10 bonnes raisons de fermer certains services Framasoft (la 5e est un peu bizarre…)

Temps de lecture 12 min

image_pdfimage_print

On le sait, faire le « grand ménage de printemps » c’est pas une partie de plaisir… mais c’est tellement agréable, quand c’est fait.

À l’heure où nous nous retroussons les manches pour « Déframasoftiser Internet », nous voulons vous expliquer ce que l’on va faire, et pourquoi, car nous sommes persuadé·es que fermer certains services (qui vous renverront chez les copains) et en restreindre d’autres, c’est ce que nous avons de plus sain à faire pour les internets, vos données et nos frêles épaules.

1. Pour mieux s’occuper des services existants

N’en déplaise aux oiseaux de mauvais augure qui ont prophétisé une Framapocalypse en criant « ça va fermeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeer ! » sur leurs médias sociaux, nous allons maintenir de nombreux services à votre disposition, et parmi les plus utilisés… Regardez plutôt :

Les services que nous allons maintenir sans restrictions
Illustration CC-By Maiwann

Maintenir ces services demande du soin, du savoir-faire, de l’attention… Nous avons donc décidé de faire moins pour faire mieux, de proposer moins de services pour mieux chouchouter ceux que nous gardons à votre disposition.

2. Pour assurer une qualité de service aux personnes qui y sont

Il y a d’autres services que nous allons maintenir… mais avec des restrictions. Pour les personnes qui les utilisent déjà, rien ne changera. Nous cesserons simplement d’accueillir de nouvelles personnes, parce qu’on ne peut pas grossir à l’infini sans que ça ne devienne moins bien pour tout le monde.

En effet, s’il y a 10, 100, 1000 ou 10000 personnes qui utilisent un frama-service en même temps, ça change tout : plus il y a de personnes, plus il y a de chances que ça plante. Plus ça plante, plus on a de travail (support, remise en service, etc.). Plus on assure ce travail, moins on a de temps pour maintenir et améliorer l’existant.

Voici les services que nous allons maintenir en restreignant les nouveaux usages.
Illustration CC-By Maiwann

Concrètement, au moment de restreindre ces services, nous avons l’intention de bloquer la création :

  • de nouveaux comptes sur Framasphere et Framapiaf (cela ne changera rien pour les personnes qui y sont déjà) ;
  • de nouvelles listes, teams et dépôts sur Framalistes, Framateam et Framagit (l’existant pourra continuer de fonctionner comme avant) ;
  • de nouveaux liens sur Frama.link (les redirections actuelles seront maintenues) ;
  • de nouveaux comptes sur Framaforms (les comptes existants pourront continuer de créer des formulaires… sachant que nous travaillons actuellement à améliorer le logiciel pour que d’autres l’hébergent plus facilement : on en reparle dès que ça aura avancé !)

3. Pour mettre en lumière d’autres hébergeurs de confiance

Nous l’avons annoncé durant notre campagne Dégooglisons Internet : l’important c’est d’essaimer, de multiplier les hébergements de services en ligne qui respectent les humain·es et leurs données !

Si on ne met pas toutes nos données dans le même panier (si on n’utilise pas tous et toutes le même hébergeur), alors on évite le piège de la centralisation : ce processus donne beaucoup trop de pouvoir et d’importance à un hébergeur… Et même si cet hébergeur, c’est Framasoft !

OK, mais concrètement, comment on fait pour trouver des services comme Framasoft mais dispersés ailleurs ?

Il vous suffit d’aller sur le Frama-service que vous avez l’habitude d’utiliser… et lorsqu’il sera fermé, à sa place, vous verrez cela :

Ici nous avons pris Framadrop (partage de fichiers volumineux) pour l’exemple.

Nous n’allions pas vous laisser comme deux ronds de flan, seul·e face à votre écran ! En fermant certains des frama-services, nous pouvons mettre en valeur d’autres hébergeurs de confiance qui proposent la même chose, mais plus proches de vous. C’est un peu comme pousser l’oisillon du nid : ça fait peur au début, mais ensuite on prend son envol et on se rend compte que les alternatives ne sont qu’à un clic de distance !

4. Pour éviter l’acharnement technopeutique

Franchement : il y a des services qu’il vaut mieux débrancher. Dégooglisons Internet, c’est 38 services qui ont été ouverts, pour la plupart, entre 2014 et 2017… Sur ces 38 expérimentations, toutes ne sont pas une réussite.

Framastory, par exemple, n’est quasiment plus utilisé par personne, et le développement du logiciel n’a pas été repris. Or, finalement, c’est OK de se dire qu’il n’y a pas eu un intérêt suffisant, et de tirer un point final !

Liste des services que nous allons progressivement fermer.

Notre méta-moteur de recherche Framabee, lui, a été beaucoup trop utilisé : du coup, il s’est fait repérer par Google (ainsi que les autres moteurs chez qui Framabee envoyait vos recherches, après les avoir soigneusement anonymisées), et Google a cessé de lui fournir des résultats ! Trop utilisé, trop visible, trop grillé par Google et consorts… il ne servait plus à rien : mieux valait le fermer !

Pendant ce temps, d’autres structures, plus petites, plus discrètes, proposent leur hébergement du même méta-moteur (le logiciel Searx), qui fait exactement la même chose… Et tant que tout le monde ne se précipite pas sur un de ces hébergements (mais qu’ils se multiplient) alors on peut espérer passer sous le radar ;).

5. Pour ne pas devenir l’hypermarché du libre

#StoryTime ! À une époque où les GAFAM ont construit leurs centres commerciaux partout dans le monde numérique, nous avons monté une espèce d’épicerie autogérée de services numériques « bios », responsables et artisanaux.

Or voilà que de plus en plus de personnes se rendent compte que les centres commerciaux du numérique, ça ne leur convient pas. Voilà que la petite épicerie du numérique (Framasoft, donc), voit plus de 700 000 personnes passer chez elle chaque mois.

Que fait-on ? Est-ce qu’on agrandit ? Avec plus d’argent, on pourrait embaucher plus de monde, ouvrir plus de serveurs, créer de plus grands locaux, rationaliser, accueillir encore plus de monde, réduire les coûts, gagner du temps, gagner plus d’argent, séduire plus de monde pour être encore plus rentable, faire du chiffre, grandir toujours plus… et devenir l’hypermarché du libre francophone.

Nous avons donc choisi une autre voie que celle de l’hypermarché : créer des AMAP du numérique en initiant le collectif CHATONS ! Ce collectif d’hébergeurs s’est mis d’accord sur des valeurs et des engagements forts pour mériter votre confiance : fermer certains de nos services nous permet aussi de vous faire découvrir les leurs.

Le système qui a créé ces « hypermarchés du numérique » que sont les GAFAM s’appelle le Capitalisme de Surveillance.
C’est le sujet d’Affaires privées, un essai de Christophe Masutti (Framatophe !), chez C&F éditions.

 

6. Pour prendre soin des personnes qui prennent soin de Framasoft

L’association Framasoft, ce sont 35 membres, dont 9 salarié·es, qui essaient d’animer une communauté d’environ 700 bénévoles, en proposant des sites et services utilisés par plus de 700 000 personnes chaque mois (selon une estimation basse et approximative, car, comme on ne piste pas, on ne peut pas vraiment savoir).

En un an, notre estimation des bénéficiaires de nos services est passée de 500 000 à 700 000 personnes chaque mois. Et notre volonté de répondre d’humaine à humain aux personnes qui auraient des remarques, questions, besoins d’aide ou d’information n’a pas changé.

D’après une infographie de Geoffrey Dorne, CC-By-SA.

Alors vu qu’on ne veut pas multiplier nos effectifs (et devenir un hypermarché du libre), ni pousser les membres de l’association au burn-out pour répondre à la demande exponentielle de services numériques de confiance… Il faut que nous réduisions la voilure !

7. Parce que pour concurrencer les services des entreprises multi-milliardaires, il faudrait avoir leur perfidie

Les GAFAM et autres géants du web sont la conséquence directe d’un modèle de société, une société de surconsommation. Leur immense richesse leur a permis de construire des services beaux, pratiques et rapides, où il n’y a pas besoin de réfléchir pour les utiliser… Des services qui ne demandent aucun effort et souvent aucun paiement.

Or leur immense richesse n’a pu se construire que sur l’observation du moindre de nos comportements, pour vendre la canalisation de nos attentions et la manipulation de nos volontés.

Nous n’avons pas les mêmes moyens que Google. Si on comparait le chiffre d’affaire annuel de Google à une journée, le budget 2019 Framasoft représenterait 0,3 secondes de cette journée. Cela tombe bien : nous ne voulons pas les mêmes moyens que tous les Google du monde, car nous ne partageons ni leurs méthodes ni leur soif de pouvoir.

La diversité des petits face à l’appétit des géants…
CC-By David Revoy

Aujourd’hui, Framasoft crée des outils numériques pour celles et ceux qui participent à une société de contribution. La société de contribution est une société de l’effort, qui va nécessiter de prendre du temps, mettre de l’énergie, alors que la société de surconsommation est une société du confort, qui ne porte pas un avenir d’égalité et de fraternité.

L’effort que nous vous demandons, en utilisant les mêmes services, mais ailleurs, c’est un effort qui permet de faire un pas de plus vers cette société de contribution.

8. Pour redonner ses lettres de noblesse au numérique artisanal

À chaque sortie de service ou annonce de développement, nous avons entendu la même sentence : « #LesGens veulent du numérique propre, lisse, calibré, rapide, infaillible et froid. », comme si la seule manière de faire du numérique c’était de faire dans l’industriel.

C’est aussi absurde que de dire : « #LesGens veulent des tomates rondes, calibre 55 et couleur #CC0605. »

« Hashtag-les-gens », ça n’existe pas. Par contre, nous constatons que lorsqu’on explique aux personnes qui utilisent nos services que nous sommes une petite association loi 1901, que les logiciels sont communautaires et que tout ce beau monde fait de son mieux… Alors, ces personnes sont prêtes à accepter qu’un pad plantant le samedi soir ne sera pas remis en service avant le lundi matin, ou qu’un menu soit moins joli, moins rapide, ou que telle fonctionnalité mettra un an à être codée par des volontaires.

Monde de l’éducation Populaire dans Contributopia.
Illustration de David Revoy – Licence : CC-By 4.0

Vous nous avez prouvé qu’il y a de la place, dans notre monde, pour un numérique artisanal, au sens noble du terme. Un numérique qui remet l’humain au cœur des préoccupations et où l’outil devient convivial. Or si tout le monde va chez le même artisan, il risque fort de devoir s’industrialiser…

Pour éviter cela, il faut répartir les demandes sur un réseau d’artisans qui sauront préserver ce rapport chaleureux et humain.

9. Pour faire de la place à des services plus complets

Depuis que nous avons lancé notre campagne Dégooglisons Internet, en octobre 2014, bien des choses ont changé. Certains logiciels ont évolué, d’autres ont pris un petit coup de vieux… Or il faut dire que derrière les 38 services de « Dégooglisons Internet », il y a une ribambelle de logiciels variés, et pas un seul « compte unique Framasoft » pour les unifier !

Fermer certains de ces services, c’est se lancer dans un grand ménage de printemps qui nous permettra de faire de la place… à un nouvel outil ! Ce projet « Framacloud » a été pensé en tenant compte de tout ce que nous avons appris sur les usages et les attentes des personnes qui s’apprêtent à se dégoogliser : un compte unique, un seul service, mais tous les outils pour travailler avec votre association ou votre collectif, par exemple.

Frama-truc-que-avec-un-seul-compte-j’ai-mes-fichiers-collaboratifs-mes-contacts-mes-agendas-mes-notes-mes-images-mes-albums-ma-visio-mes-mindmaps-mes-flux-etc
On est hyper fier·es de ce nom, facile à retenir et à retrouver sur Internet.

Comme nous le détaillons dans notre article des prospectives en 2020, notre objectif est de vous faire découvrir cette solution, sans propager l’illusion que les ressources illimitées et gratuites, ça existe (ou que ce serait sain) : nous avons plein d’idées, mais il nous faut du temps et de la disponibilité pour les réaliser !

10. Pour changer le monde, un octet à la fois

Cette expression n’est pas anodine. Framasoft n’a jamais eu pour but de dégoogliser les internautes du monde entier (ni même de la francophonie). C’est un joli rêve, certes, mais ce serait beaucoup trop de responsabilités pour les épaules des 35 membres de notre association !

Notre ambition est de changer le monde, mais si possible sans choper le melon ni se prendre le chou. Pour cela, il faut se libérer de l’attention, de la disponibilité, fermer quelques onglets mentaux : 38 services à maintenir pour plus de 700 000 personnes chaque mois, bonjour la charge mentale !

Se libérer l’esprit nous permettra de nous consacrer aux nombreux projets que nous avons décrits dans nos Carnets de Contributopia : concrétiser Mobilizon, notre alternative aux événements Facebook, financer et améliorer PeerTube, l’outil pour émanciper les vidéos de YouTube, continuer nos partenariats dans un esprit d’archipelisation ou encore publier un MOOC sur « Internet, pourquoi et comment reprendre le contrôle », comme nous l’avons fait il y a peu

Framaspace, par Soniop
Cliquez sur l’image pour soutenir son travail

Fermer quelques services va progressivement permettre à Framasoft de récupérer de la capacité d’action sur le petit bout de monde qui se trouve devant nous.

« La route est longue, mais la voie est libre » dit-on souvent : si aujourd’hui nous changeons au moins un octet et que cela contribue à changer le monde, alors, nous saurons que nous avons avancé.

Suivre framasoft:

Réseau d'éducation populaire au Libre. Nous souhaitons faire le trait d'union entre le monde du Libre (logiciel, culturel, matériel, etc...) et le grand public par le biais d'une galaxie de projets à découvrir sur framasoft.org

70 Responses

  1. Mr.G.

    Vous êtes juste au top de la pensée humaine ! Bravo pour votre courage et de montrer que vous ne changerez pas votre philosophie ! Vous faites un bien fou ! Bravo et merci !

  2. MsieurSVP

    Bonjour !
    Vos propositions témoignent de la maturité atteinte par vos réflexions !
    Soyez remercier pour tout les efforts réalisés et ceux à venir.
    Grâce à vos tutoriels, j’ai pu mettre en place mon propre serveur et mes propres services pour offrir à mes élèves et mes étudiants des outils alternatifs à ceux des GAFAM.
    Parmi les efforts à venir, je souhaite que vous abordiez la mise en place et la sécurisation du support de ces services (Serveur, système d’exploitation, serveur Web, parefeu + sécurisation…).
    Enfin, une question, comment allez-vous maintenir le FramindMap basé sur Wisemapping qui n’est déjà plus compatible avec Chrome dont les modalités d’identification vis à vis d’une application change.
    Mes lectures témoignent que cette évolution technique devrait gagner les autres navigateurs dans un futur assez proche…
    Encore merci et bonne continuation !

    • Pouhiou

      Bonjour, et merci !

      Ça faut chaud au cœur de voir que nos tutoriels servent à ce que des personnes s’émancipent.

      Concernant les tuto d’administration de systèmes, pour l’instant, il ne faut pas compter sur nous. Par contre, ce serait ce que nous voudrions aborder pour le 3e module du MOOC CHATONS (le 1er module a été publié la semaine dernière). Les 2e et 3e modules ne sont pour l’instant pas financés, et il est certain que nous ne nous y attellerons pas avant 2021-2022 : la route est longue !

      Concernant Wisemapping, c’est à cet outil que nous faisons référence quand nous parlons de « FramindMap Nouvelle version » dans le tableau des services qui seront maintenus. Nous avons d’ailleurs un prestataire qui travaille sur ce logiciel afin d’améliorer quelques points bloquants sur l’administration de ce service, afin d’allonger sa durée de vie.

      Encore merci à vous !

        • Pouhiou

          Toutes les modifications au code de wisemapping seront remontées upstream, donc proposées à la communauté, dans le but que chacun·e puisse en bénéficier, bien sûr ! (bien entendu, c’est à la condition que cela marche et améliore le logiciel existant ^^).

          • SVP Msieur

            Bonjour !

            Je constate que le FramindMaps basé sur Wisemapping fonctionne à nouveau avec Google Chrome 😉

            Où puis-je trouver les fichiers mis à jour pour l’installer sur mon propre serveur ?

            Merci par avance !

          • JosephK

            En fait, on n’a pas touché à Wisemapping, juste à la configuration du serveur.

            Comme on utilise Nginx comme serveur proxy devant le serveur Jetty de Wisemapping (cf tuto sur framacloud.org), on intercepte simplement l’UserAgent que donne Chrome/Chromium et on le modifie avec un UserAgent compatible avant de transmettre la requête à Jetty.

            Chez wisemapping.org, ils ont carrément recompilé depuis les sources pour désactiver cette vérification basée sur l’UserAgent.

          • SVP Msieur

            Merci, je n’ai pas réussi à recompiler, j’obtiens toujours une erreur…

            Quelle est la config sur Nginx ?

            Merci !

          • JosephK

            J’ai ajouté les lignes requises dans le tutoriel sur Framacloud

            location /c/maps/ {
                …
                proxy_hide_header User-Agent;
                proxy_set_header User-Agent "Mozilla/5.0 (X11; Linux x86_64; rv:81.0) Gecko/20100101 Firefox/81.0";
                …
            }
  3. Pierre

    Bonjour, je suis très admiratif de votre engagement. Il y a beaucoup de valeurs derrière et de réflexion aussi. Nous sommes arrivés à un stade ou l’immensité de l’offre tue le choix. L’hyper-choix, c’est l’enfer et pas la liberté comme le dit le philosophe Bertrand Vergely. L’énorme défi que nous avons pour nous même et pour nos enfants c’est de réapprendre la sobriété.
    Merci !

  4. PaliPalo

    Salut,

    Je me dis que, si je suis toujours présent depuis tant d’années sur Framasoft, c’est que vos propositions et vos engagements semblent s’harmoniser avec ma propre conception des choses.

    Merci de votre présence sur le Web.

    Longue vie à Framasoft !

  5. Bourguignon

    Bonjour,
    Je suis admiratif par votre article. Il a le mérite d’être clair, de bien expliquer les pourquoi et comment aller vers les alternatives. Plein d’abnégation et d’humilité aussi. Ce ne doit pas être simple de renoncer à des projets qui vous tenez à cœur et les laissez partir. Vous savez aller de l’avant, vous remettre en question et vous concentrer vers un « moins mais mieux ». Merci pour vos explications, pour avoir pris le temps de nous expliquer vos décisions.
    Par contre, ce qui me gêne de plus en plus sur vos pages, c’est le non-respect de la langue française, et votre volonté propagandiste (pour ne pas dire gauchiste) de forcer les gens à lire vos écritures non lisibles. Ce n’est pas parce que vous voudriez que les français écrivent ainsi que notre langue et ses règles vont changer. D’ailleurs l’académie française a communiqué et statué par rapport à cette novlangue que certains veulent imposer. Cette façon de faire me fait penser aux innombrables contradictions des militants de gauche : anticléricaux mais prosélytes, voulant libérer mais dictatoriaux, libre penseur mais n’acceptant pas ceux qui ne pensent pas comme eux etc…
    Peut-être que l’intention derrière cette forme d’écriture dite « inclusive » (mais excluante pour ceux qui ne se soumettent pas) est de croire qu’ « un mensonge répété mille fois se transforme en vérité» (citation que l’on attribue à Joseph Goebbels) ?
    Le Libre, l’open source, la notion de liberté, de choix, le refus de la surveillance, la volonté de dégoogoliser internet, la notion de vie privée sont-elles l’exclusivité de la gauche ? Doit-on politiser par une propagande sous-jacente un article traitant d’informatique et de liberté ?
    Ni la présentation de Framasoft, ni votre charte ne précise vos volontés politiques. L’association serait-elle politique maintenant ? Vos articles et affiches doivent – à mon avis – être non exclusif. Ils ne s’adressent pas seulement aux idéologistes de « l’inclusivité » mais doivent être lu par tout internaute formé à la langue française. Comment voulez-vous qu’un iranien, un chilien, un japonais apprenant le français comprenne quelque chose à vos articles en faux français ? Résultat, il se torturera le cerveau, puis passera son chemin, et passera à côté d’un très bon site.
    Vous voulez faire le ménage de printemps, par la remise en question et la volonté d’aller à l’essentiel, de faire « moins mais mieux » ?
    Alors recentrez-vous sur les raisons de l’association, et laissez la propagande marxo-féministe aux autres, à ceux qui se revendiquent et s’affichent ainsi. Et ça permettra (enfin) de faire suivre des liens par courriel vers vos articles, sans honte ni être désolé de faire subir ces é.e.s.tes.teur.trice.seur.seuse.xyz à l’entourage.
    Méditez votre maxime « La route est longue, mais la voie est libre », notamment la seconde partie …
    Merci pour le reste, continuez et longue vie à Framasoft !

    • Pouhiou

      Bonjour,

      Et merci de ce long message avec lequel je ne suis pas du tout d’accord !

      Concernant l’écriture épicène, Framasoft a une position claire qui est détaillée et contextualisée dans cet article https://framablog.org/2018/08/13/ecriture-du-blog-nous-ne-transigerons-pas-sur-les-libertes/ (spoiler alert : vous avez raison 😉 ).

      Par ailleurs, si faire du logiciel open-source peut être décrit comme apolitique (c’est à dire ne remettant pas en cause la politique dominante et appliquée), faire du logiciel libre est éminemment politique. Je vous recommande la vision de cette conférence de Pyg, directeur de l’association, intitulée «Peut-on faire du logiciel libre sans faire de politique ? » : https://framatube.org/videos/watch/0ac267f2-0ab8-4ee6-af4a-6d2d77bafb8e

      Dans cette optique, après avoir passé plusieurs années à analyser l’hégémonie des géants du web sur notre monde numérique en tant que salarié de Framasoft, je rejoins les universitaires et savant·es qui expliquent que le problème est systémique, que ce système se nomme le capitalisme de surveillance, et que la réponse face à ce système se doit d’être politique (et non un simple ajustement technologique ou législatif).

      Pour résumer ma réponse, la « Framasoft » que vous décrivez et appelez de vos vœux dans votre commentaire est en totale contradiction avec la Framasoft de la réalité, que nous essayons de décrire et d’exprimer plus clairement depuis le lancement de la feuille de route Contributopia (Oct. 2017).

      Et le seul point sur lequel je tombe d’accord avec vous, c’est le besoin d’exprimer encore et toujours plus clairement ce positionnement de l’association. Nous prévoyons d’ailleurs de travailler là dessus, afin d’élaborer un manifeste qui nous ressemble. Cela va prendre un à deux ans, car nous voulons prendre le temps de faire les choses bien.

      Merci, en tous cas de ce point de vue contradictoire.

      • Bourguignon

        Je vous remercie pour votre réponse ainsi que les lectures ajoutées. C’est très intéressant. Je suis d’accord sur le fait que la question du lociciel Libre est bien sur politique, et ne confond pas Libre et code ouvert. Mais est-ce que toutes les actions de l’association doivent êtres politiques, je ne le pense pas (mais ce n’est pas à moi de dire ce qu’elle doit être). Je comprends aussi l’idée politique (partant d’un désir bon à l’origine) derrière les actions pour changer la société, les mentalités, faire un nouvel homme, cher à l’esprit de gauche. Je suis pour ma part totalement opposé aux idées et moyens que la gauche met en place, tant sur ces idées sociétales (car ça aura des répercussions anthropologiques et permettra la vente/achat des êtres, la désacralisation de la vie qui protège de celà), que sur sa constante volonté de vouloir manipuler les mentalités. Vouloir le bien des êtres en leur imposant comment penser et pour moi contradictoire, contre-productif, et me met l’image en tête d’un nouveau tiran expliquant comment il apportera la félicité en combattant le précédent. Un peu comme une personne se revendiquant Antifa et utilisant le fascisme, l’étroitesse d’esprit, l’intolérance et la violence physique comme moyen pour parvenir au « bonheur » de l’humanité… Toute mesure gardée bien sûr. Je ne compare pas l’association à cela, mais juste dire que des fois des idées d’émanation altruistes peuvent utiliser des moyens imposés pour parvenir à leur fin, et cela sans se rendre compte de la contradiction.
        Donc, je vous rejoins aussi sur le fait qu’il est urgent que Framasoft exprime le plus clairement possible ses positionnements politiques, tant pour les internautes se retrouvant en totale adéquation que pour ceux qui ne le sont pas.
        En l’absence d’un tel manifeste, on se retrouve avec des personnes ayant une vision biaisée ou tronquée de l’association, sans le savoir, parcourant le site. C’est comme écrire à l’entrée « Tout public » puis une fois dans le couloir on lit « Femmes exclusivement » ou « Hommes exclusivement ».
        Discriminer n’est pas un soucis (la nature est discriminante, sans la discrimination on mangerai de tout – Bolet comme Amanite Phalloïde – et on finirait empoisonné). Le souci est qu’il faut savoir où l’on est, et pour cela, un « Qui somme nous » plus précis est utile. Ainsi, toute personne en accord total, partiel, ou en désaccord pourra lire les articles en connaissance de cause (et une personne en contradiction avec les idées de l’association ne pourra en vouloir qu’à elle-même si certaines idées défendues la dérangent).
        Je pourrai disserter sur la vidéo ou l’article que vous m’avez permis de connaitre, mais je n’oublie pas qu’à l’origine j’ai fait une digression pour la question de l’écriture épicène employée sur le site, et que votre article ne concerne pas cela, ne se résume bien évidement pas à cela non plus. Je pense avoir pris assez de liberté et je sais reconnaitre quand il est temps de m’arrêter et de revenir à l’essentiel. Comme je vous l’ai dit, l’article dans sa forme (autre qu’épicène) comme dans son fond est très bien, utile et clair. Merci d’apporter à l’avenir un manifeste aussi clair et explicite (comme vous savez le faire dans vos articles) des pourquoi et comment, des positionnements de l’association, sur le site.

  6. Jerome

    Hey, en fait vous faites ce que vouslez, je trouve dommage de bloquer framaliste, le service est méconnu, mais il est une excellent alternative aux groupes facebook.

    • Pouhiou

      Alors de votre point de vue, j’entends tout à fait que Framalistes soit méconnu. Par rapport aux Google Groups, groupes Facebook et listes Yahoo… Framalistes est tout à fait méconnu (car, une fois encore, si le CA de Google est une journée, le budget de Framasoft c’est 0,3 secondes de cette journée : on ne peut pas comparer tant Framasoft est toute petite face à ces géants).

      Cependant, de notre point de vue, Framalistes, c’est +617 000 abonné·es à +35 000 listes qui envoient en moyenne 363 000 emails chaque jour.

      C’est énorme, et il faut bien décider un jour si on continue de grandir exponentiellement ou si on demande à d’autres d’héberger les listes de diffusion sans GAFAM…

      • katyucha

        On aura des tous des services qui vont nous manquer. Perso, c’est me passer de framagit qui va être dur. Il faut juste qu’on réfléchisse à comment en sortir doucement. Vous avez prévenu à l’avance, ça permettre de travailler en amont
        Merci encore pour ce que vous faites

        • Jean-Michel

          Bonjour,

          Dur le mot et bien faible.
          Pour nous qui y avons des logiciels piliers de notre distribution sans compter les PKGBUILD c’est une catastrophe. La seule alternative possible car nous n’avons pas les moyens humains pour nous occuper d’une instance gitlab va être me semble t-il de nous rabattre sur le gitlab officiel. Quand aux chatons, soyons sérieux, ce n’est pas une alternative fiable pour du git.

          Bonne journée

          • JosephK

            Framagit sera restreint en 2021 (il l’est déjà en nombre de dépôts par compte d’ailleurs) mais on n’a pas dit qu’il serait fermé.

            Par ailleurs, il y a des discussions chez Gitlab pour rendre le logiciel fédéré. D’ici 2021, ce sera peut-être le cas… et peut-être aussi que d’autres Chatons sauront d’avantage gagner votre confiance et ouvriront leur instance.

        • Jerome

          Je suis très à l’aise avec les techno web et n’ai pas peur de me lancer dans la création d’un chaton (dès que trouverais un peu de temps c’est prévu), j’ai juste le sentiment que le boulot pour héberger des mails (et ce qui y touche donc des mailings list) est plus compliqué que celui d’héberger une application web, ce qui rend la création d’un chaton plus compliqué.

          Et surtout, je viens tout juste de découvrir le service et il est parfait pour faire des échanges entre parent d’élève… alors apprendre qu’il va fermer me rend tout triste.

          • Pouhiou

            Comme il est dit dans l’article, Framalistes ne va pas fermer, nous bloquerons simplement la création de nouvelles listes à partir de début 2021… Les listes que vous avez créées dès maintenant continueront de fonctionner et de pouvoir échanger ;).

      • Hypercrate

        Ne serait-il utile de communiquer sur ce q’implique l’hébergement de telles services pour des hébergeurs se manifestent ou qu’une structure collaborative organise l’essaimage de manière efficiente?

    • Pouhiou

      Très clairement, Framasoft œuvre depuis le début de Dégooglisons vers plus d’autonomie numérique pour chacun·e, et cela passe pas un certain niveau d’auto-gestion.

      Cependant, il faut garder à l’esprit que tout le monde n’a pas la même aisance face à l’outil numérique, et quand certaines personnes n’ont aucun souci à mettre à jour leur serveur en SSH, d’autres peinent avec l’utilisation d’une souris et le copier/coller : tout le monde n’a pas la même capacité à l’auto-gesiton numérique.

      C’est pour cela que nous essayons de penser les outils de l’émancipation sur plusieurs niveaux : les tutos pour installer sur son serveur Debian, la packaging des frama-services pour l’OS facilitant l’auto-hébergement qu’est Yunohost, (bientôt) la promotion d’un outil assez complet tel que NextCloud qui peut aisément être hébergé et faciliter les utilisation mobiles, la collectivisation des ressources via le collectif CHATONS, les services Framasoft… Ce sont autant de marches sur l’escalier de l’émancipation numérique !

  7. Christophe Marchant

    Voilà un article qui fait du bien par ses visées et son intelligence. Merci !

  8. Damien.M

    Bonjour,

    Merci pour tout ce que vous faîtes, mais à chaque fois que je vous lis… je me fais une remarque…
    Vous dîtes que vous ne voulez pas devenir une industrie…d’accord c’est louable.
    Mais peut t’on parler d’industrie quant’on a « que » 9 salariés ?
    Ils existent des associations importantes, proposant des services importants, avec le double de salarié (voir le triple, par rapport à vous). Je ne vois en quoi grossir, sans devenir hégémonique sur le libre (bien entendu), serait un problème ???

    • Pouhiou

      Pour une entreprise, 9 salarié·es, c’est petit. Pour une association dont le modèle économique c’est le don, 9 salarié·es, c’est beaucoup.

      Cette différenciation permet de comprendre que pour augmenter nos forces (et donc la charge supportable), il faudrait très vite opérer un changement de mentalité. Or les personnes qui travaillent actuellement sur le projet collectif qu’est Framasoft (salariées comme bénévoles) le font aussi parce qu’elles y trouvent une mentalité, une ambiance, une façon de faire qui leur convient.

      Personnellement, si l’AG/le comité directeur de Framasoft décidait qu’on va monter en puissance, doubler ou tripler le nombre de salarié·es et faire le pari de la croissance, je pense que je ne serais plus sur la même longueur d’ondes et que j’écrirais direct ma lettre de démission. Et je crois sincèrement (pour en avoir parlé lors d’AG, de discussion emails, etc.) que c’est le point de vue majoritaire dans l’association, et qu’une telle décision signerait la fin de notre aventure commune.

      Mon intérêt à travailler chez Framasoft, c’est que nous privilégions l’humain que ce soit entre nous ou avec les personnes qui interagissent de près ou de loin avec l’asso. Très clairement, en moi, cette valeur « chaleur humaine » passe au dessus de la valeur « dégoogliser la francophonie au max ». J’ai été dans un délire « je me sacrifie pour le bien commun », dans ma vie… Ça m’a mené au burn-out, je recommande pas, et du coup je n’ai pas envie de me diriger dans une telle direction, donc de voir Framasoft privilégier les « attentes du grand public » au soin donné aux humains que nous sommes et que nous cotoyons.

  9. MODUCH

    J’applaudis des 2 mains à vos démarche de Deg***sation du web et franchement j’apprécie énormément vos services même si, à chaque fois, je me trouve face à un dilemme, qu’illustre bien cet article :

    Si je contribue à populariser ces alternatives, je contribue également à leur disparition car ils ne sont pas (et ne veulent pas) avoir « trop » d’utilisateurs.
    D’un autre côté, vous indiquez également que vous fermez certains services par manque d’utilisateurs !

    Que faire ?

    • Pouhiou

      Faire ce que vous faites, faire ce que vous faisiez déjà !

      Tout l’objet de cet article, c’est justement de dire que « Fermer des services », c’est pas grave, que tout va bien.

      Si des services ferment parce qu’ils ne correspondent pas à une attente et à des utilisations, ce serait étrange d’insister en mode « mais siiiiii !! utilisez-leeee !! », non ? Lorsque des gens viennent sur un service, le testent, et se barrent, cela veut bien dire que ce n’est pas adapté (et souvent ça permet d’appendre plein de choses au passage).

      Du coup, fermer un outil inadapté c’est une bonne chose, ça veut dire qu’on peut se concentrer sur des outils mieux adaptés (qu’ils existent ou bien qu’on doive les créer).

      Quant à fermer un outil qui a du succès, c’est encore mieux : ça veut dire qu’on va en proposer pleins d’autres à la place, les mêmes mais en plus décentralisé.

      Bref, vous pouvez continuer à faire comme avant, à partager votre enthousiasme, tout en expliquant que les services chez Framasoft sont une porte d’entrée, une première marche vers plus d’autonomie et d’émancipation numérique, et qu’on va essayer de vous faciliter le passage aux marches suivantes !

  10. Haddock

    Quel plaisir d’évoluer dans une galaxie aussi saine, lucide et humaniste que Framasoft !!!

    Cet article ne fait pas que préciser les objectifs et la planification des modifications majeures de vos services en ligne; c’est également, et peut-être avant tout un rafraîchissement de l’éthique qui supporte relie, les développeurs, contributeurs et utilisateurs. Sans ces rappels réguliers, les fameux EFFORTS que vous appelez de vos voeux se feront corroder par le CONFORT que les perfides GAFAM et autres BATX injectent dans notre ADN déjà bien appauvri.

    Tout mon respect (et je ne le donne pas à n’importe qui croyez moi) à votre lumineuse équipe. Elle me donne ce supplément d’énergie que j’injecte depuis le 17 novembre 2018 dans le sursaut de résistance que des femmes et des hommes ont prise à bras le corps et âmes.

    La décentralisation au coeur de Framasoft et des résistants sociaux, est, avec l’éthique, l’une des clés essentielle du changement de paradigme que nous attendons.

    Je vous envoie une infinité de mercis et de bisettes !

    Haddock

  11. kattié

    Bonjour,
    J’ai été sur le coup bien déçue d’apprendre la fermeture de Framanotes que j’affectionne particulièrement car il est tout simplement hyper méga simple, efficace et utile.
    Maintenant , après avoir lu votre article, je comprends.
    Votre décision est claire, réfléchie, fondée et en accord avec votre philosophie dans laquelle je me retrouve. J’imagine que l’idée de fermer des services n’a pas forcément été évidente à accepter . La solution de créer une épicerie artisanale du numérique me parait excellente et me fait penser au livre de Gunter Pauli « Soyons aussi intelligents que la nature » que je recommande 🙂
    Frama est voué à une longue VIE car c’est l’imagination, le cœur, l’équilibre et l’harmonie qui vous anime .
    Et on est pas pressé !
    Merci pour votre création
    bises à tous et à toutes,

  12. kattié

    Re bonjour,

    Par contre, je suis perplexe !! je viens d’aller voir votre alternative à framanotes, et là c’est le plongeon dans le baboubiaboubouhhhhhhh!!!

    je fais comment pour exporter mes données sans avoir la connaissance requise ?
    Il y a forcément une autre solution accessible à tous….?
    MERCI D’AVANCE !

  13. jo-l

    Bonjour,
    -En complète adéquation avec vous, mais comment faire pour:
    —se mettre à jour « veille techno »
    —quelles formations?
    —J’ai lâché l’info par rapport à tout ce que vous dénoncez et vous, si je comprends bien, c’est le début du renoncement?
    — et, et, et, et, et encore encore, encore
    Pour conclure, je pense que nous somme à la croisée des chemins, et que votre modèle ne demande qu’a trouver ça réalité, vous devez résister!
    A bientôt
    jo

    • Claire

      Mais non, justement ils ne renoncent pas.
      Ils restent eux mêmes. Pas de bas intérêts, pas grisés par le succès, ils tiennent à leurs objectifs, n’en dérogent pas. Ils ne changent pas de valeurs.
      Framasoft a existé avant dégooglisons, et c’était déjà les mêmes valeurs. C’est ce qui prime. La méthode est adaptée à l’évolution, au temps qui court…
      Reprenez les premiers articles, au moment du lancement de dégooglisons. Ils ne disaient pas autre chose qu’aujourd’hui, ils insistaient déjà sur un éccueil qu’ils voulaient absolument éviter : le google du libre (ou l’hypermarché du libre aujourd’hui).
      Déframasoftiser, dégoogliser, toujours c’est nous amener à décentraliser, varier nos outils, nos interfaces, car c’est un excellent moyen de rester libre.
      Oui l’internaute aujourd’hui aime la facilité, le lavage du cerveau, les choix fait à sa place. J’apprécie Framasoft, entre autre, parce que ce n’est pas ce qu’ils nous proposent. Ils nous prennent la main, nous accompagnent et arrêter des services, ça n’est pas « lacher l’affaire ». Framasoft n’est pas une SSII mais une association d’education populaire. Ils le restent.
      Le modèle Framasoft a bien sa réalité. J’ai l’impression que tous les choix fait aujourd’hui n’ont qu’un but : résister comme vous dites.

      @Frama : il n’y a pas assez de secondes dans une journée pour vous remercier de tenir bon, d’être fidèle à vos valeurs !

      • jo-l

        Bonjour,

        Difficile d’étaler mes réflexions puisque tout ce que je rejette c’est cette décentralisation! Je suis parano et je ne supporte absolument pas c’est une tete par dessus mes épaules qu’y épis mes moindres pensées. Je veux retrouver la main sur mes disks, mes applis, mes notes et tout le toutim…
        Bref, je n’ai jamais pu encadrer le nuage et tout ce que cela impose mais force est de constater, faute d’être ingé reso, qu’il n’est plus permis au quidam une alternative
        Suis je peut être devenu collapso???
        Allez, bonne continuation, dans l’attente il faut que je trouve 2 -3 bidouilles pour manger!!!

  14. Cathy

    Bravo et merci pour votre initiative. J’aime beaucoup les amaps du numérique et les chatons!
    Longue vie à Framasoft!

  15. IxLA

    Bonjour la FramaTeam !

    Cela fait un « bail » maintenant que je vous côtoie et que j’utilise et encourage à utiliser vos services …
    … Je suis donc un p’tit peu responsable malgré moi d’une partie de vos soucis de montée en charge, en termes informatiques mais aussi donc en termes psychologiques (votre charge mentale) !

    Méa Culpa donc …

    Mais ça fait tellement de bien de pouvoir conseiller aux amis (à qui on impose des besoins inutiles sous la formes de logiciels propriétaires, coûteux, et non respectueux de la liberté de chacun), aux geeks en puissance (ingénieurs informatique en devenir pour certains), d’utiliser la logithèque libre que Framasoft a eu la bonne idée de recenser.
    Ou encore de pouvoir proposer d’avoir son environnement numérique nomade à portée de main que ce soit sous Windows ou GNU/Linux (framakey), ou enfin d’utiliser des services basés sur un état d’esprit sain et vertueux …

    Dans ce post dédié à l’usage de l’informatique en général et à l’usage des services Framasoft en particulier, on retrouve énumérées toutes les valeurs qui manquent à notre société humaine comtemporaine !
    Merci à vous donc pour tant de belles choses écrites, et ce moto consistant à remettre au centre des préoccupations l’Humain !
    Longue vie à votre initiative qui dure depuis si longtemps, et qu’elle essaime à travers le net !

    Tiens, une idée me traverse l’esprit : et si Framasoft collaborait avec Tim Berners-Lee lui-même et sa nouvelle initiative de décentralisation et de réappropriation des données et outils personnels (1), qui aujourd’hui décrie haut et fort l’usage qui a été fait d’internet et du web et propose une initiative (2) pour reprendre le cher bébé de son équipe du CERN aux mains de la « fédération du commerce » (clin d’œil personnel à une certaine saga à que j’ai trouvée magnifique à ses débuts)et le redonner à la communauté des internautes ?

    En attendant qu’une telle utopie se concrétise, encore bravo et merci de tout cœur 🙂

    PS : les utopies me sont chères en ce qu’elles sont potentiellement le germe des changements qui font évoluer notre monde … Pourvu qu’elles soient Humanistes et respectueuses de notre cocon vital qu’est notre planète et ses riches mais fragiles écosystèmes.
    Je suis persuadé qu’un monde peut exister où la technologie nous permettra d’œuvrer pour le meilleur de notre humanité (si la techno est entre des mains bien intentionnées à but non lucratif, elle pourra faire des miracles), tout en respectant notre environnement …
    Le mode de pensée de Framasoft, Tim Berners-Lee, et tellement d’autres, s’inscrivent clairement dans cette utopie … Et si nous élevions tous ensemble chacun de notre côté en silence le petit poisson qui s’unira aux autres pour supplanter le gros poisson avide ?
    De grâce, surtout, ne nous privons pas de rêver à un monde meilleur !

    PS2 : désolé pour ce PS plus long que le commentaire lui-même :-/

    (1) https://inrupt.com/solid https://solidproject.org/
    (2) https://inrupt.com/blog/one-small-step-for-the-web

  16. Magali VANTARD

    TOUT SIMPLEMENT BRAVO !! ET BIG MERCI 🙂
    pour la cohérence de vos actions avec vos valeurs
    pour l’énergie que ça dégage autour
    pour l’espoir et la joie que ça me donne

    Je vous souhaite le meilleur à tous-tes!
    Magali

  17. Martin LUCAS

    Merci pour cet argumentaire détaillé. On sent que ça n’a pas été facile de prendre toutes ces décisions.

    Cependant, du point de vue d’un utilisateur aux compétences moyennes en informatique, ça ne prend pas.

    Nous sommes nombreux à avoir tenté pendant plusieurs décennies (oui, ça se compte en décennies maintenant) de convertir nos proches au libre, non sans difficultés. Il n’y avait pas besoin d’arguments politiques, car bien souvent ils sont armés de ce côté-là et sentent bien les problèmes liés au capitalisme de surveillance, mais à cause de la difficulté qu’il y a à s’adapter.
    Tout le monde n’a pas une formation en architecture réseaux et création de serveurs. Pas plus qu’il ne comprend qu’il faut non seulement choisir une solution, puis s’inscrire sur une instance d’un petit serveur associatif, sans être sûr qu’il sera maintenu l’année prochaine.

    Et, voici quelques années, apparaissait « dé-googlisons internet ».

    Vous ne pouvez pas savoir le bonheur de milliers d’utilisateurs quotidiens du libre, de savoir qu’il existait une alternative pour leurs parents, amis pas très dégourdis en informatique, etc.
    Et là, après tous ces efforts, ça prend. Vous vous retrouvez face à une pression monstre, obligés de répondre à une avalanche de demande du fait du confinement. Ne dites pas que vous n’espériez pas ce moment !

    Et pourtant vous avez peur pour ce qui est en quelque sorte votre deuxième famille, une association dans laquelle vous avez beaucoup mis. Vous ne voulez pas la laisser croître, pensant que vous risquer de devenir comme les GAFAM.

    Alors contre cette peur, vous prévoyez de figer l’association et son fonctionnement actuel, sur la base de dons, et faites le pari que des milliers de gens vont monter leurs serveurs dans leur coin.

    Voici donc le scénario retenu : chaque garagiste se forme dans la totalité des compétences techniques nécessaires pour construire son modèle de voiture dans son coin. Et en plus il a le temps d’en réparer à côté. Le tout pour des clopinettes. Et on ne lui tient pas rigueur si une famille avec deux enfants s’est pris un platane à cause d’une colonne de direction mal fixée.

    Ce moment n’arrivera jamais, et quelque part dans un coin de vos têtes vous le savez. Cela n’atteindra jamais la masse critique pour démanteler le monopole des GAFAM.

    J’imagine un autre scénario :

    Framasoft répond aux demandes en augmentant sa voilure : ceux qui ne souhaitent plus participer à l’aventure partent, les autres gèrent la croissance et la transformation en une coopérative : acquisition de serveurs, professionnalisation, proposition de contrats payants à destination de collectivités, formation, etc. Le tout, toujours sans pub, sans surveillance, simple, efficace, open-source et démocratique.

    Au bout de deux-trois ans, Framasoft, d’un nom reconnu dans des cercules informés, devient un concurrent sérieux aux GAFAM.

    Ceux qui sont partis de Framasoft, portant une autre idée du libre, ont décidé de fonder leurs propres associations pour un internet plus artisanal. Ils vivent comme ils ont décidé de vivre, et n’ont pas sur la conscience d’avoir cassé la possible croissance de quelque chose qui, certes ne correspondait pas à leur idéal, mais reste un énorme progrès par rapport aux GAFAM.
    Ils profitent du fait que les esprits sont mieux préparés à leurs idées, du fait que Framasoft est bien implanté, et peuvent ainsi fédérer de nombreuses associations attachées au modèle artisanal.

    Alors, vous choisissez vraiment le premier scénario ?

    • pyg

      Bonjour Martin Lucas

      > Alors, vous choisissez vraiment le premier scénario ?

      Oui, sans aucune hésitation.
      Tout simplement parce que vous présentez le problème avec une logique pas forcément très éthique qui nous imposerait de choisir entre une « mauvaise solution » (définie par vous) et une « meilleure solution » (définie par vous aussi). C’est ce qu’on appelle un faux dilemme 🙂 https://fr.wikipedia.org/wiki/Faux_dilemme

      Donc, rien que pour troller : oui, on choisit la première solution, celle dans laquelle on envoie les gens dans les platanes plutôt que d’être des super-héros qui sauvent le monde 🙂
      Et on le vit très bien 🙂

      > Au bout de deux-trois ans, Framasoft, d’un nom reconnu dans des cercules informés, devient un concurrent sérieux aux GAFAM.

      Je pense que votre erreur de compréhension de qui nous sommes vient peut être de là (?) : vous pensez que nous *voulons* devenir un concurrent des GAFAM.

      Ce n’est pas le cas.

      Nous ne sommes en concurrence avec personne. Et surtout pas avec les 5 + grosses boites de la planète. Nous savons qui nous sommes, ce que nous valons et ce que nous voulons.

      Dit autrement : vous semblez souhaiter que Framasoft fonctionne différemment, c’est évidemment votre droit 🙂
      Cependant, soyez certain que nous avons bien réfléchi à la question, et que nous avons bien pesé le pour et le contre.

  18. C4

    Bonjour,

    Tout d’abord merci pour vos services de qualité qui apportent une réelle alternative libre à de nombreux services propriétaires. C’est une belle œuvre avec un excellent état d’esprit comme le montrent tous les commentaires à votre article. Je comprends les raisons qui vous ont poussé à réduire le nombre de services framasoft, en particulier le fait de ne pas avoir suffisamment de moyens pour continuer à tout gérer, même si à titre personnel, je ne suis pas persuadé que grossir soit un axe à proscrire pour Framasoft.

    Même si vous êtes contrains d’abandonner certains outils, il pourrait être judicieux de laisser les pages d’un maximum de services actives et que le fait de cliquer sur le bouton « créer un pad/calc/… » renvoie sur une autre instance d’un autre hébergeur comme vous le faites actuellement pour framapad à cause du confinement.

    L’intérêt serait de laisser une « vitrine » listant les services qui sont proposés par le monde du libre et de diriger automatiquement les utilisateurs peu chevronnés vers des hébergeurs souvent méconnus. De mon point de vue, j’ai l’impression que cette solution permettrait de maintenir la qualité du service proposé aux utilisateurs par votre site tout en promouvant les hébergeurs moins connu et en réduisant votre charge de travail.

    Longue vie à Framasoft

      • C4

        Je vous remercie pour votre réponse. Effectivement, les pages que vous laissez pour les services qui vont disparaître sont très bien faites, on sent la volonté de ne pas abandonner les utilisateurs, ce qui est tout à votre honneur.

        Ce à quoi je pensais était un pas de plus pour certains services qui ne nécessitent pas de compte comme framacalc, framadrop, framemo, framavectoriel ou framaslides. L’idée était que le bouton « créer » soit toujours actif et crée directement un document chez un autre hébergeur.

        Cela étant dit, je ne me rends pas compte du temps de développement que cela représenterait et comme vos ressources sont limitées, je comprends tout à fait que vos priorités soient autres. Cela n’est qu’une suggestion.

  19. mas_siw

    Bonjour,
    Je n’ai pas grand chose à ajouter au débat : c’est juste pour vous dire que ce que vous faites et super.
    Alors oui, je suis triste de voir framadrop, frama.link et framapiaf en fin de vie, mais je trouve que vous allez au bout de votre philosophie et ca rend votre démarche encore plus intéressante (même si elle nous sort de nos petites habitudes :3 )

    Merci et bon courage.

  20. B

    Bonjour,

    Tout d’abord merci pour tout le travail que vous faites et pour la ligne de conduite que vous partagez.
    J’envisageais de faire mon site professionnel sur Framasite qui me semblait accessible mais au vu de sa fermeture prochaine je suis à la recherche d’une alternative, auriez-vous l’un de vos confrères à me recommander ?
    En vous remerciant par avance,

    Elise

      • Bee

        Hello !

        Merci beaucoup pour ta réactivité. Je ne cherche pas un hébergeur mais bien une plateforme/logiciel de type WordPress ou Wix version libre et ou un peu plus éthique … C’est pour ça que Framasite cochait pas mal de cases 😉

        Merci pour ta réponse.

  21. Gerard claude

    Bonjour,

    En 2016, Framasoft écrivait :
    Notre problème avec le SSO, le compte unifié, est multiple :
    > Cela crée une vulnérabilité, une cible parfaite à attaquer pour les malveillances publicitaires, frauduleuses ou étatiques (single point of failure – et après on arrête avec l’anglais ^^)
    > C’est techniquement hyper laborieux et coûteux à mettre en place (chaque service proposé par Framasoft utilisant des technologies et langages différents).
    > Tout ceci induirait un bond de croissance pour Framasoft, qui y perdrait son identité. D’une bande de potes qui fait de son mieux pour faire de l’éducation populaire et du libre, nous deviendrions un prestataire de services en mode « entreprise-clients »… et ce n’est carrément pas dans notre ADN 😉
    > Enfin et surtout, nous deviendrions ce que nous combattons : un nouveau silo de données, une concentration de pouvoir informationnel.

    En 2020, Framasoft écrit
    « nous avons appris sur les usages et les attentes des personnes qui s’apprêtent à se dégoogliser : un compte unique, un seul service, mais tous les outils pour travailler avec votre association ou votre collectif »

    Question : N’avez-vous pas peur de devenir ce que vous combattez : un nouveau silo de données, une concentration de pouvoir informationnel.

    En cas d’usage de SSO, j’espère que vous utiliserez l’OpenSource Apereo

    Merci.

  22. FEREY Nicolas

    Bonjour,

    Tout d’abord je voudrais dire que je suis impressionné de la montagne de travail, individuel et collectif de ce qui a été construit avec Framasoft.

    L’histoire me donnera raison, mais c’est pour moi la fin de Framasoft, étendard du libre, et donc un peu la fin du libre et de l’open source aussi. A fermer des services, je pense que vous précipiterez tous les particuliers vers les services gratuits autre que Framasoft, à savoir les GAFAM, car ils n’auront pas le choix ou trop de choix, avec des solutions trop décentralisées et difficile à gérée ou peu simple à trouver, fini les dons. Pour les autres, avec les chatons, la qualité de services est très disparates étant donné une hétérogénéité complètement incontrolées, un référencement des chatons qui est encore une jungle, et pour les professionnelles comme les militants associatifs, ils ne prendront pas le risque de payer sans qualité de service garantie. Je suis les 3, et je suis très triste d’observer cette orientation, que je ne comprends pas, orientation qui nécessite visiblement beaucoup de texte pour se justifier.

    Merci cependant à vous, pour tout…

  23. OSpring

    Merci pour tous, je vous aime ! Vous êtes incroyable, et d’une grande exemplarité ! Vous avez changé ma vie il y a maintenant 10 ans, alors que vous n’étiez qu’un « petit » annuaire des logiciels libres… Je suis passé sous Linux grace à vous, j’ai libéré mes systèmes informatiques, j’ai libéré ma pensée, j’ai libéré ma vie… Aujourd’hui je pense que le librisme doit devenir un modèle social ! Que nos politiques, nos décisions et nos prises de décisions collectifs (gouvernances) doivent s’inspirer de la culture libre.

  24. dedel de la lune

    Merci pour tout ce que vous avez fait et tout ce que vous faite encore, MERCI D EXISTER !!!! ET D OEUVRER a votre manière !!!! Belle continuation
    tout plein de <3 <3 <3 <3 et d'arbre intérieur et d'arborescence chatonnante 😉

  25. kb

    Je découvre Framasoft depuis 15 jours et à chaque ligne que je lis, chaque clic que je fais, je pense « merci ».
    Alors : merci !

  26. Gilles Steiner

    Je serai bref, car il n’y a qu’un seul mot qui compte vraiment, c’est : MERCI.
    Quel bien ça fait d’avoir des humais (des vrais) derrière des services Internet. Enfin un peu de douceur dans ce monde de brutes.

  27. BD

    Bravo et merci !

    Je voudrais juste évoquer un point de vigilance sur la posture radicale que framasoft adopte depuis le début, que je partage (et qui est nécessaire, il faut des villages gaulois qui résistent à l’envahisseur !).

    J’utilise framindmap, je viens d’apprendre qu’il sera abandonné en 2021, mais qu’une alternative de « confiance » (le mot est en gras) est proposée par framasoft, en l’occurrence mindmaps (www.mindmaps.app). J’ai donc testé, et je me retrouve avec un environnement quasi identique (super !), je fais un test, j’enregistre, et la première solution pour l’enregistrement est : « Open, save and share your mind maps online in your favorite cloud storage. Supports google drive, Dropbox and more! »
    Pas découragé, je clique sur save en espérant pouvoir choisir (framadrop ? 😉 ) mais les seules options sont dropbox, box et onedrive…

    Du coup, je me pose la question de comment faire pour à la fois essaimer et décentraliser les services tout en restant fidèle à la philosophie même de décentralisation ? Sur quelles bases faire confiance à toutes les initiatives contributives ? Pourrait-il y avoir une sorte de charte de confiance / de décentralisation ?

    Encore merci !

    • JosephK

      Il s’agit de l’instance officielle du développeur du logiciel « Mindmaps ». Elle propose ces options en plus mais on n’est pas obligé de les utiliser 😉 (elle a l’inconvénient d’être en anglais uniquement par contre)

      C’est un logiciel tellement simple à installer et à bidouiller si on a quelques connaissances en HTML/JavaScript/CSS que nous préférons concentrer nos efforts sur l’amélioration de Wisemapping qui est plus complexe mais plus riche aussi. Nous encourageons donc le public à s’approprier/forker Mindmaps (comme nous l’avons fait pour le franciser et le nettoyer des scripts tiers par exemple).

      Par ailleurs, le logiciel peut fonctionner sans serveur ni connexion internet. Vous pouvez dézipper cette archive de notre version actuellement en ligne et ouvrir la page mindmaps/index.html avec votre navigateur web, ça tourne. Du point de vue de la décentralisation on fera difficilement mieux 😎.

  28. 0d1n

    Bonjour,

    Tout d’abord merci de la mise à disposition vos services.
    Je voulais savoir si framasite sera fermé totalement d’ici 2021, ou si ce sera l’impossibilité de crée de nouveaux comptes ?
    Merci d’avance pour votre réponse.
    cordialement

    • Yann Kervran

      Bonjour,
      vous trouverez un document qui comporte tout le calendrier des restrictions et fermetures à cette adresse : https://framaclic.org/h/fermeture-services

      Vous y verrez que framasite va d’abord restreindre les inscriptions courant 2021 puis fermer complètement à la fin 2021, avec une redirection proposée vers des CHATONS proposant une offre similaire / alternative.

      Cordialement.

  29. Michel

    Bonjour,
    Moi ce que j’aime dans framasoft c’est justement que contrairement aux solutions des géants et moins géants c’est simple, sobre, efficace et complet. Un peu comme la slack… mais c’est un autre débat.
    En tout cas merci pour la transparence dans vos choix et orientations… heu, encore un truc que j’apprécie vraiment !
    A+
    Michel

  30. Arthur

    Il faut trouver un juste milieu entre la centralisation et l’éparpillement, car il est dans la nature humaine de privilégier des solutions simples qui fonctionnent, plutôt que de devoir comparer des outils tout le temps.
    Bon courage pour la suite.

  31. Clemclem

    Je viens de voir que framapics fermerait… j’étais un peu colère.
    Puis j’ai lu et j’ai compris. Vous avez raison.

    « La société de contribution est une société de l’effort, qui va nécessiter de prendre du temps, mettre de l’énergie, alors que la société de surconsommation est une société du confort, qui ne porte pas un avenir d’égalité et de fraternité. »

    <3

    La solution à nos problèmes sociétaux se trouvent dans cette phrase et dans son corollaire (les systèmes de surconsommation qui nous donnent une charge mentale de dingue nous conditionnent à choisir les outils "de confort" par épuisement individuel : quel chauffeur Uber a la disponibilité mentale pour résister au confort d'un plat préparé pour l'effort d'un plat fait maison ?).

    L'effort paraîtra moins grand (le confort moins attirant) quand on se détachera de ces chaînes…

    • Pouhiou

      Merci de ce commentaire !

      Pour info, pour tous les services sans inscriptions (dont Framapic, donc), il y a désormais https://entraide.chatons.org : 9 services sans inscription et qui renvoient vers un des hébergeurs du collectif CHATONS qui peut fournir le service. Ce site permet de créer de la décentralisation sans effort, je trouve ça juste formidable !

  32. Joël

    J’aime
    . votre humour
    . votre modestie
    . vos idées
    . vos projets
    . vos manières
    et plein d’autres choses qui vous constituent.
    🙂

  33. Salomé

    Vous lire fait du bien, je suis tellement d’accord ! bravo et merci pour votre contribution dans ce monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *