Les CHATONS s’attaquent à l’oiseau Twitter grâce à Mastodon

image_pdfimage_print

Mastodon, le clone libre et décentralisé de Twitter, accueille des dizaines de milliers de nouveaux membres chaque jour. Notre réponse se devait d’être collective.

Un vent de liberté qui fait du bien !

Résumons les épisodes précédents : Twitter est un réseau social centralisé, les données que vous lui confiez appartiennent à (et vont sur les serveurs de) l’entreprise du même nom. On y « tweete » publiquement de courts messages de 140 caractères (avec photos, liens, etc.) pour partager de brèves nouvelles, impressions, etc. C’est souvent le lieu de l’info rapide, des échanges évanescents et des actualités brûlantes.

Or depuis plusieurs mois, Twitter se « Facebookise » de plus en plus : la plate-forme change unilatéralement ses règles du jeu, filtre et choisit l’ordre de ce qui apparaît dans votre fil, se gonfle de pubs, répond très mal aux demandes de modération et de lutte contre le cyber-harcèlement

En fait, c’est Twitter qui nous donne les meilleures raisons de préférer Mastodon…

La semaine dernière, Twitter a imposé à ses utilisateurs et utilisatrices sa n-ième décision contestable. La plateforme a changé l’affichage des réponses, modifiant de fait les habitudes et la façon de communiquer des 320 millions de personnes inscrites sur ce réseau. Car oui : changer l’outil change le comportement, c’est même souvent le but.

Une décision unilatérale, qui a poussé des internautes à se demander :

Et si nous faisions notre Twitter mais en mieux… donc sans Twitter ?

Que Mastodon soit un effet de mode « mort-dans-deux-semaines » ou une révolution en marche sur internet, là n’est pas la question (et pour la réponse, désolé, on a paumé notre boule de cristal). Le fait est qu’aujourd’hui, plusieurs dizaines de milliers personnes reprennent en main un de leurs outils sociaux (où l’on « toote » ou « pouette » au lieu de tweeter), découvrent la liberté de ne pas dépendre d’une plateforme unique (chacun peut monter son « bout » du réseau social fédéré Mastodon), choisissent de ne pas confier ses données et sa communication à une entreprise du Big Data (cotée 18 milliards en bourse), et enfin découvrent comment de simples choix (passer de 140 à 500 caractères par message) changent la manière dont on pense, se comporte, et communique avec autrui.

Heureusement, le Gouvernement d’Internet veille à nous ramener dans le droit chemin :p !

A l’heure d’écriture de cet article, près de 100 000 personnes ont un compte Mastodon, et ça grimpe. À tel point que The Verge, The Telegraph, Mashable, Wired, et même RTL, le Figaro ou M6 parlent de ce vent de liberté qui a été dynamisé par des Français…

« Comment on met les Français en sourdine ? » se demande cet anglo-saxon peu habitué à une telle présence de la langue française sur ses réseaux sociaux ;p !

 

Les CHATONS vous proposent de faire Pouet !

Il faut un maximum d’instances, c’est à dire d’endroits de confiance où s’inscrire à Mastodon. Pourquoi ? Pour ne plus répéter l’erreur d’avoir mis toutes nos données (tous nos œufs) dans le panier de Twitter, d’une part, mais surtout parce que cela répartit la charge, les responsabilités et les savoir-faire.

Pour vous, cela veut dire être libre de quitter une instance si les règles du jeu ne vous conviennent plus. Avoir le pouvoir (et la responsabilité) de devenir son propre média social, indépendant. Savoir enfin quels humains sont derrière quelle instance, parce que lorsqu’on s’y inscrit, c’est quand même à ces personnes que l’on confie nos bouts de vie numérique, donc autant savoir si on peut leur faire confiance.

cliquez sur l’image pour découvrir le collectif CHATONS

Nous vous en avons parlé dans le Framablog, nous faisons désormais partie d’un Collectif d’Hébergeurs Alternatifs qui prônent et pratiquent la Transparence, l’Ouverture, la Neutralité, et la Solidarité. Les CHATONS se sont engagés : que du logiciel libre, pas d’exploitation de vos données ni de pub profilée, ouverture, transparence et neutralité, bref… ce collectif propose des services web éthiques, et humains.

Il nous semblait évident que, Mastodon étant une fédération logicielle (on vous en reparle la semaine prochaine), la proposition devait venir du collectif, et non simplement de Framasoft. Du coup, voici une première portée de CHATONS (ou de futurs CHATONS ^^) vous proposant des endroits fiables et éthiques pour tester et profiter du réseau Mastodon (une « première »… en attendant la semaine prochaine ?).

Concrètement, je fais quoi pour aller sur Mastodon ?

D’abord, allez lire l’excellent « Comment débuter » écrit par Numérama, le formidable « Welcome to mastodon » de Alda que nous avons repris ici, ou gardez-les dans un coin d’onglet pour quand vous vous poserez des questions (promis, ça aide !).

Ensuite, choisissez une instance, un serveur où vous inscrire. Pour cela, plusieurs possibilités :

  1. [mode avancé] Vous allez choisir sur la liste publique des instances ;
  2. [mode j’ai de la chance] Vous utilisez le portail qui choisit une instance pour vous ;
  3. [Frama-mode] Vous préférez aller chez un des CHATONS, ou s’inscrivant dans cette démarche ? Voici ceux disponibles à ce jour, ainsi que leurs conditions :

Unixcorn

Cliquez sur l’image pour accéder à leur Mastodon

Zaclys

Cliquez sur l’image pour accéder à leur Mastodon
  • Site Officiel
  • Mastodon : https://mastodon.zaclys.com
  • Inscriptions ouvertes, modération stricte
  • Particularités : signature dkim sur le domaine de messagerie
  • Modèle éco : gratuit ou don libre (en cours de discussion, dépend des ressources utilisées, sinon réservé adhérents)

ROFLCOPTER.fr

Cliquez sur l’image pour accéder à leur Mastodon

Outils Conviviaux

Cliquez sur l’image pour accéder à leur Mastodon

IndieHosters

  • Site Officiel
  • Mastodon : https://mastodon.indie.host
  • Inscriptions payantes, modération stricte
  • Modèle éco (vente de services) :
    • 10 % du chiffre d’affaire reversé à Mastodon
    • 125€/an pour une instance privée (<10 utilisateurs)
    • instance privée >10 utilisateurs – nous contacter : contact@indie.host
    • 24€/an pour un compte sur notre instance partagée

 

Enfin, il ne vous reste plus qu’à pousser votre premier Pouet, et à vous familiariser avec ce nouveau réseau !

Quant à nous, on vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour de nouvelles annonces, car il reste de nombreuses choses à dire !

Réseau d'éducation populaire au Libre. Nous souhaitons faire le trait d'union entre le monde du Libre (logiciel, culturel, matériel, etc...) et le grand public par le biais d'une galaxie de projets à découvrir sur www.framasoft.org

12 Responses

  1. Dès que ça sera installable sous Yunohost, ça va démultiplier les instances!

  2. Une condition très importante pour s’inscrire sur le serveur X, c’est une bonne confiance dans le fait que le serveur X ne va pas fermer.
    Parce que commencer à communiquer, se créer un réseau et puis, paf, du jour au lendemain voir son compte disparaître (on peut sans doute exporter des trucs et prévenir les followers, mais ce n’est certainement pas l’idéal pour les introvertis ou ceux qui ne considèrent pas qu’ils doivent s’imposer)
    S’il y avait un serveur maintenu par l’équipe de Framasoft, je considérerais celui-ci comme relativement stable.
    Mais par contre, je n’ai aucune info pour juger de ça parmi les « CHATONS ». Parmi eux, il faut être réaliste, il y a forcément certains qui finiront par fermer à court ou moyen terme.

  3. franklinovitch

    Vous devriez réserver le nom de domaine framastodon.org dès maintenant … :3

  4. On est d’accord que si ça prend de l’ampleur, strictement rien ne pourra empecher les bots ou autres saloperies de saturer le réseau, d’insulter tout le monde, de diffuser les pires horreurs?
    Sans contrôle centraliser, rien n’empêchera (et ne pourra empêcher) Mastodon de devenir 100 fois pires que twitter dès qu’un intérêt commerciale/politique pointera le bout de son nez.
    Chaque instance pourra faire son business dans son coin, et pas grand chose interdira de pourrir la federated timeline.

    • On est bien d’accord qu’avec la centralisation, toutes les données personnnelels sont chez l’opérateur commercial qui peut les vendre à qui il veut.
      On est bien d’accord aussi qu’avec la centralisation, un gouvernement (une dictature) peut choisir de couper l’accès à ce service comme il veut pour éviter toute sédition, ou bien obliger l’opérateur à fournir des données sur ses citoyens.
      On est toujours d’accord pour dire qu’une instance de Mastodon relève d’un groupe/collectif avec des moyens (fonctionnalités de Mastodon) qui permettent de bannir des comptes d’autres instances qui, elles, seraient irrespectueuses des autres utilisateurs.
      On toujours d’accord pour dire que Mastodon ayant son code source accessible, tout le monde peut l’auditer et vérifier qu’il n’y a pas de fonctionnalités sournoise.

      etc, etc. etc.

      Avant de crier à la fin du monde, se renseigner un petit peu, non ?

      • On est d’accord que tout un chacun peut monter son instance avec le code qu’il veut, du coup personne n’aura accès à ce code ? On est d’accord que si mon instance possède des données privées (messages entre 2 users) j’ai totalement accès ces messages et j’en fait ce que je veux ?

        • Cela s’appelle une chaîne de confiance : je vais aller vers un Chaton parce qu’il s’engage à respecter mes données, je peux même le rencontrer et je sais qui sont les personnes qui hébergent l’instance.
          Il faudrait être complètement crétin pour confier ses données privées à quelqu’un qu’on ne connaît pas, n’est-ce pas ?
          Je mon mon instance Mastodon pour ma famille (qui a priori me fait confiance, sauf ce gros con de beau-frère).

          • Dugenou

            Tu m’as enlevé ma sœur et je devrais te faire confiance !!? Jamais, tu comprends, JAMAIS !

            Bisou,
            Le beau-frère.

            (fake)

  5. Est il prévu que Framasoft monte une instance (genre framastodon) ?

  6. Merci pour cette réactivité !
    Ça fait vraiment plaisir de pouvoir tester, et adopter mastodon sur des serveurs français, associatif, fait par des gens qu’on connait 🙂

  7. Je propose une traduction pour « boost » : « charge »

    Ça fait référence à une charge de mastodonte qui remonte vers le haut du flux, mais aussi à une charge lourde, comme le poids du partage (plus il y en a, plus c’est lourd / chargé). On peut aussi penser à la charge d’une horde en imaginant que quelqu’un configure son terminal pour jouer un Pouet à chaque partage… Une horde charge si le Pouet et beaucoup partagé.

    De plus, c’est un mot assez court (une seule lettre de plus), ça se conjugue et se met au pluriel très simplement : « charger », « charges ».

    Enfin, vous voyez l’idée. Qu’est-ce que vous en pensez, tous ?

  8. Libérer les piafs, voilà une excellente chose. Tout est bien clair avec les liens de vos billets.

    @stuff >On est d’accord que tout un chacun peut monter son instance avec le code qu’il veut, du coup personne n’aura accès à ce code ? On est d’accord que si mon instance possède des données privées (messages entre 2 users) j’ai totalement accès ces messages et j’en fait ce que je veux ?

    En fait, un serveur d’un type ou d’une nana fait plus peur que les serveurs des mastodontes GAFAM.
    Mais tu soulèves la question de Stallman: Sofware as a service. Le libre ne suffit plus, il faut la confiance car je n’ai pas accès au code.
    Dans le cas de Mastondon, tu es libre de faire ton instance et d’inviter des gens qui ont confiance en toi.

    Pour les traductions autour de Mastondon, on pourrait commencer par le nom du truc: adopter un éléphant en ces temps de Trumpe énormément, c’est un peu bizarre. Et les Toot, c’est des coups de klaxon. Donc, c’est des annonces, plutôt que de courts messages. En fait, c’est tout ce qu’on veut et c’est sans doute ce fouillis, que ce soit Tweets ou Toots, qui est assez curieux. Enfin, vive Mastodon pour écraser le Twitter gafamesque.

Laissez un commentaire