1

To understand and get started with PeerTube, check out the new Joinpeertube.org

2022 is definitely the year of our websites’ redesign: after the evolution of our services homepages, degooglisons-internet.org website and recently framasoft.org, it is now time for joinpeertube.org to get a makeover.

« Collectivise Internet / Convivialise Internet 🦆🦆 » Our new 3-year roadmap is funded by your donations.

You will find a short presentation of this roadmap on our Support Framasoft website.

➡️ Read all blogposts of this campaign (oct. – dĂ©c. 2022, mostly in French)

This website was launched on 28 February 2018 and redesigned once at the end of 2019. Its aim is to help those who have heard of PeerTube discover more about it and understand what it is. Indeed, it is not always easy for Internet users used to the web giants centralised video platforms to understand PeerTube specifics. The 2019 version of this website made possible to understand what PeerTube is for people with a good digital literacy. But we felt that was not always the case for a larger majority of Internet users.

In order to confirm this impression, we worked with the web agency La Coopérative des Internets, which conducted an audit of the website via user tests and suggested ways of improving it. The JoinPeerTube you are accessing today is the result of this collaborative work.

Let see what changed…

Less information, easier to understand

User testing revealed the homepage was too long and contained too much information, and that some informations were too technical. To give you an example, the tagline « free software to take back control of your videos » was not well understood. By using it, we assumed that people arriving on the website were familiar with the fact that software can provide online service (Software as a service mode). This is obviously not true for a large number of Internet users.

We have therefore simplified the wording: you will no longer find a mention of « software », PeerTube is now a tool that allows the creation of a video platform (and not an « instance », a term that only those in the know understood).

We have also simplified the texts so that they contain fewer explanations. This has greatly reduced the length of the homepage! And for those who would like to know more, we have added a section at the bottom of each page inviting you to consult the F.A.Q. (frequently asked questions). Very thorough and easy to use, the F.A.Q. is now directly accessible from the menu.

old and new JoinPeerTube homepages
On the left, the old JoinPeerTube homepage, on the right the new one.

A new menu to differentiate use cases

On this updated JoinPeerTube, new pages have been created, others have been deleted or modified. The aim of this restructuring is to provide more support for users in their specific use cases (e.g. not offering information about publishing content to someone who just wants to watch videos).

Old and new JoinPeerTube Menu
On the left, the old JoinPeerTube menu, on the right the new one.

 

The new homepage is now called What is PeerTube? because we have limited the information on it to the essentials. Useful for everyone, this page presents, in a few lines (and hopefully!), what PeerTube is. The section What do we find on PeerTube? encourages you to discover our own selection of quality content. By offering two different selections (one recommending PeerTube platforms, the other videos hosted on different platforms), we hope to provide a better understanding of the tool.

screenshot of the new section presenting our content selections (platforms and videos)
The new section presenting our content selections (platforms and videos)

The new Browse Content page allows you to search through the 600,000 videos and 1,000 platforms in the PeerTube network.This integrated search engine uses SepiaSearch, the search engine we have been maintaining since September 2020. The results are now displayed according to their type (among videos, channels and playlists), which is really convenient.

The Publish videos page is intended for video makers. After explaining in a few lines the interest of distributing your videos via PeerTube when you are a content creator, we present the two ways to join PeerTube:

  • by creating an account on an existing PeerTube platform
  • by creating your own PeerTube platform

screenshot section I'm getting started on PeerTube

The first proposal takes you to the Find a PeerTube Platform page which displays a list of platforms based on several criteria: profile type (the videomaker profile only offers platforms open to registration), topic(s), sensitive videos mode and language.

The second proposal takes you to the PeerTube technical documentation site where those with technical skills will find everything they need to start hosting their own PeerTube platform.

The PeerTube news page is still accessible from the menu. If you want to know about the features of the latest versions, and suscribe to the PeerTube newsletter, it is just one click away!

Expanding Contribution

As you know, PeerTube is a free-libre tool to which you can contribute in many ways. The PeerTube community is already very active, whether it be suggesting new features or improvements, submitting bug reports, creating plugins and themes, translating interfaces, improving documentation, creating tutorials, or responding to those who have difficulty using the tool.

By clicking on the Contribute orange button in the menu, you can discover three easy ways to contribute to the project.

screenshot page Contribute on JoinPeerTube

First way: suggest an idea or improvement on Let’s Improve PeerTube!, launched last July. We want to know what content creators, video-lovers and non-tech-savvy people miss from PeerTube or what changes/new experiences they would like to have. If you are not necessarily inspired, you can always vote for one of the 90+ ideas already posted. We’d like to take this opportunity to thank all the people who made these proposals and all those who voted.

Second way: participate in the funding of PeerTube. As you probably already know, PeerTube is a project financed by Framasoft, so funded by donations from our (mostly French and French-speaking) supporters. Framasoft is in charge of the financial management and the development of the project, among other things. The growing success of PeerTube means that we have to do more and more work to maintain and respond to the people who use it. Do you think we are going in the right direction? Then, if you have the desire and the means, we invite you to make a donation.

Third way: participate in PeerTube development. Whether you have programming skills or not, there will always be something to contribute. We have listed on a dedicated page how you can help. Don’t hesitate!

Making PeerTube easier to use

JoinPeerTube first versions highlighted how PeerTube is a great technical tool and allowed us to promote it to people with technical skills. Now that there are over 1000 PeerTube platforms, our new focus is to reach a wider, less digitally savvy audience to make it easy for them to understand what PeerTube is all about. We hope that this new version of the site will be useful and make PeerTube easier to use.

For those of you who are wondering where we are with PeerTube development, we remind you that a version 4.3 was released last September. You should also know that an RC (Release Candidate) version of V5 is now available. If all goes well, we will release the new major version of PeerTube within two or three weeks (time to fix the bugs that the RC will bring up). We will announce all the new features here very soon…

Framasoft donation bar on 2022 11 29th, at 54808€ over 200000

At the time of publishing, we are still missing 145 100 € to finance our yearly budget and make everything we want to do in 2023 happen. If you can (especially in these hard times) and if you want to, thanks for supporting our non-profit and our actions.

 🦆 Support Framasoft

Helpful links




Pour comprendre et commencer avec PeerTube, découvrez le nouveau Joinpeertube.org

L’annĂ©e 2022 est dĂ©cidĂ©ment celle des refontes de nos sites web : après l’Ă©volution des pages d’accueil de nos services, de notre site degooglisons-internet.org et dernièrement de framasoft.org, c’est au site joinpeertube.org de se refaire une beautĂ©.

« Collectivisons Internet / Convivialisons Internet 🦆🦆 »

Les actions de notre nouvelle feuille de route étant financées par vos dons (défiscalisables à 66 %), vous pouvez en trouver un résumé complet sur le site Soutenir Framasoft.

➡️ Lire la sĂ©rie d’articles de cette campagne (oct. – dĂ©c. 2022)

Ce site, lancĂ© le 28 fĂ©vrier 2018 et dĂ©jĂ  refondu une première fois fin 2019, a pour objectif de faire dĂ©couvrir et comprendre ce qu’est PeerTube Ă  toute personne qui en aurait entendu parler. Il n’est en effet pas toujours simple pour les internautes habituĂ©â‹…es aux plateformes de vidĂ©o centralisĂ©es des gĂ©ants du web de comprendre les spĂ©cificitĂ©s de PeerTube. Si la version 2019 de ce site permettait Ă  des personnes ayant un bon niveau de culture numĂ©rique de comprendre ce qu’est PeerTube, ce n’Ă©tait pas toujours le cas pour une majoritĂ© d’internautes.

Afin de confirmer cette impression, nous avons travaillĂ© avec l’agence web La CoopĂ©rative des Internets qui a rĂ©alisĂ© un audit du site via des tests utilisateurâ‹…ices et nous a suggĂ©rĂ© des pistes d’amĂ©lioration. Le JoinPeerTube auquel vous accĂ©dez aujourd’hui est le rĂ©sultat de ce travail en collaboration.

On vous explique ce qui a changé.

Des informations moins nombreuses et plus faciles Ă  comprendre

Les tests utilisateurâ‹…ices ont mis en Ă©vidence que la page d’accueil Ă©tait trop longue et qu’on y trouvait trop d’informations, dont certaines Ă©taient trop techniques. Pour vous donner un exemple, la phrase d’accroche « un logiciel libre pour reprendre le contrĂ´le de vos vidĂ©os » n’Ă©tait pas bien comprise. En l’utilisant, nous supposions que les personnes arrivant sur le site Ă©taient familières avec le fait qu’un logiciel peut fournir un service en ligne (mode Software as a service). Ce qui n’est Ă©videmment pas le cas d’un nombre important d’internautes.

Nous avons donc simplifiĂ© le vocabulaire utilisĂ© : vous ne trouverez plus mention de « logiciel », PeerTube est dĂ©sormais un outil qui permet la crĂ©ation d’une plateforme vidĂ©o (et pas d’une « instance », terme que seulâ‹…es les connaisseurs comprenaient).

Nous avons aussi simplifiĂ© les textes pour qu’ils contiennent moins d’explications. La longueur de la page d’accueil s’en voit grandement rĂ©duite ! Et pour celles et ceux qui souhaiteraient en savoir plus, nous avons ajoutĂ© en bas de chaque page une section incitant Ă  consulter la F.A.Q. (foire aux questions). Celle-ci est très complète et facile d’utilisation et est dĂ©sormais directement accessible depuis le menu.

 

screenshot de l'ancienne et de la nouvelle page de JoinPeerTube
A gauche, l’ancienne page d’accueil de JoinPeerTube, Ă  droite la nouvelle.

Un nouveau menu pour différencier les usages

Sur ce nouveau JoinPeerTube, de nouvelles pages sont apparues, d’autres ont Ă©tĂ© supprimĂ©es ou modifiĂ©es. L’objectif de cette restructuration est d’accompagner davantage les internautes dans leurs usages spĂ©cifiques (par exemple, ne pas proposer des informations sur la publication de contenus Ă  une personne qui veut simplement regarder des vidĂ©os).

Screenshot de l'ancien et du nouveau menu de JoinPeerTube
A gauche, l’ancien menu de JoinPeerTube, Ă  droite le nouveau.

 

La nouvelle page d’accueil s’intitule dĂ©sormais C’est quoi PeerTube ? car nous avons limitĂ© Ă  l’essentiel les informations y apparaissant. Utile Ă  tout le monde, cette page permet, en quelques lignes, de comprendre ce qu’est PeerTube (enfin on l’espère !). La section Qu’est-ce qu’on trouve sur PeerTube ? permet de dĂ©couvrir des contenus de qualitĂ© sĂ©lectionnĂ©s par nos soins. En proposant deux sĂ©lections diffĂ©rentes (l’une vous recommande des plateformes PeerTube, l’autre des vidĂ©os hĂ©bergĂ©es sur diffĂ©rentes plateformes), nous espĂ©rons permettre une meilleure comprĂ©hension de l’outil.

screenshot de la nouvelel section présentant nos sélections
La nouvelle section présentant nos sélections de contenus (plateformes et vidéos)

 

La nouvelle page Parcourir les contenus propose de chercher parmi les 600 000 vidéos et 1 000 plateformes du réseau PeerTube. Ce moteur de recherche intégré utilise SepiaSearch, le moteur de recherche que nous proposons depuis septembre 2020. Les résultats y sont désormais affichés en fonction de leur type (parmi vidéos, chaînes et listes de lecture), ce qui est vraiment pratique.

La page Publier des vidĂ©os s’adresse aux vidĂ©astes. Après avoir expliquĂ© en quelques lignes l’intĂ©rĂŞt de diffuser ses vidĂ©os via PeerTube lorsqu’on est vidĂ©aste, on y explicite les deux manières de rejoindre PeerTube :

  • en crĂ©ant un compte sur une plateforme PeerTube
  • en crĂ©ant sa propre plateforme PeerTube.

screenshot de la section "Je me lance sur PeerTube"

La première mĂ©thode vous dirige sur la page Trouver une plateforme PeerTube qui vous affiche une liste de plateformes en fonction de plusieurs critères : type de profil (le profil vidĂ©aste ne propose que des plateformes ouvertes Ă  l’inscription), thĂ©matique(s), mode de traitement des vidĂ©os sensibles et langue.

La seconde mĂ©thode vous dirige vers le site de documentation technique de PeerTube (principalement en anglais) oĂą les personnes ayant des compĂ©tences techniques trouveront tous les Ă©lĂ©ments pour se lancer dans l’hĂ©bergement de leur propre plateforme PeerTube.

La page dĂ©diĂ©e aux actualitĂ©s de PeerTube est, elle, toujours accessible dans le menu. Si vous souhaitez connaĂ®tre les fonctionnalitĂ©s offertes par les dernières versions, c’est lĂ  qu’il faut cliquer !

DĂ©velopper la contribution

On le rappelle, PeerTube est un outil libre auquel vous pouvez contribuer de nombreuses manières. La communautĂ© de contribution autour de PeerTube est dĂ©jĂ  bien active, que ce soit pour suggĂ©rer de nouvelles fonctionnalitĂ©s ou amĂ©liorations, nous transmettre des rapports de bugs, crĂ©er des plugins et des thèmes, traduire les interfaces, amĂ©liorer la documentation, rĂ©aliser des tutoriels d’utilisation ou rĂ©pondre Ă  celles et ceux qui rencontrent des difficultĂ©s Ă  l’utilisation de l’outil.

En cliquant sur le beau bouton orange Contribuer situé dans le menu, on vous propose de découvrir trois manières de contribuer facilement au projet :

screenshot de la section "Contribuer Ă  PeerTube"

Première proposition : suggĂ©rer une fonctionnalitĂ© ou une amĂ©lioration de l’outil sur le site Let’s improve PeerTube! (en anglais), lancĂ© en juillet dernier. Nous avons besoin de savoir ce qui manque aux crĂ©ateurs de contenu, aux amateurs de vidĂ©o et aux personnes non-tech. Selon vous, quelles fonctionnalitĂ©s pourrions-nous dĂ©velopper pour rendre l’usage de PeerTube encore plus simple et agrĂ©able ? Si vous n’ĂŞtes pas forcĂ©ment inspirĂ©â‹…es, vous pouvez toujours voter pour l’une des 90 propositions dĂ©jĂ  postĂ©es. On en profite pour remercier toutes les personnes Ă  l’origine de ces propositions et toutes celles qui sont allĂ©es voter.

Deuxième proposition : participer au financement de PeerTube. Vous le savez sûrement déjà, PeerTube est un projet financé par Framasoft, donc par les dons des personnes qui nous soutiennent. Framasoft assure, entre autres, la gestion budgétaire et le développement du projet. Le succès croissant de PeerTube implique un travail toujours plus important de maintenance et de réponses aux personnes qui l’utilisent. Vous pensez que nous allons dans le bon sens ? Alors, si vous en avez l’envie et les moyens, nous vous invitons à faire un don.

Troisième proposition : participer au dĂ©veloppement de PeerTube. Que vous ayez des compĂ©tences en programmation ou non, il y aura toujours de quoi faire pour contribuer. Nous avons listĂ© sur une page dĂ©diĂ©e (en anglais) comment vous pouvez nous aider. N’hĂ©sitez pas !

Faciliter l’utilisation de PeerTube

Les premières versions de JoinPeerTube mettaient en Ă©vidence en quoi PeerTube est un chouette outil technique et nous a permis de le valoriser auprès des personnes ayant des profils techniques. Maintenant qu’il existe plus de 1000 plateformes PeerTube, notre nouveau cap est de toucher un public plus vaste, moins Ă  l’aise avec le numĂ©rique, afin de lui permettre de comprendre aisĂ©ment ce qu’est PeerTube. On espère donc que cette nouvelle version du site vous sera utile et facilitera l’utilisation de PeerTube.

Pour celles et ceux d’entre vous qui se demanderaient oĂą on en est du cĂ´tĂ© du dĂ©veloppement de PeerTube, on vous rappelle qu’une version 4.3 est sortie en septembre dernier. Sachez aussi qu’une version RC (Release Candidate) de la V5 est dĂ©sormais disponible. Si tout va bien, nous publierons la nouvelle version majeure de PeerTube d’ici deux ou trois semaines (le temps de corriger les bugs que la RC va faire remonter). Nous vous annoncerons par ici toutes ses nouveautĂ©s très prochainement…

Barre de dons de Framasoft au 29 novembre 2022 à 54 808 € sur 200000€.

À l’heure où nous publions ces lignes, nous estimons qu’il nous manque 145 100 € pour boucler notre budget annuel et nous lancer sereinement dans nos actions en 2023.

Si vous le pouvez (eh oui, en ce moment c’est particulièrement compliqué), et si vous le voulez, merci de soutenir les actions de notre association.

 🦆 Soutenir Framasoft

Ressources Ă  consulter




Mobilizon v3 : Find events and groups throughout the fediverse !

Mobilizon is the alternative we have been developing since 2019 so that everyone can emancipate their events and groups from Facebook. Except, unlike Facebook, Mobilizon is not a single platform. It is a software that specialists can install on a server to create multiple events and groups platforms (called « instances »), which can be linked together within a federation.

We do host Mobilizon.fr, but it is restricted to French speaking users (otherwise we wouldn’t be able to moderate). But we’ve got you covered : we propose a selection of other Mobilizon hosters on Mobilizon.org.

« Collectivise Internet / Convivialise Internet 🦆🦆 »Our new 3-year roadmap is funded by your donations. You will find a short presentation of this roadmap on our Support Framasoft website.

➡️ Read all blogposts of this campaign (oct. – dĂ©c. 2022, mostly in French)

It has been just under a year since we published the second version (« v2 ») of Mobilizon. That release brings us updates (time zones adjustment, improvements on language display, etc.), new features (possibility to follow the public activities of a group without having to join, exporting the attendants list of my event, possibility to search among past events, etc.) and some small tweaks (emails design, cards presenting events or groups appearance, etc.).

Rose, Fennec et mascotte de Mobilizon, sculpte le "pin" symbole qui pointe un endroit sur une carte en ligne. D'autres fennecs envoient des rayons de lumière sur la scupture pour la faire briller
Mobilizon – Illustration by David Revoy – License : CC-By 4.0

As we announced at the time, we wanted to develop in 2022 features that would improve content discovery (events, groups, their public pages, public articles of these groups). This is the path we have followed (well, when we say « we », we mean mainly ONE paid developer who devotes a part of his time to the project).

Let’s look around and see what this new version brings us!

Mobilizon Search Index, a global search engine to explore events and groups

As we know it was not always easy to find events or groups on Mobilizon, we worked for most of the year on creating Mobilizon Search Index, a new gateway to Mobilizon.

What can Mobilizon Search Index do for you

This tool allows you to search and explore Mobilizon by different ways:

  • if you are looking for a specific event or group, use the search bar
  • if you want to discover events by subject, browse through categories cards
  • if you want to find events nearby, geolocate yourself
  • if you want to discover popular groups, there is a category for that!
  • if you want to attend online events, we also highlight them

 

Mobilizon Search Index Homepage
Mobilizon Search Index Homepage

Mobilizon Search Index has been designed to inform you while respecting your attention:

  • The results will be the same for everyone, based only on your search (and your browser’s language), and absolutely not pre-sorted according to a profile (because there is no profiling, here!).
  • The results are presented in a clear and detailed way, to avoid the attention war leading to clickbait thumbnails and all caps over-the-top titles.
  • Search filters give you the power to sort the results out and display those you really want.
  • If you want to see in detail the content of an event or a group, Mobilizon Search Index will redirect you directly to the instance where it is hosted (since we have no interest in locking you into the search engine’s website). This is a way to help anyone experience and understand the notion of federation.

Let’s have a look at the new features of this search results page. First of all, you can choose the results display mode (list or map) by clicking on the top-right button.

results display in map mode
results display in map mode

 

Then you can filter the results according to several criteria. Look at the left-hand column to see which filters are already active and change them if needed:

  • type of content (events, groups or both)
  • online events
  • event date
  • distance
  • categories
  • event status (confirme, tentative or cancelled)
  • language

You can also sort the results by using the top right button (only in the « List » mode display). If your results are events and groups, this feature does not apply, you must first filter by content type.

If your results are events, you can sort by 6 different criteria:

  • best match (only relevant when using the search bar)
  • event date (from earliest to latest)
  • most recently published
  • least recently published
  • with the most participants

If your results are groups, you can sort by 2 different criteria:

  • best match (only relevant when using the search bar)
  • number of members (from largest to smallest)

Our gateway to explore Mobilizon contents

We know that by offering a single gateway to the Mobilizon federation, the structure that holds the keys to that gate gets great powers. They get the power to decide what will be accepted (or rejected) in the search directory. They get the power to record who searched for what, when, from where. And they get the power to intervene in the order and display of the results.

It is on such power mechanisms that Facebook has built its monopoly. Obviously, at Framasoft, we do not seek to be in a position of power… and even less to follow Meta’s (bad) example ! Nevertheless, we want to show the emancipating potential of this software which allows to reclaim the means to gather.

As we already did with Sepia Search (our search engine to explore contents upload on PeerTube), we take the responsibility of opening Mobilizon Search Index, our gateway to Mobilizon.

Rose searches – Illustration by David Revoy – License : CC-By 4.0

An a posteriori moderated search engine

Not all Mobilizon instances will be referenced on Mobilizon Search Index. This search engine will be based on the list of instances we maintain at https://instances.joinmobilizon.org. To date, this list consists of 83 instances, but we hope that more and more organizations will use Mobilizon.

This list is aligned with the policy for all of the services we offer:

Thus, if we are notified of an instance where contents explicitly condone terrorism or promote historical revisionism, we will remove it from the index (non-compliance with French laws, which we insist on in our TOS). Such removal will eliminate all events and groups hosted by that instance from the search results.

On the other hand, if one or more people come to abuse the time of our moderators with inappropriate and abusive reports, their words will be discredited and ignored (as indicated in our moderation policy (FR)).

However, we hope not to have to moderate this list too much in order to offer everyone the opportunity to discover the multitude of events and groups created on Mobilizon.

Mobilizon – Illustration by David Revoy – License : CC-By 4.0

A public indexing tool, reproducible and adaptable to your conditions

The source code, the « recipe » of Mobilizon Search Index, is transparent. We publish it on our software forge and we provides an API that other software (including Mobilizon instances) can use.

So anyone is free to set and host their own instance list, indexing engine and search site, by copying and adapting what we have created. It is up to you to take the power (and responsibilities) by hosting your own Mobilizon search engine, set up and moderated according to your culture, your indexing policy and your values!

A V3 to improve content discovery

A new design for the homepage and the search results page

This is the main new feature of this V3, as it was obvious to us that we would implement all the work done on Mobilizon Search Index in Mobilizon software. This V3 offers you new homepage and the search results page design.

Mobilizon v3 new homepage
Homepage of our French-speaking instance, Mobilizon.fr

On this new homepage, in addition to a total makeover of the graphic interface (do you like it?), we have changed the order in which the different contents are displayed:

  • the search bar is now more visible and you can precise a localization
  • you have 3 categories cards displayed (we highlight those with the most events)
  • 2 sections highlight events nearby and popular groups nearby your location (if you use the Geolocate me button or if you precise in your account’s preferences a city or region)
  • a new section is dedicated to upcoming online events
  • a section for the last published events on your instance and its federation

Our goal is to increase your chances of discovering events and groups that you never knew existed, to make the diversity of content published on Mobilizon more visible.

When you use the homepage search bar, Mobilizon displays a new search results page using Mobilizon Search Index design on which you can find all the features detailed above (map/list vue, filter system, sorting sytem). You even have one more critera in the left-hand column: you can choose results in your instance’s network or on the Fediverse.

If you are a Mobilizon instance’s administrator, you can choose and set up which search engine you want to use by default.

Also, the section « These events may interest you », placed at the bottom of events, uses new criteria (categories, event language and distance if the event has a physical address) in addition to tags to recommend you more relevant events.

gros plan sur Rose, la fennec mascotte de Mobilizon, qui tient une loupe à la main. En fond, une carte représentant un village où des chemins mènent à un poitn commun. Au dessus d'elle, le symbole d'un lieu estampillé "v3"
Mobilizon v3 – Illustration by David Revoy – License : CC-By 4.0

Necessary substantive changes

During this year, we have modified many elements of Mobilizon in order not to build up technical debt (switch to VueJS 3, migration of the CSS framework from Bulma to Tailwind, etc.). Those changes are not visible when using Mobilizon but are necessary. They already give you the possibility of using a dark theme and they will make it easier for us to offer you more features (e.g. a theme system) in the future.

And we now offer administrators the possibility to use metrics tools (Matomo and Plausible) on their Mobilizon instance that allow them to have additional data (e.g. number of views on a page or number of views of an event) in addition to the stats provided by the software itself.

Mobilizon is still financed thanks to your donations

This v3 of Mobilizon has been partly financed on our 2022 budget, so directly thanks to the donations of the people who support Framasoft, and partly by the NLnet Foundation.

We don’t yet know exactly what we’re going to do on Mobilizon in 2023, but we know you’d love us to develop a feature for events import, ability for event organizers to privately contact attendees, and ability to fill in arbitrary contact information for event location.

Our new campaign Collectivize Internet / Convivialize Internet (in French) is going to require a lot of our energy, but be sure that we will hear your feedback to take them into account. So if you can (at the period we are aware that it is particularly complicated), and if you want to, please support the actions of our association.

Framasoft donation bar on 2022 11 8th, at 21744€ overs 200000

At the time of publishing, we are still missing 178 200 € to finance our yearly budget and make everything we want to do in 2023 happen.

If you can (especially in these hard times) and if you want to, thanks for supporting our non-profit and our actions.

 

Soutenir Framasoft

 

Helpful links




Mobilizon v3 : trouver des Ă©vĂ©nements et groupes dans tout le fĂ©diverse !

Mobilizon, c’est l’alternative que nous dĂ©veloppons depuis 2019 pour que chacun·e puisse Ă©manciper ses Ă©vĂ©nements et groupes de Facebook. Sauf qu’à l’inverse de Facebook, Mobilizon n’est pas une plateforme unique. C’est un logiciel que des spĂ©cialistes peuvent installer sur un serveur pour crĂ©er leur propre plateforme d’Ă©vĂ©nements et de groupe (appelĂ©e une « instance »). Ces instances peuvent se relier entre elles au sein d’une fĂ©dĂ©ration.

Vous pouvez donc utiliser Mobilizon en vous inscrivant sur Mobilizon.fr, l’instance que nous hĂ©bergeons, mais vous pouvez aussi vous inscrire sur d’autres hĂ©bergements de Mobilizon (nous proposons une sĂ©lection sur Mobilizon.org).

« Collectivisons Internet / Convivialisons Internet 🦆🦆 »

Les actions de notre nouvelle feuille de route étant financées par vos dons (défiscalisables à 66 %), vous pouvez en trouver un résumé complet sur le site Soutenir Framasoft.

➡️ Lire la sĂ©rie d’articles de cette campagne (oct. – dĂ©c. 2022)

VoilĂ  un peu moins d’un an que nous avons publiĂ© la seconde version (la « v2 ») de Mobilizon. Celle-ci apportait son lot de mises Ă  jour (prise en compte des fuseaux horaires, amĂ©lioration de l’affichage des langues, etc.), de nouvelles fonctionnalitĂ©s (suivre les activitĂ©s publiques d’un groupe sans avoir besoin de s’y inscrire, exporter la liste des participantes d’un Ă©vĂ©nement que l’on organise, recherche parmi les Ă©vĂ©nements passĂ©s, etc.) et de petites retouches (apparence des emails, design des cartes prĂ©sentant les Ă©vĂ©nements ou les groupes, etc.).

Rose, Fennec et mascotte de Mobilizon, sculpte le "pin" symbole qui pointe un endroit sur une carte en ligne. D'autres fennecs envoient des rayons de lumière sur la scupture pour la faire briller
Mobilizon – Illustration de David Revoy – Licence : CC-By 4.0

Nous l’annoncions dĂ©jĂ  Ă  l’Ă©poque, nous souhaitions dĂ©velopper en 2022 des fonctionnalitĂ©s permettant d’amĂ©liorer la dĂ©couverte des contenus (les Ă©vĂ©nements, les groupes, leur page publique, les articles publics de ces groupes). C’est bien cette voie que nous avons suivie (enfin quand on dit nous, c’est surtout UN dĂ©veloppeur salariĂ© qui consacre une partie de son temps sur le projet) .

Petit tour des nouveautĂ©s de cette V3…

Mobilizon Search Index, un moteur de recherche d’Ă©vĂ©nements et de groupes Mobilizon

Comme nous savons qu’il n’a pas toujours Ă©tĂ© facile de trouver des Ă©vĂ©nements ou des groupes sur Mobilizon, nous avons travaillĂ© une bonne partie de l’annĂ©e Ă  la rĂ©alisation de Mobilizon Search Index, une nouvelle porte d’entrĂ©e vers Mobilizon.

Ce que Mobilizon Search Index peut faire pour vous

Ce nouveau site vous permet de rechercher et d’explorer Mobilizon de diffĂ©rentes manières :

  • via la barre de recherche
  • en parcourant les catĂ©gories pour dĂ©couvrir des Ă©vĂ©nements par sujet
  • en vous gĂ©olocalisant pour trouver des Ă©vĂ©nements Ă  proximitĂ©
  • en vous laissant guider par notre sĂ©lection de groupes populaires
  • en dĂ©couvrant la liste des Ă©vĂ©nements en ligne

page d'accueil de Mobilizon Search Index
page d’accueil de Mobilizon Search Index

Mobilizon Search Index a Ă©tĂ© conçu pour vous apporter de l’information en respectant votre attention :

  • Les rĂ©sultats seront les mĂŞmes pour tout le monde, en fonction uniquement de votre recherche (et de la langue de votre navigateur), et absolument pas prĂ©-triĂ©s selon un profil (parce qu’il n’y a pas de profilage !).
  • Les rĂ©sultats sont prĂ©sentĂ©s de manière claire et dĂ©taillĂ©e, afin d’éviter la course Ă  la vignette racoleuse et aux titres criards tout en majuscules.
  • Les filtres de recherches vous donnent le pouvoir de trier l’affichage des rĂ©sultats de manière avancĂ©e.
  • Si vous voulez voir en dĂ©tail le contenu d’un Ă©vĂ©nement ou d’un groupe, Mobilizon Search Index vous redirigera directement sur l’instance oĂą il est hĂ©bergĂ© (puisque nous n’avons aucun intĂ©rĂŞt Ă  vous enfermer dans le site web du moteur de recherche). Cela permet au passage de montrer concrètement la notion de fĂ©dĂ©ration.

Regardons maintenant plus en dĂ©tail les fonctionnalitĂ©s proposĂ©es sur la page de rĂ©sultats de recherche. Tout d’abord, vous pouvez choisir le mode d’affichage des rĂ©sultats (liste ou carte) en cliquant sur le bouton en haut Ă  droite.

affichage des résultats en mode carte

Vous pouvez aussi filtrer les résultats en fonction de plusieurs critères. Regardez dans la colonne de gauche pour voir quels filtres sont déjà actifs et modifiez-les si nécessaire :

  • type de contenu (Ă©vĂ©nements, groupes ou les deux)
  • en ligne (ou pas)
  • date de l’Ă©vĂ©nement
  • distance
  • catĂ©gorie
  • statut (confirmĂ©, provisoire ou annulĂ©)
  • langue

Vous pouvez Ă©galement trier les rĂ©sultats en utilisant le bouton « Tri » situĂ© en haut Ă  droite (uniquement dans l’affichage de type « Liste »). Si les rĂ©sultats proposent des Ă©vĂ©nements et des groupes, cette fonctionnalitĂ© ne s’applique pas, il faut d’abord filtrer par type de contenu.

Si vous affichez des événements, vous pouvez les trier selon 6 critères différents :

  • pertinence
  • date de l’Ă©vĂ©nement (par ordre chronologique)
  • le plus rĂ©cemment publiĂ©
  • le moins rĂ©cemment publiĂ©
  • avec le plus de participantâ‹…es

Si vos résultats sont des groupes, vous pouvez les trier selon 2 critères différents :

  • pertinence
  • nombre de membres (du plus grand au plus petit)

Une porte d’entrĂ©e pour dĂ©couvrir la diversitĂ© des contenus sur Mobilizon

Nous sommes conscients qu’en proposant une porte d’entrĂ©e unique vers la fĂ©dĂ©ration Mobilizon, la structure qui dĂ©tient les clĂ©s de cette porte prend le pouvoir. Elle prend le pouvoir de dĂ©cider ce qui sera acceptĂ© (ou refusĂ©) dans l’annuaire de recherche, elle prend le pouvoir de noter qui a cherchĂ© quoi, quand, depuis oĂą, et elle prend le pouvoir d’intervenir dans l’affichage et l’ordre des rĂ©sultats.

C’est d’ailleurs sur de tels mĂ©canismes de pouvoir que Facebook a construit son monopole. Autant vous dire que, chez Framasoft, nous ne cherchons pas Ă  ĂŞtre en situation de pouvoir… et encore moins Ă  suivre le (mauvais) exemple de MĂ©ta ! Pour autant, nous voulons montrer le potentiel Ă©mancipateur de ce logiciel qui permet de se rĂ©approprier les moyens de mobilisation.

Comme nous l’avons fait auparavant avec Sepia Search (notre moteur de recherche pour dĂ©couvrir les contenus publiĂ©s sur PeerTube), nous prenons donc la responsabilitĂ© de vous proposer Mobilizon Search Index, notre porte d’entrĂ©e vers Mobilizon.

Rose Recherche – Illustration de David Revoy – Licence : CC-By 4.0

Un moteur de recherche modéré a posteriori

Toutes les instances de Mobilizon ne seront pas rĂ©fĂ©rencĂ©es sur Mobilizon Search Index. Ce moteur de recherche opĂ©rera sur la liste d’instances que nous maintenons sur https://instances.joinmobilizon.org. Ă€ ce jour, cette liste est composĂ©e de 83 instances, mais nous espĂ©rons vivement que de plus en plus d’organisations utilisent Mobilizon.

Cette liste est modérée en fonction de plusieurs critères :

Ainsi, si nous sommes informĂ©s d’une instance dont le contenu fait explicitement l’apologie du terrorisme ou promeut le rĂ©visionnisme historique, nous la supprimerons de l’index. Cette suppression aura pour effet d’Ă©liminer des rĂ©sultats de recherche tous les Ă©vĂ©nements et groupes hĂ©bergĂ©s par cette instance.

D’autre part, si une ou plusieurs personnes viennent abuser du temps de nos modĂ©rateurâ‹…ices avec des signalements inappropriĂ©s et abusifs, leurs propos seront discrĂ©ditĂ©s et ignorĂ©s (comme indiquĂ© dans notre charte de modĂ©ration).

Nous espĂ©rons cependant ne pas avoir Ă  beaucoup modĂ©rer cette liste afin de proposer Ă  toustes de dĂ©couvrir la multitude d’Ă©vĂ©nements et de groupes crĂ©Ă©s sur Mobilizon.

Mobilizon – Illustration de David Revoy – Licence : CC-By 4.0

Un outil d’indexation public, reproductible et adaptable Ă  vos conditions

Le code source (la « recette ») de Mobilizon Search Index est transparent. Il est publiĂ© sur notre forge logicielle et nous fournissons une API que d’autres logiciels (y compris les instances de Mobilizon) peuvent utiliser.

Ainsi, toute personne qui le souhaite est libre de crĂ©er et d’hĂ©berger sa propre liste d’instances, son moteur d’indexation et son site de recherche, en copiant et en adaptant ce que nous avons crĂ©Ă©. C’est Ă  vous de prendre le pouvoir (et les responsabilitĂ©s) en hĂ©bergeant votre propre moteur de recherche Mobilizon, configurĂ© et modĂ©rĂ© selon votre culture, votre politique d’indexation et vos valeurs !

Une V3 pour améliorer la découverte des contenus

Un nouveau design pour la page d’accueil et la page de rĂ©sultats de recherche

C’est la nouveautĂ© principale de cette V3, puisqu’il Ă©tait Ă©vident pour nous que nous allions implĂ©menter dans le logiciel Mobilizon tout le travail effectuĂ© sur Mobilizon Search Index. Cette V3 vous propose donc un nouveau design de la page d’accueil et de la page de rĂ©sultats de recherche.

Nouvelle page d'accueil de Mobilizon v3
Page d’accueil de notre instance Mobilizon.fr

Sur cette nouvelle page d’accueil, outre un total relooking de l’environnement graphique (ça vous plaĂ®t ?), nous avons modifiĂ© l’ordre d’affichage des diffĂ©rents contenus. Le menu « Explorer » a disparu au profit d’une barre de recherche plus visible qui vous permet de prĂ©ciser votre localisation. Sous celle-ci, nous affichons les trois catĂ©gories qui proposent le plus d’Ă©vĂ©nements au sein de votre fĂ©dĂ©ration. Nous proposons ensuite deux sections qui mettent en avant les Ă©vĂ©nements et les groupes populaires Ă  proximitĂ© de votre position (si vous utilisez le bouton « Me GĂ©olocaliser » ou si vous prĂ©cisez dans les prĂ©fĂ©rences de votre compte une ville ou une rĂ©gion). Une nouvelle section est consacrĂ©e aux Ă©vĂ©nements en ligne Ă  venir et nous terminons sur une section dĂ©diĂ©e aux derniers Ă©vĂ©nements publiĂ©s sur votre instance et sa fĂ©dĂ©ration.

Notre objectif : augmenter vos possibilitĂ©s de dĂ©couvrir des Ă©vĂ©nements et des groupes dont vous ne soupçonneriez pas l’existence, de rendre davantage visible la diversitĂ© des contenus publiĂ©s sur Mobilizon.

Lorsque vous utilisez la barre de recherche de la page d’accueil, Mobilizon affiche une nouvelle page de rĂ©sultats utilisant un design similaire Ă  Mobilizon Search Index. Vous y retrouvez toutes les fonctionnalitĂ©s dĂ©taillĂ©es ci-dessus (vue carte/liste, système de filtre, système de tri). Vous disposez mĂŞme d’un critère supplĂ©mentaire dans la colonne de gauche : vous pouvez choisir les rĂ©sultats dans le rĂ©seau de votre instance ou sur le Fediverse.

Si vous ĂŞtes administrateurâ‹…ice d’une instance Mobilizon, vous pouvez choisir et paramĂ©trer le moteur de recherche que vous souhaitez utiliser par dĂ©faut.

Enfin, la section « Ces Ă©vĂ©nements peuvent vous intĂ©resser », placĂ©e en bas des Ă©vĂ©nements, utilise de nouveaux critères (catĂ©gories, langue de l’Ă©vĂ©nement et distance si l’Ă©vĂ©nement a une adresse physique) en plus des tags pour vous recommander des Ă©vĂ©nements plus pertinents.

gros plan sur Rose, la fennec mascotte de Mobilizon, qui tient une loupe à la main. En fond, une carte représentant un village où des chemins mènent à un poitn commun. Au dessus d'elle, le symbole d'un lieu estampillé "v3"
Mobilizon v3 – Illustration de David Revoy – Licence : CC-By 4.0

Des modifications de fond nécessaires

Cette annĂ©e, nous avons modifiĂ© de nombreux Ă©lĂ©ments de Mobilizon afin de ne pas accumuler de dette technique (passage Ă  VueJS 3, migration du framework CSS de Bulma Ă  Tailwind, etc.). Ces modifications ne sont pas visibles lorsqu’on utilise Mobilizon mais sont pourtant nĂ©cessaires. Elles nous permettent dĂ©jĂ  de vous offrir la possibilitĂ© d’utiliser un thème sombre. Elles nous permettront, Ă  l’avenir, de vous offrir plus facilement d’autres fonctionnalitĂ©s (par exemple un système de thèmes).

Et nous offrons dĂ©sormais la possibilitĂ© aux administrateurâ‹…ices d’utiliser des outils de mĂ©triques (Matomo et Plausible) sur leur instance Mobilizon qui leur permettent d’avoir des donnĂ©es complĂ©mentaires (le nombre de vues sur une page ou le nombre de vues d’un Ă©vĂ©nement par exemple) en plus des Ă©lĂ©ments statistiques fournis par le logiciel lui-mĂŞme .

Mobilizon est toujours financé grâce à vos dons

Cette v3 de Mobilizon a été en partie financée sur notre budget 2022, donc directement grâce aux dons des personnes qui soutiennent Framasoft, et en partie par la Fondation NLnet.

Nous ne savons pas encore exactement ce que nous allons faire sur Mobilizon en 2023, mais nous savons que vous aimeriez beaucoup une fonctionnalitĂ© d’import pour les Ă©vĂ©nements, la possibilitĂ© pour les organisateurâ‹…ices d’Ă©vĂ©nements de contacter de manière privĂ©e les participantâ‹…es et de pouvoir renseigner des coordonnĂ©es arbitraires pour la localisation d’un Ă©vĂ©nement.

Notre nouvelle campagne Collectivisons Internet / Convivialisons Internet va nous demander beaucoup d’Ă©nergie mais nous ferons en sorte que l’outil Ă©volue pour toujours plus prendre en compte les besoins dont vous nous faites part.

 

Barre de dons de Framasoft au 8 novembre 2022 à 21744 € sur 200000€.

Ă€ l’heure oĂą nous publions ces lignes, nous estimons qu’il nous manque 178 200 € pour boucler notre budget annuel et nous lancer sereinement dans nos actions en 2023.

Si vous le pouvez (eh oui, en ce moment c’est particulièrement compliquĂ©), et si vous le voulez, merci de soutenir les actions de notre association.

 

Soutenir Framasoft

 

Liens utiles




Formation Emancip’Asso : donner les clĂ©s aux hĂ©bergeurs de services Ă©thiques pour accompagner les assos

Première Ă©tape du projet Emancip’Asso, la formation « DĂ©velopper une offre de services pour accompagner les associations dans leur transition numĂ©rique Ă©thique » se dĂ©roulera Ă  Paris du 16 au 20 janvier 2023. Les inscriptions sont dĂ©sormais possibles !

logo Emancip'Asso

Emancip’Asso, kesako ?

DĂ©jĂ  Ă©voquĂ© dans l’article Ce que Framasoft pourrait faire en 2022 grâce Ă  vos dons en dĂ©cembre 2021, le projet Emancip’Asso a pour principal objectif de favoriser l’Ă©mancipation numĂ©rique du monde associatif.

Pour atteindre cet objectif, le projet que nous coordonnons avec nos partenaires et amiâ‹…es d’Animafac s’est dotĂ© d’un comitĂ© de pilotage constituĂ© d’acteurs impliquĂ©s dans le secteur de l’éducation populaire, de l’associatif et du numĂ©rique.

Ensemble, nous avons établi que pour atteindre son objectif, le projet devait se répartir en 4 actions :

  • une formation pour les hĂ©bergeurs de services alternatifs
  • un site web emancipasso.org qui permettra aux associations d’identifier des hĂ©bergeurs proposant des offres d’accompagnement des associations
  • un nouveau module pour le MOOC CHATONS (adaptation numĂ©rique de la formation) afin que de nombreux hĂ©bergeurs fassent Ă©merger des offres
  • une campagne de communication de grande ampleur pour inciter les associations Ă  prendre conscience de l’incohĂ©rence qu’il y a Ă  vouloir changer le monde en utilisant les outils du capitalisme.

les 4 Ă©tapes du projet Emancip'Asso
Les 4 Ă©tapes du projet Emancip’Asso

 

Grâce Ă  vos dons sur soutenir.emancipasso.org et aux financements de deux fondations (la Fondation pour le Progrès de l’Homme et la Fondation CrĂ©dit CoopĂ©ratif), nous avons pu travailler cette annĂ©e Ă  la mise en Ĺ“uvre de la première Ă©tape de ce projet.

Une formation pour les hébergeurs de services alternatifs

Constatant que les hébergeurs éthiques sont peu nombreux à proposer des solutions prenant en compte les besoins des associations, et notamment l’accompagnement nécessaire pour mener à bien une démarche de transition vers des outils numériques libres, le projet Emancip’Asso souhaite accompagner la montée en compétence des hébergeurs de services alternatifs en leur proposant une formation.

DestinĂ©e en prioritĂ© aux hĂ©bergeurs alternatifs membres du Collectif des HĂ©bergeurs Alternatifs Transparents Ouverts Neutres et Solidaires (CHATONS), cette formation intitulĂ©e « DĂ©velopper une offre de services pour accompagner les associations dans leur transition numĂ©rique Ă©thique » se dĂ©roulera Ă  Paris du 16 au 20 janvier 2023. Son objectif principal est de permettre Ă  ces hĂ©bergeurs d’acquĂ©rir les compĂ©tences nĂ©cessaires pour ensuite proposer des offres appropriĂ©es au milieu associatif.

Demandez le programme !

Élaborée par les membres du comité de pilotage, cette formation sera animée par des professionnel·les de la formation et intégrera de nombreux retours d’expériences et mises en pratique.

programme de la formation

Lundi 16 janvier 2023

La formation dĂ©butera Ă  13h30, pour permettre aux participantâ‹…es de rejoindre facilement le lieu de formation pendant la matinĂ©e. La première heure sera dĂ©diĂ©e Ă  l’installation et Ă  la prĂ©sentation des participantâ‹…es.

A partir de 14h30, Yannick Blanc (La Fonda) interviendra pour apporter des Ă©lĂ©ments de comprĂ©hension du monde associatif. A travers une prĂ©sentation de l’Ă©cosystème associatif, nous pourrons mieux apprĂ©hender la diversitĂ© du monde associatif, ce qui dĂ©finit une association, quels sont ses modes de fonctionnement, ses modèles Ă©conomiques, ses types de gouvernance et ses modalitĂ©s de financement.

L’objectif de cette première sĂ©quence est d’apporter aux participantâ‹…es une meilleure connaissance des organisations auxquelles iels vont s’adresser.

Mardi 17 janvier 2023

Après un petit temps collectif de retours sur les apprentissages de la journĂ©e prĂ©cĂ©dente (de 9h Ă  9h30), Anne-Laure Michel (Animafac) et David Ratineau (Le Mouvement Associatif) viendront, au nom du dispositif PANA (Points d’appui au numĂ©rique associatif) nous prĂ©senter un panorama des usages numĂ©riques des associations.

S’appuyant sur les Ă©tudes sur le numĂ©rique et les associations rĂ©alisĂ©es par les Ă©quipes de Recherche & SolidaritĂ© et Solidatech, ce panorama permettra de mieux saisir la position des associations par rapport au numĂ©rique et leur rĂ©alitĂ© budgĂ©taire. Ce sera l’occasion de mieux comprendre pourquoi elles rencontrent souvent des difficultĂ©s Ă  adopter des outils libres et de se questionner sur comment dĂ©passer ces freins Ă  l’adoption. Cette rĂ©flexion sera alimentĂ©e par plusieurs retours de dĂ©marches de transition numĂ©rique qui ont abouti ou n’ont pas abouti (et pourquoi). La fin de la matinĂ©e sera dĂ©diĂ©e Ă  des Ă©changes sur les diffĂ©rentes manières de soutenir une structure associative engagĂ©e dans une dĂ©marche de transition numĂ©rique Ă  trouver les financements pour se faire accompagner.

Après une pause dĂ©jeuner bien mĂ©ritĂ©e, GaĂ«lle Payet et Elsa Da Silva (Le Mouvement Associatif Centre-Val de Loire) nous expliqueront comment instaurer un dialogue stratĂ©gique avec une association. Comment faire comprendre que la question est politique et qu’elle doit donc ĂŞtre discutĂ©e dans les instances ad hoc ? Comment faire comprendre que la dĂ©marche doit ĂŞtre co-construite avec l’ensemble des utilisateurâ‹…ices ?

Nous dĂ©couvrirons alors, via une mĂ©thodologie pratique, quelles sont les pistes pour mettre en capacitĂ© les associations, quelles sont les Ă©tapes nĂ©cessaires Ă  la mise en place d’une stratĂ©gie libre rĂ©ussie, quelles sont les principales clĂ©s qui fluidifient la dĂ©marche et quelles sont les erreurs Ă  Ă©viter. Nous parlerons aussi de dĂ©marche partenariale et d’accompagnement au changement.

Mercredi 18 janvier 2023

Après un petit temps collectif de retours sur les apprentissages de la journĂ©e prĂ©cĂ©dente (de 9h Ă  9h30), nous passerons toute la journĂ©e avec StĂ©phanie Lucien-Brun (La Fabrique Ă  liens) sur comment rĂ©aliser le diagnostic numĂ©rique d’une association.

Nous dĂ©couvrirons ce qu’est un diagnostic numĂ©rique, ses Ă©tapes, et les diffĂ©rentes mĂ©thodes de diagnostic existantes (auto-diagnostic, entretiens dirigĂ©s, design thinking, etc.) en analysant plusieurs diagnostics. Nous rĂ©aliserons des mises en situation en groupes afin de mettre en Ĺ“uvre les connaissances acquises et mieux comprendre ce qui se joue dans cette Ă©tape essentielle du processus d’accompagnement.

Nous verrons ensuite comment on passe d’un diagnostic Ă  des prĂ©conisations et sous quelles formes celles-ci peuvent ĂŞtre communiquĂ©es. Un moment sera dĂ©diĂ© Ă  la co-production d’un cahier des charges type. La journĂ©e se terminera par un temps spĂ©cifique pour construire une rĂ©flexion commune sur la posture de l’accompagnant.

Jeudi 19 janvier 2023

Après un petit temps collectif de retours sur les apprentissages de la journée précédente (de 9h à 9h30), Pascal Gascoin (Zourit.net) nous parlera formation des utilisateur⋅ices et support / assistance. On le sait, la formation initiale et continue est un élément clé pour une adoption facilitée des outils. Nous découvrirons donc que se doter de techniques pédagogiques (vulgarisation scientifique et médiation numérique) est nécessaire pour accompagner dans la durée.

Un focus sera proposĂ© sur la co-construction de ressources (documentation, FAQ) permettant d’Ă©tablir une base de rĂ©fĂ©rence Ă  disposition des utilisateurâ‹…ices et limiter le recours Ă  la fonction support. Et nous terminerons la matinĂ©e sur la notion de communautĂ©s d’utilisateurâ‹…ices : comment la mettre en place ? quels outils utiliser pour cela ? comment animer ces espaces d’Ă©changes ?

Après une pause dĂ©jeuner pour mieux recharger les batteries, Jean-Christophe Becquet (Apitux) nous expliquera comment designer une offre de service. Il dĂ©finira ce qu’est une offre de service claire (au sens de facile Ă  comprendre), cadrĂ©e (ce que l’on propose et ce qu’on ne propose pas) et complète (intĂ©grant l’accompagnement, la maintenance et le support) Ă  destination des associations. Nous dĂ©couvrirons comment construire les conditions de confiance nĂ©cessaires (pĂ©rennitĂ© de service, place du financement des services, clartĂ© sur les modalitĂ©s de rupture) Ă  un Ă©change sain avec les associations.

Ă€ travers la dĂ©couverte de plusieurs techniques de design d’offre de services, nous traiterons la question de comment fixer un tarif juste dans un contexte concurrentiel. La fin de la journĂ©e sera dĂ©diĂ©e Ă  la dĂ©couverte de techniques de marketing et de communication pour rendre lisible et visible une offre auprès des clients associatifs potentiels. Nous travaillerons au packaging d’offres spĂ©cifiques (Ă  destination de grosses associations, pour celles dont les membres sont Ă  distance, etc.), Ă  comment les adapter et les dĂ©cliner.

Vendredi 20 janvier 2023

Après un petit temps collectif de retours sur les apprentissages de la journĂ©e prĂ©cĂ©dente (de 9h Ă  9h30), nous terminerons cette semaine de formation avec Laurent Marseault (co-fondateur d’Outils-RĂ©seaux et d’Animacoop) qui nous expliquera pendant 2 heures comment dĂ©velopper son rĂ©seau et penser le travail en complĂ©mentaritĂ©.

Comment dĂ©velopper son rĂ©seau en tant qu’hĂ©bergeur ? Comment ne pas rester, forcĂ©ment, en solo ? Comment dĂ©velopper des partenariats entre hĂ©bergeurs pour mettre en commun des compĂ©tences ? Comment identifier et travailler avec des partenaires spĂ©cialisĂ©s dans l’accompagnement associatif et/ou dans la formation ? Comment proposer des offres communes ? Après avoir rĂ©flĂ©chi Ă  ces questions, nous aborderons la question des modèles Ă©conomiques des rĂ©seaux et spĂ©cifiquement la question de l’Ă©conomie non-marchande. Et nous conclurons sur la distinction entre l’Économie Cynique et Suicidaire et l’Économie Sociale et Solidaire.

La fin de la matinĂ©e sera dĂ©diĂ©e Ă  la rĂ©alisation d’un bilan collectif Ă  chaud. Nous nous interrogerons sur le format de la formation et l’articulation entre les diffĂ©rentes sĂ©quences pour imaginer une version encore plus pertinente de la formation. Nous questionnerons les participantâ‹…es sur leur capacitĂ© / envie / besoin de mettre en Ĺ“uvre les connaissances acquises et nous identifierons les freins pressentis Ă  cette mise en Ĺ“uvre.

ModalitĂ©s d’inscription

Cette formation s’adresse Ă  toutes les personnes actives au sein d’une structure (association, micro-entreprise / entreprise ou coopĂ©rative) proposant l’hĂ©bergement de services en ligne alternatifs. La formation est gratuite, mais les frais de dĂ©placement (transport + hĂ©bergement + restauration) sont Ă  la charge des participantâ‹…es.

Si le programme de cette formation vous intĂ©resse, nous vous invitons Ă  vous inscrire en complĂ©tant ce formulaire d’inscription. En vous inscrivant Ă  cette formation, vous vous engagez Ă  en suivre l’intĂ©gralitĂ© : il n’est pas possible de participer uniquement Ă  certaines sĂ©quences. Cette formation Ă©tant limitĂ©e Ă  20 participantâ‹…es, nous serons sĂ»rement amenĂ©s Ă  devoir sĂ©lectionner parmi vos candidatures. C’est la raison pour laquelle, nous vous incitons Ă  bien expliciter les raisons qui vous poussent Ă  vous y inscrire.

capture d'Ă©cran du formulaire d'inscription
Première partie du formulaire d’inscription

Nous rappelons aussi que les membres du Collectif des HĂ©bergeurs Alternatifs Transparents Ouverts Neutres et Solidaires (CHATONS) seront prioritaires. Cependant, si votre organisation n’est pas encore membre du collectif, nous vous recommandons de tout de mĂŞme complĂ©ter le formulaire.

Et si vous n’ĂŞtes pas sĂ©lectionnĂ© pour cette session de formation, vous aurez toujours la possibilitĂ© de dĂ©couvrir en dĂ©tail les contenus qui y seront traitĂ©s puisque nous publierons dans l’annĂ©e un MOOC qui en sera la transposition. Et qui sait, si cette formation est un succès, peut-ĂŞtre pourrons-nous trouver de nouveaux financements pour organiser une seconde session ?




Voyage en Contributopia : ça nous a fait mĂ»rir !

« DĂ©googliser ne suffit pas ! », et c’est avec cette affirmation dans la tĂŞte que nous sommes partiâ‹…es explorer les mondes de Contributopia. Cette aventure de 5 ans (dĂ©jĂ  ?!) se termine, et c’est maintenant le moment de confronter nos attentes du voyage et ce qu’on y a vraiment fait. Cap sur ces mondes numĂ©riques oĂą l’humainâ‹…e et ses libertĂ©s fondamentales sont respectĂ©es !

Planète des services : créer et proposer des outils

En commençant ce voyage, l’association avait vraiment envie de s’impliquer davantage dans la conception de services et d’outils conçus pour favoriser des Ă©changes apaisĂ©s. L’envie, c’est bien, mais la rĂ©alitĂ© peut aussi ĂŞtre autre chose. On vous raconte point par point les diffĂ©rents Ă©lĂ©ments qui Ă©taient sur notre feuille de route initiale (et aussi comment on a fait bifurquer la barque !)

Bilan de la planète des services

PeerTube libère la vidéo

Alors lĂ , on va se lancer quelques fleurs : PeerTube, c’est un succès !

Notre alternative aux grandes plateformes vidĂ©os (YouTube pour n’en citer qu’une) est un logiciel libre et fĂ©dĂ©rĂ© qui permet non seulement de visionner, publier et interagir avec des vidĂ©os mais aussi de crĂ©er sa plateforme de vidĂ©os. Un salariĂ© de l’association (un seul !) est en charge de son dĂ©veloppement, assistĂ© en interne par d’autres salarié·es sur des aspects moins techniques.

La version 1.0 du logiciel, parue en octobre 2018, a remportĂ© rapidement un vif succès. En quelques mois, on comptait dĂ©jĂ  environ 14 000 comptes utilisateurs, et près de 100 000 vidĂ©os rĂ©parties sur 350 installations recensĂ©es publiquement. Depuis, une nouvelle version majeure sort chaque annĂ©e (la v5 est prĂ©vue pour la fin d’annĂ©e 2022), et PeerTube va bientĂ´t atteindre le million de vidĂ©os hĂ©bergĂ©es.

On ne va pas refaire ici toute l’histoire de PeerTube (vous pouvez tout retrouver ici), mais dans les temps forts Ă  mentionner : la possibilitĂ© de faire des vidĂ©os en direct, le moteur de recherche SĂ©pia Search permettant de chercher toutes les vidĂ©os des instances publiques, la personnalisation de l’interface et de nombreuses amĂ©liorations rĂ©alisĂ©es aussi grâce Ă  vos retours (merci !).

SĂ©pia, mascotte de PeerTube

Mobilizon, pour faciliter rencontres et mobilisations

Pendant ce voyage en Contributopia, Mobilizon fut le deuxième logiciel libre et fĂ©dĂ©rĂ© dĂ©veloppĂ© par l’association (par un seul salariĂ©, lĂ  encore). Mobilizon est une alternative aux Ă©vĂ©nements et groupes Facebook qui permet de facilement organiser ses Ă©vĂ©nements et rencontres, sans passer par une entreprise qui raffole de surveillance.

La version 1.0 de Mobilizon, sortie pendant le confinement d’octobre 2020, n’a pour ainsi dire pas bĂ©nĂ©ficiĂ© de l’entrain espĂ©rĂ© (Quoi ? Organiser des Ă©vĂ©nements pendant un confinement, c’est pas une bonne idĂ©e ?). L’accueil du logiciel a toutefois Ă©tĂ© très positif. Comme PeerTube, une nouvelle version majeure sort chaque annĂ©e, et la v3 est prĂ©vue pour fin 2022 (vous trouverez toutes les actualitĂ©s par ici).

Quelques temps forts Ă  mentionner : l’amĂ©lioration de l’accessibilitĂ© (un travail avec Koena), l’export de liste des participant·es (pratique !), la prise en compte des fuseaux horaires ou encore l’ajout possible de mĂ©tadonnĂ©es pour mettre en avant certaines informations essentielles. Nous avons aussi rapidement dĂ©cidĂ© de mettre en place une instance dĂ©diĂ©e et ouverte au public francophone : mobilizon.fr (essayez donc pour organiser votre prochaine fĂŞte d’anniversaire, rencontre-tricot ou manif-climat !).

RČŻse, mascotte de Mobilizon

Pytition : faire entendre les opinions

Après une rencontre bienvenue avec l’Ă©quipe de RĂ©sistance Ă  l’Agression Publicitaire en 2017, nous avons dĂ©cidĂ© de ne pas entamer le travail de dĂ©veloppement prĂ©vu sur un outil de pĂ©titions en ligne. En effet, un de leurs administrateurs avait dĂ©jĂ  avancĂ© sur le dĂ©veloppement d’un tel outil : Pytition.

L’enjeu restant pour nous particulièrement important, nous avons dĂ©cidĂ© de soutenir leur travail, plutĂ´t que de crĂ©er un n-ième « Framatruc » (et ainsi ne pas tout centraliser chez nous). Framasoft a donc affectĂ© un budget Ă  Pytition. Cela a permis de financer une prestation de design, une partie du travail de dĂ©veloppement (faire du temps bĂ©nĂ©vole investi de vĂ©ritables journĂ©es de travail rĂ©munĂ©rĂ©es) et la mise Ă  disposition d’une machine virtuelle pour hĂ©berger le proto site web.

Cependant les emplois du temps de chacun (y compris du cĂ´tĂ© de Framasoft) n’ont pas concordĂ©, et « l’usure » due Ă  la pandĂ©mie s’est fortement ressentie. Le dĂ©veloppement prend donc du temps, et, mĂŞme si le Pytition actuel est « fonctionnel », il reste trop « frais » pour ĂŞtre proposĂ© Ă  tous les publics.

Nous qui pensions que gĂ©rer des projets de dĂ©veloppements « extĂ©rieurs » nous prendrait moins de temps que des dĂ©veloppements en interne, on a appris : l’accompagnement prend du temps, et il est indispensable. Cela nous a ainsi questionnĂ©â‹…es : quelle Ă©nergie sommes-nous capables d’investir dans de tels projets ?

On se sentirait presque comme ces petits poissons dans l’eau, non ?

Framasite ou comment crĂ©er simplement son site (spoiler : ça n’existe plus !)

Permettre aux gens de créer leur propre site internet sans passer par une plateforme privée, ça donne envie non ?

Nous avons ouvert Framasite, service d’hébergement et de création de sites web, en 2018 et ainsi proposé un lieu d’expression libre en ligne, sans nécessité de connaissances techniques préalables.

Seulement, Framasite, c’Ă©tait un service complexe qui reposait sur 3 logiciels libres et une surcouche maison, ce qui le rendait particulièrement difficile Ă  maintenir sur la durĂ©e. Ainsi, malgrĂ© l’enthousiasme et l’utilitĂ© du service, nous nous sommes vite rendu compte qu’en laissant faire, le service pouvait croĂ®tre de manière illimitĂ©e et infinie. Et le problème c’est que plusieurs de nos services en ligne nous ont amenĂ©s Ă  cette mĂŞme conclusion : la situation devenait ni tenable, ni gĂ©rable pour notre petite association.

Après de nombreux questionnements et réflexions, Framasoft a pris position en décidant de fermer progressivement certains de ces services, de manière planifiée (on vous en parle plus en détail en dernière partie de cet article). Framasite a donc fermé en juillet 2021.

Planète de l’essaimage : transmettre les savoir-faire

Un monde où chacun et chacune peut acquérir et approfondir son indépendance numérique, nous ça nous fait rêver. Nous avons souhaité favoriser des actions qui encouragent l’autonomie numérique, pour mettre à la portée du plus grand nombre un hébergement de confiance solidaire de nos vies numériques. Une belle vision, même si pas toujours facile à mettre en œuvre.

Bilan de la planète de l'essaimage

Des CHATONS pour favoriser les petits hébergeurs locaux

Le Collectif des HĂ©bergeurs Alternatifs, Transparents, Ouverts, Neutres et Solidaires (CHATONS) a Ă©tĂ© initiĂ© par Framasoft fin 2016 pour donner une suite au projet « DĂ©googlisons Internet » : permettre aux internautes de s’Ă©manciper en utilisant des outils numĂ©riques de confiance (mais cette fois, sans passer par Framasoft).

C’est suite Ă  l’embauche d’Angie en 2019 que la dynamique du collectif aura rĂ©ellement pris : un tiers de son temps de travail est consacrĂ© Ă  animer les Ă©changes entre les membres et Ă  donner davantage de visibilitĂ© au collectif et aux structures qui le composent.

Le collectif CHATONS, maintenant reconnu comme solution de confiance pour trouver un hĂ©bergeur Ă©thique et des services libres, nous a permis d’essaimer notre projet « DĂ©googlisons Internet » et d’ainsi explorer d’autres horizons.

Le temps d’animation restant important pour Framasoft, la prochaine Ă©tape est la reprise en main progressive de l’animation du collectif… par le collectif lui-mĂŞme ! Et il se trouve que le sujet est justement en pleine discussion parmi ses membres. Affaire Ă  suivre…!

Trois chatons en pleine exploration

YunoHost ou l’auto-hébergement facile

YunoHost, c’est gĂ©nial ! C’est un système d’exploitation pour serveur permettant d’installer des services (et leurs mises Ă  jour) en auto-hĂ©bergement, facilement, par un clic. Le but de ce projet libre ? Permettre Ă  quiconque d’auto-hĂ©berger ses services avec un minimum de connaissances techniques.

Pour soutenir ce projet bénévole, Framasoft, dès janvier 2017, a consacré du temps salarié au développement de YunoHost pour qu’un maximum de services libres de notre campagne « Dégooglisons Internet » puisse être disponible dans cette solution. En 2019 la majorité de ces services y sont présents (mission accomplie !).

Sauf que, si YunoHost a rĂ©ussi Ă  faciliter grandement l’auto-hĂ©bergement, le choix de gĂ©rer son propre serveur reste encore difficilement accessible Ă  la majoritĂ© des personnes. Nous n’avons donc pas contribuĂ© davantage Ă  ce projet pour consacrer nos Ă©nergies Ă  explorer d’autres possibles. Et ça aussi, ça fait partie du voyage !

Quand la technique est poétique

Partager notre expérience hors des frontières

« DĂ©googlisons Internet » est un projet que nous avons volontairement ouvert exclusivement Ă  un public francophone : une petite association française comme la nĂ´tre n’avait pas les Ă©paules pour prendre en charge les donnĂ©es du monde entier, et encore moins l’envie. Seulement, au vu de l’engouement qu’a gĂ©nĂ©rĂ© « DĂ©googlisons Internet » et les questionnements particulièrement riches qu’il a amenĂ©s, nous nous sommes mis Ă  rĂŞver. Et si un projet comme « DĂ©googlisons Internet » pouvait essaimer dans d’autres pays, s’adapter Ă  d’autres cultures, dans d’autres langues et inspirer d’autres collectifs ? Et si « DĂ©googlisons Internet » devenait un commun international ? (Rien que ça ?!)

Traduction. Le premier pas Ă  franchir est la barrière de la langue : traduire certains contenus a donc Ă©tĂ© indispensable. Nous avons menĂ© un gros chantier pour rendre diffĂ©rents supports multilangues : articles de blog, pages d’accueil de nos services, site du collectif CHATONS.

Conception d’outils comme des communs internationaux. Nous avons dĂ©cidĂ© de dĂ©velopper PeerTube et Mobilizon en anglais, puis de les traduire en français. Tout contenu en rapport avec ces logiciels (utilisation du logiciel, actualitĂ©s, etc.) peut ainsi toucher un public non francophone. Nous avons aussi coordonnĂ© la vidĂ©o « What is the Fediverse » en anglais (qui a rapidement Ă©tĂ© traduite par de nombreuses contributions – merci !). Nos tentatives d’animations sur le rĂ©seau social Reddit sont une autre initiative allant dans ce sens.

Interventions en anglais. Nous sommes intervenus en anglais à différentes reprises pour partager notre expérience assez unique : réussir à informer sur les enjeux actuels du numérique tout en proposant des alternatives à une si large échelle tout en restant une structure indépendante du monde capitaliste (sans se la péter, hein !). Nous continuons ces interventions en anglais (tout en assumant notre bel accent), que vous pourrez en partie retrouver sur notre Framatube.

On partait de (vraiment) loin, mais savoir vers oĂą on avait envie d’aller, ça nous a aidĂ©es. Le but de tous ces efforts ? Fournir un compost riche, pour que les expĂ©rimentations de Framasoft puissent faire germer d’autres initiatives, un peu partout !

Le partage d’expĂ©rience, c’est toujours riche !

Contribulle : contribuer au libre

Alors mĂŞme si on avait trouvĂ© le super slogan « winter is coding », nous n’avons jamais rĂ©alisĂ© le projet « Framasoft Winter of Code », un contrepied (de nez) au programme de formation « Google Summer of Code ». Ă€ la place, nous avons contribuĂ© Ă  Contribulle, un projet qui a pour objectif d’informer sur les nombreuses manières de contribuer au Libre (sans forcĂ©ment savoir coder) et de mettre en relation les talents et les besoins.

Derrière Contribulle, il y a le groupe de travail « Design et Libre » dont fait partie l’une des membres de Framasoft. Le groupe de travail a exprimĂ© sa volontĂ© de garder une certaine indĂ©pendance sur le niveau d’implication de Framasoft dans ce projet (et nous, on trouve ça super !). Nous fournissons ainsi l’infrastructure technique nĂ©cessaire Ă  la bonne rĂ©alisation du projet (nom de domaine et machine virtuelle pour l’hĂ©bergement du site web).

Le projet a été officiellement annoncé en mars 2021 et vous pouvez dès maintenant consulter les différents projets cherchant un coup de pouce, ou proposer le vôtre sur contribulle.org.

Planète de l’Ă©ducation populaire : inspirer les possibles

Pour nous, l’Ă©ducation populaire, c’est la libertĂ© de chacune et chacun de partager les connaissances et d’y accĂ©der : la base d’un monde meilleur, quoi !

Bilan de la planète de l'éducation populaire

Actions de médiation pour faciliter l’accès à un web éthique

Notre constat de départ : trouver un service web libre et éthique qui corresponde à ses usages demande de nombreuses connaissances et reste difficile d’accès aux personnes les moins à l’aise avec l’outil numérique.

Nous avons donc continuĂ© et renforcĂ© nos interventions et ateliers sur le sujet (en prĂ©sentiel ou en ligne) pour garder un contact humain avec les personnes (c’est toujours bien plus impactant). Vous trouverez quelques-unes de ces interventions sur notre chaĂ®ne Framatube.

Nous avons aussi rédigé, soutenu ou participé à de nombreux contenus de sensibilisation et/ou pédagogiques autour du numérique. En voici quelques exemples :

Au fil du temps, nous avons pris conscience que soutenir, participer et rĂ©aliser de tels contenus est un levier essentiel pour une Ă©mancipation du plus grand nombre, mĂŞme si un accompagnement humain reste probablement le moyen le plus efficace…

Annuaire « médiation numérique », pratique !

Contribateliers : contribuer au libre

Les Contrib’ateliers sont des rendez-vous de dĂ©couverte de la contribution au logiciel libre, selon ses compĂ©tences et ses envies, et pas seulement sur du code (oui, c’est possible !). Ces ateliers ont commencĂ© sans attente particulière, mais vraiment en se disant « on verra bien si ça prend » – et ça a pris !

Comment ça se passe ? Les co-organisateur·rices rĂ©flĂ©chissent Ă  des propositions (des pĂ´les d’activitĂ©s). Les participant·es choisissent Ă  quel projet libre contribuer parmi ces pĂ´les. Quelques exemples de Contrib’ateliers : participer Ă  la cartographie libre OpenStreetMap, au projet de reconnaissance audio libre Common Voice, Ă  la traduction de logiciels, mais aussi Ă  des discussions autour de la vie privĂ©e en gĂ©nĂ©ral…il y en a pour tous les goĂ»ts !

La pandĂ©mie passant par lĂ , cette belle dynamique a Ă©tĂ© un peu chamboulĂ©e, mais, continuant sur sa lancĂ©e, l’Ă©quipe d’organisation a proposĂ© des Confin’ateliers, la version en ligne des Contrib’ateliers.

L’expĂ©rimentation a Ă©tĂ© rĂ©ellement intĂ©ressante, mĂŞme si le rythme s’est, aujourd’hui, un peu essoufflĂ©. Si l’envie vous prend de rejoindre l’aventure des Contrib’ateliers, sachez que toute l’Ă©quipe vous accueillera Ă  bras ouverts !

Un Contrib’atelier pas si commun

MOOC CHATONS : saisir les enjeux des géants du web sur nos vies

Le premier module du MOOC CHATONS « Internet, Pourquoi et comment reprendre le contrĂ´le ? » a Ă©tĂ© mis en ligne dĂ©but 2020 (en nous ayant donnĂ© du fil Ă  retordre…).

Ce fut particulièrement stressant pour nous de faire en sorte de respecter nos engagements avec notre partenaire (la Ligue de l’Enseignement) et le financeur (la fondation Afnic), tout en faisant face Ă  de nombreux obstacles. Nous avons Ă  diffĂ©rents moments pris de mauvaises dĂ©cisions (sur la manière d’ordonner nos idĂ©es et de nous organiser Ă  plusieurs) et nos Ă©quipes (Framasoft et la Ligue) se sont retrouvĂ©es en effectif rĂ©duit : des conditions non optimales qui nous ont fait prendre un an dans la vue. La sortie du MOOC a donc eu lieu quelques semaines avant l’annonce du tout premier confinement : les Ă©quipes de Framasoft ont très rapidement eu beaucoup d’urgences Ă  traiter, prenant la prioritĂ© sur la promotion et l’animation du MOOC. Nous n’avons donc pas pu prendre soin du projet ou de sa communautĂ© autant que nous l’aurions voulu.

Toutefois, nous sommes fier⋅ères du travail réalisé et du contenu créé qui correspondent tout à fait au discours porté par l’association autour des enjeux du numérique, et notamment celui de la toxicité des GAFAM.

Cours « hors ligne » des chatons

UPLOAD, un projet sur le long terme

L’UniversitĂ© Populaire Libre, Ouverte, Autonome, et DĂ©centralisĂ©e (UPLOAD) est un grand projet d’Ă©ducation populaire initiĂ© et coordonnĂ© par Framasoft (pour le moment), mais dans une logique dĂ©centralisĂ©e et en rĂ©seau.

L’objectif ? Contribuer (à notre échelle) à rendre la société plus juste et notre monde plus vivable, en misant sur la formation des citoyen⋅nes par les citoyen⋅nes. Les sujets traités sont vastes, on inclut ainsi « tous les sujets qui intéressent la société », mais pour le moment surtout en lien avec le numérique (parce que c’est la génétique de Framasoft) et l’écologie (parce que c’est inévitable).

Les principaux projets que l’on trouve dans UPLOAD :

UPLOAD est ainsi un projet expérimental, où, pour le moment, la production de ressources et le tissage de liens prennent volontairement le pas sur la structuration formelle du projet.

Un voyage riche en apprentissages

Comme tout voyage, l’exploration des planètes de Contributopia nous a beaucoup appris. On a expĂ©rimentĂ©, essayĂ©, changĂ© d’avis. On s’est formĂ©, on s’est entraidĂ©, on a partagĂ©. Et on a aussi profitĂ© de tous ces moments, parce que c’est ça aussi le voyage !

État des lieux de Framasoft en 2022

« Déframasoftisons Internet » : une étape nécessaire et maintenant terminée !

Au fur et Ă  mesure de notre exploration, nous nous sommes rendu compte que rester une petite association Ă  taille humaine (moins de 40 membres dont 10 salariĂ©â‹…es) et continuer Ă  un rythme si intense (près de 40 services en ligne Ă  maintenir), ce n’est pas compatible. Nous tenons Ă  notre petite taille, Ă  la qualitĂ© des liens que nous avons entre membres et avec le public de l’association. Nous tenons surtout au soin que l’on peut s’apporter les unâ‹…es aux autres. Grossir n’Ă©tant pas une option, nous avons choisi une toute autre stratĂ©gie.

Nous avons ainsi, en 2019, annoncĂ© une nouvelle Ă©tape : «DĂ©framasoftisons Internet ». Une fermeture planifiĂ©e (jusqu’en 2022) de certains services, pour progressivement rĂ©duire la charge qui pesait sur nos Ă©paules (tout en proposant des alternatives !). Nous avons pris le temps de dĂ©tailler nos raisons (en ayant conscience qu’elles pouvaient paraĂ®tre parfois contre-intuitives).

Maintenant, « DĂ©framasoftisons Internet », c’est fini ! Les diffĂ©rentes fermetures ou restrictions de services sont bel et bien terminĂ©es. Nous avons ainsi mis Ă  jour le site degooglisons-internet.org pour laisser une vitrine Ă  l’ensemble de nos services libres et gratuits, Ă  disposition de toutes et tous. Vous trouverez Ă©galement les alternatives aux services expĂ©rimentaux dorĂ©navant fermĂ©s sur la page alt.framasoft.org.

Quand Framasoft renvoie vers d’autres hĂ©bergeurs Ă©thiques

Nos intentions ont évolué

En expĂ©rimentant gĂ©nĂ©reusement sur la planète de l’Ă©ducation populaire, nous nous sommes rendu compte que l’association Ă©tait en pleine mutation, et qu’il Ă©tait temps de l’officialiser.

Ainsi, notre objet social a Ă©voluĂ© pour passer « d’association de promotion de la culture libre en gĂ©nĂ©ral et du logiciel libre en particulier » en « association d’Ă©ducation populaire aux enjeux du numĂ©rique et des communs culturels ».

Selon nous, le logiciel et la culture libre restent au cĹ“ur des actions de l’association, mais deviennent un moyen, et non une fin. L’objectif devient alors de rĂ©flĂ©chir et mettre en place des actions diverses qui facilitent l’Ă©mancipation des internautes.

 

L’association rĂ©alisant qu’il est temps de changer l’objet social

Framasoft n’est pas bonne partout…

…et on l’assume !

On ne sait pas accueillir la contribution. Le comble ! Dans l’association, beaucoup de projets avancent en parallèle, menĂ©s par des membres qui sont dĂ©jĂ  sur diffĂ©rents fronts. Nous sommes peu nombreux et nombreuses, nos Ă©nergies sont limitĂ©es, et quand on nous dit « J’aimerais vous aider », on ne sait jamais quoi rĂ©pondre. Et c’est en partie parce que l’on sait qu’un accompagnement de qualitĂ© demande du temps, et on a plutĂ´t tendance Ă  en manquer !

On ne fait pas Ă©merger une communautĂ© comme par magie. On a voulu laisser Yakforms Ă  la communautĂ©, mais sans l’animer, ça ne fonctionne pas ! En 2020, nous avons fait le choix de sĂ©parer clairement Yakforms (le logiciel) et framaforms.org (l’instance de Yakforms gĂ©rĂ©e par Framasoft), pour faire Ă©merger une communautĂ© pouvant le maintenir quand nous n’en aurions plus les moyens. Seulement, Ă  une pĂ©riode oĂą l’Ă©quipe Ă©tait dĂ©jĂ  Ă©puisĂ©e, nous n’avons pas eu l’énergie de « pousser » Yakforms pour justement faire Ă©merger cette communautĂ©. RatĂ© !

On a du mal Ă  avancer au rythme des autres. Ă€ Framasoft, on aime expĂ©rimenter, et en expĂ©rimentant souvent on va vite, on essaye, on se plante, on rĂ©essaye, on y arrive (ou pas !). En tout cas, les expĂ©riences de travail avec d’autres collectifs ou partenaires nous ont appris que souvent nous n’avons ni le mĂŞme rythme, ni la mĂŞme façon de travailler, et que ça peut ĂŞtre très frustrant (parce que nous on aime avancer plutĂ´t vite, quitte Ă  se planter…).

Oups !

Archipélisation : les liens avec les autres sont essentiels

On utilise depuis maintenant quelques annĂ©es la notion d’archipĂ©lisation en rĂ©fĂ©rence Ă  nos relations avec les autres. Chacunâ‹…e est une Ă®le avec son identitĂ© et baigne dans les mĂŞmes eaux que ses voisines, et ça, ça nous parle beaucoup :

Chacunâ‹…e son identitĂ©, sa culture, sa raison d’ĂŞtre, ses objectifs, ses moyens.
Mais on se retrouve sur des valeurs ou des stratégies communes.
On fait le choix de coopérer, même ponctuellement.

Le problème gĂ©nĂ©ral de notre sociĂ©tĂ© Ă©tant le système (capitalisme de surveillance), contribuer Ă  un autre système (qui favorise les communs) nous semble une voie d’espoir. Alors, l’idĂ©e d’accompagner celles et ceux qui veulent changer le monde vers des usages numĂ©riques cohĂ©rents avec leurs valeurs, ça nous plaĂ®t !

Nous avons ainsi beaucoup expĂ©rimentĂ© et tissĂ© de liens avec d’autres acteurs et actrices dont l’objet social n’est pas nĂ©cessairement le numĂ©rique. Interconnecter diffĂ©rentes militances apporte Ă©normĂ©ment au savoir commun, et par ricochet au bĂ©nĂ©fice commun.

La contribution aux communs, ça génère une sacrée énergie !

L’Ă©nergie humaine est la plus prĂ©cieuse

On a beau s’investir et travailler sur des sujets en rapport avec le numĂ©rique, on se rend très bien compte que l’Ă©nergie des femmes et des hommes est indispensable.

Dans la force de notre collectif. Framasoft ne souhaite pas grossir pour bien des raisons, et prendre soin de ses membres est une des plus importantes. Garder des relations privilĂ©giĂ©es oĂą on peut Ă©changer, dĂ©battre, ne pas ĂŞtre d’accord, s’Ă©couter, prendre le temps de se comprendre, et avancer, c’est pour nous essentiel.

Dans l’animation de collectif et de communautĂ©s. Pour qu’une dynamique commune prenne, il faut y mettre de l’Ă©nergie et de l’Ă©nergie humaine ! CHATONS est un collectif qui a pris une fois qu’une personne y a consacrĂ© une partie de son temps. La communautĂ© Yakforms n’a pas Ă©mergĂ©, car pour le moment personne n’a pris les devants. Comme toute relation qui s’entretient, la vie d’un collectif doit ĂŞtre prise avec soin, oĂą chacunâ‹…e y met de soi.

Dans l’accompagnement au changement d’outils. Un changement d’outil numĂ©rique, c’est un changement d’habitudes, et changer son quotidien c’est difficile. Nous nous rendons compte qu’un accompagnement humain est souvent plus « efficace », moins dĂ©stabilisant et plus facile Ă  apprĂ©hender. Mais comment trouver un bon Ă©quilibre entre accompagner les bĂ©nĂ©ficiaires et les autonomiser ? Sans trop vous en dire, on va travailler sur la question prochainement.

Petits humain⋅es chatons très investis

Besoin d’affirmer Ă  l’extĂ©rieur du pourquoi on fait tout ça

Ce long voyage nous a permis, en tant que collectif, de nous affirmer, d’Ă©voluer et de donner du sens Ă  notre projet associatif. Nous faisons des choix qui ne plaisent pas Ă  tout le monde mais qui sont en accord avec le monde que l’on dĂ©sire (eh oui, on va continuer Ă  assumer l’Ă©criture inclusive !), une dose de dĂ©conne ça nous motive Ă  avancer (framaprout c’est la concrĂ©tisation d’une bonne blague), et notre positionnement politique se clarifie (on a de plus en plus envie de s’adresser Ă  celles et ceux qui Ĺ“uvrent pour plus de progrès social et de justice sociale).

Seulement, ces convictions internes ne sont pas toujours connues par nos bĂ©nĂ©ficiaires, et parfois en total dĂ©calage (non, nous ne sommes pas neutres : nous ne « devons » ni ne voulons cette place !). C’est pour clarifier tout ça au monde (rien que ça ?) que nous avons travaillĂ© dernièrement Ă  l’Ă©laboration d’un manifeste qui exprimera clairement et sincèrement nos intentions aux yeux de toutes et tous. Et on nous glisse dans l’oreillette que très bientĂ´t vous en verrez le bout du nez…

Framasoft, auto-portrait (presque) réaliste

Et maintenant ?

Ce passionnant voyage nous a permis d’expĂ©rimenter, d’essayer, de nous tromper, de rĂ©essayer, d’ĂŞtre plus Ă  l’Ă©coute de ce que nous voulons, ce Ă  quoi nous aspirons, et ce vers quoi nous voulons aller.

Si nous avons pu l’entreprendre, c’est bien grâce Ă  vous, grâce Ă  vos dons.

On a maintenant envie d’embarquer toute la basse-cour sur notre radeau, parcourir les ruisseaux, les mares, les rivières. Prendre aussi le temps de barboter, de se prendre le bec ou de profiter. Aller plus loin avec celles et ceux qui partagent nos valeurs. Inviter les contributopistes Ă  notre table, prĂ©parer ensemble le repas et confronter nos points de vue.

Bref, quelque chose de plus collectif, de plus convivial. Et on vous en parle très vite.

 

Soutenir Framasoft

 

Ressources




Écosocialisme numĂ©rique : une alternative aux big tech ?

Je vous propose la traduction, d’abord publiĂ©e sur mon blog avec l’aimable autorisation de son auteur Michael Kwet, d’un essai sur lequel je suis rĂ©cemment tombĂ©. Je pense qu’il mĂ©rite toute notre attention, car il pose non seulement un constat politique dĂ©taillĂ© et sourcĂ© sur le capitalisme numĂ©rique, mais il lui oppose aussi une vĂ©ritable alternative.

D’accord ou pas d’accord, le fait d’avoir ce genre d’alternative est salutaire. Car si la politique, c’est la capacité à faire des choix, alors nous avons besoin d’avoir plusieurs alternatives entre lesquelles choisir. Autrement nous ne choisissons rien, puisque nous suivons l’unique chemin qui est devant nous. Et nous avançons, peut-être jusqu’au précipice…

L’article initial ainsi que cette traduction sont sous licence Creative Commons, ne vous privez donc pas de les partager si comme moi, vous trouvez cet essai extrêmement stimulant et précieux pour nos réflexions. Dans le même esprit, les commentaires sont à vous si vous souhaitez réagir ou partager d’autres réflexions.

— Louis Derrac


Écosocialisme numĂ©rique – Briser le pouvoir des Big Tech

Nous ne pouvons plus ignorer le rôle des Big Tech dans l’enracinement des inégalités mondiales. Pour freiner les forces du capitalisme numérique, nous avons besoin d’un Accord sur les Technologies Numériques 1 écosocialiste

En l’espace de quelques années, le débat sur la façon d’encadrer les Big Tech a pris une place prépondérante et fait l’objet de discussions dans tout le spectre politique. Pourtant, jusqu’à présent, les propositions de réglementation ne tiennent pas compte des dimensions capitalistes, impérialistes et environnementales du pouvoir numérique, qui, ensemble, creusent les inégalités mondiales et poussent la planète vers l’effondrement. Nous devons de toute urgence construire un écosystème numérique écosocialiste, mais à quoi cela ressemblerait-il et comment pouvons-nous y parvenir ?

Cet essai vise à mettre en évidence certains des éléments fondamentaux d’un programme socialiste numérique – un Accord sur les Technologies Numériques (ATN) – centré sur les principes de l’anti-impérialisme, de l’abolition des classes, des réparations et de la décroissance qui peuvent nous faire passer à une économie socialiste du 21e siècle. Il s’appuie sur des propositions de transformation ainsi que sur des modèles existants qui peuvent être mis à l’échelle, et cherche à les intégrer à d’autres mouvements qui prônent des alternatives au capitalisme, en particulier le mouvement de la décroissance. L’ampleur de la transformation nécessaire est énorme, mais nous espérons que cette tentative d’esquisser un Accord sur les Technologies Numériques socialiste suscitera d’autres réflexions et débats sur l’aspect que pourrait prendre un écosystème numérique égalitaire et les mesures à prendre pour y parvenir.

Le capitalisme numérique et les problèmes d’antitrust

Les critiques progressistes du secteur technologique sont souvent tirées d’un cadre capitaliste classique centré sur l’antitrust, les droits de l’homme et le bien-être des travailleur⋅se⋅s. Formulées par une élite d’universitaires, de journalistes, de groupes de réflexion et de décideurs politiques du Nord, elles mettent en avant un programme réformiste américano-eurocentré qui suppose la poursuite du capitalisme, de l’impérialisme occidental et de la croissance économique.

Le réformisme antitrust est particulièrement problématique car il part du principe que le problème de l’économie numérique est simplement la taille et les “pratiques déloyales” des grandes entreprises plutôt que le capitalisme numérique lui-même. Les lois antitrust ont été créées aux États-Unis pour promouvoir la concurrence et limiter les pratiques abusives des monopoles (alors appelés “trusts”) à la fin du XIXe siècle. Compte tenu de l’ampleur et de la puissance des Big Tech contemporaines, ces lois sont de nouveau à l’ordre du jour, leurs défenseurs soulignant que les grandes entreprises sapent non seulement les consommateurs, les travailleur⋅se⋅s et les petites entreprises, mais remettent également en question les fondements de la démocratie elle-même.

Les défenseurs de la législation antitrust affirment que les monopoles faussent un système capitaliste idéal et que ce qu’il faut, c’est un terrain de jeu égal pour que tout le monde puisse se faire concurrence. Pourtant, la concurrence n’est bonne que pour ceux qui ont des ressources à mettre en concurrence. Plus de la moitié de la population mondiale vit avec moins de 7,40 dollars [7,16 euros] par jour, et personne ne s’arrête pour demander comment ils seront “compétitifs” sur le “marché concurrentiel” envisagé par les défenseurs occidentaux de l’antitrust. C’est d’autant plus décourageant pour les pays à revenu faible ou intermédiaire que l’internet est largement sans frontières.

À un niveau plus large, comme je l’ai soutenu dans un article précédent, publié sur ROAR, les défenseurs de l’antitrust ignorent la division globalement inégale du travail et de l’échange de biens et de services qui a été approfondie par la numérisation de l’économie mondiale. Des entreprises comme Google, Amazon, Meta, Apple, Microsoft, Netflix, Nvidia, Intel, AMD et bien d’autres sont parvenues à leur taille hégémonique parce qu’elles possèdent la propriété intellectuelle et les moyens de calcul utilisés dans le monde entier. Les penseurs antitrust, en particulier ceux des États-Unis, finissent par occulter systématiquement la réalité de l’impérialisme américain dans le secteur des technologies numériques, et donc leur impact non seulement aux États-Unis, mais aussi en Europe et dans les pays du Sud 2

Les initiatives antitrust européennes ne sont pas meilleures. Là-bas, les décideurs politiques qui s’insurgent contre les maux des grandes entreprises technologiques tentent discrètement de créer leurs propres géants technologiques. Le Royaume-Uni vise à produire son propre mastodonte de plusieurs milliards de dollars. Le président Emmanuel Macron va injecter 5 milliards d’euros dans des start-ups technologiques dans l’espoir que la France compte au moins 25 “licornes” – des entreprises évaluées à un milliard de dollars ou plus – d’ici 2025. L’Allemagne dépense 3 milliards d’euros pour devenir une puissance mondiale de l’IA et un leader mondial (c’est-à-dire un colonisateur de marché) de l’industrialisation numérique. Pour leur part, les Pays-Bas visent à devenir une “nation de licornes”. Et en 2021, la commissaire à la concurrence de l’Union européenne, Margrethe Vestager, largement applaudie, a déclaré que l’Europe devait bâtir ses propres géants technologiques européens. Dans le cadre des objectifs numériques de l’UE pour 2030, Mme Vestager a déclaré que l’UE visait à “doubler le nombre de licornes européennes, qui est aujourd’hui de 122.”

Au lieu de s’opposer par principe aux grandes entreprises de la tech, les décideurs européens sont des opportunistes qui cherchent à élargir leur propre part du gâteau.

D’autres mesures capitalistes réformistes proposées, telles que l’imposition progressive, le développement des nouvelles technologies en tant que service public3 et la protection des travailleur⋅se⋅s, ne parviennent toujours pas à s’attaquer aux causes profondes et aux problèmes fondamentaux. Le capitalisme numérique progressiste est meilleur que le néolibéralisme. Mais il est d’orientation nationaliste, ne peut empêcher le colonialisme numérique, et conserve un engagement envers la propriété privée, le profit, l’accumulation et la croissance.

L’urgence environnementale et la technologie

Les crises jumelles du changement climatique et de la destruction écologique qui mettent en péril la vie sur Terre constituent d’autres points faibles majeurs pour les réformateurs du numérique.

De plus en plus d’études montrent que les crises environnementales ne peuvent être résolues dans un cadre capitaliste fondé sur la croissance, qui non seulement augmente la consommation d’énergie et les émissions de carbone qui en résultent, mais exerce également une pression énorme sur les systèmes écologiques.

Le PNUE4 estime que les émissions doivent diminuer de 7,6 % chaque année entre 2020 et 2030 pour atteindre l’objectif de maintenir l’augmentation de la température à moins de 1,5 degré. Des évaluations universitaires estiment la limite mondiale d’extraction de matières durables à environ 50 milliards de tonnes de ressources par an, mais à l’heure actuelle, nous en extrayons 100 milliards de tonnes par an, ce qui profite largement aux riches et aux pays du Nord.

La décroissance doit être mise en œuvre dans un avenir immédiat. Les légères réformes du capitalisme vantées par les progressistes continueront à détruire l’environnement. En appliquant le principe de précaution, nous ne pouvons pas nous permettre de risquer une catastrophe écologique permanente. Le secteur des technologies n’est pas un simple spectateur, mais l’un des principaux moteurs de ces tendances.

Selon un rapport récent, en 2019, les technologies numériques – définies comme les réseaux de télécommunications, les centres de données, les terminaux (appareils personnels) et les capteurs IoT (internet des objets) – ont contribué à 4 % des émissions de gaz à effet de serre, et leur consommation d’énergie a augmenté de 9 % par an.

Et aussi élevé que cela puisse paraître, cela sous-estime probablement l’utilisation de l’énergie par le secteur numérique. Un rapport de 2022 a révélé que les géants de la grande technologie ne s’engagent pas à réduire l’ensemble des émissions de leur chaîne de valeur. Des entreprises comme Apple prétendent être “neutres en carbone” d’ici 2030, mais cela “ne comprend actuellement que les opérations directes, qui représentent un microscopique 1,5 % de son empreinte carbone.”

En plus de surchauffer la planète, l’extraction des minéraux utilisés dans l’électronique – tels que le cobalt, le nickel et le lithium – dans des endroits comme la République démocratique du Congo, le Chili, l’Argentine et la Chine est souvent destructive sur le plan écologique.

Et puis il y a le rôle central des entreprises numériques dans le soutien d’autres formes d’extraction non durable. Les géants de la technologie aident les entreprises à explorer et à exploiter de nouvelles sources de combustibles fossiles et à numériser l’agriculture industrielle. Le modèle économique du capitalisme numérique tourne autour de la diffusion de publicités visant à promouvoir la consommation de masse, un facteur clé de la crise environnementale. Dans le même temps, nombre de ses dirigeants milliardaires ont une empreinte carbone des milliers de fois supérieure à celle des consommateurs moyens des pays du Nord.

Les réformateurs du numérique partent du principe que les grandes entreprises technologiques peuvent être découplées des émissions de carbone et de la surconsommation de ressources et, par conséquent, ils concentrent leur attention sur les activités et les émissions particulières de chaque entreprise. Pourtant, la notion de “découplage” de la croissance de l’utilisation des ressources matérielles a été remise en question par les universitaires, qui notent que l’utilisation des ressources suit de près la croissance du PIB à travers l’histoire. Des chercheurs ont récemment constaté que le transfert de l’activité économique vers les services, y compris les industries à forte intensité de connaissances, n’a qu’un potentiel limité de réduction des impacts environnementaux mondiaux en raison de l’augmentation des niveaux de consommation des ménages par les travailleur⋅se⋅s des services.

En résumé, les limites de la croissance changent tout. Si le capitalisme n’est pas écologiquement soutenable, les politiques numériques doivent tenir compte de cette réalité brutale et difficile.

Le socialisme numérique et ses composantes

Dans un système socialiste, la propriété est détenue en commun. Les moyens de production sont directement contrôlés par les travailleur⋅se⋅s eux-mêmes par le biais de coopératives de travailleur⋅se⋅s, et la production est destinée à l’utilisation et aux besoins plutôt qu’à l’échange, au profit et à l’accumulation. Le rôle de l’État est contesté parmi les socialistes, certains soutenant que la gouvernance et la production économique devraient être aussi décentralisées que possible, tandis que d’autres plaident pour un plus grand degré de planification de l’État.

Ces mêmes principes, stratégies et tactiques s’appliquent à l’économie numérique. Un système de socialisme numérique éliminerait progressivement la propriété intellectuelle, socialiserait les moyens de calcul, démocratiserait les données et l’intelligence numérique et confierait le développement et la maintenance de l’écosystème numérique à des communautés du domaine public.

Bon nombre des éléments constitutifs d’une économie numérique socialiste existent déjà. Les logiciels libres et open source (FOSS5) et les licences Creative Commons, par exemple, fournissent les logiciels et les licences nécessaires à un mode de production socialiste. Comme le note James Muldoon dans Platform Socialism, des projets urbains comme DECODE (DEcentralised Citizen-owned Data Ecosystems) fournissent des outils d’intérêt public open source pour des activités communautaires où les citoyens peuvent accéder et contribuer aux données, des niveaux de pollution de l’air aux pétitions en ligne et aux réseaux sociaux de quartier, tout en gardant le contrôle sur les données partagées. Les coopératives de plates-formes, telles que la plate-forme de livraison de nourriture Wings à Londres6, fournissent un modèle de milieu de travail remarquable dans lequel les travailleur⋅se⋅s organisent leur travail par le biais de plates-formes open source détenues et contrôlées collectivement par les travailleur⋅se⋅s eux-mêmes. Il existe également une alternative socialiste aux médias sociaux dans le Fédivers7, un ensemble de réseaux sociaux qui interagissent en utilisant des protocoles partagés, qui facilitent la décentralisation des communications sociales en ligne.

Mais ces éléments de base auraient besoin d’un changement de politique pour se développer. Des projets comme le Fédivers, par exemple, ne sont pas en mesure de s’intégrer à des systèmes fermés ou de rivaliser avec les ressources massives et concentrées d’entreprises comme Facebook. Un ensemble de changements politiques radicaux serait donc nécessaire pour obliger les grands réseaux de médias sociaux à s’interopérer, à se décentraliser en interne, à ouvrir leur propriété intellectuelle (par exemple, les logiciels propriétaires), à mettre fin à la publicité forcée (publicité à laquelle les gens sont soumis en échange de services “gratuits”), à subventionner l’hébergement des données afin que les individus et les communautés – et non l’État ou les entreprises privées – puissent posséder et contrôler les réseaux et assurer la modération du contenu. Cela aurait pour effet d’étouffer les géants de la technologie.

La socialisation de l’infrastructure devrait également être équilibrée par de solides garanties pour la vie privée, des restrictions sur la surveillance de l’État et le recul de l’État sécuritaire carcéral. Actuellement, l’État exploite la technologie numérique à des fins coercitives, souvent en partenariat avec le secteur privé. Les populations immigrées et les personnes en déplacement sont fortement ciblées par un ensemble de caméras, d’avions, de capteurs de mouvements, de drones, de vidéosurveillance et d’éléments biométriques. Les enregistrements et les données des capteurs sont de plus en plus centralisés par l’État dans des centres de recoupement [des données] et des centres de criminalité en temps réel pour surveiller, prévoir et contrôler les communautés. Les communautés marginalisées et racisées ainsi que les militant⋅e⋅s sont ciblés de manière disproportionnée par l’État de surveillance high-tech. Ces pratiques doivent être interdites alors que les militant⋅e⋅s s’efforcent de démanteler et d’abolir ces institutions de violence organisée.

L’accord sur les Technologies Numériques

Les grandes entreprises technologiques, la propriété intellectuelle et la propriété privée des moyens de calcul sont profondément ancrées dans la société numérique et ne peuvent être éteintes du jour au lendemain. Ainsi, pour remplacer le capitalisme numérique par un modèle socialiste, nous avons besoin d’une transition planifiée vers le socialisme numérique.

Les écologistes ont proposé de nouveaux “accords” décrivant la transition vers une économie verte. Les propositions réformistes comme le Green New Deal américain et le Green Deal européen fonctionnent dans un cadre capitaliste qui conserve les méfaits du capitalisme, comme la croissance terminale, l’impérialisme et les inégalités structurelles. En revanche, les modèles écosocialistes, tels que le Red Deal de la Nation Rouge, l’Accord de Cochabamba et la Charte de justice climatique d’Afrique du Sud, offrent de meilleures alternatives. Ces propositions reconnaissent les limites de la croissance et intègrent les principes égalitaires nécessaires à une transition juste vers une économie véritablement durable.

Cependant, ni ces accords rouges ni ces accords verts n’intègrent de plans pour l’écosystème numérique, malgré sa pertinence centrale pour l’économie moderne et la durabilité environnementale. À son tour, le mouvement pour la justice numérique a presque entièrement ignoré les propositions de décroissance et la nécessité d’intégrer leur évaluation de l’économie numérique dans un cadre écosocialiste. La justice environnementale et la justice numérique vont de pair, et les deux mouvements doivent s’associer pour atteindre leurs objectifs.

À cet effet, je propose un Accord sur les Technologies Numériques écosocialiste qui incarne les valeurs croisées de l’anti-impérialisme, de la durabilité environnementale, de la justice sociale pour les communautés marginalisées, de l’autonomisation des travailleur⋅se⋅s, du contrôle démocratique et de l’abolition des classes. Voici dix principes pour guider un tel programme :

1. Veiller à ce que l’économie numérique ne dépasse pas les limites sociales et planétaires

Nous sommes confrontés à une réalité : les pays les plus riches du Nord ont déjà émis plus que leur juste part du budget carbone – et cela est également vrai pour l’économie numérique dirigée par les Big Tech qui profite de manière disproportionnée aux pays les plus riches. Il est donc impératif de veiller à ce que l’économie numérique ne dépasse pas les limites sociales et planétaires. Nous devrions établir une limite scientifiquement informée sur la quantité et les types de matériaux qui peuvent être utilisés et des décisions pourraient être prises sur les ressources matérielles (par exemple, la biomasse, les minéraux, les vecteurs d’énergie fossile, les minerais métalliques) qui devraient être consacrées à tel ou tel usage (par exemple, de nouveaux bâtiments, des routes, de l’électronique, etc.) en telle ou telle quantité pour telle ou telle personne. On pourrait établir des dettes écologiques qui imposent des politiques de redistribution du Nord au Sud, des riches aux pauvres.

2. Supprimer progressivement la propriété intellectuelle

La propriété intellectuelle, notamment sous la forme de droits d’auteur et de brevets, donne aux entreprises le contrôle des connaissances, de la culture et du code qui détermine le fonctionnement des applications et des services, ce qui leur permet de maximiser l’engagement des utilisateurs, de privatiser l’innovation et d’extraire des données et des rentes. L’économiste Dean Baker estime que les rentes de propriété intellectuelle coûtent aux consommateurs 1 000 milliards de dollars supplémentaires par an par rapport à ce qui pourrait être obtenu sur un “marché libre” sans brevets ni monopoles de droits d’auteur. L’élimination progressive de la propriété intellectuelle au profit d’un modèle de partage des connaissances basé sur les biens communs permettrait de réduire les prix, d’élargir l’accès à l’éducation et de l’améliorer pour tous, et fonctionnerait comme une forme de redistribution des richesses et de réparation pour le Sud.

3. Socialiser l’infrastructure physique

Les infrastructures physiques telles que les fermes de serveurs cloud, les tours de téléphonie mobile, les réseaux de fibres optiques et les câbles sous-marins transocéaniques profitent à ceux qui les possèdent. Il existe des initiatives de fournisseurs d’accès à internet gérés par les communautés et des réseaux maillés sans fil qui peuvent aider à placer ces services entre les mains des communautés. Certaines infrastructures, comme les câbles sous-marins, pourraient être entretenues par un consortium international qui les construirait et les entretiendrait au prix coûtant pour le bien public plutôt que pour le profit.

4. Remplacer les investissements privés de production par des subventions et une production publiques.

La coopérative numérique britannique de Dan Hind est peut-être la proposition la plus détaillée sur la façon dont un modèle socialiste de production pourrait fonctionner dans le contexte actuel. Selon ce programme, “les institutions du secteur public, y compris le gouvernement local, régional et national, fourniront des lieux où les citoyens et les groupes plus ou moins cohésifs peuvent se rassembler et sécuriser une revendication politique.” Améliorée par des données ouvertes, des algorithmes transparents, des logiciels et des plateformes à code source ouvert et mise en œuvre par une planification participative démocratique, une telle transformation faciliterait l’investissement, le développement et la maintenance de l’écosystème numérique et de l’économie au sens large.

Si Hind envisage de déployer ce système sous la forme d’un service public dans un seul pays – en concurrence avec le secteur privé -, il pourrait à la place constituer une base préliminaire pour la socialisation complète de la technologie. En outre, il pourrait être élargi pour inclure un cadre de justice globale qui fournit des infrastructures en guise de réparations au Sud, de la même manière que les initiatives de justice climatique font pression sur les pays riches pour qu’ils aident le Sud à remplacer les combustibles fossiles par des énergies vertes.

5. DĂ©centraliser Internet

Les socialistes prônent depuis longtemps la décentralisation de la richesse, du pouvoir et de la gouvernance entre les mains des travailleur⋅se⋅s et des communautés. Des projets comme FreedomBox8 proposent des logiciels libres et gratuits pour alimenter des serveurs personnels peu coûteux qui peuvent collectivement héberger et acheminer des données pour des services comme le courrier électronique, les calendriers, les applications de chat, les réseaux sociaux, etc. D’autres projets comme Solid permettent aux gens d’héberger leurs données dans des “pods” qu’ils contrôlent. Les fournisseurs d’applications, les réseaux de médias sociaux et d’autres services peuvent alors accéder aux données à des conditions acceptables pour les utilisateurs, qui conservent le contrôle de leurs données. Ces modèles pourraient être étendus pour aider à décentraliser l’internet sur une base socialiste.

6. Socialiser les plateformes

Les plateformes Internet comme Uber, Amazon et Facebook centralisent la propriété et le contrôle en tant qu’intermédiaires privés qui s’interposent entre les utilisateurs de leurs plateformes. Des projets comme le Fédivers et LibreSocial fournissent un modèle d’interopérabilité qui pourrait potentiellement s’étendre au-delà des réseaux sociaux. Les services qui ne peuvent pas simplement s’interopérer pourraient être socialisés et exploités au prix coûtant pour le bien public plutôt que pour le profit et la croissance.

7. Socialiser l’intelligence numérique et les données

Les données et l’intelligence numérique qui en découle sont une source majeure de richesse et de pouvoir économique. La socialisation des données permettrait au contraire d’intégrer des valeurs et des pratiques de respect de la vie privée, de sécurité, de transparence et de prise de décision démocratique dans la manière dont les données sont collectées, stockées et utilisées. Elle pourrait s’appuyer sur des modèles tels que le projet DECODE à Barcelone et à Amsterdam.

8. Interdire la publicité forcée et le consumérisme des plateformes

La publicité numérique diffuse un flux constant de propagande d’entreprise conçue pour manipuler le public et stimuler la consommation. De nombreux services “gratuits” sont alimentés par des publicités, ce qui stimule encore plus le consumérisme au moment même où il met la planète en danger. Des plateformes comme Google Search et Amazon sont construites pour maximiser la consommation, en ignorant les limites écologiques. Au lieu de la publicité forcée, les informations sur les produits et services pourraient être hébergées dans des répertoires, auxquels on accèderait de manière volontaire.

9. Remplacer l’armée, la police, les prisons et les appareils de sécurité nationale par des services de sûreté et de sécurité gérés par les communautés.

La technologie numérique a augmenté le pouvoir de la police, de l’armée, des prisons et des agences de renseignement. Certaines technologies, comme les armes autonomes, devraient être interdites, car elles n’ont aucune utilité pratique au-delà de la violence. D’autres technologies basées sur l’IA, dont on peut soutenir qu’elles ont des applications socialement bénéfiques, devraient être étroitement réglementées, en adoptant une approche conservatrice pour limiter leur présence dans la société. Les militant⋅e⋅s qui font pression pour réduire la surveillance de masse de l’État devraient se joindre à ceux qui militent pour l’abolition de la police, des prisons, de la sécurité nationale et du militarisme, en plus des personnes visées par ces institutions.

10. Mettre fin à la fracture numérique

La fracture numérique fait généralement référence à l’inégalité d’accès individuel aux ressources numériques telles que les appareils et les données informatiques, mais elle devrait également englober la manière dont les infrastructures numériques, telles que les fermes de serveurs cloud et les installations de recherche de haute technologie, sont détenues et dominées par les pays riches et leurs entreprises. En tant que forme de redistribution des richesses, le capital pourrait être redistribué par le biais de la fiscalité et d’un processus de réparation afin de subventionner les appareils personnels et la connectivité Internet pour les pauvres du monde entier et de fournir des infrastructures, telles que l’infrastructure cloud et les installations de recherche de haute technologie, aux populations qui ne peuvent pas se les offrir.

Comment faire du socialisme numérique une réalité

Des changements radicaux sont nécessaires, mais il y a un grand écart entre ce qui doit être fait et où nous sommes aujourd’hui. Néanmoins, nous pouvons et devons prendre certaines mesures essentielles.

Tout d’abord, il est essentiel de sensibiliser, de promouvoir l’éducation et d’échanger des idées au sein des communautés et entre elles afin qu’ensemble nous puissions co-créer un nouveau cadre pour l’économie numérique. Pour ce faire, une critique claire du capitalisme et du colonialisme numériques est nécessaire.

Un tel changement sera difficile à mettre en place si la production concentrée de connaissances reste intacte. Les universités d’élite, les sociétés de médias, les groupes de réflexion, les ONG et les chercheurs des grandes entreprises technologiques du Nord dominent la conversation et fixent l’ordre du jour de la correction du capitalisme, limitant et restreignant les paramètres de cette conversation. Nous devons prendre des mesures pour leur ôter leur pouvoir, par exemple en abolissant le système de classement des universités, en démocratisant la salle de classe et en mettant fin au financement des entreprises, des philanthropes et des grandes fondations. Les initiatives visant à décoloniser l’éducation – comme le récent mouvement de protestation étudiant #FeesMustFall en Afrique du Sud et la Endowment Justice Coalition à l’université de Yale – sont des exemples des mouvements qui seront nécessaires9.

Deuxièmement, nous devons connecter les mouvements de justice numérique avec d’autres mouvements de justice sociale, raciale et environnementale. Les militant⋅e⋅s des droits numériques devraient travailler avec les écologistes, les abolitionnistes, les défenseurs de la justice alimentaire, les féministes et autres. Une partie de ce travail est déjà en cours – par exemple, la campagne #NoTechForIce menée par Mijente, un réseau de base dirigé par des migrants, remet en question l’utilisation de la technologie pour contrôler l’immigration aux États-Unis – mais il reste encore beaucoup à faire, notamment en ce qui concerne l’environnement.

Troisièmement, nous devons intensifier l’action directe et l’agitation contre les Big Tech et l’empire américain. Il est parfois difficile de mobiliser un soutien derrière des sujets apparemment ésotériques, comme l’ouverture d’un centre de cloud computing dans le Sud (par exemple en Malaisie) ou l’imposition de logiciels des Big Tech dans les écoles (par exemple en Afrique du Sud). Cela est particulièrement difficile dans le Sud, où les gens doivent donner la priorité à l’accès à la nourriture, à l’eau, au logement, à l’électricité, aux soins de santé et aux emplois. Cependant, la résistance réussie à des développements tels que Free Basics de Facebook en Inde et la construction du siège d’Amazon sur des terres indigènes sacrées au Cap, en Afrique du Sud, montrent la possibilité et le potentiel de l’opposition civique.

Ces énergies militantes pourraient aller plus loin et adopter les tactiques de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS), que les militant⋅e⋅s anti-apartheid ont utilisées pour cibler les sociétés informatiques vendant des équipements au gouvernement d’apartheid en Afrique du Sud. Les militant⋅e⋅s pourraient créer un mouvement #BigTechBDS, qui ciblerait cette fois l’existence des grandes entreprises technologiques. Les boycotts pourraient annuler les contrats du secteur public avec les géants de la technologie et les remplacer par des solutions socialistes de technologies du peuple10. Des campagnes de désinvestissement pourraient forcer des institutions comme les universités à se désinvestir des pires entreprises technologiques. Et les militant⋅e⋅s pourraient faire pression sur les États pour qu’ils appliquent des sanctions ciblées aux entreprises technologiques américaines, chinoises et d’autres pays.

Quatrièmement, nous devons œuvrer à la création de coopératives de travailleur⋅se⋅s de la tech11 qui peuvent être les éléments constitutifs d’une nouvelle économie socialiste numérique. Il existe un mouvement de syndicalisation des grandes entreprises technologiques, qui peut contribuer à protéger les travailleur⋅se⋅s de la technologie en cours de route. Mais syndiquer les entreprises des Big Tech revient à syndiquer les compagnies des Indes orientales, le fabricant d’armes Raytheon, Goldman Sachs ou Shell – ce n’est pas de la justice sociale et cela n’apportera probablement que de légères réformes. De même que les militant⋅e⋅s sud-africain⋅e⋅s de la lutte contre l’apartheid ont rejeté les principes de Sullivan – un ensemble de règles et de réformes en matière de responsabilité sociale des entreprises qui permettaient aux entreprises américaines de continuer à faire des bénéfices dans l’Afrique du Sud de l’apartheid – et d’autres réformes légères, en faveur de l’étranglement du système de l’apartheid, nous devrions avoir pour objectif d’abolir complètement les Big Tech et le système du capitalisme numérique. Et cela nécessitera de construire des alternatives, de s’engager avec les travailleur⋅se⋅s de la tech, non pas pour réformer l’irréformable, mais pour aider à élaborer une transition juste pour l’industrie.

Enfin, les personnes de tous horizons devraient travailler en collaboration avec les professionnels de la technologie pour élaborer le plan concret qui constituerait un Accord des Technologies Numériques. Ce projet doit être pris aussi au sérieux que les “accords” verts actuels pour l’environnement. Avec un Accord des Technologies Numériques, certains travailleur⋅se⋅s – comme ceux du secteur de la publicité – perdraient leur emploi, il faudrait donc prévoir une transition équitable pour les travailleur⋅se⋅s de ces secteurs. Les travailleur⋅se⋅s, les scientifiques, les ingénieur⋅e⋅s, les sociologues, les avocat⋅e⋅s, les éducateur⋅ice⋅s, les militant⋅e⋅s et le grand public pourraient réfléchir ensemble à la manière de rendre cette transition pratique.

Aujourd’hui, le capitalisme progressiste est largement considéré comme la solution la plus pratique à la montée en puissance des Big Tech. Pourtant, ces mêmes progressistes n’ont pas su reconnaître les méfaits structurels du capitalisme, la colonisation technologique menée par les États-Unis et l’impératif de décroissance. Nous ne pouvons pas brûler les murs de notre maison pour nous garder au chaud. La seule solution pratique est de faire ce qui est nécessaire pour nous empêcher de détruire notre seule et unique maison – et cela doit intégrer l’économie numérique. Le socialisme numérique, concrétisé par un Accord des Technologies Numériques, offre le meilleur espoir dans le court laps de temps dont nous disposons pour un changement radical, mais il devra être discuté, débattu et construit. J’espère que cet article pourra inviter les lecteur⋅ice⋅s et d’autres personnes à collaborer dans cette direction.

Sur l’auteur

Michael Kwet a obtenu son doctorat en sociologie à l’université de Rhodes et il est membre invité du projet de société de l’information à la Yale Law School. Il est l’auteur de Digital colonialism : US empire and the new imperialism in the Global South, hôte du podcast Tech Empire, et a été publié par VICE News, The Intercept, The New York Times, Al Jazeera et Counterpunch.

Retrouvez Micheal sur Twitter : @Michael_Kwet.

Sur la traduction

Ce texte a été d’abord traduit avec Deepl, et ensuite revu, corrigé et commenté par moi-même. N’étant pas un traducteur professionnel, j’accueillerai avec plaisir les propositions d’amélioration.

Illustration Ă  la une par Zoran Svilar

 




Retour sur le Contribatelier « AccessibilitĂ© numĂ©rique Â» organisĂ© lors de la JournĂ©e Mondiale des MobilitĂ©s et de l’AccessibilitĂ©

Le 30 avril 2022, Ă  l’occasion de la JournĂ©e Mondiale des MobilitĂ©s et de l’AccessibilitĂ©, deux structures membres du collectif CHATONS, Alsace RĂ©seau Neutre et Le Cloud Girofle, ainsi que le hackerspace associatif strasbourgeois Hackstub, se sont mobilisĂ©es pour organiser simultanĂ©ment un Contribatelier sur l’AccessibilitĂ© numĂ©rique Ă  Strasbourg et Villebon-sur-Yvette (91). Nous leur laissons le clavier pour nous partager un compte-rendu de cette action et des pistes envisagĂ©es pour la suite.

logo contribateliers accessibilité numérique

Ă€ cette occasion, une douzaine de tests ont Ă©tĂ© menĂ©s sur des logiciels libres, dont la plupart sont proposĂ©s comme services en ligne par des membres du collectif CHATONS. Les audits consistaient en des tests d’usage rĂ©alisĂ©s par binĂ´mes, composĂ©s d’une personne malvoyante en charge du test et d’une personne voyante en charge de sa captation. L’objectif de ces tests utilisateurices fut double : permettre aux personnes qui crĂ©ent ou hĂ©bergent ces solutions de prendre conscience des problèmes et des solutions possibles, et identifier les Ă©ventuels services accessibles sur https://entraide.chatons.org et https://chatons.org.

Cet article est l’occasion de dĂ©tailler comment les tests se sont passĂ©s et de mettre en avant les principaux soucis et perspectives liĂ©s Ă  l’accessibilitĂ© des services libres, dans l’optique de structurer un groupe parlant d’accessibilitĂ© au sein du collectif.

Comptes-rendus des sessions

CR du contribatelier animé par ARN et Hackstub à la médiathèque Neudorf de Strasbourg

Avec :

  • Irina (organisatrice et participante), utilisatrice expĂ©rimentĂ©e d’outils libres et contributrice, membre d’Alsace RĂ©seau Neutre, atteinte de dĂ©ficience visuelle
  • Gabriel (participant), prĂ©sident de C’CitĂ© (FĂ©dĂ©ration des Aveugles Alsace Lorraine Grand Est), Ă  l’aise avec le numĂ©rique au quotidien, atteint de dĂ©ficience visuelle proche du stade aveugle
  • Sylvain (participant), ingĂ©nieur logiciel
  • Valentin (organisateur et participant), ingĂ©nieur libriste militant, gĂ©rant de ReflexLibre, membre d’Alsace RĂ©seau Neutre et contributeur de YunoHost
  • Marjorie (organisatrice et participante), graphiste, artiste et programmeuse libriste, membre d’Hackstub et du collectif cyberfĂ©ministe Hacqueen

Avec le soutien Ă©galement d’Éric et Thomas qui sont passĂ©s nous voir. Éric est graphiste et programmeur libriste, membre d’ARN, et Thomas est un usager rĂ©gulier du hackerspace Hackstub qui s’intĂ©resse Ă  l’informatique, au Libre, et Ă  leurs enjeux.

14 tests ont Ă©tĂ© effectuĂ©s sur 13 logiciels en deux demi-journĂ©es. Nous avons Ă©tĂ© surprises et surpris du nombre de tests qui ont pu ĂŞtre conduits en si peu de temps, avec très peu de personnes testeuses. Parmi les possibilitĂ©s de tests, nous n’avons pas sĂ©lectionnĂ© les outils collaboratifs car nous redoutions une faible accessibilitĂ© de ces outils : Ă©crire dans un document collaboratif en ligne prive gĂ©nĂ©ralement la personne dĂ©ficiente visuelle des raccourcis de son outil d’assistance. Les rĂ©sultats sont mitigĂ©s : sur 14 tests, 8 se sont soldĂ©s par un succès et 6 ont posĂ© problème (deux rĂ©ussites partielles et 4 Ă©checs). Les services qui ont posĂ© le plus de problèmes sont les outils de sondage. Certains des tests partiellement rĂ©ussis ont nĂ©cessitĂ© une assistance, due Ă  des dĂ©fauts d’accessibilitĂ© non liĂ©s Ă  l’outil testĂ©. Exemple : lors du test de Mumble, un logiciel d’audioconfĂ©rence libre, l’activation du micro a Ă©tĂ© ardue. Il y avait donc des problèmes liĂ©s davantage aux fonctionnalitĂ©s du navigateur ou Ă  d’autres paramètres (configuration des outils d’assistance ou des interfaces).

Un autre constat intĂ©ressant Ă  faire est que les tests ont Ă©tĂ© effectuĂ©s avec un système d’exploitation et un navigateur propriĂ©taire (OS Windows + navigateur Edge ou Chrome). L’outil d’assistance Ă©tait quant Ă  lui libre (NVDA). On peut s’interroger sur le rapport entre le taux de rĂ©ussite et l’utilisation d’outils qui ne sont pas libres : y a-t-il plus de moyens injectĂ©s pour l’accessibilitĂ© dans les outils propriĂ©taires ?

Pour ce qui est de l’ambiance, nous avons apprĂ©ciĂ© l’accueil de la mĂ©diathèque Neudorf avec laquelle il a Ă©tĂ© facile de travailler dans une dynamique de coopĂ©ration. Gabriel nous a Ă©galement fait part de son enthousiasme quant Ă  la convivialitĂ© de l’Ă©vĂ©nement, malgrĂ© le peu de participation. Ce faible taux de participation, tant du cĂ´tĂ© des personnes malvoyantes que des personnes dĂ©veloppeuses, nous a questionnĂ© sur les liens que nous entretenons avec les associations et publics dĂ©ficients visuels, et nous a dĂ©montrĂ© qu’il y avait un vrai travail de sensibilisation Ă  mener auprès de la communautĂ© libriste. Il a toutefois permis un cadre assez intimiste, favorisant l’attention portĂ©e aux personnes participantes.

CR du contribatelier animé par Le cloud de Girofle à Villebon-sur-Yvette (91)

Avec :

  • Nicolas (participant), informaticien de mĂ©tier atteint d’une dĂ©ficience visuelle dĂ©gĂ©nĂ©rescente
  • Agathe (participante), libriste expĂ©rimentĂ©e et vidĂ©aste Ă  ses heures perdues
  • Maxime (organisateur et participant), membre du Cloud Girofle, libriste militant
  • Margaux (organisatrice et participante), membre du Cloud Girofle

Nous nous sommes retrouvĂ©s Ă  4 Ă  la MJC Bobby Lapointe de Villebon-sur-Yvette (91), gentiment mise Ă  disposition par Charles, Ă©galement membre du Cloud Girofle. Avec l’aide d’Agathe, libriste et vidĂ©aste Ă  ses heures perdues, nous avons accueilli Nicolas, « informaticien d’avant Windows ! » atteint d’une dĂ©ficience visuelle dĂ©gĂ©nĂ©rescente. Son ordinateur tourne sous Debian et le passage Ă  la ligne de commande a Ă©tĂ© plus aisĂ© pour lui quand sa vue a commencĂ© Ă  se dĂ©tĂ©riorer. Il utilise encore des outils visuels, des fonctionnalitĂ©s intĂ©grĂ©es au gestionnaire de fenĂŞtres Compiz comme le zoom et l’inversion de contraste. Mais il utilise de plus en plus les outils vocaux, qui reprĂ©sentent environ 80 % de son usage : le lecteur d’Ă©cran libre Orca et la synthèse vocale propriĂ©taire Baratinoo, en attendant de trouver une synthèse vocale libre, en français, de qualitĂ© suffisante. Par ailleurs, Nicolas utilise EMACS, un Ă©diteur de texte libre navigable intĂ©gralement au clavier dĂ©veloppĂ© par Richard Stallman, qui dispose de son propre lecteur d’Ă©cran (dans ces cas-lĂ , il coupe Orca, qui est le lecteur d’Ă©cran pour systèmes GNU Linux). Il l’utilise beaucoup parce que c’est très adaptĂ© Ă  son usage, mais ce n’est malheureusement pas toujours possible : en effet, le navigateur EWW intĂ©grĂ© dans cet outil n’interprète pas le Javascript, un langage qui est aujourd’hui massivement prĂ©sent sur le web !

Le cadre intimiste nous a permis d’Ă©changer de manière très qualitative, et nous nous sommes concentrĂ©s sur Nicolas toute l’après-midi. Il nous aura fallu vivre cet atelier pour prendre conscience de la difficultĂ© (pour ĂŞtre honnĂŞte, de la quasi-impossibilitĂ©) d’utiliser beaucoup de services libres en ligne quand on est dĂ©ficientâ‹…e visuelâ‹…le (malvoyantâ‹…e, non-voyantâ‹…e).

Une dizaine de tests filmĂ©s ont Ă©tĂ© effectuĂ©s par Nicolas, sans assistance extĂ©rieure, sur des services proposĂ©s par le Cloud Girofle : crĂ©er un compte sur Nextcloud, accĂ©der Ă  un espace de discussion Mattermost, lire un document OnlyOffice partagĂ© par email, etc. Un protocole de test et des scĂ©narios de tests avaient Ă©tĂ© prĂ©parĂ© en amont et Ă©taient mis Ă  disposition. Les captations rendent compte de ce qui se passe sur l’Ă©cran et de la synthèse vocale.

Navigation sur Nextcloud lors du Contribatelier
Navigation sur Nextcloud lors du Contribatelier : l’utilisateur doit utiliser un niveau de zoom très élevé, en plus d’une synthèse vocale (enregistrée par l’enregistreur visible à droite).

Conclusion : c’est pas glorieux

Alors, les logiciels des CHATONS, c’est accessible comment ? Pour nous, les rĂ©sultats sont Ă©difiants (et dĂ©cevants). La quasi-totalitĂ© des missions a Ă©chouĂ© du cĂ´tĂ© de Villebon-sur-Yvette et le taux de rĂ©ussite Ă  Strasbourg ne dĂ©passe pas 50%. Les tests qui ont rencontrĂ© le plus de succès ont Ă©tĂ© menĂ©s avec du matĂ©riel et des outils propriĂ©taires (Ă  l’exception du logiciel d’assistance), et il s’agissait aussi des manĹ“uvres les plus simples.

Quelques exemples :

  • un test consistant Ă  se crĂ©er un compte Nextcloud en recevant une invitation par email a pris une demi-heure (et nous parlons d’un test rĂ©alisĂ© par un informaticien) !
  • un autre test sur le service Framadate (outil de planification de date) ne propose pas « oui/non/peut-ĂŞtre » comme rĂ©ponses, mais « chaussure de ski » et « drapeau dans un trou » !
  • toujours sur Framadate, un autre testeur nous indique que la seule manière qu’il a trouvĂ© de l’utiliser est de copier-coller les options dans un tableur, de le remplir, puis de reporter les options dans le tableau en ligne. Une gageure !

Et lors d’un test pour Ă©diter un document en ligne (OnlyOffice) partagĂ© avec Nextcloud, on se rend compte que le bouton pour ouvrir le document n’est pas accessible Ă  la navigation au clavier, que mĂŞme si on pose le curseur dessus, les options pour l’ouvrir ne sont pas lues par la synthèse vocale et que mĂŞme si le document est ouvert, la synthèse vocale ne lit pas le document. On dĂ©couvre ainsi que, mĂŞme s’il y a un plugin de synthèse vocale installĂ© dans OnlyOffice, le menu pour y accĂ©der n’est pas accessible et que mĂŞme si on clique sur ce bouton, la synthèse vocale ne fonctionne pas.

À chaque fois, la tentation d’abandonner est forte : impossible de savoir si la fonction qu’on essaye d’utiliser va réussir, ou si l’on va échouer pour une raison parfois bête (un bouton sans label, un message d’erreur qui s’affiche mais qui n’est pas lu). Assister en direct aux difficultés rencontrées par une personne malvoyante sur un ordinateur est une expérience édifiante. Nous pensons que tout le monde devrait la faire au moins une fois, pour se rendre compte des enjeux associés à l’accessibilité numérique.

écran présentant un zoom sur un client mail lors du Contribatelier
Lecture d’un mail lors du Contribatelier : l’utilisateur doit utiliser un niveau de zoom très Ă©levĂ©, en plus d’une synthèse vocale (enregistrĂ©e par l’enregistreur visible Ă  droite).

Bilan et perspectives

Le contribatelier, un outil de sensibilisation Ă  l’accessibilitĂ©

Participer Ă  ce contribatelier a Ă©tĂ© très Ă©clairant Ă  la fois sur l’urgence de la situation des personnes dĂ©ficientes visuelles (beaucoup de services restent bloquants, et pour certains sur des points assez Ă©lĂ©mentaires), et sur ce qu’implique concrètement la manipulation d’outils d’assistance tels que les lecteurs d’Ă©cran. On se sent plus outillĂ© et plus armĂ© pour dĂ©fendre ce grand sujet. C’est un format idĂ©al pour provoquer une prise de conscience auprès de personnes non initiĂ©es, qui a le double avantage de sensibiliser tout en Ă©tant dans le “faire” (en l’occurrence, contribuer au libre). Les expĂ©riences ont globalement Ă©tĂ© apprĂ©ciĂ©es de toustes les participantes. Que ce soit du point de vue de l’accueil ou du travail rĂ©alisĂ©, ces sĂ©ances ont offert un cadre convivial, surtout en petits groupes.

Le point sur les difficultés rencontrées

Nous nous sommes interrogĂ©s sur le degrĂ© d’intervention des personnes qui ne sont pas en situation de handicap lors d’un blocage pendant un test. Nous avons conclu de cet Ă©change qu’il valait mieux laisser du temps pour dĂ©nouer la situation avant d’intervenir, afin de vĂ©ritablement Ă©prouver l’accessibilitĂ© de l’outil, mais que si on se retrouvait face Ă  une impasse, il fallait accompagner la rĂ©solution du problème rencontrĂ©.

Si la personne dĂ©ficiente visuelle ne prend pas aisĂ©ment le service en main, il y a diffĂ©rents types d’Ă©chec :

  • celui oĂą elle devra d’abord explorer l’interface pour la comprendre et consulter la documentation ;
  • celui oĂą des astuces/manipulations lui sont indiquĂ©es par une autre personne ;
  • celui oĂą elle ne pourra jamais accĂ©der au service par ses propres moyens.

Côté développement, on peut aussi distinguer différents cas :

  • celui oĂą il suffirait de corriger quelques dĂ©tails ;
  • celui oĂą les modifications sont complexes mais le service partiellement utilisable ;
  • celui oĂą il faudrait quasiment tout revoir.

On découvre ainsi plusieurs catégories de problèmes :

  • des problèmes de conception : pages web trop complexes (comment s’y retrouver quand des centaines d’informations non hiĂ©rarchisĂ©es – il n’y a pas de couleurs en synthèse vocale – sont lues ?), notifications non accessibles ou synthèse vocale indisponible dans certains environnements (canevas notamment) ;
  • des erreurs d’implĂ©mentation : boutons sans label, titres des vidĂ©os qui ne sont pas indiquĂ©s, parties du logiciel non navigables au clavier ;
  • des problèmes de version : avec la course aux fonctionnalitĂ©s, les navigateurs web un peu anciens sont de moins en moins supportĂ©s. Or ce sont souvent ces navigateurs qui Ă©quipent les systèmes adaptĂ©s aux non-voyantâ‹…es. Choisir de ne pas les prendre en compte, c’est se priver de certainâ‹…es utilisateurices qui utilisent des systèmes spĂ©cifiques, pour lesquels les mises Ă  jour sont parfois compliquĂ©es.

De manière gĂ©nĂ©rale, bien qu’une bonne moitiĂ© des interfaces graphiques des logiciels « en dur » sont inutilisables ou difficilement utilisables, elles restent mieux gĂ©rĂ©es par la synthèse vocale que dans les applications web, qui sont d’expĂ©rience peu accessibles. Les standards d’accessibilitĂ© sont peu respectĂ©s et la conception de pages complexes rend la lecture des pages plus difficile encore.

Par ailleurs, alors qu’aujourd’hui la majoritĂ© des personnes utilisent un très petit nombre de navigateurs web (Firefox, Chrome et Safari, qui se partagent la majoritĂ© du marchĂ© et concentrent toute l’attention des personnes dĂ©veloppeuses), les personnes dĂ©ficientes visuelles utilisent parfois d’autres navigateurs (Edge, Lynx, etc.), en plus de matĂ©riels d’assistance variĂ©s. Suivant les profils, on peut trouver des plages ou afficheurs braille, de la vocalisation, des outils visuels (zoom, couleurs, contraste), etc. Certains logiciels d’assistance dĂ©finissent leurs propres raccourcis clavier, qui peuvent entrer en conflit avec les raccourcis natifs du système ou ceux d’autres programmes. L’interopĂ©rabilitĂ© de tous ces Ă©quipements n’est donc pas triviale.

personne utilisant une plage braille
Un lecteur braille – Photo by Sigmund on Unsplash

 

Il y a également un autre paradoxe : la plupart des logiciels libres populaires dédient une partie de leur documentation à l’accessibilité, chacun expliquant comment les logiciels sont accessibles. Nous reconnaissons les efforts faits pour améliorer la situation, pourtant, en regardant les cas de OnlyOffice et de Mattermost, nous regrettons :

  • que ces pages ne soient pas plus mises en avant, par exemple au moment de se connecter au logiciel, et pas seulement en faisant une recherche sur le site de l’entreprise qui dĂ©veloppe le logiciel ;
  • que les informations fournies dans ces pages soient parfois incomplètes, par exemple en ne prĂ©cisant pas les limitations induites par le mode lecture ;
  • que ces procĂ©dures ne fonctionnent souvent pas ! Mattermost peut se naviguer au clavier, mais sur la version de Firefox utilisĂ©e par un de nos testeurs, celle-ci ne fonctionne pas. Autre exemple : le plugin de synthèse vocale d’OnlyOffice ne peut pas ĂŞtre activĂ© facilement, et nĂ©cessite une configuration administrateur qui n’est pas faite par dĂ©faut.

Une personne dans le groupe strasbourgeois a rencontrĂ© des difficultĂ©s liĂ©es au verrouillage de son système, configurĂ© par une entreprise qui fournit des systèmes adaptĂ©s aux personnes dĂ©ficientes visuelles. Cette dernière n’installe que des versions de logiciels dont l’accessibilitĂ© a Ă©tĂ© Ă©valuĂ©e, et parfois lĂ©gèrement modifiĂ©es pour les rendre plus accessibles. L’entreprise dispose donc de son propre dĂ©pĂ´t de paquets Debian, et configure les machines de ses clients et clientes pour utiliser ce dĂ©pĂ´t en prioritĂ©, afin d’Ă©viter qu’iels ne fassent des mises Ă  jour non testĂ©es. L’inconvĂ©nient de cette mĂ©thode “verrouillĂ©e” est qu’il est ardu d’accĂ©der aux dernières versions logicielles, faute de mises Ă  jour, qui sont souvent disponibles sur le tard (plusieurs annĂ©es sont parfois nĂ©cessaires). Le principe est pertinent, mais la prudence excessive, ou peut-ĂŞtre le manque de personnel compĂ©tent pour le travail d’adaptation, rend l’utilisation d’une machine sous ce système laborieuse. Par ailleurs, ce contrĂ´le Ă  distance du paramĂ©trage peut donner le sentiment d’ĂŞtre dĂ©possĂ©dĂ© de sa machine, d’autant plus si la communication sur les changements apportĂ©s fait dĂ©faut. Il est possible de contourner le verrouillage “à la main”, mais cela demande une certaine aisance en informatique, et lève la garantie d’assistance en cas de soucis. Ainsi, des problèmes sont persistants avec Firefox car la version fournie n’est pas la dernière, ce qui a Ă©tĂ© bloquant pour mener Ă  bien les tests : la personne est mobilisĂ©e pour la rĂ©solution du problème plutĂ´t que pour la rĂ©alisation des tests. Ça pose la question du processus de dĂ©veloppement logiciel : aujourd’hui on fournit des logiciels qui Ă©voluent sans cesse, dont les anciennes versions ne sont pas supportĂ©es facilement, voire pas supportĂ©es du tout.

Et après ?

Nous souhaitons proposer Ă  nouveaux des contribateliers sur l’accessibilitĂ© numĂ©rique afin de finir les tests prĂ©vus. De plus, nous prĂ©parerons d’autres tests Ă  mener, avec comme prioritĂ© les services qui rĂ©pondent Ă  des usages du quotidien (communication, collaboration, sondage, traitement de texte, etc.). Nous envisageons nĂ©anmoins des tests sur des outils plus techniques dans un second temps (services proposĂ©s par YunoHost par exemple, un système d’exploitation qui facilite l’administration d’un serveur et participe Ă  la dĂ©mocratisation de l’auto-hĂ©bergement).

Par ailleurs, il est intĂ©ressant de noter que rĂ©aliser plusieurs fois un mĂŞme test n’est pas futile. Au contraire, cela rend compte des diffĂ©rences rencontrĂ©es en fonction des systèmes et configurations, mais aussi selon les handicaps. La diversitĂ© des profils est très importante pour les tests. Il faut bien prendre en compte la diffĂ©rence de handicaps et de niveaux de culture numĂ©rique.

Nous pensons aussi qu’il serait pertinent de mettre en avant les manipulations qui facilitent la prise en main des outils et logiciels. Il y a parfois des astuces simples, qui s’avèrent très utiles pour contourner les difficultĂ©s rencontrĂ©es, mĂŞme s’il est regrettable de devoir presque recourir au hack pour pouvoir utiliser un service.

Beaucoup de documentation Ă  Ă©tĂ© produite lors de ces ateliers : des vidĂ©os et des notes principalement. Nous entrons dĂ©sormais dans la phase de restitution de ces tests, nous allons crĂ©er et publier des reports de bugs d’accessibilitĂ© sur les forges Git des logiciels concernĂ©s et les suivre. Deux personnes parmi nous, Irina et Valentin, ont fait deux rapports de bug antĂ©rieurement autour de Network Manager et de Mumble. Les protocoles pour soumettre les bugs d’accessibilitĂ© peuvent ĂŞtre laborieux, selon leur retour.

Lors de notre dĂ©brief, nous nous sommes demandĂ©s comment mobiliser davantage sur l’accessibilitĂ© numĂ©rique, au regard du faible nombre de personnes participantes. Nous aurions en effet souhaitĂ© que l’opĂ©ration se dĂ©roule simultanĂ©ment au sein de multiples structures membres du collectif CHATONS en France, afin de fĂ©dĂ©rer sur la question, et de lui donner plus de rĂ©sonance.

Actions envisagées

Nous avons relevĂ© plusieurs type d’action Ă  envisager, en dehors de la reconduite de contribateliers sur le sujet et de la publication de ce communiquĂ© :

  • Faire Ă©merger un groupe “Accessibilité”. Une interstructure AccessibilitĂ© a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© crĂ©Ă©e sur la Litière, le wiki des CHATONS. Il serait intĂ©ressant de constituer un groupe national de travail, s’Ă©tendant Ă  des structures telles que la FFDN, et qui peut-ĂŞtre ne se cantonnerait pas qu’au Libre pour rĂ©ellement servir l’accessibilitĂ© numĂ©rique, qui dĂ©pend aujourd’hui de beaucoup d’outils propriĂ©taires dĂ©ployant les moyens.
  • Un atelier sur cette thĂ©matique sera proposĂ© lors du camp CHATONS 2022 (18-22 aoĂ»t).
  • RĂ©diger des rapports de bug Ă  destination des dĂ©veloppeurâ‹…euses de logiciels.
  • Mettre Ă  disposition sur les mails de connexion envoyĂ©s par les logiciels un lien vers des page dĂ©crivant les raccourcis clavier et options d’accessibilitĂ© proposĂ©es par le logiciel, ainsi que la liste des fonctions qui sont inopĂ©rantes.
  • Mettre plus en Ă©vidence l’accessibilitĂ© dans les critères pour intĂ©grer le collectif CHATONS.
  • Faire infuser l’accessibilitĂ© numĂ©rique dans la communautĂ© libriste Ă  travers des ateliers de sensibilisation et d’auto-formation, en organisant des permanences en milieux associatifs rassemblant des publics dĂ©ficients visuels, en veillant Ă  ce que les formats proposĂ©s considèrent l’accessibilitĂ© et en parlent, etc.
  • Construire une relation de confiance et crĂ©er du lien entre associations de personnes dĂ©ficientes visuelles et dĂ©veloppeuses.
  • Aller chercher des gens plus compĂ©tents sur ces questions, et saisir des structures telles que les tiers-lieux numĂ©riques, les universitĂ©s, les milieux Ă©tudiants, etc.
  • Compiler et traduire la documentation et les ressources existantes sur l’accessibilitĂ© numĂ©rique.

Quelques parti-pris non consensuels

L’inaccessibilité numérique renforce la fracture numérique et ne concerne pas que les personnes atteintes d’un handicap visuel mais aussi les personnes éloignées du numérique de manière générale, comme les personnes âgées ou les personnes neurodifférentes. Renforcer l’accessibilité numérique pour les personnes déficientes visuelles renforce aussi l’accessibilité numérique tout court !

L’accessibilitĂ© numĂ©rique n’est pas un patch, un plugin Ă  ajouter, mais bien une philosophie, une manière de voir les choses qui doit infuser dès la base du dĂ©veloppement (on parle d’accessibilitĂ© native).

Que choisir : du libre à tout prix, ou l’accessibilité ?

En tant que défenseur⋅euses des logiciels libres, on s’interroge : la liberté numéro zéro, c’est celle d’utiliser le logiciel libre.

Que faire quand une partie de la population se retrouve exclue contre son grĂ© de l’utilisation de logiciels libres ? Voulons-nous des logiciels qui ne libèrent que les dĂ©veloppeurâ‹…euses ou permettent aussi d’autonomiser les utilisateurices ?

Pour aller plus loin :

Résultats des tests d’accessibilité réalisés le 30 avril 2022 par ARN et le Cloud Girofle