1

Geektionnerd : Dégooglisons Internet

geektionnerd_213-1_simon-gee-giraudot_cc-by-sa.jpg

N’oubliez pas de visiter le site officiel de la campagne !

Vous pouvez également retrouver les visuels créés pour l’occasion sur le wiki de Framasoft. Il y a des badges et bannières à afficher sur vos sites, servez-vous ! Tout est libre et fourni avec les sources.

Crédit : Simon Gee Giraudot (Creative Commons By-Sa)




Dégooglisons Internet : notre (modeste) plan de libération du monde

un billet de l’association Framasoft

Voilà six mois que nous le concoctons activement… mais plusieurs années que cela nous travaille. Nous voyons, tout comme vous, nos internets évoluer. Les logiciels privatifs deviennent des services et des applications web qui captent notre attention et nos données, qui les centralisent pour mieux les exploiter. Le gratuit nous transforme en produits qui engraissent les géants de la Silicon Valley et attisent la convoitise des services d’espionnage…

Face à cela, la communauté du Libre évolue elle aussi, en développant des alternatives logicielles à installer, étudier, améliorer et diffuser. Framasoft s’est inscrit dans cette évolution dès le lancement de Framapad en s’efforçant de faire au mieux : rendre le libre facilement accessible à nos grand-pères, petites sœurs, voisins et collègues. Aujourd’hui, Framapad est notre projet le plus utilisé, avec quatre instances sur nos services et un financement participatif réussi. Framadate et Framindmap sont en plein boom et notre lecteur RSS Framanews tourne à pleine capacité…

La demande pour des alternatives libres est de plus en plus pressante, et il faut y répondre. Ça urge.

Google est un symbole (caution: may be evil)

L’année dernière, nous avons dégooglisé Framasoft. Comme monsieur et madame tout-le-monde, au fil des années, nous nous étions laissé séduire par la facilité immédiate des services proposés par la deuxième capitalisation boursière au monde. Nous avons montré qu’une structure aussi complexe que Framasoft peut se libérer de Gmail[1], Google Groups[2], Analytics[3], ainsi que d’Adsense et les services embarqués[4] ; et ce grâce à vos dons et participations bénévoles.

Mais cela ne suffit pas. Le géant de Mountain View est passé de simple moteur de recherche à un inventaire à la Prévert qui propose suite bureautique, stockage dans le cloud, magasin d’applications, livres, musiques et films, plusieurs OS (systèmes d’exploitation… mais encore des brevets sur les téléphones, l’électronique, la robotique et le vivant… Comme nous le disions lors d’une de nos frama-conférence aux dernières RMLL : « Google, c’est le nouveau Skynet ».

Or Google n’est qu’une lettre des GAFAM (Google Apple Facebook Amazon Microsoft) qui, avec Dropbox, Avaaz, Twitter (et tant d’autres…) ont réussi à nous rendre tellement dépendants de leurs services que nous finissons par travailler pour leur empire sans même nous en indigner.

Les libristes contre-attaquent (et Framasoft allume les LEDS)

On n’est pas les premiers (et merci !). On n’est pas les seuls (et heureusement !). Mais à Framasoft, on a décidé que ça suffisait. Alors on va faire ce que l’on sait faire le mieux : sensibiliser le grand public et lui proposer des services Libres, Éthiques, Décentralisés et Solidaires face à chaque application privatrice, centralisatrice, exploiteuse et enfermante qu’on pourra combattre. Ce « plan de libération du monde »[5] est intitulé : Dégooglisons Internet.

Nous allons améliorer nos services existants, tout en faisant perdurer nos projets-phares. Nous ouvrons officiellement aujourd’hui un pod Diaspora*, une Framasphère pour qui souhaite se libérer de Facebook sans tomber dans le business plan de Ello. Nous allons proposer un moteur de recherche, un service de raccourcissement d’URL, des catalogues d’ebooks libres, de l’hébergement d’images… Et cela c’est juste pour la fin de l’année ! Sur trois ans, nous comptons proposer toute une liste de services libres (stockage cloud, hébergement de fichiers, tube vidéo, listes de diffusion, micro-blogging et blogs), d’alternatives s’opposant comme autant de pieds de nez gaulois à l’envahisseur romain.

Pour réussir ce pari fou, nous avons une potion magique : vous.

Nous avons besoin de sous vous (mais de sous aussi ^^)

Actuellement, notre budget annuel représente 2,27 secondes du chiffre d’affaires annuel de Google. Rien qu’avec cela, on accomplit déjà beaucoup. Mais avec votre aide, nous pouvons aller plus loin. On le sait, la communauté libriste est constamment sollicitée par nos collègues, amis, et nous-même afin de réunir les fonds pour faire vivre leurs projets. Nous, on va vous demander de le défendre. Partagez autour de vous le site Dégooglisons Internet. Utilisez cet outil amusant et pédagogique pour accompagner votre entourage dans la prise de conscience des dangers du web privateur. Montrez-leur la liste des alternatives existantes, et de celles qui peuvent se créer si les geek-friendly viennent grossir nos rangs et nous soutenir par leur argent, leur temps, leur partage de compétences.

Des associations utilisent Framapad pour écrire leurs documents sans avoir à s’inscrire sur GoogleDocs. Des militants et syndicats ont compris que Framadate permet d’avoir un « Doodle » qui ne donne pas les dates de leurs réunions à la NSA ou la DGSE… Des écoles initient en toute sécurité leurs élèves au dessin assisté par informatique grâce à Framavectoriel. Ces projets existent grâce à des volontés bénévoles soutenues par une association qui leur donne les moyens d’éclore, de se développer et de perdurer.

Nous avons besoin d’argent et de volontés pour mettre notre plan en action, et chaque personne que vous convaincrez nous permettra d’avancer dans cette direction.

Framasoft engage son nom

(engagez-vous, qu’ils disaient !).

Nous ne nous engageons pas à réussir, car cela dépend des volontés qui nous rejoindront et des moyens que vous nous donnerez. Mais nous nous engageons à faire de notre mieux dans cette direction, et à le faire en développant des services Libres, Éthiques, Décentralisés et Solidaires. Nous avons élaboré une charte à laquelle nous nous tiendrons, ainsi que toute personne qui souhaite nous apporter son savoir-faire. Nous espérons aussi que d’autres projets nous rejoindront dans cette dynamique de mise à disposition pour le plus grand nombre de tels services (et nous nous évertuerons à en parler).

Maintenant, tout dépend de vous, de ce que vous allez faire après avoir lu cet article. Et vous savez quoi ? — Nous sommes confiants !

Vos outils :

Pour expliquer comment et pourquoi le petit village libriste résiste à l’envahisseur.

Une page pour résumer l’ensemble des projets que nous proposons et voulons proposer, et des moyens qu’il nous faut pour y parvenir.

L’association vit principalement du don, afin d’offrir aux projets l’infrastructure logistique, technique et humaine dont ils ont besoin pour se développer.

Notre engagement pour l’éducation populaire au Libre dans une économie sociale et solidaire.

Tu sais faire des trucs ? Ça tombe bien, on a des trucs à faire !




Framasphère : c’est gratuit, mais ce n’est pas toi le produit !

Ca y est. On y est.

Framasoft vient d’annoncer sa campagne « Dégooglisons Internet ».

Parce que les Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft et autres sont en train de prendre le contrôle d’Internet de manière insidieuse.
En vous proposant gratuitement des services (souvent d’excellente qualité) comme Google Docs, Skype, GMail ou Google Maps, ils deviennent des points de passage quasi-obligés de votre navigation.

Vous rappelez-vous d’une journée d’utilisation normale d’Internet ou vous ne seriez pas passés par Google, Youtube, Doodle, Skype ou Facebook ? Même si cela était le cas, êtes-vous certain(e) que vous n’avez pas surfé sur une page contenant une pub Adsense (régie publicitaire de Google) ? Affichant un bouton “J’aime” de Facebook ? Reprenant un « tweet » qui fait le buzz ? Êtes-vous certain d’avoir désactivé la géolocalisation de votre iPhone ?

Nous sommes devenus des produits pour ces entreprises qui, en collectant toujours plus d’informations sur nous, monnaient notre profil et notre vie privée.

Ce n’est pas le Web que nous voulons. Ce n’est pas la société que nous espérons.

Privacy by OpenSourceWay CC BY SA - https://www.flickr.com/photos/opensourceway/4638981545

Et si on taclait Facebook ?

Il y a quelques jours, nous faisions le point sur Diaspora*, un logiciel libre permettant de mettre en place son propre réseau social décentralisé.

Contrairement à Facebook, ou à Ello qui a fait beaucoup de bruit ces derniers jours, Diaspora* est :

  • Libre : vous avez accès au code source du logiciel. Et même si vous n’êtes pas capable de le lire, c’est important car cela signifie que ceux qui en ont les compétences (des informaticiens citoyens) peuvent le faire et vous assurer que le logiciel n’agit pas contre votre intérêt.
  • Décentralisé : Diaspora* est géré par une fondation. Il n’y a pas d’actionnaires. Pas d’intérêt à être rentable. Diaspora* n’est la propriété exclusive de personne. Et surtout il n’y a pas un seul site Diaspora*, mais des centaines d’installations du logiciel à travers la planète. Appelés des « pods » et gérés par des individus ou des communautés, ces derniers sont capables de discuter entre eux.
  • Collaboratif : dans Diaspora* contrairement à Ello, Twitter ou Facebook, ce n’est pas un individu ou une entreprise qui va décider pour vous comment se présente votre fil d’activité. Le code étant disponible et ouvert *vous* avez la parole. Plusieurs dizaines de contributeurs travaillent bénévolement sur le logiciel, et vous pouvez les rejoindre (même si vous n’êtes pas développeur, vous pouvez rédiger de la documentation, créer des icones, chasser les bugs, etc.).

Cependant, Diaspora* reste encore relativement complexe à installer.

Framasoft a donc décidé d’ouvrir, avec l’aide de l’équipe diaspora-fr.org, un nouveau pod Diaspora* francophone.

Selection_107.png

Bienvenue dans la Framasphère

Framasphère est le premier service mis en place dans le cadre de notre campagne « Dégooglisons Internet », mais bien d’autres sont en préparation : service de liste de diffusion, de pétitions, de visioconférence, d’hébergement de documents, etc.

Sur ce réseau social Libre, vous pouvez (tout comme Facebook ou Ello) échanger avec des amis ou des inconnus, sur les sujets qui vous intéressent.
Et comme Diaspora* est décentralisé, vous pouvez échanger depuis Framasphère avec des personnes ayant des comptes Diaspora* sur des pods hébergés à l’autre bout du monde. — Quid de contenus litigieux ? De messages postés par des entreprises ou des partis politiques ? De pornographie ?
— Comme tout espace autogéré, les règles seront affinées avec le temps, et surtout avec la communauté d’utilisateurs de Framasphère.

Cependant, l’énorme différence avec les réseaux sociaux privés existants, c’est que Framasoft s’engage – au travers d’une Charte et de Conditions Générales d’Utilisation – à vous respecter, vous et vos données.
Nous ne revendons pas vos données. Nous n’étudions pas votre comportement. Nous n’affichons pas de publicité.
Et si les règles collectives ne vous conviennent pas, vous pourrez toujours installer votre propre pod, avec vos propres règles.

Framasphère, c’est pour tes pairs.

Framasphère compte, avant même son lancement officiel, plus de 2 000 inscrits (dont quelques « people » d’Internet[1]). Nous espérons que vous nous rejoindrez rapidement et que vous participerez avec nous à en faire un réseau social bienveillant. Et plus encore, nous souhaitons vivement que ce réseau soit communément partagé bien au-delà de la sphère des enthousiastes convaincus : invitez votre collègue de boulot, votre voisine de palier, la boulangère, le gars qui tient sa page facebook mais qui n’en peut plus, le copain de votre cousine (nous avons décidé cette fois-ci de laisser Mme Michu – et sa famille – tranquilles).

Notre balle est dans votre camp, cet outil est à votre disposition. La dynamique (déjà joliment lancée) que la Framasphère suivra ne dépend plus que de vous.

Notes

[1] cf le sympathique article du non moins sympathique JCFrog http://jcfrog.com/blog/je-ne-comprends-pas-ello-framasphere-menchante-nopub-rs/ qui en donne une liste non-exhaustive.




Geektionnerd : Diaspora

Six mois après nous avoir présenté Movim, Gee nous parle aujourd’hui du prometteur projet Diaspora, que nous avions, entre autre, déjà évoqué ici :

Geektionnerd - Simon Gee Giraudot - CC by-sa

Geektionnerd - Simon Gee Giraudot - CC by-sa

Crédit : Simon Gee Giraudot (Creative Commons By-Sa)




Piwik le futur Google Analytics killer du libre ?

Copie d'écran - Piwik.org

Juste un mot…

En matière d’outils statistiques pour nos sites web nous avons de bons logiciels libres comme BBClone ou phpMyVisites mais sauf à n’en demander qu’une utilisation basique aucun n’arrive selon moi véritablement à concurrencer le très puissant Google Analytics.

La donne pourrait bientôt changer avec Piwik la nouvelle version de phpMyVisites qui propose tellement d’améliorations qu’il a décidé de sortir sous un nom différent (plus sexy marketinguement parlant).

Piwik est encore en version alpha mais on peut y voir une démonstration déjà fort convaincante sur le site officiel du projet.

L’originalité, outre le fait d’héberger vos données sur votre propre serveur (contrairement à Google), c’est d’avoir la possibilité de choisir les modules (ou plugins) à afficher, sur le modèle des pages personnelles comme ce que propose Netvibes par exemple. Il y a donc beaucoup d’Ajax là-dessous mais également potentiellement la possibilité de créer vos propres plugins personnalisés.

Alors Piwik, le Google Analytics killer du libre ?
L’histoire nous le dira mais c’est tout le mal qu’on lui souhaite !