1

République 2.0 – Le rapport Rocard est en ligne

Guillaume Paumier - CC by-saMichel Rocard vient de remettre son rapport à Ségolène Royal[1] et c’est du lourd !

Il était certes bien accompagné (dont François Pellegrini, Jean-Baptiste Soufron ou encore Aziz Ridouan[2]) mais je suis franchement impressionné par sa capacité à pondre aussi vite un document de 73 pages dense et pertinent (sauf à imaginer qu’il savait depuis longtemps qu’une telle tâche lui serait dévolue). En tout cas c’est aussi ça un politique et on aurait parfois tendance à l’oublier…

Les technologies numériques et internet sont mis à leur juste place, c’est à dire une place essentielle dans le monde d’aujourd’hui et de demain. Analyses et recommandations (au nombre de 94) se succèdent à un rythme effréné.

Surprise, le logiciel libre n’est finalement que peu souvent cité. Il y avait certainement là une volonté consensuelle de ne pas trop crisper les acteurs d’une économie propriétaire classique encore dominante. Du coup sa présence est beaucoup plus implicite qu’explicite. Il n’en demeure pas moins que son modèle et ses valeurs (comme par exemple le souci constant du bien commun) transparaissent un peu partout dans le rapport à commencer par son sous-titre qui donne le ton et la direction “Vers une société de la connaissance ouverte”.

Quand bien même irréaliste, un document que j’aurais bien vu moi sous la forme d’un pacte numérique de Michel Rocard (comme le pacte écologique de Nicolas Hulot) et d’inviter ensuite tous les candidats à se positionner et/ou le signer[3]. Il n’est adressé qu’à Ségolène Royal mais gageons que ceux qui pensaient voter pour elle s’en trouveront confortés.

Rapport Rocard – République 2.0 (pdf, 73 pages, 1,1 Mo)

Bon je vous laisse, je n’en ai pas encore achevé sa lecture…

Notes

[1] Crédit photo : Guillaume Paumier (Creative Commons By-Sa)

[2] François Pellegrini est Maitre de conférences en informatique et co-fondateur des Rencontres mondiales du logiciel libre (RMLL). Jean-Baptiste Soufron est juriste et ancien directeur juridique de la fondation Wikipedia. Aziz Ridouan est Président de l’Association des Audionautes,

[3] C’est un peu ce que tente de faire Candidats.fr avec son questionnaire remarquez.




Le projet OpenWater ou le meilleur de la culture libre en milieu universitaire

Voici un exemple emblématique de ce que la culture libre peut produire de mieux. Un exemple emblématique que ce qu’internet et les ressources partagées peuvent apporter. Un exemple emblématique que ce qu’il est désormais possible de faire dans le domaine éducatif avec les nouvelles technologies.

Il s’agit d’une vidéo anglophone distillant quelques précieux conseils pratiques pour obtenir de l’eau potable en cas d’urgence liée à des catastrophes naturelles. Le sujet est grave, l’information utile à tous. Quel meilleur choix alors que celui d’y apposer une licence qui en autorise sans contrainte sa libre circulation[1].

Et mon billet pourrait s’arrêter là.

Bonne projection…

Mon billet pourrait s’arrêter là mais penchons-nous également sur la génèse et l’édition de ce document.

Il s’agit d’un projet collectif universitaire[2] proposé par le professeur David Wiley à ses étudiants. Les consignes, simples et offrant une grande latitude, étaient les suivantes : que le travail réalisé nous apprenne quelques chose, que le travail réalisé soit "cool" (en anglais dans le texte) et (surtout) que le travail réalisé fut impossible à produire sans utilisation massive de ressources libres à disposition sur internet.

Quatre étudiants se sont donc lancés dans l’aventure de ce projet. Et cela a donc donné OpenWater, site présentant le résultat de leur travail avec bien entendu la vidéo (sous différents formats dont le format source pour les futurs éventuels remixs).

Le résultat est tout à fait remarquable, tout comme il est tout à fait remarquable que plus des trois-quarts du contenu de cette vidéo proviennent de ressources existantes sous licences Creative Commons pêchées sur des sites comme Internet Archive (vidéo), Flickr (photo) ou Magnatune (musique). Le dernier quart, contenant principalement les démonstrations visuelles et techniques de purification d’eau, est le seul original puisque réalisé à l’occasion par l’équipe du projet.

Assurément un document à diffuser et à montrer aux professeurs, aux élèves et à tous ceux qui, souvent influencés par la pression médiatique des lobbyistes du copyright, n’appréhendent pas forcément tout le potentiel actuel d’internet.

Je sais pas vous mais moi ça me rend bien enthousiaste tout ça 😉

PS1 : On trouve deux autres productions d’élèves au défi du professeur Wiley : un site de découverte et d’information sur l’usage des blogs et des wikis en éducation et un site d’aide à l’entretien d’embauche.

PS2 : Et si on se lançait dans le premier remix de la vidéo en en proposant le sous-titrage en français ?

Notes

[1] En l’occurrence il s’agit de la Creative Commons BY-NC-SA.

[2] En l’occurrence il s’agit de l’Instructional Technology at Utah State University.




Le libre est une religion !

Libre religion - Art9libre.org - VxD - communiste

Voici quelques morceaux choisis d’une planche de VxD, un dessinateur qui est à l’origine du sympathique et tout frais projet art9libre.org, une plate-forme destinée à la promotion de la bande dessinée libre sur internet.

Cette planche commence ainsi : « À bien des égards le libre est une religion… »

Libre religion - Art9libre.org - VxD - infidèle

En l’occurrence aucune infidélité au libre chez art9libre.org puisque la licence est l’Art Libre ou la Creative Commons BY-SA. Par contre j’y vois là comme un petit clin d’œil à Framasoft et son approche profane 😉

Libre religion - Art9libre.org - VxD - ipod

D’ailleurs à propos de Framasoft, impossible de ne pas recopier ici un extrait de la première intervention de VxD sur nos forums (j’avais prévenu que ce blog avait aussi pour objet de verser dans dans de l’indécente autosatisfaction !). J’en ai la larme à l’œil rien qu’à la relire…

Je voulais passer vous faire un petit coucou et vous remercier, car je dois avouer que Framasoft à eu une importance capitale dans mon parcours, même si aujourd’hui je m’orientes plus sur des sites anglosaxons et ‘linux’, je dois avouer que framasoft à été ma plate forme de lancement quand j’étais étudiant et sous windows.

Je sais plus vraiment vers qu’elle période j’ai découvert le logiciel libre en trouvant blender sur un magasine (hs pcteam sur blender et gimp 2001-2002), celui si annoncait une grande collecte d’argent afin que celui ci puisses continuer son developpement librement, je me suis dis, ‘hein librement ? qu’est c’qui dis lui ?’, et aprés plusieurs recherche je suis devenu un fan de blender, plus parce qu’il s’agissait d’un logiciel libre que d’un logiciel de 3D, (mais quand je vois le monstre qu’il est devenu maintenant, wahou !).

Bref, je suis vite tombé sur Framasoft, et là decouverte sur decouverte (j’avais beaucoup de pirates, word, excel, photoshop..), un grand continent sur ordi, sans parler de gimp que je maitrises suffisemment pour être incapable de retourner un jour sur toshop. Enfin bref, j’etais bien avec mes logiciels, mais franchement j’en avais marre de windows, je me sentais comme bloqué et buggué, (je rebootais tout le temps, virus partout.. marre !) et je savais qu’il y’avais linux, je le sentais comme quelques chose de fabuleux (mentalité debian, dev à travers le monde.. wouah) mais comme je suis une loutre en informatique j’ai laissé passer du temps tout en ayant une sainte horreur de mon ordi.

Et un jour Ubuntu ‘ding’, installation avec un doigt de chaque main dans chaque trou de nez, quelques pitite galère à cause de grosse bétises dont je suis le seul responsable et aujourd’hui c’est presque deux ans sans formatages à la même vitesse que le premier jour. (j’ai fais le deuil du jeu video récent quand même, mais bon il’y’a scummvm, zsnes, exult, wine, emuldos..et je gagnes un peu de temps à glander ailleurs.) bref, l’ordi et moi grande reconciliation et peut être un peu trop geek maintenant.

Tout ce gros texte pour vous dire, continuez comme vous êtes, vous êtes tous grand !

Encore un nouvel adepte de l‘église du libre et le pire c’est qu’on n’y est pas pour rien ! Plus sérieusement un grand merci pour ce témoignage qu’on va imprimer, encadrer et garder longtemps au dessus de la cheminée 😉

Bon d’accord, il reste encore à affiner la différence entre le monde matériel et immatériel…

Libre religion - Art9libre.org - VxD - partage

Quant à ce monsieur ci-dessous, toute ressemblance avec une personne existante ne serait que pure illusion !

Libre religion - Art9libre.org - VxD - wikipedia

Si le projet art9libre.org vous intéresse il y a un forum (mais vous pouvez aussi venir en discuter avec nous sur Framagora).

Bon, tout ça c’est bien gentil mais où diable peut-on voir l’intégralité de la planche ?

Libre religion - Art9libre.org - VxD - miniature

Ici !

Longue vie à art9libre.org !

Et n’oubliez pas de nous réciter trois fois The Free Software Song avant de vous endormir.




Projet n°23 : Framatorrent bêta 0.01

Logo web20 framatorrent

Kézako ?

Dans la série Les projets que l’on a dans nos cartons mais qu’on ne peut faire démarrer faute de moyens humains sauf si on trouve un ou des volontaire(s) prêt(s) à nous rejoindre, il y a un projet de partage de ressources libres en p2p (bittorrent). Nom de code : Framatorrent.

L’idée est simple : il s’agit de créer une sorte de legaltorrents francophone (en profitant du fait qu’il passe tout de même pas mal de monde au quotidien sur Framasoft et ses sites satellites).

Plus précisément

Applications, livres, musiques, vidéos… l’objectif c’est de profiter du réseau pour faire connaître et diffuser des ressources autour du logiciel libre et son état d’esprit (ou culture libre si l’expression vous parle) en privilégiant les documents en langue française.
Contrairement à legaltorrents on pourrait agrémenter cela d’un petit blog qui expliquerait un peu la démarche et qui ferait des fiches sur les nouvelles ressources (comprendre les torrents) mises en circulation.

Pour Framasoft cela permettrait également d’avoir en son sein un outil de diffusion de masse à disposition sans coût supérieur de bande passante. Ainsi nous pourrions proposer beaucoup plus confortablement en téléchargement nos gros fichiers comme la Framakey, les Framabooks, TheOpenCD, le futur Framadvd, etc.

Bien entendu, vu que nous nous trouvons en pleine gueule de bois d’après DADVSI, il y aurait aussi le petit message que le p2p c’est pas que pour pirater et enfreindre le copyright 😉

Pratiquement on pourrait pour ce faire prendre un outil comme Blog Torrent qui a le mérite de la simplicité (un exemple in situ).

Reste la question trollesque des licences acceptées sur le futur Framatorrent. Prendrions-nous aussi des licences de libre circulation comme la Creative Commons avec clause NC et/ou ND ? Personnellement je n’ai pas d’avis tranché sur la question si il s’agit d’œuvres non logicielles comme un livre, une musique, un film… même si je n’y suis a priori pas trop trop favorable (en tout cas au début).

Chiche ?

Quoiqu’il en soit rien n’est arrêté, le projet n’en est même pas à sa toute première phase de brainstorming. Tout se décidera avec l’équipe si équipe il y a. Parce que justement tout dépend de votre participation. Pour mener à bien ce projet et son lancement il nous faudrait un minimum de 10/15 personnes qui seraient partantes pour partager de manière permanente les fichiers (des seeders on dit je crois dans le milieu) ce qui demande une bonne connexion et un ordi (presque) toujours allumé ! Et dans cette équipe si on trouve un chef de projet prêt à piloter le bouzin (plus un graphiste pour nous faire un joli site tant qu’à faire) ben ce serait perfect.

Alors ça vous tente ?

Si tel est le cas : 1. merci 2. vous pouvez vous manifester via les commentaires sous le billet ou en nous écrivant à framatorrent.framasoft AT gmail.com.

PS : Le (faux) logo à la sauce web 2.0 a été généré par Web 2.0 Logo Creator.




Et si on créait un osalt.com francophone ?

osalt.com logo

Osalt.com kézako ?

Connaissiez-vous l’intéressant site anglophone osalt.com ? Peut-être pas.

Voici son objectif :

Find open source software alternatives to well-known commercial software – like Windows, Visio, Photoshop or Captivate.
Our mission is to provide easy access to open source alternatives to well-known commercial products. Remember that open source software is also a freeware alternative.

Il s’agit donc de faciliter la recherche de logiciels libres alternatifs en les associant constamment aux plus célèbres logiciels commerciaux qu’ils sont susceptibles de remplacer. Par commerciaux on entend ici les logiciels propriétaires le plus souvent payants mais on trouve également dans la base quelques gratuits comme Skype ou MSN.

Illustration par l’exemple.

Prenons un exemple propriétaire avec la page Dreamweaver. On y trouve bien entendu une courte description et le lien vers le site officiel mais tout de suite plus bas on vous propose une liste de potentielles alternatives libres : Nvu, Mozilla SeaMonkey, Bluefish et Quanta Plus. On notera que ces deux derniers logiciels ne sont pas disponibles sous Windows, autrement dit le choix est multiOS ce qui est une bonne idée. Autre bonne idée celle de proposer un alias pour l’url : http://opensourcealternative.to/dreamweaver. Du coup si je cherche une alternative à Photoshop par exemple je n’ai même pas à parcourir le site, il me suffit de retenir la syntaxe de l’adresse pour la taper directement dans mon navigateur : http://opensourcealternative.to/photoshop.

Prenons désormais un exemple libre avec la page Scribus. Après la description une première liste apparait, celle des logiciels libres similaires (OpenOffice Draw, Kword). Ensuite vient une seconde liste, celle des logiciels propriétaires que Scribus peut substituer (Adobe InDesign, Microsoft Publisher, QuarkXPress). Enfin, et là encore c’est une bonne idée, on a tout en bas le fil RSS des nouveautés de Scribus, histoire de se tenir au courant en temps réel des évoutions du soft (idée à reprendre dans notre annuaire assurément).

Petite lecture critique

Première critique qui n’en est pas une : le site est en anglais ! En fait c’est juste une constatation 😉

Deuxième critique (qui n’en est toujours pas vraiment une) : celle de la pertinence.
Il est en effet a priori osé de proposer par exemple KWord comme alternative à QuarkXPress mais on est bien placé à Framasoft pour savoir que l’art de la comparaison est difficile. En fait tout dépend des besoins de l’utilisateur. Si ceux-ci sont basiques alors cela peut tout à fait convenir.

Troisième (et véritable) critique : celle d’une certaine déontologie.
Cela nous vous aura pas échappé mais la pub Google est omniprésente. Toute la panoplie est utilisée (bannières, liens, boutons, moteur de recherche…). D’ailleurs sur les 5 colonnes de la mise en page, 2 lui sont totalement consacrées.
C’est typique d’une nouvelle manière de faire sur le Net (à la sauce web 2.0 ?). Si on caricature et prête de mauvaises intentions à l’auteur alors ça donne le processus suivant : 1. Je veux me faire de sous via le Web 2. Je me demande quel service je peux rendre aux visiteurs afin qu’ils viennent nombreux sur mon site 3. Je crée le site en plaçant de la pub Google un peu partout 4. Je me débrouille pour faire mon trou dans le social networking en espérant que mon site apparaisse souvent sur des sites comme del.icio.us ou digg par exemple.
Je répète que ce n’est peut-être pas le but premier de l’auteur et quoiqu’il arrive il reste le service rendu (en l’occurrence ici la diffusion du libre). Mais bon je sais pas trop, ça me chiffonne un peu de savoir que peut-être l’auteur ne partage pas spécialement l’état d’esprit du libre en fait. Quand on a un site qui bouffe de la bande passante comme les sites de musique, ça se comprend parce qu’il y a un coût important derrière mais là, vu que c’est que du texte et que les seules images sont pour la pub, j’ai quelques doutes que je n’arrive pas à évacuer.
Dans ce contexte je trouve que la traduction du site dans d’autres langues est un peu bloquée n’imaginant pas des contributeurs se lancer tête baisée là-dedans.

Un osalt.com à la sauce Framasoft ?

Il n’empêche que l’approche est bonne. Et comme il me semble trop délicat de bidouiller notre annuaire de logiciels libres pour proposer la même chose directement dedans (d’autant que l’idée n’est pas la même), je me dis que ça pourrait être intéressant de copier le concept pour proposer de créer un site similaire mais en français cette fois (et bien entendu sans la pub).

Le principal problème c’est que la disponibilité des membres permanents de Framasoft est nulle pour le moment. Autrement dit si cela motive l’un d’entre vous de monter un tel projet, il est le bienvenu !

On lui prend un nom de domaine, un espace sur notre serveur dédié, on se choisit le bon CMS (voire une bidouille php/sql perso), un joli logo, on lui réserve un salon dédié sur nos forums et… roule ma poule 😉
A charge pour ce gentil volontaire devenu chef de projet d’animer le bouzin en concertation avec le reste de l’équipe (par exemple pour lier d’une manière ou d’une autre ce projet avec notre annuaire justement). Du coup il deviendrait partie intégrante de l’équipe et ça tombe plutôt bien parce qu’on manque cruellement d’énergies actuellement.

L’avantage, en tout fausse modestie, c’est que Framasoft a les ressources et les capacités pour accompagner sa création et donner assez rapidement de la visibilité à un tel projet (ainsi ce modeste blog n’est pas loin du millier de visiteurs par jour alors même qu’il n’a que 2 semaines d’existence).

Alors, ça tente quelqu’un ?