Les flux RSS, maintenant !

Temps de lecture 8 min

image_pdfimage_print

Il n’y a pas si longtemps, les flux RSS nous étaient familiers et fort utiles. Aral Balkan nous invite à nous en servir partout et explique pourquoi ils sont peut-être l’avenir d’un autre Web en gestation..

Peu compliqués à mettre en place sur une page web, ils permettent un lien sans intermédiaire entre la production de contenu et son audience, court-circuitant ainsi les plateformes centralisatrices que nous avons laissé parasiter nos communications. Tandis que se confirme une tendance forte à la fédération des contenus, la pertinence des flux RSS qui permet de les découvrir pourrait être un allié important pour re-décentraliser le Web.

On veut retrouver les flux RSS

D’après le billet d’Aral Balkan Reclaiming RSS

Bien avant Twitter, avant que les algorithmes ne filtrent notre réalité à notre place, avant le capitalisme de surveillance, existaient déjà les flux RSS : acronyme de Really Simple Syndication, c’est-à-dire la syndication vraiment simple.1

C’est quoi déjà ?

Pour ceux et celles qui sont né⋅e⋅s dans le monde des silos du Web centralisateur, les RSS sont une antique technologie du Web 1.0 (« le Web ingénu des premiers âges » ?). Comme pour beaucoup de choses de cette époque, le nom dit la chose : ils permettent de syndiquer facilement les contenus de votre site, c’est-à-dire de les partager. Les personnes que cela intéresse de suivre vos publications souscrivent à votre flux et reçoivent ainsi les mises à jour en utilisant leur lecteur de RSS. Pas de Twitter ni de Facebook pour s’interposer avec des algorithmes pour censurer… euh … « modérer » vos billets.

RSS est d’une simplicité enfantine à implémenter (juste un fichier XML). Vous pouvez l’écrire à la main si vous voulez (même si je ne le recommande pas).

Voici un extrait du flux RSS de mon site, qui vous montre quelques-uns des champs de l’entrée courante de ce billet :

<?xml version="1.0" encoding="utf-8" standalone="yes" ?>
<rss version="2.0" xmlns:atom="http://www.w3.org/2005/Atom">
<channel>
<title>Aral Balkan</title>
<link>https://ar.al/</link>
<description>Recent content on Aral Balkan</description>
<lastBuildDate>Fri, 29 Jun 2018 11:33:13 +0100</lastBuildDate>

<item>
<title>Rediscovering RSS</title>
<link>https://ar.al/2018/06/29/rediscovering-rss/</link>
<pubDate>Fri, 29 Jun 2018 11:33:13 +0100</pubDate>
<author>mail@ar.al (Aral Balkan)</author>
<description>(The content of this post goes here.)</description>
</item>

</channel>
</rss>

De plus son implémentation est quasi-universelle.

Où est mon RSS ?

Il y a bien des chances, si vous avez un site web, que vous ayez déjà un flux RSS, que vous le sachiez ou non. Si par exemple vous utilisez comme moi Hugo pour créer votre site, votre flux RSS est là :  /index.xml

D’autres générateurs peuvent les insérer ici ou là : at /rss, /feed, /feed.xml, etc.

un tableau avec toutes sortes d'icônes pour les flux RSS
Le Noun Projet présente une belle sélection d’icônes RSS qui sont à votre disposition

 

À une époque, vous ne pouviez pas surfer sur le Web sans voir partout les séduisantes icônes RSS décorer gracieusement les belles vitrines du Web 1.0. Mais ça, c’était avant qu’elles ne soient vampirisées par les traqueurs espions … euh …  « les boutons de partage social » des Google et autres Facebook qui pratiquent la traite intensive d’internautes.

Il existait aussi auparavant une saine propension des navigateurs à détecter automatiquement et afficher les flux RSS. Aujourd’hui, il semble qu’aucun navigateur majeur ne le fasse bien nettement.

Il est grand temps de revenir à la charge pour exiger une prise en charge de premier plan des flux RSS, une brique importante pour re-décentraliser le Web.

Mais vous n’avez pas besoin d’attendre que les éditeurs de navigateurs se décident (certains comme Google sont eux-mêmes des agents du capitalisme de surveillance et d’autres, comme Mozilla, doivent leurs ressources financières aux capitalistes de la surveillance). Vous pouvez dès maintenant remettre à l’honneur les flux RSS en retrouvant l’adresse URL de votre propre RSS et en l’affichant fièrement sur votre site.

Rien de bien compliqué : il suffit d’un lien dans la partie <head> de votre page2 et d’un lien dans le <body> avec une icône RSS et hop vous voilà dans la famille du Web décentralisé.

voici le lien à insérer dans le <head> :

<link
rel="alternate"
type="application/rss+xml"
href="https://ar.al/index.xml"
/>

et voilà l’en-tête à mettre dans le <body> qui établit le lien avec le flux RSS avec une icône visuellement repérable.

<a
rel='alternate'
type='application/rss+xml'
href='/index.xml'
>
<img
class='rss'
src='/icons/rss.svg'
alt='RSS feed icon'
title='Subscribe to my RSS feed'
>
</a>

Jetez un coup d’œil au Noun Project pour choisir votre icône RSS, elles sont toutes sous licence Creative Commons.

RSS lourd ou léger ?

Capture d'écran du lecteur Leaf RSS sur macOS qui affiche mes souscriptions, la liste des derniers billets de mon blog, et mon billet sur Kyriarchy, qui s'affiche parfaitement.
Le lecteur de RSS Leaf affiche parfaitement l’intégralité du contenu HTML.

 

Lorsque vous créez un flux RSS pour votre site, vous avez le choix entre inclure seulement un résumé de votre billet ou bien son contenu intégral. J’ai modifié la configuration de mon Hugo et le modèle de RSS par défaut en suivant les instructions de Brian Wisti pour inclure le contenu intégral dans le flux et je vous recommande d’en faire autant.

Il y a six ans, je préconisais l’inverse ! J’écrivais « le RSS lourd n’est qu’une copie du contenu sous un autre nom ». J’avais tort. J’étais trop obsédé par le maintien d’une mainmise formaliste sur mes conceptions et je n’ai donc pas réussi à faire un choix réfléchi en utilisant des critères de conception éthiques.

Capture d'écran du lecteur de RSS NewsBar RSS sur macOS qui affiche mes souscriptions, la liste des billets de mon blog et un aperçu de mon billet sur Kyarchy, avec l'image et les styles qui ont disparu.
Le lecteur de RSS Newsbar n’affiche pas les images ni le style correctement dans l’aperçu du contenu.

Capture d’écran du lecteur de RSS NewsBar RSS sur macOS qui affiche mes souscriptions, la liste des billets de mon blog et un aperçu de mon billet sur Kyarchy, avec l’image et les styles qui ont disparu.

Plus les personnes ont de moyens d’accéder à vos contenus publiés, plus ces contenus ont des chances de rester en ligne et meilleur c’est pour la liberté de tous.

Des contenus dupliqués ? Oui, sans problème ! Plus on en a et mieux ça vaut. Eh eh, avec la version web en pair à pair de mon site, le but est idéalement de dupliquer le contenu autant de fois qu’il y aura de personnes pour le parcourir.

Certes, votre contenu peut être légèrement différent d’un lecteur RSS à l’autre, car certaines applications ne sont pas conformes aux standards, mais c’est leur problème, pas le vôtre. D’après mes tests partiels, le lecteur Leaf pour macOS affiche mon flux RSS lourd parfaitement alors que NewsBar ne le fait pas. Pas grave. (et j’espère que l’équipe de NewsBar en prendra bonne note pour améliorer le rendu dans une prochaine mise à jour. Après tout, aucune application n’arrive parfaite sur le marché).

Maintenant que nous nous éloignons du Web centralisé pour aller vers un Web pair à pair, il est temps de redécouvrir, adopter et exiger les flux RSS.

Tout ce qui est ancien reprend une nouvelle force.

RSS était un élément essentiel du Web 1.0 avant que le capitalisme de surveillance (Web 2.0) ne s’en empare.

Ce sera une composante précieuse du Web+ et au-delà.

[Copyright © 2018 Aral Balkan. Licence : Creative Commons Attribution-ShareAlike.]
    • Pour aller plus loin sur le sujet des flux RSS, un autre article du même auteur publié plus récemment : Refining the RSS

et ses aventures nocturnes pour tenter de faire apparaître cette maudite icône de RSS.

  • Pour s’abonner aux flux du Framablog, c’est par ici en bas à droite

  • Avec Firefox, il n’est pas très compliqué de s’abonner aux flux web, que ce soit RSS ou autres formats
Une entrée de menu dans les marque-pages ou plus direct encore, une icône à mettre dans votre barre personnelle. Davantage de détails dans cet article de SUMO
  1. L’article original parle seulement de flux RSS, Il faudrait parler plutôt des flux web, puisque leur format peut être également .atom
  2. Merci à Ed Summers pour m’avoir indiqué sur Mastodon que j’avais oublié d’ajouter l’adresse de mon flux RSS en tête de mes pages. J’ai aussi remarqué en jetant un œil sur MDN qu’il existe des éléments sémantiques que vous pouvez ajouter aux liens utilisés dans le <body>

48 Responses

  1. Anonyme

    Ce serait top si une personne ayant des compétences en infographie pouvait faire un visuel très parlant (voir animé ?) sur les différences entre les flux RSS et les news qui passent par des plateformes comme Facebook par exemple.

    Même chose sur les réseaux sociaux fermés entourés de barbelés versus les ActivityPub-compliant qui peuvent tous interagir entre eux. Je penses que ça serait encore plus parlant pour les néophytes.

    • asmanel

      La principale différence, c’est que, normalement, c’est « entre le site et toi », sans passer par un tiers.

      Maintenant, il y a des sites, comme Tumblr, qui fournissent à d’autres sites un service de flux RSS.

      Même si, visiblement, c’est plus ancien, une telle solution est devenue courante suite à l’abolition de la neutralité du net aux États-Unis. Afin de ne pas être discriminés, beaucoup de sites hébergés là-bas ou voulant y garder une certaine visibilité se sont fait héberger au moins en partie par des sites plus importants basés dans ce pays et, dans ce qui tendait à faire partie de ce qui était ainsi délocalisé (du site d’origine au gros site), il y avait les flux RSS.

      Cela dit, avec l’hébergement des flux RSS par un site tiers, on retrouve le principal défaut du système de news de sites comme Google Plus ou Facebook : le site hébergeur peut, notamment via des IA ou d’autres probrammes de filtrage, trafiquer le fil de news du site comme il le veut.

      Pour ce qui est des performance et du stockage, chaque flux RSS est défini par un fichier xml qui, du point de vue du logiciel serveur, est une page web comme une autre et les processus mettant à jour se fichier mettent presque toujours également à jour d’autres pages. Beaucoup d’implémentations ne stockent même pas ce fichier (ni localement, ni ailleurs), il est dynamiquement généré à chaque fois qu’un client demande à le consulter, comme pour la plupart des pages web de nos jours.

      • Cousse

        Bonjour,
        Pour moi, les flux RSS sont super pratiques; ils permettent de cliquer sur un titre sans être obligé de passer par les unes avec ses actualités intrusives et ses photos souvent désagréables…
        On ne choisit que l’article qui intéresse…
        Mais voilà…Depuis quelque temps, je ne sais si c’est Mozilla qui fait des siennes ou bien le SE, mais le chargement RSS échoue pratiquement tout le temps, si bien que je préfère ne plus aller dans la presse en ligne… Autant dire que dans ce cas, Internet est beaucoup moins intéressant…
        Si vous connaissez le problème, merci d’en faire part, car j’imagine que mon cas n’est pas unique…

  2. Pablo Abril

    le navigateur Opera possede en builtin la lecture et synchro de flux RSS.

  3. Médard

    Les liens RSS, je plussoye 🙂

    Il est vrai que je suis un peu un dino…

    Beaucoup de sites ne les gèrent pas (ou alors ils sont difficiles à trouver !) — ou pire les gèrent mal, genre :

    Impossible d’afficher les articles pour cet abonnement parce que :

    Le téléchargement a échoué pour cet abonnement. Le Système a rapporté une erreur : Domain: SSL Type: error code: -9824

  4. Haelwenn Monnier

    Il y a aussi Atom, une version plus récente et je trouve plus claire et mieux standardisée que RSS.

    Je rajouterais aussi que friendica, logiciel de réseau social fédéré (comme Mastodon, Pleroma, GnuSocial, …) permet de suivre les flux RSS/Atom et de les partager.

  5. Axelos

    Je suis arrivé dans le monde du web lorsque l’ADSL a pointé son bout du nez, les réseaux sociaux sont apparus plus ou moins à la même période. Je n’ai donc pas vraiment connu ce « web 1.0 ».

    Toutefois, ça ne m’empêche pas aujourd’hui de récupérer la majorité de mes informations via cette technologie qu’est le RSS avec le client Thunderbird. C’est vraiment simple et efficace.
    Je suis toujours surpris que la majorité des gens qui m’entourent ne savent pas ce qu’est le RSS.

    • Jacques

      RSS et Thunderbird => Le top !
      J’ai ajouté les adresses des chaînes Youtube que je suis, et je n’ai donc pas besoin de m’abonner à Youtube (donc m’inscrire à Gmail, Google, toussa toussa) ! Même résultat en infiniment mieux !

  6. Arnauld

    Bonjour,

    quel fichier dans Hugo dois-je éditer pour faire ces modifications des rss ?

    Merci.

  7. Lord

    Arnauld : c’est dans le fichier layouts/_default/rss.xml qui se trouve soit à la racine de ton site soit dans le theme.

    • Arnauld

      Merci Lord, je suis aussi ton site, très agréable à lire avec ton joli thème pour Hugo 🙂 .

  8. libre fan

    Merci pour cet article qui remet les flux RSS ou Atom à l’honneur.

    Moi aussi, je pensais qu’il fallait faire léger et court, ne pas encombrer les autres avec les textes: mais ok, je vais essayer avec le texte entier.

  9. tuxicoman

    Le RSS a disparu à cause du modèle publicitaire.

    Celui-ci demande un tracking pour compter les affichage (ce qui ne fonctionne pas si le contenu est télechargé par des serveurs rss), de capturer le revenu (ne pas laisser à l’agregateur toucher le revenu à la place du createur de contenu), de personaliser la pub selon le profil de l’utilisateur…

    Si vous regardez bien, seuls les sites sans pub donnent du rss.

  10. Creak

    J’ai toujours rechigné à utiliser les flux RSS, n’ayant jamais vu l’intérêt. Et puis, un jour, j’en ai eu marre d’utiliser Facebook/Twitter/Google+/… comme des agrégateurs de news et je me suis enfin mis au RSS.. et c’est très cool! Mais les applications ne sont pas au niveaux du Web 2.0, à mon avis.

    Par contre, je suis plutôt contre le fait de mettre le texte entier. Tout simplement pour pouvoir participer aux commentaires de l’actualité. C’est cet aspect social qui fait la force du «web 2.0» centralisé.

    J’y réfléchi depuis quelque temps et je pense qu’il serait temps de faire un nouveau protocole RSS, plus adapté à ce web 2.0. Par exemple, ce nouveau format pourrait aussi afficher les commentaires de la news. De manière générale, rendre le RSS plus « dynamique ».

  11. BrainDead

    Au tout début, quand j’ai enfin eu internet, je ne connaissais pas les flux RSS et j’ai mis du temps à le découvrir car le bouton dans firefox en plus de ne pas expliquer ce qu’est un flux RSS ,utilise le terme « s’abonner » ce qui à priori pourrait laissé penser que quelque chose de payant se cache derrière ce bouton.

    Je sais que ce n’est pas réellement la faute de firefox mais une totale incompréhension de ma part. Ce pourrait-il que d’autre personne ai pensé comme moi mais sans jamais s’être rendu compte de leur erreur?

  12. Hyacinthe Cosmique

    En parlant de RSS, comment on fait pour avoir le flux du Framablog avec juste les nouveaux articles (pas les commentaires) ?

  13. Katryne

    Mon SeaMonkey doit être un dinosaure, car il affiche naturellement les icônes des flux web à la fin de sa barre d’adresse, pour les sites qui en proposent.
    J’ajoute les flux qui m’intéressent dans mon Framanews. C’est là, exclusivement, que je m’informe au quotidien.
    Je pose les actus que je sélectionne dans mon Shaarli, qui est équipé d’un flux web global et d’un flux web pour chacun des tags. Aux formats RSS et ATOM.
    Ma communication numérique se résumerait presque à des flux web, j’en consomme et j’en produis. Je dois être un dinosaure aussi.

    • Katryne

      SeaMonkey est aussi un parfait lecteur de flux web, même s’il ne fait pas toujours montre d’un esprit compréhensif quand il n’accepte pas un flux malformé.

  14. FredNCPC

    Je suis bien content d’avoir vu et lu cet article … grâce à mon lecteur de flux RSS.

  15. guybedo

    Salut tout le monde,

    content de voir qu’il y a (encore / à nouveau) des amateurs de RSS!

    J’ai passé quelques mois à développé un lecteur RSS web + agrégateur d’actualités, pour l’instant c’est encore une version beta, mais il ne devrait plus y avoir trop de bugs 🙂

    Si vous voulez y jeter un coup d’oeil et me donner votre avis, c’est par ici: https://aktu.io

    Merci!

  16. Couz

    Bonjour Framasoft.
    C’est rigolo : j’avais justement arrêté de suivre votre flux a cause du fait que l’on n’y trouve qu’une seule possibilité : recevoir toutes les publications, commentaires compris.
    Il faudrait aussi donner un peu plus de visibilité a votre lien : les traqueurs sociaux ont droit à une side bar, eux.

    • JosephK

      Il faut distinguer le flux agrégé des sites du réseau Framasoft (qui inclue également le forum, l’annuaire, etc) et le flux du blog seul (qui n’inclue pas les commentaires).

      Le premier se trouve sur l’ensemble des sites via le pied de page ou la barre de navigation, menu « À propos ».

      Le deuxième se trouve dans le « Menu » (en haut à gauche) du blog, section « Suivre le blog » puis « Flux RSS des articles »

      À noter que sur Firefox, avec un clic-droit sur l’icône 🛈 dans la barre d’adresse, puis « Plus d’informations » (ou clic-droit dans la page « Informations sur la page »), il y a un onglet « Flux » qui récapitule les flux disponibles.

      null

      • Couz

        Merci pour la réponse.
        Je ne voulais pas faire mon râleur, je me rend compte que mon message était mal formulé.

        Ce que je voulais surtout dire, c’est que là où les réseaux sociaux sont bien présents dans la side bar (qui se déplace avec le scrolling), les flux RSS sont cachés dans la page d’acceuil (j’ai bien vu les deux liens pour les articles et les commentaires). En plus, dans le top menu, la section ‘nous suivre’ ne contient que les RSS agrégés de tous les sites.
        Ce n’est pas grand chose, mais ce sont les petites choses qui font que l’expérience utilisateur n’est pas au rendez-vous, et déportent les gens vers d’autres solutions.

        C’est fou de voir a quel point Facebook et Twitter ont pris la place du RSS, même sur des sites comme celui-ci, rendant « l’expérience RSS » beaucoup moins plaisante qu’il a 10 ans.

        • Mika38

          Non Couz, ne t’excuse pas d’être un râleur. Les commentaires sont un puissant moyen de donner des retours à Framasoft. Il faut pointer du doigt les erreurs de Framasoft pour qu’il puisse s’améliorer. Quand leurs actions sont en accord avec leur parole, cela renforce le poids de leurs arguments. Et là, tu pointes du doigt une belle incohérence avec ces deux logos Facebook et Twitter dans la sidebar, alors qu’il n’y a pas de bouton pour leur flux RSS. En fait si il y a un bouton RSS, pas en bas de l’article, non, mais tout tout en bas de la page web.
          Personnellement, j’irai même plus loin dans la critique. Je pense qu’imposer un sidebar avec un logo Facebook devant les yeux de tous les lecteurs de Framablog est incohérent avec la position anti-Facebook de Framasoft. Cette sidebar est sûrement utile pour envoyer les lecteurs vers les commentaires, le pdf ou l’impression. Les boutons Mastodonte et Diaspora sont légitimes. Par contre, les boutons de réseau sociaux de Facebook et Twitter sont anormaux. Quel poids donner à un article anti-réseau sociaux centralisateur comme celui de cette page, quand il y a un bouton pro partage sur Facebook ou twitter poursuit le lecteur juste à coter? C’est un vrai message contradictoire.
          Je comprends que Framasoft doit être présent sur Facebook et Twitter, mais vous n’êtes pas obliger dans faire la promotion active. J’en ai personnellement marre de voir ces logos de réseau sociaux sur les publications de ma mairie, dans le bus ou sur les emballages de produit. Faite le test marcher dix minutes en ville et compte le nombre de logo Facebook Google and co que vous verrez. Je m’attends de Framasoft d’aller à contrecourant et de boycotter cette publicité insidieuse.
          Bon assez râler, essayons d’être constructif et force de proposition. Un bouton partager ne ferait-il pas l’affaire? Ce bouton pourrait ensuite envoyant le lecteur vers la fin de l’article ou tous les boutons de partage seraient accessibles. Une autre solution est d’ouvrir ce bouton de partage et dévoiler les différentes plateformes disponibles. Ou plus simplement supprimer les logos Twitter et Facebook complètement. Si un lecteur veut partager l’article, il pourra toujours copier-coller l’adresse web.

          • JosephK

            Il ne s’agit pas d’une incohérence. La barre de gauche contient des boutons d’action relatifs à l’article. Il ne s’agit pas de s’abonner aux comptes de Framasoft sur les médias sociaux mais de partager l’article vers ces réseaux. Donc il est tout à fait logique de ne pas mettre un bouton d’abonnement au flux RSS global du blog à cet endroit (à la rigueur, ce serait plutôt le flux d’abonnement aux commentaires de l’article qu’il faudrait mettre).
            Par contre, il est prévu (quand j’aurais le temps) de remplacer le lien Flux RSS du pied de page et du menu « Nous suivre » par un menu qui, en plus de donner le flux agrégé, propose aussi les différents flux séparément.

            Sur le deuxième point, le fait de mettre Diaspora et Mastodon en priorité (de notre point de vue elle se situe là la promotion active) laisse entendre qu’ils sont équivalent à ce que les lecteur·rice·s de passage ont l’habitude de voir sur la plupart des sites qu’iels consultent.
            On pourrait ne mettre aucun bouton ou juste ces 2 là mais il est peut-être plus intéressant, dans une perspective d’éducation populaire, de faire prendre conscience de manière concrète qu’un monde social sans GAFAM est possible : partir de ce qui est connu de tous pour faire découvrir l’alternative libre.

  17. Gub

    Bonjour,

    Pour les courageux qui désireraient faire leur propre agrégateur RSS vous avez http://simplepie.org/.
    Bon ça se mérite, moi ça m’a pris 4 mois. Pour maîtriser correctement PHP, SQL, HTML, CSS….
    Mais une fois terminé vous avez une superbe page d’accueil unique au monde 🙂

  18. 57914bd0d9

    Bonjour,

    Effectivement les flux sont une méthode bien supérieure aux habituels réseaux « sociaux » pour suivre des blogs ou des fils d’actualités. Par contre, là où ils sont encore « 1.0 » par rapport à ces derniers c’est qu’ils ne permettent pas d’interaction entre les différents membres d’une communauté.

    Je prend l’exemple d’une association un peu moins geek que framasoft. Un truc de sport, de musique ou même de cuisine si ça vous chante. Les flux peuvent permettre d’annoncer un événement, une annulation ou une vidéo des dernières performances des membres, bref tous les trucs un peu officiels. Par contre, les groupes fermés facebook on une ergonomie indéniable dès qu’il y a des questions du genre « yo, la gars ! il y a quelqu’un pour ouvrir le local ce soir ?  », « Et Marcel, c’est toi qui a oublié tes chaussettes sur le bureau à la session d’avant hier ?  » ou « quelqu’un peu m’avancer quinze balles pour le cadeau de Ginette demain soir ? » ou n’importe quoi d’un peu informel.

    Bref, du coup, pas moyen de rester informer des actualités de l’asso sans passer par fb. Et pas moyen de changer de media sans sacrifier une certaine convivialité à laquelle les membres tiennent, souvent à juste titre.

    En fait il faudrait que les agrégateurs de flux 2.0 permettent à des communautés de commenter et communiquer pour véritablement offrir un service équivalent au réseaux « sociaux ». Un prochain projet Framasoft peut-être ?

      • asmanel

        Moi, je n’aime pas tellement la notion d’agrégateur. Pour moi ça a une connotation de programme parasite qui passe par derrière.

        • ropib

          Parasite de qui de quoi ?
          Si le site qui héberge les contenus veut monétiser la captivité de son audience, n’y a-t-il pas aussi parasitisme suivant un autre point de vue ?

        • 57914bd0d9

          Si tu trouves qu’avoir un compte en ligne est moins parasite qu’un logiciel, les flux le permettent aussi. Voir l’instance TinyRss de framasoft par exemple. Par contre tu es libre de les capter de la manière que tu veux, là où une communication par fb impose à tous les destinataires d’avoir un compte fb.

    • Niquarl

      Enfait, il serait bien que Facebook propose des flux RSS pour les groupes tout simplement.

      • 57914bd0d9

        Oui, de même qu’il seraient bien que microsoft publie le code source de windows 10 sous licence GPL ou GNU ou qu’Amazone paie ses impôts dans le pays où les produits sont vendus. Mais pourquoi se tirerait-ils une balle dans le pied ? Le but de Facebook est de pousser à ouvrir des comptes et à empêcher de les fermés. Ils vont pas implémenté un truc qui permet d’accéder au contenu de fb en contournant eux-même le problème à moins qu’ils n’y soient forcés.
        Ce qu’il faut c’est un protocole de communication qui appartienne à tout le monde au lieu d’appartenir à Facebook. Et là seulement on pourra implémenter ce qu’on veux comme ça nous chante.

    • ropib

      Il n’y a pas de structuration des commentaires sur les réseaux sociaux… on peut même dire qu’il ne s’agit que d’un flux de commentaires rattachés à un élément d’un flux de contenus. Je ne vois pas bien où se trouve « l’ergonomie indéniable », c’est justement le plus gros problème pour moi au niveau des réseaux sociaux.
      Au niveau des échanges rapides, l’ergonomie du mur entraîne justement une dimension formelle. Twitter par exemple est tout à fait obscur en terme d’échange suivi informel et dès qu’un niveau quantitatif est atteint on retrouve une structuration verticale descendante… quand bien-même les codes syntaxiques et les champs lexicaux utilisés sont ceux traditionnellement rattachés aux échanges informels. Très clairement ce sont des outils de messagerie instantanée qui fonctionnent plutôt, même quand on y parle de « mur » de manière abusive (il n’y a aucune notion de publication) ; il faudrait distinguer les usages de consommation active de l’information de ceux de l’ordre de l’interruption (auxquels le flux RSS répond mal).

      S’il y a « ergonomie indéniable » c’est plutôt dans la facilité de mix et de remix de flux avec le système de partage, de likes, de communautés (ouvertes ou fermées).

  19. asmanel

    Jusqu’à aujourd’hui, j’ignorais qu’on pouvais accéder au flux RSS via Thunderbird.

    Cela dit, je dois admettre que je n’ai pas beaucoup utilisé ce logiciel jusqu’à maintenant. Il faudra que je pense à m’y remettre

  20. ropib

    Je ne suis pas d’accord au niveau du web 2.0. Le RSS c’est le web 2.0. Les « réseaux sociaux » ne font que capter les flux et les retirer aux utilisateurs : agréger des flux, les exposer, donner un flux d’exposition à chaque utilisateur… tout ça c’est du RSS (dans le principe, après il y a eu des avancées technologiques mais peu importe). Les « réseaux sociaux » ont mis une fonctionnalité hyper limitée de commenter chaque post d’un flux, ok, mais ce n’est franchement pas grand chose à faire et les agrégateurs RSS incluent très facilement cette fonction… des améliorations sur la gestion des commentaires serait bienvenues pour permettre des échanges plus construits, pour y créer du sens (et tant pis pour l’article qui en est à la base).
    Évidemment les producteurs de contenus qui monétisent leur activité sur la revente des données de leurs usagers n’ont pas envie qu’on puisse consommer les contenus sans aller sur leur site… mais quelque part, si on suivait vraiment les principes RGPD, le RSS lourd devrait être la règle.

  21. Pierrecastor

    Effectivement, les flux RSS, c’est le bien, je m’en sert pour suivre des sites, blogs, shaarlies, compte youtube et même les photos flickr d’un pote en voyage.

    Par contre, je n’utilise pas de client lourd, mais j’ai installé freshrss sur mon mutualisé et ça marche niquel, me permettant de lire mes flux sur tout mes PC et même en déplacement.

  22. Jean-Louis Balorin

    1 000 000 % d’accord,
    D’ailleurs il reste encore des flux RSS cachés heureusement
    C’est de loin l’arme absolu contre la captation des flux par tous les requins du net (qui y perdent évidement leur fond de commerce) et l’inondation par les infos sans intérêt

  23. Joseph FORET

    Retour sur mon utilisation des flux RSS/Atom depuis de nombreuses années :
    – Centralisation sur un cloud libre (owncloud puis nextcloud) pour centraliser tous les flux et automatiser la relève
    – Sur le cloud (owncloud ou nextcloud), installation d’une petite application de gestion des flux : https://apps.nextcloud.com/apps/news
    – Accès par le web à toutes les nouvelles fraîches
    – Accès par une appli Android OCReader (https://f-droid.org/fr/packages/email.schaal.ocreader/) ou Nextcloud News (https://f-droid.org/fr/packages/de.luhmer.owncloudnewsreader/)

Laissez un commentaire