours en parallèle non plus) mais parfois on manque juste de propositions 🙂

    Vu que tu fais déjà ta veille, se serait cool de mutualiser 😀

    • Khrys

      Bonne idée, faut passer par la liste c’est ça ? Je viens de m’inscrire 🙂

Laissez un commentaire